Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Chrysoss


Il etait une fois au Sanctuaire

Première partie : Reminiscences dorées


La bataille d’Asgard bat son plein. Shiryu, après un combat effréné, est enfin venu à bout du machiavélique Alberich de Megrez. Le vieux maître, témoin et supporter à distance de son disciple, semble perdu dans ses pensées. La mention du nom d’ Alberich paraît avoir attisé un feu qui couvait en lui depuis des siècles. En son fort intérieur, il se remémore une certaine journée d’automne dont seuls les dieux gardent encore la trace :

 

Tout avait commencé au pied de la légendaire cascade de Rozan, alors qu’un homme, étranger à cette contrée, se livrait à un singulier rituel. Il commença par concentrer son énergie dans l’index et la projeta sur l’eau jaillissante. Défiant toutes les lois de la nature, le cours de la cascade se divisa en son milieu. Les trombes d’eau, domestiquées, s’écartèrent, dévoilant un curieux trésor siégeant au bas de la cascade. En fait de trésor, ce n’était bien évidemment que l’armure du Dragon, à qui Shiryu ferait connaître, deux siècles et des poussières plus tard, une glorieuse mais éreintante épopée. L’étranger, satisfait, s’empara aussitôt de l’urne et sauta prestement sur un pic rocheux, quelques mètres au dessus. Il n’en fallut pas plus pour que la cascade, libérée de l’emprise de l’homme, retourne à sa position initiale.


         - Il est inutile de te cacher davantage, s’écria-t-il. J’ai horreur d’être espionné !


         - Espionner est un bien grand mot, fit soudain une voix étonnamment proche. Disons plutôt que j’étais curieux et que je ne voulais pas te déranger…


         Un jeune homme, sorti de nulle part, atterrit à deux pas de l’étranger. Il était vêtu assez simplement, selon la mode chinoise de cette époque. Une tunique sans manche dévoilait ses bras puissants. Son visage, sans être d’une beauté flagrante, affichait un fort caractère, rehaussé en cela par son regard, bleu acier. Sa chevelure auburn, décoiffée au possible, vagabondait au gré du vent, complétant l’aspect théâtral de la situation. Le premier individu, dont les cheveux roux, bien que plus disciplinés, lui retombait sur l’œil gauche, déclara :


         - Je présume que tu es Dohko, l’ermite dont les villageois m’ont parlé. A leurs récits, je m’attendais plus à rencontrer un démon fou furieux qu’un rôdeur esseulé !


         - Tu me vois désolé de te décevoir. Mais puisque nous en sommes aux présentations, qui est celui qui vient troubler la quiétude de ce lieu ?


 


        - Je me nomme Alberich treizième du nom et le royaume d’Asgard est ma patrie ! En mon pays, je suis baron, mais j’ai choisi d’étancher ma soif de connaissance en parcourant le vaste monde !


         - Noble devise ! Mais plutôt qu’un aventurier, tu m’as tout l’air de n’être qu’un vulgaire pillard ! L’armure que tu as arraché à la cascade est celle des Saints d’Athéna ! Je doute que tu aies l’autorisation de la déesse d’en prendre possession !


         - Athéna !? Elle ne m’impressionne pas car je n’ai qu’un seul et unique dieu, le tout-puissant Odin ! Mais puisque tu sembles tenir à  le savoir, cette babiole m’intéresse uniquement pour sa valeur marchande !


         - Que veux-tu dire ?


         - Comme je te l’ai dit, je recherche la connaissance, quelle soit intellectuelle aussi bien que martiale. J’entends par là que je cherche à apprendre le plus de techniques de combat possibles, afin de devenir un guerrier craint et respecté ! Depuis quelques temps, j’ai été informé d’une étrange rumeur disant qu’un groupuscule, aussi énigmatique que puissant, souhaiterait mettre la main sur les armures des Saints, disséminées de par le monde. On prétend, de source sûr, qu’il payerait le prix fort pour les obtenir !


         - C’est donc ce qui t’a amené dans la région des cinq pics…


         - Précisément, continua Alberich, très avenant. Je compte  me servir de l’armure du Dragon, et de celles que je localiserai par la suite, comme monnaie d’échange auprès du groupuscule en question. Si il ne me propose rien de satisfaisant, je les rendrai au sanctuaire. Il va s’en dire que je monnaierai cet aimable service ! Ah ha !!


         - Ton raisonnement est passionnant, mais il comporte une faille ! Jamais, moi vivant, tu n’emporteras l’armure du Dragon !


         - Tiens dont ! Sous-entends-tu que tu prétends posséder des droits sur cette relique !?


         - En aucun cas ! Je ne suis qu’un rôdeur et non un Saint, comme tu l’as si bien fait remarquer ! Mais j’ai la sensation viscérale que je dois t’empêcher de mettre la main sur cet habit sacré ! Seul son propriétaire  légitime en aura un jour le droit !


         - Tu es puéril ! Mais tout compte fait, je n’ai rien contre l’idée d’un petit duel. Peut être même que je retirerai quelque chose d’appréciable de cet affrontement. En garde !!


         - A ta disposition !!


         Dohko, sans préambule, bondit tel un félin sur son vis-à-vis. Avec une vitesse d’exécution surhumaine, il lui asséna une combinaison de coups dévastateurs. Alberich, surpris par tant d’audace, ne put que parer les différents assauts. Mais ne pouvant se synchroniser sur le tempo de son adversaire, il finit par mordre la poussière.


         - Remarquable, souffla l’homme d’Asgard en se relevant. Les gens du village n’avaient pas mésestimé tes capacités ! Tu es très fort, mais tu viens de commettre une regrettable erreur !


         - Et laquelle, je te prie ?


         - Tu n’as tout simplement pas profité de l’effet de surprise pour me mettre à mort. Je ne crois pas me tromper en disant que tes coups étaient volontairement timides. Aucuns ne visaient réellement mes organes vitaux !   


         - Exact ! A quoi servirait-il de nous entretuer ? Laisse l’amure et vas-t-en !


         - Ah ha ah !!! Il n’est pas dans mes intentions de fuir ! Surtout pas avant de t’avoir fait découvrir l’étendu de mes pouvoirs !


         En parlant, Alberich tendit le doigt au ciel, concentrant en lui toute son aura. Dohko, attentif, se contenta de prendre une posture de combat.


         - Je vais te jouer un requiem à ma façon, reprit Alberich le treizième en pointant l’index sur son opposant. NATURE UNITY !!!


         Soudain les eaux de la cascade, qui poursuivaient placidement leur inexorable chute, s’agitèrent. Un imposant jet d’eau horizontale se forma et balaya le malheureux Dohko, l’encastrant dans la paroi rocheuse. Avant de disparaître aussi promptement qu’il n’était apparu.


         - C’est donc ainsi que tu as découvert l’armure, remarqua le futur vieux maître, légèrement sonné. Tu peux contrôler à volonté les esprits de la nature…


- En effet ! C’est une technique qui se transmet de génération en génération dans ma famille. C’est elle qui nous a permit d’asseoir notre position au sein du royaume d’Asgard depuis les temps immémoriaux. Reconnais qu’elle ne manque ni de panache ni d’efficacité !


         - J’en conviens. Je me battrai donc de toute mon âme ! Yah !!


         - Crétin ! NATURE UNITY !!!!


         Dohko, repartant à la charge, fut agrippé aux jambes par les racines des arbres environnants. Celles-ci ne tardèrent pas à envahir son corps, essayant de l’étrangler par la même occasion. Faisant exploser son cosmos, il parvint à les détruire, mais dut mettre genou à terre sous l’effort.


         - Tu es irrésistiblement drôle, se moqua l’homme aux cheveux roux. Mais tu me fais perdre un temps précieux ! Je vais donc en finir… Mais, que fais-tu !?


         Dohko, ignorant les quolibets de l’étranger, venait de joindre les mains, comme si il s’apprêtait à déclamer une prière.


         - Je vois que tu recommandes ton âme à Hadès ! Très bonne idée, salue-le bien de ma part ! NATURE UNITY !!!!


         Comme la première fois, des trombes d’eaux incessantes jaillirent sur Dohko, qui ne chercha pas même à les éviter. Mais, curieusement, il ne chancela pas une seule seconde. On aurait pu croire qu’il était devenu une montagne inébranlable, tels les fameux cinq pics, qui suivaient de loin le combat. Alberich, abasourdi, dut se rendre à l’évidence. La nature avait fait la paix avec son adversaire et refuser de l’assassiner.


         - Mais… Mais comment peux-tu… !?


         - Tu as perdu, reprit Dohko d’une voix tranquille. COLERE DU DRAGON !!!!


         C’est ainsi que Alberich le treizième, reconduit bien malgré lui à l’orée du territoire des anciens cinq pics, dut reprendre, déconfit, son voyage. Dohko, pour sa part, reprenait péniblement son souffle quand il crut percevoir un étrange bruit à ses côtés. Se retournant vivement, il vit un homme, habillé d’une incroyable manière, qui l’applaudissait.


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada