Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Dyvimm


Le Jugement dernier

Fuite

Grand Pope

Voilà, ils arrivent. D’un instant à l’autre Mars sera face à moi. Athéna morte, cette bataille est terminée. Mais la Guerre, elle ne fait que commencer. Je dois organiser ma succession.

Les deux prêtres jetèrent un coup d’œil au corps de Mintaka allongé devant eux et se regardèrent mutuellement. Ils avaient ressenti l’arrivée de Mars. Il était accompagné de Numa. Bientôt leur paralysie les quitterait. Le Grand Pope venait de fermer les yeux, mais son cosmos était toujours aussi puissant. Soudainement, un flux doré s’éleva de son corps et traversa le toit du Palais. Vers où allait-il ?
Le rayon cessa, mais la cosmo-énergie du Grand Pope était toujours en pleine effervescence, comme s’il se préparait à une attaque.


Oojiro

Dans les jardins d’Aphrodite, Marine était allongée au sol. Près d’elle, une rose effleurait sa joue. Oojiro était à ses côtés et pleurait sur son maître. Bien qu’encore très inexpérimenté, il s’était battu courageusement face à un Combattant de Mars pour la victoire d’Athéna. La mort de cette dernière l’affectait profondément, mais il craignait davantage pour la survie de son maître.
Après la disparition d’Athéna, les deux jumeaux n’avaient eu aucun mal à en finir avec le Chevalier d’Argent avant de rejoindre leur Dieu et de se diriger vers le Palais du Grand Pope. Pourtant, Marine n’était pas morte. Oojiro entendait encore son cœur battre faiblement. Ce qui la maintenait dans cet état, ce n’était pas les blessures infligées, mais bien la perte de tout espoir. La disparition d’Athéna lui avait ôté toute raison de se relever. Oojiro comprenait cela, mais avait bien plus besoin de son maître pour progresser et venger la Déesse.

« Marine… relève-toi… Je t’en prie, ne m’abandonne pas… »

Son discours était vain. Marine gardait les yeux ouverts sur une nuit sans étoile. Elle ne ressentait pas les larmes d’Oojiro qui coulaient sur son visage.

Oojiro contempla alors un merveilleux flux d’énergie partir du Palais du Grand Pope. Était-ce les combats avec Mars ? Le flux doré se scinda et frappa successivement le Palais du Capricorne, des Gémeaux en contrebas et enfin du Taureau. Puis un puissant cosmos entra en résonance avec le sien. Il n’avait jamais connu une telle impression de force…

« Chevalier ! »


Etait-ce à lui que l’on s’adressait ?

« Chevalier, le temps presse. Tu t’es vaillamment défendu contre les Combattants de Mars. Malheureusement, la disparition d’Athéna va entraîner la perte du Sanctuaire. Pourtant, la situation n’est pas perdue. Rappelle-toi que tant que du sang coulera dans vos veines, l’humanité peut être sauvée. J’ai besoin de toi. Tu dois immédiatement quitter le Sanctuaire. Emporte avec toi le Chevalier de l’Aigle et tous ceux que tu trouveras sur ton passage. Prends également les Armures d’Or du Poisson et du Bélier, elles vous seront utiles. Tu dois te dépêcher, je retiendrai Mars et ses guerriers jusqu’à ce que vous ayez quitté le Sanctuaire.
_ Mais où… où irons-nous ?
_ Rendez-vous au Royaume d’Asgard. La Princesse Hilda de Polaris et Poséidon veilleront sur vous.
_ Mais et vous… qu’allez-vous faire ici ?
_ Ne t’en faits pas pour moi. Mon rôle est de garder le Sanctuaire. Je le garderai jusqu’au bout. Maintenant part ! »


Le cosmos s’effaça, laissant au jeune garçon une énorme responsabilité. Oojiro frappa Marine pour la sortir de sa torpeur, mais rien n’y faisait. Il se résolut à la porter sur ses épaules et l’emmena vers la Maison des Poissons…


Le Grand Pope

Bien, ce jeune garçon sera notre chance de survie. Il a suffisamment de courage et de force pour s’acquitter de la tâche que je lui ai remise. Mais voilà Mars et ses Combattants…

La porte de la Grande Salle du Palais du Pope s’ouvrit dans un fracas, les battants projetés contre les parois de pierre.
Mars était devant le Grand Pope. L’Empereur de la Miséricorde se trouvait à sa droite, le Grand Prêtre Salien à sa gauche. Derrière eux venaient les deux jumeaux qui étaient venus à bout de Marine et Nusakan, l’Ishim du Zénith. Les deux prêtres en rouge récupérèrent leur mobilité.
Tous s’avancèrent devant le Grand Pope sans prononcer la moindre parole. Saga les regardait, nullement impressionné par le groupe réuni devant lui. Ayar se pencha sur Mintaka qui rouvrit les yeux.

« Grand Pope, me voici. Mars, Dieu de la Guerre, vainqueur du défi lancé à la Déesse Athéna. Je viens réclamer le contrôle de la Terre !
[…] »


Descente du Sanctuaire

Oojiro passa devant la statue d’Athéna offrant Excalibur à son plus fidèle Chevalier. Il traversa la Maison du Capricorne. Marine dans ses bras et l’Armure d’Or du poisson sur le dos, le jeune apprenti se dirigea vers les marches conduisant à la Maison du Sagittaire sans un regard en arrière. Marine émit un faible murmure. Oojiro s’arrêta, joyeux à l’idée que son Maître sorte enfin de sa torpeur.

« Marine, tu te réveilles enfin !... Le Grand Pope m’a...
_ Je sais… Pose-moi par terre… »

Marine se dégagea des bras de son disciple. Elle était exténuée et avait du mal à tenir debout. Il lui serait difficile de descendre les neuf dernières Maisons dans cet état.
Le Chevalier d’Argent s’avança lentement vers la Maison du Capricorne.

« Marine, où vas-tu ?... Le Grand Pope a dit… »

Son maître ne se déplaçait pas vers l’entrée du temple, mais vers une forme sur le côté droit. Il la rejoignit pour découvrir le corps d’une femme allongée sur le dos. Elle semblait morte, pourtant n’avait aucune blessure apparente. Marine se pencha vers elle et lui tata le cou.

« Elle est encore vivante. Oojiro, prend-là avec toi.
_ Mais qui est-ce ? C’est peut-être un Combattant de Mars ?
_ Mais non. Il s’agit de Shina.
_ Shina ? »

L’apprenti se pencha sur la jeune femme. C’était la première fois qu’il la voyait sans son masque et il avait du mal à la reconnaître. Ses habits étaient complètement déchirés et elle ne portait pas de protection.

« Où est son armure ?
_ Aucune idée… Nous ne pouvons pas l’abandonner ici. Tu dois l’emporter.
_ Mais et toi ? Tu n’es pas suffisamment forte pour nous suivre…
_ Pour qui me prends-tu ? Bien sûr que si ! Je vous accompagnerai jusqu’en bas. J’ai parfaitement entendu les paroles du Grand Pope. Nous avons perdu cette bataille, mais la Guerre n’est pas terminée et nous aurons besoin de toutes les forces. Shina est une grande combattante et son état est stable. Elle sera vite sur pieds. »

Oojiro acquiesça. Il n’avait pas à contredire son maître quand elle lui parlait ainsi. Il prit Shina dans ses bras et partit vers le temple suivant. En quittant la Maison du Capricorne, l’apprenti se demanda quels affrontements avaient eu lieu ici. Shina était seule et il n’y avait aucune trace de son adversaire. Avait-elle été vaincue comme Marine et lui ? Dans la Maison du Verseau il avait vu le Combattant de Mars statufié dans la glace. Le Chevalier du Cygne en revanche avait disparu. Tant de valeureux Chevaliers d’Athéna étaient morts dans cette bataille…
Et où étaient les autres apprentis ? Avait-il pu s’enfuir comme prévu pour le Japon ? Le Grand Pope avait pris cette décision avant le début des hostilités. Tous les apprentis devaient se rendre à la fondation Graad où ils seraient recueillis par Marlène et Seika, la sœur du Grand Chevalier Pégase. Oojiro avait préféré rester caché dans la Maison des Poissons plutôt que de partir et d’abandonner Marine. Il ne regrettait pas du tout sa décision.


Sagesse Céleste


« Non. Tu n’as pas gagné le défi contre Athéna. Regarde l’horloge derrière toi. Les douze feux du Zodiaque se sont éteints sans qu’aucun d’entre vous ne soit présenté devant la déesse.
_ Tu te moques de nous ? Athéna est morte ! Les Chevaliers d’Athéna sont morts ! Il ne reste rien du Sanctuaire. Tu es le dernier obstacle devant nous et le Séphire de Malkuth est arrivé dans les douze heures imparties.
_ Malheureusement il n’a pas su se rendre devant Athéna. »
Le Grand Prêtre s’avança.
« Tu te joues de nous Grand Pope. Ce défi était truqué par Athéna elle-même qui n’était pas présente au Sanctuaire comme elle aurait dû. Mais qu’importe maintenant. Où qu’elle soit, elle est morte et avec sa mort, Mars remporte cette bataille. Il est maintenant le défenseur légitime de la Terre. Reconnais ta défaite.
_ Jamais cet homme ne sera le défenseur légitime de quoi que ce soit.
_ Fais attention à ce que tu dis ! Je n’ai pas peur de toi, humain. Tu es peut-être le Grand Pope et quelqu’un de très puissant, mais je sais depuis que je t’ai vu que tu n’es rien d’autre qu’un homme qui s’adresse à un Dieu. Ne me manque pas de respect ! »
Le Grand Pope se leva.
« Tu n’as rien d’un Dieu. Arrête de te prendre pour plus important que tu n’es. Ces hommes t’ont peut-être élevé au rang de Dieu, mais tu restes prisonnier de ton corps de chair. Tu ne devrais pas l’oublier ! »

Diégo était rouge de colère. Cet homme se permettait de remettre en doute sa déité et cela plus que tout le mettait hors de lui. Comment pouvait-il être si arrogant alors que le Sanctuaire était à sa merci ?

« Tu as dépassé les bornes ! »

Diégo concentra dans son poignet une sphère d’éclairs qu’il lança sur le Grand Pope. Celui-ci n’eut aucun mal à l’éviter. La boule percuta le mur derrière lui y imprimant un cratère.

« C’est bien ce que je disais. Tu n’as rien d’un Dieu. Tu n’arrives pas à la cheville de Poséidon ou d’Hadès. Même moi, je serai capable de venir à bout de toi ! »

Ayar n’avait jamais vu Diégo dans une telle colère. Il sentait son aura grimper dans la pièce, mais même s’il était très puissant, le Grand Pope à qui il faisait face paraissait hors d’atteinte. L’Empereur sentait la parfaite maîtrise de son cosmos et le potentiel qu’il dissimulait.
Diégo laissa exploser son aura et une déferlante d’éclairs jaillit sans prévenir de ses deux mains vers le Grand Pope. Des explosions multiples retentirent alors que le Palais tout entier frémissait de ces coups. Les attaques qu’il portait étaient extrêmement dangereuses. Quand il cessa son effort, haletant, le Grand Pope réapparut à travers la poussière. Il se tenait toujours à la même place et n’avait subi aucun dommage. Derrière lui au contraire, un trou profond de plusieurs mètres avait été creusé. La pierre du mur avait disparu et les coups avaient entamé la roche de la montagne.

« Est-ce là tout ce dont Mars est capable ? Quand je pense que Poséidon était capable de provoquer des inondations sur toute la surface du globe et Hadès de modifier la course des planètes dans l’univers…
_ Tu me paieras ça ! »

Le jeune homme se précipita sur le Grand Pope avant qu’Ayar n’ait pu le retenir. Le Grand Prêtre et ses deux acolytes regardèrent leur jeune Dieu se lancer sur le danger sans réagir, un soupçon de moquerie dans les yeux.
Les coups s’enchaînèrent entre Diégo et le Grand Pope. Les attaques du jeune dieu se suivaient les unes après les autres contre un adversaire qui les évitait dans des mouvements d’une simplicité remarquable. C’était comme s’il devinait tous ses gestes avant que ce dernier ne les ait seulement pensés. Ayar regardait sa vitesse d’exécution qui approchait de plus en plus la vitesse limite. Pourtant rien n’atteignait le Grand Pope. L’aura des deux combattants grandissait jusqu’à atteindre des proportions exceptionnelles, même pour un Séphire ! Mintaka était stupéfié de voir son Dieu ainsi mis en défaut par cet homme.

« Diégo attention !... »

Mais avant qu’il n’ait pu réagir, le Grand Pope avait contre-attaqué. Les deux mains en avant, sa cosmo-énergie explosa dans une lumière aveuglante. GALAXIAN EXPLOSION !!
Ayar dut en appeler à toute sa résistance pour ne pas être emporté par l’énergie fulgurante qui envahissait la pièce. Il n’en fut pas de même pour Mintaka, Nusakan, Alphyun, Zheuk ou les prêtres qui furent soufflés jusqu’à l’autre bout de la salle. Quand le calme revint, le Grand Pope était seul devant son trône. Il avait toujours les deux mains devant lui, encore luisantes. Diégo avait disparu.

« DIEGO ? HEAVENLY WISDOM !! »

Avant que Saga n’ait eu le temps de réagir, l’Empereur de la Miséricorde venait de l’attaquer de toute sa puissance. L’attaque à la vitesse de la lumière n’avait aucune faille. Aucun signe extérieur ne l’indiquait si ce n’était le doigt d’Ayar pointé sur le Grand Pope.
Saga ressentit une pression immense l’écraser comme un insecte, le paralysant et lui broyant les os. Le Grand Pope se réfugia immédiatement dans son esprit pour contrôler la douleur qui l’aurait fait suffoquer. Il invoqua sa cosmo-énergie pour reprendre possession de son corps.

« Je suis ici Ayar !... »

L’Empereur se retourna pour voir son Dieu se relever. Il était blotti dans le creux d’un mur. Ses vêtements déchirés, diverses égratignures parsemaient son corps, pourtant il ne semblait souffrir d’aucune blessure grave.

« On ne vient pas à bout d’un Dieu aussi vite ! J’ai senti mon aura monter brutalement et me protéger de son attaque.
_ Dieu soit loué ! »

Les prêtres et Mintaka se relevèrent péniblement pour voir le Grand Pope qui restait debout sur l’estrade. Son regard avait perdu toute vie et son visage affichait les signes d’une crispation de profonde douleur.
Saga regagna un à un le contrôle de ses nerfs. Il avait compris que l’attaque d’Ayar n’avait pas frappé l’environnement extérieur mais directement à son corps et ses centres nerveux. Il s’agissait d’une forme de télékinésie comme il n’en avait encore jamais rencontrée. L’Empereur était capable de dicter ses ordres au corps d’un autre homme !
Ses muscles se relâchèrent un à un et Saga parvint à faire disparaître la douleur qui le torturait. Pourtant ses chairs restaient empreints de la torture qu’il venait de subir et il avait conscience que des dégâts irréparables avaient été infligés à ses centres nerveux.

Diégo s’approcha du Grand Pope qui ne réagissait toujours pas.

« Que lui as-tu fait ?
_ Je lui ai infligé une punition divine pour avoir osé lever la main sur un dieu. Son corps est quasiment mort et même si son cœur bat encore, le Grand Pope du Sanctuaire est… »

Mais Ayar n’eut pas l’occasion de terminer sa phrase tant sa stupéfaction fut grande. Saga bougea le bras, son visage retrouva sa sérénité. Le Grand Pope s’affala dans son trône, l’air épuisé.

« Cette attaque… était véritablement… stupéfiante !... »

Pourtant au regard d’Ayar, Diégo n’aurait su dire lequel des deux était le plus surpris.

« Grand Pope, ton attaque n’a eu aucun effet sur moi !
_ Tu es entouré de Combattants de très grande valeur. C’est une chance que tu gâches…
_ Vas-tu continuer ou te taire une bonne fois ? L’attaque d’Ayar ne t’a-t-elle pas suffit ?
_ Arrêtes Diégo, ne vois-tu pas qu’il cherche à t’énerver pour que tu perdes tes moyens ?
_ Ce n’est pas comme cela qu’il réussira à me vaincre !
_ Mais regarde ton état ! Tu n’avais aucune chance d’échapper à son précédent coup. Un autre que toi serait mort à l’heure actuelle et il ne resterait rien de lui ! De plus, le Grand Pope vient d’échapper à une attaque qui serait venu à bout de n’importe lequel d’entre vous. »

Diégo était abasourdi par le ton de son Empereur. C’était la première fois qu’Ayar se permettait de lui faire la morale. Il se tourna vers Numa qui était hautement amusé par cette situation. Mintaka et les autres Combattants faisaient mine de n’avoir rien entendu. Ils connaissaient l’Empereur de la Miséricorde de vue, mais avaient assisté à son attaque contre le Grand Pope. Ayar avait simplement pointé son doigt sur lui et cela avait suffit.

« Que nous caches-tu Grand Pope ? J’ai l’impression que tu cherches à gagner du temps. Mars est devant toi, la bataille est finie, les douze heures sont écoulées et Athéna est morte. Le Sanctuaire n’a plus aucun pouvoir.
_ Mars a peut-être remporté cette bataille mais la Terre ne lui appartient pas. Ni maintenant ni jamais.
_ Que crois-tu pouvoir faire ? Tu es seul et ton état ne te permet pas d’être aussi arrogant. »

Saga sentit des langues s’infiltrer dans son esprit. Quelqu’un essayait de pénétrer à l’intérieur de sa tête pour violer ses pensées. Il comprit au visage de l’Empereur qu’il en était l’auteur et bloqua immédiatement toute pensée, faisant le vide dans son cerveau.

« Il est inutile d’essayer de sonder mon esprit ! »

Les langues se retirèrent sans succès. Saga avait eu raison de se méfier de cet homme. C’était bien lui le plus dangereux de tous et non Mars. Le jeune homme qui se voulait la réincarnation du dieu était encore trop inexpérimenté pour représenter une vraie menace, même s’il avait réussi à survivre à la Galaxian Explosion. Un exploit étant donné la distance qui les séparait à ce moment-là.

« Tu contrôles très bien ton esprit.
_ Tes pouvoirs télékinésiques sont sans doute exceptionnels, mais ne te seront d’aucune utilité contre moi. Tu n’es d’ailleurs pas sorti indemne de mon attaque. »

L’Empereur saignait effectivement abondamment du bras gauche créant une marre de sang à ses pieds. Le Grand Prêtre réajusta les lambeaux sa robe et s’avança.

« Je pense qu’il est temps de mettre un terme à cette mascarade. Mars, nos armées ont vaincu le Sanctuaire et ce n’est pas l’homme devant nous qui saurait nous empêcher d’accomplir votre divine volonté. Ayar n’arrivera à rien d’autre avec lui. Nous avons tous vu qu’il est impuissant à lui tirer plus d’informations. Qu’y a-t-il de toute façon à découvrir ? Qu’Athéna ne se trouvait pas au Sanctuaire, mais en Enfer ? C’est maintenant une certitude. Elle n’a jamais été dans son Palais et n’est sans doute jamais revenue de son combat contre Hadès. Il y a maintenant des affaires plus importantes à régler.
_ Mais alors nous avons attaqué le Sanctuaire pour rien ? Qui a tué Athéna ? Elle n’est pas morte d’elle-même…
_ Je ne sais qui l’a tuée, mais elle doit avoir bien d’autres ennemis dans l’au-delà. Nous voilà débarrassés d’elle et cette bataille a été loin d’être inutile. Nous sommes venus à bout de tous les Chevaliers du Zodiaque. Il n’y a maintenant plus personne capable de nous arrêter.
_ Cela nous a coûté beaucoup de Combattants ! »

Diégo se retourna vers Mintaka et les trois autres guerriers, les seuls survivants de cette bataille.

« Malheureusement il aurait difficilement pu en être autrement. Si nous ne les avions pas affrontés, ils nous auraient mis des bâtons dans les roues et auraient été beaucoup plus difficiles à éliminer.
_ Alors vous saviez dès le début qu’Athéna n’était pas ici ? C’est pour ça que vous nous avez envoyé vos acolytes ? Pour nous surveiller ? »

Mintaka était en fureur. Il prenait conscience de l’absence de tous ses compagnons. Son Empereur était mort et les autres Séphiroth avaient disparu également. Il n’avait plus qu’une envie, tuer ce Grand Prêtre qui prêtait si peu de cas d’une vie humaine !

« Non, je ne savais pas qu’Athéna n’était pas ici. C’est grâce à vous que nous l’avons découvert et vous serez largement récompensés. Mars n’oubliera pas ce que vous avez fait pour lui.
_ Et tous les sacrifices ? Tous les morts ? Sanosuke et les autres, qui les récompensera ? »

Diégo s’approcha du Séphire. Il était entouré de son aura divine et rien qu’à sa puissance latente, Saga sut qu’il s’agissait bien de la réincarnation du dieu. Le regard attristé et plein de mansuétude de Mars se posa sur Mintaka. Il paraissait sincèrement regretter tous ces combats.

« Je suis désolé pour vous tous. J’aurais dû être présent à vos côtés et je ne referai plus jamais cette erreur. Vos adversaires étaient beaucoup plus puissants que je ne l’avais imaginé. Je sais qu’aucune de mes paroles ne pourra effacer votre douleur. Sache que je n’oublierai jamais ce que vous avez fait en mon nom. Le sacrifice de vos amis ne sera pas inutile. Maintenant que le Sanctuaire n’est plus, je te promets un monde meilleur. Les choses vont changer…
_ Que faites-vous d’Apollon ? Et d’Asgard ? Ils se sont également alliés au Sanctuaire. »

La question de Mintaka prit Diégo au dépourvu. Il se tourna vers Numa le regard interrogateur. Il n’avait encore jamais entendu parler de ces deux nouveaux ennemis. Il reprit vite contenance.

« Ils ne représentent pas une menace pour nous actuellement. Nous avons la situation bien en main. Je te promets que tu n’auras plus à risquer ta vie pour moi. Je considère que tu as accompli ta part de travail. C’est à moi qu’il revient d’agir maintenant. »

Mintaka était plus ou moins rassuré par les paroles de son dieu. Il avait eu tellement de doutes en gravissant les marches du Sanctuaire. Mais il n’avait plus le choix. Les combats qu’il avait menés l’obligeaient à accepter la triste vérité de Mars. Il avait trop de sang sur les mains pour regretter ou revenir en arrière. Il devait lui faire confiance ainsi qu’à l’Empereur de la Miséricorde en qui il retrouvait toutes les qualités de Sanosuke.

Mintaka acquiesça.
Nusakan sentit un poids s’ôter de sa poitrine. Tout cela ressemblait à une vraie scène de ménage devant le Grand Pope d’Athéna qui gardait son impassibilité. Pourtant s’il était capable de reproduire une attaque telle que la Galaxian Explosion, l’Ishim se faisait du souci. Son Arcane n’avait pas résisté à la précédente attaque et il était maintenant sans aucune protection.
Alphyun et Zheuk eux ne semblaient pas faire attention à ce qui les entourait. Il leur suffisait d’avoir atteint le palais du Grand Pope comme on le leur avait ordonné.

« Et bien il ne nous reste plus qu’à régler la question du Grand Pope ! »


Désespoir


Oojiro et Marine étaient parvenus en courant jusqu’à la Maison du Bélier, la première du sanctuaire. En traversant les autres temples, ils avaient découvert avec horreur l’étendue des dommages. Le sanctuaire était totalement pillé. La plupart des Maisons était en ruine et certaines complètement anéanties. Beaucoup n’avaient plus de toits. Cet endroit familier qui avait tout juste commencé à se régénérer était à nouveau dévasté. La Maison de la Vierge était recouverte de végétation, de fleurs et de mousse comme si la nature reprenait le dessus sur la pierre.
Ils avaient également croisé des morts : des Chevaliers d’Athéna et des Combattants de Mars, mais également un Guerrier Divin noirci dans la Maison du Taureau, penché sur une Combattante de Mars. En arrivant dans la Maison du Bélier, Oojiro était prêt à emporter l’Armure d’Or du Bélier comme le Grand Pope le lui avait ordonné, mais ils furent agréablement surpris de constater que l’Armure n’était pas seule. Malgré l’obscurité, ils découvrirent à ses côtés Kiki, le futur Chevalier d’Or du Bélier, qui respirait encore. Son corps portait la trace des blessures qu’il avait subies, mais il ne semblait pas en danger. Marine se pencha sur lui pour lui tâter le pouls.

« Il s’en sortira, il a seulement besoin de repos. Il faut l’emmener avec nous.
Je n’arriverai pas à porter l’Armure d’or du Bélier et cet homme en plus de Shina et de celle des Poissons.
_ Je vais les prendre avec moi.
_ Vous y arriverez ? Vous êtes encore très faible… »

Marine lui jeta un regard qui ne permettait pas de remise en question. Elle referma l’urne du Bélier et l’installa sur son dos avant de prendre Kiki dans ses bras. Ce dernier remua légèrement et ouvrit un œil avant de retomber dans le coma.

Les deux défenseurs d’Athéna quittèrent la Maison du Bélier. Sur le parvis, Marine se retourna vers le sanctuaire plongé dans la nuit. Elle quittait sa maison et sa famille. Le sanctuaire était vaincu pour la première fois depuis sa fondation. Marine n’avait jamais entendu parler d’une défaite d’Athéna avant celle-là. Mais y avait-il déjà eu une seule époque où tant de dieux s’étaient acharnés contre elle ?
Son regard grimpa d’une Maison à l’autre jusqu’au Palais du Grand Pope et la statue d’Athéna qui dominait l’île et était frappée d’un rayon de lune. Là-haut des combats avaient encore lieu. Le Grand Pope n’abandonnerait jamais son Palais et l’île dont il était le gardien. Il était le dernier représentant d’Athéna sur terre, mais qu’est-ce que Mars ferait de lui ? Malgré tous ses pouvoirs, il n’avait aucune chance de se sortir de cette impasse.

Des Chevaliers du Zodiaque, il ne restait plus qu’elle et Shina, Oojiro et Kiki étaient encore des apprentis, même si Kiki était aussi puissant qu’elle. Il était le descendant de Mû et serait bientôt le Chevalier d’Or du Bélier. Même si Mars avait gagné, il représenterait l’espoir pour tous les hommes. Ils devraient vivre en renégats, avec l’aide d’Hilda et Poséidon. Mars les pourchasserait partout. Les disciples qui avaient été envoyés au Japon pourraient-ils terminer leur entraînement et devenir de véritables Chevaliers d’Athéna ? Il ne restait plus suffisamment de Chevaliers pour les entraîner. Un savoir immense avait été perdu avec les techniques de combat de tous ceux qui étaient morts.
Marine se demanda ce qui était arrivé aux Chevaliers de Bronze. Elle n’en avait croisé aucun. Hyoga n’était pas dans la Maison du Verseau, Shiryu s’était désintégré avec son adversaire dans la Maison du Scorpion et Ikky avait disparu. Et qu’était-il advenu de Shun en Enfer ? Avait-il subi le même sort qu’Athéna ?

Jamais la situation n’avait été aussi catastrophique. Malgré tous leurs efforts, la Terre allait basculer dans l’ombre. La liberté humaine allait prendre fin…

Marine s’élança à la suite de son disciple. Lui au moins deviendrait un vrai Chevalier. Peut-être comme Seiya...


Anéantissement

Diégo s’était avancé jusqu’à la grande et fière statue d’Athéna qui dominait le sanctuaire, illuminée par la lune. Il était heureux de savoir qu’il avait gagné, que le monde lui appartenait désormais. En même temps, des doutes l’envahissaient sur les autres ennemis que le Séphire avait mentionnés. Quoiqu’il en soit, le moment était à l’allégresse. Il aurait tout le temps de penser aux autres plus tard.

« Athéna, tu es vaincue et en a perdu la vie. Ta domination sur le monde s’arrête ici. Moi, Mars, je reprends maintenant le flambeau. Il est temps de redonner la foi que tu as volée à l’humanité. Les Humains retrouveront le temps des dieux et du respect qu’ils nous doivent. Leur existence ne sera plus régie par l’absurde et le néant ! »

Mintaka contempla le cosmos de Mars s’élever dans la nuit et englober l’horizon. Son aura divine était monumentale. Mars continuait à répandre son aura qui descendait le long des flancs de la montagne, gagnant les Maisons du Zodiaque les unes après les autres. Le Séphire remarqua des mouvements en contrebas du Sanctuaire. Il y avait des personnes qui fuyaient la Maison du Bélier. De qui s’agissait-il ? Il repensa au Chevalier de la Maison du Bélier qu’il avait laissé en vie. D’autres Chevaliers avaient-ils échappé à la mort ?

« Maître, des Chevaliers d’Athéna sont encore en vie. Ils sont en train de fuir le sanctuaire.
_ Les rats quittent le navire. Nous les retrouverons. Ils sont sans repère. Leur déesse est morte. »

Le cosmos de Mars avait gagné l’ensemble du sanctuaire, remplaçant totalement l’aura d’Athéna qui y régnait à leur arrivée et qui avait disparu avec sa mort.
Diégo libéra toute l’énergie dans une déflagration qui fit trembler l’ensemble de la montagne. Mintaka crut que l’île allait être détruite et allait sombrer dans les flots.
Le souffle dégagé était très violent, pas assez pour inquiéter un chevalier, mais suffisant pour détruire les constructions encore intactes. Il vit les Maisons du Zodiaque s’effondrer sur elles-mêmes. Le Palais du Grand Pope manqua d’engloutir son propriétaire, mais résista mieux que les autres. Un tremblement puissant secoua l’esplanade sur laquelle il se trouvait. L’énorme statue d’Athéna s’était effondrée en avant, brisée au niveau de sa base. Elle avait manqué de peu d’écraser Diégo toujours nimbé de son aura, un sourire aux lèvres.

« Voilà, Athéna est tombée. Maintenant nous pouvons retourner à Choquequirau. Sanosuke et Numa ont-ils fini ?
_ Je ne sais pas. Ils sont encore auprès du Grand Pope avec les autres.
_ Bien, allons les rejoindre. »

Avant de suivre son dieu, Mintaka jeta un dernier coup d’œil en bas du sanctuaire. Malgré un épais brouillard de poussière, il remarqua du mouvement aux abords de la mer. Les Chevaliers d’Athéna quittaient l’île…



Une prison de ruines


Saga regardait les deux prêtres autour de lui. Ils avaient entamé avec le Grand Prêtre un rituel destiné à l’emprisonner sur cette île. La décision de Mars l’avait surpris. Il avait choisi de ne pas le tuer, contrairement à ce qu’il imaginait, et de se débarrasser ainsi de la seule personne qui représentait la déesse Athéna, mais de lui laisser la vie sauve dans un Sanctuaire anéanti.

« Grand Pope, tu resteras le représentant d’Athéna sur Terre, comme l’a choisi la déesse, mais ton royaume se limitera à cette île en ruine. Tu n’auras plus aucun moyen d’exercer tes pouvoirs sur quiconque. Le règne d’Athéna est fini et tu en seras la preuve vivante, le symbole de ma victoire. Tous ceux qui s’opposeront à moi subiront le même sort. »

Saga aurait pu empêcher le rituel des prêtres Saliens et les envoyer dans une autre dimension, mais cela n’aurait servi à rien. Il n’était plus capable de s’opposer à l’Empereur de Mars et aux autres Combattants. Il serait plus utile à l’Humanité en restant ici, comme Sion avant lui, jusqu’à la prochaine réincarnation de la déesse. Car il n’en doutait pas un seul instant, Athéna reviendrait sur Terre pour en chasser le mal.

Des cercles d’énergie pourpres l’entouraient. Leur taille grandissait jusqu’à envelopper toute la pièce. Saga sentait qu’il aurait été incapable de les franchir et ne le souhaitait pas. Même les autres dimensions par lesquelles il aurait pu fuir étaient closes.
Il ressentit alors l’explosion dans toute la montagne accompagnée d’un effondrement partiel de son Palais. La cosmo-énergie de tous ceux qui s’y trouvaient les protégea des débris qui leur tombèrent dessus. Des piliers s’écroulèrent, mais certains résistèrent, maintenant en place la structure du plafond.

Le rituel continua. Diégo et le Séphire de Malkuth revinrent de l’esplanade située derrière le Palais. Les prêtres cessèrent alors leurs psaumes. Les anneaux pourpres avaient disparu de la pièce. Saga savait qu’il les retrouverait tout autour du Sanctuaire, son domaine pour les prochaines décennies.

Le Grand Pope avait perçu la fuite de Marine et des autres. Une fois partis du Sanctuaire, ils trouveraient une autre protection. Tout espoir reposait sur eux pour reformer la garde d’Athéna jusqu’à son retour. Ils emportaient deux Armures d’Or, qui lorsqu’elles auront trouvé un propriétaire viendraient décupler les adhésions au clan d’Athéna. Kiki se montrerait un très bon professeur, tout comme Marine et Shina.
Saga avait pris soin de mettre les autres Armures d’Or à l’abri. Peut-être trouveraient-elles d’elles-mêmes de nouveaux propriétaires dans quelques années. Il avait été surpris de constater que quelques unes d’entre elles étaient réapparues au sanctuaire pendant les combats alors que personne ne savait auparavant où elles se trouvaient. Saga se doutait que certaines étaient encore en Enfer ou dans des dimensions parallèles, mais comment les retrouver ? Seule une poignée avait su retrouver leur chemin, sans doute portée par l’esprit de leurs anciens propriétaires. Les autres étaient toujours absentes et peut-être même avaient-elles été détruites lors de l’affrontement final des Chevaliers de Bronze et des divinités jumelles d’Hadès.

« Adieu Grand Pope. J’espère que cette prison te plaira ! »

Les compagnons de Mars lui emboîtèrent le pas alors qu’il quittait le sanctuaire vers les deux bateaux qui les attendaient aux abords de l’île.


Le joueur de clarinette



Marine et Oojiro avaient subi de plein fouet l’explosion qui avait ébranlé tout le sanctuaire. Ils n’avaient pas osé se retourner pour regarder les dégâts, mais avaient continué leur course vers les bords de l’île. Ils n’avaient pas d’autre choix que de trouver rapidement une embarcation sans quoi il leur faudrait partir à la nage avec leurs deux compagnons et les Armures d’Or.

Distinguant mal leur chemin à travers la poussière, ils aboutirent à un passage à travers les falaises escarpées de l’île conduisant jusqu’à la mer. A une dizaine de mètres de celle-ci, le son d’une clarinette parvint à leurs oreilles. Elle jouait une mélodie enjouée qui ne convenait pas à la situation.
Arrivés près de la mer, ils distinguèrent une barque d’où venait la musique. Il n’y avait pas d’autre choix et la perspective de nager jusqu’au continent ne les réjouissait guère. Ils s’en approchèrent avec précaution, laissant leurs empreintes dans le sable humide. La nuit qui les enveloppait ne leur permettait pas de distinguer les traits de celui qui les attendait dans l’embarcation, un pied sur le rebord du bateau. Quand ils furent suffisamment près, la musique cessa et l’homme abaissa sa clarinette. Ils ne reconnaissaient pas son visage enfantin. Marine n’avait jamais vu cet homme qui portait une veste courte, liée autour de ses hanches par un ruban.

« Qui es-tu ? Que fais-tu au sanctuaire de la déesse Athéna ?
_ Malheureusement ce titre n’est plus très adéquat. Votre sanctuaire n’est plus que ruines antiques. Je m’appelle Euterpe et je suis une Muse d’Apollon. Sa majesté m’a chargé de ramener les survivants de la bataille contre Mars.
_ Apollon ? J’ignorais qu’il venait de se réincarner.
_ Malheureusement, la situation sur Terre est telle qu’il y a été contraint. Vous n’avez aucune crainte à avoir, Apollon est du côté d’Athéna. La Muse de la Tragédie vous a d’ailleurs prêté main forte. Melpomène en est mort d’ailleurs. Et j’ai également assisté quelques uns d’entre vous.
_ Melpomène ? Il devait s’agir du gardien de la Maison du Cancer. Je me suis toujours demandée qui le Grand Pope avait trouvé pour défendre ce temple lugubre et j’ai été surprise d’y apprendre que des Combats s’y déroulaient…
_ Maintenant si vous voulez bien me suivre. Nous n’avons pas beaucoup de temps avant que Mars et ces sbires n’arrivent ici. 
_ Tu dis que tu nous as aidés ? Qu’est-ce qui me le prouve ?
_ Et bien, si je te cite les noms de June, Ban, Ichi… et les autres. Ils ont dû affronter des Combattants de Mars et je suis arrivé à temps pour leur permettre de remporter certaines victoires… Sans moi, ils n’auraient pas pu rattraper ceux qui sont partis à l’assaut des douze Maisons. Mais nous n’avons pas le temps de discuter davantage. Montez et je vous expliquerai en route ! »

Marine et Oojiro grimpèrent dans la barque qui prit aussitôt le large. L’apprenti n’était pas sûr qu’on puisse faire confiance à la première personne venue, mais si Marine avait décidé de le croire, il s’en remettait à son jugement.

Ils étaient déjà loin du sanctuaire qui n’était plus qu’une montagne à l’horizon quand Oojiro vit une étoile filante traverser le ciel et retomber sur l’île…

Épilogue



Des enfants courraient derrière un ballon dans la cours. Seika les regardait jouer. Cela lui rappelait tant de souvenirs… A côté d’elle, Marlène avait les yeux dans le vide. Elles avaient également connu cet orphelinat, ces jeux avec les autres enfants. Leur enfance était bien loin maintenant et pourtant ils se rappelaient tous les jours à eux au travers de ces gamins qui grandissaient ici et y trouvaient une maison et des amis.
Marlène n’avait jamais quitté l’orphelinat de la fondation Graad. Seika, elle, avait eu une longue interruption dans sa vie, un vide de plusieurs années qu’elle ne parvenait toujours pas à combler. Son existence n’avait pas de sens et ce manque se faisait ressentir dans tous ces actes. Heureusement que Marlène s’était occupée d’elle comme une mère. Elles avaient après tout la même peine dans le cœur.

Seika était revenue à la vie en même temps qu’elle perdait son frère, Seiya, qui l’avait recherchée pendant tant d’années. Marine l’avait alors envoyée au Japon. Marlène était longtemps restée à son chevet avant que Seika puisse se relever et prendre soin d’elle-même.
Elle avait ressenti la profonde tristesse de la gardienne de l’orphelinat. Marlène aimait Seiya encore plus qu’elle et elle l’avait perdu sans jamais avoir pu lui avouer ses sentiments. Seika avait essayé de s’occuper d’elle à son tour… Le temps avait passé avec les visites des autres Chevaliers de Bronze. Mais les malheurs n’étaient pas terminés.

Les deux femmes avaient appris l’arrivée des disciples du sanctuaire à la fondation. Les combats avaient repris là-bas et elles n’avaient plus de nouvelles depuis plusieurs semaines. Les Chevaliers de Bronze n’étaient pas revenus.
Marlène était encore plus préoccupée. Elle avait reçu la visite d’une envoyée du gouvernement. Ils réquisitionnaient tous les orphelinats du pays, les écoles, les lycées pour fonder des Académies Gouvernementales. C’était le terme employé, mais ce qu’il signifiait, les jeunes femmes l’ignoraient encore. Bien des choses semblaient sur le point de changer. Elles avaient entendu dire que la Chine avait découvert une nouvelle arme redoutable et imposait sa volonté à ses voisins. Partout, le monde semblait en train de se détraquer et il n’y avait plus personne pour s’opposer à ce changement.

Seika entendit une petite voix. Étonnée, elle se retourna vers Marlène qui était toujours perdue dans ses pensées.
La voix était pourtant toujours là, dans sa tête, comme un appel. Seika ne pouvait y résister. Elle se leva du banc et laissa ses pas la guider. Marlène leva la tête et la vit s’éloigner sans bouger.

L’appel était de plus en plus fort à mesure qu’elle avançait. Sortant de l’orphelinat, Seika fut guidée à travers la ville jusqu’au grand Coliseum de la fondation Graad. Il s’agissait maintenant d’une ruine qui n’était plus entretenue par personne.
Le site était scellé et les entrées avaient été bloquées pour éviter des accidents. Pourtant, Seika trouva une issue et se glissa à l’intérieur. Le soleil au dessus de sa tête s’abaissait à l’horizon et l’intérieur du colisée s’assombrissait. L’appel cessa quand Seika arriva au centre du monument.
Elle n’avait pas vécu le Tournoi Galactique, mais Marlène lui avait tout raconté de cet événement auquel avait participé son frère. Les derniers rayons du soleil effleuraient la cime de l’arène quand un violent éclat s’en dégagea. Quelque chose brillait tout là-haut et Seika savait qu’elle avait été guidée ici pour le découvrir.
La jeune femme grimpa les escaliers jusqu’en haut de l’amphithéâtre. Le soleil s’était maintenant couché, mais la lumière continuait de scintiller. Arrivée en haut de l’édifice, Seika contempla émerveillée l’objet reluisant. Il s’agissait d’un sceptre. Le manche en bois soutenait une couronne d’or entourant un symbole central. Elle n’avait jamais vu cet objet avant, mais Seika savait ce dont il s’agissait. Le sceptre d’Athéna était devant elle, resplendissant !

La petite voix dans sa tête s’éleva à nouveau. Niké, la déesse de la Victoire lui parlait. Des rayons lumineux jaillirent du centre du sceptre pour entourer Seika. Celle-ci fut soulevée du sol de quelques centimètres. Une communion s’opérait. Dans un flash doré, la jeune femme faisait maintenant face à l’arène. Elle tenait dans sa main droite le sceptre d’Athéna qui avait perdu sa couronne et ressemblait maintenant à une lance. Sur son front un diadème d’or rayonnait…

Les Enfers s’effondrent. Les âmes disparaissent dans le Néant. Pour sauver la mort des Hommes, Athéna doit devenir Reine des Enfers ! Mais la Terre est maintenant laissée sans Gardienne ; les Dieux la convoitent. Apollon se réveille tout juste, il est trop jeune. Mars attend depuis plus longtemps. Son seul obstacle : les restes du Sanctuaire d’Athéna. Le nouveau Grand Pope et les derniers Chevaliers Divins arriveront-ils à gagner le défi lancé par le Dieu de la Guerre ? Empêcheront-ils l’Empereur de l’Equilibre et son armée de Séphiroths de se présenter devant la Déesse de la Sagesse avant la fin des 12 heures de l’horloge zodiacale?...


Note de l’auteur : "Jugement Dernier" est ma première fiction Saint Seiya en dehors d’un scénario pour jeux de rôle. Elle prend en compte la série télévisée complète avec notamment la partie d’Asgard et le manga pour la partie Hadès. Les Blue Warriors n’existent donc pas. Cette fiction se déroule sept ans après la victoire d’Athéna sur Hadès. Elle constitue le premier volet d’un ensemble de trois fictions. J’ai essayé d’y faire ressortir ce que j’apprécie le plus dans l’univers de Saint Seiya : un combat pour des valeurs en évitant d’être trop manichéen dans ma vision du monde. Je vous laisse la découvrir. N’hésitez pas à m’envoyer vos commentaires et remarques !



Prologue
Chapitre 1 : De nouveaux ennemis…
Chapitre 2 : Le défi de Choquequirau
Chapitre 3 : Le Jeu des Alliances
Chapitre 4 : L’intronisation d’Apollon
Chapitre 5 : Qu’Odin nous protège !!
Chapitre 6 : Les Amazones de Mars
Chapitre 7 : En l’honneur des Chevaliers d’Or !
Chapitre 8 : Les Gardiens de l’Equilibre
Chapitre 9 : La faiblesse du Cygne
Chapitre 10 : L’épée de Balmung
Chapitre 11 : Fils de Lumiere
Chapitre 12 : Sur les pas d’un géant
Chapitre 13 : Le temple maudit !
Chapitre 14 : Yésod contre Phoenix
Chapitre 15 : La fin d’une tragédie
Chapitre 16 : La paume du Bouddha
Chapitre 17 : L’équilibre des Justes
Chapitre 18 : Interludes de la Balance
Chapitre 19 : Nul n’est immortel...
Chapitre 20 : Le Chevalier d’Or du Sagittaire !
Chapitre 21 : Passage vers une autre dimension
Chapitre 22 : Où le passé rejoint le présent
Chapitre 23 : Aux portes du Grand Pope !
Chapitre 24 : le Sacrifice du Christ
Chapitre 25 : L'Ultime Dragon
Chapitre 26 : Le Destin de Saori
Chapitre 27 : La Chute du Sanctuaire

Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada