Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : squekky


Initiation

Cette fiction se déroule à notre époque. Il n’y a aucun rapprochement avec le Saint Seiya imaginé et écrit par Masami Kurumada. Ce n’est que ma vision des Chevaliers à notre époque. Ce n’est pas une fiction post-Hadès. Il est donc possible que certains points divergent de l’œuvre officielle. Je n’ai gardé que le principe et la base de Saint Seiya.


et je remercie chaleureusement Caammuus et désole pour l'orthographe c'est pas ma tasse de thé.


 


J’espère qu’elle vous plaira. Je vous souhaite naturellement une bonne lecture.



PRELUDE



L’atmosphère était très pesante en ce début d’après-midi. Sur les hauteurs du pilon du Roy, le soleil estival embrasait la garrigue. Toute la végétation était desséchée. Cela faisait deux mois qu’aucune goutte d’eau n’était tombée.


Sous cette chaleur accablante, deux personnes se tenaient face à face. Autour d’elles, la lumière du soleil se reflétait sur la roche calcaire, transformant cet endroit en un véritable four. On pouvait voir la chaleur danser sur le sol craquelé.


Séparées de plus de dix mètres, les deux personnes se fixaient du regard. La tension était extrême.


La plus jeune était une femme vêtue d’un simple body et shorty blancs. Ses cheveux noirs attachés suivaient la course de la légère brise. L’homme qui se dressait face à elle ne portait qu’un pantalon de jogging rouge, et son regard ne trahissait aucune émotion. La jeune fille n’avait aucun échappatoire. Tous ses mouvements étaient suivis par les yeux de l’homme, des yeux d’un bleu profond.


- C’est quand tu veux, dit-il.


Elle se mit en garde ; son poing gauche vint protéger son visage tandis que le droit s’arma.


- OK. Alors on y va.


A peine eut-elle fini sa phrase qu’un halo de lumière bleu enroba son poing. La lumière crépita et explosa. Au même moment, le sol sous son adversaire explosa pour délivrer un geyser d’eau. L’homme fut projeté dans les airs par la force de l’eau tout juste sortie du sol.


La fille se précipita alors vers son adversaire. Celui-ci, encore en l’air, entouré de cette eau sortie de nulle part, amorçait sa chute. Soudain, la jeune femme claqua des mains ; les gouttes d’eau qui entouraient l’homme étaient devenues des billes de lumière, qui le frappèrent toutes en un instant. Un léger sourire se dessina sur son visage. Il ne pouvait rien faire. Tout son corps fut frappé.


L’homme tomba lourdement au sol, son torse présentant les blessures dues à l’attaque. Un mince filet de sang, résultat de sa chute, coulait sur son visage.


La jeune fille courut vers lui tandis qu’il se relevait en s’appuyant sur sa main gauche.


- Désolée ! Je suis désolée ! Je ne voulait pas vous faire mal …


- Me faire mal ! Face à un ennemi, ton but est de lui faire mal ! Même si c’est ton maître, ou ton ami. Quand on se bat, il faut oublier toute pensé qui pourrait nous nuire. Ne pas douter ; un combat n’est pas un jeu. C’est ta vie que tu défends, ce sont tes convictions, tes espérances ! Et aujourd’hui… tu l’as enfin compris … Tu arrives à maîtriser la Danse du Squale.


Il était debout, face à elle, le corps brûlé. Il posa sa main sur la tête de la fille.


- Aujourd’hui, je n’ai plus rien à t’apprendre Leti. Tu maîtrises mon arcane la plus puissante. Maintenant, c’est toi qui as les cartes en main. Ta formation est finie. Si tu arrives à contrôler ton cosmos comme tu l’as fait aujourd’hui, plus rien ne pourra t’arrêter.


- Mais vous avez encore tant de choses à m’apprendre…


- Comme quoi ? Dans le domaine du combat et de la maîtrise de soi, je n’ai plus rien à t’enseigner. Le reste … tu l’apprendras toute seule.


L’homme s’éloigna vers le petit sentier qui s’enfonçait dans les orgeats pour rejoindre la piste.


- Bon, il est l’heure de rentrer. Et une bonne douche nous fera du bien à tous les deux.


Leti détacha ses cheveux, qui tombèrent dans son cou. Elle se remémora les dix années passées avec Juka. « Déjà », pensa-t-elle. Elle venait à peine d’avoir neuf ans quand il est arrivé dans sa vie. En l’espace d’un instant, il avait transformé et remodelé son destin …


La nuit était tombée sur le vieux port. Les vagues venaient faire danser les bateaux amarrés au quai. Le quartier brillait de mille feux. De part et d’autre des corniches, la vie nocturne prenait ses quartiers. Des couples s’installaient sur les terrasses des restaurants, des groupes de jeunes déambulaient, et partout des artistes noctambules s’installaient - jongleurs, mimes, groupes de musiques amateurs - Tous les charmes d’une nuit estivale.


Leti était parmi ces jeunes. Sortant d’un pub, ils planifiaient le reste de leur nuit. Sortie dans un café, calage sur les hauteurs ou baignade nocturne dans les calanques ? Telles étaient les préoccupations de Guillaume, Melissa, et Sofiane, ses amis. Mais elle était à des lieues du débat. Elle repensait encore à son après-midi. Elle savait que ceci l’avait complètement changée. Son regard se posa sur Melissa qui discutait avec Guillaume. Elle avait tout de la parfaite étudiante ; insouciante, elle passait sa vie à s’amuser. Sortir entre amis, se balader en roller sur la corniche, flâner dans les rues commerçantes … Elle se tourna vers Guillaume, son ami de fac. Deux ans maintenant qu’ils se connaissaient ; ils étaient voisins de chambre. Lui suivait des cours de pharmacie tandis que Melissa s’était orientée vers la médecine. Et, enfin, Sofiane. Dans la lune, comme à son habitude, il laissait les autres parler et acquiesçait à chaque fois qu’on lui demandait son avis ; il n’avait pas envie de se prendre la tête pour une simple sortie.


Et la soirée se passa. Leti déambula un instant dans les rues, et ses pas la conduisirent vers le port autonome. Les grues, ces grandes dames de fer, éclairaient la zone de mille feux. On pouvait à peine distinguer le ciel sous toute cette lumière, mais il y avait toujours de l’activité. Les bateaux venaient et repartaient, entraînant dans leur sillage un ballet de camions et d’hommes. Il fallait décharger les containers, les vérifier, les marquer et les mener dans la zone de transit.


Appuyée contre une rambarde, elle regardait toute cette agitation. Perdue dans ce spectacle, elle ne remarqua pas la personne qui vint s’installer à coté d’elle. Un homme, grand, le visage caché par la capuche de son sweater. Il s’assit sur le bord de la rambarde.


- Joli spectacle, n’est-ce pas ? 


Ce fut par ces mots que l’individu l’avertit de sa présence.


- Oui , répondit-elle gênée, surtout par politesse.


Elle tourna les yeux vers l’inconnu. Il était là, assis comme si de rien n’était, les mains dans les poches de son baggy. Elle n’arrivait pas à discerner son visage.


Mais, toujours sans la regarder, il continua à lui parler.


- Tu as fini ton entraînement, paraît-il. Est-ce que tu te sens prête ? 


- Vous dites?


Leti était perdue. Cet inconnu lui demandait si elle était prête. Mais prête pour quoi ? Ensuite, comment savait-il qu’elle avait suivi un entraînement ? Seuls ses parents étaient au courant ; elle n’en avait jamais avait parlé à ses amis. Elle sentit son ventre se nouer. Cette personne dégageait quelque chose de bizarre. Elle connaissait cette sensation : il avait autant de prestance que Juka.


L’homme ressentit son angoisse, mais rien dans son attitude ne le montrait. Il était toujours immobile, assis dans la même position près de la jeune fille.


- Ne t inquiète pas ; je ne te veux pas de mal. Nous sommes pareils, tous les deux …


A ces mots, Leti se raidit. D’autres personnes, avaient, comme elle, enduré dix années d’entraînement ?


L’homme tourna enfin la tête, et il la regarda droit dans les yeux.


- Sache qu’aujourd’hui, nous sommes onze comme toi. Tu n’es pas la seule à avoir subi plus de dix années de souffrance et de pleurs. Mais aujourd’hui, tu as fini ta formation Depuis ce matin, je te suis et je t’observe ; j’ai compris tes doutes. Oublie-les ! … car si tu les gardes, tu mourras avant de savoir pourquoi tu es née et pour quelle cause tu vas devoir te battre …


Tandis que le garçon parlait, Leti avait réussi à entrevoir son visage. La première chose qu’elle remarqua, c’est qu’il était aussi jeune qu’elle.



Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8

Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada