Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Chrysoss


Il etait une fois au Sanctuaire



Une apparition céleste, voilà ce qui pourrait
le mieux décrire la jeune femme qui foulait de sa démarche aérienne le dallage
de la maison des Poissons. Gageons que le plus talentueux des artistes aurait
eu du mal à définir exactement pareille beauté. Son visage, pour commencer,
était d’une délicatesse et d’une régularité absolument parfaites. Ces grands
yeux perses obliquaient sur Dohko qui, pour une fois, se sentit insignifiant.
Sa longue chevelure blonde, soigneusement peignée, épousait avec grâce chacun
de ses mouvements.



 Elle portait une robe à crinoline,
embellie de ci de là par quelques touches de dentelle.

Une broche ovale, sertie d’une topaze, ornait sagement son corsage. Niemand,
oubliant son ton provocateur coutumier, s’agenouilla pour saluer l’entrée de
celle à qui il avait juré allégeance. En se redressant, il murmura à Dohko,
toujours bouche bée :



- C’est normal. Elle fait toujours cet effet-là lorsqu’on la rencontre pour la
première fois.



 - Tu l’auras deviné, je suis Athéna,
dirigeante du sanctuaire et des 88 Saints, qui en composent la force armée. Je
tiens avant tout à te présenter mes excuses pour cet accueil plus que cavalier.
N’en porte pas rancune à Niemand, il n’a fait que suivre mes directives.



 - Vos directives, s’emporta soudain
Dohko. Vous avez vraiment de drôles de manières ! Vous vous permettez de
m’amener ici pour me soumettre à cette mascarade ridicule ! A la fin,
qu’attendez-vous de moi ?



 - Modères tes propos jeune homme,
annonça une extraordinaire voix de baryton. Ta rancœur ne doit pas te faire
oublier à qui tu t’adresses !



 Une ombre monolithique se glissa
derrière la déesse. Elle était composée d’une toge carmin, d’un masque d’ivoire
et d’un heaume surmonté d’une effigie de créature ailée grimaçante. Dohko, qui
malgré les apparences connaissait ses classiques, reconnut le personnage et dit
:



 - Vous devez être le grand Pope,
précepteur de la déesse ! En d’autres circonstances, j’aurais été ravi de vous
rencontrer !



 Le Saint des Poissons esquissa un large
sourire. Visiblement, cette situation surréaliste le réjouissait au plus haut
point.

 

 - Cela ne fait rien grand Pope, déclara
la douce Athéna. Sa méfiance et sa colère sont justifiées. Nous lui devons des
explications. Voudriez-vous vous en charger, vous êtes meilleur orateur que
moi.



 - Comme il vous plaira ! J’irai droit au
but. Si Niemand t’a agressé, c’était pour jauger de tes capacités et vérifier
que l’armure te reconnaissait comme légitime propriétaire. Ce qui ne fut pas le
cas !



 - J’avais compris, répliqua du tac au
tac Dohko.



 - Il faut nous comprendre, intervint Niemand.
Tu défends une vulgaire armure de bronze et dans la foulée sauve deux Saints,
qui passaient par là ! Ca sentait le coup fourré à plein nez !



 - C’est un peu imagé, mais c’est exact,
reprit le grand Pope. Je suivais mentalement les agissements de Fiodor et
Vassili. Durant ton évanouissement, je leur ai ordonné de te conduire au
domaine sacré, ceci afin d’observer tes réactions !



 - Je suis impatient de connaître vos
conclusions !



 - Difficile d’en établir… Tu ne sembles
pas animé d’intentions belliqueuses à notre égard. Mais ton absence de passé me
pose souci ! Tu étais sincère quant tu as raconté ton histoire, je l’ai perçu
dans le timbre de ta voix. Mais tu fais peut-être partie d’une machination dont
les ramifications te dépasseraient !



 - Le principe du loup dans la bergerie,
osa Dohko. Je vous aide en sauvant deux des vôtres afin d’endormir votre
vigilance ! Et une fois entré au cœur du sanctuaire, je le gangrène de
l’intérieur ! Mais dans votre réflexion paranoïaque, vous avez omis un détail
capital ! Je n’ai jamais demandé à venir sur ce domaine, c’est vous, encore une
fois, qui m’y avez conduit ! Je trouve à ce propos qu’il flotte ici une
fragrance assez malsaine ! Je vais vous laisser à vos petites supputations et
regagner mes pénates ! Je garde malgré tout cette frusque en souvenir, adieu !



 Dohko tourna les talons et prit le
chemin de la maison du Verseau.



 - Attends un instant, cria Athéna.



 - Ne me dites pas qu’en plus, je suis
votre prisonnier ! Cela risquerait de m’énerver !



 - Non, tu es libre de partir si tu le
désires. Mais n’as-tu jamais songé que ton passé devait être également lié aux
Saints ? Nous serions peut-être à même de t’aider à recouvrer la mémoire !



 Les sourcils du Pope, sous son masque,
se relevèrent de façon interrogative.



 - Merci, mais non merci ! J’ai choisi de
me tourner vers l’avenir et de ne jamais plus regarder en arrière ! Inutile de
me raccompagner, je trouverai tout seul la sortie !



 Ainsi se termina cette entrevue. Le
Saint d’or recoiffa sommairement sa tignasse et s’exclama :



 - Je crois que nous l’avons contrarié !
Je vous avais dit que ce n’était pas une bonne idée !



 - Epargne-nous ce genre de commentaire,
grommela le grand Pope. Princesse, que pensez-vous de cet individu ?



 - Il est effrayé…



 - Effrayé !? S’étonna Niemand. Par vous
?



 - Non, il ne s’agit pas de cela. Il est
très courageux, au contraire. A aucun moment je ne l’ai vu détourner le regard.
Non, c’est au sujet de sa mémoire. S’il refuse aussi catégoriquement d’y faire
appel, c’est qu’inconsciemment elle lui fait peur ! Sans doute a-t-il connu une
expérience si traumatisante que son esprit aura choisi de se vider pour éviter
de sombrer dans la folie !



 - Et qu’est-ce qui pourrait terroriser
un homme de cette trempe, s’enquit le Saint des Poissons.



 - Je l’ignore ! Mais ce quelque chose
doit être terrible, bien au-delà de toute imagination !



 - Si je suis paranoïaque, coupa le Pope.
Vous, altesse, êtes encore trop candide. Ne réfutez pas trop vite l’hypothèse
du coup monté !



 - De toute façon, ça ne change rien ! Il
est déjà loin à présent et…



 Surprenant le Saint, une forme humaine
se dressa sans un murmure entre les convives. Ce silencieux protagoniste était
équipé, lui aussi, d’une armure d’or mais d’aspect plus rectiligne. En avance
sur son temps, il portait les cheveux courts et colorés d’un blanc peroxydé. A
moins que ce ne soit leur teinte naturelle.

Ses yeux, deux billes de jade piquées d’une nuance d’ébène, s’étiraient
langoureusement en une expression de mystère typiquement orientale. Une fine
cicatrice, presque invisible, lui divisait le sourcil droit. Détail insolite
pour un guerrier de ce statut, il n’avait pas de cape d’appart. Probablement
pour ne pas être gêné dans ses mouvements.



 - Je déteste quand il fait ça, râla
Niemand. Si j’avais le cœur moins bien accroché, il y a belle lurette que
j’aurais eu une crise cardiaque !



 - Ganymède du Verseau, annonça le Saint
en s’agenouillant rapidement. Pour vous servir !



 - Relève-toi, lui intima Athéna, lasse
de ces vicissitudes protocolaires. Quelles sont les nouvelles de l’île
d’Andromède ?



 - Tout va bien ! Nos insaisissables
ravisseurs d’armures semblent ne pas vouloir de celles de l’île ! Conformément
à vos ordres, nous les avons rapatriées, tout comme les occupants du camp
d’entraînement !



 - Voilà enfin un rapport rassurant,
concéda le grand Pope. Mais j’ai l’intuition que ton récit n’est pas fini,
n’est-ce pas ?



 - En effet… Sur le chemin du sanctuaire,
un courrier du village Hyppolite est venu à ma rencontre, porteur d’un message
improbable ! Ce matin, un habitant aurait retrouvé les sépultures des princesses
éventrées ! Mais il ne s’agirait pas d’une profanation, car tout porte à croire
que les tombes ont été ouvertes de l’intérieur !



 - Excusez mon manque de culture
générale, se permit Niemand. Mais qui sont les princesses dont tu parles ?



 - Les princesses Amazones, répondit le
Pope. Celles qui jadis mirent cette contrée à feu et à sang…



Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada