Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Chrysoss


Il etait une fois au Sanctuaire



Dohko se lassait
d’attendre. Deux heurs déjà que la petite expédition avait quitté le bateau, et
toujours rien en vue. Niemand, pour sa part, passait le temps en vérifiant
l’étanchéité de la coque de son navire.



 



- Si tu t’ennuies,
rien ne te dispense de venir m’aider, lui dit-il. La coque est couverte
d’algues et j’ai un grattoir à ta disposition !



 



- Je ne suis là
qu’en qualité d’observateur, c’est toi-même qui l’as dit. Et surtout, je ne
veux pas risquer de me briser encore une fois le bras !



 



Brusquement, les
deux Saints furent assaillis par une sensation de malaise. Un cosmos
gargantuesque, en provenance directe de l’île, leur faisait comprendre qu’ils
n’étaient pas les bienvenus.



 



- Ca y est, proclama
Niemand, scrutant le volcan appelé Etna. Il a pris conscience de notre
présence !



 



- Ainsi la légende
disait vraie ! Typhon le plus puissant des géants, l’ennemi héréditaire
des dieux de l’Olympe, est emprisonné ici ! Je perçois son cosmos,
assoupi, enchaîné au plus profond du volcan !



 



- Pour un amnésique,
tu as une sacrée mémoire ! Tu as raison, Typhon, le tueur de dieux, se
trouve bel et bien là ! Voilà pourquoi Shion ne pouvait intervenir !
L’aura du géant parasiterait ses téléportations !



 



- Cela ne m’explique
toujours pas pourquoi autant de Saints ont été dépêchés pour cette
mission ! L’âme de Typhon est scellée, qu’avons-nous à craindre de
lui ?



 



- Bien plus que tu
ne le crois ! Bien plus…



 



L’expédition, quant
à elle, poursuivait son chemin. Encadrés par les Saints d’argent les gardes, en
file Indienne, commençaient l’ascension du volcan.



 



- Les armures sont
sur cette corniche, expliqua Vassili. En nous dépêchant, nous arriverons au
vaisseau avant la tombée de la nuit !



 



- C’est trop facile,
observa son congénère, un éphèbe brun du nom de Proxima.



 



Fiodor, écoutant à
peine cet avis plus que pertinent, jeta un œil par-dessus son épaule. Auroch,
maintenant à un jet d’arbalète du groupe, les suivait inlassablement.



 



- Si vous voulez le
fond de ma pensée, dit-il. Notre chaperon me fait plus froid dans le dos que
tous les pièges que nous pourrions rencontrer !



 



- On le dit orfèvre
en diverses sortes de tortures, jacta Proxima, vérifiant que l’objet de sa
médisance ne l’entende pas. Il aimerait aussi laisser mourir ses adversaires à
petit feu !



 



- On dit aussi que
les dieux, Athéna y comprise, n’existent pas ! Pas plus que les Saints,
coupa Vassili. Oubliez ces ragots et acquittons-nous au plus vite de cette
mission !



 



Le quatrième Saint
d’argent se nommait Lodz. Bâti comme un lutteur, le visage renfrogné et le
cheveu ras, il donnait une impression toute militaire de calme et d’assurance.
Aussi, ses comparses furent-ils d’autant plus surpris de le voir trébucher et
s’écrouler.



 



- Lodz, s’inquiéta
Fiodor. Ca ne va pas ?!



 



- Ce n’est rien, les
rassura-t-il en se relevant aussitôt. C’est juste un étourdissement ! J’ai
honte de l’avouer mais je n’ai pas le pied marin ! Sans doute est-ce une
séquelle de notre traversée !



 



Fiodor et Vassili
échangèrent un regard incrédule. L’arrivée du groupe à proximité des armures
coupa court à toutes supputations. Chacune d’elles, soigneusement rangée dans
son urne de transport, les attendait patiemment. Par dérision, les ravisseurs
les avaient également alignées selon l’ordre chronologique de leur
« emprunt ». Vassili, suspicieux, vérifia le contenu des urnes. Quant
il fut traîtreusement frappé par une vrille d’énergie. Sévèrement touché, il
s’écroula dans les bras d’un Fiodor éberlué.



 



Sur le navire Dohko,
perdu dans ses pensées, ressentit le cosmos de Vassili faiblir dramatiquement.
Niemand le perçut également mais, sans affolement, continua de vaquer à
l’entretien de son bien le plus précieux.



 



- Ne t’inquiète pas,
avoua-t-il à Dohko. Un ange gardien peu orthodoxe, mais diablement efficace,
veille sur eux.



 



Fiodor, sans
réfléchir, se jeta sur Lodz, l’agresseur de son frère. Mais le porteur de
l’armure d’Orion le renvoya, d’un coup de genou bien senti.



 



- Tu as perdu l’esprit,
lui cria Proxima, Saint d’argent du Centaure. Nous…



 



- Misérables
mortels, rétorqua-t-il d’une voix incroyablement gutturale. Qui vous a permit
de troubler ainsi mon sommeil millénaire ?



 



- Ce… Ce n’est plus
Lodz, clama Fiodor. Son âme est dominée par une aura maléfique et
surpuissante ! Ce cosmos tourbillonnant comme un ouragan déchaîné, ce ne
peut être que celui de…



 



- Typhon, compléta
Proxima. Malgré les sceaux de Zeus, son emprise opère encore en ce monde !
Quel… Quel pouvoir terrifiant !!



 



- Mortels ! Déguerpissez
si vous tenez à vos insignifiantes vies ! Moi  Typhon, dieu des géants, garde votre
compagnon et ces armures en offrande ! Ils partageront mon sort et serons
noyés dans la mer de magma de ma prison, afin que nul n’oublie que ma
renaissance approche ! Fuyez ! Engeance inférieure !!



 



Le Saint de la Meute, ignorant ces
recommandations, repartit à la charge. Cependant, une onde dorée le fit
valdinguer pendant la préparation de son attaque, lui sauvant ainsi
probablement la vie. Les gardes du sanctuaire firent alors une haie d’honneur à
un retardataire.



 



- Ne… ne te mêle pas
de ça, lui hurla Fiodor, faisant fi du respect dû à un de ses supérieurs. Il
est à moi !!



 



Auroch, méprisant,
dégrafa sa longue cape et commanda aux gardes :



 



- Emmenez les armures !
Je me charge du reste !



 



- Tu n’as pas
compris, s’énerva Fiodor. Je viens de te dire…



 



Proxima posa
fermement la main sur l’épaule de son semblable. Il lui confia son frère et, en
bon chef d’orchestre, dirigea les opérations. Chaque garde prit une urne sur
son dos et, au pas de course, dévala la pente du volcan. Ensuite, il murmura à
l’oreille de Fiodor :



 



- Viens, nous devons
soigner Vassili ! Réfrène tes pulsions vengeresses, seul, tu n’arriveras à
rien…



 



Les Saints d’argent
quittèrent, à leur tour, la corniche. Lodz/Typhon n’essaya nullement de les
retenir. Il attendit patiemment leurs départs et provoqua copieusement Auroch :



 



- Une vermine reste
une vermine, qu’elle soit d’or ou d’argent ! Mais si cette vermine choisit
de se sacrifier à la place de ses amis, je me dois de saluer son héroïque
stupidité !



 



- Ces larves ne sont
pas mes amis, mais des chaînes entravant mes mouvements ! C’est un
sentiment qu’un animal en laisse, comme toi, peut comprendre !



 



- Mortel ! Ton
irrévérence est distrayante ! Je vais prendre un malin plaisir à retirer
chaque parcelle de ta peau ! Tes cris de douleur seront mélodie à mes
oreilles !



 



- Tu parles
trop ! TAURUS SISMIC WAVE !!!



 



Le Saint balafré
frappa violement le sol jonché de scories. L’onde de choc, ébranlant la structure
du volcan, balaya Lodz. Toutefois, après s’être fracassé le crâne sur un amas
de magma solidifié, il se remit instantanément debout.



 



- Humain ! Ton
attitude me surprend ! Tu frappes sans hésitation ton compagnon d’arme,
mais de plus tu prends le risque de fissurer la paroi du volcan ! Te
moques-tu de l’existence de ces vermines-ci ?



 



Lodz/Typhon embrassa
du regard un village misérable qui paraissait posé, plus que construit, au pied
du volcan.



 



- Oui je m’en
contrefiche ! TAURUS SISMIC WAVE !!!



 



A nouveau, l’onde
frappa le Saint possédé. La croûte de lave recouvrant la cheminée du volcan se
craquela alors dangereusement. Quelques jets de souffre filtrèrent des
fissures, signes d’une éruption imminente.



    



- Tu ne parviendras
pas à me vaincre ainsi ! J’en déduis que tu souhaites périr de la main de
ton semblable ! Comme il te siéra, PURITY HURRICANE !!!



   



Un ouragan, à
échelle réduite, décolla la lourde carcasse d’Auroch du sol. L’Etna, de plus en
plus exaspéré par ces vandales, s’escrima à les chasser en grondant
rageusement.



 



- Mortel
présomptueux, tu auras connu une fin princière ! Ton nom résonnera à
jamais comme celui d’un martyr et…



 



- Rengaine tes
formules de victoire archaïques ! Je suis toujours vivant !



 



- Tu forces mon
admiration ! Jamais je n’aurais pensé que tu survives à pareille
tempête !



 



- J’espère que tu
plaisantes ! Ton attaque était, par sa faiblesse, une insulte à ma
personne ! En dépit de ton emprisonnement, j’aurais cru le plus grand
rival de Zeus autrement plus compétitif que cela ! Tes sceaux s’amenuisent
de jour en jour, pourtant tu ne parviens qu’à contrôler un médiocre Saint
d’argent, augmentant sans conviction ses pouvoirs ! Si ceux quoi ont
dérobé les armures de bronze pensaient nous infliger une épreuve insurmontable
en les déposant ici, ils se sont fourvoyés !



 



- Silence
vermisseau ! PURITY HURRICANE !!!



 



Auroch, impérial, se
jeta au cœur de l’ouragan. Comme pour un applaudissement, il claqua
énergiquement des mains. Ce geste anodin créa une dépression d’air suffisante
pour arrêter les vents dévastateurs. Puis, jaugeant Typhon qui, par delà Lodz,
l’observait ébahi il déclara :



 



- J’ai accepté cette
mission pour une seule raison, te faire découvrir la terreur ! Même le
prince des géants doit avoir une faille psychique ! PRIMAL TERROR !!!



 



Quoi que fit le
Saint du Taureau, il n’y eut aucun effet visuel. Il se borna à fixer Lodz droit
dans les yeux. Par contre le corps de Typhon, dissimulé sous une
impressionnante profondeur de magma, s’agita. Dans une transe frénétique, il se
recroquevilla et s’étira sans discontinuer. Le Saint d’Orion ne connut pas de
tels soubresauts mais, comme un automate cessant de fonctionner, s’écroula
inerte.



 



Le Saint d’or
s’imagina alors l’âme du plus puissant des géants, semblable à un enfant
apeuré, regagnant en toute hâte son enveloppe charnelle véritable. Il se fendit
d’un sourire à cette pensée et s’en alla, abandonnant Lodz à son sort. Le
volcan relâchait déjà des projectiles incandescents quand Proxima, venant aux
nouvelles, cria au Saint d’or :



 



- Ne t’enfuis pas !
C’est par ta faute que l’Etna s’éveille ! Tu dois venir en aide aux
habitants de ce village !



 



- Ma tâche est
accomplie ! Libre à toi de jouer aux héros, si le cœur t’en dit !



 



Le Saint du Centaure,
ne pouvant compter que sur lui-même, fit exploser son cosmos. Courageusement,
il fit face à la coulée de magma, qui déferlait sur lui, et s’échina à la
contenir. Providentiellement, cette dernière fut gagnée par un épais
brouillard. Défiant toutes les lois de la nature, il la refroidit
intégralement. Proxima, tétanisé, constata que les brèches du volcan se
colmataient et que l’Etna, apaisé, se rendormait.  Sans retenue, il loua le ciel ou plutôt
Niemand qui, à bout de forces, s’appuyait sur Dohko pour ne pas chanceler.



 



- Score final,
Niemand un, l’Etna zéro, rigola-t-il.



 



- Ton ange gardien
m’a tout l’air d’une foutue pourriture, s’énerva Dohko, donnant dans la
vulgarité. Pour qui se prend-il ?



 



- Pour ce qu’il est,
le plus dangereux des Saints d’or ! Et crois-moi, je préfère largement le
savoir de notre côté !



Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada