Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

La Giudecca

Athéna semblait impassible devant la massive épée que détenait Hadès dans sa main droite, mais elle lâcha une phrase qui trahissait son appréhension :

"L'Epée des Illusions... Tu ne l'avais plus utilisée depuis notre premier affrontement dans les temps anciens... Même il y a deux cents ans, tu ne t'en étais pas servi..."

"En effet, reconnut le sombre monarque... Il est d'ailleurs certain que j'aurais triomphé de toi si je m'en étais servi..."

"Ne te surestime pas, Hadès ! Tu avais déjà commis cette erreur, il y a deux cents ans, ce qui m'avait permis de te vaincre !"

Hadès répondit en secouant la tête :

"Je ne me suis nullement surestimé... Bien au contraire, Dieu connaît Sa valeur et celle de Ses ennemis... C'est toi qui te surestimes, Athéna."

La déesse fronça les sourcils :

"Hadès... Tu retombes dans les mêmes travers... Tu as beau avoir l'Epée des Illusions, il n'en reste pas moins que je suis protégée par mon armure, ainsi que par la déesse de la Victoire et le Bouclier de la Justice... Tu devrais prendre garde à toi..."

L'Empereur des Ténèbres ne se démonta pas et rétorqua :

"Je préfère t'avertir, Athéna : ni ton armure, ni ton sceptre, ni ton bouclier ne te seront d'une quelconque utilité... Tu ne vas point tarder à le comprendre..."

Un halo sombre vint entourer le fils aîné de Cronos, ce qui n'échappa pas à la fille de Zeus, recouverte par une aura dorée :

"La confrontation qui décidera de l'avenir du monde va donc commencer..."

Hadès hocha la tête en guise de réponse... avant d'abattre l'Epée des Illusions sur son adversaire, qui se protégea in extremis avec son bouclier. Le choc ayant néanmoins été rude, son casque tomba au sol. Elle et Hadès demeurèrent sur leurs positions respectives durant une dizaine de secondes, puis la jeune fille tenta de contre-attaquer, mais le Sceptre de la Victoire se heurta brutalement à l'Epée des Illusions. Athéna tenta de percer la défense d'Hadès, mais en vain. Alors qu'une certaine inquiétude commençait à naître chez la déesse de la Guerre, le sombre monarque lui lança :

"Athéna... Au cas où tu l'aurais oublié, l'Epée des Illusions est l'arme suprême par excellence, de loin supérieure à la foudre de Zeus, mon cadet ! C'est une arme qui combine à la fois la défense et l'attaque ! Et cet atout, Athéna, ni dieu, ni homme ne peut le surpasser !... Pas même toi !"

En une ridicule fraction de seconde, l'Empereur des Ténèbres passa à l'offensive et, par un mouvement complexe, passa en-dessous du Bouclier de la Justice pour frapper son adversaire au flanc gauche. Bien que protégée par son armure, Athéna ressentit violemment l'impact du coup d'Hadès et fut envoyée plusieurs mètres en arrière, contre un pan de mur. Alors qu'elle était assise contre le mur et à demi-consciente, la jeune fille murmura :

"C'est étrange... Je... Je me sens faible... Pourtant, le coup porté par Hadès n'était pas empli de toute sa puissance..."

Ce fut alors que la voix du Dieu des Enfers se fit entendre, sévère :

"Que t'arrive-t-il, Athéna ? Bien que tu sois d'ores et déjà condamnée à mort, je ne veux point abattre mon adversaire quand elle est à terre ! Relève-toi avant de recevoir le châtiment divin !"

Athéna soutint le regard implacable du sombre monarque, puis rétorqua :

"Hadès... Je vais me relever... Mais non point pour être vaincue, mais pour te vaincre, toi !!"

La jeune fille se releva aussitôt, mais sembla chanceler à nouveau, aussi se cramponna-t-elle furieusement à son sceptre et son bouclier, un spectacle qui fit apparaître sur le visage d'Hadès un sourire pâle comme la mort, puis le fils aîné de Cronos lança à son ennemie :

"Je t'avais prévenue, Athéna... La victoire sera mienne !"

************

Le cinquième maleboge

Suite à l'attaque de Thérava, Flying Daggers, Mertens, Hugo, Manta, Clark et Trigsey furent balayés en plusieurs secondes, avant de retomber non loin de leurs frères d'armes. Hannibal de l'Elephant accourut près d'eux, mais ne put que constater les dégâts et lança à Jeronimo :

"Ils sont morts..."

"Malédiction ! laissa échapper Mako du Jaguar. Ce maudit chevalier d'argent a donc de la ressource !"

Thérava, satisfait d'avoir pu vaincre cinq Spectres en un éclair, lança à ses adversaires :

"Spectres d'Hadès ! Voyez ce qui est arrivé à cinq des vôtres ! Rien ne dit que je ne pourrai pas réitérer mon exploit !"

Jeronimo, quelque peu sur les nerfs, rétorqua :

"Ne te vante pas trop, chevalier ! Regarde ce qui est arrivé à ton maître, qui croyait bêtement pouvoir se débarrasser de nous tous ! Si tu sous-estimes tes adversaires, tu en paieras le prix, d'autant que nous demeurons supérieurs en nombre !"

Le chevalier du Paon ne se laissa pas démonter :

"Le nombre ne fait pas tout ! Je sais que je suis capable de vous vaincre et de venger mon maître !"

Le Spectre de la Manticore soupira :

"Très bien, tu l'auras voulu... Mes amis..."

"Jeronimo ?"

Jeronimo se retourna vers Venizio de la Tarentule, qui l'avait interpellé :

"Que veux-tu, Venizio ?"

"Jeronimo, laisse-moi m'en occuper... Je sais comment rabattre son caquet à ce jeune présomptueux..."

Le spectre de l'étoile terrestre inattendue affichait un sourire curieux qui n'échappa, ni à Jeronimo, ni à Thérava, qui frissonna malgré lui. La réponse du Spectre de la Manticore ne se fit pas attendre :

"Soit... Je t'accorde cette faveur, Venizio !"

Le Spectre de la Tarentule regarda avidement le disciple de Gautama, avant de lui dire :

"Chevalier d'Athéna... Contemple ton infortune !!"

Méfiant, Thérava se mit en position de combat... avant de lâcher, sous le coup de la surprise :

"Quoi ?! Qu'est-ce que..."

Venizio avait en effet pris une posture étrange ; il s'était pratiquement allongé sur le ventre, avait écarté les jambes et plié ses bras, une posture qui semblait incongrue, mais qui fit pourtant frémir le disciple de Gautama :

"Que... Que fait-il... Cette posture... Elle ressemble à celle d'un arachnide !"

Mais Thérava n'était pas au bout de ses surprises ; un halo étrange et flurorescent, semblable à une toile de soie, semblait entourer de toutes parts, et de façon progressive, le cinquième maleboge. Alors qu'un mauvais pressentiment commençait à saisir le chevalier d'argent, le Spectre de la Tarentule lui dit :

"Chevalier d'Athéna, tes heures sont comptées ! Tu vas bientôt connaître une souffrance pire que la mort !"

Thérava protesta véhément :

"Jamais !! Spectre d'Hadès, tu vas..."

"Que l'araignée tisse sa toile !... TARENTULA NET !!"

"COMMENT ?!"

Dans la seconde qui suivit, le chevalier du Paon se sentit bloqué par les avant-bras, puis par les jambes. Il jeta des coups d'oeil à gauche et à droite et vit avec horreur que son adversaire avait agi afin de le retenir prisonnier d'une toile constituée d'énergie fluorescente. Il ne fallut que quelques secondes pour que le Tarentula Net se constitue entièrement et empêche Thérava de se mouvoir de son propre chef, ce qui amusait beaucoup Venizio :

"C'est fini, chevalier ! Te voilà piégé dans la toile de la tarentule ! Ha ! Ha ! Ha !"

Ses éclats de rire furent suivis par ceux de ses frères d'armes, ce que n'apprécia nullement le disciple de Gautama :

"Spectres d'Hadès, ne vous attendez pas à ce que je me laisse mourir ! Moi, Thérava, je saurai briser cette toile maléfique !!"

Il commença à intensifier son cosmos... mais poussa immédiatement un cri de douleur aigu. Pire encore, il commençait à se sentir faible. Le spectre de l'étoile terrestre inattendue lui expliqua les raisons de ce malaise :

"Chevalier... Pendant que tu peux encore m'entendre, sache que le Tarentula Net absorbe peu à peu toute l'énergie vitale de sa proie ! Cette toile est indestructible, jamais tu ne pourras t'en échapper et tu finiras par périr dans une agonie lente et douloureuse !"

************

Le Cocyte, huitième prison du Meikai

Bien qu'étant éloigné du combat, Moloch parvenait à suivre ce qui se passait entre Thérava et les Spectres d'Hadès. L'âme damnée du sombre monarque affichait un large sourire et dit, tout en se frottant les mains :

"Tout se passe comme prévu... Non... Cela se passe beaucoup mieux que je ne le pensais... Un par un, les chevaliers d'Athéna succomberont aux forces de Sa Majesté... pour mon plus grand profit !"

Une fois de plus, le vieil homme éclata d'un rire sardonique qui résonna dans tout le Cocyte.

************

L'air pâle, le révérend Trevor balbutia :

"John... Plus j'y pense et plus je me dis que ce Moloch était bien pire que son maître... Un comble... Et je ne dis pas ça parce que vous avez été la réincarnation du sombre monarque malgré vous..."

John répondit :

"Avec le recul, je ne m'étonne point de la noirceur de cet homme... Hadès avait beau être l'Empereur des Ténèbres, un dieu qui voulait détruire l'humanité, il n'en avait pas moins une nature divine... Tandis que Moloch était un homme..."

"Un homme corrompu dans son essence, en effet..." approuva Trevor.

Le fils d'Etienne Roligny bâilla une nouvelle fois, puis enchaîna :

"Excusez ma fatigue, révérend... Je vais recentrer mon récit sur le front skygardien... Christian du Verseau venait de rendre son dernier souffle, sous les yeux de son ami Felipe et de deux de ses sujets..."

************

A des dizaines de kilomètres du camp de la résistance skygardienne

Daniel et Diomède continuaient de courir, mais sentaient que la fatigue les gagnait peu à peu :

"Diomède... J'ai de plus en plus de mal à tenir le coup... Je crois que nos combats respectifs, notamment contre Mona, ne nous ont pas laissés indemnes !"

"Je comprends ce que tu ressens, Daniel... Mais... Mais nous n'avons pas le droit de nous plaindre ! Nous devons atteindre Eaque avant qu'il n'extermine tous les Skygardiens !..."

Tout à coup, un éclair traversa les esprits des deux chevaliers d'or, qui furent cloués sur place. Ils demeurèrent muets durant une vingtaine de secondes, puis laissèrent échapper d'une voix brisée :

"Christian... Non..."

"Il... Il a été..."

L'émotion les empêcha d'aller plus loin en paroles.

************

Le camp de la résistance skygardienne

Sitôt que le cosmos de Christian se fût éteint, les voix horrifiées de Felipe et des deux Skygardiens résonnèrent :

"CHRISTIAN !!"

"MON PRINCE !!"

Les larmes se mirent à couler sur les joues du chevalier du Capricorne, ainsi que d'Harald et Davol. Le gardien de la dixième maison du Zodiaque balbutia :

"Christian... Tu... Tu étais l'un des chevaliers d'Athéna les plus valeureux qui soient... Pourquoi... Pourquoi Dieu a-t-il voulu prendre ta vie ?"

"Parce que c'est le sort qui attend Athéna et sa chevalerie, chevalier du Capricorne !!"

Felipe tourna la tête et aperçut Eaque, qui venait vers lui, l'air étrangement calme. Quand Harald vit le meurtrier de son prince, une colère noire commença à s'emparer de lui, une colère qui se réflétait dans sa voix tremblante :

"Eaque... Le prince de Skygard... Tu l'as..."

"Fichez le camp de là, vous me dérangez !!"

Sans crier gare, le Juge des Enfers fit exploser son cosmos, de sorte que Felipe, Harald et Davol furent violemment projetés en arrière et se retrouvèrent dans la neige. Eaque s'assura qu'ils étaient suffisamment loin de lui, puis lâcha :

"Bien... A présent, faisons ce qui est à faire !"

Dans la seconde qui suivit, la main droite du spectre de l'étoile céleste de la supériorité s'abattit sur la tête de Christian, qui sauta de ses épaules. Eaque la rattrapa par les cheveux et la brandit, tel un trophée, devant les yeux épouvantés de Felipe et des deux Skygardiens. Harald, d'une voix emplie de rage, cria au Juge des Enfers :

"Eaque !! Comment as-tu osé commettre pareil sacrilège ?"

Le Juge des Enfers jeta un regard dédaigneux au chef de la résistance, puis lui rétorqua :

"Apprends, jeune imbécile, que Sa Majesté Hadès a donné l'ordre aux trois Juges des Enfers de lui ramener les têtes des douze chevaliers d'or ! Ces trophées serviront à laver l'affront subi par les trois Juges des Enfers, il y a deux siècles, quand Luis du Capricorne les vainquit en les décapitant avec Excalibur !"

"Quoi ?!"laissa échapper Felipe, qui ne s'était pas attendu à un tel projet de la part de l'Empereur des Ténèbres.

"Tu m'as bien entendu." affirma le spectre de Garuda.

Puis, se mettant à sourire de plus belle :

"Et, comble du bonheur, après la tête du prince de Skygard, ce sera celle du disciple de Luis du Capricorne que je prendrai ! Chevalier du Capricorne, prépare-toi à périr de la main d'Eaque de Garuda !!"

************

Les Cinq Pics, dans l'Empire du Milieu

Philoctète et Arkantos, qui demeuraient en retrait, n'arrivaient toujours pas à croire ce qui se passait sous leurs yeux ; Dohko arrivait à résister à Rhadamanthe et même à le maîtriser :

"Incroyable... Dohko... Le plus jeune des chevaliers d'or... Il parvient à résister à Rhadamanthe, tandis que j'ai été incapable de prendre le dessus..."

"Le chevalier de la Balance est vraiment prodigieux... Il... Il va peut-être finir par remporter la victoire !"

Mais à cet instant, Dohko se retourna et dit à ses deux amis :

"Ne crions pas victoire trop vite... J'ai l'impression que le plus dur ne fait que commencer..."

"Bien raisonné, chevalier !"

Le gardien de la septième maison du Zodiaque se retourna vivement et vit le spectre de la Vouivre, qui s'était relevé. Dohko fronça les sourcils et s'adressa à Rhadamanthe en ces termes :

"Rhadamanthe... Je sais que tu es bien plus puissant que tous les adversaires que j'ai affrontés auparavant... Mais notre combat ne fait que commencer !"

La réponse du Juge des Enfers ne se fit pas attendre :

"Détrompe-toi, chevalier de la Balance... J'ai déjà suffisamment perdu de temps avec ces deux misérables que tu as sauvés de justesse... Non, chevalier, notre combat va prendre fin très bientôt !!"

"Comment ?!"

Intrigué, le chevalier de la Balance vit son adversaire intensifier son cosmos de façon bien plus considérable qu'auparavant, ce qui le fit trembler sur ses jambes l'espace d'un instant :

"Incroyable, murmura-t-il... Ainsi donc, il n'avait montré qu'une parcelle de sa puissance avec la Greatest Caution..."

Ce fut alors que Rhadamanthe lança :

"Justement, chevalier, autant te montrer ce que je sais vraiment faire !... Ce que j'ai fait avec le chevalier du Toucan, je le ferai avec toi et tes amis ! Préparez-vous à rejoindre l'autre monde, chevaliers d'Athéna !

La silhouette de la Vouivre émergea alors derrière le Juge des Enfers, qui cria :

"WYVERN DESTRUCTION !!"

Une vague d'énergie de couleur grise fonça alors, non seulement sur Dohko, mais aussi sur Philoctète, qui s'était avancé aux côtés de son compagnon. Les deux chevaliers d'or n'eurent malheureusement pas le temps de réagir et furent violemment touchés de plein fouet par la nouvelle attaque du spectre de l'étoile céleste de la destruction, avant d'être projetés contre un rocher qui vola en éclats sous l'effet du choc. Dohko et Philoctète demeurèrent inconscients pendant une vingtaine de secondes, puis commencèrent à reprendre leurs esprits, tant bien que mal :

"Quelle... Quelle violence... Il n'avait pas tort, je n'avais encore rien vu..."

"Dire que j'ai eu tant de peine à lui résister... A... A la prochaine attaque, je crains que..."

Tout à coup, le chevalier du Sagittaire s'interrompit dans ses réflexions, car il venait de se rendre compte qu'Arkantos de Pégase semblait avoir disparu :

"Attends ! Arkantos... Il a disparu ! Et je ne sens plus son cosmos !"

"Miséricorde, tressaillit le chevalier de la Balance... Aurait-il succombé à l'attaque de Rhadamanthe ?"

Ce fut ce dernier qui répondit d'une voix triomphante :

"Chevaliers d'or, je crains que votre ami n'ait rendu l'âme, balayé par mon attaque ! Malgré son courage, il n'en demeurait pas moins un misérable chevalier de bronze !"

Philoctète maugréa entre ses dents :

"Rhadamanthe... Tu..."

"C'est inutile de me blâmer pour ça, chevalier ! Il n'a fait que suivre son destin !... Tout comme toi et ton ami n'allez pas tarder à le faire, d'ailleurs !"

Le Juge des Enfers serra alors son poing droit, puis s'adressa à ses adversaires en ces termes :

"Chevaliers d'or, à présent, il est temps pour vous de rendre l'âme ! Recommandez-vous à... !"

Soudain, le spectre de la Vouivre se sentit saisi par derrière ; quelqu'un avait passé ses bras sous ses aisselles et l'empêchait de se mouvoir de son propre chef. Rhadamanthe jeta un coup d'oeil sur sa gauche et lâcha, fort surpris :

"Comment ?! Encore toi ?!"

C'était Arkantos qui maintenait fermement le Juge des Enfers entre ses bras. Le chevalier Pégase était fort affaibli, mais une lueur de détermination continuait de briller dans ses yeux. Philoctète, qui avait un mauvais pressentiment, demanda au disciple de Felipe :

"Arkantos, que fais-tu donc ?"

Le cosmos du jeune chevalier de bronze commença à briller, puis il répondit :

"Chevalier du Sagittaire... Chevalier de la Balance... Je vais tenter le tout pour le tout et emmener Rhadamanthe avec moi dans la mort !"

"Quoi ?!"

"Non, Arkantos, ne fais pas ça !"implora Dohko.

"Nous avons déjà perdu les chevaliers du Cancer et du Taureau ! Il... Il est inadmissible de perdre à nouveau des chevaliers d'or ! Vous devez continuer à vivre pour aider Athéna à vaincre Hadès !"

Rhadamanthe rétorqua d'un air incompréhensif :

"Jeune imbécile... Crois-tu qu'un misérable pourra m'abattre, moi, Rhadamanthe ?"

"C'est ce que nous allons voir tout de suite !!"

Affolés, Philoctète et Dohko protestèrent :

"Non ! Arkantos, arrête !!"

"Ne fais pas ça, c'est un ordre !!"

Mais dans la seconde qui suivit, le cosmos du chevalier Pégase brilla de plus belle, et il poussa son cri d'attaque :

"Par le Tourbillon Destructeur de Pégase !!"

Arkantos s'envola alors avec un Rhadamanthe qui semblait inquiet, un spectacle qui fit frissonner les deux chevaliers d'or. Moins de dix secondes plus tard, une détonation survint dans les airs, faisant trembler de plus belle les deux chevaliers d'or :

"Arkantos... Il nous a quittés..."

"Au moins il aura emporté Rhadamanthe avec lui... Quel courage !!..."

Tout à coup, Philoctète et Dohko virent une silhouette monstrueuse, semblable à un monstre ailé, foncer vers eux. Ils reculèrent promptement avant de voir plus clairement qu'il s'agissait de Rhadamanthe. Le spectre de la Vouivre semblait être sorti indemne de l'attaque d'Arkantos.

"Oh non !! laissa échapper Philoctète. Arkantos a..."

Tout à coup, le chevalier du Sagittaire aperçut une ombre tomber promptement dans le vide et reconnut le chevalier de Pégase ; Rhadamanthe, par l'on ne savait quel moyen, était parvenu à se défaire du Tourbillon Destructeur de Pégase. Dohko lâcha, horrifié :

"Oh non !! Arkantos va... !"

Ce fut alors que Rhadamanthe concentra sa cosmo-énegie, puis laissa échapper :

"Chevalier Pégase, je ne t'accorderai pas le plaisir d'échapper à ton destin... GREATEST CAUTION !!"

Arkantos, qui venait d'arriver juste en face du Juge des Enfers, fut frappé de plein fouet, et chuta de façon plus encore plus rapide. Il s'en fallut de peu pour qu'il ne tombât dans la cascade, mais il heurta néanmoins une surface dure, ce qui provoqua l'éclatement de son armure de bronze. Le disciple de Felipe remua fébrilement, puis s'adressa à Philoctète et Dohko par télépathie :

"Chevalier du Sagittaire... Chevalier de la Balance... Je n'ai pas réussi à réaliser l'exploit de vaincre moi-même Rhadamanthe... Vous... Vous devez continuer à vivre... Aucun de vous ne doit périr contre ce Juge des Enfers... Survivez... et triomphez... pour Athéna !!"

Arkantos laissa échapper un râle ultime, puis il rendit l'âme. Son corps glissa de la pierre sur laquelle il avait atterri pour tomber dans le cours d'eau où reposait également Lupos du Fourneau. Rhadamanthe contempla froidement la fumée noire qui s'échappait de l'eau, avant de lâcher :

"C'était dans l'ordre des choses !"

Mais au fond de lui-même, le Juge des Enfers pensait :

"Qu'est-ce qu'il a pu me faire chier, ce gamin !!"



A plusieurs mètres d'ici, mais dans le même pays, James du Papillon voyait Sun du Dragon qui intensifiait sa cosmo-énergie. Le spectre de l'étoile terrestre féérique demeurait stoïque, mais ses pensées trahissaient son inquiétude :

"Quelle est cette puissance ? Elle n'a rien à voir avec celle des deux misérables que j'ai éliminés alors que je n'étais même pas au stade de larve !... C'est... C'est insensé, ce n'est qu'un vulgaire chevalier de bronze !"

Tout à coup, le cousin de Dohko lança à son adversaire, comme s'il avait lu dans ses pensées :

"James ! Tu te fies trop à l'armure que je portais ! Bien que je ne sois que chevalier de bronze, je puis néanmoins intensifier ma cosmo-énergie à des points plus élevés, des points auxquels je n'avais jamais songé avant d'inverser le courant de la cascade de Rozan !"

"Quel vantard tu es ! rétorqua James. Mais toute cette esbroufe ne te sera d'aucune utilité, chevalier, car je vais...!"

Le spectre du Papillon s'interrompit à nouveau, car il venait d'apercevoir quelque chose d'étrange ; un dragon commençait à apparaître dans le dos de Sun. Ce dernier, qui voyait les lèvres de son adversaire trembler, devina sa question et y répondit promptement :

"James, ce que tu vois là est le signe que ma cosmo-énergie va atteindre son paroxysme ! C'est aussi arrivé lorsque j'ai inversé le courant de la cascade de Rozan... Et c'est aussi le signe que je vais déclencher l'attaque qui te mènera à ta perte, James !"

Mais curieusement, le spectre de l'étoile terrestre de l'illusion ne sembla pas perturbé ; au contraire, il haussa les épaules et dit en souriant :

"Je vois de quoi tu veux parler... En fait, je crois que c'était de [i]ta perte
dont tu parlais !"

"Comment ?"

"Hum... J'ai l'impression que la perte de ton poing et de ton bouclier t'ont fait perdre le sens des réalités, chevalier... A moins que tu ne l'ignores toi-même..."

Sun, qui commençait à perdre son sang-froid, finit par répondre en serrant les dents :

"Ça suffit, James ! Tu continues à me narguer, mais je vais malgré tout te montrer que ton orgueil te perdra !"

"Parle pour toi..."

N'écoutant pas les railleries de son adversaire, le chevalier du Dragon intensifia son cosmos durant cinq secondes supplémentaires, puis cria :

"C'est fini pour toi, James !!... PAR LA COLERE DU DRAGON !..."

Mais alors qu'il s'apprêtait à passer à l'offensive, Sun ressentit une violente douleur en pleine poitrine, tandis qu'il était projeté en arrière. Il se retrouva alors au tapis, sur le ventre, du sang s'écoulant de son torse, tandis que James s'était mis à rire d'un rire sardonique...

************

La Giudecca

Athéna, qui avait les mains crispées sur son bouclier et son sceptre, regardait Hadès d'un air qui semblait trahir sa fatigue, comme elle-même le reconnaissait :

"Je commence à me sentir faible... Pourtant, les attaques d'Hadès n'étaient pas dangereuses... Mais... Mais il semblerait qu'elles aient réveillé une sorte de faiblesse ancienne..."

"Ce n'est pas tout à fait exact, Athéna..."

"Comment ?"

Devant l'air incrédule de son ennemie, l'Empereur des Ténèbres lâcha :

"Tu ne devrais pas être surprise de voir que j'ai pu lire dans tes pensées ; Dieu est tout-puissant et omniscient... Et c'est pour cette raison que je puis savoir pourquoi tu sembles faible, Athéna !"

Puis, voyant la jeune fille froncer les sourcils, Hadès enchaîna :

"Je pense que tu as commencé à comprendre... Etant donné ta bêtise, cela m'étonne un peu venant de toi... Tu sais pourquoi j'ai donné mon aval à ce que tu sois emprisonnée dans une autre dimension ?"

"Oui, Hadès... Pour que je ne puisse plus venir en aide à mes chevaliers !"

"Non !!"

Dans la foulée, le sombre monarque fit un geste de la main et repoussa violemment la Déesse de la Guerre en arrière. Il reprit sur le même ton dur :

"Non !! Pour te châtier d'avoir violé l'ordre des choses voulu par Dieu. Dieu avait décidé la mort de tous ces chevaliers qui avaient tenté de violer l'ordre divin, et tu t'es opposée à Sa volonté !"

Athéna manqua de s'emporter, mais sentant que cela serait inutile, elle se ravisa et répondit d'une voix plus apaisée que prévu :

"Je ne comprends pas pourquoi tu t'obstines à te nommer toi-même Dieu, Hadès ; tu n'es pas digne de ce titre !"

Hadès répliqua :

"Laissons là ce chapitre plus tard... Tu n'as pu sauver bon nombre de tes chevaliers qu'en leur donnant une partie de ton énergie, ce qui t'a quelque peu affaiblie, d'où le fait que le spectre de l'étoile céleste du labyrinthe ait pu t'enfermer dans une autre dimension... Malgré tout, tu as pu t'en échapper, mais cela n'a pu se faire qu'en utilisant une fois de plus une partie de ton énergie ! Autrement dit, Athéna, alors que nous étions de force égale quand tu es entrée dans mon royaume, désormais, tu m'es inférieure ! Quelle folie de ta part..."

La Déesse de la Guerre était demeurée impassible. Son ennemi reprit :

"Quelle autre raison que ta bêtise t'a poussée à agir de la sorte, Athéna ?"

Et celle-ci de répondre calmement :

"Le devoir envers mes chevaliers... Ils sont les chevaliers de l'espoir, je me dois de les protéger tout autant qu'eux me protègent ! Quitte à être affaiblie, car je sais qu'ils seront toujours là pour moi ! Je n'ai rien à voir avec un dieu comme toi, Hadès, qui a laissé ses spectres se faire éliminer froidement !"

Le sombre monarque haussa les épaules, avant de répliquer :

"Tout compte fait, seule ta bêtise t'a poussée à agir ainsi, Athéna... Les dieux n'ont pas de devoir envers leurs subalternes, si ce n'est celui de les exécuter quand ils les trahissent ! Et mon refus de toute faiblesse, Athéna, me vaut le vrai nom de Dieu !"

Sur ce, l'Empereur des Ténèbres leva sa main et repoussa violemment son adversaire en arrière.

************

Le huitième maleboge

Thérava se trouvait à trois mètres du sol, piégé dans le Tarentula Net de Venizio. Le disciple de Gautama tenta de se dégager une nouvelle fois, mais ses efforts furent vains. Pire encore, son geste lui valut une diminution de ses forces, comme le lui confirma le spectre de la Tarentule :

"C'est inutile, chevalier ! Plus tu bougeras, et plus le Tarentula Net absorbera ton énergie !"

Puis, se tournant vers ses frères d'armes :

"Mes amis... Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais je sens que ce serait ennuyeux si nous laissions ce chevalier mourir à petit feu dans ma toile... Faisons comme l'a dit le seigneur Moloch ; attaquons-le tous !"

"C'est une bonne idée, approuva Jeronimo. Que chacun déchaîne sa puissance contre ce misérable... mais prenez garde à ce qu'il ne meure pas tout de suite !"

Bien qu'affaibli, Thérava parvint à entendre la brève conversation des Spectres. Le disciple de Gautama songea tout en blémissant :

"Mon Dieu... Je vais être à la merci de ces démons... Et dire que je suis impuissant en ce moment..."

Il baissa alors les yeux et vit Friedrich de la Mante Religieuse concentrer son cosmos. Le spectre de l'étoile terrestre nymphomane sourit sadiquement à l'attention du chevalier du Paon, puis poussa son cri de guerre :

"Vicious Hug !!"

Il tendit ses bras en avant, et Thérava sentit qu'une étreinte effroyable et invisible le serrait furieusement, comme si elle voulait aspirer son énergie, ce qui n'était pas pour lui plaire :

"Quelle... Quelle étreinte terrible... On dirait qu'elle veut me vampiriser..."

A cet instant, Friedrich lança :

"Telle est l'étreinte fatale de la Mante Religieuse, chevalier !"

"A mon tour !" lança Ixion.

Une pensée vague émergea alors dans l'esprit de Thérava :

"Ixion... Ce nom ne m'est pas inconnu... Je m'en souviens, c'était..."

"BURNING WHEEL !"

Aussitôt, Thérava, bien que toujours prisonnier du Tarentula Net, se mit à tourner dans un rayon limité et couvert de flammes. Tandis qu'il hurlait à la mort, Ixion lança en ricanant :

"Ha ! Ha ! Ha ! En ce moment, chevalier, tu endures le supplice de mon ancêtre, le roi lapithe, qui fut condamné à tourner sans fin sur une roue enflammée !"

"Miséricorde, songea un Thérava fort affaibli... Je suis bel et bien à la merci de ces Spectres... Je ne peux plus rien faire..."

Tout à coup, la voix de Danaos du Tonneau retentit :

"Chevalier, Ixion n'est pas le seul à avoir un aïeul condamné aux Enfers... Moi, Danaos du Tonneau, je suis le descendant du roi d'Argos dont les filles tuèrent presque toutes leurs époux... A toi de connaître le supplice des Danaïdes !... DEEP TERROR !!"

Le disciple de Gautama, bien que toujours prisonnier en apparence, sentit alors son esprit partir dans un gouffre sans fond, où il chutait incessamment, sans jamais trouver le bout. Ce supplice, a priori absurde, fut expliqué par le Spectre du Tonneau :

"A présent, chevalier, ton esprit va être accaparé par ce gouffre qui t'obsède... Tant mieux, car mes amis vont pouvoir, un à un, te détruire et te torturer à petit feu !!"

Malgré son état précaire, Thérava entrevit avec horreur neuf cosmo-énergies s'intensifier brutalement. L'infortuné chevalier d'argent pensa, non sans amertume :

"Pardonnez-moi, maître Gautama ; j'ai failli à mon devoir de chevalier... Au moins, je pourrai bientôt vous rejoindre dans l'Autre Monde..."

Ce fut alors que neuf cris d'attaque furent poussés plus ou moins en même temps :

"BLOODY JAWS !!"

"BLOODY BAND !!"

"DESERT BITE !!"

"EQUATORIAL CLAWS !!"

"ASIATIC CLAWS !!"

"LEECH DANCE !!"

"REPTILE HUNTING !!"

"TENOCHTITLAN DESTRUCTION !!"

"ELECTRIC SEAS !!"

Un véritable pot-pourri de coups de crocs, de griffes, de succions, de décharges électriques et de rayons solaires particulièrement violents fondirent alors sur un Thérava impuissant. En temps normal, ces attaques auraient pu être évitées par le disciple de Gautama, mais comme ce dernier était paralysé par le Tarentula Net de Venizio et devait faire face aux neuf attaques simultanées, il ne put rien faire d'autre que de les encaisser. Son sang gicla de part et d'autre de la toile du Spectre de la Tarentule et son armure fut fissurée un peu partout. Jeronimo, d'un air sadique, contempla le corps ensanglanté et sévèrement blessé du chevalier d'argent, puis lâcha :

"Pas mal du tout, chevalier ! Toujours vivant après tous ces coups encaissés ! Tu fais plus honneur à ton titre de chevalier que ton maître !"

Furieux, Thérava commença à grommeler entre ses dents, mais se mit à cracher du sang. Hannibal de l'Eléphant concentra son cosmos, puis lança à l'infortuné chevalier du Paon :

"On va voir si tu seras toujours vivant après ça, chevalier !... THIRTY SEVEN POWERS OF CARTHAGE !!"

Sans avoir le temps de se rendre compte de ce qui lui arrivait, Thérava vit une horde d'une trentaine d'éléphants foncer devant lui. Le choc fut si rude que le Tarentula Net vola en éclats dès le premier impact. Les Spectres d'Hadès demeurèrent impassibles durant une dizaine de secondes, à cause d'un immense nuage de poussière qui était apparu devant eux, puis tous virent le chevalier d'argent qui, miraculeusement, se tenait debout, mais tremblait furieusement sur ses genoux. Plus mal en point que jamais, il ne pouvait que penser :

"Bonté divine ! J'ai l'impression d'avoir été assommé par trente-sept éléphants !"

Alors qu'Hannibal et ses compagnons ne comprenaient pas comment Thérava pouvait tenir bon après tous ces coups reçus, ce dernier leur répondit par télépathie :

"Spectres d'Hadès... Sachez que... que tant mon coeur battra encore, je... je me relèverai toujours ! Je suis un chevalier d'Athéna et... et je ferai honneur à mon rang !"

Jeronimo pouffa de rire, puis rétorqua :

"Voyez-vous ça... En fait, tu tiens encore bon, non seulement par une chance inouïe, mais surtout parce que tu portes encore ton armure sur toi !... D'ailleurs, je me demande comment !"

L'armure du Paon était en effet en piteux état ; elle était fissurée de toutes parts, craquait par moments, et même quelques bouts commençaient à tomber. Le Spectre de la Manticore haussa les épaules, puis intensifia son cosmos tout en disant au chevalier d'argent :

"Dans ce cas, autant te débarrasser de cette loque qui te sert d'armure, chevalier... SCARLET ANGER !!"

Une vague d'énergie écarlate partit des mains de Jeronimo, puis frappa de plein fouet Thérava qui s'envola dans les airs. Sous l'effet de l'impact, toute l'armure du Paon fut réduite en morceaux. L'envol du disciple de Gautama dura quelques secondes, puis il retomba dans son sang, au milieu des débris de sa protection, sous les yeux narquois de Jeronimo et de ses frères d'armes.

************

"Mon Dieu, laissa échapper le révérend Trevor, plus blème que jamais... John, vous disiez vrai... cette embuscade aurait des conséquences pires que celle où le chevalier du Cancer avait trouvé la mort..."

Le jeune homme hocha la tête, avant de poursuivre :

"Et encore, révérend, je n'ai pas achevé mon récit sur ce sujet... Mais avant cela, je préfère revenir sur le combat qui allait bientôt opposer Felipe du Capricorne au Juge Eaque."

Le pasteur, en dépit d'une boule qui se formait dans sa gorge, répondit :

"Comme... Comme vous voudrez..."

************

Le camp de la résistance skygardienne

Tandis qu'Harald et Davol commençaient à trembler pour Felipe, ce dernier observa fixement le spectre de Garuda, auquel il dit :

"Eaque... Tous les crimes que tu as commis à l'encontre de Skygard ne resteront pas impunis ! Je te les ferai payer et je vengerai Christian par la même occasion !"

Le Juge des Enfers haussa les épaules :

"Je n'ai commis aucun crime, chevalier... Je n'ai fait qu'exécuter la justice divine, celle de Sa Majesté Hadès... Mais cela, chevalier du Capricorne, toi et tes semblables êtes bien trop bêtes pour le comprendre..."

"Assez !!"

Le gardien de la dixième maison du Zodiaque intensifia aussitôt son cosmos, qui brilla de mille feux, puis leva haut son bras gauche :

"Eaque ! Tu vas goûter à l'arme qu'Athéna légua jadis à son plus fidèle serviteur, le chevalier du Capricorne !... EXCALIBUR !!"

Le bras gauche de Felipe s'abattit vers Eaque et des centaines de faisceaux lumineux en jaillirent, à la grande satisfaction d'Harald :

"Quelle arme fantastique ! Eaque ne pourra..."

Mais les espérances du chef de la résistance skygardienne furent rapidement démenties ; au grand dam de Felipe et des deux Skygardiens, Eaque para un à un tous les coups d'Excalibur. Quand le Juge des Enfers fut bel et bien hors de danger, il toisa narquoisement le chevalier du Capricorne, auquel il dit :

"Alors, chevalier, tu es redescendu de ton petit nuage ?"

Felipe, qui n'arrivait pas à comprendre son échec, ne put que laisser échapper :

"Comment... Comment as-tu pu échapper à Excalibur ?"

"Quelle question idiote de ta part... Aurais-tu oublié que j'ai affronté ton maître par le passé ?"

"Non..."

"Me voilà rassuré, enchaîna Eaque non sans ironie... Par conséquent, j'ai pu comprendre le principe d'Excalibur ! Tu envoies des rayons tranchants à la vitesse de la lumière... mais moi, Eaque, je puis aussi maîtriser la vitesse de la lumière... Ce dont je vais profiter pour t'abattre, chevalier !"

Aussitôt, le Juge des Enfers concentra son cosmos, faisant trembler le sol skygardien, puis lança à un Felipe encore tétanisé par son échec :

"Ton heure est venue, chevalier ! Prends ça...!"

"DRAGON BRAVEST BLIZZARD !!"

Surpris, le spectre de Garuda se retourna et vit alors qu'Harald avait profité de la situation pour attaquer par derrière. L'attaque enseignée par Siegfried de Dubhe atteignit Eaque dans le dos, mais celui-ci se reprit rapidement et sortit du champ d'action de l'attaque d'Harald, puis sauta sur quelques branches d'un arbre qui se trouvait à proximité, avant de faire un saut périlleux qui le fit se retrouver juste en face du jeune guerrier, auquel il dit d'un air mauvais :

"Evidemment... Quand on sait que son point faible surgit quand on attaque de front, c'est plus facile d'attaquer par derrière !"

Faisant gronder son cosmos, le Juge des Enfers dit à Harald et Davol en fronçant les sourcils :

"Natifs de Skygard, il est temps pour vous d'aller rejoindre votre prince !... GARUDA FLAP !!"

Effrayés, les deux résistants virent l'attaque d'Eaque leur foncer frontalement, quand tout à coup, Felipe surgit et les poussa sur le côté, mais ne put éviter d'être atteint par le Garuda Flap. Le chevalier du Capricorne fut brutalement projeté dans les airs et retomba au tapis de manière toute aussi douloureuse.

************

L'Empire du Milieu

James riait fort, mais cela ne distrayait pas Sun pour autant, qui souffrait de la poitrine. Le Spectre du Papillon rit encore durant une vingtaine de secondes, puis dit à son adversaire :

"Alors, chevalier, tu es convaincu, maintenant ?"

Le cousin de Dohko ne put que murmurer :

"Mon... Mon coeur... Il s'en est fallu de peu pour qu'il atteigne mon coeur..."

"Justement, chevalier, j'ai fait exprès de rater ton coeur de peu... Je trouvais plus plaisant de te voir mourir dans la souffrance..."

"Mais... Comment..."

"C'est pourtant simple, chevalier... Juste avant que tu ne me portes pour la première fois ton attaque, j'ai pu voir... qu'inconsciemment, tu baissais ton poing gauche durant un millième de seconde ! Autrement dit, durant ce court laps de temps, ton coeur n'est plus protégé !"

Le chevalier du Dragon, toujours à terre, se mit à pâlir, ce qui n'échappa pas au fils du baron de Solsbury :

"Que t'arrive-t-il, chevalier ? N'étais-tu donc pas au courant de la faille de ton attaque ?

"Si..."répondit Sun d'une voix étouffée.

Mais intérieurement, il songeait :

"Mon Dieu... Dohko m'avait pourtant averti à ce sujet..."

************

Les Cinq Pics, trois jours auparavant

Alors que Sun était sur un petit nuage, tout heureux d'avoir gagné l'armure du Dragon et de posséder le bouclier et le poing les plus puissants du monde, son mentor, Dohko de la Balance, le rappela à l'ordre :

"Toutefois, Sun, il y a trois choses que je dois te dire impérativement et que tu ne devras jamais oublier lorsqu'il te faudra combattre..."

"Je t'écoute, Dohko !"répondit le chevalier du Dragon d'un ton enthousiaste.

"Très bien (Dohko devint alors plus sérieux)... Tout d'abord, et aussi surprenant que cela puisse te sembler, la Colère du Dragon possède un point faible."

Sun lâcha alors, stupéfait :

"Comment ? Cette technique qui a pu inverser le courant de la cascade de Rozan possède une faille ? Mais c'est impossible, Dohko !"

"Pourtant, c'est le cas, Sun, insista le chevalier de la Balance... Quand tu la déclenches, inconsciemment, tu abaisses ton poing gauche durant un court laps de temps, c'est à dire un centième, non, un millième de seconde... Mais durant ce très bref intervalle, ton coeur est à la portée de n'importe quelle attaque... D'autant qu'en parallèle, un dragon apparaît dans ton dos, et sa griffe droite indique la position de ton coeur ! N'oublie jamais ce point faible, Sun ! Ne suis pas l'exemple d'Achille, qui, aveuglé par l'armure forgée par Héphaïstos et qui lui avait permis de vaincre Hector, en a oublié son point faible, et a payé son imprudence plus tard, quand Pâris le tua d'une flèche plantée dans son talon depuis les murs de Troie !"

Le jeune chevalier de bronze n'avait pas bronché durant tout le temps qu'avait duré le récit de son cousin, bien qu'il lui semblât encore incroyable que son arcane puisse posséder une telle faille, si discrète et si fatale à la fois. Il demeura muet un certain temps, puis finit par répondre :

"Je ne l'oublierai jamais, Dohko !"

Celui-ci sourit, avant d'enchaîner :

"Ensuite..."

************

Mais à cet instant, un violent coup de pied au visage interrompit Sun dans ses pensées. James le regarda s'affaisser tout le long de son corps, avant de lancer :

"Voilà ce qui arrive aux imprudents comme toi ! A présent, je m'en vais te donner un petit avant-goût de ce qui t'attend dans le Meikai !"



Plus loin, Dohko et Philoctète contemplaient l'endroit où Arkantos de Pégase était tombé. Les deux chevaliers d'or étaient fort attristés par la disparition du jeune chevalier de bronze :

"Arkantos... Tu as donné ta vie pour Athéna et l'humanité..."

"Arkantos... Nous te promettons que ta mort n'aura pas été inutile !"

Ce fut à cet instant que Rhadamanthe éleva la voix :

"En effet... Elle va notamment contribuer à renforcer l'Eclipse des Ténèbres !"

A ces mots, le chevalier de la Balance lança :

"L'Eclipse des Ténèbres ? De quoi parles-tu donc ?"

Philoctète, déjà au courant, répondit à son ami :

"Dohko, c'est une chose terrible... Hadès a fait en sorte qu'à chaque fois qu'un chevalier rend l'âme, sa partie maléfique s'évapore sous forme de fumée et vienne noircir le soleil... C'est ce qui est arrivé à tous nos amis morts au combat... Et c'est aussi ce qui arrive à Arkantos !"

"Comment ?!"

Dans la foulée, le gardien de la septième maison du Zodiaque jeta un coup d'oeil en bas de la cascade et vit effectivement une fumée noire gagner les cieux. Son visage se crispa sous l'effet de la colère, et il se retourna vivement vers Rhadamanthe, à qui il dit :

"Rhadamanthe... Toi, tes hommes et ton Empereur, vous me donnez la nausée... Comment avez-vous pu concevoir un aussi vil stratagème ?"

Inflexible, le Juge des Enfers rétorqua :

"Pour vous montrer de quel côté se situait le Mal ! Il se situe chez vous, chevaliers d'Athéna ! Car au final, ce seront vos vices qui auront causé la perte du genre humain ! Vous, qui vous prétendez défenseurs d'une humanité corrompue (le spectre de la Vouivre sourit légèrement) ! Telle est l'ironie du sort que Sa Majesté Hadès a réservé à l'humanité, ainsi qu'à vous, chevaliers d'Athéna !"

Tremblant d'une colère sourde, Dohko rétorqua :

"Rhadamanthe (un halo doré recouvrit le chevalier de la Balance)... Tant... Tant que Philoctète et moi serons en vie, cela ne se passera pas comme ça !... Car nous finirons par venir à bout de toi !... PAR L'ENVOL DU DRAGON DE ROZAN !!"

Philoctète, qui avait lui aussi intensifié son cosmos, enchaîna :

"ATOMIC THUNDERBOLT !!"

En dépit de la puissance des deux attaques, Rhadamanthe haussa les sourcils, puis lâcha :

"Vous perdez votre temps... WYVERN DESTRUCTION !!"

Le Juge des Enfers expédia alors son attaque contre celles de ses adversaires, mais alors qu'il était possible de prévoir un moment d'incertitude, il ne fallut que quelques secondes au spectre de la Vouivre pour prendre le dessus et renvoyer les chevaliers de la Balance et du Sagittaire au tapis. Il croisa les bras et poussa un profond soupir :

"Inutile... Vous êtes beaucoup trop affaiblis... Aussi, vous ne pouvez même pas échapper à une attaque que vous avez déjà vue !... Bon, je crois que je vais vous..."

"N'y compte pas... Rhadamanthe..."

"Comment ?"

Le Juge des Enfers aperçut Dohko, qui se relevait péniblement. Soupirant à nouveau, il lança au plus jeune des chevaliers d'or :

"Jeune imbécile... Dans l'état où tu te trouves, crois-tu pouvoir me tenir tête ?"

"Pas... Pas seulement... Je... Je vais non seulement te tenir tête, mais aussi te vaincre ! Ne... Ne serait-ce que pour faire payer ta lâcheté envers Arkantos !!"

Le spectre de l'étoile céleste de la destruction fronça les sourcils :

"Pff... Ma lâcheté... Et puis quoi encore ? Ce misérable chevalier de bronze était déjà mort... Simplement, il était de mon devoir à moi, Rhadamanthe, l'un des trois Juges des Enfers, de l'achever !"

Rhadamanthe contempla le gardien de la septième maison du Zodiaque un bref instant, puis lui lança :

"Par ailleurs, pourquoi autant de colère à mon égard ? Pourquoi se soucier autant d'un simple chevalier de bronze, qui n'avait même pas le millième de ta force ?"

La réponse de Dohko ne se fit pas attendre :

"Parce que, au-delà de la différence de puissance, tous les chevaliers d'Athéna savent qu'ils se battent pour la même cause, Rhadamanthe ! La sauvegarde de l'humanité ! Et chacun de nous, même le moins puissant, a son rôle à jouer dans cette guerre sainte ! Y compris ceux qui n'ont pas réussi à vaincre un Spectre !"

Le Juge des Enfers soupira :

"Tu as la mémoire bien courte, chevalier... N'oublie pas qu'à chaque fois qu'un chevalier tombe, c'est l'Eclipse des Ténèbres qui se renforce... Et tu seras le prochain à contribuer à la perte de l'humanité, chevalier de la Balance !!"

"Quoi ?!"

Dohko vit son adversaire déployer ses bras et une fois de plus, l'image de la Vouivre apparut. Mais cette Vouivre-là semblait plus menaçante, elle grognait furieusement, prête à dévorer sa proie, en l'occurence Dohko, qui demanda d'une voix tremblante :

"Rhadamanthe... Que... Qu'est-ce donc ?"

"Etant donné que j'estime avoir suffisamment perdu de temps avec vous, je vais utiliser mon attaque la plus puissante ! Toi et le chevalier du Sagittaire, vous ne pourrez rien contre elle !"

"Non..."

La silhouette monstrueuse de la Vouivre se mit à rugir de plus belle, alors qu'une aura ténébreuse venait de recouvrir le spectre de l'étoile céleste de la destruction. De son côté, Dohko, paralysé par la peur, ne pouvait que penser :

"Quel cosmos terrifiant... Pour... Pour la première fois, je réalise à quel point les Juges des Enfers sont redoutables... Mais... Mais je suis trop faible pour faire quoi que ce soit !"

Ce fut alors que Rhadamanthe lança d'un air triomphant :

"Je vois que tu as compris ton infortune et celle de ton compagnon, chevalier... Préparez-vous à rejoindre le Cocyte !!!... RAGE HARD !!"

Rhadamanthe tendit ses deux bras vers le haut et une Vouivre écarlate aux yeux de feu en jaillit, au grand désarroi de Dohko :

"Mon Dieu... Si... Si seulement je n'étais pas aussi affaibli..."[i]

Ce fut à cet instant que le [i]Rage Hard
interrompit sa course vers les airs, pour fondre ensuite vers un chevalier de la Balance impuissant, à la grande satisfaction du spectre de la Vouivre :

"Sitôt que le Rage Hard aura touché le sol, toi et ton ami serez pulvérisés en quelques secondes ! Adieu !!"

Dohko se mit à blémir... quand tout à coup, il sentit qu'il était brusquement poussé sur le côté. Perdant l'équilibre, il tomba à terre au moment même où un cri familier résonna :

"ATOMIC THUNDERBOLT !!"

"QUOI ?!"

Le chevalier de la Balance et le Juge des Enfers avaient tous deux poussé cette exclamation au même moment, alors que le Rage Hard venait d'exploser, mais sans faire autant de dégâts que prévu. Une brume flotta entre les deux combattants durant quelques secondes, puis se dissipa rapidement, laissant apparaître Philoctète du Sagittaire. Le gardien de la neuvième maison du Zodiaque se tenait debout, mais tremblait sur ses jambes... tandis que du sang s'écoulait par-dessus toutes les parties de son armure, qui elle-même était fissurée de toutes parts. Philoctète serrait douloureusement les dents, comme s'il voulait lutter contre une souffrance indicible. Il finit par ouvrir la bouche et dire avec grand-peine :

"Dohko... J'ai... réussi..."

Puis il retomba sur le dos, au milieu d'une grande flaque de sang. Quand Rhadamanthe se fut remis de sa surprise, il comprit ce qui était arrivé :

"L'imbécile, songea-t-il... Il a utilisé ses dernières forces pour amortir le Rage Hard et encaisser l'attaque malgré tout... Un sacrifice qui s'avèrera inutile, car cela n'aura fait que retarder le décès de son ami !"

De son côté, le chevalier de la Balance mit quelques secondes avant de réaliser que Philoctète avait été blessé mortellement. Horrifié, il accourut vers son ami en l'implorant :

"Philoctète !! Philoctète, pourquoi avoir fait ça ? Tu... Tu ne devais pas mourir !"

Le chevalier du Sagittaire répondit catégoriquement :

"Dohko... Si je ne t'avais pas mis à l'écart, nous... nous aurions été tués tous les deux... Or... Or, bien que tu sois plus jeune que moi, tu es plus puissant... Tu l'as montré en tenant tête à Rhadamanthe un certain temps... Je... Je ne survivrai pas à cette guerre sainte, mais toi, Dohko... Il... Il faut que tu survives ! Tu... Tu dois vaincre Rhadamanthe et nous venger, moi et Arkantos ! Je... Je sais que tu en es capable ! Fais-le... au nom d'Athéna !!"

Après avoir utilisé ses dernières forces pour transmettre ses dernières volontés, Philoctète cracha du sang et ferma les yeux à jamais.

************

L'air amer, John regarda le révérend Trevor, qui semblait plus sombre que jamais, et lui dit :

"Ainsi donc, un autre chevalier d'or avait péri... Rhadamanthe avait fait d'une pierre deux coups ; il s'était débarassé d'Arkantos de Pégase et de Philoctète du Sagittaire... Dohko de la Balance était désormais face à son destin..."

************

Dohko ne faisait pas attention à la fumée noire qui s'échappait du cadavre encore chaud du chevalier du Sagittaire ; tandis qu'il pleurait la mort de ses amis, il murmura :

"Philoctète... Arkantos... Vous avez donné vos vies pour Athéna... Je vous promets que cela n'aura pas été en vain... Vous n'étiez pas de rang égal, mais vous n'en étiez pas moins de grands chevaliers... Si jamais nous sortons victorieux de ce sanglant conflit, j'espère que vos successeurs marcheront dans vos pas..."






Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada