Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

La Giudecca

Hadès, d'un air distant, regarda Athéna qui venait d'arriver dans la quatrième sphère du Meikai. Le sombre monarque demeura silencieux durant quelques secondes, puis dit simplement :

"Ainsi donc, tu es enfin venue, Athéna..."

"En effet, Hadès, comme je te l'avais promis !"

L'Empereur des Ténèbres fixa un peu plus attentivement les yeux de son ennemie, puis laissa échapper :

"Comme c'est étrange..."

"Qu'y a-t-il, Hadès ?"

"Malgré ta stupidité qui te pousse à protéger le genre humain, je n'arrive pas à y croire... Je n'arrive pas à croire que tu n'aies rien remarqué à propos de mon apparence..."

La déesse fronça les sourcils :

"Hadès... Me mépriserais-tu suffisamment pour croire que je n'ai pas remarqué que tu t'étais emparé du corps de John Roligny ?"

Hadès répliqua en haussant les épaules :

"Pour ta gouverne, Athéna, ce n'est pas du mépris, mais de la pitié que tu m'inspires... Tu es si pitoyable de vouloir défendre ces pécheurs que sont les humains... Mais remettons ce chapitre à plus tard... Tu as compris que j'avais fait de John Roligny le refuge de mon âme et tu ne t'en émeus pas ?"

Athéna regarda plus fermement le sombre monarque avant de répondre :

"Non... Je l'ai su le soir où tu t'étais emparé du corps de John..."

Hadès fit en souriant :

"Vraiment ? Puis-je savoir ce qui t'a mise sur la voie ?"

"Ce message envoyé par les étoiles... Ces vingt étoiles qui se sont regroupées à la verticale dans les cieux avant de scintiller à deux reprises... Tout cela pour me livrer plusieurs messages... Vingt étoiles le 20 octobre, qui était la date de naissance de John Roligny, qui avait vingt ans ce jour-ci... Vingt étoiles assemblées de la même façon que la tour dont se sont échappées les 108 étoiles maléfiques... Et un scintillement double, pour m'indiquer à la fois ta résurrection, mais aussi la double identité d'un jeune homme qui aurait vingt ans le 20 octobre de cette année... J'ai alors compris que tu avais choisi John Roligny pour être ta réincarnation... Cela dit, cela n'a fait que confirmer mes doutes à son sujet..."

Le sombre monarque sembla quelque peu étonné :

"Ainsi donc, tu avais des doutes sur la face cachée de John Roligny ? Comment cela se fait-il ?"

Athéna passa outre le ton condescendant de son ennemi avant de lui répondre :

"Sa gentillesse exemplaire, son aversion pour la violence... Tout cela m'a rappelé celui dont tu t'étais emparé il y a deux cents ans et qui y laissa la vie... Le Grand Pope lui-même ne s'y trompait pas ; depuis la nuit où tes sentinelles avaient attaqué le Sanctuaire, il s'était mis à avoir de mauvais pressentiments au sujet de John Roligny, tant cela lui était familier..."

Hadès fronça les sourcils à ce sujet, puis demanda à la jeune fille :

"Soit... Si je comprends bien, toi et le Grand Pope du Sanctuaire, vous avez eu un pressentiment concernant l'identité de ma réincarnation en ces temps... et vous n'avez donc pas agi en prenant des mesures radicales à l'égard de ce jeune homme dont je possède désormais le corps, alors que vous pensiez qu'il pourrait devenir une menace pour vous ?"

"Nous n'avions que des doutes à ce sujet, pas des certitudes... Et j'estime qu'il est préférable d'avoir des certitudes pour agir, surtout quand une vie est en jeu !"

"Dois-je alors comprendre qu'il aurait fallu que vous soyiez sûrs de vous pour agir radicalement à l'encontre de John Roligny ?"

La réponse de la déesse ne se fit pas attendre :

"Non. Quand bien même nous aurions été convaincus de l'identité secrète de John Roligny, jamais nous n'aurions attenté à sa personne. Pour l'unique et bonne raison qu'il n'était pas responsable de sa situation... Le seul à l'avoir condamné, c'est toi, Hadès (Athéna avait élevé la voix) ! Toi qui as pris son corps sans scrupules en sachant qu'il y laisserait la vie ! Tout comme il y a deux cents ans, tu as..."

Un bruit semblable à un coup de tonnerre résonna dans la Giudecca, tandis qu'Athéna fut brutalement repoussée en arrière. La fille de Zeus se retrouva au sol, mais, étant indemne, elle se releva très vite, tandis qu'Hadès lui dit :

"C'était pour te préserver de dire des sottises, Athéna, quoique je pressente que tu ne tarderas point à m'en raconter de nouvelles... Si je n'avais pas fait de ce jeune homme vertueux le refuge de mon âme, en ce moment même, il serait fort malheureux..."

"Pourquoi affirmes-tu une telle chose, Hadès ?"rétorqua Athéna.

Le sombre monarque lâcha en soupirant :

"Tu es bien plus pathétique qu'il y a deux cents ans, Athéna... Ainsi donc, tu n'as rien remarqué... Ta bêtise m'afflige à un point que tu ne soupçonnes pas..."

Hadès soutint le regard déterminé de sa nièce durant quelques secondes, puis reprit :

"Je ne vois pas pourquoi je continue à évoquer ce sujet... Ce sujet en lui-même suffit à justifier ta punition ! Oui, Athéna, tu seras punie, non seulement pour avoir voulu protéger ces stupides humains, mais aussi pour avoir voulu te soustraire à la peine que je t'avais infligée pour avoir accordé un sursis contre-nature à plusieurs de tes chevaliers !!"

La jeune fille répliqua aussitôt :

"Tu ne devrais pas parler de façon si hâtive, Hadès..."

A ces mots, l'Empereur des Ténèbres haussa les sourcils, puis laissa échapper une exclamation de surprise quand un halo doré recouvrit peu à peu Athéna, qui mit la main dans l'un des pans de sa robe blanche et sembla en tirer quelque chose de fort brillant...

************

Le cinquième maleboge

Alors que les rires des vingt-et-un Spectres résonnaient encore, Gautama et Thérava semblaient fort contrariés d'être tombés dans une telle embuscade ; le chevalier de la Vierge semblait soucieux, voire nerveux, tandis que son disciple, bien malgré lui, tremblait sur ses deux jambes. Jeronimo, qui semblait mener la troupe, lança aux deux protecteurs d'Athéna :

"Eh bien, chevaliers d'Athéna, il semblerait que vous ne soyez pas aussi braves que le prétend la rumeur ! Vous êtes semblables à deux agneaux enfermés dans une cage aux fauves ! Ha ! Ha ! Ha !"

Thérava répondit d'une voix mal assurée :

"Spectre d'Hadès, sache... sache que tu aurais tort de... de nous sous-estimer ! Mon... Mon maître, Gautama de la Vierge, est l'homme le plus proche de Dieu, et moi, son... son disciple, Thérava du Paon, j'ai vaincu Rune du Balrog dans la première prison !!"

Loin d'être impressionné, le Spectre de la Manticore pouffa de rire :

"Ha ! Ha ! Ha ! Etant donné la peur qui se trouve dans ta voix, j'ai bien du mal à te croire, chevalier ! Et quand bien même tu dirais vrai, je suis certain que Rune du Balrog ne t'a pas ménagé lors de votre affrontement... Bon, trêve de paroles, passons aux actes !"

Thérava hocha la tête et concentra sa cosmo-énergie, mais ce fut alors que son maître lui dit par télépathie :

"Laisse-moi agir."

"Quoi ?!"

Intrigués, les Spectres se firent plus attentifs à l'encontre du chevalier du Paon, mais ne purent entendre son mentor poursuivre :

"Tu m'as bien entendu, Thérava. Laisse-moi ouvrir les hostilités."

Thérava répondit par télépathie :

"Non, maître... Je ne puis..."

"Je te l'ordonne, Thérava."


Bien que cet ordre eût été donné sans agressivité aucune, il avait fait résonner durement les tympans de Thérava qui, inconsciemment, inclina le torse en disant :

"Comme vous voudrez, maître."

Gautama s'avança alors vers la horde des sbires de l'Empereur des Ténèbres et leur dit d'un ton ferme :

"Spectres d'Hadès !! Moi, Gautama de la Vierge, je serai votre adversaire !! Si vous tenez à faire honneur à votre rang, donnez le meilleur de vous-mêmes dans ce combat !!"

Les Spectres furent d'abord déconcertés, puis un mécontentement mal dissimulé les gagna, notamment chez Jeronimo :

"Ne te moque pas de nous, chevalier... Tu pourrais bien le regretter !!"

Erik de l'Oursin enchaîna aussitôt :

"En effet, chevalier !... Et je vais t'en donner la preuve immédiatement !!"

Le Spectre de l'Oursin concentra son cosmos et, en une fraction de seconde, ses poings se changèrent en boules hérissées de piquants. Erik se lança sur le chevalier de la Vierge en criant :

"Meurs !... Aquatic Spikes !!"

Mais tout à coup, il sentit qu'il était freiné dans son élan par un puissant cosmos. Levant les yeux, il eut la mauvaise surprise de voir Gautama, qui lui dit avec condescendance :

"Dire que tu pensais me faire regretter mes mots avec une attaque aussi piètre... Quoique... Voyons quels effets elle aurait sur toi..."

"Quoi ? Que... Que veux-tu dire ?..."

Tout à coup, Erik, horrifié, vit ses poings hérissés de piquants se détourner de sa cible pour se diriger vers son corps. Cédant à la panique, le Spectre de l'Oursin se mit à gesticuler sans réfléchir, mais en vain : quelques secondes plus tard, sa propre technique lui perfora le thorax et il s'écroula dans son propre sang, sous le regard clos et impassible de Gautama, qui dit à la horde de Spectres :

"J'espère que vous n'avez pas perdu une seconde de ce spectacle... Vous avez beau être plus nombreux, la supériorité numérique ne fait pas tout..."

A l'exception de Jeronimo, qui demeurait calme, tous les autres Spectres se mirent à trembler de tous leurs membres ; ils semblaient comprendre que Thérava n'avait pas menti en disant que son mentor était l'homme le plus proche de Dieu. Ce dernier soupira, puis reprit la parole :

"Décidément, vous êtes bien moins braves que vous ne le laissiez voir... Il est vain de perdre mon temps avec vous (le cosmos du chevalier de la Vierge s'accrut)... Vous allez disparaître de ces lieux pour un nouvel ailleurs !!"

Les vingt Spectres virent alors leur adversaire lever la main, puis crier :

"QUE S'OUVRENT LES SIX MONDES DE LA METEMPSYCOSE !!!"

L'attaque fonça alors sur les Spectres, mais ce fut à cet instant que Jeronimo, qui s'était tenu en retrait jusque là, répliqua :

"INFERNO SHIELD !!"

Une protection sphérique de couleur écarlate recouvrit alors la horde de Spectres, protection que l'attaque de Gautama non seulement n'endommagea pas, mais sur laquelle elle ricocha en plus. Stupéfait, Thérava vit son mentor être frappé à la tête et s'écrouler au tapis, laissant tomber son casque au passage. Le chevalier du Paon se précipita vers le gardien de la sixième maison du Zodiaque en hurlant :

"Maître !! Non, maître !! Répondez-moi, je vous en supplie !!"

A cet instant, la protection sphérique se dissipa et laissa place à de bruyants éclats de rire qui firent vriller les tympans d'un Thérava en proie au doute. Des vingt Spectres, c'était Jeronimo qui riait le plus fort :

"Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Et dire qu'il était censé être l'homme le plus proche de Dieu !! Quelle plaisanterie ! Je n'avais pas autant ri depuis la dernière commedia dell' arte à laquelle j'ai assisté ! Ha ! Ha ! Ha !"

Le chevalier du Paon, partagé entre angoisse et colère, rétorqua vivement :

"Spectres d'Hadès... Je... Je ne vous pardonnerai pas ce que vous avez fait à mon maître ! Moi... Moi, Thérava, je jure de venger sa défaite ! Qui est prêt à relever mon défi et à m'affronter en combat singulier ?"

Le Spectre de la Manticore haussa les sourcils, puis s'apprêta à répondre, quand une voix résonna, non seulement dans sa tête, mais aussi celles de ses frères d'armes :

"Attendez !"

Friedrich de la Mante Religieuse reconnut rapidement la voix en question :

"Seigneur Moloch ?"

Alors que Thérava s'interrogeait sur ce nom, l'âme damnée d'Hadès poursuivit sa conversation par télépathie :

"Lui-même... Spectres au service de Sa Majesté Hadès, ne répondez pas au défi de ce misérable chevalier... Cet être méprisable qui tente de contrarier le grand dessein de Sa Majesté Hadès ne mérite pas votre attention, mais votre courroux ! Je vous ordonne donc de l'attaquer simultanément, pour qu'avant de trépasser, il sache ce qu'il en coûte de s'opposer à la volonté de l'Empereur des Ténèbres ! J'agis au nom de Sa Majesté Hadès, dont l'affrontement avec Athéna va bientôt avoir lieu ! M'avez-vous compris ?"

Jeronimo, dont le sourire s'était élargi au fur et à mesure que Moloch avait donné ses consignes, répondit :

"A merveille, monseigneur... Nous ne vous décevrons pas !!"

Ce fut alors que Thérava interpella les sbires du sombre monarque :

"Eh bien, Spectres d'Hadès, avez-vous choisi qui de vous m'affronterait en duel ?"

Le Spectre de la Manticore se retourna vers le disciple de Gautama et répondit en s'avançant vers lui :

"Oui, chevalier... Nous avons choisi de te faire connaître notre puissance en une seule et même fois, afin qu'avant de mourir, tu te repentes pour ta stupidité !!"

"Comment ?!"

Thérava, tétanisé, vit alors la horde de Spectres avancer vers lui, un sourire cruel sur leurs lèvres, prêts à en découdre dans un combat à mort et inégal...

************

Le révérend Trevor frissonna d'horreur à l'idée que le chevalier du Paon était à la merci de vingt Spectres agressifs. Puis, fronçant les sourcils, il dit à John :

"John... Ce Moloch... Je ne sais toujours pas quelles idées démoniaques vagabondaient dans son esprit, mais... mais la façon dont il agit me révulse... Peut-être même qu'il m'inspire encore plus d'horreur qu'Hadès lui-même..."

Le jeune homme répondit :

"En ce qui concerne les pensées les plus sombres de Moloch, vous devrez attendre encore un peu pour y voir plus clair... Pour l'heure, je vais revenir sur le front terrestre... Ce sera aussi pour moi une façon de reporter à plus tard l'un des moments les plus funestes de cette guerre sainte..."

Tandis que Trevor frissonnait de nouveau, le fils d'Etienne Roligny dévoila l'identité de celui qui avait porté secours à Philoctète du Sagittaire et Arkantos de Pégase.

************

L'Empire du Milieu

"DOHKO ?!"

"LE CHEVALIER DE LA BALANCE ?!"

Philoctète et Arkantos étaient fort surpris de l'intervention inopinée, mais providentielle, du gardien de la septième maison du Zodiaque, qui accourut vers eux :

"Philoctète ! Arkantos ! Athéna soit louée, je n'arrive pas trop tard !!"

Le chevalier du Sagittaire voulut remercier son ami, mais Rhadamanthe prit les devants :

"En effet, chevalier ! Tu arrives juste à temps pour me voir mettre à mort ces deux misérables !"

Dohko rétorqua en fronçant les sourcils :

"Si j'étais toi, Rhadamanthe, je mesurerais mes paroles ! A en juger par les coups que tu as reçus, l'on ne peut pas dire que tu aies dominé la situation !"

"On voit bien que tu as manqué la meilleure partie du spectacle, chevalier... J'aurais pu prendre la tête du chevalier du Sagittaire si ce chevalier de bronze mourant n'était pas malencontreusement intervenu... et à cette heure-ci, je les aurais envoyés dans le Cocyte si tu ne m'avais pas gêné !"

Le chevalier de la Balance répondit :

"Rhadamanthe, te gêner ne me suffit pas ! Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour te vaincre !"

Puis, se tournant vers Philoctète :

"Philoctète, mon ami... Toi et Arkantos avez brillamment combattu, mais vous êtes sévèrement blessés... Reposez-vous, tandis que je prendrai le relais..."

"Dohko, répliqua le gardien de la neuvième maison du Zodiaque... Je... Je dois terminer ce combat, il y va de mon honneur de chevalier !"

Dohko répondit promptement :

"Philoctète... Tu t'es battu vaillamment, mais tu es gravement blessé, tout comme Arkantos ! Nous avons perdu deux chevaliers d'or sur le front terrestre, en l'occurrence Vittorio et Shad, et qui sait ce qui s'est passé sur les deux autres fronts... Tu dois te reposer, Philoctète, nous devons être audacieux, mais pas téméraires !"

"Tu peux parler, chevalier, lança Rhadamanthe d'un ton railleur... Tu m'as l'air bien jeune pour un chevalier d'or, je ne vois pas comment tu pourrais me résister !"

"Rhadamanthe, répliqua Dohko en se retournant vers son futur adversaire, tu ne devrais pas te fier aux apparences ! J'ai vaincu plusieurs Spectres sur ce front !"

Le Juge des Enfers rétorqua en haussant les épaules :

"Cela ne veut rien dire, chevalier... L'écart de puissance entre moi et le plus puissant de mes Spectres est difficilement imaginable, même pour un chevalier d'or comme toi... Tu ne vas d'ailleurs pas tarder à t'en rendre compte !!"

Dohko, sur ses gardes, se mit à intensifier son cosmos, puis vit son adversaire en faire de même, ce qui le rendit quelque peu nerveux :

"Quelle cosmo-énergie ! Elle est aussi intense que celle d'un chevalier d'or ! Il va falloir que je dépasse mes limites si je veux vaincre Rhadamanthe !..."

Tout à coup, la silhouette d'un monstre terrifiant apparut derrière le Spectre de l'étoile céleste de la destruction, qui cria :

"Adieu, chevalier d'or !!... GREATEST CAUTION !!"



Plus loin, James gisait à terre, la mâchoire fracassée. Le Spectre du Papillon avait été sonné par le poing de l'armure du Dragon, aussi mit-il plusieurs secondes avant de reprendre conscience, sans pour autant se relever, en raison du coup que le chevalier du Dragon avait porté à son moral :

"Ça... Ça me donne envie de vomir quand j'y pense, mais... mais je crains que ce Jaune n'ait raison... Je... Je ne puis rien contre son bouclier, pas plus que contre son poing... A... A présent qu'il a pris conscience de ses atouts, je... je ne puis plus rien faire..."

Quant à Sun, il demeurait impassible et semblait deviner les pensées de son adversaire :

"J'ai l'impression qu'il commence à prendre conscience de son infortune... La victoire sera mienne et je pourrai retrouver Dohko pour me battre à ses côtés !!"

A ce moment, James hésitait de plus en plus à reconnaître sa défaite :

"D'un autre côté, je ne puis me résoudre à déposer les armes devant ce sale Jaune !... Mais... Mais il possède ces deux armes... Le bouclier le plus solide et le poing le plus puissant..."

Soudain, ses yeux se rouvrirent subitement et, en quelques secondes, il se redressa devant le chevalier du Dragon qui fut pris au dépourvu :

"Comment ?! Tu... Tu te relèves ?!"

Le Spectre du Papillon répondit avec un sourire malicieux :

"Oui, chevalier... Je vais continuer à me battre, pour la gloire de Sa Majesté Hadès !!"

Sun secoua la tête, l'air faussement navré :

"Pauvre fou... Tu veux poursuivre le combat, malgré les déconvenues dues à mon bouclier et mon poing ?"

"Oui, chevalier... Je vais non seulement poursuivre ce combat, mais aussi le remporter ! Car dans quelques secondes, ton bouclier et ton poing appartiendront au passé !!"

Sun se mit en position d'attaque, puis lança à James :

"James... Je crains que la douleur ne te fasse délirer... Tant pis pour toi, tu vas...!"

Tout à coup, le jeune chevalier de bronze vit le Spectre de l'étoile terrestre féérique se jeter, tête baissée, sur son bras gauche. Haussant les épaules, Sun soupira :

"Je vois... En fait, tu voulais simplement te suicider... Tant pis pour toi, tu l'auras voulu !!"

James ne ralentit pas sa course, tandis que Sun se mit en position de défense. L'impact survint dans la seconde qui suivit, en même temps qu'un fracas tonitruant...

************

Le royaume de Skygard

"Ainsi donc, chevalier, tu es déterminé à me nuire ? Tu es bien le digne disciple de ton maître !"

"En effet, Eaque ! approuva le gardien de la dixième maison du Zodiaque. Tant que je vivrai, tu ne feras de mal, ni aux Skygardiens survivants, ni à mon ami Christian !"

Le Spectre de Garuda sourit avec malice, avant de lancer à Felipe :

"On peut dire ici que c'est tout un, chevalier..."

"Quoi donc ?"

"Tu n'étais donc pas au courant... Il est vrai que le principal intéressé lui-même ne le sait que depuis peu..."

Le gardien de la dixième maison du Zodiaque commença à perdre patience :

"Mais de quoi parles-tu, à la fin, Eaque ?"

Ce fut alors que Davol intervint :

"Chevalier, votre ami, le chevalier du Verseau, n'est autre que le prince héritier du royaume de Skygard ! Moi et Davol avons été témoins de ce coup de théâtre !"

"Comment ?!"lâcha Felipe.

"C'est la vérité, chevalier, affirma Harald C'est une longue histoire... Notre prince avait été abandonné à la naissance suite à une sinistre prophétie, mais le Créateur lui avait permis d'échapper au pire pour qu'il devienne chevalier d'Athéna et revienne parmi nous !"

Tandis que Felipe commençait à prendre conscience de cette réalité qui lui était inconnue jusque là, Eaque lâcha :

"Autrement dit, chevalier, j'ai deux bonnes raisons de mettre à mort ton ami ! Son appartenance à la chevalerie d'Athéna et son ignominieuse descendance !"

Le sang du chevalier du Capricorne ne fit qu'un tour : son cosmos s'intensifia en quelques secondes, puis il s'élança vers son adversaire en lui disant :

"Tant que je serai en vie, tu n'en feras rien !!"

Mais Eaque ne semblait pas inquiet, bien au contraire. Alors que Felipe n'était plus très loin de lui, il se déplaça sur la gauche, puis retint le bras droit du gardien de la dixième maison du Zodiaque, auquel qui il dit :

"Je vois là que toi et le prince de Skygard êtes de grands amis... Car vous avez les mêmes défauts ; vous vous laissez aller facilement à la colère !"

Et, sans crier gare, le Spectre de l'étoile céleste de la supériorité frappa le bras droit de Felipe, réveillant la blessure que lui avait faite Androgée du Minotaure. Le chevalier du Capricorne hurla de douleur et tomba à genoux en maintenant son bras droit ensanglanté. Indifférent à sa souffrance, Eaque le frappa rudement d'un coup de pied dans l'abdomen, sous les yeux révulsés d'Harald et de Davol, qui se firent interpeller en ces termes :

"Je ne comprends pas votre colère, natifs de Skygard... Après tout, je ne fais qu'être impassible face à mon ennemi, quel qu'il soit ! J'applique ici la même logique que votre prince !... Enfin, encore que je me demande si l'intéressé n'a pas abandonné cette philosophie, tant la rancoeur le ronge..."

Outré, le chef de la résistance skygardienne voulut répliquer, mais la voix de Felipe se fit entendre :

"N'intervenez pas... C'est mon combat..."

Eaque ne perdit pas son temps et envoya un coup de coude au visage du chevalier d'or, qui tomba à terre. Après quoi, le Juge des Enfers soupira, l'air lassé :

"Les temps changent... Tu n'as rien du chevalier du Capricorne qui m'avait vaincu sur ces terres blasphématoires... D'un autre côté, je ne vais pas m'en plaindre, car tu paieras pour ton mentor, chevalier !!"

Il concentra son cosmos jusqu'à faire trembler le sol de Skygard, chose qui n'était pas pour rassurer le chevalier du Capricorne, pas plus qu'Harald et Davol. Cependant, la peur passée, le chef de la résistance skygardienne réalisa ce que projetait de faire le Spectre de Garuda :

"Chevalier ! Eaque va tenter le..."

"GARUDA FLAP !!"

Mais l'avertissement d'Harald fut un peu tardif, car Felipe, qui ne s'était pas encore tout à fait relevé, encaissa l'attaque de plein fouet et fut envoyé dans les airs. Eaque croisa les bras et observa la trajectoire de son adversaire, qui mit moins de dix secondes à retomber brutalement à terre en crachant du sang. Le Juge des Enfers fronça les sourcils :

"Ainsi donc, tu respires encore... Dommage pour toi, chevalier..."

Il donna un coup de pied au chevalier du Capricorne, qui fut envoyé près des deux Skygardiens, auquel Eaque dit d'une voix forte :

"Skygardiens, ma mansuétude vous évitera de voir la tête coupée de votre prince et de ce chevalier d'or qui a cru à tort marcher dans les pas de son maudit maître !!... Car vous allez partir pour un ultime vol vers l'Autre Monde, tous autant que vous êtes !!"

Il concentra à nouveau son cosmos, sous les regards affolés de Davol et d'Harald, tandis que Felipe demeurait inconscient. Davol balbutia :

"Harald... C'est... C'est fini..."

"Oui, nous... nous ne pouvons plus rien faire... J'ai été trop téméraire... J'aurais dû..."

Eaque cria alors :

"C'est un peu tard pour s'en rendre compte !! Mourez... GARUDA FLAP !!"

"PAR LA MURAILLE ARCTIQUE !!"

"QUOI ?!"

Une muraille de glace surgit devant Felipe et les deux Skygardiens et bloqua le Garuda Flap in extremis avant de le renvoyer sur le Spectre de l'étoile céleste de la supériorité, qui fut frappé de plein fouet avant d'être emporté dans les airs. Quand il retomba à terre, la muraille de glace s'évanouit et son créateur se retourna vers ceux qu'il venait de sauver. Ces derniers, surpris, laissèrent échapper d'une voix confuse :

"Christian..."

"Mon... Mon prince..."

************

La Giudecca

Le regard d'Hadès avait cillé un court instant, puis l'Empereur des Ténèbres vit distinctement ce qu'Athéna tenait entre sa main :

"Comment ?! C'est..."

"Oui, Hadès, approuva la jeune fille, je l'avais prise avec moi par prudence... Et au vu de ce que tu as fait, je n'avais pas tort !"

Dans la foulée, un halo doré vint envelopper la fille de Zeus, un halo si brillant qu'il incita Hadès à reculer de quelques pas. Quelques secondes s'ensuivirent, puis le halo se dissipa, laissant place à une Athéna revêtue d'une protection dorée, semblable à celle de la statuette qu'elle avait emportée avec elle, une protection que reconnut rapidement Hadès :

"Athéna... Ainsi donc, tu avais emmené ton armure avec toi..."

"Oui, Hadès... Je ne savais pas à quoi m'attendre avec toi... Je pensais qu'il était possible que cette négociation ne soit qu'un leurre... Tout compte fait, mes doutes étaient fondés..."

A ces mots, le sombre monarque fronça les sourcils, avant de rétorquer à sa nièce :

"C'est faux, Athéna... Je n'avais aucunement l'intention de te tendre un piège... Mais après ton intervention en faveur de plusieurs tes chevaliers qui étaient condamnés à mourir, je ne pouvais laisser cet affront impuni... Voilà pourquoi j'ai donné mon aval à ton emprisonnement dans une dimension parallèle, dimension dont tu t'es échappée malgré tout, ce qui t'a conduite ici !! Telle est la justice de Dieu, Athéna !"

La déesse de la Guerre répliqua :

"Je ne vois pas en quoi tu t'arroges le monopole de la justice divine, Hadès... D'autant plus que cette justice me fait frémir, tant elle est violente et cruelle ! Est-ce au nom de la justice que tu prétends vouloir anéantir le peuple de Skygard ?"

"Exactement, répondit l'Empereur des Ténèbres, nullement troublé. Il n'existe qu'un seul châtiment à l'égard de ceux qui blasphèment contre Dieu, et ce châtiment, c'est la mort."

Athéna fronça les sourcils :

"Dois-je alors comprendre que cette ultime négociation à laquelle tu m'as conviée par l'intermédiaire de l'un de tes Spectres n'était qu'un leurre ?"

Le sombre monarque répondit en secouant la tête :

"Pas exactement. Ma mansuétude m'a conduit à t'accorder une chance de me convaincre de donner un sursis à ces misérables, mais quelque part, je ne me faisais guère d'illusions sur l'issue de cette négociation... Car moi, Hadès, je ne confonds pas mansuétude et laxisme, ce qui me sépare de toi, Athéna !"

La jeune fille répondit aussitôt :

"Hadès... Je vois qu'il n'y a plus matière à discussion..."

"C'est exact, Athéna... L'heure est aux actes et au combat !!"

L'Empereur des Ténèbres leva alors sa main droite dans les airs et, cinq secondes plus tard, une épée massive dont la lame semblait porter d'étranges inscriptions se matérialisa au-dessus de lui. Hadès s'en saisit promptement, ce qui permit à Athéna de mieux discerner l'arme du Dieu des Enfers :

"Hadès... C'est ...!"

"Oui, Athéna... C'est l'Epée des Illusions... Tu as le Sceptre de la Victoire et le Bouclier de la Justice que tu défends bien mal... mais, moi, Hadès, je possède la lame du châtiment divin !!"

************

Le cinquième maleboge

Il se passa quelques secondes durant lesquelles Thérava fut pétrifié par la peur, puis la colère reprit le dessus chez le chevalier du Paon, qui s'adressa à ses adversaires en ces termes :

"Je vois... Ainsi donc, ce maudit Hadès vous a ordonné de vous lancer dans un combat que je devrais perdre d'avance ?"

Jeronimo répondit :

"Pas exactement... Les ordres nous viennent du seigneur Moloch lui-même !"

"Le seigneur Moloch ?!lâcha Thérava, surpris. Qui est-ce donc ?"

"Le serviteur le plus dévoué de Sa Majesté Hadès, tout simplement... Il est aussi le chef des Spectres composant l'armée de l'Empereur des Ténèbres ! En d'autres termes, chevalier, la volonté du seigneur Moloch est aussi celle de Sa Majesté Hadès !"

Thérava serra les poings, l'air nerveux, puis rétorqua au spectre de la Manticore :

"Je vois... D'un autre côté, cela ne change pas grand-chose pour moi... Spectres d'Hadès, sachez que, même si je dois y laisser la vie, vous viendrez avec moi dans l'Autre Monde !!"

Friedrich de la Mante Religieuse répliqua :

"Quel fanfaron tu es... Tu es bien le digne disciple de ton maître, chevalier !!"

Des éclats de rire sortirent des cordes vocales des vingt Spectres, des rires qui finirent par exaspérer le chevalier d'argent qui, tout en concentrant sa cosmo-énergie, rétorqua d'une voix tremblant sous l'effet de la colère :

"Spectres d'Hadès, ne... Ne me sous-estimez pas !! Par l'attaque du Million de Mains !!"

Avant que les vingt guerriers d'Hadès n'aient eu le temps de se rendre compte de quoi que ce soit, tous reçurent d'innombrables coups de poing qui les envoyèrent au tapis en moins de dix secondes. La colère retomba ensuite peu à peu chez Thérava, qui laissa échapper, essoufflé :

"Ils ont leur compte... Maître Gautama, enchaîna-t-il en se tournant vers son mentor inanimé, vous êtes..."

"Tu croyais donc que cela serait aussi facile, chevalier ?"

"Quoi ?!"

Il tourna la tête et vit les vingt Spectres qui se relevaient sans trop de mal. Jeronimo, qui avait interpellé le disciple de Gautama, enchaîna :

"Si tu veux nous abattre, chevalier, il va te falloir être plus coriace que ça ! Ce ne sont pas de misérables coups de poing qui vont avoir raison de nous !!"

"Bien parlé ! approuva Trigsey du Vautour. D'autant qu'à présent, nous allons passer à l'action !!"

Le spectre de l'étoile terrestre duale déploya ses bras à la manière dont les vautours déployaient leurs ailes, puis cria :

"FEROCIOUS FLYING !!"

Presque aussitôt, quatre cris résonnèrent à leur tour :

"UGLY WALK !!"

"BLOODY BITE !!"

"MANTA TAIL !!"

"LATINO VENOM !!"

Thérava, qui avait reconnu les voix de Mertens, Hugo, Manta et Clark, riposta à son tour :

"Par l'Attaque du Million de Mains !!"

Tant bien que mal, il parvint à envoyer ses cinq adversaires au tapis une fois de plus, mais ne put éviter leurs attaques. Hurlant d'une voix qui laissait entendre qu'il souffrait terriblement, il s'écroula à terre, le corps couvert de coups, à la grande satisfaction de Jeronimo :

"Ha ! Ha ! Ha ! A présent, chevalier, j'espère que ton orgueil a été bien rabattu ! Allez, Spectres d'Hadès..."

"Attends !"

Le Spectre de la Manticore, fort étonné, vit le chevalier du Paon se relever promptement en dépit de sa souffrance. Toutefois, il fut encore plus surpris de le voir, non pas en position d'attaque, mais les mains jointes, les yeux fermés, et semblant prononcer des paroles dans une langue que ne connaissaient pas les Spectres d'Hadès :

"A quoi joue-t-il ? laissa échapper Hannibal. Aurait-il perdu la raison ?"

"Sans doute ! affirma Hugo. Il a tellement peur qu'il en perd la santé de l'esprit !"

"Dans ce cas, enchaîna Trigsey, dépêchons-nous d'en finir avec lui !!"

Le Spectre du Vautour et ses quatre compagnons d'armes se jetèrent alors sur Thérava en poussant leurs cris d'attaque respectifs :

"FEROCIOUS FLYING !!"

"UGLY WALK !!"

"BLOODY BITE !!"

"MANTA TAIL !!"

"LATINO VENOM !!"

Mais au même moment, les plumes collées à l'armure de Thérava se changèrent en une roue singulière, qui s'illumina subitement, puis le chevalier d'argent ouvrit la bouche :

"FLYING DAGGERS !!"

Des dizaines de poignards lumineux jaillirent aussitôt du dos de son armure et vinrent annihiler les attaques des cinq Spectres avant de les frapper eux-mêmes...

************

L'Empire du Milieu

"Adieu, chevalier d'or !!... GREATEST CAUTION !!"

Sitôt que Rhadamanthe eût déclenché son attaque, Dohko n'hésita pas et répliqua :

"PAR L'ENVOL DU DRAGON DE ROZAN !!"

Les deux atttaques s'entrechoquèrent rapidement, mais celle du Juge des Enfers sembla prendre le dessus ; elle passa au travers de la technique du chevalier du la Balance avant de heurter violemment ce dernier et de le renvoyer près de Philoctète et d'Arkantos, qui accoururent promptement :

"Dohko !!"

"Chevalier de la Balance !!"

Rhadamanthe lança alors à ses adversaires :

"J'espère que vous avez compris ce qui vous attendait, chevaliers d'Athéna ! Aucun d'entre vous ne pourra m'abattre !..."

Soudain, le Spectre de la Vouivre cracha du sang, avant de tomber à genoux, l'air surpris. Il lui fallut quelques secondes avant de réaliser :

"Non... Impossible... J'étais... J'étais pourtant sûr d'avoir contré son attaque..."

Ce fut à cet instant que Dohko, qui avait mis peu de temps pour reprendre ses esprits, rétorqua :

"Les apparence sont parfois trompeuses, Rhadamanthe ! Il s'est passé trop peu de temps pour que tu te rendes compte que l'Envol du Dragon de Rozan avait eu le temps de t'atteindre ! Car tu n'as que frôlé la vitesse de la lumière, tandis que moi, Dohko de la Balance, je l'atteins sans mal !"

Rhadamanthe fronça les sourcils, puis se releva rapidement, avant de répondre, tout en concentrant son cosmos :

"Soit, chevalier... Si tu tiens à avoir un adversaire de ton niveau, moi, Rhadamanthe de la Vouivre, je répondrai à tes attentes... Pour ton malheur !!"

La silhouette de la Vouivre apparut à nouveau derrière le Juge des Enfers, qui poussa son cri d'attaque :

"GREATEST CAUTION !!"

Dès que l'attaque partit des mains de son adversaire, Dohko n'hésita pas ; il tendit ses deux bras en avant, s'arc-bouta sur ses jambes et bloqua de justesse la progression de la Greatest Caution. Il demeura figé durant une dizaine de secondes, puis parvint à expédier l'attaque de Rhadamanthe dans les airs. Face au désarroi du Spectre de l'étoile céleste de la destruction, le chevalier de la Balance lui lança :

"Rhadamanthe, à partir du moment où j'ai vu cette attaque, elle est inefficace, à présent ! Tu ne pourras plus compter sur elle !"

"C'est ce que tu dis, chevalier, rétorqua le Juge des Enfers... Tu m'as l'air bien moins mature que ton frère d'armes, que j'ai mis facilement au tapis ! Je ne vois pas pourquoi j'accorderais du crédit aux paroles d'un chevalier aussi juvénile que toi, tout chevalier d'or que tu es !!"

A cet instant, une fois encore, la silhouette de la Vouivre venait de réapparaître derrière Rhadamanthe, qui poussa son cri d'attaque :

"GREATEST CAUTION !!"

Mais cette fois-ci, Dohko sembla moins se démener pour contrer l'attaque ; il avança sa main gauche en avant et bloqua instantanément la Greatest Caution, au grand dam du Juge :

"Oh non !!"

"Je t'avais prévenu, Rhadamanthe (le cosmos du gardien de la septième maison du Zodiaque se mit à gronder)... J'ai beau être le plus jeune des chevaliers d'or, je n'en suis pas moins digne de mon titre !!... PAR LA COLERE DU DRAGON !!"

"QUOI ?!"

Eberlué, Rhadamanthe vit Dohko foncer sur lui, avant d'être frappé brutalement à la tête par la Colère du Dragon. Le Spectre de la Vouivre demeura quelques secondes dans les airs, puis retomba dans un grand fracas, non loin du précipice qui donnait sur la cascade de Rozan. Dohko posa un genou à terre afin de reprendre son souffle, tandis que Philoctète et Arkantos étaient encore sous l'effet de la surprise que tout cela suscitait chez eux...



Plus loin, le fracas qui avait suivi la collision de James et de Sun venait de s'achever. Il se passa quelques secondes de flottement, puis un cri désespéré résonna :

"OH NON !!"

C'était le chevalier du Dragon qui l'avait poussé. Il était à genoux, la mine ébahie, les yeux rivés sur ses deux bras couverts de coups et portant des morceaux d'armure en miettes. Fort troublé, il balbutia :

"Mon... Mon bouclier... Et mon poing..."

"Eh bien, chevalier, qu'en dis-tu ?"

Sun se retourna aussitôt et vit James qui souriait de plaisir devant sa déconvenue. Le spectre du Papillon lança alors :

"Eh oui, chevalier, j'ai tenu parole ! Ton bouclier et ton poing ne sont plus qu'un souvenir, à présent !"

"Comment... Comment as-tu fait..."

"Dans le feu de l'action, tu n'y as vu que du feu, sans faire de mauvais jeu de mots... C'est toi, chevalier, qui les a détruits !!"

"Comment ?!"

Devant la mine effarée de son adversaire, James éclata de rire :

"Ha ! Ha ! Ha ! On dirait bien que les Jaunes ne sont pas si intelligents qu'ils le prétendent... Plus précisément, lorsque j'ai foncé vers ton bras gauche, tu l'as mis en position de défense tout en comptant me piéger avec ton poing... mais au dernier moment, j'ai sauté par-dessus toi, tandis que tu frappais ton propre bouclier, le détruisant en même temps que ton poing !"

"Quoi ?!"

James enchaîna avec un sourire mauvais :

"C'est là que s'exprime la supériorité de la civilisation européenne, chevalier... Tu m'as toi-même dit que ton bouclier et ton poing étaient indestructibles, que rien ne pouvait les détruire... Or, quand ces deux armes indestructibles se rencontrent, que se passe-t-il, chevalier ?... Elles s'anéantissent mutuellement !!"

Le spectre de l'étoile terrestre féérique contempla une nouvelle fois le désarroi du cousin de Dohko, avant de lui avouer :

"Ceci étant dit, je dois avouer que j'ai eu de la chance... Si, dans ta bêtise et ta précipitation, tu n'avais pas choisi d'utiliser en même temps ton bouclier et ton poing, mais que tu t'en étais servi l'un après l'autre, j'aurais sans doute été blessé à la tête ! J'avais choisi de prendre ce risque, car un Spectre digne de ce nom ne doit pas craindre de souffrir, mais j'ai été récompensé au-delà de toute espérance !!"

James éclata d'un rire sardonique qui fit trembler Sun, non seulement de peur, mais aussi de colère :

"Damnation ! pensa-t-il. J'avais complètement oublié cette histoire que Dohko m'avait racontée un jour... Celle de ce marchand chinois qui vendait des lances et des boucliers indestructibles... Il m'avait effectivement parlé de leur point faible, point faible qui apparaissait quand ces armes s'opposaient... J'ai été trop sûr de moi !!"

A cet instant, James cessa de rire, puis s'adressa à son adversaire en ces termes :

"Chevalier, à présent, tu es pareil à un loup privé de ses crocs ! Tu ferais mieux de déposer les armes !!"

Pour toute réponse, Sun contracta ses muscles un bref instant, puis se libéra de son armure, ce qui étonna quelque peu le Spectre du Papillon :

"A quoi joues-tu, chevalier ? Aurais-tu perdu l'esprit ?"

"Non, objecta le cousin de Dohko. Simplement, je ne vois pas pourquoi je continuerais de porter mon armure, maintenant que mon poing et mon bouclier ont été anéantis ! Cette armure est devenue inutile, aussi vais-je te vaincre sans elle !"

James se mordit nerveusement les lèvres, puis lança au chevalier du Dragon :

"C'est bien ce que je disais, tu as perdu l'esprit ! Mais je ne vais pas m'en plaindre, chevalier, car je vais non seulement éliminer un guerrier d'Athéna, mais aussi un représentant de cette sale race que sont les Jaunes !..."

Tout à coup, un grondement résonna, incitant le Spectre de l'étoile terrestre féérique à lever les yeux... pour mieux voir un dragon menaçant émerger derrière Sun, dont la cosmo-énergie atteignait des proportions inégalées jusque là...

************

Le royaume de Skygard

Oubliant momentanément Eaque, Christian s'avança promptement vers ses sujets et son ami Felipe, puis leur demanda simplement :

"Est-ce que vous allez bien ?"

Le chevalier du Capricorne répondit tout en se relevant :

"Oui... Ça peut aller... Dieu merci, si tu n'avais pas été là, nous aurions été en mauvaise posture..."

"Felipe, poursuivit le chevalier du Verseau, je te remercie pour ton aide... Mais c'est moi qui ai commencé ce combat... Je te le demande ; laisse-moi l'achever !"

A un moment, Felipe fut tenté de répondre par la négative, mais quand il croisa le regard dur du gardien de la onzième maison du Zodiaque, il revint promptement sur sa décision :

"Soit... Mais sois prudent, Christian... Je n'ai combattu Eaque que peu de temps, mais il me semble fort redoutable...."

"Je le sais."répondit simplement Christian.

Après quoi, le chevalier du Verseau se retourna vers Eaque, qui venait de se remettre debout. Le Juge des Enfers fronça les sourcils avant de lancer à ses ennemis :

"Ainsi donc, les survivants du royaume de Skygard, leur prince héritier, mais également le disciple du maudit Luis du Capricorne sont en mon pouvoir... Tant mieux, car je vais vous éliminer un à un... A commencer par ces imbéciles qui ont osé me défier, moi, Eaque de Garuda !..."

Le spectre de l'étoile céleste de la supériorité s'élança vivement vers Harald et Davol, mais il fut subitement bloqué d'une seule main par Christian :

"Quoi ?!"

"Eaque, tant que je vivrai, tu n'en feras rien !"

Dans l'instant qui suivit, le chevalier du Verseau frappa de son autre main son adversaire et l'envoya plusieurs mètres en arrière. Eaque se retrouva au tapis, les deux mains sur son plastron, qui semblait avoir été gelé. Paraissant plus en colère que jamais, il lâcha, tout en concentrant son cosmos :

"Chevalier du Verseau... Non... Prince de Skygard... Tu m'as suffisamment gêné comme ça... Je ne puis te laisser en vie, surtout depuis que je connais tes origines !... Tu vas payer le crime de ton peuple de ta vie !!"

De nombreuses paires d'yeux apparurent autour du Juge des Enfers, qui tendit ses deux bras en avant, puis cria :

"GALACTIC ILLUSION !!"

"PAR LA MURAILLE ARCTIQUE !!"

Sitôt que la barrière se fut dressée, Eaque ne manqua pas de narguer son adversaire :

"Pauvre sot... Tu crois que la chance sera de ton côté, cette fois-ci ?..."

Soudain, le spectre de Garuda regarda droit devant lui et vit que son attaque ne parvenait pas à briser la Muraille Arctique, qui tenait bon :

"Quoi ?!"

Ce fut alors que le chevalier du Verseau gémit étrangement, comme s'il voulait faire un effort particulièrement douloureux... puis, devant les yeux stupéfaits de Felipe et des Skygardiens survivants, le Galactic Illusion repartit en arrière et frappa Eaque de plein fouet. Le Juge des Enfers fit un vol de plusieurs mètres dans les airs, puis retomba brutalement au tapis. Il y eut quelques secondes de flottement, puis un cri de joie poussé par Harald :

"Mon prince !! Vous avez réussi !!"

Mais Christian répondit en secouant la tête :

"Non, pas encore..."

En effet, au même moment, Eaque remuait lentement dans la neige. Sous le regard impassible du gardien de la onzième maison du Zodiaque, le Juge des Enfers se releva lentement, puis toisa d'un oeil mauvais son adversaire, à qui il dit :

"Chevalier... Comment as-tu pu résister à la Galactic Illusion ?"

"Outre le fait que je l'avais vue auparavant, j'ai également fait abstraction de ma rancoeur à ton égard, pour ne plus me focaliser que sur mon objectif : protéger la Terre de la menace d'Hadès, ainsi que ma patrie, par la même occasion ! Eaque, maintenant que j'ai retrouvé la pleine maîtrise de mon sang-froid, tu ferais mieux de prendre garde !... Car tu ne vas pas tarder à disparaître !!"

Presque aussitôt, Christian leva ses deux mains en l'air et les plaça en forme de jarre. Felipe, Harald et Davol comprirent immédiatement ce qui se tramait :

"Il va tenter... Cette fois-ci, Eaque ne pourra rien faire !"

Mais le Juge des Enfers ne l'entendait pas de la sorte :

"Je ne sais pas ce que tu manigances, chevalier du Verseau, mais sache que cela n'aura aucun effet sur moi... J'irais même plus loin ; tu périras avant d'avoir tenté quoi que ce soit !"

Ce fut alors que la silhouette d'un porteur d'eau apparut derrière le gardien de la onzième maison du Zodiaque, une silhouette qui brilla intensément, sans pour autant faire fondre la neige avoisinante. Bien au contraire, la température de l'air semblait diminuer peu à peu, ce qui alarma Eaque :

"Ainsi donc, tu veux utiliser le froid pour me vaincre ?... Mais ça ne se passera pas comme ça, chevalier !"

Le spectre de Garuda intensifia son cosmos à son tour, puis, quand il sentit que l'heure était venue, il cria à l'attention de son adversaire :

"Chevalier, comme je te l'ai dit, tu périras avant d'avoir tenté quoi que ce soit !... GALACTIC ILLUSION !!"

La réponse de Christian ne se fit pas attendre :

"C'est inutile !!... PAR L'EXECUTION DE L'AURORE !!!"

Les mains du prince de Skygard se dirigèrent vers le Juge des Enfers et il s'en échappa une vague immaculée et glaciale qui fonça droit sur la Galactic Illusion. Sitôt qu'elle l'eût atteinte, elle la balaya en une seconde, au grand dam d'Eaque :

"Oh non !!"

"Je t'avais prévenu, Eaque..."laissa échapper le chevalier d'or d'une voix froide.

Puis, ce fut l'impact. L'Exécution de l'Aurore frappa de plein fouet le Spectre de l'étoile céleste de la supériorité et l'envoya dans les airs, jusqu'à plusieurs mètres de haut. Il ne fallut que quelques secondes à Eaque pour retomber violemment sur le sol enneigé de Skygard. Son corps remua durant un court instant, puis cessa de bouger. Christian contemplait le corps inerte de son ennemi d'un air absent, quand un cri résonna :

"Vous avez réussi, mon prince !!"

Le chevalier du Verseau se retourna et vit Harald qui accourait dans sa direction, ainsi que Davol qui criait :

"Félicitations, mon prince ! Vous avez vaincu ce maudit Eaque !! Le roi, le vicomte et nos amis sont vengés !!"

"Oui..."répondit sobrement Christian.

Il tourna la tête et aperçut Felipe, qui lui dit en lui souriant :

"Christian... Tu as agi comme un vrai chevalier d'or ! Tu me rappelles mon maître !!"

"N'en fais pas trop, Felipe... J'ai certes vaincu Eaque, mais cela ne m'a pas rendu mon père..."

Le chevalier du Capricorne jeta un coup d'oeil sur sa gauche et aperçut le cadavre du roi Norst. L'air sombre, il laissa échapper :

"Je suis désolé pour toi, Christian... Au moins, tu es parvenu à le venger..."

Harald intervint alors :

"Mon prince... Peut-être faudrait-il donner une sépulture à votre père et aux hommes tombés en ce lieu..."

"Certes... Mais avant cela... Je vais en donner une à Eaque..."

"Quoi ?! Vous n'y pensez pas ?"fit Davol, indigné.

"Je veux qu'il soit inhumé au coeur du royaume de Skygard, pour qu'il ne le quitte pas... Que son corps soit à jamais prisonnier de mon royaume, ce royaume qu'il a voulu détruire..."

Le gardien de la onzième maison du Zodiaque s'était approché du corps inerte du Juge des Enfers en disant cela. Il leva alors sa main droite, qui fut enveloppée d'un prisme immaculé qui manqua d'éblouir Felipe et les Skygardiens rescapés, puis il cria :

"FREEZING COFFIN !!"

La lumière immaculée s'abattit sur le corps du spectre de Garuda durant plusieurs secondes, puis apparut sous les yeux des deux chevaliers d'or et des deux Skygardiens un cercueil fait d'une glace cristalline, au travers duquel il était possible de voir le corps d'Eaque. Christian dit alors :

"Il est impossible que ce cercueil de glace soit détruit. Quand bien même les douze chevaliers d'or uniraient leurs forces, jamais ils ne pourraient le briser. Eaque reposera à jamais dans cette forêt où il a trouvé la mort, vaincu par l'Exécution de l'Aurore !!"

Puis, se tournant vers Felipe et ses sujets :

"Felipe, Harald, Davol, nous rentrons au palais. Mon père et le vicomte auront le même genre de sépulture au sein du palais royal. Felipe, porte le corps du vicomte, je m'occupe de celui de mon père."

Le chevalier du Capricorne hocha la tête, puis s'empressa de porter le cadavre de Leyfamir sur ses épaules. De son côté, Christian se baissait pour prendre le corps de son père dans ses bras, quand il s'interrompit subitement, puis murmura :

"Son coeur bat encore..."

"Quoi ?!"laissa échapper Felipe.

"Eaque est encore en vie..."précisa le chevalier du Verseau sur un ton plus élevé.

"Oh non !!"laissèrent échapper Harald et Davol.

Christian se retourna vers le cercueil, puis laissa échapper à l'attention de son hôte :

"Eaque... Ton coeur bat encore... Mais jamais tu ne pourras t'extirper de ce cercueil de glace ! Tu es donc condamné à une lente agonie ! Profite donc du temps qu'il te reste à vivre pour méditer sur tes actes infâmes à l'encontre du royaume de Skygard ! Adieu !"

Puis, à Felipe et ses sujets, il dit :

"Venez, nous partons..."

"Chevalier du Verseau... Non... Prince de Skygard... Je n'ai pas dit mon dernier mot !"

Bien que le gardien de la onzième maison du Zodiaque semblât étonné d'entendre son ennemi lui parler par télépathie, il n'en fit rien, et rétorqua :

"Je vois que le froid glacial du Freezing Coffin te fait peu à peu perdre la raison... Tant pis pour toi..."

Dans la foulée, il s'apprêta à marcher vers Felipe, Harald et Davol, quand un bruit semblable à un bris de verre le fit sursauter :

"Qu'est-ce que... ?"

Dans la foulée, le même bruit se répéta plusieurs fois de suite. Commençant à s'alarmer, le chevalier du Verseau se retourna et, à son grand désarroi, vit le cercueil de glace se briser peu à peu de l'intérieur, bien qu'Eaque semblât toujours immobile. Puis, le spectre de Garuda poussa un violent cri... et ce fut tout le Freezing Coffin qui vola en éclats. Plusieurs voix laissèrent échapper simultanément :

"COMMENT ?!"

Felipe et les deux Skygardiens avaient bien du mal à croire ce qui venait de se produire sous leurs yeux ; non seulement Eaque n'avait pas succombé à l'Exécution de l'Aurore, mais il était en plus parvenu à briser son cercueil de glace. Cependant, c'était bien Christian qui affichait le plus d'incrédulité devant ce phénomène, ce dont se réjouit le Juge des Enfers, qui lança, l'air railleur :

"Ne t'avais-je pas fait savoir que je n'avais pas encore dit mon dernier mot, chevalier ?"

Le gardien de la onzième maison du Zodiaque, dont le coeur battait la chamade et dont le regard trahissait sa peur, balbutia :

"Impossible... Ce... Ce cercueil de glace... Mon maître, feu Kalmar du Verseau, m'avait pourtant dit que même les douze chevaliers d'or ne pourraient le détruire..."

Eaque haussa les épaules, puis répliqua :

"Kalmar du Verseau ? Ce chevalier d'or que j'aurais pu exécuter sans l'intervention de ce maudit Luis du Capricorne (la mine du Juge se renfrogna à cette pensée) ? Je crois qu'il a surestimé sa technique, à moins que l'âge ne lui ait fait perdre la tête (Christian fronça les sourcils)... Ton froid, chevalier du Verseau, est certes redoutable, mais il est néanmoins bien moins puissant que le froid du Cocyte !"

"Le Cocyte ? laissa échapper Harald. Qu'est-ce donc ?"

"C'est la huitième prison du Meikai, là où finissent les pires pécheurs, ceux qui complotent contre Dieu, Sa Majesté Hadès, en somme !"

"Comment oses-tu donner le nom de Dieu à un monstre pareil ?"s'emporta Davol.

Le Juge des Enfers répondit d'un air dédaigneux :

"Parce qu'il l'est, tout simplement... Et je ne vois pas comment les natifs d'une contrée pécheresse pourraient me prouver le contraire... Assez parlé ! Chevalier du Verseau, je vais en finir avec toi !!"

"N'y compte pas, Eaque ! Tu vas..."

Soudain, le gardien de la onzième maison du Zodiaque s'interrompit brusquement ; le paysage alentour avait pris une autre configuration. Ce n'était plus le camp de la résistance skygardienne qu'il voyait, mais des milliers d'yeux menaçants. Pourtant, face à lui, Eaque, bien qu'entouré par un halo sombre, demeurait immobile. Mais Christian n'était pas le seul à contempler ce spectacle ; Felipe et les deux Skygardiens s'en rendaient compte, eux aussi. L'inquiétude grandissait chez le chevalier du Capricorne :

"Quel étrange cosmos... Eaque semble paisible, mais son cosmos va grandissant... L'aurions-nous sous-estimé ?"

Ce fut alors que les yeux qui entouraient le spectre de Garuda se mirent à briller plus intensément, comme s'ils voulaient hypnotiser Christian. Ce dernier ne s'y trompait pas, qui pensait tout haut :

"Impossible... Que... Que m'arrive-t-il ?..."

Puis, n'y tenant plus :

"Je ne puis demeurer immobile (il leva les bras à nouveau)... Eaque, tu vas..."

"EYES WITHOUT A FACE!!!"

Les centaines d'yeux qui avaient recouvert le paysage s'ouvrirent alors tout à fait et des centaines de vagues déferlantes vinrent frapper Christian, qui fut incapable de réagir. Le chevalier du Verseau hurla atrocement durant une dizaine de secondes, puis fut envoyé dans les airs avant de retomber brutalement au sol. Les étranges yeux sans visage se dissipèrent aussitôt et laissèrent la place au camp de la résistance skygardienne, à Eaque, qui semblait être resté immobile, à Christian, qui gisait au sol, ensanglanté, et à Felipe aux deux Skygardiens, qui n'en revenaient pas, notamment le chevalier du Capricorne, qui pensait :

"Que... Que s'est-il passé ? Je n'ai absolument rien vu... Comment Christian a-t-il pu être frappé de la sorte ? Quelle... Quelle terrible technique... Eaque cachait bien son jeu..."

"MON PRINCE !!"

Les hurlement épouvantés d'Harald et Davol tirèrent Felipe de ses interrogations, et le gardien de la dixième maison du Zodiaque se rendit compte, avec horreur, que son ami avait été blessé mortellement :

"Non !! Christian !!"

Courant vers lui, il pencha son regard vers lui, puis l'implora d'une voix brisée :

"Christian !! Tiens... Tiens bon !!"

Le gardien de la onzième maison du Zodiaque, l'air mourant, regarda tour à tour son ami, puis ses sujets, et leur dit :

"Mes amis... Felipe... Harald... Davol... Je n'en ai plus pour longtemps... Ne... Ne pleurez pas pour moi et... et terrassez Eaque... Je m'adresse notamment à toi, Felipe, toi qui semblais étouffé par le passé prestigieux de ton maître... Fais ce que je n'ai pas su faire... Tu vaincras Eaque, je sais que tu en es capable..."

"Christian..."gémit Felipe.

"Mon prince... Non... Vous ne pouvez pas mourir !! Pensez à votre père !!"implora Harald.

"Je pense à lui en ce moment... Je ne vais pas tarder à le rejoindre... De là où je serai, mes pensées vous accompagneront... Felipe, reprit Christian à l'intention du chevalier du Capricorne... Je t'en conjure, terrasse Eaque... Pour le royaume de Skygard... Pour tout le genre humain... Et... pour Athéna !!"

La tête du prince de Skygard retomba alors sur le sol enneigé et il ferma les yeux pour ne plus jamais les rouvrir.

************

Le révérend Trevor, plus que jamais, semblait bouleversé par le récit de la mort de Christian du Verseau ; la voix tremblante, il dit à John :

"John... Le chevalier du Verseau... Lui aussi... Il... Il a rendu l'âme..."

L'air amer, le jeune homme répondit :

"Comme je vous l'avais dit, révérend, Vittorio du Cancer ne serait pas le dernier chevalier d'or à périr lors de cette sanglante guerre sainte... Et il en serait de même après le trépas de Christian du Verseau (le pasteur frissonna d'horreur)... Quoi qu'il en soit, à cet instant précis, Felipe du Capricorne, Harald et Davol venaient d'assister à l'extinction de la lignée royale qui régnait depuis toujours sur Skygard..."











Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada