Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

L'Empire du Milieu

Philoctète, incrédule, voyait Rhadamanthe saisir d'une main la Victory Arrow, la flèche couverte du poison de l'hydre de Lerne qui était venue à bout de Motta de la Harpie. Quand il réalisa que son adversaire s'en était emparé sans avoir été lui-même touché, le chevalier d'or se mit à trembler sur ses jambes, sous les yeux circonspects du spectre de l'étoile céleste de la destruction :

"Hum... Je ne sais pas ce que tu comptais faire avec cette flèche, chevalier, mais elle ne m'a nullement impressionné... Inutile de m'en encombrer plus longtemps !!"

Rhadamanthe intensifia alors son cosmos, puis accrut la pression sur la Victory Arrow... qui disparut comme si elle avait été réduite en poussière. Accablé, Philoctète lâcha :

"OH NON !! La... La Victory Arrow !! Elle... Elle qui a pourtant réussi à venir à bout de Motta de la Harpie... Mon Dieu... J'avais vraiment sous-estimé l'écart de puissance entre un simple spectre et un Juge des Enfers..."

"J'espère pour toi, chevalier, intervint tout à coup Rhadamanthe, qu'il te reste encore d'autres arcanes en réserve..."

A ces mots, la pâleur gagna peu à peu le visage du chevalier du Sagittaire, qui trembla de plus belle sur ses jambes, ses genoux menaçaient de chanceler à tout moment et son rythme cardiaque s'était brutalement accéléré, il avait du mal à respirer. Se rendant compte de tout ceci, le Juge des Enfers soupira bruyamment :

"Pfff... Quelle déception... Et dire que je pensais trouver un adversaire de taille en ta personne, chevalier... Moi qui n'ai eu jusqu'alors que trois misérables chevaliers d'argent sur mon chemin... Malheureusement pour toi, tu n'es pas très différent d'eux..."

Rhadamanthe regarda à nouveau son adversaire, avant de reprendre :

"Lors de la dernière Guerre sainte, j'étais venu à bout du chevalier du Bélier, mais il m'avait donné bien plus de fil à retordre... Le niveau des chevaliers d'or aurait-il drastiquement baissé en deux siècles ?"

Philoctète, paralysé par la peur, fut incapable de répliquer quoi que ce soit. Ne s'en souciant guère, Rhadamanthe poursuivit :

"Peu importe... Puisque tu n'es pas digne de m'affronter, chevalier du Sagittaire, je m'en vais t'achever sur-le-champ !!"

Les ailes du surplis de la Vouivre se replièrent aussitôt, tandis qu'un halo pourpre entourait le spectre de l'étoile céleste de la destruction, dont le regard était plus menaçant que jamais, ce qui n'atténuait pas l'effroi du chevalier du Sagittaire :

"Miséricorde... Il... Il est bien plus puissant que moi... Je pensais qu'il se vantait quand il disait qu'il pourrait tous nous vaincre, mais il est possible qu'il n'avait pas tort, tout compte fait..."

Ce fut à cet instant que les ailes du surplis de Rhadamanthe se déplièrent, puis il cria :

"GREATEST CAUTION !!!"

La redoutable attaque partit des mains du Juge des Enfers et fonça sur un Philoctète qui, dans un ultime réflexe de survie, bondit dans les airs en déployant les ailes de son armure d'or, mais cela amusa plus le spectre de la Vouivre qu'autre chose :

"Inutile..."

En effet, alors que le gardien de la neuvième maison du Zodiaque pensait s'en être tiré de justesse, il sentit subitement que la Greatest Caution, comme par enchantement, avait modifié sa trajectoire et fonçait droit sur lui, à travers les airs. Le chevalier du Sagittaire, affolé, vit l'arcane juste sous ses yeux, puis ce fut l'impact. Percuté de plein fouet, il hurla de douleur durant plusieurs secondes, puis retomba brutalement au tapis, sous le regard indifférent de son adversaire, qui lâcha :

"Eh oui... La Greatest Caution peut suivre sa cible où qu'elle aille, dans un certain rayon d'action ! Ta fuite était dérisoire, chevalier du Sagittaire, et tu t'y es brûlé les ailes... Au sens le plus propre, d'ailleurs !"

Effectivement, l'attaque du Juge avait violemment atteint l'armure d'or du Sagittaire, qui était encastrée au niveau du plastron et dont les ailes étaient en piteux état, à moitié rognées. Rhadamanthe poursuivit :

"Tel était ton destin, chevalier du Sagittaire... Moi, Rhadamanthe, j'ai eu raison de toi, au nom de Sa Majesté Hadès !..."

Le spectre de la Vouivre tendit l'oreille et sentit que son adversaire, bien qu'étendu au sol, haletait fébrilement. Haussant les épaules, il lâcha :

"Ainsi donc tu as survécu à mon attaque... Je suis admiratif... Tu y as résisté au même titre que le chevalier du Bélier de l'an de grâce 1538... Mais tout comme lui, tu finiras par rendre l'âme !"

Rhadamanthe marcha donc vers son adversaire, impassible, le poing droit fermé. Quand Philoctète y vit une boule d'énergie, il songea :

"Je... Je ne peux plus rien faire... Je vais donc rendre l'âme contre ce Juge des Enfers... Athéna... mes amis... pardonnez-moi !"

Le spectre de l'étoile céleste de la destruction fit en sorte que son poing soit couvert par la boule d'énergie qu'il avait générée, puis le dirigea vers le coeur d'un Philoctète impuissant, à qui il dit :

"Chevalier du Sagittaire, tu as été gravement blessé contre Motta de la Harpie et tu as réalisé quelle était ma puissance ! Il est temps pour toi de passer de vie à trépas !... Meurs !!..."

"PAR LES METEORES DE PEGASE !!!"

"QUOI ?!"

Sans crier gare, des dizaines de coups, semblables à des météores, foncèrent droit sur Rhadamanthe. Ce dernier, fort surpris, bondit dans les airs, et s'acharna à en éviter plusieurs. Au bout de quelques secondes, la surprise disparut et il songea :

"Pff... j'ignore d'où viennent ces coups, mais ils sont bien trop lents... Je n'ai donc rien à craindre !!"

Retrouvant son assurance, le Juge des Enfers ralentit sa vitesse d'exécution, mais dans son orgueil, il commit l'erreur de trop sous-estimer la vitesse d'exécution de son mystérieux adversaire ; alors qu'il allait reprendre son appui au sol, un météore, plus rapide que les autres, vint le frapper à la tête, fendant son casque en deux. Blessé au front, Rhadamanthe fut projeté en arrière et envoyé au tapis, à plusieurs mètres de Philoctète.

************

Le camp de la résistance skygardienne

Harald intensifiait sa cosmo-énergie face à un Eaque inquiet. Cependant, si le jeune guerrier semblait prendre l'avantage, il n'en était pas moins préoccupé :

"Je dois donner le meilleur de moi-même dans cette attaque ! Si jamais Eaque parvient à en réchapper, j'aurai sans doute laissé passer ma chance de sauver ma patrie !"

Le Juge des Enfers regarda attentivement son ennemi se concentrer et sentait qu'il allait devoir jouer le tout pour le tout :
"Par trois fois il a réussi à m'avoir, mais il ne m'a pas encore abattu ! Cependant... Cependant il a réussi à me blesser et il est possible qu'il vienne à bout de moi au prochain coup, tant sa cosmo-énergie semble puissante !... Je dois à tout prix trouver son point faible !"

Quant au roi Norst 1er, il contemplait attentivement son serviteur et songeait :

"Harald... Je t'en conjure, viens à bout d'Eaque ! Si tu y parviens, je te présenterai mes excuses devant le peuple de Skygard !"

Ce fut à cet instant précis que le chef de la résistance sentit que le moment de passer à l'attaque était venu :

"Ça y est !! Ma cosmo-énergie a atteint son maximum !!"

Puis, tout haut :

"Eaque, l'heure est venue pour toi de rejoindre définitivement l'Autre monde !! DRAGON BRAVEST BLIZARRD !..."

Mais tout à coup, alors qu'Harald venait de pousser son cri d'attaque, Eaque se déplaça sur la droite et tendit son poing en avant. Dans la seconde qui suivit, un hurlement de douleur résonna et le roi Norst, horrifié, cria :

"Harald !! Non !!"

Le chef de la résistance skygardienne avait été projeté en arrière et se trouvait désormais à quelques mètres de son souverain. Il gisait à terre, la main sur sa poitrine qui était couverte de sang. Norst 1er courut vers son serviteur en criant :

"Harald !! Harald, réponds-moi !!"

Les suppliques du monarque ne furent pas sans effet ; Harald se releva quelques secondes plus tard, mais il semblait ébranlé et il avait été sutout gravement touché à la poitrine ; seule la protection qu'il portait lui avait évité d'avoir le coeur transpercé. Toutefois, c'était son moral qui semblait avoir été le plus affecté ; son regard, qui était empli d'assurance, était désormais le même que celui qu'Eaque avait après avoir été frappé pour la première fois par le Dragon Bravest Blizzard. Le Juge des Enfers lâcha justement :

"Eh bien, jeune Skygardien, es-tu redescendu de ton nuage, à présent ?"

Le jeune guerrier laissa échapper d'une voix tremblante :

"Non... Comment... Comment as-tu pu..."

"C'est très simple, jeune imbécile ; j'ai réussi à repérer le point faible de ton attaque !"

A ces mots, le roi Norst 1er ouvrit grand la bouche sans prononcer le moindre mot, tandis qu'Harald balbutia :

"Mon... Mon point faible..."

"Tu sembles surpris, jeune imbécile, sourit le spectre de Garuda... Pourtant, le Dragon Bravest Blizzard a beau être très puissant, il n'en possède pas moins une faille... Juste avant de le déclencher, inconsciemment, tu baisses ton poing gauche, ce qui fait que pendant un bref laps de temps, ton coeur n'est plus protégé et tu deviens très vulnérable !"

Harald ouvrit grand la bouche, mais trop choqué, il ne put exprimer ce qu'il ressentait, incitant Eaque à poursuivre :

"Oui, natif de Skygard, tu sembles contrarié par cette révélation... Celui à qui tu dois la maîtrise de cette technique, le dénommé Siegfried, si ma mémoire est bonne, ne t'a donc rien dit à ce sujet ?"

Le chef de la résistance skygardienne se fit violence pour surmonter son effarement et répondre :

"Si, justement... Il m'en avait parlé... Il... Il m'avait dit que juste avant de déclencher son attaque, il... il baissait son poing gauche durant un cent millième de seconde, ce qui représentait un risque mineur, mais réel pour celui qui passait à l'offensive... Mais je ne pensais pas que tu arriverais à découvrir le défaut de cette technique, Eaque..."

Le spectre de l'étoile céleste de l'illusion sourit alors jusqu'aux oreilles, puis rétorqua :

"Un cent millième de seconde, m'as-tu dit ?... Le dénommé Siegfried doit être alors fort médiocre en calcul... Car pour ma part, j'ai estimé que tu baissais ton poing durant deux secondes !!"

Harald se mit à trembler de plus belle, ce qui fit dire à Eaque :

"Non... A voir ton effroi, il semblerait que ce soit toi qui ne t'es pas hissé au niveau du maître... Tu as su profiter de ma stupeur à trois reprises pour me porter ton attaque, mais si j'avais été plus concentré, j'aurais pu facilement t'abattre..."

Norst 1er baissa les yeux vers le sol enneigé, frustré de voir que tout était désormais perdu, tandis que son serviteur semblait avoir été privé de l'usage de la parole. Ce fut alors que le Juge des Enfers fronça les sourcils, puis intensifia son cosmos et dit à son adversaire, tout en marchant dans sa direction :

"Tu m'as humilié à trois reprises, jeune imbécile... Et cela, moi, Eaque de Garuda, je ne le pardonnerai pas !! Si je ne t'ai pas achevé tout de suite, c'est bien pour que tu comprennes ton impuissance devant ma force... Et maintenant que tu as compris que tu ne pouvais rien contre moi, je vais te faire souffrir à petit feu, pour que tu périsses dans une agonie épouvantable !!"

La peur au ventre, Harald trembla tout le long de ses membres avant de chanceler et de tomber à genoux sous le regard ravi d'Eaque :

"Quel retournement de situation... Il n'y a pas si longtemps encore, tu jouais les lions, à présent, tu te prends pour un mouton !... J'ai l'impression de voir cet imbécile qui vous a trahis malgré lui !"

Bien que le chef de la résistance skygardienne fût fort vexé d'entendre ces paroles, son angoisse l'empêcha de protester, alors que le spectre de Garuda se tenait à présent à deux pas de lui. Fronçant les soucils, Eaque lâcha :

"Bien... A présent, prépare-toi à connaître l'enfer !!"

"Attendez !!"

Le Juge des Enfers jeta un coup d'oeil sur sa gauche et vit Norst 1er le supplier à genoux :

"Attendez !! Je... Je vous en prie... Tuez... Tuez-moi d'abord ! Je ne saurais souffrir de voir Harald périr sous mes yeux, lui, l'une des forces vives de la jeunesse skygardienne... Prenez... Prenez plutôt ma vie !"

Eaque regarda le souverain d'un air méprisant, puis répondit :

"D'ordinaire, mon orgueil m'aurait commandé de m'occuper en premier lieu de ce jeune imbécile qui a osé me défier et m'humilier, et de ne point prêter oreille à vos jérémiades... Cependant... Cependant, comme j'ai bien du mal à supporter la présence d'êtres aussi pathétiques que vous, je vais d'abord vous exécuter pour ne plus vous entendre brailler, misérable vieillard !!"

Le spectre de l'étoile céleste de la supériorité brandit son poing droit vers le visage du roi Norst, qui demeurait impassible, et un halo ténébreux se forma dans la paume d'Eaque. Harald, tétanisé, balbutia :

"Altesse... Non..."

Le Juge des Enfers prit son élan, puis cria :

"ADIEU !!"

Soudain, il se sentit retenu dans son mouvement par une sensation de froid glacial. Baissant les yeux, il eut la surprise de voir que sa main droite était désormais recouverte de cristaux de glace aussi étincelants qu'un diamant. Ecarquillant les yeux, Eaque murmura :

"Comment... Comment est-ce possible que..."

"Tu aurais dû être plus attentif à ce qui se passe autour de toi, Eaque !!"

"Quoi ?!"

Le Juge des Enfers se retourna et vit avancer vers lui, au milieu des cadavres des gardes, Christian du Verseau, dont le regard sévère ne manqua pas d'impressionner le spectre de Garuda. Le gardien de la onzième maison du Zodiaque était suivi par Davol, le vicomte Leyfamir et Brolin, qui étaient partagés entre la peine que leur causait la mort de leurs compagnons et le soulagement d'être arrivés avant une hécatombe absolue...

************

L'Empire du Milieu

Bien que sévèrement blessé par la Greatest Caution et à bout de forces, Philoctète était parvenu à distinguer les coups qui avaient surpris Rhadamanthe et l'avaient même envoyé au tapis. Pourtant, le chevalier du Sagittaire avait bien du mal à croire à cette intervention providentielle :

"C'est... C'est insensé... Son... Son cosmos a pourtant disparu il y a de cela plusieurs heures..."

Il leva alors la tête et tous ses doutes s'évanouirent en un instant. Devant lui, en position de combat, se tenait Arkantos, disciple de Felipe du Capricorne. Le chevalier Pégase était couvert de coups, il haletait nerveusement, tenait avec grand-peine sur ses jambes, mais il était bien vivant. Après avoir repris son souffle, il courut vers Philoctète, l'air affolé :

"Chevalier du Sagittaire !! Chevalier du Sagittaire, est-ce que ça va ?"

Malgré sa douleur, le gardien de la neuvième maison du Zodiaque se releva péniblement, puis répondit au chevalier de bronze :

"Plus ou moins... J'ai... J'ai eu à livrer des combats laborieux, notamment contre Rhadamanthe... C'est... C'est un adversaire redoutable... Arkantos, si... si tu n'étais pas intervenu, j'aurais sans doute péri..."

A ces mots, Arkantos haussa les sourcils, mais ce fut à cet instant que Philoctète lui demanda :

"Dis-moi, Arkantos... A... A un moment, j'ai senti que ton cosmos s'était évanoui... Comment as-tu fait pour survivre ?"

Le chevalier Pégase répondit d'un ton un peu hésitant :

"Eh bien... Je ne saurais l'expliquer, chevalier... Moi et Gregorios sommes tombés sur un Spectre d'Hadès, alors que nous nous trouvions en Thrace... Gregorios a été vaincu, mais je suis parvenu à le venger... Mais ce Spectre m'avait gravement blessé, aussi ai-je perdu connaissance, croyant que tout était terminé pour moi... Je... Je ne saurais dire combien de temps je suis resté entre la vie et la mort, probablement durant de longues heures... Mais j'ai fini par revenir à moi, mais cela a été pour apercevoir un soleil obscur et un ciel qui l'était tout autant... Craignant le pire, je me suis décidé à me relever en dépit de mes blessures, voulant demeurer fidèle à l'enseignement de maître Felipe... A propos, chevalier du Sagittaire, sais-tu de quoi il s'agit ?"

Philoctète commença à ouvrir la bouche, mais ce fut une autre voix qui répondit :

"C'est l'Eclipse des Ténèbres, une éclipse provoquée par la volonté divine de Sa Majesté Hadès, nourrie par les vices des chevaliers d'Athéna, et qui plongera la Terre dans les profondeurs infernales ! Tel est le châtiment décidé par Sa Majesté Hadès !!"

Interloqué, Arkantos se retourna et vit Rhadamanthe, qui s'était remis debout. Le Juge des Enfers ne portait plus son casque et son front était à présent couvert de sang. Fronçant les sourcils, il demanda à celui qui l'avait empêché d'éliminer le chevalier du Sagittaire :

"Qui es-tu, jeune imprudent ? J'ai cru t'apercevoir avant de lancer le défi de la bataille du front terrestre..."

"En tout cas, moi, Rhadamanthe, je suis certain de t'avoir vu en personne ! Je suis Arkantos, chevalier de bronze de Pégase !!"

A ces mots, la mine du Juge des Enfers se crispa, car il se sentait atteint dans sa fierté :

"Un misérable chevalier de bronze... Pourtant, il est parvenu à me porter un coup à moi, Rhadamanthe... Quelle honte... Lors de la dernière Guerre sainte, je n'avais même pas eu à combattre l'un de ces pantins, tant ils étaient faibles..."

Puis, d'un ton dédaigneux :

"C'est tout ?"

"Pas tout à fait, Rhadamanthe ! Je suis aussi disciple de Felipe de la constellation du Capricorne, lui-même disciple du plus fidèle serviteur d'Athéna !!"

A cet instant précis, le spectre de la Vouivre fut frappé de stupeur l'espace de quelques secondes, avant qu'une colère sourde ne vînt s'emparer de lui :

"Le plus fidèle serviteur d'Athéna... Des mots qui me font toujours enrager... Même si..."

Ce fut alors qu'Arkantos l'interpella :

"Rhadamanthe, comme tu l'as vu, je suis parvenu à te porter un coup ! A présent, la situation a changé, car je vais me battre aux côtés du chevalier du Sagittaire ! Alors prends garde à toi !!"

A ces mots, le Juge des Enfers haussa les sourcils, puis sourit d'un air amusé avant de répliquer :

"Permets-moi de rectifier quelques mots, chevalier... La situation n'a pas changé du tout !!"

"Comment ça ?!"

Le sourire de Rhadamanthe s'élargit, tandis qu'il poursuivait :

"Avant de croiser la route du chevalier du Sagittaire, j'ai eu affaire à trois chevaliers d'argent, qui ont plus ou moins fait illusion, mais au final, ils n'ont rien pu faire face à ma toute-puissance. Or, ce que je vois là pour porter secours à un chevalier d'or mourant n'est rien d'autre qu'un vulgaire chevalier de bronze... Un chevalier de bronze à demi-mort, qui plus est ! Autrement dit, à moins que tu ne désires plus souffrir, tu ferais mieux de t'écarter de mon chemin et d'assister à la mise à mort du chevalier du Sagittaire !"

"C'est hors de question !! rétorqua le chevalier Pégase en serrant le poing. Maître Felipe m'a toujours répété de ne jamais fuir face à l'adversité et de la combattre jusqu'à la mort !"

"Dans ce cas, tu n'auras pas à lutter bien longtemps, chevalier..."répondit Rhadamanthe avec un sourire moqueur.

************

Le camp de la résistance skygardienne

En quelques secondes, un curieux tableau s'était dessiné dans un camp qui était devenu un véritable champ de bataille, un tableau marqué par divers sentiments : la détermination de Christian, le soulagement mêlé d'effroi de Davol, Leyfamir et Brolin, la stupéfaction d'Eaque et du roi Norst et une léthargie perceptible chez Harald, mais qui tendait à s'effacer. Tandis que le chevalier du Verseau s'était arrêté de marcher et regardait le spectre de Garuda avec dureté, les trois Skygardiens accoururent vers le jeune guerrier, qui venait de sortir de sa torpeur :

"Harald !! Est-ce que ça va ?!"

Celui-ci poussa un profond soupir, puis poursuivit :

"A... A peu près... Dieu soit loué, vous êtes sains et saufs..."

Davol enchaîna aussitôt :

"Nous avons été attaqués par un Spectre d'Hadès qui a exterminé tous nos amis, hormis Chardsonn, qui s'est lâchement enfui... Je ne sais ce qui lui est arrivé..."

Harald répondit amèrement :

"Moi, je le sais... Il est tombé sur Eaque et, bien malgré lui, lui a révélé notre cachette... Eaque l'a abattu après que nous ayons appris sa trahison..."

Leyfamir venait à cet instant d'apercevoir le cadavre du félon involontaire. Le vicomte, accompagné de Brolin, s'agenouilla devant la dépouille glacée et murmura :

"Repose en paix, Chardsonn... Nous te pardonnons et espérons que le Créateur en fera de même avec toi..."

De son côté, Harald demanda à son ami :

"Comment avez-vous fait pour survivre ?"

"Nous le devons à ce chevalier d'Athéna, Harald... En un éclair, il a balayé le Spectre du Hersir, ainsi que les sentinelles qui l'escortaient... Vous voyez bien que j'avais raison, Harald, nous devons faire en sorte de nous allier avec les chevaliers d'Athéna !!"

Interloqué, le chef de la résistance skygardienne tourna la tête et aperçut Christian, qui n'avait pas bougé et continuait à regarder un Eaque toujours inquiet :

"Damnation, songea le Juge des Enfers... Il a fallu que ce maudit chevalier du Verseau arrive pour faire tout tomber à l'eau !!"

Quant à Harald, il lui fallut encore quelques secondes avant de prendre conscience de tout ce qui était arrivé entre le moment où il avait ordonné à Leyfamir et aux sentinelles de partir à la recherche de Davol et celui de l'arrivée providentielle du gardien de la onzième maison du Zodiaque. Tournant son regard vers ce dernier, il commença à balbutier :

"Vous... Vous êtes donc un chevalier d'Athéna ?"

"En effet, je suis Christian de la constellation du Verseau."répondit froidement l'intéressé.

"Je..."

Mais le chevalier d'or fut plus rapide :

"Tu es donc le Skygardien qui a tenté de mener la résistance contre Hadès ?... A voir ton état, l'on ne peut vraiment pas parler de réussite !"

Harald fronça les sourcils et s'apprêta à répondre, mais il fut encore moins rapide que le chevalier du Verseau :

"Je vais te dire ce que j'aurais dit si tu avais voulu t'allier avec nous ; reste en dehors de ça ! Aucun membre de ton peuple n'est de taille à lutter contre les Spectres d'Hadès ! Si vous voulez sauver votre patrie, laissez-nous agir !"

"C'est inutile !!"

Christian haussa les sourcils et se tourna vers le roi Norst, qui l'avait interpellé. Le vieux monarque répéta :

"C'est inutile ! Skygard est condamné ! Même vous, vous ne pourrez empêcher notre patrie d'être anéantie ! C'est écrit dans la prophétie !"

Le chevalier du Verseau haussa les épaules, puis demanda :

"Vous êtes bien le roi de Skygard, n'est-ce pas ?"

"Oui !"

"Deux siècles ont passé, mais je vois que les caractères royaux ne sont guère flatteurs... Mon maître, feu Kalmar, était tombé sur un roi qui ne voulait pas admettre que son fils était devenu la réincarnation d'Eaque, et moi, je suis en face d'un vieil homme fataliste et lâche !!"

"Comment osez-vous ?!"commença à s'emporter Norst 1er.

"Je n'ai pas de temps à perdre avec vous, rétorqua Christian. Ma priorité est de vaincre Eaque, car seuls les chevaliers d'Athéna sont capables de tenir tête aux Spectres d'Hadès !!"

Devant cette remarque, Eaque sourit, avant de répondre :

"Tu devrais nuancer ton jugement, chevalier du Verseau... Car j'ai constaté que, bien que je sois le seul survivant de mon groupe, le vôtre a lui aussi subi de nombreuses pertes ! Seuls les chevaliers d'or ont pu échapper au massacre !"

Alors que Christian demeurait de marbre face à cette nouvelle, le souverain de Skygard lâcha :

"Vous voyez bien !! Vous ne pourrez rien faire ! Soyez raisonnable, chevalier, et... !"

Tout à coup, Norst 1er s'interrompit net. En un éclair, son visage, qui exprimait l'impatience et l'exaspération, avait été frappé de stupeur, une stupeur bien plus grande que celle du roi Cyavizen III lorsqu'il avait découvert qu'Eaque s'était réincarné dans son fils Conrad. A l'exception du spectre de Garuda, qui avait simplement haussé les sourcils, et de Christian qui semblait à peine plus ému, tous ceux réunis dans les gravats du camp de la résistance étaient fort ébahis par l'attitude du roi de Skygard, à tel point que le vicomte Leyfamir finit par demander :

"Votre Altesse... Que vous arrive-t-il ?"

Norst 1er ne put que répondre :

"Im... Impossible... C'est inimaginable que..."

Puis, se tournant lentement vers le gardien de la onzième maison du Zodiaque, il lui demanda d'un voix fort émue :

"Chevalier du Verseau... Je... Je voudrais savoir... D'où... D'où vient ce médaillon que vous portez à votre cou ?"

Christian portait en effet un pendentif sur lequel figurait une sorte de stèle en modèle réduit qui contenait des inscriptions écrites dans un langage obscur. Le saisissant de sa main gauche, il le regarda vaguement avant de répondre au souverain de Skygard :

"Je n'en ai aucune idée... La seule chose que je sais à son sujet, c'est que je l'ai depuis ma naissance..."

"Votre naissance ?... D'où... D'où venez-vous ?"

Regardant plus attentivement le roi, Christian répondit :

"Je l'ignore... D'ailleurs, j'aurais pu connaître une existence éphémère si telle avait été la décision de Dieu !!"

"Que dites-vous ?!"s'exclama Norst 1er.

"Je connais cette histoire grâce à mon maître feu Kalmar, l'ancien chevalier du Verseau. Je la connais depuis que je suis âgé de douze ans. Un jour, je lui ai demandé d'où je venais et il m'a répondu que j'étais un orphelin qui aurait pu mourir prématurément."

Le rythme cardiaque du roi se mit à s'accélérer, tandis que Leyfamir et Harald prêtèrent une plus grande attention au récit du chevalier d'or, qui enchaîna sur un ton égal :

"Il y a de cela vingt-trois ans, feu mon maître errait près du cercle polaire, quand il aperçut au beau milieu de l'océan un panier d'où provenaient des cris semblables à ceux d'un nouveau-né (Norst 1er blémit). Se concentrant grâce à son cosmos, il se rendit compte qu'il s'agissait bien d'un nouveau-né emporté par les eaux et qui ne tarderait pas à périr noyé ou de froid si les choses en resteraient là. Sans hésiter, feu mon maître gela une partie considérable des eaux et partit secourir le nouveau-né sur la banquise qu'il avait créée. Il le fit aisément, bien qu'il fût âgé de plus de deux cents ans. Le bébé dans ses bras, il revint au Sanctuaire, où il fit part de ce qui lui était arrivé au Grand Pope, qui était son ami le plus proche. Il demanda et obtint l'autorisation d'élever cet enfant né de parents inconnus, à condition qu'il l'entraîne dans le but d'en faire son successeur pour l'armure du Verseau."

Tandis que les Skygardiens rescapés semblaient abasourdis et qu'Eaque avait l'air de prêter un semblant d'attention au récit de Christian, ce dernier poursuivit du même ton :

"Vous l'avez compris, j'étais ce nouveau-né. Feu Kalmar du Verseau n'avait rien trouvé sur moi qui puisse révéler mes origines, hormis ce médaillon écrit en dialecte inconnu et que je ne comprends pas moi-même. Il me donna le nom de Christian et, dès que j'eus sept ans, me soumit à un entraînement impitoyable durant six ans, puis je devins chevalier du Verseau à l'âge de treize ans. Mon maître est mort depuis quelques années, mais il a eu le temps de tout me dire sur mes origines, du moins, tout ce qu'il pouvait savoir à ce sujet."

L'histoire de Christian avait largement accentué le trouble du roi Norst 1er qui, d'une voix tremblante, s'adressa subitement à Leyfamir :

"Vicomte..."

"Votre Altesse ?"

"S'il vous plaît... Approchez-vous de ce chevalier d'or et... et lisez ce qui est écrit sur son médaillon... Je suis trop ému pour pouvoir le faire, bien que je ne sois sûr de rien..."

Leyfamir haussa les sourcils, mais répondit, bien qu'un peu étonné :

"Comme vous voudrez, Votre Altesse."

Il s'avança donc vers le chevalier du Verseau, qui n'avait pas bougé, puis tendit la main vers son médaillon. Il lut rapidement les inscriptions qui se trouvaient sur la stèle en modèle réduit, puis sa main se crispa nerveusement, ce que ne comprit pas Christian :

"Puis-je savoir ce qui vous prend ?"

Leyfamir lâcha promptement le médaillon, puis se retourna vers son souverain, l'air pâle :

"Votre Altesse... Je... Je n'arrive pas à y croire... C'est... C'est bien lui..."

"Que dites-vous ?"fit Norst 1er.

"C'est le même médaillon qu'il portait avant qu'il ne soit emporté par les eaux, une scène à laquelle j'avais assisté, conformément à vos ordres (Davol et Brolin ouvrirent grand la bouche, tandis qu'Harald était gagné par la stupéfaction)... Il... Il est écrit sur ce médaillon : Futur de Skygard, une inscription qui sert à désigner les héritiers mâles du royaume !!"

"Comment ?!"lâchèrent en choeur les trois autres Skygardiens.

Faisant fi du regard intrigué de Christian et des yeux effarés d'Eaque, Leyfamir secoua la tête avant d'affirmer :

"Oui, Votre Altesse... Ce... Ce chevalier d'Athéna n'est autre que... le prince héritier du royaume de Skygard !!"

************

Une fois de plus, la stupeur avait gagné le visage du révérend Trevor, qui connaissait là une nouvelle surprise dans le récit de John, après la révélation de la vraie nature d'Eon et du passé de Bosching. Le pasteur, d'une voix tremblante, demanda :

"John... Le... Le prince de Skygard qui avait été abandonné aux eaux suite à une prophétie... C'était... C'était le chevalier du Verseau ?"

Le fils d'Etienne Roligny hocha la tête, puis se fit plus loquace :

"Tout à fait, révérend... Comme je vous l'ai dit au moment où le chevalier du Verseau était venu sauver les Skygardiens des griffes du Spectre du Hersir, cette rencontre était un signe du Destin... Inconsciemment, Davol lui-même s'en était rendu compte quand il avait été intimidé par le charisme de Christian."

Trevor, encore troublé, hocha la tête, puis murmura :

"Il... Il ne fait aucun doute que l'Eternel était avec ce nouveau-né ce jour funeste, John... C'est sans doute lui qui a guidé l'ancien chevalier du Verseau pour lui permettre de sauver cet enfant et d'en faire son successeur... Je... Je me surprends moi-même parfois..."

"Je vous comprends, révérend."sourit timidement John.

Puis il redevint sombre, ce qui interpella Trevor :

"Que vous arrive-t-il, John ?"

"Nous reviendrons plus tard sur les terres skygardiennes, révérend... Je vais à nouveau évoquer le monde des ténèbres, où se trouvaient Shion du Bélier et Carrie de la Reine Ecarlate..."

************

Le Meikai, à la sortie de la troisième vallée

Bien qu'il fût enfin sorti de la sixième prison en compagnie de Carrie, Shion n'avait pas pour autant le coeur gai. En effet, lui et le spectre de l'étoile céleste de la haine se trouvaient désormais devant une immense cascade de sang qui coulait sous leurs yeux et semblait leur barrer la route. Le chevalier du Bélier se tourna vers la jeune fille et lui demanda :

"Carrie, sais-tu de quoi il s'agit ?"

"Oui, fit l'adolescente en hochant la tête... C'est la cascade de sang, où se déverse le sang des âmes condamnées... C'est aussi la limite entre la sixième et la septième prison."

Shion observa un instant le flot d'hémoglobine qui coulait bruyamment, non sans frissonner, puis se retourna vers Carrie :

"Est-il possible de la franchir ?"

"Seulement en sautant en bas... Mais cela équivaut irrémédiablement à se donner la mort."

"Que dis-tu ?!"

Ce n'était pas uniquement la réponse de la jeune fille qui avait effrayé le chevalier du Bélier ; ayant vu le cadavre de Tamsin de la Succube dans la troisième vallée, il se doutait que certains de ses amis les avaient précédés, lui et Carrie, dans la traversée de la sixième prison :

"Mon Dieu... Pourvu que des chevaliers n'aient pas commis cette folie..."

Ce fut alors que Carrie reprit la parole :

"Ce que je viens de dire, Shion. Il est impossible de franchir la cascade de sang, à moins d'y laisser la vie... Toutefois... il est possible d'enfreindre cette règle du Meikai !"

"Comment ?!"

Le spectre de la Reine Ecarlate sourit, puis s'avança jusqu'à ce qu'elle se trouvât juste devant la cascade de sang. Dirigeant alors son attention sur un bloc de pierre qui surplombait le torrent, elle commença à intensifier son cosmos, puis, au bout de quelques secondes, le bloc se détacha en un éclair et se présenta juste devant elle et le gardien de la première maison du Zodiaque, auquel elle dit :

"Il est en effet possible d'enfreindre cette règle quand on possède des pouvoirs de télékinésie aussi puissants que les miens, Shion !"

Celui-ci demeura troublé l'espace de quelques secondes, avant de répondre :

"C'est vrai, j'avais oublié... Merci à toi, Carrie !"

La jeune fille répondit en rougissant :

"C'est le moins que je puisse faire pour toi, Shion... Prends place à présent."

Obéissant, le chevalier du Bélier prit place sur le bloc de pierre, que Carrie maintenait toujours sous son contrôle, avant d'être rejoint par elle. La jeune fille souffla aussitôt au gardien de la première maison du Zodiaque :

"Ne bouge pas et reste calme."

Dans la seconde qui suivit, Shion sentit que la plate-forme de fortune sur lequel il se trouvait avec Carrie se déplaçait lentement dans les airs. Il fut étonné au premier abord, mais suivit les consignes du spectre de la Reine Ecarlate et demeura calme, bien qu'il eût le sentiment que le bloc de pierre se dirigeait progressivement vers le bas. Le chevalier du Bélier baissa les yeux et vit effectivement que lui et Carrie se rapprochaient peu à peu du fond de la cascade et commença à s'inquiéter, mais la jeune fille lui dit par télépathie :

"Ne regarde pas en bas !!"

Shion, par réflexe, ferma aussitôt les yeux et laissa l'adolescente s'occuper du reste. La descente inexorable se poursuivit durant près d'une minute, jusqu'à ce que Carrie vît qu'ils s'approchaient d'une rivière d'hémoglobine, aussi fît-elle en sorte de guider la plate-forme vers la gauche, juste au-dessus du rivage de la cascade. Après que le bloc se fût posé de façon stable, le spectre de l'étoile céleste de la haine dit à Shion :

"Nous sommes arrivés !!"

Le chevalier du Bélier ne se le fit pas dire deux fois ; il sauta du bloc et constata effectivement que lui et Carrie étaient hors de danger, aussi se tourna-t-il vers la jeune fille en lui disant avec un grand sourire :

"Carrie... Merci à toi... Tes pouvoirs psychokinésiques sont vraiment fabuleux ; moi-même, j'aurais été incapable de faire ce que tu as fait, et pourtant..."

Il s'arrêta subitement, car il voyait que l'adolescente était devenue rouge comme une pivoine. Intrigué, il lui demanda :

"Carrie... Que t'arrive-t-il ?"

Le spectre de la Reine Ecarlate prit son inspiration, avant de saisir les deux mains du chevalier d'or et de commencer à lui dire :

"Shion, je..."

Mais elle rougit de plus belle et sembla avoir le souffle coupé. En fait, elle avait l'impression que les derniers mots qu'elle tenait à dire au chevalier du Bélier restaient bloqués au creux de sa gorge, ce qu'elle ressentait pour lui était simple, mais difficile à dire, car elle n'avait jamais éprouvé un tel sentiment en dix-sept années d'existence. Elle rougissait de plus belle et avait du mal à parler, elle était dans un tel état qu'elle ne voyait pas le gardien de la première maison du Zodiaque rougir légèrement, lui aussi. Tout à coup, Shion fronça légèrement les sourcils avant de dire à Carrie d'un ton détaché :

"Je ne peux pas."

Et il retira promptement ses mains de celle de Carrie, avant de lui tourner le dos. Alors que le visage de l'adolescente devenait blême, le chevalier du Bélier lâcha d'un ton plus dur que d'ordinaire :

"Carrie, nous n'avons plus de temps à perdre. Nous allons sans doute entrer dans la septième prison, ce qui fait que nous ne sommes plus loin d'Hadès. Par ailleurs, certains de nos amis sont toujours en sursis, nous devons donc aller les sauver. Dépêchons-nous !!"

Le spectre de la Reine Ecarlate trembla sur ses genoux, puis, tandis que les larmes commençaient à couler sur son visage, répondit d'une petite voix :

"Oui, Shion..."

Le gardien de la première maison du Zodiaque n'ajouta plus rien et marcha d'un bon pas, l'air soucieux :

"La septième prison... J'ai le sombre pressentiment que celle-ci ne sera pas facile à traverser... Pourtant, je ne puis me laisser impressionner, il y va de la vie d'Athéna et de mes amis !..."

Ce fut alors qu'un gémissement aigu vint marteler les tympans de Shion, qui réalisa que Carrie, bien qu'elle ne se fût pas arrêtée de marcher, s'était mise à pleurer. Il ne se retourna pas et, faisant comme si de rien n'était, poursuivit sa route. Toutefois, alors qu'il continuait d'entendre les sanglots de la jeune fille, le chevalier du Bélier eut l'impression qu'un étau lui broyait le coeur...

************

Bien que cela ne l'impresionnât pas autant que la révélation des origines de Christian du Verseau, le révérend Trevor ne pouvait s'empêcher d'être interloqué par le court épisode que John venait de lui raconter au sujet de Shion et de Carrie, ce à quoi le jeune homme répondit :

"Cela vous étonne, révérend ?"

"Oui... Je ne m'y attendais pas vraiment, surtout à un moment pareil..."

Le fils d'Etienne Roligny râcla sa gorge avant de dire à son ami :

"Pourtant, révérend, si l'on y réfléchit bien, cela n'est guère surprenant, étant donné la bonté d'âme dont a fait preuve le chevalier du Bélier envers Carrie, bonté d'âme qui devait certainement surpasser celle de feu Thomas Ross... Qu'elle finisse par éprouver des sentiments pour lui allait de soi par conséquent..."

John fronça les sourcils, avant de reprendre :

"Cependant, il se passait autre chose dans la huitième prison des Enfers, le Cocyte..."

************

Le Cocyte, huitième prison des Enfers

C'était une étendue glacée, au-dessus de laquelle un ciel bleuâtre se trouvait. Plus précisément, l'endroit s'apparentait à un véritable cimetière de glace, en raison des milliers de cadavres et de squelettes décharnés qui étaient encastrés dans la glace, l'air hagard ou souffrant. Moloch, enveloppé dans son manteau noir, avait une attention plus particulière pour les cadavres les plus récents, ceux des chevaliers sacrés qui étaient tombés au combat durant cette Guerre sainte :

"Plus de soixante chevaliers sont tombés en moins de dix heures... Malgré les pertes que l'armée de Sa Majesté a subies, il n'en reste pas moins que ces imbéciles n'ont pas de quoi être fiers de leur situation... Enfin, je ne vais pas m'en plaindre..."

"Seigneur Moloch !!"

C'était la voix de Jeronimo de la Manticore qui avait interpellé l'âme damnée d'Hadès. Le spectre de l'étoile terrestre toxique, qui était accompagné de Friedrich de la Mante Religieuse et d'Hannibal de l'Elephant, livra les informations suivantes :

"Seigneur Moloch, conformément à vos ordres, nous avons plongé ces chevaliers d'Athéna dans la glace du Cocyte. Vu leur état, je pense qu'ils devraient périr d'ici à une heure ou deux, s'ils ne sont pas déjà morts..."

"Tant mieux..."laissa échapper Moloch.

Il se passa quelques secondes durant lesquelles l'on n'entendit que le bruit de la bise qui parcourait la huitième prison, puis le vieil homme reprit la parole :

"Vous n'avez pas traîné cette fois-ci... Contrairement au moment où je vous ai donné l'ordre de venir dans la Giudecca, pour débarrasser Sa Majesté Hadès de ce fardeau..."

Les trois Spectres s'agenouillèrent, puis Jeronimo parla en leur nom :

"Veuillez nous excuser, seigneur Moloch, mais à cet instant précis, nous nous étions un peu éloignés de la Giudecca... Dans... Dans le cinquième maleboge, nous avons senti la présence de ce qui pourrait fort bien être des chevaliers d'Athéna, et nous avons donc été distraits par cette découverte..."

Moloch demeura impassible durant plusieurs secondes, avant de répondre simplement :

"Dans ce cas... vous savez ce qu'il vous reste à faire."

"Oui !!!"

Les trois Spectres saluèrent le vieil homme, qui leur tournait toujours le dos, puis s'éloignèrent rapidement du Cocyte, laissant leur supérieur seul au milieu des cadavres. L'âme damnée de l'Empereur des Ténèbres jeta quelques coups d'oeil sur ses côtés, afin de mieux admirer les victimes de l'armée des 108 Spectres, puis lança :

"Oui, cette Guerre sainte a largement décimé les rangs de la chevalerie d'Athéna... Quant aux survivants, ils ne devraient pas tarder à subir le même sort que leurs amis, pour que survienne le triomphe de Sa Majesté Hadès... et le mien aussi !!"

Moloch laissa alors échapper un rire démentiel qui aurait pu être entendu par quiconque errant dans les parages de la huitième prison du monde des ténèbres...

************

L'Empire du Milieu

Philoctète, qui était demeuré immobile le temps de la conversation entre Arkantos et Rhadamanthe, était partagé entre son admiration pour la détermination du chevalier Pégase et son effroi de le voir se mesurer à l'un des trois Juges des Enfers. Ce fut alors qu'Arkantos lança à son adversaire :

"Rhadamanthe, il est temps pour toi de faire face à la noblesse de Pégase, le cheval ailé ! Tu vas..."

"Attends, Arkantos !!"

Le disciple de Felipe tourna la tête et vit Philoctète qui avançait vers lui, d'un pas mal assuré. Le chevalier du Sagittaire lui dit aussitôt :

"Arkantos, j'admire ton courage, mais... mais ne te lance pas dans une folie pareille ! C'était mon combat ! Laisse-moi le poursuivre !"

Le chevalier Pégase ne se démonta pas et répliqua :

"Chevalier du Sagittaire, je comprends ta position... Mais tu es gravement blessé et nous ne pouvons nous permettre de perdre un autre chevalier d'or ! Laisse-moi te couvrir !..."

Tout à coup, les deux hommes furent interrompus dans leur conversation par la voix de Rhadamanthe, qui lança d'un ton railleur :

"Chevalier, je vois que tu as le sens du sacrifice... Mais le chevalier du Sagittaire a raison ; te battre contre moi équivaudrait à un suicide ! Tu n'es même pas digne d'encaisser la Greatest Caution, je ne vais donc pas y aller par quatre chemins pour te faire sortir de mon champ de vision !!"

En un éclair, le spectre de l'étoile céleste de la destruction tendit son poing en avant et Arkantos, sans avoir compris ce qui lui arrivait, hurla de douleur et fut envoyé contre un rocher, sous le regard affolé de Philoctète :

"Il... Il lui a asséné des dizaines de coups à la vitesse de la lumière... Arkantos... Arkantos ne pouvait rien faire !!"

Puis, la colère reprit le dessus et le chevalier du Sagittaire dit à Rhadamanthe en fronçant les sourcils :

"Tu paieras pour Arkantos, espèce de lâche !!"

Le Juge des Enfers laissa échapper une exclamation dédaigneuse avant de rétorquer :

"Ce n'était qu'un poids mort... A présent, il ne nous dérangera plus... Bien, chevalier du Sagittaire, prépare-toi à affronter ton destin !.."

"Attends... Rhadamanthe..."

"Quoi ?!"

Bien que sévèrement touché par le coup fulgurant du spectre de la Vouivre, Arkantos n'avait pas encore rendu l'âme. Le chevalier de bronze s'agrippa avec grand-peine au rocher sur lequel il avait été projeté, puis avança fébrilement vers le Juge des Enfers en lui disant :

"Rhadamanthe... Tu... Tu n'en as pas encore fini avec moi... Je te l'ai dit, tant... tant qu'il subsistera un souffle de vie en moi, je... je continuerai à me battre !"

Rhadamanthe haussa les épaules, puis rétorqua :

"Soit... S'il faut vraiment en arriver là, je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour t'ôter le souffle de vie en question, chevalier !!"

"Non, Arkantos !!"

Le sang de Philoctète n'avait fait qu'un tour. Le chevalier du Sagittaire venait de se placer entre le disciple de Philoctète et le spectre de la Vouivre et avait commencé à s'adresser au premier de la sorte :

"Arkantos, je ne peux pas te laisser te battre ainsi ! Il... Il te tuera au prochain coup ! Laisse-moi m'en occuper !"

"Chevalier du Sagittaire..."

Soudain, les deux protecteurs d'Athéna sentirent une montée de cosmo-énergie qui les incita à se retourner brusquement. Ils virent alors que c'était l'oeuvre d'un Rhadamanthe qui semblait être à bout :

"Chevaliers d'Athéna, vous m'avez poussé à outrepasser les limites de ma patience ! Puisqu'il en est ainsi, je vais vous envoyer simultanément dans l'Autre monde !!"

La silhouette de la Vouivre commença alors à émerger derrière le Juge des Enfers. Philoctète et Arkantos se regardèrent l'espace d'une seconde, puis le premier dit au second :

"Arkantos... Vu la détermination de Rhadamanthe, il est probable qu'il nous tuera si nous agissons séparément... Nous devons unir nos forces ; même si nous sommes gravement blessés, il y a une petite chance de gagner si nous nous battons ensemble !"

Le chevalier Pégase laissa brièvement apparaître la surprise sur son visage, puis il sourit et répondit au gardien de la neuvième maison du Zodiaque :

"J'approuve ta décision, chevalier du Sagittaire ! Battons-nous ensemble !!"

Dans la foulée, les deux combattants firent face à Rhadamanthe et commencèrent à intensifier leurs cosmos respectifs, déterminés à jouer le tout pour le tout face au Juge des Enfers...



A des kilomètres de là, un cocon de soie de plus d'un mètre soixante gisait au sol. C'était le cocon dans lequel Sun du Dragon avait été emprisonné par l'étrange créature qu'il avait affrontée, le condamnant par la même occasion à une mort lente. Le cousin de Dohko, à l'intérieur de sa cellule soyeuse, commençait à sentir les effets de la privation d'oxygène dont était victime son cerveau ; ses pensées glissaient lentement vers le délire et l'inconscience :

"Je... Je suis perdu... Complètement perdu... Je voyage, je navigue, je ne sais plus où je suis... Sur les rives de la mer de Chine, à Pékin ou dans la Cité Interdite... Je me sens glisser vers une pente descendante... Est-ce que... Est-ce que ma fin est proche ?..."

Puis, la réponse lui vint aussitôt :

"Non... Je... Je ne puis mourir maintenant... Je dois... Je dois faire honneur à mon titre de chevalier d'Athéna et ne point m'arrêter en si bon chemin... Je... Je suis Sun, chevalier du Dragon et... et disciple de Dohko, chevalier d'or de la Balance !!"

Le cocon qui retenait le jeune garçon prisonnier commença alors à s'illuminer de l'intérieur, d'abord irrégulièrement, puis de façon plus intense. Il bougea alors lentement sur la gauche, alors qu'il irradiait de plus en plus, puis commença à se fendre sous la pression. Il demeura dans cet état durant quelques secondes, puis le poing droit du chevalier du Dragon jaillit à l'extérieur, perçant la prison de soie dans laquelle il se trouvait. Sun, dans la foulée, s'extirpa pour de bon du Silky Thread et roula sur le flanc, quelque peu affaibli :

"Pff... J'y... J'y suis parvenu... Mais j'ai... j'ai manqué d'oxygène pendant un certain temps... J'espère... J'espère pouvoir récupérer rapidement..."

Ce fut alors que ses yeux se fixèrent au-dessus de lui et il laissa échapper une bruyante exclamation de surprise. En effet, accroché à un pan de montagne, il y avait un cocon bien plus grand que celui dans lequel le chevalier de bronze avait été emprisonné et qui semblait émettre de l'intérieur un cosmos remarquable. Encore sous le choc, Sun commença à balbutier :

"Que... C'est..."

Une voix familière lui répondit :

"Ainsi donc, tu es encore vivant, chevalier... Tu as la vie dure... Quel dommage que tu ne te sois pas résigné à ton destin..."

Le chevalier du Dragon voulut protester, mais la voix de la chose qui se trouvait dans le cocon fut plus rapide :

"Très bien, puisque tu y tiens tant... Tu as beau n'être qu'un vulgaire chevalier de bronze, tu seras le premier serviteur d'Athéna à voir le stade ultime de mon évolution... Car ma métamorphose va très bientôt arriver à son terme !!"

Bouche bée, Sun répéta :

"Evolution ? Métamorphose ? Mais... Mais de quoi parles-tu ?!..."

A cet instant, le cocon scintilla de mille feux, obligeant le cousin de Dohko à reculer précipitamment... puis il vola en éclats. Cette fois-ci, Sun fut contraint de se protéger à l'aide de son bouclier, jusqu'à ce que tout danger fût apparemment écarté. Il abaissa lentement sa protection, puis cligna des yeux face à la nouvelle apparition qui se tenait devant lui. C'était un jeune homme à peine plus âgé que le chevalier du Dragon, dont le visage était marqué par des cheveux blonds, un teint presque aussi pâle que celui de feu Motta de la Harpie, et des yeux gris. Mais surtout, il portait une protection particulière, presque aussi couvrante que celle des chevaliers d'argent, de couleur ambrée, avec des ailes multicolores semblables à celles d'un papillon. Sun, ne s'y trompait pas, qui songeait :

"Je commence à comprendre... L'on... L'on dirait un hybride d'homme et de papillon... Ce qui explique les différentes étapes de son évolution..."

Puis, voulant en avoir le coeur net, il demanda à son futur adversaire, qui souriait d'un air apaisé :

"Qui es-tu ?"

Et le guerrier de répondre :

"Je suis James du Papillon, spectre de l'étoile terrestre féérique !!"

************

Le royaume de Skygard

Le camp de la résistance avait été le théâtre de bien des péripéties et de coups de théâtre ; le réveil du cosmos d'Harald, l'arrivée providentielle de Christian... et à présent, son passé princier dévoilé. Le chevalier du Verseau demeurait distant, mais ses yeux avaient bien du mal à dissimuler leur surprise, Eaque semblait avoir été frappé par la foudre, au même titre qu'Harald, Davol et Brolin. Mais ceux qui avaient été le plus marqués par cette surprise étaient le victomte Leyfamir, qui avait assisté au sacrifice du nouveau-né, et le roi Norst 1er, qui balbutiait :

"Le... Le prince de Skygard... Mon... Mon propre enfant..."

"Votre Altesse, fit un Leyfamir fort ému, les... les faits sont... sont bien là... Je... Je n'ai vu le prince qu'un court instant, mais nul autre que lui n'aurait pu porter ce médaillon sacré !!"

Le souverain de Skygard, les yeux emplis de larmes, tourna la tête vers Christian, mais ce dernier ne broncha pas. Norst 1er ne s'en offusqua pas pour autant :

"Je... Je te comprends, mon fils... Toi... Toi-même, tu as du mal à y croire, mais... mais tu n'es plus orphelin... Tu viens de retrouver ton père !"

Alors que le gardien de la onzième maison du Zodiaque demeurait de marbre, son père se tourna lentement vers Harald et lui dit :

"Harald... Depuis peu, tu connaissais le secret que je dissimulais au fond de mon coeur... Cela t'avait au moins permis de comprendre pourquoi plus rien ne me retenait à la vie... J'avais tort... Harald... En retrouvant mon fils, j'ai... j'ai retrouvé cette raison de vivre !!"

Tandis que le chef de la résistance commençait à réaliser ce qui venait de se passer, Norst 1er commença à se retourner vers son fils une fois de plus, quand la voix d'Eaque se fit brièvement entendre :

"Vous l'avez retrouvée un peu tardivement, ce me semble..."

En moins d'une seconde, devant cinq paires d'yeux, le Juge des Enfers tendit sa main vers le souverain de Skygard et en laissa échapper une boule d'énergie qui perfora la poitrine de ce dernier. Norst 1er fut projeté en arrière et retomba durement au sol. Quand son sang commença à souiller la neige, Harald, horrifié, laissa échapper :

"Non !! Altesse !!..."

"PERE !!!"

Ce cri déchirant de douleur cloua sur place les Skygardiens rescapés, plus particulièrement Leyfamir, Davol et Brolin. En effet, eux, qui commençaient à s'habituer à la dignité glaciale de Christian, ne s'attendaient pas à ce que leur sauveur perde son sang-froid en quelques secondes. Ils virent, ainsi qu'Harald, le chevalier du Verseau hurler à nouveau en courant vers son père blessé à mort. Christian s'agenouilla brutalement devant le souverain de Skygard, qui sembla reprendre ses esprits :

"Mon... Mon fils..."

Le vieux roi saisit compulsivement la main droite de son fils, qui murmura, les larmes aux yeux :

"Père... Je vous en supplie... Tenez... Tenez bon..."

"Mon âge et ma blessure m'ôtent tout espoir de survie, mon enfant... Mais... Mais je quitterai ce monde heureux, car j'aurai revu la chair de ma chair avant de rejoindre le Créateur..."

"Non..."gémit Christian en baissant la tête.

Malgré son affaiblissement, Norst 1er leva lentement sa tête vers le chevalier du Verseau et lui dit :

"Ecoute-moi, mon fils... Comme... Comme tu l'as vu, j'ai été stupide au point de me résigner à la mort de mon royaume... Je... Je n'ai pas agi comme un souverain digne de ce nom, j'étais trop fataliste et égoïste... Harald... Harald a fait plus honneur à Skygard que je ne l'ai fait... Et... Et je sais que tu seras assez sage pour ne pas suivre mon exemple, mon fils... Avant... Avant de quitter ce monde, je te le demande ; bats-toi pour Skygard ! Terrasse Eaque, qui menace notre royaume, et... et avec tes compagnons et tes sujets, mets... mets un terme à la menace qu'incarne Hadès ! Ne m'imite pas dans ma faiblesse !!"

Le visage baigné par les larmes, Christian répondit d'une voix à moitié étouffée :

"Père... J'exaucerai vos dernières volontés... C'est le moins que je puisse faire..."

"Je suis fier de toi, mon fils... Je ne suis pas inquiet ; tu seras un bon souverain, plus digne de représenter Skygard que je ne l'ai fait..."

Puis, se tournant vers Harald et Leyfamir :

"Harald... Vicomte... Je vous demande d'obéir en tous points à mon fils... Le prince héritier de Skygard..."

Malgré leur émotion, les deux hommes répondirent simultanément :

"Nous le ferons, Altesse."

"Moi aussi, Altesse."ajouta Davol.

"Moi de même, Votre Altesse."fit Brolin.

"Merci à vous, sourit fébrilement Norst 1er... Mon fils... Merci d'avoir été à mes côtés... et adieu !!"

Les doigts du vieux roi glissèrent de la main de Christian et ses yeux se fermèrent à tout jamais. A peine son corps était-il retombé que le gardien de la onzième maison du Zodiaque se mit à hurler :

"NON !!! PERE !!!"

Il se jeta sur le corps encore chaud du roi, l'étreignant et le couvrant de larmes. Harald, Leyfamir, Davol et Brolin, profondément affectés par la perte de leur roi et la douleur de leur prince, se laissèrent tomber à genoux, les larmes aux yeux :

"Quelle cruelle ironie du destin, murmura le vicomte Leyfamir... Nous qui croyions que nous n'aurions jamais de prince héritier... Nous le retrouvons, mais c'est aussi pour le voir perdre son père, notre propre roi... Ce père qu'il n'aura connu que quelques minutes..."

Indifférent à de tels propos, Christian continuait de pleurer la mort de son père, quand Eaque, qui était demeuré impassible jusque là, s'avança vers lui. Le chevalier du Verseau, surpris, leva les yeux vers le Juge des Enfers, qui lui demanda :

"Chevalier du Verseau... Si j'ai bien compris, tu es natif de Skygard, n'est-ce pas ?"

D'une voix emplie de colère et de tristesse, Christian approuva :

"Oui... C'est ce que je viens de comprendre..."

"Raison de plus pour que tu meures !!"

Le sourire aux lèvres, Eaque, d'un simple geste de la main, envoya le chevalier d'or plusieurs mètres en arrière, d'une façon si brutale qu'il fit sauter son casque de sa tête. Les Skygardiens se mirent à envisager le pire, mais ce fut Brolin qui manifesta physiquement son inquiétude :

"Non !! Mon prince, tenez bon !..."

Il courut vers un Christian inanimé, mais fut presque aussitôt bloqué par le spectre de Garuda, qui lui dit d'un air narquois :

"Ainsi donc, il reste encore des guerriers de ton acabit ? Tu as eu de la chance d'avoir survécu, mais ta chance prend fin à partir de maintenant !!"

Avant que le jeune garde n'ait pu dire un mot, Eaque, d'un simple coup de poing, transperça son corps de part en part. Brolin, le torse ensanglanté, trembla brièvement, avant de s'effondrer pour ne plus jamais se relever. Horrifiés et révoltés par ce qu'ils venaient de voir, Harald et Davol se précipitèrent vers le Juge des Enfers :

"Espèce de monstre !! Tu vas payer pour Brolin !!"cria Davol.

Harald allait prendre la parole à son tour, quand tout à coup, une voix autoritaire se fit entendre :

"Restez où vous êtes !!!"

C'était la voix de Christian, qui venait de reprendre conscience. Le chevalier du Verseau fronça les sourcils et s'adressa aux deux Skygardiens de la sorte :

"Ne tentez pas d'intervenir dans mon combat, vous ne feriez que me gêner ! Je m'occuperai d'Eaque en personne !! Je vous ordonne de rester en arrière !!"

"Mais, mon prince..."commença à protester Harald.

"Cela suffit, intervint Leyfamir. Harald, souvenez-vous des dernières volontés de Son Altesse. Nous devons obéir aux ordres de son fils, le prince héritier de Skygard, autrement dit le chevalier du Verseau."

Alors que le chef de la résistance commençait à être troublé, Davol prit la parole à son tour :

"Harald, le vicomte a raison. Par ailleurs, n'oubliez pas la puissance des chevaliers d'Athéna, ils sont les seuls à pouvoir sauver notre patrie. Nous devons faire confiance à notre prince !!"

Harald soupira profondément, mais finit par déposer les armes :

"Très bien... Qu'il en soit ainsi."

Les trois Skygardiens inclinèrent la tête à l'égard de leur prince, mais ce dernier n'y prit pas garde ; son attention était totalement concentrée sur Eaque. Le spectre de Garuda sourit narquoisement, puis lâcha :

"C'est curieux comme le Destin se montre parfois ironique... Il y a deux cents ans, le prince de Skygard avait été choisi pour être le refuge de mon âme... mais aujourd'hui, il est un chevalier d'Athéna qui périra de ma main !!"

"Eaque, répliqua Christian, sache que je ferai l'impossible pour honorer ce que j'ai promis à mon père ! Tu ne lèveras plus la main sur aucun Skygardien !!"

"Les paroles sont peu de chose en comparaison des faits, chevalier... Sache pour ma part que je ferai l'impossible pour anéantir ce royaume impie qui a blasphémé contre Sa Majesté Hadès, et cela passera par ta mort !!"

Sous les yeux inquiets d'Harald, Davol et Leyfamir, le chevalier du Verseau et le Juge des Enfers se mirent à intensifier leurs cosmos respectifs, prélude à un combat à mort où l'avenir de Skygard serait en jeu...


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada