Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Dans un espace inconnu

Le regard crispé, le sang battant à ses tempes, Shion courait à perdre haleine tout en tenant Carrie par la main. Le chevalier du Bélier devait avoir parcouru presque tous les chemins possibles pour trouver la sortie du labyrinthe de la cinquième prison, mais il avait la fâcheuse impression de tourner en rond. S'arrêtant subitement, il demanda à Carrie, qui haletait :

"Carrie, as-tu entendu parler de la difficulté qui existait pour atteindre la sortie de ce labyrinthe ?"

"Très vaguement, Shion... Je crois qu'il doit être aussi difficile à traverser que le labyrinthe que Dédale conçut pour y emprisonner le Minotaure... Mais, à défaut du fil d'Ariane, si tu utilisais ton sixième sens, tu devrais trouver l'issue de cet édifice..."

Shion avoua amèrement :

"C'est ce que j'ai déjà fait... Mais malheureusement, je ne suis pas parvenu à me repérer... Peut-être que nous devrions nous servir de ton sixième sens, Carrie, qui est bien plus aigu que le mien..."

La jeune fille hocha la tête, puis ferma les yeux et essaya de visualiser la sortie du labyrinthe mais, après une trentaine de secondes, dut lâcher :

"Je n'y arrive pas, Shion... J'ai même l'impression qu'en ce lieu, le temps et l'espace se sont complètement détraqués... Je ne m'attendais pas à cela..."

Le gardien de la première maison du Zodiaque fronça les sourcils, puis, après avoir lâché un juron bien malgré lui :

"C'est sûrement un coup d'Hadès... Quel fourbe... Tant pis, nous allons quand même essayer de nous en sortir, et au plus vite : nos amis sont en danger !"

Prenant de nouveau Carrie par la main, Shion se mit à courir dans les corridors du Madness Labyrinth qui leur avait été envoyé par Parker...

************

La cinquième prison, dans le Meikai

La respiration rauque, le corps saisi de convulsions et en plus mauvais état, Néhémie contemplait le plafond de la cinquième prison du Meikai avec appréhension : l'attaque de Parker, Chaotic Anihilation, l'avait frappé de plein fouet, et même la Muraille Arctique ne l'avait pas freinée. Le chevalier d'argent songeait avec amertume :

"Parker est bel et bien trop puissant pour moi !... J'avais... J'avais pourtant déjà vu son attaque, mais j'ai été incapable de la parer... Suis-je vraiment destiné à perdre ce combat ?"

Ce fut à cet instant précis que le visage du spectre du Labyrinthe apparut devant Néhémie, qui déglutit malgré lui. Amusé, Parker lança :

"C'est étonnant..."

"Comment ?"

"Je ne parle pas de ton attitude, chevalier, mais de ta Muraille Arctique... Je crois que tu as bien fait de l'employer, faute de quoi, tu aurais rendu l'âme !"

Néhémie, qui croyait que son adversaire se moquait de lui, balbutia :

"Parker... Tu..."

"Je suis très sérieux, chevalier ; ta protection de glace a eu beau céder devant la puissance de la Chaotic Anihilation, elle n'en a pas moins amorti le choc !"

Il s'interrompit un court moment, avant de reprendre :

"Cela dit, la chance a beau avoir été avec toi deux fois de suite, je crains que le dicton jamais deux sans trois ne te fasse défaut à la prochaine attaque, chevalier..."

Il donna alors un brutal coup de pied au chevalier de la Coupe qui ne s'était pas encore relevé, avant de poursuivre :

"Oui, chevalier d'Athéna, je vais de nouveau faire usage de mon attaque la plus puissante ! Et même si tu recourais de nouveau à ta Muraille Arctique, cette fois-ci, elle ne te permettra pas d'échapper à la mort !"

Bien malgré lui, Néhémie se releva promptement et vit Parker commencer à concentrer sa cosmo-énergie, avec un air de détermination farouche dans son regard. Le disciple de Christian soupira intérieurement :

"Cette fois-ci, c'est terminé... Je crains de ne pouvoir survivre à cette attaque... Athéna... Maître Christian... Veuillez me pardonner..."



Bosching avait cessé de pleurer sa honte, mais ses yeux étaient encore rougis par la tristesse. Marina, totalement indifférente aux états d'âme de son ancien fiancé, lui lança :

"As-tu fini de pleurer maintenant, Bosching ? Il serait temps que tu te reprennes, ou que tu te laisses mourir !"

Le chevalier des Gémeaux répondit d'une voix sombre :

"Je... Je ne peux pas, Marina... Je t'en prie, écoute-moi... Tu es dans l'erreur, Hadès ne veut pas le bien de l'humanité, mais sa perte !"

"Je t'ai déjà dit que je ne te croyais pas ! Je ne peux croire un criminel et un lâche !"

"Marina... Je..."

"Arrête ! fulmina le spectre des Lamia. Cesse de vouloir m'attendrir avec ta comédie de l'infidèle repenti ! Il n'y a aucune chance pour que je te cède à nouveau !!"

Puis, d'une voix plus enragée que jamais :

"JE TE HAIS, BOSCHING !!!"

Mais, contre toute attente, le désarroi du gardien de la troisième maison du Zodiaque ne s'accentua pas. Au contraire, il regarda son ancienne promise dans les yeux et lui dit, après un bref silence :

"Tu viens de m'avouer que tu m'aimes encore, Marina."

"Comment oses-tu ?!..."rétorqua violemment la jeune femme.

"Le contraire de l'amour, ce n'est pas la haine, mais l'indifférence, Marina... Ta haine est compréhensible, au vu de ce que je vous ai fait, à toi et ta soeur, mais tu ne pourrais la ressentir si tu n'éprouvais rien pour moi... Marina, je te l'ai dit, je ne veux pas te tuer ! Réfléchis à ce que je viens de te dire et montre-toi raisonnable..."

Le spectre des Lamia fronça les sourcils tout en serrant les poings et jeta un regard noir à Bosching, qui ne se troubla pas comme les autres fois. Hors d'elle face à ce qu'elle prenait pour de la provocation, elle se mit à hurler :

"çA SUFFIT, BOSCHING !!... CELA FAIT TROP LONGTEMPS QUE J'ECOUTE TES FARIBOLES ALORS QUE J'AURAIS DEJA DÛ T'ACHEVER !!"

Puis, alors que sa cosmo-énergie grondait, Marina poussa son cri d'attaque :

"LAMIA'S TEARING !!!"

Cette fois-ci, l'attaque de Marina fut bien plus puissante et plus rapide que les précédentes, aussi Bosching fut complètement pris au dépourvu et fut presque balayé comme un fétu de paille avant de s'écraser douloureusement au sol. Il était désormais étendu sur le dos, fixant vaguement le plafond de la cinquième prison, et ses pensées n'étaient guère réjouissantes :

"Elle a... Elle a fait usage d'une plus grande force que d'habitude !... Je... Je ne sais pas si je vais parvenir à me relever, cette fois-ci... Et dire que j'aurais pu auparavant éviter tous ses coups si j'avais compris dès le départ qu'elle m'aimait encore, même si elle ne voulait pas le reconnaître... A présent, je... je ne sais plus quoi faire !"

Ce fut à ce moment que le spectre des Lamia s'avança lentement, le regard déterminé, vers son ancien fiancé. Une boule d'énergie apparut dans sa main droite et elle s'adressa au gardien de la troisième maison du Zodiaque en ces termes :

"Bosching, cette fois-ci, ton heure a sonné ! As-tu quelque chose à dire avant de rendre l'âme ?"

Presque aussi pâle que la mort, le chevalier des Gémeaux murmura :

"Oui... Je regrette de n'avoir pas agi comme un vrai chevalier d'Athéna... Je regrette de ne pas avoir pris conscience plus tôt que ta haine dissimulait tes sentiments pour moi, Marina... Et je regrette que, par unique but de venger ta soeur, tu aies vendu ton âme à l'Empereur des Ténèbres... Voici mes derniers mots, Marina..."

La jeune femme s'était mise à trembler nerveusement en écoutant les paroles de Bosching, des tremblements qu'elle se hâta de dissimuler par ses paroles :

"Ainsi donc, tu continues à te moquer de moi, Bosching, même en sachant que tu vas mourir... Tant pis pour toi !"

Mais, contre toute attente, Marina ne projeta pas sa boule d'énergie sur le coeur de son adversaire. Au contraire, elle se mit à trembler nerveusement, le regard tendu, le visage crispé, elle hésitait visiblement à frapper son ancien fiancé, qui la contemplait d'un air stoïque. Finalement, quand il s'aperçut que le spectre de l'étoile céleste des tourments avait été saisie par le doute, Bosching voulut lui parler de nouveau, mais un cri l'en empêcha :

"MARINA !!"

Tournant légèrement la tête sur le côté, il aperçut Parker, qui accourait vers sa soeur d'armes. Le spectre du Labyrinthe avait, au dernier moment, décidé d'accorder un ultime sursis à Néhémie quand il s'était rendu compte que la jeune femme n'avait toujours pas achevé le chevalier des Gémeaux.

"Marina !! Qu'est-ce qui te prend ?!"lui demanda-t-il, étonné et mécontent à la fois.

Confuse, le spectre des Lamia se tourna vers Parker et répondit :

"Parker... Je... Je n'y arrive pas..."

"Comment ça ?"fit-il en serrant les poings.

La voix tremblante, elle se mit à balbutier :

"Un... Un terrible doute me prend... Durant tout mon combat avec Bosching, je me suis acharnée contre lui, afin de lui faire payer ce qu'il nous avait fait, à moi et ma soeur... D'autant qu'il ne réagissait point, comme s'il souhaitait être puni pour ses fautes... Mais... Mais maintenant, je... je ne sais plus ou j'en suis... Il... Il est à ma merci et... et pourtant, toute l'envie de le tuer s'en est allée, à... à présent que j'ai défoulé ma haine contre lui... Comme... Comme s'il disait vrai... Comme si... Comme si je l'aimais encore..."

Marina avait rougi en prononçant ces dernières paroles. Elle s'attendait à ce que Parker s'emporte contre elle, qu'il la réprimande, qu'il la frappe, mais il n'en fit rien. Certes, le spectre du Labyrinthe pâlissait à vue d'oeil, mais aucun son ne sortait de sa bouche. Bosching et Néhémie, en dépit de leurs blessures, regardaient attentivement leur ennemi, le coeur battant plus fort que jamais, tandis que le spectre des Lamia semblait être plus en proie que jamais à la confusion. Un silence quasiment morbide flotta dans la cinquième prison pendant plus de trente secondes puis, finalement, Parker avança de deux pas vers Marina et, d'un ton des plus paisibles :

"Le seigneur Minos comprendra."

L'ancienne fiancée de Bosching, l'espace de cinq secondes, ouvrit grand la bouche, stupéfaite d'entendre son frère d'armes lâcher une telle réponse, quand tout à coup, ce dernier posa une main sur son épaule, puis Marina sentit une chaleur près de son sein gauche, chaleur qui se transforma en une fraction de seconde en une douleur féroce. Le spectre des Lamia, sous les regards terrifiés de Bosching et Néhémie, avait été frappée en pleine poitrine, puis balancée plusieurs mètres en arrière par Parker. Le chevalier de la Coupe était révulsé par un tel spectacle :

"Quelle froideur ! Il... Il l'a frappée sans crier gare, sans montrer sur son visage la moindre trace de ses projets !... Maître Christian, au moins, fait montre d'humanité..."

"MARINA !!!"

Un cri déchirant venait de sortir de la gorge de Bosching qui, oubliant qu'il était blessé, courut vers l'endroit où son ancienne fiancée était tombée. Elle était allongée sur le dos, du sang s'écoulant de sa poitrine, les yeux mi-clos. Le chevalier des Gémeaux, dont les yeux étaient embués de larmes, supplia la jeune femme :

"Marina !! Je t'en supplie, parle-moi !"

Marina inclina la tête vers le côté, puis murmura :

"Bosching... Tu es là..."

"Marina ! Ne meurs pas, je t'en supplie ! Maintenant que tu as compris ton erreur, ce n'est pas le moment !"

"Si (elle parlait d'une voix étrangement apaisée, comme si elle était soulagée à l'idée que la vie allait la quitter)... Je... Je dois payer pour m'être laissée aller à la haine... Cette haine qui cachait, comme tu le disais justement, les sentiments que j'avais encore pour toi, Bosching..."

Le chevalier d'or laissa les larmes couler le long de ses joues, que Marina effleura tendrement avant de poursuivre d'un voix de plus en plus affaiblie :

"Je... Je n'aurai pas la force de t'embrasser pour la dernière fois, Bosching... Tout au plus puis-je te dire que... je..."

Ses mains glissèrent alors des joues de Bosching et retombèrent définitivement au sol. Le gardien de la troisième maison du Zodiaque trembla nerveusement sur ses genoux, avant de pousser un cri aussi terrifiant que celui d'un animal que l'on égorge :

"MARINA !!!"

************

La sixième prison

Eon regardait le corps étendu et ensanglanté de Faarooq avec un sourire vague. Elle se mit à penser :

"Tout est terminé... Faarooq est mort, j'ai vengé Delphine et Anissa et fait payer à ce fanatique son engagement au service du sombre monarque... Maintenant, je me dois d'aller aider Emma dans son combat !"

Le chevalier des Poissons tourna le dos au corps du spectre de la Mandragore, puis se mit à chercher du regard le lieu où Emma et Bradshaw se battaient. Mais soudain, une montée brutale de cosmo-énergie l'interrompit dans ses recherches.

"Oh non..."songea-t-elle en déglutissant difficilement.

Elle se retourna vivement et se fit violence pour ne pas hurler d'horreur devant ce qui se tenait devant elle. Faarooq était debout devant elle, mais il se trouvait dans un piteux état : outre le fait que les Piranhan Roses avaient totalement détruit son surplis, elles avaient aussi ravagé une bonne partie de sa tenue de corps, de sorte que seules sa taille, sa cuisse droite et sa jambe gauche étaient désormais couvertes. Son corps était couvert de sang, plusieurs lambeaux de peau et de chair pendaient et flottaient en mouvement de balancier. Quant à son visage, déjà à moitié défiguré, il était presque impossible de le reconnaître : il n'avait plus de peau sur le front, son oeil droit avait été crevé par une rose noire et la moitié de sa bouche avait été comme arrachée, découvrant ses dents saillantes à la manière d'un squelette. Tandis qu'Eon tremblait sur elle-même, l'ancien disciple du cheikh Youssouf lui lança :

"Perverse... J'ai... J'ai bien cru mourir... Maudites soient tes fleurs diaboliques... Je... Je te promets que tu vas me le payer très cher !!"'

S'efforçant de sourire malgré son effroi, la jeune femme rétorqua :

"Ne me fais pas rire, Faarooq... Bien que tu aies survécu à mes roses noires, tu es désormais plus mort que vivant ! A ma prochaine attaque, tu périras !"

"Je voudrais bien voir ça..."sourit le spectre de la Mandragore.

Puis, avant qu'Eon n'ait pu dire un mot, un halo fantomatique émergea derrière son adversaire, un halo ressemblant à un revenant hurlant son effroi. Intriguée, la jeune femme lâcha :

"Faarooq ?! Que se passe-t-il ?"

"Perverse, connais-tu les propriétés de la mandragore ?"

"Non..."

"La mandragore est une plante connue pour ses propriétés curatives... Mais à maturité, elle peut pousser des cris qui tuent en quelques secondes les infortunés qui les entendent ! Ce n'est pas pour rien qu'on la surnomme la fleur de sang !"

Le coeur de la gardienne de la douzième maison du Zodiaque battait de plus en plus fort.

"Et moi, Faarooq de la Mandragore, dévoué serviteur de l'Empereur des Ténèbres, sa majesté Hadès, je puis reproduire grâce à mon cosmos le cri mortel de la mandragore ! Au bout de deux minutes, tu l'entendras et périras en quelques secondes, perverse ! Et j'aurai ainsi vengé le cheikh Youssouf et mes amis !!"

Faarooq se mit à éclater d'un rire démentiel, comme s'il avait basculé dans la folie. Eon, malgré sa peur, s'efforça de rétorquer :

"Faarooq... Tu n'auras pas le temps de me vaincre !... Car je t'aurai éliminé bien avant cela !... PIRANHAN ROSES !!"

Une dizaine de roses noires partirent des mains de la jeune femme et foncèrent sur le spectre de l'étoile céleste de la magie, mais alors qu'elles avaient effectué quelques mètres de trajet, toutes se fanèrent et tombèrent au sol, au grand désarroi d'Eon :

"Non !! Comment as-tu pu..."

"Tes fleurs sont malheureusement entrées en contact avec l'onde de choc du cri de la mandragore... Bien que ce dernier n'ait pas encore atteint son paroxysme, il est néanmoins suffisamment puissant pour détruire tes fleurs maléfiques... Autrement dit, perverse, tu es d'ores et déjà condamnée !"

Faarooq éclata de nouveau de rire, d'autant plus qu'il voyait le chevalier des Poissons trembler sur ses jambes, en même temps que cette dernière se lamentait :

"Ce n'est pas vrai !... Il a survécu à mes roses rouges, et même mes roses noires ne sont pas parvenues à le tuer ! Suis-je... Suis-je vraiment condamnée à périr des mains de ce fanatique ?"

Le spectre de la Mandragore dit alors à la jeune femme :

"Je vois que tu as fini par comprendre... Dans un peu plus d'une minute, ma cosmo-énergie aura atteint son point le plus haut et le cri de la Mandragore viendra percer tes tympans, avant de réduire ton cerveau à l'état d'une vulgaire éponge ! As-tu une dernière volonté, perverse ?"

Eon, qui ne savait quoi répondre, serra les poings de rage, quand tout à coup, ses sourcils se réhaussèrent en un éclair, sous le regard d'un Faarooq quelque peu étonné :

"Eh bien, que t'arrive-t-il ? Quelle idée t'est venue à l'esprit ?"

En une fraction de seconde, la jeune femme se redressa, puis leva sa main gauche en l'air et une rose blanche y prit forme. D'un ton déterminé, elle lança à son adversaire :

"Faarooq, je n'ai pas encore abattu toutes mes cartes ! J'ignore si je survivrai à ce combat, mais ce dont je suis sûre, c'est que tu finiras par périr !"

L'ancien disciple du cheikh Youssouf répondit d'un air goguenard, mais qui cachait mal son inquiétude :

"Voyez-vous ça... Et qu'est-ce qui t'en rend si sûre ?"

"Faarooq, tu as survécu à la Royal Demon Rose et à la Piranhan Rose, montrant par la même occasion ta valeur de combattant... Aussi, je n'ai pas d'autre choix que de faire usage de mon arme ultime, la rose blanche, aussi appelée Bloody Rose !"

"Bloody Rose ?"répéta Faarooq en déglutissant.

"En effet. Dès que la Bloody Rose aura quitté ma main, elle se dirigera immédiatement vers ton coeur, et tu ne pourras rien faire contre elle... Elle se figera dans ton coeur et pompera peu à peu tout ton sang, se colorant de rouge au fur et à mesure... Quand le dernier de ses pétales sera devenu rouge, Faarooq, tu rendras ton dernier soupir..."

Voyant que le visage atrocement mutilé et défiguré de son adversaire s'était mis à afficher une grande frayeur, la jeune femme sourit, avant de poursuivre :

"Faarooq, tu es le premier de mes adversaires qui recevra cette rose blanche... Tu devrais être honoré de mourir de la sorte..."

Le spectre de la Mandragore fulmina entre ses dents :

"Honoré ? Tu as bien dit honoré ? Quel honneur recevrais-je de mourir de la main d'une perverse comme toi ?!"

La main gauche d'Eon trembla nerveusement en entendant une nouvelle fois cette injure. Elle lança alors à son adversaire :

"Faarooq... C'est... C'ETAIT LA DERNIERE FOIS QUE TU ME TRAITAIS DE PERVERSE !!!"

Elle prit son souffle, puis commença à pousser son cri d'attaque :

"Bloody Rose..."

"BLOOD FLOWER SCREAM !!"

"QUOI ?!"

Faarooq ouvrit grand la bouche tout en levant ses bras en l'air et un cri inhumain jaillit de ses cordes vocales, à mi-chemin entre le rugissement d'un lion et le cri d'une crécerelle enrouée. Le chevalier des Poissons voulut se boucher les oreilles, mais n'en eut pas le temps ; de terribles bourrasques de vent vinrent l'emporter au-dessus de la première vallée et se mirent à la faire tourbillonner...

************

Le royaume de Skygard

Après vingt minutes de marche sous le vent et la neige, Christian, qui portait dans ses bras Davol inconscient, Omar, Leyfamir et Brolin arrivèrent devant la cabane que le chevalier de Persée avait repérée au cours de sa marche. En raison de l'obscurité, ils ne fermèrent la porte qu'à moitié, puis Christian déposa le jeune Skygardien sur un lit, avant de poser ses deux mains sur sa poitrine et transféra un peu de sa cosmo-énergie pour le réchauffer. Au bout de trente secondes, Davol cligna des yeux tout en disant d'une voix empâtée, comme s'il avait trop bu :

"Où... Où suis-je ?... Les Spectres d'Hadès... Les chevaliers sacrés...!"

Ses yeux tombèrent alors sur le visage du chevalier du Verseau, qui ne sourit qu'à peine avant de le saluer poliment :

"Je te salue, jeune Skygardien."

Davol secoua lentement la tête, avant de réaliser :

"Vous... Vous êtes le chevalier qui est venu à notre secours ?... Où... Où sont les guerriers d'Hadès ?"

"Ils ne sont plus, répondit Christian d'un trait. Toi et tes amis pouvez vous estimer heureux que je sois arrivé à temps..."

Le visage du jeune homme laissa progressivement apparaître un immense sourire, puis il dit :

"Alors vous allez nous aider à vaincre Eaque et ses sbires ?"

Le gardien de la onzième maison du Zodiaque s'apprêtait à répondre, quand Omar lui coupa la parole d'un ton moqueur :

"Vous aider à vaincre Eaque et ses sbires ? Laisse-moi rire ! Ha ! Ha ! Sérieusement, vous trois, tous autant que vous êtes, vous imaginez pouvoir vaincre un Juge des Enfers, l'un des seuls hommes à rivaliser avec maître Bosching, et ses guerriers ? Franchement, pendant qu'il en est encore temps, vous feriez mieux de vous enfuir et de quitter ce pays condamné !"

"Jamais nous n'abandonnerons notre patrie ! protesta véhémment Brolin. D'autant que nous ne sommes pas seuls, nous sommes menés par un chef courageux du nom d'Harald !"

Le chevalier d'argent sourit narquoisement :

"Autrement dit, ça ne change pas grand-chose... Soyez sages, allez vous cacher et laissez-nous nous occuper d'Eaque et de ses larbins !"

Leyfamir intervint à son tour dans la dispute :

"Sachez que ma famille a, depuis la nuit des temps, servi fidèlement la patrie skygardienne ! Quand bien même nous n'aurions que peu de chances de survivre, jamais nous ne baisserons les bras !"

Omar haussa les épaules :

"D'un autre côté, je vous comprends ; l'âge venant, vous n'avez plus toute votre tête, stupide vieillard..."

"Cela suffit, Omar."

Le ton paisible, mais sévère, de Christian, incita le chevalier de Persée à se retourner vers le chevalier d'or, qui lui dit :

"Nous devons écouter ces natifs de Skygard et voir ce qu'ils veulent."

Omar, qui pourtant ne craignait qu'Athéna, le Grand Pope et son mentor, frissonna brièvement et se tut. Davol regarda alors Christian et fut fort impressionné par le contraste avec le chevalier de Persée :

"Quelle allure, quel charisme... Jamais je n'avais vu un homme aussi digne... A bien des égards, il rappelle la noblesse de notre patrie, avant qu'elle ne fût décimée..."

Le chevalier du Verseau se tourna vers le jeune homme et lui demanda :

"Que se passe-t-il ?"

Un peu confus, Davol baissa la tête et répondit :

"Rien... Vous me rappeliez vaguement les hommes les plus courageux de Skygard..."

Christian ne prêta pas attention à Omar, qui avait froncé les sourcils en écoutant les propos du jeune soldat, et demanda à ce dernier :

"Raconte-nous comment toi et tes amis en êtes arrivés là..."

Il ne fallut pas moins de dix minutes pour que Davol racontât tout au gardien de la onzième maison du Zodiaque : la prophétie, la malédiction d'Hadès, l'attaque menée par Eaque et ses guerriers, la résistance menée par Harald et une poignée d'insoumis, les premières dissenssions entre ce dernier et Davol, et la querelle qui avait poussé le jeune soldat à fuir, avant d'être retrouvé et d'encourir la mort. Quand Davol eut terminé, Christian lui demanda :

"Ainsi donc, ton chef ne nous fait pas confiance ?"

"Je ne le crois pas vraiment... Il a ses raisons... Le souverain de Skygard lui a raconté ce qui s'était passé il y a deux siècles avec les anciens chevaliers d'Athéna, de sorte qu'il en a une image peu flatteuse..."

Leyfamir, qui était resté muet jusque là, demanda à Christian, qui semblait troublé :

"Qu'avez-vous, chevalier ?"

"Eh bien, avoua-t-il en haussant les épaules... L'ancien chevalier du Verseau, feu Kalmar, qui s'était battu ici lors de la dernière guerre sainte, était mon maître..."

"Comment ?!"lâchèrent en choeur les trois Skygardiens.

"En effet..."

"Chevalier, vous a-t-il parfois parlé de notre patrie ?"fit Brolin, l'air curieux.

"Oui, mais... Fort évasivement... C'était un grand érudit, il connaissait bien plus de choses sur les royaumes des glaces que la plupart du commun des mortels... Quand je suis devenu son disciple, il m'a transmis ses connaissances, mais... Mais en ce qui concerne Skygard, il ne m'a livré que peu d'informations à son sujet... Comme si cela le gênait d'en parler..."

Leyfamir hasarda :

"Peut-être avait-il des regrets au sujet de ce qui s'était passé deux siècles auparavant..."

"Ce n'était pas dans sa nature, objecta Christian en secouant la tête. Il m'a toujours dit de ne jamais montrer de regrets après le combat, de rester impassible face au Mal... Un enseignement que j'ai moi-même transmis à mes disciples..."

Les trois Skygardiens étaient étonnés par la dignité de leur sauveur qui, à bien des égards, les impressionnait tout autant que leur souverain ou Harald. Ce fut alors que le gardien de la onzième maison du Zodiaque se tourna vers Omar et lui demanda :

"Mais au fait, Omar... Que fais-tu ici ? Que sont devenus tes compagnons ?"

Le chevalier d'argent répondit sur un ton des plus décontractés :

"Eh bien... Moi et les cinq autres chevaliers avec lesquels je me trouvais sommes tombés sur une grotte, puis sur six spectres d'Hadès... Après un rude combat, seuls moi et Edgar en avons réchappé... Cependant, comme il m'a reproché ma soi-disante cruauté envers les guerriers d'Hadès que j'avais éliminés et mon indifférence envers la mort de Brundle qui s'était interposé pour mourir à ma place, j'ai préféré poursuivre seul ma route... Durant mon trajet, j'ai senti qu'il avait péri en combattant un autre spectre..."

Christian se mit à froncer les sourcils, tandis que Davol s'emporta contre le disciple de Bosching :

"N'avez-vous pas honte de ce que vous avez fait ?"

Omar laissa échapper un "Ha !" méprisant, avant de répondre :

"Nullement... C'était plutôt à Edgar d'avoir honte pour avoir fait preuve d'autant de sensiblerie... Maître Bosching me l'a toujours répété : en temps de guerre, les états d'âme n'ont pas leur place !"

"Il n'en reste pas moins que tu n'as pas agi correctement, Omar !"fit Christian en haussant le ton.

"Pff, soupira le chevalier de Persée... Chevalier du Verseau, où est passé l'homme impassible et de sang-froid que tu étais ? J'ai agi conformément aux enseignements de maître Bosching, dont tu aurais tout intérêt à suivre l'exemple..."

"Omar, je te rappelle que tu parles en ce moment à l'un des douze chevaliers d'or, et l'un des chevaliers d'or qui dirige le groupe affilié au front skygardien !..."

"Ah, je suis navré, chevalier du Verseau, rétorqua hardiment Omar, mais j'ai été ensuite placé dans un groupe qui ne contenait aucun chevalier d'or... Par ailleurs, je ne reconnais que trois personnes habilitées à me donner des ordres : la déesse Athéna, le Grand Pope, et maître Bosching !"

"Comment osez-vous ?"manqua de s'emporter le vicomte Leyfamir.

"Ce n'est pas l'armure qui fait le chevalier, mais le cosmos ! Ainsi, la chevalerie d'Athéna a compté en ses rangs un chevalier d'or aussi sensible qu'une fille, et qui a probablement dû disparaître en voulant se rendre dans le monde des ténèbres..."

"Omar !!"

Le chevalier de Persée sursauta sur place en entendant le ton sévère qu'avait pris la voix de Christian, qui lui dit :

"Cela suffit ! Je t'ordonne de montrer plus de respect envers le chevalier des Poissons !"

"Tss, tss, fit Omar d'un ton méprisant... Je t'ai pourtant rappelé que tu ne faisais pas partie des personnes censées me donner des ordres..."

"DEHORS !!"

L'instant qui suivit cette exclamation, Christian, gêné d'avoir perdu son calme, mit la main devant sa bouche, mais il était déjà trop tard : le disciple de Bosching venait d'ouvrir la porte de la cabane et lança à la cantonade :

"C'est étrange, j'ai plus de plaisir à exécuter cet ordre que les autres... Je te salue, chevalier du Verseau, je pars éliminer d'autres spectres et te souhaite de ne pas être trop encombré par ces inconscients !!"

Le gardien de la onzième maison du Zodiaque voulut interpeller Omar mais, sentant que cela serait inutile, il se ravisa, tandis que Leyfamir lui dit :

"Quel homme antipathique..."

"Omar, fit Christian en se tournant vers le vicomte, n'a pas un caractère facile, il est fier et admire aveuglément son mentor, qui est l'un des douze chevaliers d'or... Mais il est toutefois l'un des plus puissants chevaliers d'argent, et si ce qu'il a raconté était vrai, il a montré que l'on devrait compter sur lui durant cette Guerre sainte..."

Ce fut alors que Davol lança :

"Chevalier du Verseau, je sais que votre mission est importante, mais je vous en conjure, aidez-nous à sauver Skygard !"

Christian répondit immédiatement :

"C'est bien pour cela que nous avons été envoyés dans cette contrée ingrate... Cependant, ni Athéna, ni le Grand Pope ne nous ont donné la permission de venir se battre à vos côtés... D'autant que, comme l'a dit Omar, vous ne seriez pas de taille à lutter contre Eaque ou ses spectres..."

"Mais aucun de vos supérieurs ne vous a interdit de se joindre à nous non plus, n'est-ce pas ? Quelque chose qui n'est pas interdit ne peut qu'être autorisé !"

Le jeune guerrier vint alors se jeter aux pieds du chevalier d'or et l'implora :

"Chevalier du Verseau, je vous en conjure, aidez-nous, venez à notre camp pour convaincre Harald, et peut-être même le roi Norst, de se battre avec vous ! Vous... Vous autres chevaliers d'Athéna, vous êtes notre seul espoir !"

Pendant une vingtaine de secondes, Christian parut gêné. Il jeta des regards furtifs sur ses côtés et observa les visages de Leyfamir et de Brolin. Bien que ces derniers semblèrent impassibles, le chevalier d'or finit par comprendre qu'ils demandaient son aide, eux aussi, qu'ils avaient fini par surmonter leur appréhension à l'égard des chevaliers sacrés d'Athéna. Il soupira et, saisi par un instinct qui lui était inconnu, répondit simplement :

"J'accepte."



Au même moment, Omar courait dans la neige, le regard tendu ; il repensait à l'altercation qu'il avait eue avec Christian :

"Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences ! Je pensais que le chevalier du Verseau était un homme de sang-froid et de raison, mais il est en réalité fort impulsif ! Que n'a-t-il pris l'exemple sur maître Bosching, le plus grand de tous les chevaliers d'or !"

************

Pour la première fois de son récit, John étouffa un rire nerveux, ce qui étonna fort le révérend Trevor :

"John ?! Qu'est-ce qui vous prend ?"

Le jeune homme mit une dizaine de secondes avant de se calmer et de s'expliquer :

"Veuillez m'excuser, révérend, car je sais que ce n'était pas drôle... Mais je pensais aux pensées du chevalier de Persée, qui ne voulait plus se fier aux apparences et admirait plus que jamais son maître, le chevalier des Gémeaux... S'il s'était trouvé aux Enfers avec lui, je pense qu'il aurait regretté ses pensées..."acheva-t-il d'une voix sombre.

************

La cinquième prison, dans le Meikai

"MARINA !!!"

Ecrasé de douleur, Bosching se jeta sur le visage encore chaud de sa défunte bien-aimée et pressa ses lèvres contre les siennes. Il était saisi d'une crise de larmes d'autant plus violente qu'il savait ce que Marina voulait lui dire avant d'en être empêchée par la Mort ; elle l'aimait bel et bien. Parker regardait d'un air narquois le chevalier des Gémeaux sangloter, ce que n'apprécia nullement Néhémie :

"Parker, comment... Comment as-tu osé assassiner l'un des tiens ?"

Le spectre du Labyrinthe se retourna vers le chevalier de la Coupe et lui répondit :

"Elle hésitait à tuer ce chevalier d'or... Il était évident qu'elle l'aimait toujours, même si elle refusait de se l'avouer ! Et nous ne pouvons pas nous permettre, nous autres serviteurs de sa majesté Hadès, d'être encombrés par de tels fardeaux ! Encore moins quand il s'agit d'établir Utopia sur Terre ! Pour cela, n'importe quel sacrifice est nécessaire ! Je suis certain que le seigneur Minos comprendra que je n'avais pas le choix..."

Néhémie répondit en serrant les poings :

"Pourquoi tant de mépris envers l'amour que le chevalier des Gémeaux et cette femme spectre se portaient ?"

"Nous sommes en guerre, chevalier ! rétorqua Parker en fronçant les sourcils. Dans un tel contexte, l'amour ne peut être qu'une faiblesse, comparé aux hostilités entre deux camps irréconciliables ! Nous en avons eu la preuve : ce chevalier d'or, écrasé par ses sentiments envers Marina, a bien failli perdre sa vie, et Marina l'a laissée, incapable de faire fi de ses sentiments personnels !"

Il jeta un bref coup d'oeil à Bosching, toujours éploré, et lâcha :

"Et dire qu'il était censé être le plus impitoyable de vous tous... Autant achever ce pleurnichard sur-le-champ !"

"Parker..."

Néhémie s'avança brièvement, mais, écrasé par la fatigue, il finit par s'évanouir. Le spectre de l'étoile céleste de la désorientation n'y fit pas attention et s'approcha du chevalier des Gémeaux, le poing serré :

"Chevalier d'or, dit-il à Bosching, ton ancienne promise a payé de sa vie ses hésitations et sa désobéissance envers sa majesté Hadès ! Puisqu'il en est ainsi, je vais me charger moi-même de te faire rendre le dernier soupir !..."

Une force très violente vint alors percuter la tête de Parker, qui s'envola dans les airs tout en laissant son casque au passage. Le spectre du Labyrinthe retomba tête la première et, étourdi par ce qui venait de lui arriver en seulement trois secondes, eut bien du mal à se relever, découvrant au passage son visage. C'était un jeune homme aux cheveux noir de jais et aux yeux gris comme la poussière. Il essuya le sang qui coulait de sa bouche, quand il entendit un hurlement de rage à quelques mètres de lui, puis un cri empli de haine :

"TU VAS PAYER POUR MARINA !! JE TE LE PROMETS, PARKER !!"

Bosching, dont le visage était encore couvert de larmes, fonça sur un Parker fort décontenancé et lui administra plusieurs coups de poings au visage et sur le corps. Aussi, en seulement moins de deux minutes, le surplis du Labyrinthe fut couvert de coups et de fissures. Néhémie, qui avait profité de ce laps de temps pour se relever, souriait :

"C'est bien... Chevalier des Gémeaux, tu as enfin retrouvé ta hargne et ton ardeur au combat... J'aime mieux te voir ainsi !"

De son côté, Parker se releva à son tour, mais il était en moins bon état que lorsqu'il avait affronté le chevalier de la Coupe. Il dit d'un air dédaigneux à Bosching :

"Tu es lamentable, chevalier d'or... Pourquoi accorder autant d'importance à une femme qui était devenue ton ennemie ?... Et puis, si je me rappelle bien, tu ne devais pas l'aimer vraiment, au vu de ce que tu lui as fait il y a plusieurs années..."

"TAIS-TOI !!"

La haine du chevalier des Gémeaux s'était encore accrue après les propos imprudents de Parker. Ce dernier, qui s'en était rendu compte, voulut attaquer le premier, mais un nouveau coup de poing à la mâchoire freina rapidement ses ardeurs. Etendu sur le ventre, la main droite sur sa bouche, il songea, visiblement anxieux :

"Quelle... Quelle puissance... Je pensais que ce chevalier d'or feignait d'être impitoyable au combat, mais en fin de compte, c'est la vérité vraie !... Si je ne réagis pas rapidement, je finirai par être vaincu !"

Ce fut alors que Bosching s'avança vers le spectre du Labyrinthe et lui dit :

"Parker, ton heure est venue... Tu vas expier ton crime !..."

"Attends, chevalier des Gémeaux !"

Bosching se retourna vers Néhémie, qui l'avait interpellé, et lui demanda :

"Qu'y a-t-il, Néhémie ?"

"Chevalier des Gémeaux... Je t'ai laissé agir jusque là car je comprenais ta colère... Mais au départ, c'était moi, l'adversaire de Parker ! Aussi, je vais te demander une faveur ; laisse-moi achever le combat que j'avais commencé et rends-toi à la Giudecca, où se trouve Hadès !"

La réponse du gardien de la troisième maison du Zodiaque ne se fit pas attendre :

"Il n'en est pas question !! Parker a tué celle que j'aimais, il doit le payer ! Je le tuerai moi-même !"

"Chevalier..."

"A en juger par ton état, Néhémie, on ne peut pas dire que tu aies fait grande impression face à lui (le coeur du disciple de Christian se souleva quand il entendit ces mots) ! Tu n'es pas capable de l'abattre ! Tu as peut-être fini par vaincre Fausto, mais Parker semble être d'une autre envergure !"

"Chevalier des Gémeaux, insista Néhémie, c'est mon combat..."

"Tu n'as rien à exiger, le coupa Bosching, je t'ordonne de rester en arrière et de me laisser... AAAH !!"

Le chevalier des Gémeaux s'envola alors dans les airs, alors qu'il sentait une vive douleur à l'estomac. Quand il retomba à terre, Néhémie vit que son armure avait été enfoncée au niveau de l'estomac :

"Chevalier des Gémeaux !!"

"Ne t'en fais pas, chevalier, intervint Parker, il s'en sortira... J'avoue que la résistance de son armure d'or m'a étonné... Si ç'avait été toi qui aurais reçu mon coup, tu serais mort en ce moment !"

"Sale lâche !!"lança le chevalier d'argent au spectre de l'étoile céleste de la désorientation.

"Nous sommes en guerre, les palabres n'ont pas leur place ici, chevalier ! rétorqua Parker. Toi et le chevalier des Gémeaux avez été bien trop distraits, tant pis pour vous !"

Il commença alors à accroître sa cosmo-énergie d'une manière telle que le sol trembla furieusement. Néhémie regarda fixement les yeux luisants du spectre du Labyrinthe et commença à comprendre ce qui se tramait...

************

La sixième prison

Eon voltigeait dans les airs, le regard hébété ; le Blood Flower Scream venait de gagner ses tympans et n'allait pas tarder à frapper ses neurones. Amère, elle songea :

"C'est fini... Je n'ai pas pu vaincre Faarooq alors que j'en avais l'opportunité !... Athéna... Delphine... Anissa... Emma... Pardonnez-moi !..."

Ce fut à cet instant que le cri perçant de la Mandragore s'interrompit et le chevalier des Poissons retomba brusquement à terre. Légèrement étourdie, elle porta les mains à ses oreilles ; ses tympans bourdonnaient un peu, mais il lui sembla que tout danger était écarté, ce qu'elle avait du mal à comprendre :

"Je n'y comprends rien, dit-elle à voix basse... Comment se fait-il que l'attaque de Faarooq ne m'ait pas anéantie ? Pourtant, elle était fort puissante, et..."

Soudain, Eon, qui avait levé la tête, s'arrêta de parler et contempla une scène qui ne tarda pas à la faire sourire. A quelques mètres d'elle, Faarooq était raide comme un piquet, l'air abasourdi... et la poitrine percée par une rose blanche qui prenait peu à peu une teinte rouge. La Bloody Rose de la gardienne de la douzième maison du Zodiaque n'avait non seulement pas été détruite par le cri de la Mandragore, mais avait en plus atteint sa cible, qui n'était guère enchantée de ce retournement de situation :

"Non... Ce n'est pas vrai... La... La rose de cette débauchée m'a... m'a atteint en plein coeur... Je... Je ne vais quand même pas mourir ainsi..."

"J'en ai bien peur, Faarooq, fit Eon avec un grand sourire.... La Bloody Rose a déjà pompé le quart de ton sang, et comme il suffit d'en perdre un tiers pour périr, il ne devrait plus te rester guère de temps à vivre..."

"TAIS-TOI ! fulmina le spectre de la Mandragore, qui se souciait peu que son anxiété facilitât l'absorption de son sang par la rose blanche. Jamais... Jamais une dégénérée comme toi ne me vaincra ! Je... Je vais te le prouver en ôtant cette rose de mon corps à mains nues !"

"Je te le déconseille fortement, Faarooq..."répliqua Eon.

Mais l'ancien disciple du cheikh Youssouf ne voulut rien entendre : il prit la Bloody Rose à deux mains et songea :

"Que... Que mon cosmos m'aide à arracher cette rose maléfique de mon corps !"

Un halo ténébreux vint l'envelopper et il commença à tirer la fleur en avant, mais, alors qu'il pensait se sauver, il sentit le sang monter à sa bouche et se mit à le vomir. Alors qu'il venait à peine de réaliser son échec, le chevalier des Poissons fixa son regard de plus en plus vitreux et lui dit :

"Je t'avais pourtant dit que c'est inutile... La Bloody Rose est comme soudée à ton coeur, l'on ne peut l'en arracher... Tout ce que tu as pu faire, Faarooq, ç'a été d'avancer ton trépas de cinq secondes..."

Le spectre de la Mandragore leva les yeux au ciel, sa mâchoire décharnée s'entrouvrit, mais il ne put dire un seul mot et ne put que penser :

"Oh non... Je... Je vais donc être vaincu par cette perverse... Je... Je ne pourrai donc pas venger le cheikh Youssouf et mes amis... Et j'aurai manqué à mon devoir envers sa majesté Hadès... Non..."

A ce moment précis, seul un pétale de la Bloody Rose était encore blanc. Il commença à être teinté de rouge et le visage décharné de Faarooq pâlit, tandis que sa bouche laissa échapper :

"M... Merde..."

Ce juron fut le dernier mot qu'il prononça ; il tomba en arrière et s'écroula à terre, une rose de couleur rouge sang figée dans son coeur. Eon, épuisée par le dur combat qu'elle avait dû mener, posa un genou à terre et contempla le cadavre du spectre de l'étoile céleste de la magie avec des yeux vagues, alors qu'elle pensait :

"J'y... J'y suis parvenue... J'ai vaincu Faarooq... J'ai fait honneur à mon rang de chevalier d'or... Delphine... Anissa... Vous êtes vengées à présent..."

"AAAH !!"

Ce cri déchirant sortit le chevalier des Poissons de sa torpeur et elle se leva aussiôt, puis tourna sa tête vers l'origine du cri. Epouvantée, elle vit Emma, le corps couvert de plaies, qui tentait tant bien que mal de résister aux assauts de Bradshaw. Le spectre de l'Ortie, depuis qu'il avait entendu les ordres de Minos, s'était acharné à coups de poings et de Vegetal Flames sur le chevalier de la Colombe, qui n'avait opposé alors qu'une faible résistance. Un nouveau coup de poing au visage fendit presque son masque de porcelaine et l'envoya contre une paroi de la première vallée. Emma, adossée contre la paroi, entendit son adversaire lui dire :

"Hé, hé, hé... Je crois que tes forces s'épuisent peu à peu... Et quand on voit leur faible nombre, on peut dire que tu n'en as plus pour longtemps... Etant donné que le seigneur Minos m'a interdit de te posséder, je vais te faire souffrir à petit feu, ma jolie, pour que tu saches enfin la supériorité naturelle du mâle ! Crève !..."

"NE LA TOUCHE PAS !!!"

Surpris, Bradshaw se retourna et aperçut Eon, qui marchait droit devant lui. De son côté, Emma était soulagée et heureuse de voir que son amante avait survécu à son combat contre Faarooq :

"Eon..."murmura-t-elle.

L'Acolyte Végétal regarda le visage plein de hargne et de colère de la jeune femme, puis éclata de rire :

"HO ! HO ! HO ! Comme tu fais peur ! fit-il d'un ton railleur. Je suis vraiment déçu de voir que Faarooq a été incapable de vaincre une femelle comme toi... Et encore, quand on voit que tu préfères les femelles, je ne sais pas s'il est bon de te qualifier de la sorte..."

Bradshaw vit alors Eon avancer brièvement son poing et, avant que le spectre de l'Ortie n'ait eu le temps de réagir, il fut projeté plusieurs mètres en arrière, non loin de la rive de la mare de sang. Le coup porté à la vitesse de la lumière avait été particulièrement dévastateur ; il avait littéralement détruit le casque de Bradshaw, laissant à découvert son visage couvert d'une barbe noire, bien que moins épaisse que celle de Faarooq, et de longs cheveux. Sa mâchoire inférieure avait été cassée par le coup de poing, ce qu'il n'apprécia guère, comme il le dit à la gardienne de la douzième maison du Zodiaque après s'être relevé :

"Sale chienne... Tu... Tu vas regretter d'avoir levé la main sur moi !!"

Le spectre de l'Ortie intensifia sa cosmo-énergie, de sorte qu'un halo enflammé vint l'entourer, puis il poussa son cri d'attaque :

"Vegetal Flames !!"

Les flammes en forme de plante partirent des mains de Bradshaw, dont le regard hargneux montrait sa détermination à éliminer Eon, mais cette dernière, nullement impressionnée, positionna ses deux mains en position de défense et, dès que les Vegetal Flames entrèrent en contact avec le chevalier des Poissons, elles disparurent en fumée, au grand dam de leur expéditeur :

"Non !! Comment as-tu pu réaliser pareil miracle ?"

"Ce n'est que la puissance des chevaliers d'or, Bradshaw, sourit Eon... D'après ce que j'ai pu constater, ton attaque a mis Emma mal en point... Mais la différence de puissance entre un chevalier de bronze et un chevalier d'or est incommensurable ! Si tu as donné tout ton potentiel contre Emma, je crains qu'il ne te soit pas suffisant pour venir à bout de moi !"

"Ne me sous-estime pas ! fulmina Bradshaw. Tu es peut-être chevalier d'or, mais tu n'en es pas moins vulnérable ! Je le vois au temps que tu as mis pour vaincre Faarooq, qui est comme moi un Acolyte Végétal !"

"Faarooq, répondit immédiatement la jeune femme, n'a eu l'avantage sur moi pendant un certain temps que parce que je n'arrivais pas à faire abstraction de la peur qu'il m'inspirait... Par ailleurs, vous avez eu beau vous appeler les "Acolytes Végétaux", ta puissance est de loin inférieure à la sienne, Bradshaw ! Et je vais te le prouver immédiatement !"

Hors de lui, le spectre de l'étoile céleste de la brûlure voulut répliquer, mais il en fut empêché par l'apparition d'un halo doré qui illumina la gardienne de la douzième maison du Zodiaque. Cette dernière leva ensuite sa main droite et une rose noire y prit forme. Les lèvres de Bradshaw se mirent à trembler, mais avant qu'il n'ait pu dire un seul mot, Eon cria :

"Adieu, Bradshaw ! PIRANHAN ROSES !!"

La rose noire fonça sur le spectre à la vitesse de la lumière, et ce dernier, totalement pris au dépourvu, ne put esquisser le moindre geste. Dès que la Piranhan Rose frappa l'épaule gauche de Bradshaw, elle se multiplia par centaines et une nuée de fleurs noires se mirent à dévorer le surplis de l'Ortie en moins de dix secondes, puis s'attaquèrent au spectre en personne, qui hurla de douleur, bien qu'il hurlât moins fort que Faarooq quand il avait enduré la même technique. Quinze secondes plus tard, Bradshaw était en piteux état ; sa chemise de corps avait été détruite, sa poitrine était couverte de plaies béantes et il était presque aussi défiguré que Faarooq après que ce dernier eût reçu les roses noires du chevalier des Poissons. Les yeux vitreux, les lèvres tremblantes, le spectre de l'Ortie balbutia :

"Non... C'est impossible... Cette... Cette femelle est donc aussi forte que ça ?!"

Soudain, Bradshaw, à cause de ses forces qui le trahissaient, trébucha en arrière et tomba, tête la première, dans la mare de sang près de laquelle Eon l'avait envoyé. A peine toucha-t-il la surface de la mare qu'il se mit à gémir atrocement, avant de couler, puis de réapparaître à l'état de squelette couvert de quelques lambeaux de chair, un squelette qui se débattait comme tant d'autres dans la première vallée du Meikai. Eon l'observa brièvement d'un air distrait, puis se tourna vers le corps de Faarooq, le souleva malgré le sang qui lui donnait mal au coeur et pensa :

"Faarooq... Il est dit dans le Coran que les martyrs qui luttent au nom de Dieu entrent au paradis où les attendent un vin exquis et soixante-dix vierges prêtes à se donner à eux..."

Puis, tout haut :

"Voilà ta vraie place !!!"

Et, sans autre forme de procès, elle jeta le cadavre du spectre de la Mandragore dans la mare de sang, où elle espérait qu'il souffrirait mille morts pour les meurtres de Delphine et d'Anissa, ainsi que pour la torture sur sa personne. La jeune femme voulut contempler un instant la souffrance du défunt spectre, mais un murmure l'interrompit très vite :

"Eon..."

Le chevalier des Poissons fit volte-face et se mit à courir dans la direction opposée...

************

Une dimension inconnue, hors de l'espace et du temps

C'était un espace trouble, brumeux, au fond pourpre et vaporeux, traversé par des éclairs noirs et gris. Un espace instable où un simple mortel se serait rapidement perdu, aurait paniqué et aurait fini par mourir de peur ou d'épuisement. C'était un espace désert où seule une personne se trouvait, retenue par des fils d'une matière étrange, mais plus solides que tout ce qui pouvait exister sur Terre. La déesse Athéna, qui était prisonnière depuis près de six heures dans cette dimension parallèle, semblait inquiète, mais ce n'était pas en raison de sa situation :

"Il s'est écoulé plus de sept heures depuis que les flammes de l'Horloge du Zodiaque se sont rallumées au Sanctuaire... et la situation sur les trois fronts est plus ou moins préoccupante ! Certes, nous prenons peu à peu l'avantage, mais à quel prix... Il ne reste que quatre ou cinq chevaliers sur le front terrestre, huit sur les terres de Skygard... Et le front des Enfers... Seuls huit chevaliers sont encore en vie, mais dans plus de quatre heures, si les choses en restent là, cinq périront à cause de la fin du sursis que je leur avais accordé !"

Les yeux de la fille de Zeus se mirent à briller de tristesse, puis elle songea avec amertume :

"J'ai été naïve... Hadès m'a piégée et m'a enfermée par l'intermédiaire d'un de ses spectres dans cette dimension où je n'ai guère pu intervenir, hormis pour soutenir Néhémie malgré moi contre Fausto !... Je... Je suis une déesse, mais je n'arrive pas pour le moment à honorer ce titre..."

Soudain, un déclic se produisit dans son coeur et Athéna commença à sortir du désespoir dans lequel elle menaçait de sombrer :

"C'est vrai... Je me rappelle de ce que j'avais dit à Shion avant de me rendre dans le Meikai... De ne jamais perdre espoir !... Moi non plus, je ne puis me permettre de me laisser aller au découragement, alors que la Terre est menacée par l'Empereur des Ténèbres et que les chevaliers sacrés se battent pour le genre humain en y laissant parfois la vie ! Je... Je n'ai pas le droit d'abandonner !"

La jeune fille ferma alors les yeux et un halo doré, doté d'une douce chaleur, vint la recouvrir. La situation resta ainsi pendant une minute, puis les environs de la dimension parallèle se mirent à trembler, à se disloquer, puis un craquement sourd résonna, mais Athéna ne s'en souciait pas, car elle pensait :

"Que mon pouvoir divin agisse ! Qu'il détruise cette dimension parallèle et me permette de revenir dans le monde des ténèbres !"

Le halo de lumière devint plus intense et brûlant, puis les lèvres de la déesse de la Guerre s'ouvrirent et un son fort apaisant en sortit, un son apaisant, mais qui accéléra paradoxalement la disloquation de l'espace parallèle dans lequel elle avait été enfermée par Parker. Le chant d'Athéna se poursuivit durant une minute, puis la dimension parallèle sembla être coupée en deux, les liens qui retenaient la déesse se fendirent en une fraction de seconde et, entourée par son halo protecteur, elle tomba peu à peu dans de sombres profondeurs, tandis que ses yeux se fermaient lentement et que son chant devenait moins audible...

************

La cinquième prison, avant le geste d'Athéna

Bosching, qui n'avait pas combattu Parker, ignorait ce que comptait faire le spectre du Labyrinthe, mais Néhémie avait rapidement compris ce qui allait arriver :

"Chevalier des Gémeaux... Parker va utiliser son attaque la plus dévastatrice, Chaotic Anihilation !"

"Chaotic Anihilation ?"

"Oui... C'est une attaque foudroyante, qui fonctionne sur le même principe que la Galaxian Explosion !... Mais elle est toutefois moins puissante..."

A ces mots, Parker s'esclaffa :

"Ha ! Ha ! Ha ! C'est toi qui le dis, chevalier ! Et je ne vois pas pourquoi j'accorderais du crédit aux paroles d'un simple chevalier d'argent... Mon attaque suffira amplement pour vous réduire tous les deux en poussière !..."

Tout à coup, les trois combattants entendirent une mélodie superbe et apaisante. Le spectre de l'étoile céleste de la désorientation cligna des yeux à plusieurs reprises, tant il était interloqué, mais les deux chevaliers sacrés identifièrent rapidement cette prière musicale :

"Le chant d'Athéna..."murmura Bosching d'un ton doux qui ne lui ressemblait pas.

Une minute plus tard, le chant prit fin et le chevalier des Gémeaux remarqua rapidement que le visage de Parker avait radicalement changé d'expression : il n'était plus du tout jovial, mais semblait au contraire effaré et épouvanté. Et pour cause :

"Oh non !! Athéna... Je... Je ne ressens plus sa présence dans la dimension parallèle où je l'avais enfermée... Elle... Elle a donc réussi à s'en échapper par ses propres moyens ?!"

Ce fut alors que Néhémie l'interpella :

"Que t'arrive-t-il, Parker ? Pourquoi cette humeur maussade ?"

Le spectre du Labyrinthe, vexé et décidé à ne pas donner satisfaction à ses adversaires, serra les poings et son cosmos s'intensifia plus que jamais, tandis qu'il répliqua :

"Chevaliers d'Athéna, vous m'avez poussé à bout ! Aussi, je vais me charger de vous châtier personnellement en vous administrant la Chaotic Anihilation la plus puissante qui existe ! Jamais vous n'en réchapperez !"

Le cosmos de Parker gronda plus fort que jamais et le chevalier de la Coupe comprit que son adversaire ne plaisantait nullement. Aussi, il se tourna vers Bosching :

"Chevalier des Gémeaux ?"

"Oui, Néhémie ?"

"Visiblement, l'attaque de Parker sera plus puissante que prévu... Si je tente d'achever mon combat, je crois que je ne survivrai pas à cette attaque, et si tu t'interposes seul, il risque de te blesser gravement, dans tous les cas suffisamment pour que tu n'arrives pas en bon état jusqu'à Hadès !... Aussi, je pense qu'il vaut mieux que nous unissions nos forces pour terrasser Parker !"

Le chevalier des Gémeaux fronça les sourcils, visiblement peu tenté à l'idée de ne pouvoir venger Marina lui-même. Mais après une très brève réflexion, il se souvint que l'intérêt d'Athéna et de la Terre passait avant ses considérations personnelles et lâcha :

"Soit... Battons-nous ensemble, Néhémie !"

"Merci à toi, chevalier des Gémeaux !"

Le disciple de Christian vint donc se mettre à côté du gardien de la troisième maison du Zodiaque, qui faisait déjà face à Parker. Ce dernier maugréa :

"Alors, comme ça, vous avez décidé de vous y mettre à deux pour me vaincre ? Vous ne manquez pas de lâcheté, chevaliers d'Athéna ! Peu importe, puisque vous m'y forcez..."

Tout à coup, le spectre de l'étoile céleste de la désorientation fut surpris par les positions que venaient de prendre ses adversaires ; Bosching concentrait peu à peu son cosmos entre ses mains, tandis que Néhémie avait joint ses deux bras qui avaient pris la position d'une jarre, ce qui n'échappa pas au chevalier des Gémeaux :

"Néhémie... Es-tu sûr que tu peux retenter l'Exécution de l'Aurore ?"

"Je l'ignore, chevalier des Gémeaux... Parker, comme tu me l'as dit, m'a sévèrement malmené lors de notre combat... Mais vu qu'il est décidé à employer les grands moyens, je crois que nous avons tout intérêt à l'imiter si nous voulons le vaincre !"

Un halo immaculé et glacial entoura alors le chevalier de la Coupe, qui regardait Parker d'un air déterminé. Le spectre du Labyrinthe serra les dents, puis lança à la face de ses adversaires :

"Alors, vous l'entendez comme ça, chevaliers ?! Très bien... C'est vous qui l'aurez voulu !"

Il prit son inspiration, puis d'une voix forte, cria :

"CHAOTIC ANIHILATION !!"

"GALAXIAN EXPLOSION !!"

"PAR L'EXECUTION DE L'AURORE !!"

Une débauche ininmaginable d'énergie vint éblouir la sortie de la cinquième prison. L'énergie dégagée était tellement immense que leur somme aurait pu anéantir les armées de France, d'Angleterre et du Saint-Empire Romain Germanique réunies. Elle aurait également pu détruire la cinquième prison et ses alentours, mais ce fut tout autre chose qui arriva : le froid proche de -270 degrés Celsius gela l'intégralité de la Chaotic Anihilation, puis la Galaxian Explosion la détruisit tout à fait et les attaques des deux chevaliers sacrés finirent par se joindre en un seul point qui fonça sur un Parker épouvanté et qui n'eut nullement le temps d'esquiver la vague destructrice et glaciale de Bosching et Néhémie. Le spectre du Labyrinthe fut balayé en une seule seconde, son surplis explosa en miettes et il retomba au sol, le regard livide.

************

Non loin de la cinquième prison

"Ce n'est pas vrai ! Nous tournons en rond sans cesse, mais la sortie se refuse à nous !"

Shion n'était pas loin de céder au désespoir ; il avait parcouru tous les coins et recoins du Madness Labyrinth généré par Parker, mais il commença à se rendre à l'évidence : ce labyrinthe n'avait pas de sortie. Carrie, qui était désolée pour le chevalier du Bélier, s'approcha de lui et voulut poser une main de réconfort sur son épaule, mais la structure du labyrinthe commença à se troubler, ce qui étonna la jeune fille :

"Que se passe-t-il, Shion ?"

Ce dernier s'apprêta à répondre qu'il n'en savait rien, mais ce fut alors que l'étrange labyrinthe disparut en un éclair et les deux jeunes gens se trouvèrent devant la sortie du premier labyrinthe dans lequel ils étaient entrés. Shion, troublé, mais ravi, balbutia :

"Carrie... La sortie... Le maléfice s'est rompu ! Nous sommes devant la sortie du labyrinthe !"

Il saisit alors la main du spectre de la Reine Ecarlate et l'emmena pour de bon hors du labyrinthe, impatient de retrouver ses amis qui devaient se battre...

************

La sixième prison

Eon avait complètement oublié qu'elle était blessée ; en ce moment, elle ne songeait plus qu'à revenir auprès d'Emma, qui avait elle aussi été malmenée par son adversaire. Quand elle fut près de son amante, le chevalier des Poissons n'y tint plus et se mit à crier :

"EMMA !!"

Elle la serra alors dans ses bras et se mit à pleurer de joie tout en murmurant :

"Emma... J'ai eu tellement peur... J'ai bien cru que je ne pourrais plus jamais te revoir, tant Faarooq m'a donné du fil à retordre..."

"Eon, répondit le chevalier de la Colombe en lui caressant les cheveux... Tu as été extraordinaire... Tu as vaincu toute seule deux des spectres d'Hadès... Tu es vraiment digne d'être l'un des douze chevaliers d'or..."

Le visage couvert de larmes de joie, Eon ôta le masque de sa bien-aimée, prit son visage entre ses mains et s'apprêta à l'embrasser avec fougue, quand un cri de douleur interrompit les deux femmes dans leur ouvrage amoureux. Toutes deux tournèrent la tête et virent Lévi, le visage couvert de sang et l'armure en piteux état, à terre, malmené par Rael. La situation initiale ne s'était pas renversée : le chevalier de la Licorne était dominé de bout en bout par le spectre de l'Homme-Pantoufle et devait sûrement estimer que c'était la protection de l'Eternel qui l'avait empêché jusque là de rendre l'âme. La gardienne de la douzième maison du Zodiaque fronça les sourcils, puis lâcha :

"Il n'arrive pas à prendre le dessus sur son adversaire... Je me dois d'aller l'aider !"

"Non, Eon !"fit Emma en la retenant par la main.

"Emma..."

"Eon... Tu t'es bien battue, tu as vaincu toute seule deux des spectres d'Hadès, tu as le droit de te reposer un peu !... Eon, je suis peut-être un simple chevalier de bronze, mais je n'en suis pas moins chevalier sacré à part entière !... Je t'en prie, laisse-moi combattre ce spectre d'Hadès !"

Le chevalier de la Colombe, qui n'avait pas encore remis son masque de porcelaine, affichait une détermination réelle dans ses yeux angéliques. Eon l'observa brièvement, puis soupira :

"Soit... Tu peux aller te battre, mais sois prudente, Emma..."

"Je le serai..."

Elle donna à son amante un rapide baiser sur les lèvres, puis remit son masque et s'avança vers Rael d'un pas déterminé. Ce dernier détecta rapidement la cosmo-énergie de la jeune fille :

"Tu es l'une des deux débauchées qu'Athéna a admises dans ses rangs, n'est-ce pas ?"

"Je ne suis pas une débauchée, rétorqua catégoriquement Emma, je suis Emma, chevalier de bronze de la Colombe !"

Le spectre de l'Homme-Pantoufle haussa les épaules :

"Alors, comme ça, vous avez vaincu les Acolytes Végétaux, toi et la perverse à l'armure d'or ?"

"Non... La perverse à l'armure d'or, comme tu la nommes si mal, les a vaincus toute seule ! Je ne fais que prendre sa relève !"

Rael soupira :

"Quels minables... Se faire battre par une créature pareille... Sa majesté Hadès doit avoir honte d'eux... En tout cas, moi, Rael, je ferai honneur à mon rang et te vaincrai !"

Il donna dans la foulée un coup de pied à un Lévi à moitié évanoui, qui s'éloigna pour la première fois de la rive de la mare de sang. Le spectre de l'étoile terrestre obsédée concentra ensuite sa cosmo-énergie, tandis que des créatures à l'aspect repoussant semblaient apparaître derrière lui, mais cela ne troubla pas Emma :

"Essaierais-tu de me faire peur, Rael ?"

"Plus ou moins... Mais j'ai surtout l'intention de te faire souffrir !... Goûte au pouvoir terrifiant des Hommes-Pantoufles !... Uncurable Obsession !"

Un flux d'énergie sombre fonça alors sur le chevalier de la Colombe, mais cette dernière constata rapidement qu'il se déplaçait à une vitesse assez lente et parvint à l'esquiver, ce qui n'étonna nullement Rael :

"Evidemment... Je savais que tu esquiverais cette attaque, je voulais juste te faire peur... avant de te faire souffrir !... UNCURABLE OBSESSION !!"

L'attaque fonça à une vitesse quatre fois plus puissante sur Emma, mais cette dernière tendit ses bras en avant et bloqua le coup avec une facilité qui surprit le spectre de l'Homme-Pantoufle :

"Comment ?!"

"Rael, je crains que ta domination de Lévi n'ait fait gonfler tes chevilles, qui tiennent miraculeusement dans ton surplis boursouflé !... Au cas où tu ne le saurais pas, un chevalier sacré ne se laisse pas avoir deux fois par la même attaque ! Tu ne peux plus compter sur Uncurable Obsession !"

Rael pâlit légèrement sous son casque, mais se força à ne pas le montrer à son adversaire :

"Tu mens !! S'il le faut, je déclencherai Uncurable Obsession autant de fois qu'il le faudra !... D'ailleurs, j'ignore quelles sont tes techniques, mais je suis certain qu'elles ne pourront rien contre moi !"

Il intensifia de nouveau sa cosmo-énergie, faisant apparaître une nouvelle colonie d'Hommes-Pantoufles derrière lui, mais Emma ne s'en soucia pas, au contraire :

"Il veut s'entêter à m'attaquer avec la même technique ! Mais pour ma part, je ne ferai pas la même erreur ! Daniel du Lion, mentor de mon maître, m'avait parlé une fois de ces créatures nommées les Hommes-Pantoufles ! Il disait qu'il s'agissait d'humains maudits pour avoir connu l'amour des Lamia... Et qu'il n'existait qu'un seul moyen de les guérir ! Si Rael porte vraiment le surplis de l'Homme-Pantoufle, je dois savoir comment le vaincre !"

La jeune fille étendit alors les bras et fit apparaître une colombe gracieuse derrière elle. Puis, ce fut l'assaut :

"Uncurable Obsession !!"

"Wings Of Peace !!"

Mais, contrairement à ce que le spectre de l'étoile terrestre obsédée escomptait, Emma ne l'attaqua pas de front : elle se baissa et lança son attaque à l'endroit où se trouvait l'entre-jambe du surplis de l'Homme-Pantoufle. Rael s'affola rapidement :

"Oh non !!"

Mais sa peur lui fut inutile : l'attaque du chevalier de la Colombe détruisit instantanément les attributs virils de son surplis, puis ce fut tout le surplis de l'Homme-Pantoufle qui fut pulvérisé, et enfin, Rael fut englouti par les Wings Of Peace, qui l'entourèrent dans un flot de lumière, avant de le faire chuter au sol. Le spectre de l'étoile terrestre obsédée, qui était un jeune homme natif d'Amérique centrale, balbutia, mortellement blessé :

"Comment... Comment as-tu pu..."

"Mes connaissances en matière de mythologie grecque et ta trop grande confiance en toi sont responsables de ta défaite, Rael ! Je savais que le seul moyen de guérir les Hommes-Pantoufles de leur appétit sexuel vorace était leur castration définitive ! Si tu avais tout donné dès le début, tu aurais peut-être pu me mettre en difficulté, mais ton orgueil t'aura perdu !"

"Tu..."

Mais Rael n'eut pas le temps d'achever sa phrase : un râle épouvantable jaillit de sa gorge et sa tête bascula définitivement sur le côté. Emma poussa un soupir de soulagement derrière son masque, puis se retourna et aperçut Eon qui était venue vers elle. La gardienne de la douzième maison du Zodiaque était remplie d'une joie immense :

"Emma !! Tu as réussi !! Tu l'as vaincu ! Je... Je suis si fière de toi..."

Le chevalier de la Colombe ôta son masque, laissant apparaître un visage souriant, puis embrassa son amante, mais un gémissement de dégoût l'interrompit. Alors qu'Emma remettait son masque, Eon lâcha :

"Lévi ?!"

"Lui-même (le chevalier de la Licorne se remit péniblement sur ses deux jambes et fit face aux deux femmes)... Comment osez-vous commettre cette étreinte répugnante..."

"Lévi, rétorqua le chevalier des Poissons d'un ton impérieux, je t'interdis de nous faire le moindre reproche ! N'oublie pas que tu nous dois d'être encore en vie !"

"HA ! fit Lévi d'un air méprisant. Moi, vous devoir d'être en vie ? Quelle aberration ! Jamais deux débauchées de votre espèce n'auraient pu sauver un descendant de la tribu de Lévi, celle désignée par l'Eternel pour veiller sur l'Arche de l'Alliance ! C'est l'Eternel qui, voyant mes mérites, m'a sauvé la vie !"

"Vraiment ? lança Emma. Alors, comment se fait-il que tu aies été incapable de vaincre Rael ? Comment se fait-il qu'Eon et moi ayons pu vaincre nos adversaires ? Qui sait, Lévi, peut-être ton Dieu t'a-t-il permis de rester en vie, mais uniquement parce que nous étions là et t'avons évité la mort !"

A ces mots, le chevalier de la Licorne serra les poings, tant il avait du mal à encaisser ce qu'il considérait à la fois comme une injure personnelle, mais aussi comme un blasphème. Il était tellement outré qu'il en tremblait sur ses jambes. Il resta dans cette position durant une dizaine de secondes, avant de lâcher :

"Si Dieu avait eu recours à des perverses comme vous pour me sauver, ça se saurait !"

Eon, qui avait de plus en plus de mal à supporter les propos blessants de Lévi après avoir dû entendre ceux de Faarooq, s'apprêta à répondre, quand soudain, un sentiment étrange l'envahit :

"Mais que... Que m'arrive-t-il ?... Je... Je me sens aspirée hors de la première vallée !"

Emma, inquiète pour son amante, voulut s'avancer vers elle, mais sentit à son tour que son corps disparaissait :

"Oh non !... Je... Je vais disparaître, moi aussi !"

"AAAH !!"

C'était Lévi qui avait poussé ce cri. Le chevalier de bronze de la Licorne n'était pas en meilleure posture que les deux amantes ; lui aussi sentait son corps s'évanouir. Il ne fallut pas plus de dix secondes aux trois chevaliers pour disparaître tout à fait de la première vallée, laissant à l'abandon le cadavre de Rael, tandis que les Acolytes Végétaux souffriraient pour l'éternité dans la mare de sang...

************

La cinquième prison

Bosching et Néhémie étaient à genoux, essoufflés, mais heureux ; Parker avait encaissé leurs attaques de plein fouet et avait été blessé à mort. Le spectre du Labyrinthe lui-même avait bien du mal à croire qu'il avait été vaincu :

"Non... Ce... Ce n'est pas vrai... Moi, Parker, j'ai perdu ce combat..."

"Parker, lança le chevalier des Gémeaux, tu as enfin payé pour ce que tu as fait à Marina... Profite de tes derniers instants pour te repentir de ton crime ! Adieu !"

"Adieu."répéta froidement le chevalier de la Coupe.

Les deux chevaliers sacrés marchèrent vers le corps étendu de leur adversaire vaincu qui, bien qu'étant sur le point de mourir, avait encore la force de ruminer sa défaite :

"Non... Je... Je ne peux pas mourir comme ça... Mon honneur de... de spectre au service de sa... majesté Hadès me l'interdit..."

Ignorant les états d'âme du spectre de l'étoile céleste de la désorientation, Bosching dit à Néhémie :

"Penses-tu qu'il nous reste beaucoup d'obstacles avant d'arriver jusqu'à Hadès ?"

"Sans aucun doute, chevalier des Gémeaux... Nous sommes près de la sortie de la cinquième prison, mais la route menant là où se trouve le sombre monarque est encore longue, et..."

"LOST DIMENSION !!"

Les deux chevaliers, stupéfaits, commencèrent à se retourner, mais ne purent voir qu'un tourbillon sombre qui les recouvrit entièrement et les envoya hors de la cinquième prison. A terre, Parker, dont la vie le quittait peu à peu, pensa en souriant :

"Les imbéciles... On ne doit pas tourner le dos à un adversaire tant que celui-ci n'est pas mort... Désormais, ils... ils sont à..."

Il n'eut pas l'occasion d'achever ses pensées ; la vie venait de le quitter enfin. Le spectre du Labyrinthe, qui souriait encore, ferma les yeux à jamais.



A quelques mètres de là, Shion et Carrie avaient vu un tourbillon semblable à celui déclenché dans la quatrième prison emporter les chevaliers des Gémeaux et de la Coupe. Le gardien de la première maison du Zodiaque, rempli d'épouvante, courut vers l'endroit où Parker était tombé, tenant toujours le spectre de la Reine Ecarlate par la main...

************

"Le chevalier du Bélier courait tant qu'il le pouvait, mais c'était peine perdue : les chevaliers des Gémeaux et de la Coupe avaient déjà disparu... Il aurait pu retrouver deux de ses compagnons, et voilà qu'ils lui échappaient..."dit John d'un air sombre.

Le révérend Trevor était intrigué par les passages que venait de lui narrer le jeune homme, y compris la disparition des deux chevaliers qui le rebutaient le plus, en l'occurrence Eon et Emma. D'une voix hésitante, il dit à son ami :

"John... Etait-ce l'un des passages les plus critiques de cette Guerre sainte ?"

"Non, révérend... Ce n'était rien comparé à ce qui allait suivre..."

"Le chevalier du Bélier n'a pas eu de chance, John... Lui qui était sur le point de retrouver ses amis... Tandis qu'Athéna avait réussi à se sauver on ne sait où..."

Le jeune homme coupa net le pasteur :

"Il valait mieux que les chevaliers sacrés ignorent où leur déesse se trouvait désormais..."

"Que voulez-vous dire, John ?"fit Trevor, fort étonné.

La réponse ne tarda pas à être livrée.

************

La Caïna, première sphère des Enfers

Sur les marches du palais qui servait habituellement de résidence au Juge Rhadamanthe, la déesse Athéna était étendue, évanouie, les yeux clos, mais elle vivait. Au-dessus d'elle se trouvaient Hadès, incarné dans le corps de John Roligny, qui la regardait d'un air absent, presque navré, et Moloch, son serviteur, qui se frottait les mains.

"Athéna, songea l'Empereur des Ténèbres... Tu persistes dans ta stupidité... Comme si cela ne te suffisait pas de prendre la défense de la race humaine, voilà que tu as essayé de te soustraire à la punition que je t'avais infligée pour avoir violé la loi du Meikai... Mais, Athéna, c'était là un geste dérisoire... S'échapper d'une prison cautionnée par Dieu revient à se livrer entre les mains de Dieu... C'est la loi du Meikai..."

"Majesté Hadès !!"

Le fils aîné de Cronos tourna la tête vers son âme damnée qui, grisée par la perspective de voir l'ennemie de son empereur à la merci de ce dernier, lâcha :

"Majesté Hadès, votre triomphe approche ! Les chevaliers d'Athéna tombent un à un et ne tarderont pas à périr tous, et Athéna est en votre pouvoir ! A présent qu'elle est inoffensive, vous pouvez l'abattre de vos propres mains !"

"Je m'y refuse, Moloch."répondit catégoriquement Hadès.

"Mais, majesté..."

"La lâcheté est une tare récurrente chez le genre humain que j'ai condamné à mort... Crois-tu, Moloch, que Dieu oserait s'abaisser au niveau de ces pécheurs ?"

Confus, Moloch répondit en secouant la tête :

"Non, votre majesté, mais je pensais..."

"Ce que tu penses m'importe peu, dit froidement le sombre monarque à son âme damnée. Dieu est seul juge, Lui seul sait ce qui est bon ou mauvais. Par conséquent, Athéna aura la vie sauve... pour le moment."

L'Empereur des Ténèbres fit demi-tour sur lui-même et ordonna au vieil homme :

"Retire-toi dans la Toloméa, Moloch, et dis à Minos de partir pour la huitième douve des Enfers... Il saura quoi y faire..."

Moloch, qui avait bien du mal à comprendre la logique du Dieu des Enfers, préféra ne pas discuter ses ordres. Il salua Hadès d'un geste de la tête, puis partit vers la troisième sphère du Meikai. Quand le fils aîné de Cronos se fut assuré que son serviteur était hors de vue, il souleva délicatement Athéna, puis monta les marches de la Caïna en la portant dans ses bras. Son visage était empreint de mélancolie quand il pénétra dans la résidence de Rhadamanthe. Il posa doucement la jeune fille sur un banc qui se trouvait à proximité, puis la regarda durant quelques secondes, en même temps qu'il murmurait :

"Voici ta nouvelle résidence, Athéna... Mais aussi ta dernière... Quand tu seras sortie de ta torpeur et que tu auras pris conscience de ton infortune, si tu es moins sotte que ta clémence envers l'humanité ne le laisse penser, rends-toi dans la Giudecca... Je t'y attendrai pour que tu subisses le châtiment que tu mérites."

Hadès tourna alors le dos à son ennemie et marcha d'un pas lent vers la sortie de la Caïna, en direction de la Giudecca...

Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada