Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Le palais du Grand Pope

"Grand Pope !!"

Le chef des chevaliers sacrés, qui semblait alors regarder le plancher de son palais depuis un certain temps, releva la tête et aperçut les deux gardes à qui il avait ordonné de surveiller l'Horloge du Zodiaque. La sentinelle de gauche commença à ouvrir la bouche, mais fut brutalement interrompue :

"La flamme de la Balance s'est éteinte il y a peu, n'est-ce pas ?"

"Oui, enfin, il y a un certain temps, mais nous avions oublié de..."répondit le garde, confus.

"Retirez-vous."ordonna sèchement le Grand Pope.

Les deux hommes ne se le firent pas dire deux fois et repartirent promptement vers la sortie de la pièce, laissant le Pope à ses attermoiements. Le vieil homme, en effet, était resté attentif aux mouvements de cosmo-énergies des fronts terrestres et skygardiens, et avait compris que la situation s'aggravait progressivement pour son camp, comme ses pensées en témoignèrent :

"En moins d'une heure, deux chevaliers d'or ont perdu la vie, et plus de la la moitié du sursis accordé par la déesse Athéna à neuf des chevaliers engagés dans le Meikai s'est évanouie... Et encore, je ne sais pas si tous sont encore vivants, je n'en suis même pas certain du tout..."

************

La cinquième prison, dans le Meikai

Une lueur intense avait flotté durant quelques dizaines de secondes, manquant d'aveugler Parker. Le spectre du Labyrinthe avait en effet asséné à Néhémie la Chaotic Anihilation et escomptait bien avoir achevé son combat :

"Hé, hé, hé... La puissance de mon attaque est telle que même les galaxies n'y résisteraient pas... Il ne doit plus rien rester de ce misérable chevalier d'argent..."

Tout à coup, une voix étouffée lui répondit :

"Plus... Plus que tu ne le crois, Parker..."

"Comment ?!"

Derrière un nuage de poussière, Parker vit apparaître devant lui le chevalier de la Coupe. Ce dernier était assez mal en point, son armure d'argent avait été à moitié détruite, il était couvert de sang et d'ecchymoses, mais il était bien vivant, ce que le spectre de l'étoile céleste de la désorientation avait bien du mal à admettre :

"Comment as-tu pu réaliser un tel prodige ?"

Néhémie sourit, puis, alors que du sang coulait de ses lèvres :

"Parker, je crains que tu ne te sois un peu surestimé... Je... Je reconnais que ta technique est redoutable, comme le montre l'état dans lequel je suis... Mais, contrairement à ce que je croyais, elle ne fait pas le poids face à la Galaxian Explosion de Bosching, le chevalier des Gémeaux !"

Piqué au vif, Parker rétorqua :

"Tu mens !"

"Oh non, c'est la pure vérité, affirma le disciple de Christian, qui avait fait abstraction du sang qui coulait de ses lèvres. Tu peux t'estimer heureux d'avoir laissé à ta camarade le soin de l'affronter, car sinon, je n'aurais pas donné cher de ta vie !"

Profondément vexé, le spectre s'apprêta à répliquer de nouveau, quand tout à coup, il lâcha :

"Que se passe-t-il ?"

Il venait de sentir au loin la présence de puissantes cosmo-énergies, mais ne fut pas le seul à la remarquer :

"Ces cosmos... Je les reconnais, ce sont ceux de Shion, le chevalier du Bélier, et de Carrie, qui a rejoint notre camp !"pensa Néhémie avec enthousiasme.

Puis, un grand sourire aux lèvres :

"Parker, tout sera bientôt fini pour toi !"

"Comment ?"

Grisé par la venue proche de ses alliés, le chevalier de la Coupe s'expliqua :

"Il semblerait que tes deux amis, Remus et Octavius, aient été vaincus dans la quatrième prison ! Bientôt, mes amis, parmi lesquels se trouve Shion, chevalier d'or du Bélier, arriveront ici et viendront vous régler vos comptes, à toi et ton amie !"

"Malédiction !"laissa échapper Parker.

Face à l'embarras de son adversaire, Néhémie ne put s'empêcher de lui adresser un sourire narquois. Mais tout à coup, Parker lâcha :

"Très bien... S'ils tiennent tant que cela à nous mettre des bâtons dans les roues..."

Un halo grisâtre vint recouvrir le spectre de l'étoile céleste de la désorientation, qui agitait furieusement ses bras en l'air, un curieux manège qui suscita une certaine inquiétude chez Néhémie :

"Mais que fait-il ?... J'ai... J'ai clairement l'impression qu'il essaie de détraquer l'espace et le temps autour de lui... Il ne va quand même pas..."

Ce fut à ce moment que Parker poussa son cri d'attaque :

"MADNESS LABYRINTH !!"

Une gigantesque vague d'énergie grisâtre partit alors des bras de Parker et s'en alla vers l'horizon. Un mauvais pressentiment gagna alors Néhémie :

"Oh non..."laissa-t-il échapper avec peine.

************

La cinquième prison, à une certaine distance du combat entre les chevaliers sacrés et les spectres

Shion et Carrie avaient entrepris une course rapide. Ils avaient déjà perdu du temps dans la quatrième prison et lors de la traversée de la mare obscure et ne voulaient plus être retardés, particulièrement le chevalier du Bélier, qui affichait une certaine anxiété :

"Cela fait presque deux heures que nous avons été séparés de nos amis et nous ne savons pas ce qu'il est advenu d'eux ! En plus, Socrate a été tué entre-temps, nous ne pouvons plus nous permettre de perdre autant de combattants !"

Mais soudain, lui et le spectre de la Reine Ecarlate furent interrompus dans leur course par un curieux monument ; un labyrinthe de marbre, semblable à celui que Dédale avait édifié pour enfermer le Minotaure, se tenait droit devant eux, et Shion ne semblait pas en être enchanté :

"Il ne manquait plus que ça..."

Puis, se tournant vers Carrie :

"Carrie, est-ce que tu as entendu parler d'un labyrinthe qui se trouverait dans le Meikai ?"

L'adolescente répondit timidement :

"Vaguement... Je savais qu'il y en avait un dans l'une des prisons, mais, étant affiliée à la surveillance de la troisième prison, je n'ai pu avoir plus d'informations à ce sujet..."

Le gardien de la première maison du Zodiaque soupira, puis lâcha :

"Qu'importe... S'il le faut vraiment, nous allons traverser ce labyrinthe..."

Il saisit alors de nouveau la main de Carrie, puis l'invita à entrer dans cet étrange monument, au-dessus duquel un énorme nuage gris venait d'apparaître...

************

Une terrible angoisse commençait à s'emparer de Néhémie, qui se demandait quelles étaient les propriétés de la nouvelle technique de Parker. Ce fut alors que ce dernier l'interpella :

"Chevalier, voudrais-tu savoir ce que je viens de faire ?"

Le chevalier de la Coupe ne fit aucun signe approbateur de la tête, mais son adversaire fit comme si de rien n'était :

"Eh bien, au milieu de la cinquième prison, il y a un labyrinthe fabriqué en marbre, dans le même style que celui que Dédale conçut sur l'île de Crète pour y enfermer le Minotaure ! Il est impossible de traverser la cinquième prison sans passer par ce labyrinthe !"

"Comment ?!"lâcha Néhémie.

"C'est exact, chevalier, sourit le spectre de l'étoile céleste de la désorientation. Cependant, si un simple mortel ne pourrait sortir de ce labyrinthe, un chevalier d'Athéna, grâce à son sixième sens, en est tout à fait capable ! Et comme je ne doute pas que ce chevalier d'or qui a échappé à la Lost Dimension dans la quatrième prison se sortira du labyrinthe initial, j'ai décidé, comme je n'avais pas particulièrement envie de le voir nous rejoindre, de recourir au Madness Labyrinth !"

"Mais quelle est cette technique ?"lâcha Néhémie, qui commençait à perdre son sang-froid.

Parker sourit narquoisement, puis répondit :

"C'est une technique qui est capable de détraquer les notions d'espace et de temps ! Etant donné que je me suis arrangé pour qu'elle atteigne le labyrinthe qui se trouve au milieu de la cinquième prison, la sortie de ce monument est devenue mille fois plus difficile à trouver, désormais ! Ton ami a beau être chevalier d'or, il sera bien incapable de s'en sortir et, à long terme, finira par basculer dans la folie !"

"Oh non !!"lâcha le chevalier d'argent.

"Oh si, sourit son adversaire. Il est perdu à jamais dans ce labyrinthe, il tournera en rond pour l'éternité, dépourvu du sens de l'orientation et de la notion de temps ! Il est prisonnier à jamais du Madness Labyrinth !... Si tu veux une petite comparaison, chevalier, si Thésée s'était perdu dans un tel labyrinthe, même le fil d'Ariane ne lui aurait servi à rien !"

Le spectre du Labyrinthe se mit à éclater de rire, tandis que Néhémie, qui avait espéré que Shion et Carrie leur viennent en aide à lui et Bosching, serrait les poings de rage. D'une voix emplie de colère, il dit à son adversaire :

"Tu n'es qu'un monstre, Parker !"

"Nullement, rétorqua ce dernier d'un ton fort calme. Je ne fais que servir sa majesté Hadès, qui souhaite faire de la Terre un lieu purifié du Mal !"

"Tu mens ! protesta le chevalier de la Coupe. Tu sers le Mal incarné, Parker, mais tu ne veux pas l'admettre !"

"Admets d'abord que tu sers une déesse qui protège les pécheurs, chevalier, et je méditerai sur ma fidélité à l'Empereur des Ténèbres... Bon, dit-il après avoir regardé fixement Néhémie, puisque tu ne veux rien entendre et que tes amis sont perdus à jamais, je crois qu'il va nous falloir reprendre notre combat..."

Néhémie hocha la tête et un halo immaculé vint l'envelopper, tandis qu'une aura grisâtre venait de recouvrir Parker...

************

La sixième prison, dans le Meikai

Lévi était tellement intrigué par la colonie d'hommes-pantoufles qui grouillaient autour de Rael qu'il ne prit pas garde au flux d'énergie que ce dernier lança à son intention. Aussi, le chevalier de la Licorne se retrouva brutalement paralysé par la technique Uncurable Obsession, à son grand dam :

"Oh non ! Je... Je n'ai pas été attentif ! Comment vais-je...?"

Brusquement, il se mit à pousser des hurlements de douleur. Bien qu'aucune trace de coup n'apparût sur son corps, il sentait qu'il était consumé par un feu aussi ardent que celui des passions humaines. Mais dans son cas, ce feu-là était particulièrement dévastateur, car il rongeait de l'intérieur les organes du descendant du troisième fils d'Israël, qui gémit pendant une vingtaine de secondes, avant de retomber non loin de Rael, qui souriait sous son surplis boursouflé :

"Hé, hé, hé... Que dis-tu de ceci, chevalier ?"

Lévi esquissa un geste, mais les séquelles de l'attaque étaient telles qu'il se mit à hurler en voulant lever les yeux vers son adversaire. Malgré tout, il ne se laissa pas flancher et parvint à demander :

"Rael, je... je ne comprends pas... Qu'est-ce qui m'est arrivé ?"

Le spectre de l'étoile terrestre obsédée croisa les bras, puis s'expliqua :

"Chevalier de la Licorne, sais-tu ce que sont les Hommes-Pantoufles ?"

"Je ne connais aucune de ces créatures démoniaques !"rétorqua Lévi en serrant les dents.

Rael sourit timidement :

"Je me disais aussi que ta foi ardente t'empêchait d'être un peu plus intelligent... Eh bien, sache que, dans les temps anciens, les Hommes-Pantoufles étaient des êtres humains qui ont été transformés physiquement après avoir reçu l'amour des Lamia, les vampires femelles de la mythologie grecque ! Ils sont devenus des êtres disgracieux et dotés d'un appétit sexuel insatiable !... Et cet appétit, chevalier, se retrouve dans mon attaque, Uncurable Obsession, qui reproduit les effets dévastateurs de la soif exacerbée de chair des Hommes-Pantoufles chez mes adversaires ! Ceux qui sont frappés par Uncurable Obsession souffrent profondément à l'intérieur de leurs corps ! Voilà le sort qui t'attend, chevalier de la Licorne !"

Lévi avait beau encore souffrir de la technique de Rael, il était malgré tout parvenu à rester concentré sur le récit de la légende des Hommes-Pantoufles, un récit qui le conforta dans la première impression qu'il avait de son adversaire et des spectres d'Hadès en général :

"C'est... C'est bien ce que je pensais... Vous autres spectres d'Hadès n'êtes autres que des individus abjects et monstrueux, qui avez recours aux pires infamies pour terrasser vos adversaires ! Toi, qui joues avec les pulsions charnelles des hommes, tu incarnes parfaitement les forces démoniaques dirigées par Hadès !"

Le spectre de l'Homme-Pantoufle soupira bruyamment :

"Pff... Tu ferais mieux de cesser de dire des choses insensées, chevalier... Au cas où tu ne le saurais pas encore, les pires infamies sont châtiées en ces lieux, comme tu peux le voir ; ainsi, les plus grands meurtriers de tous les temps sont châtiés dans la mare de sang... Sa majesté Hadès n'incarne pas le péché, mais sa cure !"

"Tais-toi !!fulmina Lévi. Il... Il est temps que tu sois puni pour tes crimes, Rael ! Prends ça !... UNICORN GALLOP !"

Le chevalier de la Licorne bondit alors sur son adversaire, mais, alors qu'il se trouvait dans les airs, il sentit que quelque chose n'allait pas :

"Mais que... que m'arrive-t-il ?... Je n'arrive plus à cerner disctinctement l'endroit où Rael se trouve ! Comment... Comment est-ce possible ?"

Un violent coup de poing dans l'estomac l'interrompit dans ses réflexions et l'envoya au tapis, non loin de la rive de la mare de sang.



"Wings Of Peace !!"

"Vegetal Flames !!"

Emma et Bradshaw avaient tous deux poussé leurs cris d'attaque à peu près en même temps, mais Bradshaw étant un spectre céleste, il prit rapidement l'avantage sur son adversaire, qui fut envoyée plusieurs mètres en arrière. A terre, le corps couvert de brûlures et de démangeaisons, elle rampa quelques mètres au sol, l'esprit embrumé et les tympans martelés par les hurlements de souffrance des condamnés à la mare de sang, des hurlements qui furent rapidement étouffés par les éclats de rire du spectre de l'Ortie :

"Ha ! Ha ! Ha ! Tu te bats inutilement, ma jolie ! Pendant combien de temps vas-tu t'épuiser à m'attaquer avec cette technique ridicule ?"

La jeune fille toussota derrière son masque de porcelaine, puis répondit :

"Aussi... Aussi longtemps que cela sera nécessaire... Je... Je sais que je parviendrai à te vaincre, Bradshaw !"

"Qu'est-ce qui te fait dire ça ?"

"Le fait que je serve le Bien ! rétorqua Emma d'un ton fort déterminé; Comme les autres chevaliers sacrés d'Athéna, je me bats pour l'amour et la justice sur Terre ! Je me bats pour que le genre humain puisse continuer à vivre en paix, loin des ambitions dévastatrices d'Hadès ! Et je sais que nous parviendrons à nos fins, en raison des liens forts qui nous unissent !"

A ces mots, Bradshaw éclata de rire :

"Ha ! Ha ! Ha ! En raison des liens forts qui nous unissent... Qu'est-ce que ça serait, s'ils étaient faibles !"

"Pourquoi dis-tu ça ?"

"Ne me prends pas pour un imbécile, ma jolie, fit le spectre de l'Ortie en se léchant les lèvres de la même façon qu'un loup se lêcherait les babines face à sa proie. Je sais tout ! Moi, Faarooq et Rael, nous vous avons entendus vous disputer, toi, cette débauchée et ce chevalier de bronze ! Je sais que la relation contre-nature que tu as avec ce chevalier d'or est désapprouvée par la quasi-totalité des chevaliers sacrés qui vous accompagnent !... D'ailleurs, j'avoue que cela me surprend agréablement, car je croyais ces serviteurs d'une déesse qui cautionne les pécheurs plus stupides que ça..."

La jeune fille haussa les épaules, avant de répondre :

"J'en suis consciente, Bradshaw... J'ai vu la plupart de nos camarades nous lancer des regards noirs, à moi et à Eon... Mais je ne vois pas pourquoi je devrais prêter attention à ce mépris, cette hostilité... Peut-être suis-je naïve, Bradshaw, peut-être suis-je sotte en raison de mon jeune âge, mais quoi qu'il en soit, je continuerai à faire fi de ce que les autres pensent de l'amour que j'ai pour Eon... En particulier de ce que tu en penses, toi, Bradshaw !"

Un halo immaculé vint alors envelopper le chevalier de la Colombe, qui serrait les poings. Tandis que le spectre de l'étoile céleste de la brûlure se mit à tressaillir malgré lui, son adversaire lui dit :

"Pour le moment, Bradshaw, ma priorité, c'est de te vaincre ! Et je vais le faire dès maintenant !... Wings Of Peace !!"

Après avoir levé ses bras en l'air, Emma les replia, comme une colombe qui s'apprêtait à prendre son envol, et fit déferler sur Bradshaw une vague d'énergie d'un blanc pur. Le spectre de l'Ortie fut tout d'abord impressionné par cette attaque, qui semblait plus efficace que les précédentes, mais il se reprit rapidement et para le coup de justesse, à la grande déception du chevalier de la Colombe :

"Oh non !!"

Bradshaw sourit :

"Je t'avais pourtant dit que c'était inutile, ma jolie... Tu auras beau mettre toute ta puissance dans cette attaque désuète, jamais tu n'arriveras à me battre !... Par contre, il se peut que tu te fasses prendre à ton propre piège !"

"Comment ?!"

L'Acolyte Végétal intensifia sa cosmo-énergie, puis s'adressa à la jeune fille d'une voix forte :

"Voilà ce que je veux dire... Prends ça !!"

Et sans faire dans le détail, Bradshaw renvoya sur Emma sa propre technique. Le chevalier de bronze commença à s'affoler, de sorte qu'elle fût rapidement touchée par Wings Of Peace et envoyée dans les airs avant de retomber brutalement au tapis. Alors qu'elle semblait avoir le souffle coupé et des difficultés à bouger, son adversaire s'avança vers elle en se frottant les mains :

"J'espère que tu finiras par le comprendre, ma jolie... Tout ce en quoi tu crois ne sont que des chimères... L'amour envers cette perverse, la confiance en tes frères d'armes, en l'humanité... Tous tes idéaux finiront par se briser envers la réalité : la puissance de la force brute, la justice divine incarnée par sa majesté Hadès, la supériorité naturelle du mâle... Tout ceci est de mon côté, ma jolie, et m'aidera à avoir raison de toi !"

Bradshaw se mit à éclater d'un rire dément et glacial qui procura à Emma un désagréable frisson dans le dos, mais la jeune fille était encore trop affaiblie pour tenter de riposter...



Eon ne s'était pas encore retournée, mais la brusque montée de cosmo-énergie derrière elle ne laissait aucune place au doute : Faarooq avait survécu aux Royal Demon Roses. Se forçant à regarder la vérité en face, le chevalier des Poissons se retourna et aperçut son adversaire, qui tremblait sur ses deux jambes, mais se tenait debout. Son visage déjà à moitié défiguré était couvert de légères traces semblables à des piqûres de roses, mais le poison ne semblait avoir guère eu d'effet sur lui, au grand dam d'Eon :

"Non... Comment as-tu pu..."

"Sache que je ne puis me permettre de mourir aussi facilement, fût-ce sans douleur ! J'ai deux objectifs à accomplir : venger le cheikh Youssouf et mes compagnons que tu as assassinés et remplir mon devoir envers sa majesté Hadès !"

Le spectre de la Mandragore intensifia de nouveau sa cosmo-énergie, de sorte que la gardienne de la douzième maison du Zodiaque recula malgré elle, la peur au ventre. Faarooq éclata de rire :

"Ha ! Ha ! Ha ! L'on dirait que la peur recommence à s'emparer de toi... Dommage pour toi, perverse, car ce sont tes craintes qui finiront par causer ta perte !"

Il sauta dans les airs, et l'image d'un couperet menaçant réapparut derrière l'Acolyte Végétal, qui cria :

"BLOOD FLOWERS SCISSORS !!"

Il rata de peu sa cible, car Eon s'était déplacée de justesse sur le côté, mais cela ne l'avait pas empêchée de se faire toucher au bras gauche, qui fut mutilé par une sérieuse entaille. La jeune femme, le visage crispé par la douleur, posa un genou à terre, mais n'eut guère de répit, car Faarooq se hâta de la frapper au visage, ce qui la fit chuter à terre. Alors que du sang commençait à couler de son nez, elle marmonna :

"Espèce de lâche..."

"Tu n'avais qu'à ne pas être imprudente, perverse..."

"Arrête... ARRÊTE DE M'APPELER COMME çA !!"fulmina subitement le chevalier des Poissons.

Surpris par une telle colère, Faarooq leva légèrement les sourcils, mais ne sembla pas déconcerté le moins du monde.

"Contrairement... Contrairement à ce que ton maître, le cheikh Youssouf, a insinué il y a sept ans, je ne suis pas une perverse !! Je ne suis pas un animal !! Je suis un être humain !! Je suis un être humain, qui existe, pense, ressent et aime ! Et ce dernier verbe, Faarooq, tu n'en as jamais appris la signification ! Qui es-tu pour te permettre de me juger ainsi ?"

La voix de la jeune femme tremblait d'une colère froide, mais réelle, comme si elle rejetait à l'extérieur toute la rancoeur qu'elle avait accumulée depuis qu'elle avait pris conscience de ses penchants et due aux brimades qu'elle avait subies. Le visage du spectre de l'étoile céleste de la magie se crispa lentement, puis un affreux rictus y apparut et il répondit froidement :

"Je puis me permettre de te juger de la sorte, car je sais mieux que toi ce qui est juste et ce qui ne l'est pas. Je suis un mâle, serviteur de la justice, et je crois en un Dieu unique qui a estimé que tu avais fauté en te vautrant dans la débauche, d'abord avec ces deux femelles que j'ai égorgées, puis avec cette femme chevalier que Bradshaw ne tardera pas à éliminer. Alors qu'as-tu à répondre à ce sujet, perverse ?"

Eon se releva lentement, fronça les sourcils, puis fit face à Faarooq et lui dit avec un sourire mauvais :

"Si je n'étais pas aussi en colère contre toi, tu me ferais rire, Faarooq..."

"Comment ?!"

Le chevalier des Poissons soutint avec plus d'audace le regard de son adversaire, puis enchaîna :

"Tu me juges sans vergogne en raison de mon attirance pour les femmes et prétends agir au nom de Dieu, mais tu fais preuve d'une belle hypocrisie... Toi qui, il y a sept ans, suivais les règles d'une bande de musulmans fanatiques, tu sers aujourd'hui un dieu de la mythologie grecque, c'est à dire un dieu païen... Or, je me souviens de ce que disait Palomenos, le directeur de l'orphelinat de filles où j'avais rencontré Delphine et Anissa... Il s'insurgeait contre toutes les idoles et nous rappelait souvent qu'en islam, l'apostasie était punie de mort !... Tu me reproches mes penchants, Faarooq, et me traites de perverse, mais que devrais-je dire de toi ? Tu n'es qu'un sale hypocrite qui disait vouloir servir Allah, au même titre que le cheikh Youssouf et ses sbires, mais au final, tu as fini par renier ta foi pour servir Hadès ! Que diraient tes amis s'ils te voyaient aujourd'hui ? Je pense qu'ils seraient profondément déçus de voir que tu sers l'une des idoles qu'ils haïssaient tant et que tu as commis quelque chose qui est puni de mort selon leurs dogmes... Oui, Faarooq, tu es mal placé pour me donner des leçons, quand on voit que tu ne respectes même pas la religion à laquelle tu te dévouais aveuglément, il y a sept ans... Ce n'est pas à moi d'avoir honte de mes penchants, mais à toi pour ton hypocrisie !!..."

"çA SUFFIT !!!"

Durant le temps qu'elle avait parlé, Eon avait remarqué que le spectre de la Mandragore avait serré les poings de rage et que son visage s'était contorsionné nerveusement, mais cela ne l'avait pas perturbée. En revanche, le cri poussé par l'assassin de ses compagnes l'avait subitement privée de la parole ; tout au plus pensait-elle :

"Quelle... Quelle hargne dans sa voix... Il semble être plus haineux que jamais..."

Ce fut alors que Faarooq reprit :

"Plus jamais je ne recevrai de leçons d'une débauchée de ton espèce... Plus jamais je ne me ferai insulter de la sorte... Cette fois-ci, tu vas périr, perverse !"

Et, dans un laps de temps proche de la vitesse de la lumière, il asséna à la jeune femme un violent coup de poing en pleine mâchoire. Eon fut violemment projetée à terre, étourdie par le choc, du sang coulait de sa bouche. Le goût du sang soulevait le coeur du chevalier des Poissons, qui restait encore stupéfaite par la capacité de réaction de son adversaire :

"Quelle violence... Il... Il semble vraiment déterminé à me tuer cette fois-ci..."

Soudain, elle poussa un gémissement de douleur à la suite d'un coup décroché en pleine poitrine, alors qu'elle se trouvait encore à terre. L'auteur du coup était bien évidemment Faarooq, dont les yeux étaient devenus injectés de sang, un regard qui fit trembler Eon, recroquevillée sur elle-même. Nullement attendri par la détresse de la jeune femme, le spectre de l'étoile céleste de la magie s'acharna subitement sur elle et lui porta plusieurs coups de pied au visage et sur le corps, tout en extériorisant sa haine :

"CREVE, SALE CHIENNE !! CREVE !! CREVE !! CREVE !!"

************

Le royaume de Skygard

Le regard tendu, mais déterminé, Christian fixait attentivement tous ceux qui se trouvaient en face de lui : les trois Skygardiens rescapés du massacre, Danlandsen du Hersir et les soldats-squelettes qui l'accompagnaient. Leyfamir fut particulièrement intrigué par cette intervention providentielle :

"Cet homme... Il se dégage de lui une sérénité semblable à nulle autre pareille... Voilà donc l'un de ces fameux chevaliers sacrés d'Athéna..."

De son côté, Danlandsen, bien qu'il fût impressionné par l'arrivée du chevalier du Verseau, n'en laissa rien paraître et lâcha :

"Tiens donc... Un chevalier d'or... Que viens-tu faire par ici ?"

La réponse de Christian fut sans détour :

"Je suis venu vous éliminer et je n'aurai aucune hésitation à le faire. Encore moins après ce que vous vous apprêtiez à commettre..."

Le spectre du Hersir pouffa de rire :

"Pff... Au cas où tu ne l'aurais pas encore vu, nous avons déjà largement fait le ménage, chevalier d'or... Mais puisque tu sembles aussi déterminé à nous tuer, nous allons te rendre la pareille !"

"Bien parlé ! approuva l'un des soldats-squelettes. Et nous allons nous en charger dès maintenant !"

"Attendez !..."lança Danlandsen.

Mais les sentinelles, trop excitées, ne l'écoutèrent pas, et se jetèrent vers le gardien de la onzième maison du Zodiaque, qui intensifia rapidement son cosmos :

"Inconscients que vous êtes... PAR LA POUSSIERE DE DIAMANT !!"

Ni Danlandsen, ni les trois Skygardiens survivants ne virent précisément ce qui se passa devant leurs yeux ; ils purent tout au plus constater le résultat rapide de l'attaque de Christian : en seulement cinq secondes, les soldats-squelettes avaient cédé la place à de multiples morceaux de glace. Davol lui-même n'en revenait pas :

"C'est incroyable... Il a pulvérisé ces guerriers en quelques secondes... Quel formidable pouvoir ont les chevaliers d'Athéna... Et dire qu'Harald refuse de s'allier avec eux..."

Le chevalier du Verseau s'adressa alors au spectre de l'étoile céleste de l'héroïsme en ces termes :

"Tes subalternes, spectre d'Hadès, n'ont rien pu faire contre moi... Et je crains que tu ne subisses le même sort qu'eux..."

Danlandsen laissa échapper une bruyante exclamation :

"HA ! Vaincre des sentinelles du Meikai est une chose, vaincre des spectres d'Hadès en est une autre ! Moi, Danlandsen du Hersir, spectre de l'étoile céleste de l'héroïsme, je saurai venir à bout de toi... grâce à ceci !"

Il leva sa gigantesque hache au-dessus de sa tête et la fit briller de mille feux. Face à l'étonnement du chevalier d'or, Danlandsen lui donna plus de précisions sur son arme :

"Ma hache est invincible et indestructible, elle n'a pas épargné les Skygardiens qui gisent en ce moment même sur le sol enneigé de leur patrie ! Et elle ne t'épargnera pas non plus, chevalier d'or !"

Le spectre du Hersir bondit alors sur Christian et poussa son cri d'attaque :

"BRAVE NEW AX !!"

Davol, Leyfamir et Brolin frémirent presque simultanément en voyant l'arme de Danlandsen fondre sur la tête du chevalier du Verseau : pour eux, il ne faisait aucun doute que leur sauveur n'allait pas tarder à avoir le crâne fendu en deux. Mais au dernier moment, Christian empoigna à deux mains l'arme de son adversaire, et celle-ci se couvrit petit à petit de cristaux de glace, jusqu'à devenir totalement inoffensive, au grand dam de son possesseur :

"Non ! Ce n'est pas vrai ! Tu... Tu as réussi à freiner ma hache, pourtant invincible ! Serais-tu doté de pouvoirs divins ?"

Le chevalier d'or répondit d'un ton détaché :

"Nullement... Si cela peut te consoler, le pouvoir de ta hache est vraiment extraordinaire, et en temps normal, je ne m'en serais certainement pas tiré indemne... Seulement voilà, il y a plusieurs heures, j'ai eu à affronter un autre spectre, Androgée du Minotaure, qui combattait avec une hache très puissante contenue dans son bras... J'ai dû affronter cette hache et, alors que tout semblait perdu, j'ai utilisé le froid que je contrôle pour la geler et la rendre inefficace ! Bien que ta hache soit une arme extérieure à ton corps, elle fonctionne sur le même principe que la Grand Ax Crusher du spectre du Minotaure ! Par conséquent, je me suis servi de l'expérience que j'avais acquise pour maîtriser ton arme et la défaire !"

Les trois Skygardiens étaient étonnés par le sang-froid et la sagesse de Christian, qui restait fort placide face à un Danlandsen qui commençait à craindre pour sa vie. Et il avait de bonnes raisons de s'inquiéter: sa hache gelée à très basse température commençait à craqueler sous l'effet du froid, puis des fissures se mirent à la parcourir, avant qu'elle n'explosât tout à fait.

"Oh non !!"gémit presque le spectre de l'étoile céleste de l'héroïsme en voyant que son arme avait été détruite.

De son côté, Christian avait bondi en arrière et regardait son adversaire de façon presque négligente, comme s'il n'existait pas pour lui. Danlandsen était furieux :

"Chevalier d'or, je... je vais te faire regretter d'avoir détruit ma hache !"

"J'espère pour toi que cela n'était pas ta seule arme, spectre d'Hadès..."

A ces mots, Danlandsen se figea sur place, comme si le chevalier du Verseau lui avait fait une remarque blessante. Mais en fait, le spectre du Hersir savait pertinemment que, à présent que sa hache avait été détruite, il ne pourrait plus rien faire contre son adversaire, qui sembla indifférent à son sort ; Christian dit à Danlandsen, tandis que ses deux bras s'étaient regroupés et avaient pris la forme d'une jarre :

"Il faut croire que, démuni de ta hache, tu ne peux plus rien faire contre moi... Peu importe, je ne m'apitoierai point sur le sort d'un serviteur de l'Empereur des Ténèbres... PAR L'EXECUTION DE L'AURORE !!"

Les trois Skygardiens, stupéfaits, virent une lumière aveuglante et glaciale jaillir des bras de Christian et foudroyer sur place un Danlandsen qui n'avait pas songé à fuir, tant la démonstration de force du gardien de la onzième maison du Zodiaque l'avait désemparé. Le corps du spectre de l'étoile céleste de l'héroïsme voltigea dans les airs, puis retomba, à moitié gelé, près des trois Skygardiens qui firent un bond en arrière. Cependant, tous étaient ravis de la tournure qu'avaient prise les événements, particulièrement un Davol épuisé par la tension nerveuse :

"C'est... C'est bien... Les... Les chevaliers d'Athéna pourront... pourront nous aider à... vaincre les sbires d'Hadès..."

Il tomba alors inconscient dans les bras de Brolin. De son côté, Leyfamir, qui partageait la vision d'Harald sur les combattants de la déesse Athéna, s'attendait à ce que Christian leur tournât le dos et partît rechercher d'autres spectres d'Hadès à abattre de sang-froid. Cependant, le chevalier du Verseau, bien qu'ayant toujours son regard sérieux, s'avança lentement vers les Skygardiens, puis leur demanda :

"Êtes-vous des natifs de Skygard ?"

Interloqué, Leyfamir sauta sur place et bafouilla :

"Oui... Oui, c'est la vérité..."

Ce fut alors que Brolin, qui tenait Davol dans ses bras, dit au vicomte :

"Monseigneur ! Davol... Davol est inconscient et souffrant ! Il faut le sauver au plus vite !"

Leyfamir soupira :

"Malheureusement, nous nous sommes trop éloignés du camp... Et le temps que nous y arrivions, Davol sera..."

"Chevalier du Verseau ?"

Les Skygardiens et Christian lui-même tournèrent la tête et aperçurent un autre chevalier sacré à la couleur de peau foncée, ce qui surprit Leyfamir :

"Mais que... Qui est cet individu à la peau presque aussi foncée que les surplis d'Hadès ?"

Omar de Persée, car c'était bien lui, rétorqua en fronçant les sourcils :

"Pour votre gouverne, vieillard, je viens de la péninsule arabique, entre l'Afrique et les Indes... Et encore, je me demande pourquoi je vous fais ces précisions, car je doute fort que vous soyez une seule fois sorti de votre trou perdu !"

"Comment osez-vous ?"s'indigna le vicomte.

Christian se hâta de jouer l'apaisement :

"Nous nous occuperons de tout ceci plus tard... Que t'est-il arrivé, Omar ?"

"Bien des choses, répondit le chevalier de Persée... Je t'expliquerai tout ceci dans un endroit plus calme... Par exemple, la cabane qui est à quelques lieues d'ici et près de laquelle je suis passé..."

Leyfamir sauta sur l'occasion :

"C'est une excellente idée ! Nous pourrons y soigner Davol ! Pouvez-vous nous y conduire ?"demanda-t-il à Omar.

Ce dernier sourit narquoisement :

"C'est étrange comme vous avez changé d'attitude à mon égard en moins d'une minute... Mais puisque vous semblez plus compréhensif en apparence, je ne me ferai pas prier..."

Christian prit alors le corps évanoui de Davol des bras de Brolin et partit aux côtés du disciple de Bosching, tandis que les deux natifs de Skygard les suivaient.

************

Le révérend Trevor ne tarda pas à demander :

"John... Je voudrais m'assurer d'une chose... Etait-ce là la première rencontre entre les habitants de Skygard et les chevaliers d'Athéna ?"

"En effet, révérend... Les chevaliers sacrés savaient pertinemment que les natifs de Skygard étaient en danger, mais cette rencontre était un pur hasard... Non, révérend, c'était un signe du Destin."

"Que voulez-vous dire, John ?"fit Trevor, intrigué.

Le jeune homme répondit après s'être tu durant deux secondes :

"J'y viendrai en temps voulu, révérend... Mais pour l'heure, je vais revenir sur le front des Enfers, notamment dans la cinquième prison..."

************

La cinquième prison

Néhémie et Parker étaient fermement concentrés l'un sur l'autre, tous deux étaient prêts à frapper, mais chacun attendait que son adversaire baissât sa garde. Le spectre du Labyrinthe toussota brièvement, puis lâcha :

"Chevalier, en fin de compte, je crois que tu n'es pas de taille contre moi ! Puisque je ne récolterais aucune gloire à vaincre un adversaire qui m'est inférieur, je pense qu'il vaut mieux que je ne te voie plus sur mon chemin !"

"Comment ?"

Tout à coup, le halo grisâtre autour de Parker prit une forme tordue, comme s'il semblait être hors de l'espace et du temps. Le disciple de Christian comprit ce qui allait arriver :

"Oh non, murmura-t-il... Il va déclencher..."

"LOST DIMENSION !!"

Un tourbillon sombre fondit à une vitesse prodigieuse sur un Néhémie abasourdi à court terme, mais qui garda de justesse son sang-froid :

"Je n'ai plus le choix... Par la Muraille Arctique !!"

"COMMENT ?"

Sous le regard médusé du spectre du Labyrinthe, une barrière de glace se dressa devant le chevalier de la Coupe et le protégea de Lost Dimension au dernier moment. Plus encore, elle renvoya l'attaque sur son expéditeur, à la grande satisfaction de Néhémie :

"Et voilà le travail ! Tu erreras sans fin dans une dimension inconnue ! Ce sera ton châtiment pour avoir piégé Athéna...!"

Tout à coup, il sentit une brutale douleur à l'omoplate gauche, de sorte qu'il s'effondra au sol, tandis que la Muraille Arctique se dissipait. Le chevalier d'argent, trop souffrant pour pouvoir se relever immédiatement, n'en revenait pas :

"Je... Je ne comprends pas... Que s'est-il passé..."

"C'est fort simple, chevalier : je ne me suis pas fait avoir deux fois !"

"Comment ?!"

Néhémie regarda son adversaire d'un air éberlué, avant de reprendre :

"Comment... C'est impossible... C'est... C'est la première fois que je fais usage de la Muraille Arctique contre toi !"

"Certes, mais malheureusement pour toi, ce n'est pas la première fois que je fais face à ce type de défense... Dans la quatrième prison, ton ami, le chevalier du Bélier, a évité d'être emporté par Lost Dimension en recourant à une technique défensive nommée Crystal Wall... Une technique fort efficace, puisqu'elle a contré mon attaque et a manqué de m'expédier dans ma propre dimension parallèle !"

Bien que le disciple de Christian sût désormais comment Shion avait évité de subir le même sort que les autres chevaliers dans la mare obscure, il n'était pas rassuré pour autant :

"Mais... Comment as-tu pu échapper à ma..."

"Tout simplement grâce à l'expérience engrangée face au chevalier du Bélier... J'ai constaté que son mur renvoyait les attaques frontales, mais pas latérales ! Aussi, comme le temps qu'a mis ton mur de défense à se constituer était suffisant pour moi, j'ai, après avoir déclenché Lost Dimension, bondi sur tes flancs, sauté par-dessus toi et t'ai frappé par derrière !"

Néhémie empoigna inconsciemment des poignées de terre, tant il n'en revenait pas de la façon dont Parker avait réussi à le duper, et se mit à penser :

"Quel... Quel adversaire redoutable... Il est aussi intelligent que puissant... C'est peut-être, les trois Juges des Enfers mis à part, l'un des plus puissants guerriers de l'armée d'Hadès... Maître Christian a eu beau me dire de garder mon sang-froid en permanence, je commence à désespérer..."

Le spectre du Labyrinthe, qui semblait avoir perçu les états d'âme du chevalier de la Coupe, l'interpella d'une voix railleuse :

"Eh bien, chevalier, as-tu décidé de déposer les armes ?"

Néhémie, malgré sa douleur au dos, se releva péniblement en rétorquant :

"Jamais... Jamais je ne déposerai les armes devant l'ennemi, fût-il aussi puissant que toi, Parker... Même... Même mort, je continuerai ce combat !"



Marina, inflexible, regardait son ancien fiancé à terre, qui avait bien du mal à se remettre des séquelles du Lamia's Tearing. Mais plus encore, Bosching était fort perturbé par les propos de son adversaire :

"Est-ce que... Est-ce que Marina dirait vrai ? Suis-je vraiment le Mal incarné ? Peut-être n'a-t-elle pas tort, en fin de compte... Après tout, je l'ai déshonorée, ai fait son malheur et suis responsable de la mort de sa soeur... Devrais-je... Devrais-je vraiment périr pour expier mes fautes ?"

Tout à coup, il se produisit un étrange phénomène qui surprit même le spectre des Lamia : l'armure d'or des Gémeaux se mit à clignoter intensément, sortant presque son possesseur de la torpeur dans laquelle il se trouvait. Si Marina fut fort intriguée par ce qui se passait sous ses yeux, en revanche, son ancien fiancé se souvint de la signification de ce phénomène :

"Cette lueur... Je m'en rappelle... C'était lorsque j'avais gagné mon armure d'or, il y a plusieurs années... Le Grand Pope m'avait alors dit que je devais en être digne à tout prix... Faute de quoi, mon armure, qui est une entité vivante, pourrait scintiller pour manifester son mécontentement à mon égard, signe qu'elle pourrait me quitter quand elle le voudrait ! Mais alors..."

Un éclair sembla traverser l'esprit du gardien de la troisième maison du Zodiaque, qui se releva lentement en disant à voix haute :

"Alors, cela voudrait dire que mon armure est mécontente de mon attitude actuelle ! Je... Je ne suis pas le Mal incarné, je sers bel et bien la justice !"

Alors que Marina ne comprenait plus grand-chose à ce qui se passait devant elle, le chevalier des Gémeaux lui dit :

"Marina... Bien que je comprenne ta colère, le mécontentement de mon armure m'a fait prendre conscience de mon égarement ! Tu n'es plus ma fiancée, Marina, mais mon ennemie ! Aussi, je me dois de t'exécuter, à moins que tu ne réfléchisses à tes actes et renonces à servir Hadès !"

Mais le spectre des Lamia répondit sur un ton inflexible :

"Je te l'ai déjà dit, Bosching : je ne me rendrai pas à ton avis ! C'est toi qui ferais mieux de déposer les armes et périr pour expier tes fautes !"

"çA SUFFIT !! hurla le chevalier d'or d'un ton qui trahissait son malaise persistant. Marina, je... je vais t'abattre, car tel... tel est mon devoir de chevalier !"

Il se mit à intensifier son cosmos d'une manière d'autant plus remarquable qu'il n'avait jamais vraiment montré ses capacités dans ce combat. Marina, qui semblait pour la première fois soucieuse, jugea qu'il était préférable de ne pas laisser son ancien fiancé prendre les devants et intensifia sa cosmo-énergie à son tour. Ce fut alors que Bosching sentit que le moment était venu d'attaquer :

"Prépare-toi, Marina !... GALAXIAN EXPLOSION !!"

La jeune fille cria à son tour :

"LAMIA'S TEARING !!"

Les deux attaques partirent à des vitesses pratiquement similaires et foncèrent sur leurs cibles respectives. Mais, alors que l'on aurait pu croire qu'elles entreraient en contact et généreraient une explosion terrible dans la cinquième prison, celle de Bosching se dissipa subitement, ce qui laissa le champ libre au Lamia's Tearing de Marina qui fonça sur un chevalier des Gémeaux qui ne réagissait plus et fut pris au piège à nouveau. Bosching hurla de douleur pendant une dizaine de secondes et retomba encore plus mal en point qu'auparavant : son armure avait été fissurée au niveau du plastron et des épaules et du sang coulait par-dessus sa protection. Le gardien de la troisième maison du Zodiaque, qui se trouvait adossé à un rocher, regardait d'un air épouvanté son ancienne fiancée, qui lui dit d'un air mécontent :

"Imbécile ! Pourquoi as-tu retenu tes coups au dernier moment ?... Ne me dis quand même pas que tu as eu pitié de moi !"

Les lèvres tremblantes de Bosching s'immobilisèrent alors, car il préférait ne pas répondre au spectre des Lamia. Cette dernière, hors d'elle, serra les poings, avant de lâcher :

"Bosching... Non seulement j'ai honte de t'avoir eu comme promis, mais j'ai désormais honte de t'avoir comme adversaire ! Puisqu'il en est ainsi, je vais en finir avec toi !"

Une boule d'énergie apparut dans sa main gauche et elle la tendit lentement vers le chevalier des Gémeaux, qui demeurait impassible :

"Bosching, le moment est venu pour toi de payer ton crime ! Recommande ton âme à..."

"Chevalier des Gémeaux !!!"

Surprise, Marina se retourna et vit Néhémie qui avançait lentement, en raison de ses blessures, vers le chevalier d'or. Outrée, la jeune fille lâcha :

"Que fais-tu ici, chevalier ?"

Tout à coup, Parker intervint :

"Laisse-le, Marina... Il serait mieux de contempler le désarroi et l'infortune de ces deux chevaliers d'Athéna qui ne le sont que de nom..."



Marina recula alors de quelques pas en arrière et laissa Néhémie accourir vers Bosching. Quand il fut près de ce dernier, il lui avec une voix pleine d'incompréhension :

"Chevalier des Gémeaux, que t'arrive-t-il ? Cela ne te ressemble pas de te faire battre de la sorte... Cette femelle serait-elle aussi puissante que toi ?"

Confus, le chevalier d'or répondit :

"Je... Je ne peux pas la tuer..."

"Mais pourquoi donc ?"fit le chevalier de la Coupe en ouvrant grand la bouche.

Bosching s'expliqua rapidement et apprit au disciple de Christian son passé houleux, sa honte, sa douleur et sa tristesse de voir que celle qu'il aimait toujours était devenue son ennemie. Mais alors que le gardien de la troisième maison du Zodiaque s'attendait à ce que Néhémie fasse montre de compassion envers lui, ce dernier rétorqua :

"Et alors, chevalier des Gémeaux ? Tout cela s'est passé il y a huit ans ! A présent, cette femelle n'est plus ta fiancée, mais ton ennemie ! Tu dois la tuer !"

"Je ne peux pas, répéta Bosching d'une voix tremblante... Comment pourrais-je faire du mal à celle que j'aime encore et que j'ai tant fait souffrir ?"

"Parce que tu es un chevalier d'Athéna, tu es même le serviteur le plus impitoyable de sa chevalerie !... Ou bien tout ceci n'était que de la poudre que tu nous lançais aux yeux, chevalier des Gémeaux ?"

"Non, fit Bosching en secouant la tête. Mais essaie de me comprendre, Néhémie : que ferais-tu si ton adversaire était la personne que tu as aimée et que tu aimes toujours ?"

A la question du chevalier d'or, le chevalier d'argent répondit par d'autres questions :

"Que dirait Athéna, qui est en ce moment prisonnière de la dimension parallèle créée par Parker, mon adversaire ? Que penserait-elle d'un chevalier, implacable envers le Mal en apparence, mais qui agit comme une fillette quand il est incapable de faire fi de ses sentiments personnels ? Tu dois rester impassible face à l'ennemi, quel qu'il soit, et ne jamais perdre ton sang-froid ! Je ne suis peut-être que chevalier d'argent, chevalier des Gémeaux, mais je connais au moins les sages préceptes de maître Christian, qui fait partie de tes amis !"

Serrant les dents, Bosching répondit :

"Je ne peux pas faire du mal à Marina, après tout, c'est de ma faute si elle en est arrivée là... Néhémie, comme tu l'as dit, tu n'es que chevalier d'argent et je suis chevalier d'or, alors prends garde à ce que tu dis !"

Mais Néhémie ne se laissa pas intimider, bien au contraire : le regard sévère, il fixa attentivement le gardien de la troisième maison du Zodiaque et lui dit d'un trait :

"Tu n'es chevalier d'or que parce que tu portes ton armure sur le dos, tout comme cette perverse d'Eon... En ce moment, chevalier des Gémeaux, je te regarde et je ne saurais dire qui de toi ou d'elle fait le plus honte à la chevalerie d'Athéna !"

Ces derniers mots furent particulièrement durs à entendre pour Bosching, qui avait le plus grand mal à se voir rabaisser au même niveau qu'un chevalier qu'il méprisait cordialement ; il se mit à trembler tout le long de son corps, hoqueta à deux reprises, avant de prendre son visage entre ses mains et de se mettre à pleurer bruyamment. Marina resta de marbre face au désespoir de son ancien fiancé, tandis que Parker riait en se tenant les côtes :

"Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! C'est à mourir de rire ! Le chevalier d'or des Gémeaux qui pleure comme une fille ! S'il est vraiment le membre le plus implacable de la chevalerie d'Athéna, que doit-on dire des autres?..."

Ce fut alors que le chevalier de la Coupe l'interpella :

"Parker, je te rappelle que notre combat n'est pas encore terminé ! Le chevalier des Gémeaux ne se comporte peut-être pas comme un chevalier sacré digne de ce nom, mais moi, je saurai rester impassible face à toi et finirai par te vaincre !"

De nouveau, une aura blanche vint entourer Néhémie, qui fixait son adversaire d'un regard plus déterminé que jamais. Il intensifia son cosmos d'une manière plus considérable qu'auparavant, quand Parker lui demanda :

"Que comptes-tu faire, chevalier ?"

"Parker, comme je te l'ai dit, je suis déterminé à te vaincre ! Mais puisque la Poussière de Diamant n'a eu aucun effet sur toi, je vais devoir recourir à mon attaque la plus puissante !... PAR LE TONNERRE DE L'AUBE !!"

Une vague de froid intense jaillit des poings du disciple de Christian et fila droit sur le spectre du Labyrinthe qui, pour la première fois de son combat, commença sérieusement à s'inquiéter :

"Son attaque est bien plus puissante que la précédente... Je dois réagir au plus vite !"

Un halo grisâtre vint le recouvrir et il cria de nouveau :

"LOST DIMENSION !!"

"Comment ?"

A sa grande surprise, Néhémie vit apparaître un trou noir dans la paume de Parker. Le Tonnerre de l'Aube, au lieu d'atteindre sa cible, atterrit à l'intérieur du trou noir et disparut vers une dimension parallèle. Celle-ci se referma au bout de dix secondes, puis Parker éclata d'un rire qui glaça le sang d'un chevalier de la Coupe aux abois :

"Miséricorde !... Il... Il a utilisé Lost Dimension pour éviter d'être atteint par mon attaque ! Mais... Mais si je comprends bien, j'aurai beau attaquer à chaque fois, il pourra sans cesse faire disparaître mes coups ! Mais alors..."

De son côté, Parker avait fini de rire, mais n'avait pas perdu pour autant sa bonne humeur, comme en témoignèrent ses paroles :

"Alors, chevalier, que dis-tu de ça ?"

Néhémie, trop angoissé, ne put répondre, à la grande satisfaction de son adversaire :

"Je crois que tu as fini par comprendre... Toutes tes tentatives seront vouées à l'échec, tu ne peux rivaliser avec moi, chevalier !... Il est temps pour toi de rendre l'âme !"

Aussitôt, Parker intensifia sa cosmo-énergie. Le sol de la cinquième prison se mit de nouveau à trembler, tandis que le cosmos du spectre semblait plus intense que jamais. Tandis que Néhémie se mettait à envisager le pire, son adversaire lui lança :

"Chevalier d'Athéna, recommande bien ton âme à Dieu !... CHAOTIC ANIHILATION !!"

Un grondement sourd se fit entendre, puis la même lueur terrifiante partit des poings du spectre du Labyrinthe. Saisi à temps par un réflexe de survie, le chevalier d'argent cria :

"Par la Muraille Arctique !!"

Une barrière de glace pure se forma juste devant le disciple de Christian, qui espérait tenir bon. Mais quand il vit la lueur se rapprocher de lui, il entendit simultanément un craquement semblable à un crissement, avant qu'une grande explosion n'eût lieu. Néhémie poussa un hurlement terrible, puis fut projeté en arrière au milieu de dizaines de copeaux de glace ; la Chaotic Anihilation n'avait nullement été incommodée par la Muraille Arctique du chevalier d'argent.

************

La sixième prison

Alors que les gémissements des noyés de la mare de sang se faisaient de plus en plus oppressants, Lévi avait bien du mal à réaliser son nouvel échec face à Rael :

"Ce n'est pas vrai... Alors que j'étais sur le point de lui porter un coup décisif, j'ai perdu mes forces ! Comment se fait-il que...?"

"C'est pourtant simple, chevalier ! intervint le spectre de l'Homme-Pantoufle. Toutes tes pulsions refoulées s'agitent dans ton corps, suite à l'attaque Uncurable Obsession ! Tu es donc tiraillé par tes pulsions, et cela rejaillit négativement sur ta force ! Et comme celle-ci n'était déjà pas bien grande au départ, je crains que ce combat ne se termine par ta mort !"

Malgré sa douleur, le chevalier de la Licorne se releva lentement, avant d'interpeller son adversaire :

"Espèce de monstre... L'on reconnaît bien là la marque de fabrique des serviteurs d'Hadès ! Des guerriers sans scrupules, prêts à tout pour tuer leurs ennemis, dépourvus du sens de l'honneur qu'ont les chevaliers d'Athéna !"

Contre toute attente, Rael ne s'offusqua pas des paroles de son adversaire. Au contraire, il répondit en souriant :

"Détrompe-toi, chevalier, détrompe-toi... Nous avons bien plus de points en commun que tu ne le penses..."

"COMMENT OSES-TU ?"fulmina le descendant du troisième fils de Jacob.

Le sourire du spectre de l'Homme-Pantoufle s'élargit un peu plus, puis il répondit :

"Je connais la relation infâme des deux femelles qui t'accompagnent, chevalier... Tu sais que ces penchants sont honnis par nous, les spectres d'Hadès, ainsi que par sa majesté elle-même ! Ceux et celles qui se sont rendus coupables d'une telle débauche, notamment durant toute la période de l'Antiquité, se trouvent aujourd'hui dans la troisième vallée, celle réservée aux coupables de péchés de luxure et de débauche ! C'est étrange, chevalier... Tu te bats contre nous, mais quoi que tu en dises, nous avons beaucoup de choses en commun..."

La colère laissa place à la perplexité chez Lévi, qui demanda d'une voix mal assurée :

"Je ne vois pas où tu veux en venir..."

"J'ai pourtant été fort explicite, chevalier : toi et moi avons en commun cette horreur des relations contre nature, et pourtant nous nous battons... Tu te bats aux côtés de ces pécheresses, mais tu gagnerais fort à suivre ton intuition... Réfléchis bien, chevalier.... ou tu te remets en question et te montres digne de ta réputation, ou tu persistes dans ta bêtise et cela te coûtera cher..."

Le chevalier de la Licorne, en entendant la voix apaisée de Rael, commença à se poser des questions sur son comportement ; un conflit jaillit dans sa tête :

"Non... Cela voudrait-il dire que je suis dans l'erreur... Je hais ces pécheresses que sont le chevalier des Poissons et sa compagne, mais je me bats à leurs côtés contre des adversaires qui sont pourtant aussi censés que moi !... Me suis-je trompé de chemin ? Après tout, Athéna, même si elle semble l'ignorer, a admis que deux débauchées combattent dans ses rangs, tandis qu'Hadès exècre ces vices... Je me demande si..."

Tout à coup, le visage de Lévi se crispa d'horreur, puis il lâcha d'une voix haute :

"Mon Dieu !! Mais où avais-je la tête ?"

Rael répliqua aussitôt :

"Eh bien, chevalier de la Licorne, aurais-tu enfin compris de quel côté se trouvait la voie droite ?"

Le chevalier de bronze releva brusquement la tête, puis répondit d'un ton enthousiaste :

"En effet, Rael... Elle se trouve du côté des chevaliers sacrés d'Athéna !"

Le spectre de l'Homme-Pantoufle, stupéfait par une telle réponse, laissa échapper :

"Que me chantes-tu là ? Tu continues à soutenir Athéna, qui se fiche de savoir si, oui ou non, ses chevaliers sont des pécheurs, contrairement à sa majesté Hadès ?"

Lévi répondit du tac au tac :

"Peut-être, mais je n'oublie pas que la quasi-totalité des chevaliers ont assez de jugeote pour voir l'infamie que constitue la relation de ces deux perverses ! Mais surtout, en tant que croyant en la loi de l'Eternel, je n'ai point oublié le premier de tous les commandements divins : Tu n'auras d'autre Dieu que l'Eternel, ton Dieu ! Et si Athéna a été envoyée sur Terre par l'Eternel, Hadès, en revanche, n'est qu'une vulgaire icône qui mérite d'être anéantie ! Je ne puis accorder la moindre valeur au jugement d'une idole ! Je suis Lévi, descendant du troisième fils de Jacob, dont la tribu a, dans le désert, massacré les Israélites qui avaient commis la faute d'avoir adoré le veau d'or fabriqué par Aaron !... En d'autres termes, Rael, il n'est point question que je me mette au service d'un faux dieu et il est de mon devoir de mettre un terme à ton existence !"

Dès que Lévi eut fini de s'expliquer, Rael poussa un profond soupir :

"Pff... Ta faiblesse n'a d'égale que ta bêtise, chevalier... Tant pis pour toi, je vais devoir t'éliminer !"

"N'y compte pas, Rael ! rétorqua le chevalier de la Licorne qui avait commencé à concentrer son cosmos. C'est moi qui te porterai le coup fatal !... UNICORN GALLOP !!"

Il bondit aussitôt sur le spectre de l'étoile terrestre obsédée, mais ce dernier soupira :

"C'est inutile, chevalier !... UNCURABLE OBSESSION !"

En un éclair, Rael esquiva l'attaque de Lévi et lui porta une nouvelle fois Uncurable Obsession, occasionnant de nouvelles souffrances à son adversaire, qui retomba encore plus près de la rive de la mare de sang...



"CREVE, SALE CHIENNE !! CREVE !! CREVE !! CREVE !!"

Faarooq semblait avoir complètement perdu la raison : il s'acharnait sur Eon à en perdre haleine, de grosses gouttes de sueur tombaient sur son visage, mais le spectre de la Mandragore semblait avoir oublié toute idée de fatigue. Alors qu'il avait enfoncé à lui seul le plastron de l'armure des Poissons et qu'il avait à moitié cassé le nez de son adversaire, il fut interpellé par Bradshaw :

"Faarooq ? Qu'est-ce qui te prend ?!"

Le spectre de l'Ortie, qui venait d'envoyer Emma au tapis, regardait son acolyte avec incompréhension. Alors que Faarooq le toisait d'un air de défi, Bradshaw enchaîna :

"Faarooq, ce que tu fais là n'est pas sérieux ! Nous avons pour but de tuer nos adversaires, pas de les torturer !"

L'ancien serviteur du cheikh Youssouf rétorqua aussitôt :

"Bradshaw, au cas où tu l'aurais oublié, nous avons affaire à deux dégénérées de la pire espèce ! Nous devons avant tout les faire souffrir pour ce qu'elles ont commis entre elles (un rictus dégoûté apparut sur le visage de Faarooq) ! En tout cas, en ce qui me concerne, je vais m'arranger pour faire souffrir cette débauchée... Cette débauchée doublée d'une meurtrière ! Je la torturerai longuement, et autant qu'il me le plaira, même si elle me suppliait de l'achever !"

Pendant un moment, Bradshaw crut entendre quelqu'un qu'il n'avait jamais connu et qui était celui que Faarooq était avant que l'étoile céleste de la magie ne s'éveillât en lui : un musulman fanatique, voué à la doctrine rigoriste prônée par Ibn Abd al-Wahhab, et qui avait, un soir, commis un double meurtre sanglant. Fort troublé, l'Acolyte Végétal s'adressa d'une voix mal assurée à son compagnon :

"Mais, Faarooq..."

"Faarooq a raison, Bradshaw..."

Le spectre de l'Ortie s'interrompit sur place et ouvrit grand la bouche. De son côté, son frère d'armes avait lui aussi reconnu la voix de celui qui lui avait également parlé :

"Est-ce vous, seigneur Minos ?"

"Lui-même... Bradshaw, Faarooq a raison d'agir de la sorte... La mort serait bien trop douce pour ces deux perverses... Aussi, je vous ordonne de les faire souffrir longuement, de les torturer dans leurs chairs et dans leurs esprits... Je veux, avant qu'elles ne rendent leur dernier soupir, qu'elles soient au-delà de la mort, que la mort leur soit douce en comparaison de ce qu'elles auront subi de votre part... Qu'elles apprennent ce qu'il en coûte de s'engager dans une relation dépravée que sa majesté Hadès hait ! Qu'elles souffrent, c'est un ordre !"

En entendant les paroles du Juge des Enfers, Faarooq s'était frotté les mains et se léchait en ce moment les lèvres, tel un loup prêt à tuer sa proie inoffensive. De son côté, Bradshaw avait mis un peu de temps à réaliser les ordres de Minos, mais quand il les eut compris, il se tourna vers une Emma inconsciente et un sourire large apparut sur ses lèvres, alors qu'il pensait :

"Oui... Je sais comment procéder pour exécuter la volonté du seigneur Minos... Je veux que, dans son corps, elle soit possédée par ma virilité, qu'elle connaisse la supériorité naturelle du mâle dans son être, que mon action la châtie pour s'être vautrée dans la lubricité, et..."

"Je te l'interdis, Bradshaw !!!"

La voix du Juge des Enfers était si forte que le spectre de l'Ortie bondit sur place et mit quelques secondes avant de reprendre ses esprits et de s'adresser à son supérieur par télépathie :

"Mais, seigneur Minos... Ce serait là un excellent moyen de faire comprendre à cette perverse son erreur et la supériorité du mâle..."

"Coucherais-tu avec des bêtes, Bradshaw ?"

Indigné, celui-ci répondit tout haut :

"Certainement pas !!"

"Pourtant, coucher avec une débauchée comme cette femme chevalier serait tout comme... Contente-toi de la faire souffrir physiquement jusqu'à plus soif... M'as-tu bien compris, Bradshaw ?"

"Oui, monseigneur..."approuva Bradshaw en inclinant la tête.

"Très bien... En ce qui concerne Faarooq, je n'ai rien de plus à lui dire, il saura quoi faire pour faire souffrir ce chevalier d'or qui git à terre..."



De son côté, Eon était couchée sur le flanc et se trouvait dans un triste état. Son beau visage était ensanglanté et son nez était à moitié cassé. Toute tremblante, recroquevillée sur elle-même, la gardienne de la douzième maison du Zodiaque était plus apeurée que jamais et n'était pas loin de céder au désespoir ; des larmes coulaient le long de ses joues tandis qu'elle pensait :

"Je... Je ne peux plus rien faire... Je suis impuissante, tant ma peur ne me quitte pas... Je ne peux rien faire contre Faarooq, il est bien trop puissant... Tout... Tout ce que je puis faire est de m'étendre tout à fait et... et attendre qu'il m'achève... Emma... Pardonne-moi, mais je suis lasse... Je suis lasse de lutter contre des gens intolérants, bornés et cruels... Autant mourir, cela serait fini tout de suite..."

"Eon !"

La voix avait résonné dans la tête de la jeune femme sans qu'elle s'y attendît. Clignant des yeux alors que Faarooq lui tournait le dos et s'entretenait avec Bradshaw, elle murmura tout bas :

"Qui... Qui est-ce ?..."

"Eon... Nous sommes celles qui t'avons révélée à ta vraie nature... Mais nous sommes aussi celles qui avons été assassinées par celui contre qui tu te bats en ce moment !"

Le rythme cardiaque du chevalier des Poissons s'accéléra brutalement, tant elle ne s'attendait pas à une telle intervention :

"Delphine... Anissa... Est-ce bien vous ?"

"Oui, Eon... Nous nous trouvons en ce moment dans la troisième vallée du Meikai, où nous subissons depuis plus de sept ans de cruelles tempêtes de sable !"

Perturbée par les paroles de ses anciennes compagnes, Eon murmura :

"Vous... Vous avez donc été punies par Hadès ?"

"En effet... Mais, Eon, ne considère pas pour autant que ce que nous avons fait ensemble était mal !"

"Mais..."

"Eon, oublierais-tu pourquoi tu te bats ? Tu te bats au nom d'Athéna, tu te bats pour l'amour et la justice sur Terre ! Hadès ignore la première de ces choses et, par conséquent, est incapable de représenter la seconde !"

Il y eut un bref moment de silence, avant que le chevalier des Poissons ne réentendît les voix de ses compagnes :

"Eon, tu ne dois pas te laisser tuer par Faarooq ! Tu dois le vaincre, non seulement pour venger définitivement notre mort, mais aussi, et surtout, pour pouvoir assurer ton futur avec celle que tu aimes !"

Fort troublée, la jeune femme laissa échapper du bout des lèvres :

"Celle... Celle que j'aime..."

"Oui... Si nos jeux à l'orphelinat de Mytilène restaient fort libertins, en revanche, tu as découvert le véritable amour avec Emma ! Comme nous te l'avons dit, c'est l'une des choses pour lesquelles tu es censée te battre en tant que chevalier d'or ! Eon, intensifie toute ta force, comme tu l'as fait pour anéantir le cheikh Youssouf Bin Armad et ses sbires, et terrasse Faarooq !"

Ce fut à ce moment que la présence mentale des jeunes filles s'estompa. Faarooq, qui ignorait tout de cette conversation d'outre-tombe, s'approcha d'une Eon à moitié évanouie et lui dit :

"Perverse, l'heure est venue pour toi de payer non seulement la mort du cheikh Youssouf et de mes amis, mais aussi tes penchants infâmes ! Je te promets que tu vas souffrir, sale chienne !..."

Mais soudain, une lueur violente vint entourer le corps d'Eon, une lueur tellement éblouissante qu'elle contraignit le spectre de la Mandragore à reculer. Celui-ci commençait à s'affoler :

"Mais que... que se passe-t-il ? Quelle est cette lueur qui..."

Dans la seconde qui suivit, le chevalier des Poissons commença à se relever lentement et jeta un regard noir à son adversaire, qui n'apprécia guère l'audace :

"Sale chienne... Malgré le vice qui ronge ton âme, tu oses me regarder de la sorte ? Tu souffriras mille morts pour ton impudence !..."

Faarooq dirigea promptement son poing vers le visage encore maculé de sang d'Eon, mais cette dernière para aussitôt le coup, puis répliqua :

"Faarooq... Tu auras beau m'insulter et me mépriser autant de fois que tu le voudras, jamais tu ne parviendras à m'abattre totalement dans ma dignité ! Tu ne pourras jamais me vaincre !"

"Comment oses-tu ?!"fulmina presque l'ancien disciple du cheikh Youssouf.

D'une voix emplie d'une colère mal dissimulée, la jeune femme s'expliqua :

"J'aime ! Oui, j'aime Emma, j'ai conscience de ce sentiment qui brûle en moi et qui me pousse à me dépasser pour que je puisse assurer mon avenir avec celle que j'aime ! En revanche, toi, Faarooq, tu es un être empli de violence et de haine, tu ignores tout de l'amour, tant ton fanatisme a dévoré ce sentiment qu'Hadès lui-même ignore ! Je me bats pour sauver l'amour et la justice sur Terre, pas pour faire de ma planète le monde des ténèbres ! Tu ne pourras jamais me vaincre !"

"Sale chienne, maugréa le spectre de la Mandragore... Tant pis pour toi, tu l'auras voulu !"

Il fit en sorte de dégager son poing de la main d'Eon, mais ce fut tout l'inverse qui se produisit : la lueur qui entourait le chevalier d'or s'intensifia encore plus et l'on put entendre un gémissement de douleur. En effet, la gardienne de la douzième maison du Zodiaque avait intensifié son cosmos et, d'un seul coup, avait pulvérisé la main gauche de Faarooq. Celui-ci s'était agenouillé, sa main droite s'efforçant de dissimuler son moignon ensanglanté. Mais, bien plus que la douleur, c'était la peur qui marquait son visage, et pour cause : non seulement sa main amputée lui rappelait la blessure que le cheikh Youssouf avait eue en voulant tuer la jeune femme, mais en plus, son cosmos était plus puissant que jamais :

"Miséricorde... Cette... Cette débauchée concentre un tel pouvoir... Le même que celui dont elle avait fait usage contre le cheikh Youssouf et mes amis, et qui m'a défiguré à moitié !... Cela... Cela veut-il dire que l'histoire va se répéter ?"

De son côté, Eon souriait en voyant le désarroi de son adversaire, qu'elle comprenait aisément :

"Eh oui, Faarooq... Si mon aversion pour toi ne m'en empêchait pas, je te remercierais volontiers pour m'avoir poussée malgré toi dans mes retranchements et à dépasser mes forces !... Je crains que tout ne soit bientôt fini pour toi !"

Mais le spectre de la Mandragore ne l'entendait pas de cette oreille :

"Non, jamais de la vie !! Je n'ai pas échappé à la mort il y a sept ans pour mourir de tes mains, perverse ! Je... Je te promets que je te tuerai moi-même... Pour la gloire d'Hadès !!"

Il intensifia aussitôt son cosmos, puis leva les bras en l'air et poussa son cri d'attaque :

"BLOOD FLOWERS SCISSORS !!!"

Mais, contre toute attente, le chevalier des Poissons esquiva aisément le coup, puis surgit devant Faarooq, une rose noire dans sa main droite. L'ancien disciple de Youssouf Bin Armad commença à envisager le pire :

"Oh non... C'est..."

Eon hurla aussitôt :

"Meurs !!... PIRANHAN ROSES !!"

Elle jeta alors la rose noire sur le torse de son adversaire. La fleur, dès qu'elle entra en contact avec le surplis de la Mandragore, fut multipliée par dix, voire par cent, et même au-delà. Faarooq hurla de terreur, mais en vain : les centaines de roses noires s'aggripèrent à son surplis, puis à sa chair, et leurs épines entreprirent rapidement leur oeuvre de mort. Tandis que le spectre de l'étoile céleste de la magie hurlait, non seulement de terreur, mais aussi de douleur, son surplis se fissura en plusieurs endroits, puis éclata en morceaux dans un tourbillon fracassant. Les Piranhan Roses, qui n'avaient pas été rassasiées, s'attaquèrent de plus belle à la chair de Faarooq, dont la souffrance fut décuplée en quelques secondes ; elles déchirèrent une bonne partie de son vêtement de corps, puis du sang jaillit à plusieurs reprises de son corps, et il finit par s'effondrer, inerte, dans une flaque d'hémoglobine poisseuse. La gardienne de la douzième maison du Zodiaque, qui se trouvait à quelques mètres de son adversaire, regardait son corps sanglant et immobile avec un sourire pâle comme la mort.

************

Les Cinq Pics, dans la Chine impériale

Un jeune homme, aux cheveux entre le châtain clair et le blond, et aux yeux bleus, vêtu d'une armure peu couvrante, de couleur feu, marchait à proximité de la cascade de Rozan. Il s'appelait Lupos, venait de l'île de Crète, et était chevalier de bronze du Fourneau. Il marchait avec les poings serrés et le regard tendu, et pour cause :

"Mon coeur est dans l'inquiétude... Non seulement je n'ai toujours pas trouvé le moindre spectre, mais en plus, nous ne sommes plus que quelques survivants sur le front terrestre ! Pire encore, j'ai cru comprendre que plus d'un chevalier d'or était tombé... Tout cela ne me dit rien de bon..."

Lupos leva les yeux brièvement et fronça les sourcils :

"La lumière du soleil... Elle... Elle s'évanouit peu à peu... Et pourtant, j'ai l'impression que...!"

Il bondit alors sur place ; son regard s'était dirigé vers le bas de la cascade et il venait de découvrir le corps sanglant et livide de son frère d'armes, Télémaque du Compas. Le chevalier du Fourneau baissa la tête de plus belle et murmura :

"Télémaque... Toi aussi, tu as rendu l'âme... Tu as donné ta vie pour Athéna... Repose en paix..."

Ce fut alors qu'un rire sarcastique parvint aux oreilles de Lupos, qui se retourna brutalement :

"Qui est là ?... Par tous les oliviers de l'Attique !!!"

Une chose étrange, de couleur pourpre, visqueuse et couverte de pustules se tenait devant lui. Elle ressemblait à un magma informe, dont irradiait pourtant une force remarquable. Lupos était tétanisé par cette apparition :

"Quelle chose hideuse..."

La chose en question se mit à rire de bon coeur :

"Ha, ha, ha... Tu me rappelles vaguement quelqu'un... Quelqu'un qui, à l'heure actuelle, est sans doute devenu froid comme la mort..."

Le chevalier de bronze lâcha, plus stupéfait que furieux :

"C'est toi qui as tué Télémaque ?!... Mais... Mais c'est impossible, tu n'es pas un spectre !"

"Oh si... Un spectre d'un genre tout à fait particulier, mais bien un spectre au service de l'Empereur des Ténèbres, sa majesté Hadès !"

"Mais... qui est-tu ?"

La chose soupira, puis répliqua :

"Peu importe... A quoi cela te servirait-il de connaître mon nom alors qu'il ne te reste que peu de temps à vivre ?"

Hors de lui, Lupos concentra sa cosmo-énergie, faisant apparaître autour de lui un halo incandescent, puis répondit :

"Sache qu'il est hors de question que je me laisse tuer !... RED HOT ANGER !!"

Il brandit alors ses deux poings en avant et des rayons incandescents en jaillirent et commencèrent à incendier les bambous qui encerclaient l'étrange chose. L'air satisfait, le chevalier du Fourneau lança à son vis-à-vis :

"Je crains fort que tout ne soit fini pour toi... La capacité de la Red Hot Anger à réduire en cendres tout ce qu'elle touche est bien plus dévastatrice que celles des flammes ordinaires !... Vu ta consistance, je crains que tu ne puisses rien faire !..."

Tout à coup, un halo d'énergie fort puissant émergea autour de la chose et vint frapper les flammes de la Red Hot Anger. L'attaque de Lupos partit en fumée, comme si des pluies torrentielles s'étaient abattues sur la forêt de bambous des Cinq Pics. Cette dernière avait été déjà à moitié détruite, mais la chose, en revanche, était indemne, au grand dam du chevalier du Fourneau :

"OH NON !! Comment... as-tu pu..."

"Je reconnais effectivement que tes flammes étaient très puissantes, à en juger par les dégâts qu'elles ont causés sur cette forêt de bambous... Malheureusement pour toi, je suis bien plus résistant qu'une simple forêt... Ceci étant dit, ce n'était pas mal du tout, chevalier, bien mieux que ce qu'a fait ton ami défunt ! Mais je crains que ta dernière heure n'approche..."

"Non !! protesta Lupos d'un ton qui dissimulait mal sa peur. Je... Je continuerai à me battre jusqu'au bout, jusqu'à ce que je te détruise pour de bon !"

Il intensifia de nouveau sa cosmo-énergie puis, quand il jugea que le moment de passer à l'attaque était venu :

"RED HOT..."

"UGLY ERUPTION !!"

Les pustules qui couvraient le corps de la chose éclatèrent simultanément et plusieurs rais d'énergie vint frapper de toutes parts le corps de Lupos, qui hurla tout en étant projeté dans la cascade de Rozan. L'eau commença alors à se colorer d'un rouge sang, signe que le chevalier du Fourneau avait rendu l'âme. Dans la foulée, une fumée noire jaillit de la cascade, puis l'armure du Fourneau en sortit et s'envola au loin. La chose soupira :

"Quelle misère... J'étais chargé d'éliminer au moins un chevalier d'or, et tout ce qui m'est tombé sous la main pour le moment, ce sont deux vulgaires chevaliers de bronze... Enfin, peut-être que la troisième proie sera la bonne..."

L'hideuse créature rampa alors sur elle-même, puis s'éloigna de la cascade de Rozan, où se trouvaient les corps de Télémaque et Lupos, et alla se cacher, espérant trouver bientôt une nouvelle victime...












Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada