Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Le royaume de Skygard


Trois silhouettes couraient à en perdre haleine au coeur d'un plateau enneigé, un jeune homme aux cheveux noirs et aux yeux marrons portant une armure bleuâtre, un autre aux cheveux châtains et aux yeux bleus dont la protection était plus foncée, ainsi qu'un jeune garçon au teint foncé et à l'armure verte. Il s'agissait de deux chevaliers d'argent, Hérodote du Grand Chien et Robin de la Flèche, respectivement disciples de Shad et de Philoctète, ainsi qu'Akela, chevalier de bronze du Loup. Ils avaient été désignés par Christian pour arpenter Skygard en groupe, mais ils n'avaient toujours pas trouvé le moindre Spectre en vue, ce qui intrigua Robin :


"Cela devient préoccupant... Nous n'avons toujours pas combattu ! Pourtant, depuis que nous avons été désignés par le chevalier du Verseau pour combattre ensemble, nous avons senti que plusieurs des nôtres avaient péri !"


"Dans ce cas, cela assure au moins une chose, répondit Hérodote ; l'inéluctabilité d'un duel avec l'ennemi ! Peut-être que cela aura lieu dans une minute, peut-être dans une heure, mais nous combattrons, sois-en sûr !"


"Il n'empêche, nous avons beau être plongés dans la Guerre sainte, notre situation contraste avec celle que nous avions dû affronter au Sanctuaire, quand nous avions combattu des soldats-squelettes pour protéger ces chrétiens réformés... J'ai ouï dire qu'un des leurs, le fils, du nom de John, avait disparu la nuit où Hadès a ressuscité..."


Le chevalier du Grand Chien hocha la tête :


"En effet... Je me rappelle l'avoir vu brièvement en compagnie de maître Shad et Boniface... Pourvu que le Dieu des Enfers ne lui ait pas fait de mal..."


Tout à coup, un éclair traversa l'esprit d'Hérodote, dont le regard devint inquiet. S'en apercevant, son compagnon lui demanda avec empressement :


"Hérodote !? Que... Que se passe-t-il ? As-tu senti la présence d'un ennemi près de nous ?"


"Non, ce... ce n'est rien... J'ai eu un mauvais pressentiment, mais j'ai dû me tromper, répondit le disciple de Shad sans grande conviction. Je crois que nous ferions mieux de continuer notre route..."


"Je le pense aussi, approuva Akela ; la survie de la Terre en dépend."


Robin, qui se posait encore des questions au sujet du trouble de son ami, préféra néanmoins ne pas insister et reprit sa marche à ses côtés. Cependant, de son côté, Hérodote était fort perturbé, car il avait eu l'impression nette qu'il était arrivé malheur à son mentor, comme il le pensa, l'air sombre :


"Maître Shad..."


************


Les Alpes, entre la France et le royaume de Sardaigne


Après un certain temps, Dohko avait fini par se résigner à la mort de Vittorio, qui s'était sacrifié pour ne pas devenir un zombie, mais aussi pour emporter neuf Spectres avec lui. Cependant, le chevalier de la Balance pensait sans cesse à la triste tournure que prenait la Guerre sainte :


"Nous avons perdu un chevalier d'or dans nos rangs, et il est possible qu'il ne sera pas le seul... Quand je pense au front des Enfers... Shion... Bosching... Eon... Mes amis... Avez-vous réussi à vous éveiller au huitième sens ?... Quand je pense qu'il y a deux siècles, cinq chevaliers d'or avaient succombé à la précédente Guerre sainte..."


Soudain, il se figea sur place, le regard terrifié. Il demeura immobile durant quelques secondes, avant de crier :


"OH NON !!!"


Puis, tout tremblant, le gardien de la septième maison du Zodiaque laissa ses larmes couler le long de ses joues, car il avait compris ce qui s'était passé :


"Oh non... La cosmo-énergie de Shad... Elle s'est éteinte... Ce... Ce n'est pas vrai... Après Vittorio, c'est Shad qui succombe... Pourquoi... Pourquoi devons-nous faire face à tant d'épreuves ?!"


Bien malgré lui, Dohko se laissa tomber à genoux, le regard perdu vers le sol, tandis qu'il pleurait la mort de l'un de ses frères d'armes...


************


John prit son inspiration, puis dit au révérend Trevor :


"Le désarroi de Dohko de la Balance était grand, tant il se sentait impuissant et frustré de n'avoir pu empêcher les trépas des chevaliers du Cancer et du Taureau... Mais sous terre, dans le monde des ténèbres, d'autres chevaliers d'or étaient eux aussi en proie à l'horreur, bien qu'ils ne surent rien de la disparition de leurs frères d'armes..."


************


La sixième prison, dans le Meikai


En quelques secondes, les combats avaient été décidés par les deux camps ; Eon combattrait Faarooq, Emma se mesurerait à Bradshaw, tandis que Lévi affronterait Rael. Le chevalier de la Licorne était fort déterminé à en découdre avec son adversaire au surplis boursouflé, et ne manqua pas de le lui faire savoir :


"Spectre d'Hadès... Rael, si je m'en souviens bien... Je suis Lévi, chevalier de bronze de la Licorne et descendant de Lévi, troisième fils d'Israël, dont la tribu a été chargée par l'Eternel de veiller sur l'Arche de l'Alliance !"


"Merci pour la présentation, fit ironiquement Rael, dont il était difficile d'apercevoir le visage à cause des boursouflures de son surplis. Mais crois-tu qu'un tel curriculum vitae va te servir pour me vaincre, moi, Rael de l'Homme-Pantoufle ?"


"Cela ne devrait pas être trop difficile, répliqua le chevalier de la Licorne, qui avait commencé à concentrer sa cosmo-énergie. Avec ce que tu portes sur le dos, tu n'auras aucune chance d'éviter le Galop de la Licorne !... Unicorn Gallop !!"


Lévi bondit alors dans les airs, les pieds droit en avant. Il pensait qu'il allait porter un coup au spectre de l'Homme-Pantoufle, mais au dernier moment, ce dernier effectua un rapide déplacement sur la gauche et le chevalier de bronze heurta brutalement un rocher. Il demeura un instant surpris par son échec :


"Comment as-tu pu...?"


"Les apparences sont souvent trompeuses, chevalier, affirma Rael qui s'était avancé. L'apparence que me donne mon surplis est peut-être disgracieuse, mais elle ne m'a pas privé de ma puissance !"


Le spectre de l'étoile terrestre obsédée écarta alors les bras et un halo de couleur ocre vint l'entourer. En une fraction de seconde, il plia les bras et Lévi vit déferler devant lui une vague d'énergie lumineuse, ce qui le poussa à agir :


"Tu ne m'auras pas ! fit-il en bondissant dans les airs. Unicorn..."


Malheureusement pour lui, Rael fut le plus rapide et parvint à l'atteindre de plein fouet. Le chevalier de la Licorne gémit de douleur avant de se retrouver à une dizaine de mètres de la mare de sang, d'où il put entendre les innombrables plaintes des défunts qui y avaient été envoyés. S'en rendant compte, son adversaire lui fit remarquer :


"Ne t'inquiète pas, chevalier... Je serai généreux : je te tuerai de mes mains avant de t'envoyer dans cet enfer !"


Cette perspective ne rassura pas Lévi, qui déglutit en voyant la tournure que prenait son affrontement.


 


Emma demeurait sur ses gardes, d'autant que Bradshaw la regardait avec délice :


"Tu es bien jolie... Dommage que ton visage soit caché par ce masque de porcelaine..."


"Autant te le dire, répliqua le chevalier de la Colombe : si un homme voit mon visage, j'ai le choix entre l'aimer ou le tuer ! Et comme j'aime Eon plus que tout, je crains que tu ne sois obligé de périr si tu vois mon visage !"


Le Spectre de l'Ortie fronça les sourcils :


"Tu as des goûts douteux... Je ne sais pas si je détruirai ton masque, mais dans tous les cas, tu ne pourras jamais me tuer !"


Intensifiant sa cosmo-énergie, il fit apparaître derrière lui des flammes dont la forme ressemblait à celle d'une plante gigantesque. Craignant le pire, Emma voulut attaquer, mais Bradshaw fut le plus rapide :


"Vegetal Flames !!"


De ses deux mains partirent des flammes qui avaient pris la forme de plantes et qui percutèrent le chevalier de la Colombe. Celle-ci fut touchée aux épaules et aux bras et hurla de douleur avant d'être projetée à terre. La jeune fille était couverte de brûlures sur les parties du corps touchées par les Vegetal Flames et avait du mal à respirer. Le spectre de l'Ortie s'avança alors vers elle et lui donna quelques explications :


"Mon surplis représente l'Ortie, cette mauvaise herbe qui cause des démangeaisons à celui qui s'y frotte, et mon étoile maléfique est l'étoile céleste de la brûlure ! Je pense que tu as désormais compris le principe de mon attaque, ma jolie : chaque fois que tu seras touchée par les Vegetal Flames, tu subiras des brûlures infernales qui t'affaibliront à petit feu !"


Emma, malgré ses blessures, se releva péniblement et dit à son adversaire d'un ton courroucé :


"Je... Je ne te permets pas de m'appeler ma jolie, comme tu le fais, Bradshaw ! Tu... Tu es peut-être l'un des spectres d'Hadès, mais tu ne vaux pas mieux que les soldats satyres qui avaient attaqué la demeure des Roligny au Sanctuaire !"


Bradshaw secoua la tête :


"Je ne vois pas de quoi tu veux parler..."


"Aucune importance (un halo blanc avait commencé à entourer la jeune fille)... A présent, c'est à mon tour d'attaquer !"


Puis, tandis que le halo blanc prenait la forme d'un oiseau, la femme chevalier enchaîna :


"Ma constellation protectrice est la Colombe, cet oiseau symbole de paix qui apporta une branche d'olivier après le déluge qui épargna Noé et son arche, symbole de la nouvelle alliance entre Dieu et le genre humain ! Cet oiseau pacificateur qui me protège est à l'opposé des ambitions destructrices du dieu que tu sers, Bradshaw !... Que le vol de la Colombe te châtie !... Wings Of Peace !!"


Emma effectua un brusque mouvement de bras, semblable à un battement d'ailes, et le halo qui l'entourait se transforma en une vague d'énergie immaculée qui fonça sur le spectre de l'étoile céleste de la brûlure. Mais ce dernier, nullement intimidé, secoua la tête, puis plaça sa main droite en avant et, dès que l'attaque du chevalier de la Colombe entra en contact avec la main de Bradshaw, elle se dissipa comme par magie, au grand dam de l'amante d'Eon :


"Comment ?!... Tu... Tu as réussi à arrêter mon attaque d'un seul geste ?"


L'Acolyte Végétal sourit narquoisement, avant de lâcher :


"Je ne voudrais pas te contrarier, mais je te rappelle que tu n'es que chevalier de bronze, à en juger par ton armure peu couvrante... En revanche, moi, je suis un Spectre céleste, l'un des 36 membres de l'élite de l'armée d'Hadès ! Sans fausse modestie, je pourrais aisément vaincre un chevalier d'or ! Par conséquent, je crains que le combat ne soit perdu d'avance pour toi, ma jolie..."


Et, sans crier gare, Bradshaw envoya un coup de poing dans l'abdomen d'Emma, qui fut envoyée au tapis.


 


Eon et Faarooq se regardaient l'un et l'autre, mais ils n'avaient pas la même expression sur leurs visages respectifs : le chevalier des Poissons était horrifiée par la vision du Spectre de la Mandragore qui, lui, affichait un sourire narquois. Il observa encore la frayeur de la jeune femme avant de lui dire :


"Il semblerait que tu m'aies enfin reconnu... Et ce, bien que nous n'ayions pas vraiment eu le temps de faire connaissance, il y a sept ans, sur l'île de Lesbos..."


Eon, d'une voix à moitié étouffée par l'horreur, ne put que balbutier :


"Toi... Delphine... Anissa..."


A l'écoute de ces noms, Faarooq fronça les sourcils avant de lâcher :


"Tu veux parler de ces dépravées qui forniquaient avec toi et dont leur exécution m'avait été accordée par le cheikh Youssouf ?"


Tandis que la gardienne de la douzième maison du Zodiaque revoyait les scènes où ses compagnes avaient été égorgées par un jeune homme qui n'était autre que le futur spectre de la Mandragore, celui-ci enchaîna :


"Je vois que tu as compris... Oui, c'est bien moi à qui est revenu l'honneur de faire justice au nom d'Allah le Tout-Puissant..."


Eon rétorqua en avalant sa salive :


"Impossible ! Tu... Tu es mort avec... avec les autres !..."


"Nullement, objecta l'ancien disciple du cheikh Youssouf Bin Armad. Lorsque tu as projeté ce qui était ta cosmo-énergie sur le cheikh Youssouf, moi et mes compagnons, j'ai fait un bond en arrière et j'ai évité la plus grande partie de ton attaque... Malheureusement, une partie de ton cosmos m'a heurté au visage, d'où les cicatrices que tu peux contempler en ce moment..."


Faarooq montra au chevalier des Poissons la partie gauche de son visage, qui était marquée comme si elle avait été brûlée au troisième degré, puis poursuivit son récit :


"Après avoir reçu ton attaque, je suis resté inconscient durant une minute, puis je me suis décidé à me relever. J'ai regardé tout autour de moi et j'ai vu les cadavres du cheikh Youssouf, de Slimane et de mes autres amis que tu avais sauvagement assassinés... Décidé à ne pas laisser en vie une débauchée doublée d'une meurtrière, je me suis avancé vers toi et t'ai aperçue en pleurs devant les cadavres des deux femelles que j'avais exécutées... J'étais derrière un arbre et j'aurais pu profiter du fait que tu ne te sois pas rendue compte que j'étais toujours en vie..."


Au fur et à mesure que le spectre de l'étoile céleste de la magie contait son récit, Eon revoyait défiler sous ses yeux cette nuit fatidique où Delphine et Anissa avaient été assassinées, où elle avait découvert l'existence de sa cosmo-énergie et où elle avait abattu le cheikh Youssouf et ses disciples, à l'exception de Faarooq, qui était toujours en vie. Malgré son malaise, elle demanda timidement :


"Alors, pourquoi... pourquoi n'as-tu pas profité de ma détresse pour en finir avec moi ?"


En entendant cette question, le spectre de la Mandragore serra les poings, puis son visage à moitié défiguré se contorsionna nerveusement, comme s'il avait le plus grand mal à avouer les raisons qui l'avaient poussé à épargner la jeune femme. Finalement, d'une voix emplie de dégoût, il se mit à crier :


"J'AI EU PEUR !!! Oui, j'ai eu peur de toi !! J'ai eu peur de subir le même sort que le cheikh Youssouf et tous mes amis ! Alors que j'avais là l'occasion de te faire rendre gorge, je me suis détourné de toi et j'ai pris la fuite, comme un lâche, et ai quitté l'île de Lesbos le plus rapidement possible !"


Il marqua une courte pause, le temps de reprendre ses esprits, puis reprit son récit :


"J'ai alors regagné la péninsule arabique, où j'ai retrouvé notre guide Ibn Abd al-Wahhab. Honteux, je lui ai relaté ce qui nous était arrivé... L'air sévère, il m'a intimé l'ordre de me retirer dans un lieu isolé, où je devrais me consacrer pendant dix ans à la prière et au recueillement, pour glorifier Allah le Tout-Puissant, ce que j'ai fait pendant sept ans..."


Faarooq esquissa alors un sourire timide, puis enchaîna :


"Cependant, il y a quelques jours, alors que je revenais vers la grotte où j'avais trouvé refuge, l'étoile céleste de la magie, celle qui sommeillait en moi depuis toujours, est sortie de son sommeil d'il y a deux siècles... J'ai alors rejoint le monde des ténèbres et ai revêtu le surplis de la Mandragore, pour pouvoir me battre au nom de l'Empereur des Ténèbres, sa majesté Hadès !... Et, quelle heureuse coïncidence, mon premier adversaire n'est autre que toi ! Voilà une magnifique occasion de réparer l'erreur que j'ai commise il y a sept ans de cela !"


Au fur et à mesure que l'ancien wahhabite avait parlé, Eon avait commencé à reprendre ses esprits. Elle avait fini par réaliser tout à fait qu'elle était en face de l'assassin de ses deux compagnes, qui était toujours en vie et qui était désormais au service du Dieu des Enfers. Les yeux emplis de rage, elle dit à son adversaire d'une voix pleine de colère :


"Tout compte fait, je ne suis pas étonnée de te retrouver ici !"


"Comment ça ?"


"Il est normal qu'un fanatique fou furieux de ton espèce se retrouve au service d'un dieu diabolique qui veut anéantir les hommes et s'emparer de la Terre ! Il était logique de te retrouver aux côtés du Dieu du Mal !"


Faarooq fronça les sourcils, puis rétorqua :


"Personnellement, ce serait plutôt l'inverse qu'il faudrait dire..."


"Que veux-tu dire ?"


"Il vaudrait mieux dire : il n'est pas surprenant qu'une dégénérée de ton espèce se retrouve aux côtés de la déesse Athéna !"


Outrée, le chevalier des Poissons répliqua violemment :


"Je ne te permets pas de dire ça ! Athéna est une déesse d'une bonté infinie, elle est déterminée à protéger le genre humain au prix de sa vie !"


"C'est faux, affirma le spectre de la Mandragore d'un ton résolu. Athéna n'est rien d'autre qu'une divinité stupide qui protège ces pécheurs que sont les hommes et fait honte à son rang... Et encore, j'irais même plus loin : je n'appelle pas déesse une personne qui a pris parti pour des pécheurs et qui va même jusqu'à en enrôler dans son armée !!"


Eon serra les poings de rage, furieuse de devoir entendre les sarcasmes de l'assassin de ses compagnes de jeux érotiques, mais ce dernier n'en avait cure et dit en intensifiant sa cosmo-énergie :


"Assez parlé, maintenant ! Perverse lubrique, prépare-toi à périr !"


Un étrange instrument, qui ressemblait fort à celui qui trancherait des centaines de têtes sous la Révolution Française cinq décennies plus tard, apparut derrière Faarooq, qui étendit les bras, puis cria :


"MEURS !! BLOOD FLOWER SCISSORS !!"


La jeune femme, tétanisée par l'étrange apparition, ne bougea pas jusqu'au moment où le couperet de la Mandragore se rapprocha de sa tête ; elle fit un bond en arrière et ne fut qu'éraflée à la joue gauche. Quelques cheveux avaient été également tranchés, ce qui fit sourire Faarooq :


"Bien joué... Je ne m'attendais pas à ce qu'une femelle doublée d'une débauchée s'en sorte d'office... Mais la prochaine fois, je te promets que ce ne seront pas que quelques gouttes de sang et quelques cheveux qui tomberont sur le sol de la sixième prison..."


Il éclata aussitôt d'un rire sardonique qui fit trembler le chevalier des Poissons, alors qu'elle revoyait une nouvelle fois les images de cette nuit dramatique où elle avait découvert son cosmos, mais aussi où ses amies avaient été assassinées froidement par le spectre de l'étoile céleste de la magie...


************


Intrigué par ce qui venait d'arriver à Eon, le révérend Trevor demanda à John :


"John... Je ne comprends pas... De quoi ce Faarooq parlait-il ?"


D'une voix confuse, le jeune homme répondit :


"J'avoue ne pas avoir très bien compris cette histoire... Mais il est fort probable que le chevalier des Poissons, sur l'île de Lesbos, ait pris conscience de son attirance pour les femmes (une grimace de dégoût apparut sur le visage de Trevor), et qu'elle et... et ses compagnes (John rougit légèrement, tandis que le révérend déglutit difficilement) aient été agressées par des malfaiteurs dont Faarooq de la Mandragore faisait partie... Et il avait l'intention de se venger d'elle, qui avait tué ses compagnons... C'est tout ce que je puis dire à ce sujet, révérend."


************


La cinquième prison, dans le Meikai


"Marina..."


En seulement deux secondes, le regard de Bosching avait radicalement changé. Le chevalier des Gémeaux, qui était connu au Sanctuaire pour son caractère implacable et dur, affichait désormais une mine bouleversée face à la femme Spectre. Néhémie, qui s'était rendu compte de ce changement, interpella celui qui l'accompagnait dans la cinquième prison :


"Chevalier des Gémeaux, que t'arrive-t-il ? Dis-moi ce qui se passe !"


La femme Spectre du nom de Marina répondit :


"Bosching est fort troublé de me voir ici... Et même huit ans après, je puis le comprendre..."


Interloqué par de tels propos, le disciple de Christian insista :


"Qu'est-ce que tu insinues ?"


"Cela ne te regarde pas, chevalier..."fit la jeune femme d'un ton méprisant.


Néhémie n'hésita pas ; il concentra sa cosmo-énergie et fit apparaître un halo bleuâtre, avant de s'adresser à Marina en ces termes :


"Tu as beau être une femme, tu n'en es pas moins un ennemi ! Conformément à la philosophie de maître Christian, je me montrerai inflexible envers toi et t'enverrai dans l'autre monde !"


Du poing droit, il projeta une vague blanche comme la neige, mais ce fut alors qu'une silhouette se déplaça furtivement et para le coup. Fort surpris, le chevalier de la Coupe lâcha :


"Comment ?!"


Parker était intervenu au dernier moment et avait évité à la femme Spectre d'être touchée. Souriant jusqu'aux oreilles, il dit à Néhémie :


"Désolé, chevalier, mais il a été décidé que je serais ton adversaire... Quant à ton ami, Marina s'en occupera très rapidement !"


Le chevalier d'argent rétorqua en souriant :


"Pour ma part, je pense que ton amie déchantera très vite, Parker ! Bosching des Gémeaux est l'un des plus puissants chevaliers d'Athéna et son serviteur le plus implacable ! Il pulvérisera cette femme en quelques minutes !"


"On verra bien, chevalier... Es-tu prêt à te battre ?"


"Oui !"


Le chevalier de la Coupe et le Spectre du Labyrinthe intensifièrent aussitôt leurs cosmos respectifs et firent trembler le sol gris et noir de la cinquième prison. Néhémie, qui pressentait que Parker serait un adversaire redoutable, accéléra le rythme d'augmentation de sa puissance, puis des cristaux de neige apparurent autour de lui, ce qui étonna le Spectre :


"A quoi rime ton manège, chevalier ?"


Le disciple de Christian répondit d'un ton ferme :


"Parker, je me suis entraîné en Sibérie orientale, l'une des régions les plus glaciales de toute la surface de la Terre ! Là-bas, la neige tombe sous forme de cristaux de glace. Elle brille et s'amoncelle rapidement, tant et si bien que son éclat rappelle celui du diamant, alors que ces chutes de neige sont fatales à ceux qui y font face..."


"Comment ?"


Face à l'inquiétude de Parker, Néhémie sourit, puis poursuivit :


"Et cette neige, Parker, sera la cause de ta mort !... PAR LA POUSSIERE DE DIAMANT !!!"


De son poing droit, il expédia une rafale de neige scintillante à un Spectre du Labyrinthe qui, stupéfait, ne bougea pas, et se retrouva en quelques secondes enseveli sous la glace, à la grande satisfaction du chevalier d'argent, qui lança à son adversaire en souriant :


"Comprends-tu maintenant la signification de mon attaque, Parker ?"


Mais, juste une seconde après, Néhémie entendit un craquellement en face de lui, puis toute la glace qui recouvrait Parker explosa en plusieurs copeaux.


"Oh non !!"gémit le chevalier de la Coupe.


Le Spectre de l'étoile céleste de la désorientation débarrassa son surplis des flocons de neige qui subsistaient, puis s'avança vers son adversaire en lui disant :


"Chevalier, bien que la Poussière de Diamant soit fatale aux natifs de Sibérie orientale, elle ne peut rien contre un serviteur de l'Empereur Hadès ! Tout ce que tu as été capable de faire a été de geler la surface de mon surplis !"


"Non... Impossible..."


"Ton froid, chevalier, était bien trop faible ! Il est dix fois moins puissant que le froid de la glace du Cocyte, là où échouent tous ceux qui ont tenté de faire offense à sa majesté Hadès !... Et c'est là où tu finiras après avoir péri de mes mains !"


Parker croisa aussitôt ses bras et un halo de couleur cendre l'enveloppa, ce qui intrigua le chevalier de la Coupe :


"Mais que... que fait-il ?"


Tout à coup, le Spectre poussa un hurlement, puis déploya ses bras avant de tendre son poing droit vers son adversaire. Affolé, ce dernier tenta de réagir, mais sentit brutalement une violente douleur à la tête qui le projeta en arrière. Néhémie resta au tapis durant quelques secondes, puis reprit ses esprits. Il se rendit rapidement compte que l'attaque de Parker avait brisé son casque et qu'il saignait au front et à l'arcade sourcillère droite. Ebahi par une telle vitesse d'exécution, il se mit à penser :


"Incroyable !... Je... Je ne pensais pas que Parker pouvait attaquer si rapidement !... Quel adversaire ! La... La dernière fois que j'ai aperçu une telle vitesse, c'était quand... quand..."


Les souvenirs refirent rapidement surface dans l'esprit du chevalier d'argent, et celui-ci ouvrit grand la bouche, mais ses pensées ne sortirent pas de sa tête :


"Non !! C'était quand maître Christian nous avait montré une attaque à la vitesse de la lumière ! Et... Et Parker m'a pratiquement attaqué à la même vitesse ! Parker... Parker peut donc se rapprocher de la vitesse de la lumière ?!"


 


De son côté, Bosching n'arrivait pas à se défaire du trouble qui l'envahissait, ce qui agaça quelque peu la jeune femme aux longs cheveux noirs et aux yeux bleu-vert :


"Eh bien, qu'y a-t-il, Bosching ? Ce n'est pas la peine de faire une tête pareille, tu aurais dû y songer à deux fois !"


"Marina..."


La femme Spectre fronça les sourcils :


"Il n'y a plus de Marina ! Ou du moins, je ne suis plus la Marina que tu as connue ! Je suis Marina des Lamia, spectre de l'étoile céleste des tourments !"


"Non !!"gémit le chevalier des Gémeaux.


"Tel était mon destin, Bosching... Et quelque part, je ne m'en plains point, car ce destin me permettra non seulement de contribuer à la naissance d'Utopia, mais aussi de venger l'affront que tu m'as fait il y a huit ans !"


"Marina !!... Je..."


"Assez parlé, Bosching ! dit la jeune femme alors qu'un halo rosâtre venait de la recouvrir. Subis ma puissance !"


Subitement, un fluide pourpre jaillit de la main droite de Marina, qui l'expédia sur Bosching. Mais malgré la faible vitesse de l'attaque, le gardien de la troisième maison du Zodiaque ne broncha pas et fut frappé en pleine poitrine. Il ne poussa aucun hurlement de douleur alors qu'il était projeté dans les airs ; tout au plus l'on pouvait lire sur son visage le désarroi et la tristesse. Finalement, il se retrouva étendu sur le dos, mais le Spectre des Lamia se trouvait tout près de lui, avec un certain mécontentement sur son visage :


"Eh bien, Bosching, que se passe-t-il ? Si tu es vraiment le chevalier d'Athéna dont m'a parlé ton ami, bats-toi contre moi de toutes tes forces !"


Bosching déglutit douloureusement, avant d'avouer :


"Je... Je ne peux pas..."


"Et pourquoi donc ?!"demanda la jeune femme d'une voix plus forte.


"Parce que... Parce que..."


Puis, après avoir poussé un profond soupir :


"Parce que tu le sais bien : je t'aime, Marina !"


Le spectre de l'étoile céleste des tourments ouvrit grand les yeux durant quelques secondes, puis saisit le chevalier d'or par la peau du cou, avant de lui administrer un violent soufflet qui le rendit à moitié inconscient. Alors que Bosching avait encore du mal à réaliser ce qui lui arrivait, il entendit Marina lui dire, d'une voix larmoyante :


"Parce que tu m'aimes !? Tu... Tu te fiches de moi !! Si... Si tu m'aimais vraiment, tu n'aurais pas agi comme tu l'as fait il y a huit ans !"


Les paroles de la jeune femme suscitèrent encore plus d'émoi chez le chevalier des Gémeaux, qui s'assit et se mit à trembler nerveusement, l'on pouvait lire un certain malaise dans son regard d'habitude si sévère. S'en rendant compte, Marina enfonça le clou :


"Tu t'en souviens donc, Bosching ?"


"Oui..."lâcha-t-il d'une voix à moitié étouffée.


"Eh bien, autant te le rappeler de ma voix, pour que tu meures dans la honte !"


Les yeux emplis de colère, le spectre des Lamia rappela au chevalier d'or leur passé commun :


"C'était il y a huit ans, en Prusse, à Berlin... J'avais quinze ans, tu en avais dix-sept... Nous venions tous les deux de familles bourgeoises aisées qui s'étaient rencontrées lors d'une fête de la ville... La... La première fois que je t'ai vu, j'ai senti immédiatement que je t'aimais... Et je savais qu'il en était de même pour toi..."


Bosching hocha la tête silencieusement, sans qu'aucun son ne sortît de sa voix.


"Notre idylle a commencé quatre jours après notre première rencontre... Nos familles respectives avaient approuvé notre amour et tout prévu pour que des fiançailles aient lieu dans les six mois à venir... Le temps a passé, nous nous aimions toujours autant... Du moins, je le croyais..."murmura Marina en déglutissant.


Alors qu'un étrange malaise gagnait le chevalier des Gémeaux, son ancienne fiancée enchaîna :


"En effet, durant ces six mois, tu as eu le temps de faire connaissance avec ma famille... Notamment de Thérésa, qui était d'un an ma soeur cadette ! Nous étions comme des jumelles, aussi bien physiquement que sur le plan du caractère... Est-ce pour cette raison que tu as entrepris de lui faire la cour à mon insu, Bosching ?"


Celui-ci, fort perturbé, ne put que trembler fébrilement, de sorte que Marina poursuivit son récit en haussant la voix :


"Quoi qu'il en soit, tu lui as fait la cour sans que j'en aie connaissance pendant quatre mois... Quatre mois durant lesquels elle a tenu bon, car elle m'aimait et me respectait ! Mais un jour, elle a cédé à tes avances ! J'ai su que tu m'avais trompée avec elle pendant deux mois le jour de nos fiançailles !"


"Marina..."


La jeune femme haussa encore plus le ton :


"Le jour de nos fiançailles, alors que j'errais dans les corridors de la demeure familiale, j'ai entendu des bruits et des murmures... Mes... Mes parents avaient eu beau me dire dans mon enfance que la curiosité était un vilain défaut, je me suis approchée et... et je t'ai entendu discuter avec Thérésa, qui tenait à mettre un terme à votre relation honteuse ! Mais toi, tu... tu ne voulais pas, tu ne te souciais nullement de savoir que tu faisais du mal à nous deux ! Joignant... Joignant les gestes aux paroles, tu l'as embrassée sous mes yeux... J'ai poussé un cri et tu as vu que ton infamie n'était plus un secret ! J'ai hurlé si fort que nos parents respectifs se sont précipités et ont tout découvert, eux aussi !"


Tandis que le visage du spectre des Lamia était gagné par les larmes, elle se mit à crier :


"Et toi, comme un lâche, tu as pris la fuite, laissant ma jeune soeur à la vindicte de nos familles respectives, qui l'ont traitée de perverse, de dépravée et de catin !! N'y... N'y tenant plus, elle n'a fait ni une, ni deux et, avant que mon père n'ait eu le temps de lui porter un soufflet, elle s'est précipitée sur le balcon et a sauté dans le vide ! Elle n'a pas survécu à sa chute !"


Le cosmos de Marina se mit à gronder furieusement, puis elle continua de rappeler ses démons à Bosching :


"En d'autres termes, par ta faute, Bosching, j'ai perdu le même jour mon fiancé et ma soeur chérie ! J'ignore encore comment j'ai résisté à la tentation de mettre fin à mes jours, mais j'ai bien fait de ne pas y céder, car cela me permettra de venger mon honneur perdu !"


Le gardien de la troisième maison du Zodiaque s'était relevé tandis que son ancienne fiancée avait évoqué sa douleur. Ce fut alors qu'elle lui demanda :


"Toutefois... Avant de t'envoyer dans l'autre monde, Bosching... Je tiens à le savoir... Comment se fait-il qu'un être comme toi ait pu devenir chevalier d'Athéna ?"


Le chevalier des Gémeaux soupira tristement avant de s'expliquer :


"Marina... Comme tu l'as dit, après que tu m'aies découvert en train d'embrasser ta soeur, je me suis enfui comme un lâche, bien que j'eus le temps de voir de loin ta soeur se donner la mort... J'ai couru pendant plusieurs heures, sans m'épuiser, sans trêve ni repos, jusqu'à ce que j'aperçoive une auberge dans un village avoisinant... Soucieux de noyer mon désarroi dans la bière, j'allais m'enivrer inlassablement, quand un homme mystérieux du nom de Pargonas est venu m'aborder... Il m'a parlé de termes étranges, comme cosmo-énergie, Sanctuaire, Athéna, chevaliers sacrés, constellations du Zodiaque... Je n'y comprenais rien, mais ce fut alors qu'il m'a demandé de quel signe zodiacal j'étais... Quand je lui ai répondu que j'étais né le 3 juin 1718, il m'a dit que l'on attendait un prétendant digne de ce nom pour l'armure d'or des Gémeaux... Je n'y comprenais absolument rien, et encore moins quand il m'a dit que j'étais destiné à combattre le Mal ! Comme j'étais honteux de ce que j'avais fait, j'ai voulu lui parler du mal que j'avais fait à toi et ta soeur, mais il n'a rien voulu entendre et a prétendu que ma place n'était pas dans cette auberge au milieu des autres ivrognes, mais au Sanctuaire d'Athéna, à Athènes ! Finalement, à moitié sonné par la bière que j'avais déjà bue, et n'ayant plus rien à perdre, je me suis résolu à suivre cet homme..."


Il se mit à déglutir douloureusement, puis expliqua comment il était devenu ce qu'il était aujourd'hui :


"Sur la route d'Athènes, je me suis juré de ne pas laisser filtrer une seule trace de ce que je venais de vivre... J'ai alors caché ma peine et ma honte sous un masque de dureté et de sévérité. J'ai dilué mon chagrin dans la sueur de cinq années d'entraînement, à l'issue desquelles je suis non seulement devenu le chevalier d'or des Gémeaux, mais aussi le guerrier d'Athéna le plus implacable qui soit ! Et cette image, Marina, je l'ai montrée aux autres chevaliers sacrés et à mes propres disciples... Mais aujourd'hui, je ne puis la montrer face à toi..."


"Pourquoi donc, Bosching ?"demanda le spectre des Lamia.


"Je te l'ai dit, répéta le chevalier d'or d'une voix à moitié brisée. Mes sentiments pour toi n'ont pas disparu, je ne puis tuer la femme que j'aime..."


"Tu mens !! fulmina Marina. Si... Si tu m'aimais vraiment, tu ne m'aurais pas trompée avec ma jeune soeur et tu ne l'aurais pas poussé au suicide ! Tout... Tout ce que je vois en face de moi, c'est un lâche et un hypocrite qui a caché pendant huit ans les crimes qu'il a commis !"


"Marina..."


Mais le cosmos de la femme Spectre, qui avait progressivement augmenté, venait d'atteindre son point culminant. Marina se mit à crier :


"LAMIA'S TEARING !!"


Elle tendit alors ses deux mains vers Bosching, mais ce dernier ne réagit nullement et se laissa emprisonner par une étrange étreinte invisible qui broyait ses quatre membres comme un étau. L'infortuné chevalier des Gémeaux se mit à hurler de douleur, tandis qu'il était saisi de multiples convulsions, puis un halo rosâtre l'enveloppa et le fit tourbillonner à plusieurs reprises, comme s'il était la proie d'un tourbillon géant. Le curieux manège généré par la cosmo-énergie du spectre des Lamia dura durant une dizaine de secondes, puis cette dernière relâcha sa pression et laissa tomber son ancien fiancé à ses pieds. Le regard plein de répugnance à son encontre, elle ne l'entendit pas murmurer :


"Je... Je ne peux pas... Je ne peux pas l'attaquer... Je me sens si faible, si désarmé face à elle..."


************


Brusquement, John s'interrompit dans son récit et porta son regard sur le visage du révérend Trevor. Ce dernier était en effet frappé d'une stupeur presque aussi grande que celle qui l'avait atteint quand il avait appris les penchants saphiques d'Eon des Poissons. Le pasteur prit son inspiration, puis demanda au jeune homme :


"John... Ce... Ce chevalier... Avait... Avait-il donc un passé aussi chargé ?"


"Vous l'avez bien entendu, révérend."


Trevor ne paraissait pas en colère, contrairement au moment John lui avait parlé de la relation entre Eon et Emma, mais avait bien du mal à réaliser que Bosching, dont le fils d'Etienne Roligny lui avait fait un portrait bien tracé, eût pu cacher un aussi douloureux secret. Face à une telle attitude, John enfonça le clou :


"Les apparences sont parfois trompeuses, révérend... L'histoire de cette Guerre sainte le montre... Je ne me doutais pas qu'un guerrier aussi dur que Bosching des Gémeaux puisse cacher un homme volage au coeur brisé, qu'Eon des Poissons puisse être une tribade... et encore moins que je puisse être la réincarnation de l'Empereur des Ténèbres..."


Une certaine amertume avait marqué les derniers mots de la phrase.


************


La Forêt des Trépassés, dans le royaume de Skygard


La troupe de Skygardiens se trouvait désormais en délicate posture ; Davol, Leyfamir, Chardsonn, Brolin et une dizaine de soldats étaient encerclés par de nombreuses sentinelles-squelettes menées par l'un des 108 spectres d'Hadès, Danlandsen du Hersir, qui émit la suggestion suivante :


"Natifs de Skygard, nous sommes non seulement supérieurs en nombre, mais aussi en puissance ! Vous feriez donc mieux de vous rendre si vous ne voulez pas avoir d'ennuis !"


Davol ne perdit pas de temps pour protester :


"Et puis quoi encore ? Nous savons qu'Hadès vous a envoyés ici pour nous exterminer tous ! A choisir, je préfère mourir en me battant que crever comme un chien !"


Leyfamir sourit timidement face à la hardiesse du jeune soldat, hardiesse approuvée par les sentinelles qui étaient parties à sa recherche :


"Voilà qui est bien parlé, Davol ! Voilà une parole digne d'un vrai Skygardien !"lança Brolin.


"Spectre d'Hadès, enchaîna un autre Skygardien, il n'est pas question de déposer les armes ! Nous allons nous battre et même te porter le premier coup !... Non,  je vais te porter le premier coup !"


Ce fut alors que le soldat s'élança vers Danlandsen, en dépit des avertissements du vicomte :


"Non, attends !"


Mais il était trop tard : alors que le téméraire Skygardien s'était jeté, la lance à la main, sur le spectre du Hersir, ce dernier tendit son poing en avant et, en moins d'une seconde, le malheureux garde fut projeté contre un arbre, la tête ensanglantée. Affolé, Davol accourut vers son frère d'armes, mais constata rapidement les dégâts :


"Oh non !! Il... Il est mort..."


Leyfamir, Chardsonn et les autres Skygardiens étaient frappés de stupeur face à la rapidité de la scène :


"Incroyable, murmura le vicomte... Il... Il s'est passé une seconde à peine entre le moment où Jorgaren s'est jeté sur ce Spectre et celui où il a été projeté contre cet arbre..."


"Les... Les Spectres d'Hadès sont donc aussi puissants qu'on le dit ?"gémit l'un des soldats partis à la recherche de Davol.


Danlandsen acquiesça :


"En effet, stupides Skygardiens ! Ma vitesse d'exécution est l'une des plus élevées parmi les Spectres d'Hadès ! Aussi, pour les pauvres pécheurs que vous êtes, vous ne pouvez y voir que du feu !"


Malgré sa tristesse et son appréhension, Davol tâcha de remonter le moral de ses frères d'armes :


"Ecoutez-moi ! Aussi puissant que ce Spectre puisse être, nous devons quand même nous battre ! Il y va de l'honneur de notre patrie !"


Mais les propos du jeune Skygardien n'eurent pour tout autre effet que de faire rire le Spectre de l'étoile céleste de l'héroïsme entre ses dents :


"Pfff... Imbéciles... A quoi bon avoir l'honneur quand on n'a pas la puissance ?"


Ce fut alors qu'il leva son imposante hache au-dessus de sa tête, tandis qu'un halo de couleur indigo venait l'envelopper, générant une grande frayeur parmi les Skygardiens, puis il poussa son cri d'attaque :


"BRAVE NEW AX !!!"


Craignant le pire, Leyfamir et Brolin se hâtèrent de tirer Davol et Chardsonn en arrière, mais les autres Skygardiens, moins vifs, eurent à peine le temps d'apercevoir la hache de Danlandsen s'abattre sur eux, et tous eurent le crâne fendu en un éclair. Face à l'hécatombe qui s'annonçait pour leurs ennemis, les soldats-squelettes se mirent à éclater de rire :


"Ha ! Ha ! Ha ! Eh bien, natifs de Skygard, qu'en dites-vous ? Il est inutile de vous enfuir, Danlandsen du Hersir ne fera qu'une bouchée de vous tous !"


Le victomte Leyfamir, malgré son caractère d'homme de guerre, commençait sérieusement à craindre le pire :


"Miséricorde..."


Davol, quant à lui, gardait une mine déterminée, mais en son for intérieur, il songeait :


"Je... Je crains que tout ne soit perdu... Si seulement Harald m'avait écouté..."


De son côté, Brolin tremblait sur ses jambes et priait le Ciel de ne pas tomber à genoux devant l'ennemi. En revanche, une grande peur s'était emparée de Chardsonn : le fier soldat pâlissait à vue d'oeil et jetait des regards nerveux au spectre du Hersir et aux soldats qui l'accompagnaient.


"Eh bien, natif de Skygard, lança soudainement Danlandsen, aurais-tu compris que tu vis là tes dernières secondes ?"


Chardsonn finit par ne plus y tenir ; il se mit à crier d'une voix plus aigüe que d'accoutumée :


"NON !!! MAMAN !!!"


Et, sous une dizaine de paires d'yeux ébahis, celui qui avait été envoyé pour seconder Leyfamir se fraya un chemin parmi les sentinelles portant un surplis en forme de squelette et se mit à courir à travers la Forêt des Trépassés. Alors que sa silhouette commençait à disparaître parmi les arbres de Skygard, Davol, furieux, lui cria :


"Reviens ici, espèce de sale lâche !!"


"C'est inutile, intervint amèrement Leyfamir ; il est déjà loin..."


De leur côté, les soldats-squelettes n'étaient pas décidés à laisser s'enfuir Chardsonn :


"Danlandsen, il faut rattraper ce Skygardien !!"


Mais le spectre du Hersir répliqua en souriant :


"Laissez-le partir... Il ne sait où aller, et tôt ou tard, l'un des guerriers de l'Empereur des Ténèbres saura lui régler son compte... Pour le moment, occupons-nous de ces trois énergumènes !!"acheva-t-il en se tournant vers Davol, Leyfamir et Brolin.


Le vicomte et le soldat se regoupèrent alors autour du supposé déserteur et dirent d'une seule voix à leur ennemi :


"Spectre d'Hadès, si tu veux tuer Davol, il faudra nous tuer aussi !!"


Danlandsen éclata alors d'un rire franc :


"HA ! HA ! HA ! Au cas où vous l'auriez oublié, sa majesté Hadès a donné l'ordre au seigneur Eaque et ses spectres d'éliminer tous les natifs de Skygard, sans la moindre exception ! Autrement dit, vous êtes tous condamnés, tous autant que vous êtes !"


Il leva alors son imposante arme au-dessus des trois Skygardiens désemparés et encerclés :


"Recommandez votre âme à Dieu !! Mourez !..."


Mais tout à coup, la température de l'air se mit à diminuer de manière spectaculaire, les rares fougères et les arbres de la Forêt des Trépassés se mirent à geler et furent couverts d'une glace aussi brillante que le diamant. Danlandsen et les soldats-squelettes eux-mêmes commencèrent à sentir un vif engourdissement autour de leurs doigts, ce qui les alarma quelque peu :


"Mais que... que se passe-t-il ?"


"C'est là une petite démonstration de mon pouvoir, serviteurs d'Hadès..."


Les trois Skygardiens, le spectre du Hersir et les soldats-squelettes tournèrent alors la tête vers la droite et virent émerger devant eux un jeune homme aux cheveux bleus et au regard froid. Avant même qu'ils aient eu le temps d'ouvrir la bouche, le jeune homme se présenta succinctement :


"Je suis Christian, chevalier d'or de la constellation du Verseau !"


************


La sixième prison, dans le Meikai


Rael, l'air serein, avançait vers un Lévi qui serrait les dents de rage, tant il avait du mal à reconnaître la puissance de son adversaire, qui lui dit:


"Chevalier de la Licorne, il est grand temps que tu te prépares à périr ! As-tu quelque chose à dire avant que je ne te porte le coup de grâce ?"


Le chevalier de bronze, hors de lui, s'efforça rapidement de se relever :


"Il... Il n'est pas question que je te laisse me tuer, Rael ! Je vais... Je vais t'envoyer dans cet enfer de feu et de sang qui te sied fort bien !"fit-il en montrant du doigt la mare de sang où gémissaient les pécheurs les plus violents de l'histoire de la race humaine.


Quelques secondes plus tard, il concentra son cosmos et bondit sur Rael :


"Unicorn Gallop !!"


Mais cela fut insuffisant pour intimider le spectre de l'Homme-Pantoufle :


"Imbécile !"


Ce dernier déploya ses bras et une bourrasque d'air frais contra promptement le chevalier de la Licorne, qui repartit à son point de départ. Alors que les gémissements des condamnés de la première vallée du Meikai martelaient ses oreilles, le descendant du troisième fils d'Israël songeait :


"Ce n'est pas vrai !... Cela fait la deuxième fois que mon attaque ne marche pas !"


Tout à coup, Rael lui lança :


"Chevalier, cela fait déjà deux fois que j'ai contré ton attaque, tu as bien vu de quoi j'étais capable !... Cependant, il ne s'agissait là que d'un simple échauffement... Tu vas goûter au pouvoir dévastateur des Hommes-Pantoufles !"


"Comment ?!"


Le spectre de l'étoile terrestre obsédée crispa aussitôt les muscles de ses bras et Lévi crut apercevoir derrière son adversaire d'innombrables colonies d'hommes-pantoufles, tous aussi repoussants les uns que les autres, le visage et le corps couverts d'orifices et de boursouflures répugnants.


"Je... Je crois rêver ! C'est un vrai cauchemar ! Quels sont ces monstres que le Meikai peut bien dissimuler ?"pensa le chevalier de bronze.


Tout à coup, Rael poussa son cri d'attaque :


"UNCURABLE OBSESSION !!"


 


Emma était à genoux et avait ses deux mains rivées sur son abdomen qui venait d'être frappé par Bradshaw. Ce dernier l'interpella brusquement :


"Eh bien, ma jolie, tu n'as pas l'air très forte... D'un autre côté, cela ne m'étonne guère : tu es chevalier de bronze, et une femme, en plus ! En revanche, moi, qui suis un spectre céleste, l'un des 36 guerriers les plus puissants de sa majesté Hadès, et un homme de surcroît, je te suis naturellement supérieur !"


Hors d'elle, la jeune fille se remit promptement sur ses deux jambes et répliqua :


"Bradshaw, ce n'est pas parce que je suis une femme que je te suis naturellement inférieure ! Ainsi, Eon, celle que j'aime, est peut-être une femme, mais elle fait partie de l'élite d'Athéna, les douze chevaliers d'or !"


A ces mots, le spectre de l'Ortie fit une grimace de dégoût :


"Pff... Cette perverse que Faarooq éliminera facilement... Tu as l'air bien jolie et pourtant, plutôt que de te ranger avec un mâle digne de ce nom, tu préfères cette dépravée... Je me demande ce qui a pu te passer par la tête..."


Emma rétorqua avec indignation :


"Sache, Bradshaw, que la première fois que j'ai vu Eon, je l'ai confondue avec un homme et je n'étais pas la seule ! Elle troublait tous les habitants du Sanctuaire, hommes et femmes compris ! Je n'ai pas mis bien longtemps pour comprendre que je l'aimais ! Et puis, il y a quelques jours, je l'ai découverte dans son plus simple appareil et ai vu qui elle était ! En larmes, elle m'a avoué sa féminité, mais aussi son penchant pour les femmes ! Pourtant, cela ne m'a nullement détournée d'elle, je l'aimais même encore plus, car j'avais vu sa vraie nature ! Je l'aime ! L'amour que j'avais n'était pas pour son identité sexuelle, mais pour ce qu'elle était ! Et c'est là la vraie splendeur de l'amour, un sentiment que toi, les autres spectres et Hadès ignorez tous !"


Durant tout le temps qu'avait parlé le chevalier de la Colombe, Bradshaw avait gardé ses bras croisés et, sous son casque hirsute, maintenu un air circonspect. Finalement, après qu'Emma eût prononcé ses derniers mots, il répliqua :


"C'est ce que j'appelle parler pour ne rien dire... Depuis toujours, l'homme et la femme sont faits pour être ensemble, afin de procréer ! Ce que tu dis là n'a pas de sens, ma jolie... L'amour n'a de sens que s'il est monogame et entre hommes et femmes ! Sinon, la prison de la vallée noire et celle de la troisième vallée n'auraient aucune utilité ! Et Dieu, en l'occurrence sa majesté Hadès, ne pourrait jamais créer quelque chose d'inutile !"


La jeune fille serra les poings :


"Je suis désolée, mais je ne peux appeler Dieu quelqu'un dont le seul but est d'anéantir toute la race humaine, qu'il rabaisse stupidement à une race de pécheurs ! Je me bats pour l'humanité, car j'ai foi en ma déesse, je sais qu'il subsistera toujours quelque chose de bon en l'homme ! Et ce, d'autant plus que vivre parmi les hommes m'a permis de rencontrer l'amour !"


Le spectre de l'Ortie soupira :


"Pff... Je vois que tu as la tête dure... Tant pis pour toi, puisque tu ne veux pas entendre raison, je vais devoir réellement t'achever !"


Il intensifia aussitôt sa cosmo-énergie, poussant Emma à en faire de même. Le chevalier de la Colombe, qui ne souhaitait pas perdre de temps, rassembla ses forces en quelques secondes, puis poussa son cri d'attaque, seulement une seconde avant que Bradshaw ne fasse de même :


"Wings Of Peace !!"


"Vegetal Flames !!"


 


Face à un Faarooq fort jovial à l'idée de l'éliminer, Eon avait bien du mal à garder son sang-froid. Le chevalier des Poissons avait beau savoir qu'il lui fallait vaincre son adversaire, l'image du futur spectre de la Mandragore égorgeant ses compagnes était restée gravée dans son cerveau.


"Bon, fini de rire, lâcha soudainement Faarooq. Tu as réchappé une fois au Blood Flower Scissors, mais la prochaine fois te sera fatale !... BLOOD FLOWER SCISSORS !!"


De nouveau, le couperet fonça droit sur Eon, et ce fut un miracle si la jeune femme ne fut pas touchée cette fois-ci ; sans doute la première vision de l'attaque de l'ancien disciple de Youssouf Bin Armad lui avait donné cet avantage fragile.


"Pas mal du tout, reconnut Faarooq avec un sourire narquois. Mais dis-moi... Jusque là, je ne t'ai pas vue attaquer... Les chevaliers d'or seraient-ils incapables d'utiliser des techniques offensives ? A moins que ta nature de dégénérée ne te le permette point..."


Piquée au vif, la jeune femme répliqua :


"Faarooq, je... Je ne te permets pas de me traiter de dégénérée ! J'ai supporté trop longtemps cette injure de la part des autres spectres, mais aussi de certains de mes frères d'armes..."


"Tiens donc ! fit le spectre de la Mandragore. On dirait que ces chevaliers sacrés sont plus intelligents que leur dévotion envers cette stupide Athéna ne le laissait penser... Si même tes alliés te dénigrent pour tes penchants pervers, n'y a-t-il pas une raison pour cela ?"


Eon fut troublée en écoutant les paroles de l'assassin de ses compagnes. Elle se mit à penser à ce qu'elle avait subi de la part de certains chevaliers sacrés : les injures de Lévi, de Pierre, de Damien, de sa propre disciple Elvira, l'hostilité affichée de Bosching, et même le crachat de Thérava. Tout cela la perturba fortement :


"C'est vrai... Ceux qui ont appris que je préférais les femmes aux hommes m'ont conspuée pour cela... Serais-je... Serais-je vraiment dans l'erreur ?"


Tout à coup, elle se souvint de Shion, qui l'avait sauvée in extremis des attaques de Ramsès du Sphinx, de Gautama qui, dans sa sagesse, avait fermé les yeux sur ses penchants et, surtout d'Emma, sa bien-aimée, qui lui portait un amour sincère et qui se moquait du qu'en dira-t-on. Elle se souvint notamment de ce que lui avait dit le chevalier de la Colombe dans la maison des Poissons, la veille de leur départ pour le Meikai :


"Eon... Je comprends ce que tu ressens... Mais même si le genre humain est rempli de défauts, il nous faut nous battre pour lui, car c'est lui qui permet à ce monde de vivre ! Et puis, quelque part, il reste toujours une part d'espoir ! Regarde-moi : je ne t'ai pas rejetée quand j'ai appris que tu étais une femme qui aimait les femmes, j'ai continué à t'aimer, et peut-être plus encore depuis que je sais ta vraie nature ! Eon, tant que je serai là, tant qu'il y aura quelqu'un qui t'aimera, non pas comme le chevalier efféminé sous lequel tu apparais, mais comme la femme que je connais, il ne faudra jamais perdre espoir !"


"C'est vrai..."murmura la jeune femme.


Puis, d'une voix haute :


"Non, Faarooq, tu te trompes !!"


"Que dis-tu ?"


"Bien que la plupart de mes frères d'armes aient désapprouvé mon comportement et mon amour pour Emma, cela ne veut pas dire pour autant qu'ils aient raison ! Pour ma part, j'estime qu'ils manquent de respect à mon égard ! J'ai beau aimer les femmes, je mérite aussi le respect, autant que ma bien-aimée et les autres habitants de la Terre, qu'Hadès souhaite anéantir !"


"Mais c'est parce qu'ils le méritent, répliqua le spectre de la Mandragore. Tout pécheur mérite la mort, c'est là la punition la plus juste qui soit... Et c'est celle-là que tu mérites, perverse !..."


"çA SUFFIT !!!"


Eon avait brusquement élevé la voix, faisant même sursauter son adversaire, qui se mit à penser :


"Elle ne veut donc rien entendre... Tant pis pour elle !"


Puis, tout haut :


"Tu l'auras voulu ! Je vais...!"


Ce fut alors qu'une rose rouge apparut dans la main gauche du chevalier des Poissons, ce qui ne manqua pas de surprendre Faarooq :


"Hum... Ne me dis quand même pas que c'est avec cette vulgaire rose que tu vas me tuer ?!"


La gardienne de la douzième maison du Zodiaque rétorqua, un petit sourire en coin :


"En effet... Pas avec une seule rose..."


La rose qu'elle tenait dans sa main se mit à scintiller étrangement puis, peu à peu, d'autres fleurs semblables apparurent autour d'Eon, qui semblait les contrôler grâce à sa seule cosmo-énergie. Son adversaire cligna des yeux à plusieurs reprises, signe que tout cela lui échappait :


"Mais à... à quoi joues-tu ?"


Le chevalier des Poissons répondit d'un ton qui se voulait plein d'assurance :


"Je ne joue pas, Faarooq ! Ce que tu vois là n'est autre que l'arcane qui te coûtera la vie !"


Puis, après qu'elle eût pris son souffle :


"ROYAL DEMON ROSES  !!!"


Le spectre de l'étoile céleste de la magie, ébahi, vit fondre sur lui des dizaines de roses rouges qui vinrent le frapper sur toutes les parties du corps, en prenant bien soin d'égratigner son visage défiguré. Faarooq tenta tant bien que mal de repousser la horde de roses rouges, mais finit par être submergé sous le nombre et se retrouva au tapis. L'air grave, Eon lui dit :


"Cela t'a-t-il servi de leçon, Faarooq ?"


La réponse ne se fit pas attendre :


"Nullement..."


Dans la seconde qui suivit, l'ancien disciple du cheikh Youssouf se releva, tout tremblant, et jeta à son adversaire un regard empli de dégoût :


"Espèce de sale dépravée... Tu... Tu as essayé de m'avoir avec ces stupides roses (il en balaya certaines qui s'étaient collées à son surplis, d'un revers de la main)... Mais sache... sache que je ne me laisserai pas vaincre aussi facilement !"


Il concentra alors sa cosmo-énergie, mais Eon ne broncha pas, y compris lorsqu'il leva ses deux bras en l'air et cria :


"BLOOD FLOWER..."


Mais tout à coup, la vision de Faarooq se troubla et il crut voir un chevalier des Poissons multiplié par trois, puis par six :


"QUOI ?!"


Dans le feu de l'action, il s'interrompit dans son élan, puis se mit à trembler fébrilement sur ses jambes, comme si ses forces l'abandonnaient, et la première vallée du Meikai sembla plonger dans un épais brouillard. Par ailleurs, le spectre de la Mandragore avait de plus en plus de mal à entendre les cris perçants des condamnés plongés dans la mare de sang, ce qui aurait pu lui plaire s'il ne sentait pas que ses forces le quittaient peu à peu :


"Je... Je n'y comprends plus rien... Je vois flou... Je tremble sur mes jambes, comme si j'avais de la fièvre... J'entends de moins en moins bien... Et... Et j'ai l'impression de perdre le... le goût et l'odorat... Qu'est-ce qui m'arrive ? Quelle sorcellerie as-tu utilisé contre moi, perverse ?"


Eon répondit rapidement :


"Faarooq, tu ne fais que goûter au pouvoir dévastateur de mes roses rouges !"


"Comment..."


"Mes roses rouges ne sont pas ordinaires, elles sont royales et démoniaques ! Royales, car dans l'Antiquité, les rois des cités grecques en faisaient pousser dans les jardins de leurs palais pour tenir éloignés les ennemis et les usurpateurs, démoniaques, car leur poison, contenu dans leurs épines et leur pollen, agit insidieusement, lentement... Peu à peu, leur victime perd ses cinq sens, puis sombre dans un profond sommeil dont elle ne sortira jamais... Et c'est ce qui t'attend, Faarooq ! Meurs en te repentant de tes crimes !"


"Non..."


Résolu à ne pas se laisser mourir, Faarooq fit un pas, mais trébucha et tomba sur le ventre, non loin de quelques roses rouges envoyées par la gardienne de la douzième maison du Zodiaque. Cette dernière murmura :


"Tu as rendu l'âme, Faarooq... Je te souhaite de payer pour ce que tu as fait à Delphine et à Anissa en Enfer !"


Puis, elle se dit à elle-même :


"Delphine, Anissa... A présent, vous êtes vengées !... Maintenant, je vais aider Emma, mon amour, à combattre son ennemi !"


Eon se détourna aussitôt du corps du spectre de la Mandragore, mais alors qu'elle s'apprêtait à aider Emma, une violente montée de cosmo-énergie survint derrière elle, la figeant sur place. Terrifiée, elle laissa échapper du bout des lèvres :


"Oh non..."


************


La cinquième prison, dans le Meikai


Néhémie était à terre, le souffle coupé, non seulement à cause de l'attaque de Parker, mais aussi par ce qu'il avait découvert à son sujet :


"C'est incroyable... Parker peut se rapprocher de la vitesse de la lumière... Cela voudrait-il donc dire qu'il est pratiquement aussi fort qu'un chevalier d'or ?"


"Eh bien, chevalier, serais-tu dans la Lune ?"


Sans réfléchir, le disciple de Christian leva la tête vers son adversaire et lui demanda :


"Parker, comment... Comment as-tu pu approcher la vitesse de la lumière ?"


Le spectre du Labyrinthe sourit :


"Je vois que tu es un fin observateur, chevalier... Je suis simplement l'un des plus puissants spectres célestes parmi les 36 qui se trouvent dans l'armée de sa majesté Hadès ! Le contrôle de ma cosmo-énergie m'a permis de porter des coups presque aussi rapides que la lumière ! Je crains que tes misérables coups portés à mach 5 ne soient pas suffisants pour me vaincre ! Ce qui a marché contre Fausto ne marchera pas contre moi ! Ha ! Ha ! Ha !"


Les rires du spectre déstabilisèrent quelque peu Néhémie :


"Ce n'est pas vrai... Maître Christian a eu beau me répéter de ne jamais perdre mon sang-froid face à l'ennemi, il va m'être difficile de garder mon calme dans des conditions pareilles !"


Parker reprit alors la parole :


"Ceci étant dit, sache que ma vitesse d'exécution reste encore bien inférieure à celle du seigneur Minos, dont je suis sous les ordres directs !"


"Comment ? Tu... Tu veux dire que les Juges des Enfers peuvent atteindre la vitesse de la lumière..."


"Plus ou moins, oui... Tu n'as pas idée de l'écart de puissance entre un Juge des Enfers et un chevalier d'or... Autrement dit, si toi, simple chevalier d'argent, tu te trouvais face au seigneur Minos, tu ne tiendrais pas cinq minutes contre lui !"


Le chevalier de la Coupe agrippa nerveusement des poignées de terre, tant il avait du mal à croire qu'il pût exister d'aussi terribles adversaires au sein de l'armée d'Hadès. Pourtant, alors qu'il aurait pu se laisser aller au désespoir, il se releva progressivement et dit à Parker :


"Tout compte fait, Parker, ce que tu viens de me dire m'a redonné espoir !"


"Comment ?!"


"Si j'ai bien compris, tu n'es pas le spectre le plus puissant de l'armée d'Hadès (un halo immaculé commença à envelopper Néhémie) ! Par conséquent, j'ai beau être un chevalier d'argent, j'ai une chance de te vaincre ! Je ne baisserai pas les bras, comme lorsque j'ai affronté Fausto !"


"Battre un spectre céleste n'est pas la même chose que terrasser un spectre terrestre, chevalier ! Je crains que tu ne finisses par être très déçu !"rétorqua le spectre de l'étoile céleste de la désorientation.


"Qui sait, lança Néhémie... Peut-être que ce sera toi qui seras déçu en fin de compte, Parker !... PAR LA POUSSIERE DE DIAMANT !!"


Une nouvelle traînée de neige glaciale fondit vers Parker, mais ce dernier sourit nerveusement, leva sa main droite à l'intérieur de laquelle un flux d'énergie apparut... et la Poussière de Diamant fondit rapidement au contact de ce flux d'énergie, au grand dam du chevalier de la Coupe :


"Oh non !!"


Durant quelques secondes, il resta sans voix, ébahi par son nouvel échec. Il ne disait rien, mais son visage trahissait ses pensées :


"Ce n'est pas vrai !.... La Poussière de Diamant n'a aucun effet sur lui !"


Ce fut alors que son adversaire l'interpella :


"Il serait temps que tu redeviennes raisonnable, chevalier ! Tu ne pourras jamais me battre !"


Malgré son appréhension, Néhémie rétorqua :


"Le crois-tu ? Je te rappelle que, jusque là, tu t'es essentiellement défendu, je ne t'ai vu que rarement à l'offensive !"


Parker sourit :


"Il suffisait de me le demander..."


Avant d'avoir pu ouvrir la bouche, Néhémie sentit le sol trembler autour de lui, alors que Parker venait de lever les bras au ciel. Sentant que l'atmosphère de la cinquième prison changeait anormalement, le chevalier d'argent demanda au spectre du Labyrinthe :


"Parker... que se passe-t-il ?"


"Chevalier, je ne suis pas uniquement doué pour envoyer mes ennemis aux antipodes grâce à la Lost Dimension ! Je peux également regrouper ma cosmo-énergie en une seule force destructrice, tellement puissante qu'elle pourrait ravager n'importe quelle planète du système solaire !"


"COMMENT ?!"


Intérieurement, Néhémie songeait :


"Miséricorde... Sa... Sa technique est fondée sur le même principe que la Galaxian Explosion du chevalier des Gémeaux... Et je sais combien cette technique est puissante... Vais-je vraiment mourir aussi misérablement ?"


Ignorant tout des attermoiements de son adversaire, mais très sûr de lui, le spectre du Labyrinthe lui lança :


"Chevalier, à présent, j'ai rassemblé assez de puissance pour t'envoyer dans l'autre monde !"


"Non !"


"CHAOTIC ANIHILATION !!"


Il y eut un grondement sourd, puis une lueur d'une taille considérable fonça sur Néhémie et entra en collision avec lui avant qu'il n'ait eu le temps de réagir...


 


Bosching ne se relevait pas. Bien que son armure d'or eût largement absorbé les effets du Lamia's Tearing, il était néanmoins profondément blessé dans son amour-propre : Marina, son ancienne fiancée, n'avait pas hésité à l'attaquer. Elle surgit soudainement devant lui en lui disant :


"Relève-toi, Bosching ! Bien que je sois décidée à te tuer, je n'aurais aucune fierté à exécuter un lâche de ton espèce..."


"Je... Je ne peux pas... Je ne veux pas..."


"çA SUFFIT !"


Fulminant de rage, la jeune femme saisit le chevalier des Gémeaux par sa longue chevelure sombre et le gifla violemment, ce qui le fit reculer. Alors que Bosching avait bien du mal à réaliser ce qui lui arrivait, il entendit le spectre des Lamia lui dire :


"Trouve un autre argument !! Plus tu afficheras ta lâcheté, plus j'aurai envie d'en finir avec toi !"


"Marina !! implora le chevalier d'or. Ecoute-moi, je t'en prie ! Je... Je regrette profondément ce que j'ai fait à toi et à ta soeur... C'était une erreur de jeunesse, je n'avais que dix-sept ans... Je... Je ne voulais pas te blesser, pas plus que pousser ta soeur au suicide..."


"Je me fiche de savoir que tu ne le voulais pas ! Tu l'as fait quand même !"rétorqua Marina.


Bosching observa attentivement les yeux du spectre des Lamia et n'eut aucun mal à y voir une profonde hostilité à son égard. Jugeant que lui confesser ses remords ne servirait à rien, il tenta une autre approche :


"Marina, écoute-moi ! Tu es dans l'erreur !"


"Comment ça ?"


"Tu ne te bats pas pour le Bien, mais pour le Mal ! Hadès, contrairement à ce que tu crois, n'a nullement l'intention de faire de la Terre un paradis où tous ses habitants auraient la vie éternelle, mais a au contraire l'intention de détruire toute la race humaine ! Marina, si tu persistes dans cette voie, tu causeras indirectement la mort de tes parents et de tes amis restés à Berlin ! Est-ce vraiment cela que tu souhaites ?"


Marina répliqua du tac au tac :


"Nullement... Et c'est bien pour ça que je sers sa majesté Hadès !"


"Comment ?"


La jeune femme éclata d'un rire magistral qui glaça le sang qui coulait dans les veines du chevalier des Gémeaux, puis reprit :


"Crois-tu que je vais vraiment croire sur parole quelqu'un qui m'a déjà menti ? Je ne puis te faire confiance, Bosching, je ne puis faire confiance à un briseur de coeurs et à un assassin !!"


"Tu te trompes !"gémit presque Bosching.


"Non !!! hurla le spectre des Lamia. Qu'est-ce qu'un homme qui pousse une jeune fille adorée par ses parents et sa soeur au suicide, si ce n'est un assassin ? Tu n'es pas l'implacable défenseur de la justice que tu prétends être, Bosching, tu es le Mal incarné !"


De telles paroles allèrent tout droit au coeur du chevalier des Gémeaux, qui commença à se poser des questions :


"Moi... le Mal incarné ? Non, ce n'est pas vrai, je connais les desseins maléfiques d'Hadès et de ses sbires... Mais... Mais j'ai trompé celle que j'aimais et ai été responsable de la mort de sa soeur... Qui... Qui suis-je ? Suis-je un serviteur du Bien ou le Mal incarné ?"


L'on pouvait facilement lire le désarroi sur son visage, tandis qu'il tremblait sur ses jambes. Le gardien de la troisième maison du Zodiaque était complètement déboussolé, pris entre deux feux, tiraillé entre sa situation actuelle et son sombre passé. Il voyait presque double, à l'instar du casque de son armure d'or, qui était pourvu de deux visages, l'un représentant la justice, l'autre la part d'ombre contenue en chaque être humain. Face à ce spectacle, Marina demanda à son ancien promis :


"Eh bien, Bosching, finirais-tu par comprendre ta situation ?"


Ce dernier, encore perturbé, fut bien incapable de répondre au spectre de l'étoile céleste des tourments, qui soupira :


"Pff... Non seulement tu es un lâche, mais en plus, tu es orgueilleux (elle commença à concentrer sa cosmo-énergie de nouveau) ! Je vais faire en sorte que ton orgueil soit châtié par la torture des Lamia !... LAMIA'S TEARING !!"


Cette fois-ci, non seulement ses tourments, mais aussi sa surprise face à l'attaque, ne permirent pas au chevalier des Gémeaux de riposter ; il fut à nouveau pris dans l'étreinte sanglante des Lamia, les vampires femelles de la mythologie grecque, dont l'amour causait la perte de leurs victimes, et subit une nouvelle torture d'une dizaine de secondes avant de retomber au tapis, saisi de convulsions douloureuses.


************


"Le chevalier des Gémeaux était méconnaissable, dit John en hochant la tête face à la stupeur du révérend Trevor. Il semblait avoir perdu toute envie de se battre, non seulement parce qu'il faisait face à son ancienne fiancée, mais également parce qu'il ne savait plus où il en était, pris entre deux feux, entre les deux facettes de son caractère..."


Le jeune homme marqua une courte pause, avant de lâcher :


"Toutefois, plus loin en arrière, à l'entrée de la cinquième prison, Shion du Bélier venait d'achever sa traversée de la mare obscure..."


************


L'entrée de la cinquième prison


Après une traversée assez longue, Shion venait de poser le pied sur la rive de la cinquième prison. Il aida Carrie à descendre du radeau de Remus du Lycaon, puis lui demanda :


"Carrie, nous sommes bien arrivés dans la cinquième prison ?"


"Tout à fait, Shion. C'est la prison où..."


Mais elle n'eut pas le temps d'achever sa phrase : d'épouvantables grognements vinrent couvrir sa voix. Intrigué, le chevalier du Bélier regarda tout autour de lui et sursauta sur place face à ce qu'il voyait : des dizaines de cadavres en décomposition, assis dans des tombes ouvertes auxquelles le feu avait été mis, poussaient des hurlements douloureux et sinistres. Le spectre de la Reine Ecarlate trembla tout le long de son corps, mais réussit malgré tout à finir ce qu'elle avait à dire :


"C'est... C'est la prison où finissent les pécheurs qui... qui sont restés sourds aux commandements divins..."


Shion tourna sur lui-même, tandis que les hurlements des défunts martelaient ses tympans. Il garda son sang-froid, mais était néanmoins fort impressionné par le supplice qui était appliqué en ces lieux :


"Quelle horreur..."songea-t-il.


Tout à coup, il y eut un nouveau cri, plus aigu que celui des défunts. Le chevalier du Bélier se retourna et vit Carrie qui avait mis la main à sa bouche. Alors que Shion allait demander à l'adolescente ce qui se passait, cette dernière hurla :


"MAMAN !!!"


Par le plus grand des hasards, elle était en face de la tombe où Margaret White avait été envoyée. Non seulement Carrie était épouvantée par le sort qui avait été réservé à sa fanatique de mère, mais elle était horrifiée de voir son cadavre découpé en plusieurs morceaux, en raison des coups portés par Rune du Balrog. L'adolescente laissa échapper un bruyant sanglot, puis alla se jeter dans les bras du gardien de la première maison du Zodiaque, qui la consola du mieux qu'il le pouvait :


"Calme-toi, Carrie, calme-toi... Tu ne pourras pas la faire revenir..."


Cependant, il n'avait pas oublié le récit du spectre de l'étoile céleste de la haine et savait que Margaret White était une chrétienne intransigeante et tyrannique, qui avait même failli tuer sa fille au nom de Dieu. Aussi, il pensa avec un sourire que Carrie n'aperçut pas :


"ça lui apprendra à jouer à Dieu !"


Puis il essuya les larmes de la jeune fille d'un revers de la main et lui dit :


"Carrie... Je comprends ton désarroi, mais nous ne pouvons plus perdre une seule minute... Nos amis sont en danger et nous ne savons pas où ils se trouvent, si ce n'est que certains doivent être en train de combattre Parker du Labyrinthe... Aussi, nous devons nous dépêcher de quitter ces lieux et de sauver les autres chevaliers... Comprends-tu ça ?"


"Oui..."approuva Carrie avec un sourire pâle.


Shion lui rendit son sourire et lui prit la main (l'adolescente rougit, mais le chevalier du Bélier resta indifférent), puis il l'entraîna loin des tombes enflammées, déterminé à sauver ses amis...


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada