Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Après avoir étudié leurs préparatifs pour leur prochain voyage vers l'Asie Mineure, la famille Roligny s'était résolue à se reposer, repos qui se prolongerait le lendemain, dimanche oblige. John, ses parents et le révérend Valnoy étaient désormais couchés dans leurs lits respectifs, mais tous avaient en tête la journée passée au Sanctuaire d'Athéna.

************

John

Le destin réserve parfois bien des surprises...Les chevaliers sacrés, le Grand Pope, la déesse Athéna...Tout cela est surprenant, j'ignorais l'existence d'une telle confrérie...Ils ont l'air décidés à servir l'humanité au péril de leur vie, contre un ennemi qui semble pire que le Malin lui-même...Je pense que je profiterai du repos dominical pour me renseigner sur eux, notamment en interrogeant les quelques chevaliers que j'ai vus aujourd'hui...Cela m'intéresse beaucoup...

Etienne

Athéna...Cette jeune fille me semblait remplie de chaleur et d'amour...autant que Jésus-Christ en avait lorsqu'il est venu sur Terre...J'ai beau être un fervent chrétien, je lui dois une reconnaissance éternelle...Mais le Sanctuaire conserve encore une part de mystère pour moi...Je pense que je vais essayer de revoir le Grand Pope, le chef des chevaliers sacrés, afin d'en savoir un peu plus, même si cela ne sera pas facile, tant il semble inaccessible et peu satisfait de devoir nous héberger...

Catherine

Quel étrange lieu et quels étranges personnages que ce Sanctuaire et ses chevaliers sacrés...Ils nous ont sauvés de l'abandon et de la mort et nous ont permis de conserver les quelques marchandises que nous avions pu sauver du naufrage...Le Jour du Seigneur sera une bonne occasion pour faire le point, même si je pense qu'Etienne et John vont tâcher d'en savoir plus...Par contre, pour le révérend Valnoy, j'ai le sentiment qu'il ne se plaît guère ici...

Valnoy

J'ai beau savoir que la vie nous impose souvent de terribles épreuves, pourquoi mon destin m'a-t-il imposé de me retrouver ici? Un nid de païens, d'idolâtres, qui osent prétendre qu'ils communiquent avec Dieu ou sont ses égaux! Et cette déesse Athéna, cette déesse qui est prétendument là pour sauver l'humanité...Seigneur, faites en sorte que notre séjour dans ce Sanctuaire ne s'éternise pas, je me vois difficilement tenir au beau milieu de ces individus!...Autant profiter du repos dominical pour rester dans la maison que l'on nous a désignée, je ne m'en porterai que mieux!...Maintenant que j'y pense, aujourd'hui, le 18 octobre, cela fait précisément cinquante-huit ans que l'édit de Fontainebleau a été proclamé, signant la fin de la tolérance religieuse pour la communauté réformée dans le royaume de France...Et cinquante-huit ans après ce drame, nous voici chez ces polythéistes!...Nul doute que le 18 octobre est un jour maudit pour nous autres calvinistes...

Après ces ultimes réflexions, le pasteur et la famille Roligny finirent par s'endormir.

************

Le lendemain, au Sanctuaire

Bien que ce fût dimanche, John et sa famille s'étaient levés tôt pour lire la Bible à voix haute, comme ils le faisaient régulièrement, sous la férule du révérend Valnoy. Après cette lecture qui dura plus d'une heure, Etienne s'adressa à sa femme, son fils et au précepteur de son fils:

"Bien...Maintenant que nous avons lu la Bible, nous pouvons faire ce que nous voulons en ce dimanche...Mon aimée, qu'avez-vous prévu?"

"Peu de chose, Etienne...Je pense rester ici pour faire le point et me reposer...J'en ai grand besoin après les événements de ces deux derniers jours..."

"Et toi, John?"

"Mon père, je pense que je vais me promener dans les alentours du Sanctuaire, afin de me renseigner plus sur les chevaliers sacrés d'Athéna...Il me semble qu'ils gagnent à être connus..."

"Vous n'y songez quand même pas, John!? intervint le révérend Valnoy. Ces païens seraient capables de vous écarter du droit chemin, celui qui nous a été montré par Dieu!"

"Révérend, intervint Etienne à son tour, ces chevaliers semblent porter à Athéna une vénération plus spirituelle que véritablement religieuse. De plus, cette jeune fille semble avoir autant d'amour en elle pour l'humanité qu'en avait Jésus-Christ. J'estime que nous pouvons lui faire confiance, de toute façon, nous ne resterons ici que quelques jours..."

Le pasteur se tut. Il savait qu'il ne pourrait intervenir dans la décision du chef de la famille Roligny. Rendez les choses de César à César, et les choses de Dieu à Dieu, cette parole de Jésus aux pharisiens, qui impliquait une séparation entre vie temporelle et vie spirtuelle, il se devait d'y être fidèle. Aussi se contenta-t-il de dire:

"Soit...Faites ce que vous voulez, Etienne...En tout cas, en ce qui me concerne, je ne bougerai pas d'ici!"

"Faites comme vous voudrez, révérend...Pour ma part, je vais essayer de voir le Grand Pope, pour lui poser quelques questions sur le Sanctuaire...Bonne journée à tous."

Après quoi, le négociant huguenot quitta la maison dans laquelle lui, sa famille et le révérend Valnoy étaient logés. Quand il fut parti pour de bon, John dit à sa mère:

"Mère, je m'en vais à mon tour me promener dans les environs du Sanctuaire...Je serai de retour sans doute pour le repas de midi, soyez tranquille."

Catherine répondit à son fils par un timide sourire. Le jeune homme baisa la main de sa mère, puis quitta la maison à son tour. Il marcha pendant cinq minutes, regardant le paysage qui se trouvait autour de lui. Le Sanctuaire d'Athéna était fort bien gardé par de nombreuses montagnes escarpées qui le protégeaient de l'indiscrétion du commun des mortels, à la fois par leur hauteur et leur difficile accessibilité, ce qui fit songer à John:

"Vu sous cet angle, c'est un miracle que nous soyons parvenus à proximité de ce lieu...Le destin réserve donc bien des surprises parfois...Mais...Mais pourquoi Dieu nous a-t-il donc guidés ici, un lieu dédié à une déesse de la Grèce antique, alors que mes parents et moi-même sommes de fervents chrétiens?..."

Le jeune homme n'eut pas plus de temps pour répondre à cette question; il se heurta subitement à quelque chose de massif et de solide. Il recula deux secondes après et constata qu'il semblait s'être cogné à un mur en or massif, ce qui ne manqua pas de l'étonner:

"C'est impossible! Le Sanctuaire d'Athéna n'est quand même pas protégé par de telles protections, et..."

John leva donc la tête et sursauta en poussant un cri de terreur. Il ne s'était pas heurté à un mur en or massif. Il s'était heurté à un géant, qui devait sans doute mesurer quarante centimètres de plus que lui, un géant qui portait une espèce d'armure en or, dont les principales caractéristiques concernaient les épaules, garnies de pointes et le casque, comportant deux cornes. Le jeune homme observa un peu plus attentivement le visage de celui qui était sûrement un chevalier sacré; sa peau mate et ses yeux bridés trahissaient ses origines asiatiques. Le chevalier sourit, puis ôta son casque, dévoilant de la sorte son crâne chauve. Il regarda fixement John, qui était toujours aussi impressionné par la carrure de son vis-à-vis, puis le salua:

"Bonjour, jeune homme! Qui es-tu et que fais-tu ici?"

John répondit en bégayant:

"Je...Je...Je me nomme John Ro...Roligny, je suis fils...fils d'Etienne Roligny, né...négociant de...de...New Rochelle...Nous...Nous...avons fait naufrage près...près de Grèce et avons...été...été recueillis par...par des chevaliers...chevaliers sacrés..."

Le chevalier marqua une courte pause, puis reprit:

"Je vois...Tu fais partie des naufragés recueillis par Felipe du Capricorne, c'est bien ça?"

"Oui..."

Le chevalier tendit sa main à John qui la serra, non sans appréhension, puis se présenta à son tour:

"Tu es donc le bienvenu au Sanctuaire d'Athéna, jeune John! Tu peux me croire, moi, Shad, chevalier d'or de la constellation du Taureau et gardien de la deuxième maison du Zodiaque!"

"Enchanté, murmura John. Vous êtes donc un chevalier d'or, comme Felipe, Shion et Dohko?"

"C'est exact...Je vois que tu as fait connaissance avec certains de mes semblables!"

"Nous...Nous avons traversé hier les douze maisons du Zodiaque, dont la vôtre, expliqua le jeune homme, mais vous n'étiez pas là..."

"En effet, reconnut le chevalier du Taureau. J'étais en plein entraînement avec mes deux disciples! Le combat contre les forces du Mal aura certainement lieu dans quelques jours et nous pouvons certainement y laisser la vie!..."

Shad s'interrompit soudainement, il venait d'entendre des bruits de pas qui couraient dans sa direction. Il se retourna et vit deux jeunes hommes, qui devaient avoir seize ou dix-sept ans, l'un était de taille moyenne et avait des cheveux châtains clairs et des yeux bleus, le deuxième avait des cheveux courts et noirs et des yeux marrons, et était plus grand que son camarade. Ils saluèrent Shad en inclinant la tête:

"Bonjour, maître Shad! Nous sommes prêts pour l'entraînement!"

John avait remarqué que le jeune homme aux cheveux noirs était probablement grec, tandis que celui aux cheveux châtains parlait avec un fort accent toscan. Il se hasarda à leur demander:

"Excusez-moi, mais...qui êtes-vous?"

Shad apporta au jeune homme une partie de la réponse:

"Ce sont mes disciples. Je t'en avais brièvement parlé, John..."

Les deux disciples de Shad se présentèrent alors au jeune homme:

"Je suis Boniface, chevalier d'argent de la constellation du Lézard!" dit le jeune homme au fort accent toscan.

"Quant à moi, je me nomme Hérodote, chevalier d'argent de la constellation du Grand Chien! répondit son camarade. Nous sommes tous deux disciples de Shad, chevalier d'or du Taureau!"

"Je le connais depuis peu." fit timidement le fils d'Etienne Roligny.

"Maître Shad, dit Hérodote, est un homme remarquable, aussi bien par sa puissance que par sa générosité! Il est digne de faire partie de l'élite de la chevalerie d'Athéna! Ceci étant dit, qui es-tu?"

"Je suis John Roligny, répondit John, fils d'Etienne Roligny, négociant de New Rochelle, une colonie du Nouveau Monde. Nous avons fait naufrage et avons été recueillis par trois chevaliers du Sanctuaire, dont le chevalier d'or du Capricorne."

"Et le Grand Pope vous a autorisés à rester ici? Pourtant, il se méfie des inconnus comme de la peste!" s'étonna Boniface.

"En fait, expliqua le jeune homme, il n'en avait nullement l'intention au départ, mais la déesse Athéna nous a donné son accord..."

"Athéna?! lâcha le chevalier du Grand Chien. Elle est donc venue dans le palais du Grand Pope? Pourtant, depuis qu'elle est redescendue sur Terre, il y a quinze ans, elle n'avait jamais quitté son temple! Je t'envie, John, tu es un vrai privilégié!"

"Merci, balbutia timidement John. Bon...excusez-moi, mais je crois que vous devez vous entraîner avec le chevalier du Taureau, et je ne souhaiterais pas vous retarder...Je vais continuer ma promenade dans le Sanctuaire."

"Alors, bonne promenade, John!" dit Shad d'un ton emphatique.

Le jeune homme salua les trois chevaliers d'un sourire timide et poursuivit sa marche. Il flâna lentement dans le Sanctuaire pendant une dizaine de minutes, jetant occasionnellement quelques coups d'oeil, pour mieux cerner le paysage et fut souvent étonné par ce qu'il voyait tout autour de lui: des colonnes doriques, des temples taillés dans la roche ou le marbre, tout ceci lui était tellement inhabituel qu'il ouvrit grand la bouche à plusieurs reprises, sous le coup de la surprise et de l'émerveillement. Il marcha encore pendant trois minutes, jusqu'à ce qu'il se trouvât près d'une espèce de colisée, pareil aux théâtres des combats de gladiateurs dans la Rome antique. Encore plus intrigué qu'auparavant, il avança lentement vers l'entrée de l'arène, où quelques personnes semblaient se battre furieusement, à en juger par les bruits de coups et les cris que l'on entendait:

"Allez, un peu de nerfs! Astropos, sois plus incisif dans tes coups de poings! Socrate, sois plus rapide si tu veux pouvoir immobiliser ton adversaire et le contrôler selon ta volonté! Ce n'est pas mal, Omar, ton saut dans les airs est plus offensif! Charles, un peu plus de concentration! Allez, plus d'agressivité! Souvenez-vous de ce que je vous ai souvent dit; ne soyez jamais tendres envers votre ennemi, vous êtes des chevaliers d'Athéna, vous êtes censés combattre les forces du Mal! Et le Mal ne mérite aucune pitié!"

La curiosité étant la plus forte, John s'approcha discrètement de l'entrée de l'arène, glissa un oeil vers le lieu où se déroulaient les combats et se figea devant le spectacle qui se tenait devant lui. Un homme de grande taille, aux longs cheveux noirs et au yeux ternes frappait un homme plus jeune et plus petit que lui, dont les traits principaux étaient des cheveux rougeâtres et des yeux verts, et il le frappait sans le ménager. Par ailleurs, un autre jeune homme aux cheveux châtains clairs et aux yeux bleus faisait face à un jeune homme aux cheveux gris et à un autre qui semblait venir de la Péninsule d'Arabie, à en juger par sa peau foncée. Le chevalier à la peau foncée sauta alors dans les airs, puis redescendit vers ses deux adversaires en criant des mots sortis de la langue arabe:

"RÂ'S AL GHÛL GORGONIA!!!"

Et les deux combattants de riposter immédiatement; les yeux du chevalier aux cheveux gris se transformèrent subitement en deux éclairs jaunâtres, tandis que son camarade hurla:

"Par la Paralysie du Temps!"

L'effet fut instantané: le jeune Arabe fut arrêté dans son saut et fut même amené vers le jeune homme aux cheveux gris, comme s'il n'était plus qu'une simple marionnette pour lui. Le chevalier aux cheveux gris envoya alors à son adversaire un violent coup de poing qui le fit saigner du nez. John frissonna devant cette scène, mais fut encore plus horrifié quand il vit l'homme aux longs cheveux noirs s'acharner sur son adversaire en lui envoyant des coups de pieds dans le ventre. Perdant son calme, le jeune calviniste courut vers l'arène en criant:

"Arrêtez, s'il vous plaît! Vous allez finir par le tuer!"

Surpris, l'homme aux cheveux noirs se retourna et regarda John avec des yeux aussi ronds que la Terre, tandis que les trois chevaliers qui se battaient avaient cessé leur affrontement à leur tour. L'homme aux cheveux noirs regarda fixement le fils d'Etienne Roligny, ce qui eut pour effet de le faire trembler sur ses jambes, puis lâcha, l'air énervé:

"Qui est donc cet hurluberlu qui vient interrompre mon entraînement quotidien avec mes disciples? Tu ne sais donc pas que seuls les chevaliers sacrés peuvent venir ici?"

"Excusez-moi, répondit le jeune homme d'une voix éteinte. Je ne me trouve au Sanctuaire que depuis la veille et j'essaie de me repérer...Ce n'est pas facile..."

Le jeune chevalier qui était alors malmené par l'homme aux cheveux noirs se releva subitement et rétorqua à John:

"Et d'abord, tu n'as rien à faire au Sanctuaire! C'est un lieu sacré, où seuls les chevaliers d'Athéna et les sentinelles peuvent s'y trouver! Qui es-tu?"

"John Roligny, répondit le jeune homme d'une voix quasi-mécanique, je suis fils d'Etienne Roligny, négociant respectable de New Rochelle. J'ai fait naufrage avec mes parents et mon précepteur et nous avons été recueillis par trois chevaliers, dont Felipe du Capricorne..."

"Ah bon?! lâcha l'homme aux cheveux noirs. Je n'ai pas vu Felipe hier, il faudra que j'aille lui parler! Quelle idée que d'aller héberger des étrangers au Sanctuaire, le Grand Pope a dû apprécier!

"Non, objecta John, qui n'avait pas saisi l'ironie du propos. En revanche, Athéna nous a donné son aval..."

L'homme aux cheveux noirs soupira:

"Pff...Eh bien, si c'est Athéna qui t'a autorisé à rester ici, je n'y peux rien! En tout cas, maintenant, déguerpis, j'ai du travail!"

John répliqua:

"Mais...Vous ne m'avez pas dit qui vous êtes, en passant..."

L'homme aux cheveux noirs soupira:

"Pff...Si tu y tiens...Je suis Bosching, chevalier d'or de la constellation des Gémeaux! Le jeune homme que je n'avais nullement l'intention de tuer s'appelle Astropos, chevalier d'argent de la constellation des Chiens de Chasse, quant aux trois autres, il s'agit aussi de trois chevaliers d'argent; Omar de Persée, Charles de l'Horloge et Socrate de la Boussole!" dit Bosching en désignant respectivement le jeune Arabe, le jeune homme châtain et celui aux cheveux grisonnants.

Le chevalier des Gémeaux marqua ensuite une courte pause, puis reprit:

"Bon, maintenant que je t'ai fait les présentations, tu vas me laisser, j'ai entraînement avec mes disciples! Allez, fiche le camp!"

John ne se le fit pas dire deux fois et quitta l'arène au pas de course. Omar sourit:

"En tout cas, celui-là, il ne risque pas de devenir chevalier, vu son manque de combativité!"

"En effet, approuva Bosching. Bon, assez perdu de temps comme ça, on reprend l'entraînement!"

Les quatre chevaliers d'argent se remirent donc à combattre de plus belle, sous les ordres du chevalier des Gémeaux.

************

Le révérend Trevor était abasourdi par la mésaventure dont John venait de lui faire part:

"John, comment ces individus ont-ils pu se comporter de façon aussi brutale avec vous?"

"Ils étaient occupés à s'entraîner, répondit timidement le jeune homme, notamment le chevalier des Gémeaux, dont j'avais entendu parler la veille...Felipe nous avait dit qu'il était réputé pour son caractère implacable et j'ai eu l'occasion de le constater...Je ne pouvais pas leur en vouloir; la bataille contre les forces du Mal approchait!"

Trevor soupira:

"Pff...D'un autre côté, le Christ ne nous a-t-il pas dit que si l'on nous frappait une joue, il fallait tendre l'autre...Quoi qu'il en soit, que s'est-il passé par la suite?"

John avala deux cuillérées de sa soupe encore chaude, puis reprit:

"Eh bien, pendant que je fuyais Bosching et ses disciples, mon père s'apprêtait à traverser les douze maisons du Zodiaque, pour demander audience au Grand Pope..."

************

Etienne

Me voilà parvenu au pied des douze maisons du Zodiaque. Je les ai déjà traversées la veille et il va me falloir en reprendre l'ascension, pour obtenir des informations auprès du Grand Pope...Deux heures de marche...Je me demande comment les chevaliers d'or font quand leur maître demande à les voir, d'ailleurs, aucun des trois chevaliers d'or qui nous accompagnaient hier ne semblait épuisé...Enfin, ne perdons pas de temps...

Après dix minutes de marche, je parvins devant la maison du Bélier. J'y fis quelques pas, quand une présence s'avança devant moi. Je m'arrêtai aussitôt et le vis. C'était un jeune garçon d'environ douze ans, qui portait sur lui une espèce d'armure blanche, qui ne couvrait que ses genoux, sa poitrine, sa taille et ses bras. Sa ceinture était munie d'étranges outils dorés, semblables à ceux des tailleurs de pierre. Le jeune chevalier me fit un sourire que je lui rendis, puis je le regardai fixement durant quelques secondes, avant de deviner son identité:

"Tu...Tu es le disciple de Shion de Jamir, c'est ça? Tu t'appelles Panti?"dis-je en utilisant mes vagues souvenirs de la veille.

"C'est ça! approuva le jeune garçon en souriant. Je suis Panti d'Appendix, chevalier de bronze du Burin, et disciple de Shion, chevalier du Bélier! Et vous, vous êtes qui?"

"Je me nomme Etienne Roligny, répondis-je en souriant, je suis un fervent chrétien de New Rochelle, une colonie du Nouveau Monde. Pourrais-tu me laisser passer, s'il te plaît?"

Contre toute attente, Panti me rit au nez:

"Ha! Ha! Ha! Ha! Vous croyez que je vais vous laisser passer? Je ne suis peut-être pas un chevalier d'or, mais je suis quand même un chevalier d'Athéna!"

Je haussai les épaules, mais je refusai pour autant de me mettre en colère, préférant la négociation, comme je le faisais en affaires:

"Ecoute, jeune Panti. Tu m'as vu hier avec ma femme, mon fils et le précepteur de mon fils, et j'étais accompagné par ton maître. Tu n'as rien à craindre de moi, je ne suis pas aussi fort que les chevaliers d'Athéna ou le Grand Pope, donc je pense que tu peux me laisser passer..."

Panti se mit à réfléchir durant une dizaine de secondes, puis finit par me répondre:

"Bon...D'accord! Vous pouvez passer, maître Shion ne m'en voudra pas, puisque vous le connaissez!"

"Merci bien, chevalier du Burin."répondis-je, avant de me remettre à courir vers les autres maisons.

Pendant près d'une heure, la traversée des maisons des chevaliers d'or fut paisible, les demeures du Taureau, des Gémeaux, du Cancer et du Lion étant tout à fait désertes. Ceci étant dit, je commençais à me fatiguer, alors que j'approchais de la demeure de la Vierge, et il me restait six autres maisons à traverser...Finalement, j'arrivai sur le seuil de la sixième maison du Zodiaque, celle de la Vierge. Lorsque j'y pénétrai, je ressentis immédiatement une impression de sérénité et d'harmonie qui me réchauffa le coeur et m'incita à marcher plus rapidement.

Ce fut alors qu'une lumière jaillit et me força à me protéger les yeux avec mes mains. La lumière brilla pendant un court laps de temps avant de s'éteindre, m'incitant à regarder devant moi. Je vis alors deux personnes qui semblaient méditer intensément, assises en tailleur. La première portait une armure en or massif et avait de longs cheveux châtains qui lui tombaient dans le dos. La deuxième portait une armure relativement couvrante, de couleur bleue-verte et avait des cheveux noirs et une peau légèrement foncée. Par ailleurs, ils avaient tous deux un point rouge au milieu du front et les yeux fermés en permanence, bien que ne semblant pas être aveugles. Je restai immobile devant ces apparitions pendant un bref instant, puis je me décidai à reprendre ma route, quand une voix me parla...me parla dans ma tête:

"Que viens-tu faire ici, étranger?"

L'effet de surprise passé, je répondis d'une voix un peu hésitante:

"Je...Je viens voir le Grand Pope...Je...Je ne suis qu'Etienne Roligny, respectable négociant de New Rochelle, une colonie du Nouveau Monde!"

"Tu es donc l'un de ces naufragés recueillis par Felipe...J'ignore si le Grand Pope est disposé à te recevoir, aussi, permets-moi de le lui demander par télépathie!"

"Par télépathie?" lâchai-je.

"Par la pensée, comme je le fais en ce moment avec toi."m'expliqua le chevalier d'or.

J'étais de plus en plus intrigué. Ce chevalier semblait être imperturbable, comme s'il était complètement détaché du monde...Et quel charisme...Je voulus en savoir plus sur lui, aussi lui demandai-je:

"Qui êtes-vous?"

"Etranger, je suis Gautama, chevalier d'or de la constellation de la Vierge. Le jeune homme qui se trouve à mes côtés n'est autre que mon disciple Thérava, chevalier d'argent de la constellation du Paon!"

"Enchanté, répondit Etienne. Excusez-moi, mais pouvez-vous demander au Grand Pope s'il est disposé à me recevoir?"

"Bien sûr, me répondit Gautama. Je ne voudrais pas que tu fasses des efforts inutiles!"

Une aura dorée vint alors recouvrir le corps du chevalier de la Vierge, qui semblait s'être détaché du monde, semblant oublier jusqu'à mon existence et celle de son disciple. Il resta immobile durant une minute, paraissant tout à fait hors de l'espace et du temps, puis l'aura qui le recouvrait se dissipa. Gautama me répondit alors:

"Tu as de la chance, étranger. Le Grand Pope accepte de te recevoir. Mais je dois te prévenir qu'il l'a fait après mûre réflexion, aussi comporte-toi avec distinction et fais preuve de respect à son égard..."

"Il n'y aura pas de problème. Merci, et au revoir, chevalier de la Vierge."

Gautama ne répondit pas à mon salut; il était probablement reparti dans sa méditation avec son disciple. Tâchant d'en faire abstraction, je repris ma route et me dirigeai rapidement vers la maison de la Balance, gardée par Dohko de Rozan.

************

Entre-temps, John s'était suffisamment éloigné de l'arène où s'entraînaient Bosching des Gémeaux et ses disciples. Après une course de plusieurs minutes, il prit appui sur un pilier du Sanctuaire et tâcha de reprendre son souffle. Cependant, il ne pouvait s'empêcher de penser à sa mésaventure avec le gardien de la troisième maison du Zodiaque:

"Quelle déconvenue! Pourquoi a-t-il fallu que je tombe sur un chevalier aussi antipathique que ce chevalier des Gémeaux? Après tout, Felipe, Dohko et Shion se sont montrés bien plus aimables envers nous! Cela fait à peine un jour que nous sommes au Sanctuaire, nous commençons à peine à nous adapter à cet asile particulier! J'ai beau savoir que ces chevaliers se préparent à combattre le Mal, il ne faudrait quand même pas oublier la bonté envers son prochain!..."

Tout à coup, le jeune homme fut subitement interrompu dans ses réflexions par une mélodie suave qui vint lui charmer l'ouïe. Il tendit attentivement l'oreille, avança à pas feutrés vers la source de cette mélodie, qui semblait venir d'une harpe ou d'une lyre, en tout cas d'un instrument à cordes pincées. John fit encore une dizaine de pas, puis aperçut le musicien qui l'avait séduit. C'était un jeune garçon, voire un jeune homme, aux longs cheveux châtains, coiffés en une longue natte. Il portait une armure blanche et jouait une mélodie enchanteresse au moyen de sa lyre. John resta admiratif devant tant de virtuosité; il ne fit donc plus de bruit et resta debout, immobile, pour écouter ce musicien prodigieux. Cependant, en dépit de sa discrétion, le chevalier remarqua sa présence:

"La mélodie que je joue te plaît-elle, jeune homme?"

Surpris de voir que sa présence avait été découverte, John acquiesça en balbutiant:

"Oui...Oui...Vous...Vous êtes très doué..."

"Tu n'es pas le premier à me dire cela, répliqua le musicien d'un air imperturbable, si imperturbable qu'il ne cessa pas de jouer de sa lyre. Tous les gardes et tous les chevaliers du Sanctuaire me l'ont dit au moins une fois depuis que j'ai été sacré chevalier!"ajouta-t-il sans fausse modestie.

"Qui êtes-vous?"demanda John.

"Véga, chevalier d'argent de la constellation de la Lyre, répondit le musicien. J'ai obtenu mon armure, il y a trois mois, sous la tutelle de Philoctète, chevalier d'or du Sagittaire!"

"Je le connais depuis peu, répondit John. Je crois qu'il entraîne aussi Tellos, chevalier d'Héraclès."

"Tellos est mon compagnon d'entraînement, en effet, reconnut le chevalier de la Lyre tout en jouant de son instrument. Mais il n'est pas le seul; Robin, chevalier de la Flèche, a été également entraîné par Philoctète...Cela dit, Tellos et moi sommes les seuls disciples du chevalier du Sagittaire à avoir eu des apprentis sous notre tutelle."

John voulut poser une nouvelle question à Véga, mais ce dernier se remit de plus belle à jouer de son instrument enchanteur, obligeant le jeune homme à se taire et à écouter sa musique pendant cinq minutes. Le jeune calviniste fut tellement charmé par le talent de Véga qu'il lui demanda:

"Chevalier de la Lyre, pourriez-vous me jouer votre plus beau morceau, s'il vous plaît?"

Le chevalier d'argent resta muet l'espace de quelques secondes, avant de répondre:

"Si tu y tiens vraiment..."

Il commença alors à jouer de son instrument, tout en murmurant:

"Les dieux ont arrêté leurs bavardages...Les oiseaux ont arrêté de chanter...Les étoiles aussi ont temporairement arrêté de briller...Et tous vont sommeiller dans la beauté et l'ivresse...Et le temps tout entier s'arrête un court instant...Et tout ce qu'il y a sur Terre va s'endormir...s'endormir...s'endormir..."

Véga joua pendant deux minutes une superbe mélodie, pareille à une berceuse, de sorte que les paupières de John s'alourdirent en quelques secondes et le fils d'Etienne Roligny parut sombrer dans une étrange torpeur. Ce ne fut que lorsque le chevalier d'argent s'arrêta de jouer que le jeune homme se réveilla en sursaut:

"Hein?! Mais...Que...Que m'est-il arrivé?"

"Peu de chose...Tu as simplement succombé au pouvoir de ma Sérénade vers l'Au-delà...C'est non seulement ma plus belle musique, mais aussi l'une de mes techniques favorites, illustrée par une splendide mélodie qui fait basculer mon ennemi dans un sommeil fatal...Bien sûr, je n'ai utilisé qu'une infime partie de son pouvoir, de sorte que tu as somnolé pendant quelques minutes...Si j'avais employé tout le pouvoir de ma sérénade, tu ne serais plus de ce monde..."répondit longuement Véga.

John resta interloqué. Un chevalier si paisible, si virtuose, capable de terrasser son adversaire de la sorte...C'était à peine imaginable pour le jeune homme, qui ne put que répliquer:

"Vous...Vous êtes remarquable, chevalier de la Lyre...Cela dit, je me rappelle que je voulais vous poser une question...Quels sont les disciples que vous entraînez, vous et Tellos?"

Véga se remit à jouer, puis répondit:

"Je suis le mentor de Tomas, chevalier de bronze de l'Hydre Mâle et de Tamen, chevalier de bronze de l'Hydre femelle, tandis que Tellos est le maître de deux frères, Bret et Owen, respectivement chevaliers de bronze de la Grande Ourse et de la Petite Ourse...D'ailleurs, Tomas et Tamen vont bientôt venir, je dois les aider à parfaire leurs techniques..."

"Alors, je ne vais plus vous déranger, chevalier. Au revoir!"

Véga répondit par une brève mélodie et laissa John partir ailleurs, dans le Sanctuaire. Le fils d'Etienne Roligny marcha pendant trois minutes, jusqu'à ce qu'il aperçut une petite maison éclairée par des bougies. Il s'en approcha à pas feutrés et entendit une voix qui parlait dans une langue qui ne lui était pas familière, une langue qui devait venir de l'Orient. Il s'avança encore un peu plus et vit un jeune garçon aux cheveux sombres et bouclés qui priait à genoux devant un chandelier à sept branches, éclairé par sept bougies. John comprit rapidement:

"Ce chandelier à sept branches...C'est l'un des symboles du peuple israélite...Ce jeune garçon doit donc prier en hébreu..."songea-t-il.



Tout à coup, John vit le jeune garçon s'arrêter subitement de prier. Il le vit ensuite se relever rapidement, puis le jeune garçon disparut de son champ de vision. John crut comprendre qu'il avait été repéré, chose qui lui fut rapidement confirmée par une voix mécontente:

"Que viens-tu faire ici? Qui te permet de me déranger pendant que je prie l'Eternel?"

Embarrassé, John n'eut pas le temps de répondre; le jeune garçon le scrutait de la tête aux pieds avec un air hostile. Dans la foulée, il lui dit:

"Tu fais donc partie de l'Eglise réformée? Je le vois à tes habits noirs!"

"En effet, murmura John. Je me nomme John Roligny, je viens de New Rochelle, une petite colonie du Nouveau Monde fondée par des huguenots, il y a cinquante-cinq ans. Et vous, je suppose que vous êtes juif?"

"En effet, si tu as bien vu mon chandelier à sept branches...Cela te froisse-t-il? Pour ceux qui, comme toi, croient naïvement que Jésus est le Messie annoncé par les prophètes, je fais partie d'un peuple déicide!"

"J'ai lu la Bible depuis mon enfance, répondit John, et mes parents et mon précepteur m'ont toujours dit que le Christ était juif! Si vous faites partie de la race de Jésus, je ne vois pas en quoi cela me froisserait..."

"Tu es bien le premier chrétien qui me dise ça, c'est étonnant, répondit le jeune garçon. Pour ma part, je suis toujours resté fidèle au Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob et j'en suis fier!"

Le fils d'Etienne Roligny resta muet devant une telle ferveur religieuse de la part du jeune israélite, avant de lui demander en le tutoyant:

"Es-tu un chevalier sacré?"

"En effet, et ce, depuis six mois. Je suis Lévi, chevalier de bronze de la constellation de la Licorne, au service d'Athéna!"

"Excuse-moi de te demander cela, Lévi, mais...si tu crois autant en Dieu, pourquoi sers-tu Athéna?"demanda John.

Imperturbable, Lévi répondit:

"Parce qu'Athéna a été envoyée par Dieu en personne! J'ai appris cela de la bouche de mon maître, alors que je m'entraînais dans les terres arides du Maghreb! Je ne vois donc aucune contradiction à servir Athéna et à prier Dieu!"

"Tu veux parler de celui que les Hébreux appelaient Yahvé, c'est bien cela?"demanda John.



A ces mots, Lévi darda sur John un regard aussi noir que les vêtements du jeune homme et répliqua en fulminant à moitié:

"Ne prononce plus jamais ce nom en ma présence! Je n'ai pas oublié le troisième commandement divin, celui qui dit: Tu ne prononceras point le nom de l'Eternel, ton Dieu, en vain! Réfléchis donc à deux fois avant de prononcer ce nom devant moi!"

"Tu sais, Lévi, murmura John, je connais aussi bien l'Ancien Testament que le Nouveau! Je connais les Dix Commandements et les Evangiles!"

"Vraiment? L'on ne dirait pas, répliqua le chevalier de la Licorne d'un ton sarcastique. Bon, à présent, tu serais bien aimable de me laisser, j'étais en train de prier l'Eternel!"

"J'ai compris. Au revoir, Lévi!"

"Au revoir..."

Une fois que John se fût suffisamment éloigné de Lévi, il se mit à penser:

"Eh bien, quel caractère! Je ne sais pas ce qu'en pense le Grand Pope, mais un tel phénomène ne doit être guère aisé à gérer!..."

Le jeune homme fut subitement interrompu dans ses pensées par une collision brutale; il semblait s'être cogné à quelque chose de dur, sans doute une armure de chevalier. Tout en se tenant le nez de sa main droite, il leva les yeux en l'air et fut comme figé sur place devant l'apparition qui se tenait devant lui. C'était un chevalier aussi grand que lui, qui portait une armure en or massif, dont les principales caractéristiques étaient des espèces d'écailles aux protections des cuisses, des avant-bras et sur le casque. Cependant, ce fut le visage du chevalier qui intrigua le plus le fils d'Etienne Roligny; c'était un visage des plus fins, des plus délicats, avec une peau très douce et des yeux aussi verts que deux émeraudes. Jamais John n'avait vu quelqu'un d'aussi beau que ce chevalier sacré. Ce dernier remarqua rapidement le trouble du jeune homme et lui dit en souriant:

"Eh bien, aurais-tu perdu ta langue?"

La voix du chevalier d'or était incroyablement douce, presque féminine, ce qui eut pour effet de troubler encore plus John, qui se mit à rougir, ce qui amusa le chevalier:

"Tu n'es pas le premier à être troublé par mon apparence physique, jeune homme! J'en ai l'habitude, l'on dit que ma beauté ne connaît pas d'égale parmi les chevaliers d'Athéna!"

"Eh bien, balbutia John, ces...ces propos sont tout à fait justifiés! Qui...Qui êtes-vous?"

Le chevalier d'or répondit avec une douceur rare:

"Je suis Eon de la constellation des Poissons, gardien de la douzième et dernière maison du Zodiaque!"

"Et...vous êtes grec? Felipe m'avait brièvement parlé de vous..."

"C'est exact, je suis né à Mytilène, non loin de l'Asie Mineure! Je suis venu ici pour l'entraînement de mes deux disciples...les voici, justement!"

John tourna la tête et aperçut deux jeunes garçons aux cheveux châtains et une jeune fille aux cheveux rouges et portant sur le visage un curieux masque de porcelaine. Eon fit brièvement les présentations:

"Jeune homme, je te présente mes trois disciples, tous chevaliers de bronze! Les deux garçons ont tous les deux treize ans, ils se nomment Elmo et Archibald et sont respectivement chevaliers de la Dorade et du Poisson Volant! Quant à cette jeune fille, elle a quinze ans et s'appelle Elvira, chevalier de bronze de la Chevelure de Bérénice!"

John salua les disciples du chevalier des Poissons, puis demanda à ce dernier:

"Veuillez m'excuser pour cette question osée, mais...il y a des femmes parmi les chevaliers d'Athéna?"

Eon répondit sans s'offusquer:

"En effet, mais il est vrai qu'elles ne sont pas nombreuses. Le milieu de la chevalerie est impitoyable avec les femmes, de sorte que seules deux femmes font partie de la chevalerie d'Athéna aujourd'hui! Et celles-ci doivent, pour officialiser l'abandon de leur statut de femme, porter un masque! Si jamais un homme voit leur visage, les conséquences sont lourdes pour lui, en général..."

John frissonna en écoutant les paroles du chevalier d'or. Ce dernier lui sourit:

"Ne t'en fais pas, jeune homme; tant qu'Elvira garde son masque sur elle, tu ne risques rien! Bon, excuse-moi, mais je dois aller m'entraîner avec mes disciples...Bonne journée!"

"Bonne journée, chevalier des Poissons..." répondit John.



Après qu'Eon et ses disciples se furent éloignés, John mit quelques instants avant de reprendre ses esprits et se rendre compte par la même occasion qu'il avait oublié de se présenter. Mais la beauté du chevalier d'or l'avait désarmé et il n'avait pu dire un mot. Aussi, le jeune homme pensa:

"Que ce chevalier des Poissons est beau...J'ai vraiment du mal à croire qu'il puisse être un homme..."

************

Alors que John venait de finir de raconter sa rencontre avec Eon, le révérend Trevor avait remarqué qu'un sourire triste était apparu sur le visage du jeune homme. Etonné, le pasteur lui demanda:

"John? Que veut dire ce sourire abattu?"

Et le fils d'Etienne Roligny de lâcher une réponse pour le moins sybilline:

"Soyez patient, révérend...vous finirez par comprendre."

John se tut pendant un bref laps de temps, puis reprit:

"Pendant ce temps, mon père se dirigeait vers le palais du Grand Pope..."

************

Etienne Roligny avait fini par arriver devant le palais du Grand Pope. Sa marche vers la demeure du chef des chevaliers sacrés s'était passée sans histoire, étant donné que les six dernières maisons du Zodiaque étaient désertes, à l'exception de la septième, gardée par Dohko, qui avait souri au négociant huguenot quand celui-ci avait traversé sa demeure. A présent, Etienne traversait en ce moment le couloir menant à la porte de la salle du trône. Alors qu'il s'en rapprochait, il fut interrompu dans sa traversée par deux sentinelles armées:

"Où vas-tu, toi? Tu approches de la salle du trône, où se trouve le Grand Pope, serviteur direct de la déesse Athéna! Tu n'as pas le droit d'y entrer!"

Gardant son calme, Etienne répondit:

"Je venais voir votre maître, j'en ai la permission. Le chevalier de la Vierge l'a informé de ma visite par télépathie..."

L'un des gardes toussota un peu en entendant les propos d'Etienne:

"Hum, hum...C'est ce que nous allons voir...Je m'en vais prévenir le Grand Pope de ta visite...et si tu nous as menti, gare à toi! En attendant, tu restes ici et tu ne bouges pas!"

Etienne ne put protester, car tandis que le garde était parti prévenir le Grand Pope, son camarade avait braqué sa lance sur le père de John, l'empêchant de bouger. Il resta dans cette position peu confortable durant près de deux minutes, jusqu'à ce que le garde revînt de la salle du trône et dit à son camarade:

"Il disait vrai, tu peux le laisser entrer."

Libre de ses mouvements, Etienne entra dans la salle du trône, puis s'avança devant le Grand Pope, qui siégeait sur son trône, parfaitement immobile. Le négociant huguenot le salua en inclinant la tête, puis dit:

"Merci d'avoir consenti à me recevoir, Grand Pope."

"De rien, étranger. Je ne l'ai toutefois fait qu'après avoir estimé que je pouvais te faire confiance. Bon, maintenant que tu as pu traverser les douze maisons du Zodiaque, peux-tu me dire ce qui t'amène ici?"

"Eh bien, fit Etienne, je voulais obtenir quelques renseignements sur la chevalerie d'Athéna, sur sa composition, sur les pouvoirs de ces combattants...C'est un univers qui m'est assez étranger, moi qui viens du Nouveau Monde et de la draperie...Qui sont ces chevaliers, combien sont-ils?"

Le Grand Pope resta silencieux durant cinq secondes, puis répondit à Etienne:

"Il existe autant de chevaliers sacrés que de constellations, autrement dit 88 chevaliers, chacun d'entre eux étant protégé par l'une des constellations célestes. Les chevaliers sacrés ne sont pas du même niveau; l'on recense 52 armures de bronze, 24 armures d'argent et 12 armures d'or. Les chevaliers de bronze sont les chevaliers les plus faibles, leurs armures sont assez peu couvrantes, mais ils sont mille fois plus forts que de simples mortels, ils peuvent porter leurs coups à la vitesse du son. Actuellement, nous comptons 44 chevaliers de bronze sur les 52 possibles, mais un 45ème devrait nous rejoindre dans très peu de temps...Les chevaliers d'argent sont la classe intermédiaire des chevaliers sacrés, ils ont souvent entraîné de nombreux chevaliers de bronze et peuvent se déplacer à une vitesse variant entre le double et le quintuple de celle du son. Leurs protections couvrent plus la poitrine et les jambes que celles des chevaliers de bronze. Ils sont 22 actuellement, seules deux armures d'argent n'ont pas été attribuées; celle de Céphée, qui se trouve sur l'île d'Andromède, et celle de Cerbère, disparue la Guerre Sainte de 1538...Enfin, il reste les douze chevaliers d'or, protégés par les douze constellations du Zodiaque. Leurs protections couvrent intégralement leurs corps, ils sont capables de parcourir sept fois et demie le tour de la Terre en une seule seconde. En d'autres termes, ils sont capables de se déplacer aussi vite que la lumière."

"Quoi?!"lâcha Etienne, abasourdi par cette ultime révélation du Grand Pope.

"C'est exact. Aussi, quand ils doivent venir se regrouper dans la salle du trône, ils peuvent y venir rapidement."

"Je comprends maintenant pourquoi les chevaliers sacrés ne semblaient pas dérangés par cette longue traversée, lâcha Etienne. Encore autre chose, Grand Pope, ces chevaliers sacrés, ont-ils dû vivre de terribles épreuves pour gagner leurs armures?"

Il y eut un silence, puis le Grand Pope répondit:

"Plus que tu ne peux l'imaginer. Je dirais même que subir un entraînement pour devenir chevalier sacré équivaut à l'enfer sur Terre. D'ailleurs, à ce jour, deux lieux d'entraînement sont le théâtre de douloureuses épreuves, si douloureuses qu'aucun mortel n'en est revenu avec une armure."

"Et de quels lieux parlez-vous, Grand Pope?"

"Je parle en premier lieu d'une île située en-dessous de l'équateur, au coeur de l'Océan Pacifique; Death Queen Island, que l'on appelle aussi l'Ile de la Mort! C'est sur cette île que se trouve la plus puissante des protections, l'armure de bronze du Phénix! Beaucoup de jeunes gens se sont rendus là-bas...Dans le pire des cas, ils n'en revenaient pas, dans le meilleur des cas, ils en réchappaient traumatisés pour le restant de leurs jours!...Encore que je me demande s'il n'est pas mieux de ne jamais revenir de cet enfer si l'on n'est pas capable de devenir chevalier sacré..."

"Et le deuxième?"

"Je t'en ai parlé brièvement, il s'agit de l'île d'Andromède! Elle se situe dans l'ouest de l'Océan Indien, au large de la corne d'Afrique. Elle abrite quatre armures de bronze, celles d'Andromède, de Cassiopée, du Caméléon et du Petit Chien, ainsi que l'armure d'argent de Céphée! Là non plus, personne n'en est jamais revenu avec une armure de chevalier!"

"Merci pour vos précisions, Grand Pope...Avant de vous quitter, j'aimerais vous demander une dernière chose...Au sujet de votre fonction...Comment êtes-vous devenu Grand Pope?"

"Avant de te répondre, sache que seul un chevalier d'or peut prétendre à ce poste. Le Grand Pope étant le chef des chevaliers sacrés, il doit être doté d'un corps, d'un esprit et d'un coeur purs, pour éviter qu'il n'abuse de ses fonctions pour son propre profit. En 1538, après la dernière Guerre Sainte, seuls dix chevaliers sacrés avaient survécu, sept chevaliers d'or et trois chevaliers d'argent. Le Grand Pope de l'époque étant sur le point de mourir, il a convoqué à son chevet les chevaliers d'or survivants et m'a désigné comme successeur, car il estimait que j'étais le serviteur le plus dévoué de la déesse Athéna. Je n'avais que vingt ans à l'époque."

"Vingt ans? Et vous êtes toujours en vie?" lâcha Etienne, légitimement surpris.

"La volonté d'Athéna m'a permis d'obtenir une longue vie. Pour ce qui est des autres chevaliers, ils ont quitté ce monde, les uns après les autres, sachant que d'autres jeunes gens courageux prendraient le relais. Depuis, je dirige le Sanctuaire avec justice et fermeté, convoquant parfois les douze chevaliers d'or pour des conseils extraordinaires, quand la gravité de la situation m'empêche de prendre une décision tout seul. Cependant, je ne puis rien décider sans l'aval d'Athéna..."

"Grand Pope! M'entendez-vous?"

La voix avait retenti dans le cerveau du Grand Pope, de sorte qu'Etienne Roligny ne pût l'entendre. Le chef des chevaliers sacrés comprit immédiatement de qui il s'agissait:

"Athéna? Est-ce vous, ma déesse?"

"C'est exact, Grand Pope. Je vous ordonne de vous rendre à mon temple de toute urgence!"

"Très bien, ma déesse, j'arrive le plus vite possible!"

Puis, se tournant vers Etienne:

"Etranger, je suis navré de devoir te congédier aussi subitement, mais la déesse Athéna m'a ordonné de me rendre à son temple."

"Oh, ne vous alarmez pas, Grand Pope, répondit Etienne, je n'avais pas l'intention de m'éterniser ici! En tout cas, merci d'avoir accepté de me recevoir et d'avoir répondu à mes questions! Au revoir, Grand Pope, que Dieu soit avec vous!"

"Au revoir." répondit simplement le Grand Pope.

Après qu'Etienne Roligny se fût éclipsé, le représentant terrestre d'Athéna se leva de son trône et partit retrouver sa déesse dans son temple.

************

De son côté, John était revenu près des arènes du Sanctuaire, après avoir longuement erré et occupé son esprit à oublier Eon des Poissons, dont l'apparence pour le moins efféminée l'avait complètement troublé. Il était resté admiratif devant la beauté de ce jeune éphèbe, mais s'était efforcé néanmoins de ne pas se laisser suffisamment ensorceler:

"Je ne dois pas songer en permanence à ce chevalier, aussi beau soit-il! J'ai un devoir à accomplir dans les semaines à venir, où je devrai épouser celle qui m'est destinée, comme prévu! Je dois agir comme un parfait chrétien digne de ce nom!"

Aussi, John avait flâné dans le périmètre du Sanctuaire pendant plus d'une demi-heure, parvenant au final à oublier le chevalier des Poissons. Il avait ensuite fait demi-tour et avait fini par revenir non loin de l'arène du Sanctuaire, là où il avait été pris à partie par le chevalier des Gémeaux, une chose qu'il n'avait guère digérée. Le jeune homme décida donc de passer discrètement près de l'arène, mais cela ne porta guère ses fruits: à peine avait-il fait quelques pas qu'il tomba sur un jeune homme plutôt grand aux cheveux châtains bouclés et aux yeux bleus. Le jeune homme en question était accompagné de quelqu'un que John connaissait un peu depuis la veille; Cristobal de la constellation du Toucan. Ce dernier remarqua rapidement le fils d'Etienne Roligny et le salua:

"Bonjour, John! Quel bon vent t'amène?"

"Bonjour, Cristobal. Je ne faisais que me promener dans les environs du Sanctuaire, profitant de l'opportunité donnée par le Jour du Seigneur..."

"Tu es donc l'un de ces naufragés dont Felipe m'a parlé, n'est-ce pas?"demanda le jeune homme près de Cristobal.

"En effet, je me nomme John Roligny, fils d'Etienne Roligny et natif de la colonie de New Rochelle, dans le Nouveau Monde!"

"Enchanté de te connaître, jeune John. Quant à moi, je suis Daniel de la constellation du Lion, gardien de la cinquième maison du Zodiaque et mentor de Cristobal!"

"Vous êtes donc le chevalier d'or du Lion? lâcha John. C'est...C'est amusant, vous me faites penser à ce personnage de l'Ancien Testament, jeté dans la fosse aux lions par Darius le Mède et sauvé par l'ange de Dieu!"

"Je suis admiratif devant autant de savoir, sourit Daniel. Effectivement, je suis d'ailleurs moi-même un lointain descendant de la tribu de Juda!"

"Vous n'êtes pas le premier juif que je rencontre, ajouta John. J'ai rencontré également le chevalier de la Licorne, un certain Lévi!"

"Je le connais bien, répliqua Daniel. Pour être plus précis, nous sommes trois chevaliers sacrés issus des peuples d'Israël et de Juda; Néhémie de la Coupe, actuellement en Sibérie, Lévi de la Licorne et moi-même! Cela dit, de nous trois, c'est Lévi qui est le croyant le plus fervent, ce qui doit s'expliquer par ses origines, étant donné qu'il descend de la tribu de Lévi, qui veillait sur les Tables de la Loi dans les temps anciens..."

"Je comprends...Et donc, vous êtes le mentor de Cristobal?"

"Pas seulement de Cristobal. J'ai eu sous ma tutelle deux autres chevaliers d'argent; Edgar du Corbeau et Joseph de l'Aigle. Quant à Cristobal, il a également entraîné deux chevaliers de bronze...dont en voici un d'ailleurs...Non, en voici une!"

Sous les yeux de John, Daniel et Cristobal, une jeune fille aux longs cheveux blonds vêtue d'un justaucorps blanc et d'un masque de porcelaine venait d'apparaître. Elle salua les deux chevaliers sacrés:

"Bonjour, chevalier du Lion! Bonjour, maître Cristobal! Je suis prête pour l'entraînement! Mais...qui est ce jeune homme présents à vos côtés?"

"Quelle superbe voix...Elle est encore plus douce que celle du chevalier des Poissons..."songea John admiratif.

Le chevalier du Toucan se chargea de faire les présentations:

"Emma, je te présente John Roligny, jeune colon de New Rochelle. John, voici l'une de mes deux disciples; Emma, chevalier de bronze de la Colombe! Elle n'a que quinze ans, mais est fort prometteuse!"

"Enchanté, mademoiselle."mumura John, qui baisa la main de la jeune fille. Cette dernière répliqua:

"Vous êtes très galant, John!"

"Mes parents m'ont toujours inculqué le respect de la gente féminine, c'est primordial dans notre famille."expliqua le jeune homme.

Parallèlement, il pensa:

"Quel parfum suave, quelle peau douce..."

Toutefois, il fut rapidement sorti de ses pensées par la voix de la jeune fille:

"Excusez-moi, mais il faut que j'aille m'entraîner avec maître Cristobal! Au revoir, John!"

"Au revoir, mademoiselle."répondit le jeune homme.

Après que le chevalier de la Colombe fût partie avec son mentor, Daniel s'adressa au jeune homme en ces termes:

"Elle ne te laisse pas indifférente...Je te comprends, même si je n'ai jamais vu son visage!"

Et John de répondre fermement:

"Peut-être...Mais il n'est pas question pour moi de la courtiser, je dois me marier avec celle qui m'est destinée dans quelques semaines! Excusez-moi, Daniel, mais il me faut y aller, je dois partir déjeuner dans peu de temps! Au revoir, chevalier du Lion!"

"Au revoir, John!"

Quand il fut suffisamment loin du gardien de la cinquième maison du Zodiaque, John songea:

"D'abord ce chevalier des Poissons aussi beau qu'une femme, ensuite ce chevalier de la Colombe! Plaise à Dieu que je reste dans le droit chemin, faute de quoi, cela peut vouloir dire que je ne suis pas voué à la vie éternelle!"

************

Le temple d'Athéna

Le Grand Pope venait d'arriver dans le temple de la Déesse de la Guerre. Cette dernière l'attendait, l'air impassible, debout devant sa statue. Il s'agenouilla alors devant la jeune fille et lui dit:

"Me voici devant vous, déesse Athéna. Que puis-je faire pour votre service?"

"Grand Pope, répondit la déesse d'une voix douce, si je vous ai convoqué ici, c'est parce que je sens que le moment où se réveilleront les forces du Mal n'est pas loin! Cela fait quinze ans que je suis revenue sur Terre, signe que mon sceau retenant captif le Mal depuis la dernière Guerre Sainte ne tardera pas à se briser! Cependant, je veux en avoir le coeur net. Aussi, Grand Pope, je vous l'ordonne; ce soir, rendez-vous sur Star Hill, que l'on appelle plus communément le Mont Etoilé, et consultez la position des étoiles!"

Le chef des chevaliers sacrés resta silencieux pendant trois secondes, puis répondit:

"Il en sera fait selon votre volonté, ma déesse. Je partirai sur le Mont Etoilé et je reviendrai vous apporter les nouvelles que vous attendez!"

Le Grand Pope se releva alors et repartit vers la salle du trône. Quant à la déesse Athéna, restée seule, elle songea:

"Sauf erreur de ma part, le Grand Pope reviendra de Star Hill pour m'annoncer que les forces du Mal se réveilleront dans très peu de temps! Mais je connais mon destin et je l'accepte! De plus, je ne serai pas seule dans ce combat fatidique! Lorsque le monde est menacé par les forces du Mal, ceux que l'on appelle les chevaliers de l'espoir font leur apparition! Je sais qu'ils viendront se battre à mes côtés, pour l'amour et la justice sur Terre!"

Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada