Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

"I can't understand
What makes a man :
Hate another man.
Help me understand."


("Je ne peux pas comprendre
Ce qui fait l'homme :
Haïr un autre homme.
Aidez-moi à comprendre.")


(Depeche Mode, People Are People (paroles de Martin L. Gore), 1984)


************


Le royaume de Skygard


Depuis quelques minutes, Harald était d'humeur maussade. La neige avait en effet commencé à tomber à gros flocons autour du camp de la résistance skygardienne, ce qui faisait une contrainte de plus à subir avec le froid glacial. Aussi, le jeune guerrier décida de rentrer dans la petite maison qui servait de refuge à ses troupes et d'en profiter pour élaborer un plan de bataille. Lorsqu'il pénétra dans la demeure, il y trouva le vicomte Leyfamir et trois soldats :


"Harald ! Quelles nouvelles apportez-vous ?"demanda le vicomte.


"Rien de bien réjouissant... La neige tombe plus fort que jamais et l'oeuvre destructrice d'Hadès se poursuit... Au loin, j'ai entendu une explosion extraordinaire d'énergie, tellement violente qu'on l'entendait dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres... J'avais beau être loin, j'ai cru comprendre qu'elle était l'oeuvre d'Eaque..."


"Le Juge des Enfers ?" lâcha Leyfamir.


"En effet..."


"Alors, Harald, demanda un soldat, cela veut dire qu'Eaque et ses Spectres ne vont pas tarder à attaquer ?"


"Je ne sais dans combien de temps cela se produira, mais c'est inévitable..."


"Dans ce cas, il nous faudra faire face à l'ennemi..."soupira un autre soldat.


"C'est inutile !!"


Ce cri rageur avait subitement interrompu la conversation des membres de la résistance, qui ne tardèrent pas à en identifier la provenance :


"Votre Altesse ?"fit Leyfamir.


"C'est inutile !! C'est écrit dans la prophétie ! Les trois premiers vers sont devenus réalité et le quatrième ne tardera pas à le devenir !!"fulmina le roi Norst 1er depuis la pièce où Harald l'avait enfermé à contre-coeur.


"Votre Altesse, répliqua le jeune chef de la résistance, nous ne le saurons que si Eaque et ses sbires parviennent à nous anéantir..."


"Ils nous anéantirons, Harald !! Il n'y a aucune issue ! Je te l'ordonne, libère-moi !"


Harald secoua la tête :


"Je suis désolé, Altesse, mais je ne peux pas... Ce serait aller contre l'intérêt de ma patrie... Et puis, au fond de vous, n'avez-vous rien qui vous retienne contre cette folie ?"


"Tu..."


Mais tout à coup, la voix du vieux souverain se brisa et les membres de la résistance comprirent qu'il venait de fondre en larmes, ce qui leur occasionna une certaine gêne :


"Altesse..."murmura Harald.


Aussi, le jeune guerrier et ses aides décidèrent de se retirer sur le palier de leur refuge, en dépit des intempéries. Là, ils se mirent à discuter du désarroi de leur souverain :


"J'ai de la peine pour son Altesse, confia Harald. Si seulement il consentait à me dire ce qu'il cache..."


"Malheureusement, Harald, il ne semble pas disposé à le faire..."répondit Leyfamir en se grattant le menton.


"Et pourtant, je suis convaincu qu'il y gagnerait..."


Le silence se fit entre les cinq hommes, puis Harald reprit :


"Dites-moi, savez-vous où se trouve Davol ?"


"La dernière fois que je l'ai vu, il se trouvait dans les parages..."répondit un soldat.


"Amène-le moi, je veux lui parler..."demanda le chef de la résistance.


Le soldat hocha la tête et partit en avant, laissant Harald et Leyfamir regarder le ciel. Un spectacle qui ne les enthousiasmait guère :


"C'est étrange, Harald, constata le vicomte. Le ciel de Skygard est plus obscur que d'ordinaire..."


"En effet..."


Le jeune guerrier trembla nerveusement malgré lui, puis, pour lui-même :


"J'espère que ce n'est pas là un mauvais présage que nous envoie le Créateur..."


************


Le Sanctuaire, dans la demeure provisoire des Roligny


"Catherine, qu'avez-vous ?"


Etienne Roligny avait remarqué que son épouse s'était assise sur leur lit et regardait sa croix huguenote avec des yeux embués. Le négociant new-rochelais reposa sa question :


"Mon aimée, avez-vous l'âme en peine ?"


"Il m'est difficile de ne pas l'avoir, Etienne... Bien sûr, je ne cesse encore de penser à John et au révérend Valnoy, mais..."


"...Catherine, répliqua son époux, c'est inutile. Tant que nous n'avons pas la certitude du trépas de notre fils et de notre ami, il ne sert à rien de nous inquiéter..."


"Il... Il n'y a pas que cela, Etienne... Il y a quelques instants, j'avais vu le ciel s'obscurcir et... et le trouble qui grandit en mon coeur me dit que les chevaliers sacrés sont en mauvaise posture ! Si... Si le seul espoir que nous avons de revoir John nous est ôté, que nous restera-t-il ?"


Etienne Roligny poussa un léger soupir, puis posa sa main sur l'épaule de sa femme et lui dit :


"Si tel est le cas, cela sera le signe que la fin du monde aura lieu... Mais quelque part, si Dieu nous permet de venir à ses côtés avec John et le révérend Valnoy, cela saura nous consoler de les avoir perdus dans cette vie... Mais, mon aimée, tant que rien n'annonce l'Apocalypse, nous devons prier le Seigneur pour que les chevaliers d'Athéna l'emportent sur ce démon qu'est Hadès ! Nous ne devons pas perdre espoir, Catherine, fit le négociant calviniste d'une voix plus douce... Nos familles, chassées du royaume de France après l'édit de Fontainebleau, n'ont pas perdu espoir de trouver une terre d'asile et l'ont trouvée sur les rives du Nouveau Monde ! Alors, Catherine, lui dit son époux en lui caressant la joue, gardez la foi..."


Dans la foulée, Etienne se retourna rapidement et se mit à prier. Son épouse, qui souriait à moitié, ne tarda pas à en faire de même...


************


Les Cévennes, dans le royaume de France


Depuis le sommet du Mont Aigoual, Rhadamanthe tournait nerveusement en rond. Le Juge des Enfers savait depuis près d'une heure qu'il devait ne plus bouger de son camp suite à la décision de Moloch et il ne le digérait toujours pas :


"Cela fait je ne sais combien de temps que je poireaute dans ce trou perdu pendant que mes hommes éliminent les chevaliers d'Athéna ou se font massacrer ! Mais à quoi peut bien jouer ce Moloch ?..."


Il se mit à réfléchir un instant, avant de lâcher :


"Hum... Je me rappelle de la conversation que j'ai eue dans l'Anténora avec Minos et Eaque, avant que ce dernier ne parte pour le royaume de Skygard... Une conversation qui avait tourné autour du serviteur de sa majesté, justement..."


Le Spectre de la Vouivre s'interrompit de nouveau, puis, d'une voix plus haute qu'avant :


"Non... Je ne peux imaginer une telle chose... Depuis la nuit des temps, nous sommes liés par notre devoir envers sa majesté Hadès... C'est impossible..."


"Seigneur Rhadamanthe !!"


Le Juge se retourna vivement et aperçut Motta de la Harpie et Romero du Zombie qui accouraient dans sa direction. Les deux Spectres célestes s'agenouillèrent devant leur supérieur :


"Nous sommes à vos ordres, seigneur Rhadamanthe !"


La mine dénuée de toute émotion, Rhadamanthe demanda simplement à ses subalternes :


"Avez-vous suivi mes instructions ?"


"Au pied de la lettre, monseigneur, affirma Romero. J'ai fait une quatrième victime... Un chevalier d'argent qui s'est jeté imprudemment dans la gueule du loup... c'est à dire le territoire des morts..."


"Très bien, Romero... Et toi, Motta, as-tu averti le spectre de l'étoile terrestre féérique ?"


"Oui, répondit le Spectre de la Harpie... Cependant, je n'ai pas encore senti qu'un chevalier était tombé de ses mains..."


"Cela viendra en temps voulu... Le spectre de l'étoile terrestre féérique a un pouvoir remarquable... Ce n'est qu'un spectre terrestre, mais suffisamment puissant pour abattre tous les chevaliers d'or..."


Rhadamanthe se tut pendant quelques secondes, puis reprit :


"A ce propos, certains chevaliers d'or sont-ils tombés au combat ?"


"Je n'en ai pas eu l'impression, seigneur, supposa Motta. En tout cas, je n'ai pas ressenti la disparition d'une puissante cosmo-énergie."


"Il est temps que cela change... Romero !"


"Oui, monseigneur ?"


"Pars en avant et arrange-toi pour trouver un chevalier d'or et l'éliminer ! Nous avons subi de nouvelles pertes récemment et il serait peut-être plus prudent de contre-attaquer en privant Athéna de ses meilleurs éléments !"


"C'est une bonne idée, seigneur..."fit le spectre morbide.


"Cela vaut aussi pour toi, Motta..."


"Seigneur Rhadamanthe, je ne puis faire ça..."


"Et pourquoi donc ?"répliqua le Juge avec virulence.


"Souvenez-vous... L'ordre du seigneur Moloch... Jusqu'au prochain changement de stratégie, vous et moi devons rester à l'arrière du front... Le seigneur Moloch est le premier serviteur de sa majesté Hadès, sa parole a donc force de loi... Oseriez-vous vous opposer à sa volonté ?"


Rhadamanthe poussa un profond soupir, puis répondit mollement :


"Non... Très bien, puisqu'il en est ainsi, tu partiras seul, Romero..."


"A vos ordres, seigneur !"


Le Spectre du Zombie salua son supérieur d'un geste vif de la tête, puis se hâta de repartir sur le front. Rhadamanthe et Motta restèrent alors seuls au sommet du Mont Aigoual, mais cette situation n'enchantait guère le Spectre de la Vouivre, frustré de n'avoir pu abattre qu'un seul chevalier jusque là. Il se mit à penser de nouveau à la Guerre sainte, aux combats qui avaient pour enjeu la naissance d'Utopia et sa mise à l'écart par un vieil homme sorti d'il ne savait où. Toutes ces frustrations finirent par peser sur le Juge des Enfers, dont la mine se détendit et qui lâcha d'une voix placide, tout simplement :


"Putain de merde."


************


La province du Hunan, dans l'Empire du Milieu


Sun


Me voilà enfin arrivé au coeur du Hunan... J'ai mis un certain temps à quitter le Sichuan après que Shen-Té et Shui-Ta aient été vaincus... Je devrais m'en réjouir, mais je n'y arrive pas... Dohko... Je me sens complètement perdu au coeur de cette région, alors que je suis natif de Chine... Dohko... Tu m'as laissé seul pour que je puisse agir par mes propres moyens, mais je sens bien que je n'y arrive pas... C'est un poids trop lourd pour moi, mon cousin... Tu me l'as dit avant notre départ, nous avons vécu six années ensemble... Et je sens que j'ai du mal à voler de mes propres ailes, pauvre petit oisillon que je suis... Sans toi, je n'aurais sans doute jamais inversé le courant de la cascade de Rozan, sans toi, je n'aurais jamais pu vaincre Shui-Ta... Si tel est le cas, suis-je vraiment digne d'être le chevalier du Dragon ?


Je regarde un ciel devenu de plus en plus sombre au fil des heures... Si sombre que je n'arrive pas à distinguer les étoiles de la constellation du Dragon, elles qui avaient pourtant brillé au-dessus de moi après que j'aie gagné mon armure... Dire que j'étais si enthousiaste avant de partir... Je le suis beaucoup moins depuis quelque temps...


Je m'avance... et je vois les cadavres de deux hommes... A en juger par les débris de leurs protections, c'étaient des Spectres d'Hadès... Je me penche près de leurs cadavres encore chauds... Je reconnais ces traces de coups, ce sont celles des Cent Dragons de Rozan... Ils ont donc combattu Dohko et il a réussi à les vaincre... Je regarde à mes pieds et remarque que je marche dans l'une des empreintes de mon cousin... Une empreinte plus grande que la mienne et lourdement symbolique... Je n'arrive donc pas à la hauteur de mon cousin, maître et ami... D'un autre côté, je ne puis continuer à me lamenter de la sorte... Non, je dois arrêter de me morfondre... Dohko est l'un des plus puissants chevaliers d'Athéna, je me dois donc au moins d'être digne de lui, même si je n'ai pas sa puissance...


************


Sun releva donc la tête et s'efforça de marcher d'un pas plus rapide jusqu'à ce qu'il se trouverait de nouveau face à un Spectre d'Hadès. Mais derrière lui, deux ombres l'observaient attentivement...


************


L'Andalousie, dans le royaume d'Espagne


Véga et Tellos marchaient côte à côte au coeur d'un paysage aride et couvert de sable. Les deux disciples de Philoctète du Sagittaire regardaient autour d'eux, afin de détecter l'éventuelle présence des guerriers de l'Empereur des Ténèbres dans les parages, mais leurs recherches n'étaient pas très productives :


"Ces Spectres... Ils continueront donc à nous narguer jusqu'à la fin de cette Guerre sainte ?"maugréa le chevalier d'Héraclès.


"En tout cas, sur le front terrestre, j'ai l'impression que c'est cette stratégie qui prend le dessus... Je repense encore à Rhadamanthe qui nous narguait quand nous sommes arrivés en face de lui... Je ne sais pas ce qui se passerait si nous devions combattre un adversaire de son calibre... J'ai souvent entendu maître Philoctète parler avec Felipe du Capricorne et ce dernier évoquait la dernière Guerre sainte... Tu le sais, le chevalier du Capricorne a eu pour mentor l'un des dix survivants de la dernière Guerre sainte..."


"En effet..."


"D'après ce que j'ai entendu, les trois Juges des Enfers, dont Rhadamanthe fait partie, ont une puissance incommensurable... Ils ont assez de force en eux pour terrasser n'importe quel chevalier d'or..."


"Non !! protesta Tellos. C'est impossible, jamais personne, hormis Athéna et le Grand Pope, ne pourrait être plus puissant que maître Philoctète !"


"Qui sait... D'après ce que j'ai entendu des récits de la Guerre sainte précédente, cinq chevaliers d'or avaient trouvé la mort, dont trois sous les coups des Juges... Il est même dit que deux chevaliers d'or ont combattu l'un de ces redoutables adversaires et qu'ils ont eu du mal à le vaincre..."


Le chevalier d'Héraclès déglutit, puis frissonna en songeant à la puissance des trois Juges des Enfers, ce dont son frère d'armes se rendit rapidement compte :


"Cela ne sert à rien de t'alarmer, Tellos... Tu auras tout le temps de t'en faire quand le moment sera venu..."


************


"Excusez-moi, John..."


"Oui, révérend ?"


"Vous évoquiez la puissance des Juges des Enfers, qui étaient d'après vos dires les plus puissants serviteurs de l'Empereur des Ténèbres... Pourtant, à un moment donné, Rhadamanthe avait évoqué un autre Spectre...celui de l'étoile terrestre féérique, si ma mémoire est bonne... Il disait qu'il était assez puissant pour vaincre à lui seul les douze chevaliers d'or..."


Le jeune homme soupira, puis répondit :


"Voyez-vous, révérend, il est possible que les Juges des Enfers aient quelquefois surestimé la force de certains de leurs sbires..."


Son visage frémit légèrement, puis, d'une voix monocorde :


"En revanche, il était vrai que d'autres Spectres que Rhadamanthe, Eaque et Minos avaient des pouvoirs qui dépassaient les pensées les plus sinistres... Je vais d'ailleurs bientôt aborder ce chapitre..."


Trevor trembla à son tour, tandis que son ami se mit à évoquer un passage de son récit qui se déroulait dans la Toloméa...


************


La Toloméa


Moloch siégeait sur son trône, tandis que Minos était agenouillé devant lui. L'âme damnée d'Hadès lui demanda d'une voix placide :


"Minos, où en sont les choses sur le front des Enfers ?"


Le Spectre du Griffon hésita un moment avant de répondre :


"Voyez-vous, seigneur Moloch, je me suis concentré sur les mouvements de cosmo-énergies émanant de la deuxième prison, mais... mais j'ai dû me rendre à l'évidence : Ramsès et Fausto ont été vaincus !"


Le vieil homme, dont le regard était dissimulé sous sa capuche sombre, devint maussade :


"Même eux... Ces chevaliers d'Athéna sont donc plus résistants que je ne le pensais... Même si neuf d'entre eux ne sont encore là que grâce au sursis accordé par leur déesse, ils sont fort surprenants... Même Fausto, qui avait pourtant jadis combattu à leurs côtés, n'a pas réussi à nous en débarrasser... Quel gâchis !"


"Ne vous en souciez pas, monseigneur, dit Minos ; il a payé de sa vie son incompétence... Il n'y a aucune raison de pleurer pour un incapable !"


"Je le pense aussi, mais il est déplorable que cette occasion ait été gâchée... Et sur les deux autres fronts, qu'en est-il ?"


Le Juge des Enfers répondit longuement :


"Ce n'est guère brillant... Sur le front de Skygard, nous avons beau nous être débarrassés de la quasi-totalité de ces pécheurs, les chevaliers d'Athéna nous ont infligé de lourdes pertes... Nous ne sommes plus que sept, Eaque y compris ! Quant au front terrestre, il est bien plus équilibré, mais nos ennemis prennent progressivement le dessus... Mais ne vous en faites point, monseigneur ; tant que Rhadamanthe et Eaque restent encore en vie, les chevaliers d'Athéna seront en difficulté !"


"A propos, lança Moloch, es-tu au courant pour Rhadamanthe ?"


"En effet..."


"Je te remercie de m'avoir fait part de son humeur maussade, avant qu'Eaque ne parte pour Skygard, la veille..."


Le Juge des Enfers marqua une pause, puis dit à son supérieur :


"Rhadamanthe est quelqu'un d'un peu trop méfiant à mon goût... Il a une grande confiance envers sa majesté Hadès, et c'est tout à son honneur...Mais il semblerait que sa majesté soit la seule personne à laquelle il se fie, hormis ses subordonnés..."


"Il est donc préférable de le tenir à l'écart pendant un moment, jusqu'à ce qu'il soit nécessaire de faire appel à lui... Quelque part, cela pourra lui donner une leçon..."sourit insidieusement Moloch.


Le silence se fit entre les deux hommes pendant une vingtaine de secondes, puis l'âme damnée d'Hadès le rompit :


"Peu importe... Pour le moment, c'est des chevaliers d'Athéna engagés dans le Meikai dont il faut se soucier... Ils ne vont pas tarder à arriver dans la troisième prison, j'espère que le comité d'accueil est vaste... N'est-ce pas, Minos ?"


Contre toute attente, le Juge des Enfers baissa la tête, comme s'il hésitait à se livrer au vieil homme. Ce dernier s'en aperçut rapidement :


"Eh bien, Minos, qu'y a-t-il ? Pourquoi une telle gêne ? La troisième prison est-elle bien gardée ?"


"Oui, se décida à répondre le spectre de l'étoile céleste de la valeur. Elle est gardée... par deux spectres."


Moloch se leva immédiatement de son trône, fort contrarié :


"Deux spectres ?! fit-il en insistant sur le nombre. Alors que les chevaliers d'Athéna poursuivent leur avancée vers sa majesté Hadès ?"


"Oui." reconnut Minos, qui souriait de nouveau.


Mais le serviteur du sombre monarque ne partageait pas l'enthousiasme du Juge des Enfers :


"Deux spectres, cela ne suffit pas !! Et malgré cela, tu continues à sourire !?"


"En effet..."


"Et pour quelle raison ?"


Minos répondit sur un ton aussi posé que celui de l'âme damnée du Dieu des Enfers avait été exalté :


"La raison de mon optimisme est fort simple, seigneur Moloch : les chevaliers d'Athéna ne traverseront pas la troisième prison."


"Qu'est-ce qui te fait dire une chose pareille ?"


Souriant de plus belle, le spectre du Griffon s'expliqua :


"Tout simplement parce que le spectre qui se trouve à son entrée n'est autre que... le spectre de l'étoile céleste de la haine."


Ces neuf mots sortis de la bouche de Minos suffirent à faire retomber la colère de Moloch, qui se mit à reculer lentement, avant de reprendre place sur son trône. L'âme damnée d'Hadès réfléchit un court instant, puis un sourire bien plus large que celui de son subalterne apparut sur son visage ridé et il lâcha en laissant apparaître ses dents saillantes :


"Effectivement... S'ils tombent sur le spectre de l'étoile céleste de la haine, je ne donne pas cher de leurs vies, hé, hé, hé..."


************


"Le spectre de l'étoile céleste de la haine ?"


Le révérend Trevor sentait au fond de lui qu'un curieux malaise le gagnait petit à petit. Bien qu'il ne fût pas aussi grand que celui qu'il avait éprouvé lors de l'annonce des penchants secrets d'Eon, l'évocation de ce spectre par John avait suffi à glacer son sang. Le jeune homme regarda vaguement son ami, avant de lui dire :


"C'est curieux combien vous semblez impressionné à la simple évocation de cette étoile céleste, dont le nom est fort sinistre, je le reconnais... Ceci étant dit, aussi grand soit votre malaise, révérend, il n'est rien par rapport à celui que les chevaliers d'Athéna engagés dans le monde des ténèbres n'allaient pas tarder à éprouver..."


************


Quelque part dans le Meikai, non loin de la troisième prison


Bien qu'ils surent que le temps leur était compté, les douze chevaliers engagés sur le front des Enfers avançaient d'un pas lent ; la vision du cadavre décomposé de Fausto n'avait pas cessé de hanter leurs esprits. Pour ne rien arranger, ils marchaient en ce moment au coeur d'un champ de fleurs fânées. Ce fut finalement Néhémie qui se hasarda à rompre un silence trop pesant :


"Avez-vous remarqué quelque chose ?"


"Quoi donc ?"demanda Bosching.


"Ces fleurs... Elles sont complètement fânées, défraîchies..."


"Elles sont mortes, en quelque sorte !"répliqua durement le chevalier des Gémeaux.


"Certes, mais... elles ont pris un aspect particulièrement macabre... Comme (le chevalier de la Coupe déglutit rapidement)... Comme si une cosmo-énergie particulièrement négative était responsable de leur état..."


"On s'en occupera quand le moment viendra ! De toute façon, à quoi bon s'attarder sur de simples fleurs ? Ce qui n'est pas le cas de tout le monde..."fit Bosching en s'adressant narquoisement à Eon.


La jeune femme commença à voir rouge :


"Qu'insinues-tu, Bosching ?"


"Omar, la veille, m'a tout raconté... Il t'a vu cultiver des fleurs et en cueillir une ! Sans doute pour cette femme chevalier à qui tu tiens la main sans aucune pudeur ! Au moins, tu es cohérente dans ton comportement, un comportement digne d'une femme et d'une perverse !"


Folle de rage, Eon voulut s'emporter contre son propre frère d'armes, mais la voix d'Emma, qui avait oublié qu'elle était en face d'un chevalier d'or, fut plus forte :


"ça suffit, chevalier des Gémeaux !! Je ne te permets pas de mépriser Eon de la sorte !"


Le gardien de la troisième maison du Zodiaque rétorqua au chevalier de la Colombe :


"Ha ! Et comment pourrais-tu m'en empêcher ? Tu n'es qu'un simple chevalier de bronze, je pourrais fort bien te pulvériser si cela ne tenait qu'à moi !


"Tu... Tu es odieux !"


"Mieux vaut être odieux que dépravé, ma chère..."dit narquoisement le chevalier des Gémeaux à l'intention de la jeune fille.


"ARRÊTEZ !!!"


Les trois chevaliers, surpris, furent contraints d'interrompre leur dispute pour se retourner vers celui qui les avait interpellés, Shion du Bélier :


"Mais à quoi jouez-vous ? Auriez-vous oublié que le temps presse ? Vous tenez vraiment à ce que nous ne soyons plus que trois contre Hadès et ses sbires ? Comportez-vous comme des chevaliers dignes de ce nom !!"


Tout à coup, Gautama prit la parole à son tour :


"Shion..."


"Qu'y a-t-il, Gautama ?"


"J'ai un mauvais pressentiment, s'expliqua le chevalier de la Vierge... Je crains qu'un cosmos empreint de négativité ne soit à l'origine de la mort de ces fleurs et qu'il commence à déteindre sur vous..."


Surpris, le chevalier du Bélier voulut demander plus de précisions à son camarade, mais n'en eut pas l'occasion ; un rire sardonique venait de retentir à ses oreilles et celles des autres chevaliers. Un rire tellement sardonique que les douze chevaliers se mirent à trembler sur place et furent incapables de dire un seul mot, à l'exception de Thérava :


"Mais... quel est ce rire ? Serait-ce... Serait-ce celui d'un Spectre ?"


"En tout cas, lâcha faussement Bosching, s'il veut nous impressionner, c'est raté !"


"Quoi qu'il en soit, il vaudrait mieux partir en avant... Nous nous éloignerions ainsi de ce champ de fleurs maudit..."suggéra Shion.


"Tu as raison, Shion !"approuva Eon.


Surmontant leur appréhension, les chevaliers sortirent du champ de fleurs et se dirigèrent vers l'entrée de la troisième prison, qu'ils commençaient à apercevoir...


************


Le Sanctuaire


Les yeux rivés sur l'Horloge du Zodiaque, les gardes de la salle du Grand Pope virent la flamme du Cancer vaciller petit à petit durant quinze secondes, pour finalement la voir s'éteindre. Il ne restait donc plus que huit heures de sursis pour les survivants du front des Enfers. Préoccupées, les deux sentinelles se hâtèrent de tenir le Grand Pope informé...


************


Près de l'entrée de la troisième prison, dans le Meikai


"Cela n'a rien de réjouissant..."lança Damien.


L'entrée d'une grotte étroite se tenait devant le chevalier du Cocher et les onze autres rescapés.


"Je ne te le fais pas dire, approuva Socrate. L'entrée de la troisième prison est fort sinistre... Et qui sait ce qui s'y trouve à l'intérieur..."


"Dans ce cas, ne perdons pas de temps, suggéra Bosching. Plus vite nous aurons traversé cette troisième prison, mieux cela vaudra ! Mais restons quand même prudents... Allons-y !!"


Les chevaliers avancèrent donc vers la grotte, Shion, Bosching et Gautama marchaient devant, Eon était restée en arrière auprès d'Emma et lui tenait la main, tandis que les autres chevaliers d'argent et de bronze étaient entre les deux groupes et regardaient droit devant eux, pour ne plus voir les deux amantes. Quelques pas plus tard, ils étaient enfin plongés au coeur de la grotte. Shion essaya de regarder droit devant lui, mais ce fut en vain :


"Je ne distingue absolument rien... Il fait encore plus sombre que dans la deuxième prison..."


"Même avec ton sixième sens, tu ne distingues rien ?"demanda Bosching.


Le chevalier du Bélier ferma les yeux et resta muet durant quelques secondes :


"Hum... Absolument rien... Et pourtant, il y a au moins un Spectre dans cette prison, j'en mettrais ma main au feu !"


Gautama, qui se trouvait derrière les deux chevaliers d'or, se mit à froncer les sourcils, mais personne ne s'en aperçut. La horde de chevaliers avança à petits pas dans le noir, mais pour un résultat toujours aussi infructueux :


"On n'arrive toujours pas à distinguer une seule âme vivante !enragea Lévi. A croire qu'Hadès se moque de nous !"


"Un peu de patience, suggéra Thérava. Si nous ne restons pas concentrés, je crains que l'ennemi n'en profite..."


"A condition qu'il y en ait un !..."


Tout à coup, le chevalier de la Licorne se sentit paralysé par une volonté surnaturelle, sous les yeux ébahis de ses compagnons. La seule chose qu'il pouvait encore faire était d'articuler péniblement les lèvres :


"Je... Mon... Mon corps ne m'obéit plus !! Que... Que se passe-t-il ?..."


Pour toute réponse, Lévi fut projeté brutalement en arrière. Le bruit sourd qui s'ensuivit fit comprendre aux autres chevaliers qu'il avait été envoyé contre l'une des parois de la grotte, comme par magie. Shion se mit à craindre le pire :


"Que... C'est... C'est de la psychokinésie ?"


Un rire presque dément retentit alors aux oreilles des guerriers d'Athéna, dont le sang-froid commençait à être mis à mal :


"C'est le même rire qui nous a nargués dans le champ de fleurs !"lâcha Thérava.


"Il y avait donc bien un Spectre dans cette prison depuis le début..."fit Socrate.


Le chevalier de la Boussole fit aussitôt quelques pas en avant, mais ressentit subitement une douleur au ventre, puis au front, et fut envoyé au tapis. Malgré l'obscurité, Damien se précipita vers son compagnon:


"Socrate ? Est-ce que ça va ?"


"ça peut aller... J'ai eu l'impression d'avoir reçu des projectiles sur le corps !"


"Des projectiles ?..."


Tout à coup, le chevalier du Cocher éprouva à son tour une violente douleur à la nuque et s'effondra à terre ; il était hors de combat.


"Damien !!"s'exclama Néhémie.


Face à la tournure que prenaient les événements, Bosching sentit la colère monter en lui :


"ça commence à bien faire ! Montre-toi !! Montre-toi, espèce de lâche !!"


Une fraction de seconde plus tard, le souhait du gardien de la troisième maison du Zodiaque fut exaucé de manière flamboyante : un bruit de flammes aussi hautes que la grotte résonna et les chevaliers d'Athéna se trouvèrent face à un brasier terrifiant. Tandis que la main d'Emma pressait la sienne, Eon balbutia :


"C'est...de... de la pyrokinésie ?!"


"Mais qui peut donc être ce Spectre ?!"lâcha Shion, qui commençait à être gagné par la peur.


La seule réponse que lui et ses amis eurent fut le rire sardonique du Spectre affilié par Minos à la protection de la troisième prison. Un rire qui ne faisait rien pour apaiser leurs craintes :


"Si... Si nous ne localisons pas rapidement notre ennemi, nous risquons d'avoir de très gros problèmes !"laissa échapper Bosching.


"Pourtant, je n'arrive pas à détecter sa présence..."constata Gautama.


"Quoi ?! Même toi, Gautama ?"fit Shion.


Le chevalier de la Vierge constata amèrement :


"Malheureusement oui... Comme si notre ennemi tenait ses pouvoirs de Dieu..."


Une fois de plus, le même rire sardonique vint marteler les tympans des douze chevaliers, jusqu'à l'énervement, notamment chez les chevaliers de bronze :


"Je commence à en avoir assez de cette mascarade !"fulmina Lévi, qui s'était remis de ses émotions.


"Il serait en effet grand temps que ce lâche se montre au grand jour !"ajouta Elvira.


"Bien parlé ! Et je vais moi-même m'en charger !"affirma Pierre.


Pressentant le pire, Eon cria au chevalier de la Croix du Sud :


"Non, Pierre, attends !!..."


Mais ce dernier refusa d'accorder le moindre regard au chevalier des Poissons et s'avança un peu plus, malgré la chaleur du brasier qui les retenaient, lui et ses compagnons. Le corps de Pierre se positionna comme la croix chrétienne et il hurla droit devant lui :


"Tu mourras crucifié, spectre d'Hadès !! HOLY CROSS !!"


Trois petits faisceaux lumineux partirent des mains et des pieds croisés du jeune garçon, puis se changèrent en clous et foncèrent droit devant eux... mais seulement trois secondes après avoir été expédiés, ils s'arrêtèrent et flottèrent dans les airs, au grand dam du chevalier de la Croix du Sud :


"Damnation !!"


Ses compagnons étaient sur le point de perdre leur calme, particulièrement Shion :


"Oh non... Ce... Ce n'est tout de même pas..."


Soudain, Pierre se sentit projeté en arrière et heurta violemment l'une des parois de la grotte.


"Encore de la psychokinésie !!"s'exclama Thérava.


"Oui... et elle est bien plus puissante que la mienne..."constata le chevalier du Bélier.


"ATTENTION !!"


Interpellés par le cri affolé de Néhémie, les autres chevaliers se retournèrent et virent deux clous foncer dans les airs en direction de Pierre. Ce dernier ne fut pas assez rapide pour réagir et ses deux mains furent transpercées ; il était désormais presque crucifié à la paroi de la grotte.


"Oh non ! lâcha Elvira. Il faut le sortir de là...!"


Soudain, le troisième clou qui était resté en suspension fonça à son tour sur le chevalier de la Croix du Sud... et transperça sa gorge de part en part. Pierre vomit brutalement un flot de sang, puis sa tête retomba lentement et il ferma les yeux définitivement. Tout s'était passé en moins de dix secondes, sous les yeux impuissants des autres chevaliers, qui ne purent que constater que le chevalier de bronze était bien mort.


"Pierre !! Oh non, pas toi !"cria Elvira d'une voix larmoyante.


Tandis que les larmes coulaient par-dessous le masque de la disciple d'Eon, Shion balbutia :


"Ce... C'était bien ce que je craignais... C'était de la télékinésie !!"


"De la télékinésie ? Comme celle dont tu fais usage ?" demanda Eon.


"Oui, approuva le chevalier du Bélier, mais... mais bien plus puissante que la mienne... Et elle a eu raison de Damien et de Pierre en peu de temps..."


"D'abord de la psychokinésie, puis de la pyrokinésie, maintenant de la télékinésie !! Mais qui peut donc être notre ennemi ?"enragea Bosching.


Soudain, une ombre, puis une vague silhouette surgit d'entre les flammes et s'avança d'un pas lent vers les dix chevaliers d'Athéna, qui étaient plus que jamais sur leurs gardes. Au moment où l'étrange ennemi s'apprêtait à sortir du brasier, sa voix résonna pour la première fois aux oreilles des survivants :


"Ainsi donc, ma première victime aura été un vulgaire chevalier de bronze... Peu importe, bientôt les chevaliers d'or ici présents subiront le même sort !"


Les dix chevaliers en restèrent bouche bée pendant un court instant, jusqu'à ce que Socrate lâchât :


"Mais... Mais c'est une femme ?!"


"Tu croyais donc que seuls les hommes étaient habilités à servir sa majesté Hadès ? Tu es bien naïf, chevalier..."


Et, juste après avoir fini de parler, l'étrange femme parut devant les dix rescapés, dont l'effroi augmenta quand ils aperçurent le Spectre au grand jour. Certes, le spectacle des flammes qui l'entourait ne faisait rien pour arranger la terreur qui avait gagné les chevaliers sacrés, mais son surplis suffisait à inspirer la peur. Ce surplis était noir et rouge, il représentait une jeune femme vêtue d'une robe échancrée... et couverte de sang. Certes, c'était l'impression que donnait la couleur rouge du surplis, mais la présence de la mort semblait entourer le Spectre, d'autant que son casque était lui aussi couvert d'un rouge sang. Effrayés, les dix survivants avaient tout bonnement l'impression de voir une femme ensanglantée sortie des flammes de l'Enfer :


"Seigneur, balbutia Lévi... Voilà donc l'apparence de notre future adversaire !"


Bosching fronça les sourcils :


"Elle... Elle me fait presque peur... C'est la première fois que je ressens ça..."


Tandis que Gautama semblait de plus en plus anxieux, son disciple lança aux autres chevaliers :


"Attendez ! Vous... Vous ne trouvez pas qu'il y a quelque chose d'étrange chez ce Spectre ?"


Ce fut Socrate qui répondit le premier :


"Tu... Tu as raison, Thérava ! Je... J'ai beau essayer de me concentrer, je ne trouve rien d'humain chez ce Spectre !"


"Je partage ton avis, ajouta Néhémie. Ce doit être pour ça que ce Spectre nous fait aussi peur !"


Shion, dont le regard s'était rivé sur le terrifiant Spectre, enchaîna :


"C'est vrai... Je ne distingue pas la moindre parcelle d'humanité chez notre ennemie... Alors que nous pouvions identifier l'appartenance des autres Spectres à la race humaine, ce... ce n'est pas le cas chez cet adversaire ! C'est... Ce cosmos qu'elle dégage... C'est... C'est de la haine à l'état pur ! Comme si nous étions face à la personnification de la haine !"


Les autres chevaliers tremblèrent de plus belle, et le rire glacial mais sans joie du Spectre ne fit rien pour arranger les choses. Quand elle se lassa de rire, elle s'adressa aux protecteurs d'Athéna en ces termes :


"Vous avez fini par deviner ma vraie nature, chevaliers d'Athéna ! Je vous félicite pour votre perspicacité et je n'en aurai que plus de plaisir à vous éliminer au nom de sa majesté Hadès !!"


Passablement énervé par cette provocation, Bosching fit quelques pas vers celle qui avait tué Pierre et lui dit :


"Ne parle pas trop vite ! Nous finirons par t'exécuter et nous vengerons Pierre !"


"Permets-moi de te freiner dans ton assurance, chevalier d'or... La mort de ce stupide chevalier de bronze n'était qu'un avant-goût de ce qui vous attend !"


Elle éclata de nouveau d'un rire macabre, qui énerva de nouveau le chevalier des Gémeaux :


"Je te jure que tu regretteras ton arrogance !... Et qui es-tu pour être aussi sûre de toi ?"


D'une voix triomphante, le Spectre dévoila son identité :


"Je suis Carrie de la Reine Ecarlate, spectre de l'étoile céleste de la haine !!!"


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada