Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Dyvimm


Le Jugement dernier

Défaite ?

Un guerrier de Mars s’était présenté devant le Grand Pope… et ceci en moins de douze heures. Impressionnant la façon dont ces combattants avaient réussi à franchir les douze Maisons, quelques années après que cinq Chevaliers de Bronze aient eu à y affronter les puissants Chevaliers d’Or.
Shun se remémorait ce passage de sa vie alors que ses pensées vagabondaient sur Terre, encourageant les derniers Chevaliers… Sa formidable cosmo-énergie, surpassant celle du simple Chevalier de Bronze qu’il avait été se mélangeait à celle d’Athéna. Mais Shun était maintenant debout, les yeux grand ouverts. Devant lui Guidecca avec ses piliers, ses statues… et au-delà les Enfers qu’il avait choisi de gouverner. Athéna avait permis aux Hommes de survivre après la disparition du maître des Enfers. Mais sa place n’était pas ici. Athéna devait rejoindre ses Chevaliers sur Terre. C’était la seule manière de sauver la planète. Apollon était beaucoup trop jeune pour pouvoir s’opposer à Mars. Même si ses forces s’étaient mises en marche pour contrer Mars, s’il avait aidé les Chevaliers de Lumières, tous ses efforts seraient vains…

Shun se dirigea vers le trône d’Hadès. Sa main caressa doucement la pierre. Il se souvenait d’un temps où il était assis sur cette pierre froide… y avoir menacé sa déesse. Les circonstances étaient bien différentes… Pourtant…

La lumière dorée qui émanait d’Athéna se répandait dans toutes les Prisons, jusque sur la Terre et le Sanctuaire témoin de si nombreuses atrocités…
A cette lumière dorée se mêlaient des teintes verdâtres, l’aura de Shun… Ce cosmos se propageait également dans tous les Enfers. Shun y avait pris une telle importance. Athéna connaissait le travail que fournissait son fidèle Chevalier, celui qui avait décidé de rester ici pour l’éternité, qui avait choisi de la seconder dans son rôle. Celui-ci arrivait à son terme, elle le savait… mais elle était heureuse.
Son passage aux Enfers lui avait appris quelque chose que la déesse croyait maîtriser plus que tous… et pourtant… L’Amour. L’amour d’une personne. Depuis sa disparition, Saori avait pleuré toutes les larmes de son corps. Seul son sacrifice était envisageable. Athéna s’était offerte pour les Hommes et leur âme, mais il lui manquait sa moitié et sans elle la divinité se sentait si vide. La déesse de la Sagesse et de la Guerre était incapable de surmonter la mort de son plus fidèle Chevalier. Comment parvenait-elle encore à aider les autres ? Tout son amour était tourné vers la Terre, vers son Sanctuaire, mais les combattants de Mars avaient franchi toutes les barrières. Ils étaient arrivés dans la salle du Grand Pope en moins de douze heures. Athéna avait-elle perdu le défi lancé par son cousin ? Devait-elle accepter la défaite ?



Un disciple admirable

Le combat avait repris près de la Maison des Poissons. Marine revêtue de son armure d’argent était opposée à Zheuk, Keroubim de Haiel et Alphyun, Keroubim de Mumiah. Aucun ne semblait prendre l’avantage sur l’autre. Les Arcanes étaient fissurées et les coups qu’elles continuaient d’encaisser n’arrangeaient rien à leur état.
Juste à côté Oojiro, l’apprenti de Marine faisait face à Nusakan, Ishim du Zenith. Ce dernier était déjà dans un état déplorable. Son Arcane était perforée au niveau du ventre d’où coulait un sang visqueux. Oojiro avait vainement essayé d’attaquer le combattant de Mars, mais celui-ci parvenait à bloquer ses coups, sans toutefois contrattaquer. Il semblait attendre quelque chose.
Du coin de l’œil, il suivait l’évolution du combat entre Marine et les Keroubims. Son véritable adversaire, ce n’était pas Oojiro qui n’avait pas la force pour l’inquiéter, le chevalier d’argent. Elle lui avait administré un tel coup qu’il n’avait pas eu le temps de comprendre sa défaite et cette dernière avait été totale. Lorsqu’il était revenu à lui, il se trouvait de l’autre côté de la maison des Poissons et il avait senti les puissantes cosmo-énergies qui s’affrontaient de ce côté. Comment pourrait-il jamais récupérer son honneur perdu ? Il avait promis de venir à bout de tous ses adversaires et cette femme avait réussi à le vaincre somme toute facilement. Elle avait recouverte d’une armure. Pour eux, elle avait été obligée de la revêtir, mais pas contre lui… Nusakan souhaitait sa victoire sur les deux Keroubims. Il aurait ainsi l’occasion de terminer son combat ou sinon de mourir. Tout vaudrait mieux que le déshonneur de la défaite.

Oojiro continuait à se précipiter sur Nusakan, mais ce dernier ou bien l’évitait ou bien parait ses coups. Il avait la tête ailleurs… Pourtant le jeune apprenti allait toujours plus vite. Chacun de ses coups gagnait en intensité et en vitesse. Il se déplaçait plus vite que les chevaliers de bronze, mais n’avait malheureusement pas d’attaque comme l’Aigle Royal ou les fameux Météores de Pégase. Marine ne lui avait pas encore enseigné ces techniques secrètes et redoutables. Le jeune homme se contentait donc du corps à corps ou certes il n’était pas mauvais, mais n’avait aucune chance contre un combattant plus rapide. Au fur et à mesure des coups qu’il portait son cosmos s’élevait autour de lui. Sa détermination était totale, plus rien n’existait en dehors. Il savait que Marine menait un terrible combat, mais ce n’était pas le sien. Oojiro se rappelait l’enseignement de son maître. La maîtrise du cosmos qui permet de vaincre n’importe quel adversaire. Il sentait que Marine était à ses côtés dans ce combat. Elle le regardait et il devait faire de son mieux !

Nusakan continuait à lorgner en direction de Marine quand il sentit une douleur au niveau de son ventre. Son attention se reporta sur le combat.

Ce jeune homme sans armure devant moi développe une énergie de plus en plus importante et il a réussi à me toucher alors que je me déplace de plus en vite. Arriverait-il à mon niveau ? Il a dépassé celui des chevaliers de Bronze que j’ai déjà vaincus. Je vais devoir m’occuper de lui, même si je n’en ai pas envie.

Nusakan se concentra un instant et lança son attaque contre Oojiro.

« LA LAMES DU KATANA ! »

Un filet d’air tranchant frappa Oojiro au niveau de la poitrine, l’entaillant et le projetant au sol. Nusakan n’avait pas mis toute sa puissance dans cette attaque, il ne voulait pas tuer l’apprenti, mais le mettre hors d’état de nuire et c’était fait. Oojiro ne se relevait pas. Sans armure, sa vie ne tenait qu’à un fil. Nusakan tourna ses yeux vers Marine. Elle le regardait également tout en combattant contre Zheuk et Alphyun. Cette femme était vraiment impressionnante…

Nusakan ressentit à nouveau un cosmos s’élever du jeune homme qui s’efforçait de se remettre sur pieds.

« Pourquoi te relèves-tu ? N’as-tu pas compris que tu n’es pas en état à te battre contre moi ? Tu es très fort, mais sans armure tu ne pourras rien faire. Ta formation n’est pas finie, tu ferais mieux de regarder ton maître qui se bat en ce moment et d’apprendre !
_ Je n’ai plus besoin de Marine ! Elle m’a appris tout ce qui était nécessaire pour un grand chevalier. Maintenant, c’est à moi d’évoluer seul et je ne te laisserai jamais passer. Tu es mon adversaire et je te vaincrai ! »

Oojiro se précipita sur Nusakan qui évita le coup et en profita pour frapper l’apprenti. Oojiro se tordit de douleur, mais se releva aussitôt, surmontant ses sensations. Il se tenait droit devant Nusakan et rassemblait son énergie entre ses paumes comme il avait vu Zheuk le faire un peu plus tôt. Très rapidement il projeta une puissante force contre Nusakan. Ce dernier n’eut aucun mal à l’éviter et un rocher explosa derrière lui.

« Ton attaque est puissante, mais elle ne te servira à rien si tu ne peux pas m’atteindre. Laisse-moi te montrer LES LAMES DU KATANA ! »

Oojiro perçut à nouveau le mouvement d’air accompagné d’un sifflement. Il ne pouvait la parer et se jeta sur le côté, mais son bras droit fut entaillé sur toute sa longueur. Il n’avait pas le choix, il devait se servir de la seule technique qu’on lui avait suffisamment montrée pour qu’il la comprenne.
Oojiro fixa Nusakan et dans sa tête traça les mouvements qu’il avait vus Marine faire tant de fois.

« L’AIGLE ROYAL ! »

Nusakan fut surpris d’entendre l’apprenti se servir d’une attaque qu’il avait lui-même affrontée plusieurs fois. Son corps fut assailli par des milliers de serres et tomba à la renverse.
Oojiro jubilait. Il avait réussi à reproduire l’attaque de Marine ! Finalement cela lui avait paru naturel. Il comprenait maintenant comment utiliser son cosmos pour attaquer. Nusakan était tombé pour la première fois. Mais Oojiro déchanta en voyant son adversaire se relever avec des plaies mineures.

« Ton attaque était beaucoup plus rapide, mais ce n’est pas non plus avec ça que tu pourras me vaincre. J’ai subi plusieurs fois cette technique et la tienne ne tient pas la comparaison avec celle du Chevalier de l’Aigle. La prochaine fois je l’éviterai facilement. Cette attaque n’est pas faite pour toi, tu ne la maîtriseras jamais parfaitement… »

Oojiro ressentait combien ce que disait Nusakan était vrai… Mais que faire ?

Marine avait vu l’attaque de son disciple. Elle n’avait rien perdu de l’affrontement entre les deux hommes. Quand Nusakan était apparu, elle avait laissé Oojiro s’en occuper. Le combattant de Mars était dans un état si faible qu’il ne pourrait pas lui faire beaucoup de mal. Pourtant, il se remettait très rapidement et avait même pu attaquer son disciple. Elle s’était demandée si elle devait intervenir, puis avait jugé qu’il était temps pour Oojiro de combattre vraiment. Elle n’avait plus rien à lui apprendre, le jeune homme devait simplement se servir de son cosmos.
Elle l’avait vu invoquer le nom de sa propre attaque et parvenir à la contrôler pour la première fois. Marine était fière de lui, il était enfin parvenu à exploiter son cosmos dans une véritable technique et non du corps à corps. Oojiro était capable de parfaire seul son entraînement. Ses adversaires étaient redoutables, mais elle était toujours plus rapide qu’eux. Elle pourrait désormais leur consacrer toute son attention sans s’occuper d’Oojiro.

« Ce combat n’a que trop duré. Je vais vous attaquer avec ma plus puissante attaque !
_ Il est trop tard pour toi… Mars vient d’arriver au Sanctuaire.
_ Quoi ? »

Alphyun regarda Zheuk et tous deux se mirent en position comme précédemment. A deux, ils étaient capables de créer un petit mélange de matière, antimatière qu’ils dirigeaient ensuite sur leur adversaire. La rencontre des deux éléments créait alors une énergie formidable à laquelle rien ne pouvait résister. Les yeux l’un dans l’autre, ils élevèrent leur cosmos.
Marine les voyait réitérer leur attaque, mais celle-ci possédait un gros défaut : elle demandait bien trop de temps pour parvenir au faîte de sa puissance.

Marine plongea sur ses deux adversaires à la vitesse de la lumière.
« CENTREFOLDS !! »
Au même moment les deux Keroubims crièrent.
« COSMIC DETONATION !! »

Oojiro et Nusakan furent balayés par la puissance des deux attaques. Marine avait déployé toute son énergie.

Lorsqu’Oojiro se releva il aperçut les deux Keroubims devant la tombe en ruine d’Aphrodite. Leurs Arcanes avaient volé en éclat et leur corps était totalement ensanglanté. La chevelure d’albâtre de Zheuk se mêlait à la chevelure de jais d’Alphyun. Ils étaient tous les deux à genoux et se supportaient l’un l’autre. Il chercha du regard son maître et le trouva sur le dos à quelques mètres. Marine se mit à bouger. Son armure d’argent était en partie désintégrée. Sans elle, elle n’aurait pas pu se relever. Elle regarda Alphyun. Eux aussi avaient survécu à son attaque. Marine savait qu’elle ne devait pas perdre un instant et relancer sa propre attaque. Ils ne pourraient pas lui survivre sans armure, mais elle se sentait si faible. Son corps la faisait affreusement souffrir et jamais elle ne pourrait supporter sa technique une troisième fois.

BAANNNNG !!!!!


La Statue d’Athéna

Mintaka parvint sans souci jusqu’à la sortie du Palais du Grand Pope. Les derniers rayons du soleil disparaissaient à l’horizon. Il était parvenu sur une plateforme dallée, légèrement au dessus du niveau du Palais. Il s’agissait d’un des points les plus hauts du Sanctuaire avec la petite colline sur sa droite.
En face de lui s’élevait celle qu’il recherchait avidement. La Déesse Athéna dans toute sa splendeur, dominant le Sanctuaire. Seul le visage de la statue était encore illuminé des rayons du soleil. Athéna avait le bouclier de la justice à sa gauche et la déesse de la victoire dans la main droite. Deux immenses piliers l’encadraient.
Sur la gauche de l’esplanade se trouvait un temple modeste alors qu’à sa droite la montagne se poursuivait. Un chemin de pierre grimpait parmi les rochers pour atteindre le plus haut sommet du Sanctuaire.
Mintaka s’avança, montant quelques marches pour se trouver au même niveau que la statue. Il se retourna et put englober toute l’île du Sanctuaire d’une splendide vision panoramique. Il voyait les douze Maisons des Chevaliers d’Or ainsi que l’endroit où mouillait leur embarcation. A l’est de l’île, l’horloge zodiacale brillait encore de son dernier feu vacillant. Le devoir se rappela à lui. Il devait trouver Athéna le plus rapidement possible !
Alors qu’il s’élançait à nouveau vers les hauteurs, il remarqua un nouveau bateau accosté près de l’Ancile. Quelqu’un venait d’arriver sur l’île du Sanctuaire. Ami ou ennemi ? Mintaka n’arrivait pas à percevoir le moindre cosmos…

Le Séphire s’arrêta en entendant l’incroyable explosion à proximité de la Maison des Poissons. Le combat s’était déplacé hors de la demeure. Les Keroubims étaient encore en vie. Il monta une marche…

BAAANNNNNG !!!!


Achèvement de l’œuvre de Saga

Athéna ne savait plus que penser. Les blessures de son cœur étaient irréparables. N’avait-elle pas su protéger ses Chevaliers ? Bud s’était sacrifié, Melpomène également et ses Chevaliers de Bronze, d’Argent, Divins… Athéna n’avait pu les sauver.
Elle comprenait ce que ressentait Shun à cet instant. La défaite était devant elle et Saori ne pouvait plus lutter. Pour la première fois, le désespoir l’avait envahie. Comment une déesse pouvait-elle se comporter dans ces moments ? Comment une femme devait-elle réagir ? La tâche que lui avait donnée son grand-père semblait insurmontable quand le visage de Seiya s’imprimait en permanence devant ses yeux. Sans Shun Saori n’aurait pu tenir si longtemps. Sans son aide…
La déesse avait également ressenti sa présence. Il revenait, il avait même vaincu ce dernier obstacle… et si rapidement ! Elle ne l’aurait jamais cru. Mais c’était à Shun qu’il le devait. Les choses devaient reprendre leur cours. Son intérim devait cesser.

Athéna avait ouvert les yeux. Elle savait, elle avait compris depuis longtemps que ce moment était inévitable. Si elle s’était lancée de toutes ses forces dans la bataille du Sanctuaire, c’était par devoir… mais sans réelle conviction. L’ombre de Shun planait derrière elle. Sa main droite portait une arme mortelle, longue et effilée, l’épée d’Hadès l’avait rejoint.

« Adieu, Princesse… »

Une larme roula sur la joue du Chevalier Andromède et s’écrasa à terre. Une unique goutte de sang roula sur le rebord acéré de l’épée et vint s’échoir sur la robe blanche immaculée de Saori Kido.


Le Sanctuaire

BAANNNNG !!!!!

Nusakan

Nusakan fut parcouru d’un frisson. Un violent grondement venait de retentir dans tout le sanctuaire. Il regarda en direction de l’horloge, mais la flamme des Poissons brûlait encore. Le bruit était monté du cœur même de la Terre. Tout le sanctuaire en avait retenti. Et quelle drôle d’impression il ressentait en lui…

Nusakan ne comprenait pas ce qui arrivait. Mars les rappelait-il à lui ? Durant un instant la vie s’était arrêtée. Un violent son avait retenti et il avait senti cesser tous les combats. Toutes les cosmo-énergies du Sanctuaire étaient ébranlées. Nusakan regarda Marine. Elle venait de s’effondrer, mais ce n’était pas d’un coup porté par les deux frères, ils n’avaient pas bougé.
Non Marine était en train de pleurer. Ses poings battaient le sol. Nusakan réalisa soudainement ce qui venait de changer. La cosmo-énergie d’Athéna ! Le sanctuaire était vide et la bienveillante aura dont Athéna l’enveloppait venait de disparaître. Cela ne pouvait signifier qu’une chose…


Oojiro


Athéna… Oojiro ressentit également la disparition de la cosmo-énergie de la déesse. Jamais il n’avait fait attention à l’aura qui enveloppait le sanctuaire tant elle semblait naturelle. Il comprenait à présent pourquoi il s’était toujours battu. Sans en avoir conscience, l’aura d’Athéna l’avait toujours guidé. L’amour et la bonté enveloppait l’île.
C’était fini. Cela ne pouvait que signifier qu’Athéna venait de disparaître. Marine lui avait expliqué qu’elle n’était pas morte, mais résidait aux Enfers. Cette fois, avait-elle vraiment disparu ? Son cosmos venait de quitter le Sanctuaire ce qui n’était jamais arrivé pendant des milliers d’années.
Oojiro sentait les larmes couler le long de ses joues. Il n’avait jamais vu Athéna, mais avait eu l’occasion de voir Saori dans ses jeunes années à l’orphelinat. La douleur qui l’étreignait à cet instant était terrible.


Marine

Comment cela était-il possible ? Athéna, tu ne peux pas être morte ! Que s’est-il passé ? Tu es aux Enfers, Shun veille sur toi. Qui aurait pu t’atteindre là-bas ? Est-ce que Mars s’y est rendu pour t’éliminer ? Athéna, tu ne peux pas abandonner les humains ainsi ? Qu’allons-nous faire sans toi ? Ton cosmos a toujours protégé la Terre contre ses ennemis. Le Sanctuaire a toujours été empli de ton énergie. Que va-t-il devenir sans toi ?

Marine cria le nom d’Athéna contre le ciel, et elle n’était pas seule. Elle pouvait ressentir la détresse de tous les habitants du Sanctuaire. La plupart des combats avaient pris fin brutalement et un nouveau cosmos s’élevait dans l’enceinte sacrée… Mars était là !


Mintaka

Un énorme bruissement sourd s’éleva des entrailles du Sanctuaire, faisant trembler le sol. Tout le sanctuaire se tut. Plus un seul bruit ne s’élevait. Tous les combats s’étaient brusquement arrêtés, la vie faisait une trêve. Que cela signifiait-il donc ?
Mintaka se retourna et vit avec stupéfaction que la déesse de la Victoire, Niké, ne se trouvait plus dans la main de la statue de la déesse Athéna. Elle venait de disparaître !

Mintaka ressentit alors le vide qui s’emparait du sanctuaire. Le soleil avait totalement disparu à l’horizon et la nuit s’abattait violemment sur l’île alors qu’un nouveau cosmos apparaissait… Il fit demi-tour.


Quelques heures auparavant…


Choquequirau, cité du dieu Mars, Palais Aniti-Suyu


Ayar Manco, l’Empereur de la Miséricorde, suit de loin l’avancée des Combattants de Mars au Sanctuaire d’Athéna. Ses informations ne sont que très partielles. Tout le Sanctuaire est en effet baigné d’une aura extrêmement puissante empêchant quiconque de connaître les activités qui s’y déroulent. C’est uniquement grâce à l’Empereur de l’Équilibre, Sanosuke, qu’Ayar peut avoir une idée des événements. L’aura du disciple de Diomède est comme un phare dans cet îlot d’obscurité, révélant les nombreuses pertes de l’armée de Mars et la résistance farouche et inattendue des Chevaliers du Zodiaque.
Ces derniers ne sont d’ailleurs pas seuls. Les combattants ont notamment croisé un Guerrier Divin d’Asgard. Ce royaume avait pourtant été averti de ne pas se mêler du défi contre Athéna. Mars devrait prendre les dispositions qui s’imposaient vis-à-vis de ce Royaume qui par cet acte s’engageait clairement contre le dieu.
L’aura d’Ayar emplissait l’espace et parcourait des milliers de kilomètres, attentifs aux combats. Cela ne l’empêchait pas d’avoir ses propres réflexions, ses propres questionnements, ses propres doutes. Entièrement absorbé à cette tâche, il ne remarqua pas l’ombre qui s’était immiscée subrepticement dans la pièce. Cette dernière était aussi furtive qu’un courant d’air. Une silhouette féminine se pencha sur Ayar Manco et posa une main sur son épaule.
Ayar ouvrit immédiatement les yeux, son aura disparut de la pièce. Il fut vite rassuré. Une seule personne pouvait ainsi s’approcher si près de lui sans qu’il ne la remarque.

« Haniel…
_ Je n’ai pas osé t’interrompre en pleine méditation. »

Ayar leva les yeux sur Haniel, Séphire de Netzach au service de l’Armée de la Miséricorde, mais avant tout sa femme… Depuis l’époque de Guanacore où il l’avait vue s’entraîner, il savait que leurs destins étaient liés.

« Excuse-moi de te déranger, mais Mars veut te voir de toute urgence. Il t’attend dans le temple du Soleil.
_ Diego ne sait pas rester en place. Il a toujours besoin d’avoir quelqu’un autour de lui.
_ Tu ne devrais pas le traiter ainsi. Même s’il a l’apparence d’un enfant sans expérience, il est notre dieu et l’esprit de Mars le guide.
_ Malheureusement, j’en doute de plus en plus. Diego est sans conteste la réincarnation de notre dieu. Il en possède tous les attributs. Mais le dieu Mars à l’âme immortelle, ne fait que de rares apparitions. Diego ne s’est pas encore éveillé à l’esprit divin qui l’habite et beaucoup de ses réactions sont guidées par la fougue de la jeunesse et l’inexpérience d’un jeune homme. Numa en profite pour imposer ses vues…
_ Ayar, c’est la première fois que tu me confies ces pensées depuis que nous sommes installés à Choquequirau.
_ Excuse-moi. La bataille du Sanctuaire ne se déroule pas aussi bien que nous l’espérions.
_ Il y a des problèmes avec le défi lancé à Athéna ?
_ Bien sûr. Personne n’a jamais prétendu que ce serait facile, seulement tous l’espéraient.
_ Tu devrais rejoindre Mars et le conseiller. Je sais que tu es capable de prendre les bonnes décisions. »

Ayar acquiesça et sortit vers le temple du Soleil. Haniel regardait son époux quitter le palais. Bien qu’Ayar soit beaucoup plus âgé qu’elle, il disposait d’une apparente jeunesse et d’une sagesse qui l’avait immédiatement conquise. Encore aujourd’hui dans sa tunique blanche au liseré d’or, Haniel se sentait heureuse et en protection grâce à lui.

Diego attendait à l’arrière du temple de Curicancha, sur la terrasse au bord du Lac de la cité. Il était allongé dans un des hamacs disposés en son attention, vêtu d’une chemise et d’un pantalon simples en lin. Ce n’était pas l’allure qu’Ayar attendait d’un dieu, mais il s’y était habitué. Diego n’était qu’un jeune homme. L’Empereur fit claquer ses sandales pour le prévenir de sa présence. Ayar se releva aussitôt et après avoir repéré son maître d’arme s’approcha de lui.

« Ayar, enfin ! Où est Numa ? Je lui ai également demandé de venir, mais il est introuvable en ce moment. Comme si c’était le moment de disparaître, alors que nous sommes en pleine guerre !
_ Il ne s’agit que d’une bataille, enjeu d’un défi que vous avez lancé à Athéna et non d’une guerre.
_ Peu importe le nom qu’on lui donne. Numa m’avait promis que nous serions tenus au courant par ses prêtres et pour l’instant nous n’avons aucune information de ce qui se passe au Sanctuaire. »

Ayar avait compris que Diego avait essayé de percer le voile d’Athéna au dessus du Sanctuaire, mais n’y était pas parvenu…

« Les combats se révèlent plus difficiles que prévus. Nos hommes affrontent des Chevaliers aguerris qui ont plus d’expérience qu’eux. Même s’ils sont moins nombreux, ils nous donnent du fil à retordre.
_ Tu sais quelque chose sur l’avancée de Sanosuke ? Dis-moi tout ce que tu sais. Je veux connaître les moindres détails. Pourquoi Numa ne m’a-t-il rien dit ?
_ Je ne vois pas tout ce qui se passe là-bas, j’ai seulement quelques informations. Ce que je sais, c’est que plusieurs Combattants n’ont pas réussi à venir à bout de leurs adversaires. Du moins, pas sans y laisser la vie.
_ Et Sanosuke ? Il n’est quand même pas mort lui aussi ?
_ Non, pas encore… »

Numa venait d’arriver à son tour, vêtu de sa traditionnelle toge rouge sang.

« Te voilà enfin ! Où étais-tu ? Je t’attends depuis plus d’une heure !
_ Mais majesté, comme vous, j’essaie de récolter des informations sur les combats du Sanctuaire. Il semble que j’y sois mieux parvenu que vous... »

Ayar vit que Diego avait parfaitement compris l’allusion et essayait de dissimuler son échec.

« Tu m’avais dit que les prêtres qui les accompagnent nous donneraient des informations. Qu’en est-il ?
_ Il leur est malheureusement très difficile de communiquer avec nous. Vous n’êtes pas sans savoir que le Sanctuaire est baigné de l’aura d’Athéna. En outre, ils essaient de dissimuler leur présence. Vous comprendrez aisément qu’une communication à plusieurs milliers de kilomètres de distance passe difficilement inaperçue, surtout que le Grand Pope surveille la totalité des énergies du Sanctuaire.
_ Le Grand Pope… de qui s’agit-il exactement ?
_ Personne ne le sait, mais il semble que ce soit l’homme le plus à craindre des Chevaliers d’Athéna. Comme l’a dit Diomède, cet homme possède une aura défiant l’imagination. Il s’agit sans doute d’un demi-dieu…
_ Un demi-dieu ?... Et nous avons laissé Sanosuke l’affronter ? Comment est-il supposé venir à bout d’un demi-dieu ?
_ Vous sous-estimez nos Combattants. Rappelez-vous que les Chevaliers d’Athéna ont réussi à vaincre plusieurs dieux, et parmi les plus puissants de la planète !
_ Oui, mais ils étaient toujours accompagnés d’Athéna. Ayar m’a dit que la situation se présentait sous un mauvais angle. Je veux immédiatement me rendre au Sanctuaire !
_ Mais voyons c’est de la folie. Vous ne servirez à rien de plus là-bas qu’ici !
_ Ayar qu’en penses-tu toi ? »

Ayar qui s’était tenu en dehors de la conversation regardait avec un certain amusement comment Diego s’opposait à son conseiller.

« Je pense qu’il est bien tard maintenant pour se rendre au Sanctuaire, mais il est sûr que la présence de leur dieu à leur côté aurait permis à nos Combattants de se surpasser et d’arriver à bout des pires adversaires. »

Numa jeta un regard mauvais sur l’Empereur.

« Ma décision est donc prise ! Je pars tout de suite pour le Sanctuaire !
_ Mais réfléchissez un instant ! Le temps d’arriver là-bas les combats seront finis. Et qui veillera sur vous ? Vous n’êtes pas encore de taille à affronter quelqu’un comme le Grand Pope, malgré l’entraînement assidu que vous suivez et les énormes progrès que vous avez faits.
_ Je suis sûr qu’Ayar veillera sur moi. Avec lui à mes côtés, rien ne peut m’arriver. Il est hors de question que je reste une minute de plus ici pendant que nos Combattants sont en train de livrer bataille ! Ayar, tu viens. »

Diego se dirigeait déjà vers la sortie du temple, mais s’arrêta brusquement pour se retourner vers le Grand Prêtre.

« Numa, j’ai suivi ton conseil en déclenchant cette guerre contre Athéna. J’espère pour toi que tu ne m’as pas fait commettre une bêtise. Sache que je m’en souviendrai. »

L’apprenti dieu avait lâché ces mots sans retenue et Ayar était surpris du ton à la fois ferme et sans appel qu’il avait employé. Les menaces à demi voilées qu’il venait de proférer feraient bien de rappeler son rôle à Numa. Pourtant le Grand Prêtre ne portait aucune trace d’une quelconque gêne. Les paroles de Diego avaient coulé sur lui sans le toucher.

« Je vous accompagne au Sanctuaire. Je ne peux pas rester ici pendant que vous allez là-bas. La situation est bien trop dangereuse. »

Sans attendre la réponse de Diego, le Grand Prêtre le dépassa. Il avait fermé les yeux, mais se guidait sans problème dans cet univers. Ayar et Diego lui emboîtèrent le pas.



Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada