Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : hades glory


Hades Glory

Quelques jours auparavant

La Grèce, un corps humain étendu sur le sol, une épée à double tranchant et le soleil.
Le Soleil.
L'opulente chevelure de jais commença à bouger de façon autonome comme la fourrure d'un animal qui y aurait enfoui sa tête.
Deux yeux émergèrent finalement, aussi bleus que le ciel sans nuage qu'ils convoitaient à ce moment.
L'épée bougea à son tour et à la façon d'une canne elle fut posée verticalement contre le sol, son détenteur banda tous ses muscles pour y appuyer le poids de son corps et lui permettre de se relever. Au prix de pénibles efforts il parvint à se tenir debout, le dos courbé à la façon d'un vieillard ployant sous le poids des années.
Mais c'était un autre poids qui faisait ployer le dieu revenu d'entre les limbes, ses yeux erraient à droite et à gauche pour chercher une aide quelconque contre cet agresseur sournois, il ne trouva personne.
Ses muscles se tendirent et une de ses jambes se lança en avant rencontrant le sol puis ce fut le tour de l'épée transformée en canne de faire un pas en avant bientôt suivie par la jambe droite.
Cet effort aussi ridicule qu'il paraisse lui arracha un soupir de douleur. Il leva les yeux vers le ciel pour apercevoir son pire ennemi : celui qu'il avait voulu cacher derrière toutes les planètes de la galaxie pour ne plus jamais le voir : Le Soleil !
Une goutte de sueur se forma à la base de son front et descendit jusqu'à son menton en répandant sur tout son visage une chaleur glaciale.
Ses yeux se levèrent vers le sanctuaire de pierre de la déesse qui se trouvait au ban de l'Olympe, il lui paraissait si loin…
« Je… je dois me dépêcher… Le Mont Etoilé n'est plus très loin »
Il avança alors en boitillant vers le sanctuaire de pierre à la façon d'un Messie portant sa croix. Il trébucha plusieurs fois mais personne ne se trouva là pour l'aider.
Entre ses bras sa fidèle épée e faisait de plus en plus difficile à mouvoir, sa chevelure absorbait le soleil, le rendant encore plus sensible à son rayonnement.
Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait : il était un dieu et jamais il n'avait pensé que le simple rayonnement du soleil pût lui faire tant de mal.
Peut-être était-ce à cause du rayonnement de Gaïa ? En saisissant la nouvelle vie que lui avait offert la mère de la Création il avait senti son cosmos s'évanouir et une suprême chaleur entrer au contact de son corps le brûlant entièrement. Puis il n'avait plus rien senti que la chaleur du Big Will à l'état pur puis le néant…
La lumière qui blessait ses yeux était de plus en plus cruelle mais elle fut comme transpercée par une épée d'ombre qui lui offrit un répit.
La forme ombragée mit quelques secondes à se préciser, il s'agissait d'une fontaine, non, d'un puits…
Il s'en approcha avec une vigueur retrouvée puis se pencha sur l'ouverture.
Comme souvent en cette saison dans l'Attique la sécheresse avait fait descendre la nappe phréatique à un niveau spécialement bas obligeant les villageois à faire descendre un seau très profondément pour pouvoir trouver l'eau.
Ce jour là le ciel devait être avec lui car le seau en question était resté sur le rebord pierreux du puits et vu son poids il était encore à moitié plein.
Le dieu plongea sa main dans l'eau et en aspira goulûment le contenu qui filtrait à travers ses phalanges. Le contact de l'eau encore froide provoqua chez lui une étrange sensation d'engourdissement.
Il se laissa tomber sur le bord du puits retenant le récipient à son côté avec sa main droite.
Il était maintenant à l'ombre du soleil mais la sensation d'engourdissement ne faisait que progresser. Ses jambes se déplièrent malgré lui tandis que ses paupières se faisaient plus lourdes.
Il plongea à nouveau sa main dans l'eau glacée et la porta à sa bouche.
« Quelle ironie… oui… dans la même journée j'aurai retrouvé la vie par un don de Dieu… mais c'est une invention humaine qui me permet de la conserver… »
Sa tête inclinait maintenant dangereusement vers la gauche suivie par tout le haut de son corps.
« Le Destin sera-t-il toujours aussi ironiquement humain ? »
Quelques gouttes d'eau s'échappèrent de la commissure de ses lèvres. Comme soulagé de ce poids insignifiant il s'écroula vers la gauche et son opulente chevelure balaya à nouveau le sol.
Le temps qui s'écoula entre son évanouissement et l'apparition de cette personne nous est connu car à l'instant où le dieu avait posé les pieds en Grèce l'horloge de feu des 12 maisons avait recommencé à brûler.
Il se passa donc très exactement douze heures avant qu'il ne reprenne connaissance, 12 heures qui auraient pu être celles d'une bataille et qui ne virent aucune violence, 12 heures au terme desquelles le cours du Destin avait changé dans le sanctuaire de pierre.
Un contact spongieux sur sa peau le rappela à la vie. C'était un contact à la fois douloureux et agréable : l'eau glacée causait des frissonnements à son épiderme, y faisant courir des vagues d'adrénaline. Mais ce contact le rappelait à la vie.
Son esprit mystique dérivait encore dans les limbes tandis que son corps reprenait goût à la réalité. Une nouvelle application de l'objet dégoulinant d'eau sur sa peau lui arracha un soupir de plaisir.
« Ah… ce contact… c'est tellement agréable… serait-ce la main de Dieu ? »
Il ouvrit lentement les yeux pour découvrir une main d'une blancheur incroyable qui faisait courir une éponge mouillée d'eau sur sa peau.
Lorsque qu'elle s'approcha de ses yeux il saisit instinctivement son poignet qui ne se déroba pas.
Ses yeux s'ouvrirent sur une cascade de cheveux roux qui encadraient un visage au teint de porcelaine qui ne rappelait pas celui des Grecs.
Il ne put apercevoir plus précisément ce visage car la personne à laquelle il appartenait le cachait pudiquement derrière une sorte de voile qu'elle maintenait fermé avec sa main gauche.
« Qui es-tu ? »
Aucune réponse ne lui parvint mais la main qu'il tenait enserrée échappa doucement à son étreinte et recommença à appliquer son baume sur son corps.
« Vous avez eu beaucoup de chance… dans votre état l'absorption de l'eau glacée que j'avais laissée aurait pu vous tuer. »
Curieusement l'idée de la mort ne lui causait aucune peur mais celle de mourir ainsi lui donnait la nausée.
« Quand je vous ai trouvé vous dégouliniez de sueur et paraissiez souffrir d'une insolation. Il ne faut jamais boire d'eau glacée quand on est en sueur. »
Il réprima une nouvelle grimace de dégoût à l'idée de mourir aussi stupidement.
« Où… où m'avez-vous trouvé ? »
Cette fois son sauveur tourna son visage vers le sien, c'était une femme qui ne devait pas avoir plus de 16 ans, elle était vêtue d'une robe assez courte mais très fine comme les paysannes qui travaillent dans les champs en été.
« Près du puits d'Aries. Vous étiez allongé sur le sol avec le seau d'eau à côté de vous, les cheveux et le torse couverts de poussière »
Cette fois le dieu tenta de se relever mais en posant sa main droite contre ce qui lui servait d'oreiller pour s'en servir d'appui il fut comme parcouru par une décharge électrique venue de son cerveau et s'écroula à nouveau.
La jeune fille s'alarma d'une telle inconscience et appuya fermement ses deux mains contre ses épaules pour l'empêcher de bouger à nouveau.
_Mais qu'est-ce qui vous prend ?
La voix du dieu était quasiment éteinte.
_Tu… tu as prononcé le nom de Bélier ?
_Oui, le puits d'Aries. On l'appelle ainsi car il se trouve non loin de la première maison du zodiaque.
Le dieu posa cette fois ses deux mains contre le sol et au prix d'un grand effort il parvint à relever son torse.
_Les maisons du zodiaque… le Mont Etoilé ! Je dois partir immédiatement ! 
_Vous n'irez nulle part !
Il s'ensuivit un flottement de quelques secondes, le ton autoritaire de la jeune fille prenant le dieu complètement à dépourvu. Leurs regards se croisèrent alors.
_Tu n'as pas un regard ordinaire.
La jeune fille parut s'effrayer de tant d'audace, elle cacha encore plus son visage dans son voile. Après un moment d'hésitation le dieu saisit son visage par les joues avec une brusquerie à la limite de la violence.
La curiosité passa dans ses yeux puis la surprise puis la haine.
Il lâcha le visage de la jeune fille puis saisit son épée dont il se servit à nouveau pour se relever. Ses gestes étaient imprécis, désordonnés, ses jambes tremblaient quand il se remit debout mais sa voix exprimait une colère à la limite de la fureur quand il s'adressa à la jeune fille.
_Tu as averti tous tes amis n'est-ce pas ?
Aucune réponse ne lui parvint mais il continua quand même en regardant le dehors de l'habitation avec une rage non dissimulée.
_Oui je suis sûr qu'ils vont tous venir pour se moquer de mon triste état. Des mots ! Ils ne sont capables que de ça !
Il se retourna vers la jeune fille pour lancer une autre pique cruelle mais un détail le fit soudainement vaciller dans sa détermination à la blesser : elle tremblait…
_Arrêtez… je vous en prie arrêtez… 
_…
_Je n'ai révélé à personne que j'hébergeais un blessé chez moi je le jure.
Hadès lui tournait maintenant le dos, ses yeux regardaient à nouveau le soleil avec appréhension.
_Pourquoi ?
La jeune fille hésita un peu avant de continuer, elle se releva cependant et jeta une couverture sur les épaules de son compagnon.
_Depuis que je suis ici… j'ai l'impression de ne pas être à ma place… tout le monde me dit que j'ai ma place ici mais en fait je ne sers à rien… Marine et Shaina, elles me parlent de ce lieu à mots voilés pour ne pas m'effrayer. Quant à Kiki ce n'est qu'un enfant mais je sais qu'il garde des secrets. Les autres chevaliers, eux ils ne cessent de dire que j'ai la force de mon frère.
Hadès ne répondit rien mais ses yeux étaient toujours braqués vers le soleil.
_Vous comprenez : depuis que j'ai retrouvé la mémoire je me souviens pourquoi j'étais venue ici et je sais aussi que depuis sa mort je n'ai plus de raison d'y demeurer. En vous secourant hier, en vous soignant et en vous voyant aller mieux j'ai eu subitement l'impression que ma vie avait à nouveau un sens, une justification.
Plusieurs secondes passèrent dans un silence des plus total puis les épaules du dieu bougèrent de façon incontrôlable, le souffle se faisant de plus en plus saccadé.
Seika s'approcha, prise par une grande appréhension, elle se rendit alors compte qu'il essayait de retenir un fou rire.
_Mais vous riez !
Hadès parvint à se contrôler. Il s'assit alors en tailleur au fond de la pièce et tâta avec prudence les brûlures qu'il avait au torse.
_Tu as raison : je ne peux pas partir maintenant, je suis encore trop faible.
Un sourire enfantin illumina les yeux de Seika.
_Oui oui ! Je vous apporterai des bandages et de la nourriture et vous irez vite mieux !
Hadès ne semblait pas avoir prêté attention à ces dernières paroles.
_Dans quelques jours nous aurons une nouvelle lune qui terminera le mois terrestre et commencera une nouvelle journée olympienne. A ce moment tu avertiras tes amis et tu me mèneras au Mont Etoilé.
Seika fit un nouveau signe de la tête pour marquer sa joie auquel lui répondit un ténébreux sourire.
_Pourquoi riiez-vous tout à l'heure ?
_Pour rien. Ou plutôt si : c'est cette chose que tu as dite : que me sauver la vie donnait une justification à la tienne.
_Ce n'est pas drôle.
_Si au contraire car cela répond à une question que je me pose depuis quelques temps.
_Laquelle ?
_Qu'est-ce que les hommes ont de plus que moi.
La jeune fille émit un petit rire.
_Vous êtes du genre étrange.
_Tu ne peux pas savoir à quel point.
Seika se préparait à franchir la porte de sa maison quand son hôte l'apostropha.
_Tu ne m'as pas dit ton nom.
Elle se retourna avec un nouveau sourire aux lèvres.
_Je m'appelle Seika. Seika Kido.
_Seika. Ne crois pas ce que disent les chevaliers: tu n'es pas comme ton frère – Seika prit un air vexé – non tu n'as pas sa force… mais tu es bien plus intelligente que lui.
Seika retint un rire amusé et cette fois quitta entièrement le voile qui retenait ses cheveux.
« Vous non plus vous n'êtes pas comme ils vous décrivent. »
 
***
Dans l'immensité de son palais de la cité céleste, l'empereur Zeus ne s'était peut-être jamais senti aussi seul… Après le procès d'Athéna il avait lui-même ordonné que les dieux dont la présence sur l'Olympe n'était pas absolument nécessaire rejoignent leurs temples respectifs et leur avait également interdit de reprendre leurs corps originaux.
Il n'en restait plus que quelques-uns et parmi ceux là, seule son épouse Héra avait émis le désir de rester à ses côtés.
L'empereur des cieux lui avait pourtant demandé de rester à l'écart car il avait besoin de calme pour méditer sur les récents évènements.
Ils contenaient leur part de bonnes et de mauvaises nouvelles.
Hadès était vivant et s'avançait pour le défier et il n'y était pas préparé, c'était probablement la pire situation qu'il ait eue à envisager depuis des millénaires.
Mais en même temps son frère était seul, absolument seul : après sa rixe sur l'Erichtonion il ne pourrait sûrement pas compter sur un soutien actif d'Athéna ou d'Arès.
Restait Odin… mais celui-ci était surveillé de très près par Némésis qui n'avait pas révélé l'étendue de ses pouvoirs.
Le grand Zeus sourit à nouveau et laissa reposer sa tête contre son trône de marbre.
Au moins maintenant il savait qui était son véritable ennemi : les récents évènements lui avaient prouvé que ni Athéna ni Arès n'étaient suffisamment puissants pour le défier, encore moins sans armée, ils ne pouvaient donc être les dieux suprêmes annoncés par la prophétie d'Ananke.
Restait Hadès : les pouvoirs dont il avait fait la démonstration face à Arès ne lui étaient pas inconnus et il se savait aussi expert dans la maîtrise du Big Will que son frère.
Mais il y avait autre chose qui l'inquiétait : bien que son aîné se crût apparemment choisi par le Destin pour devenir le dieu suprême il sentait qu'il y avait autre chose derrière cette insensibilité apparente… Une blessure peut-être, un souvenir.
Arès était sans doute sur la bonne piste en pensant qu'Hadès avait un être cher à protéger mais cet être n'était pas Athéna alors qui ?
Le maître des cieux en était là de ses méditations lorsqu'il sentit un cosmos inconnu s'épanouir sur Terre. Un cosmos d'une chaleur intense capable de l'atteindre jusqu'ici.
Il se leva et intensifiant son cosmos se surprit à penser à voix haute.
« Qui ? De qui s'agit-il ? Ici sur l'Olympe rien ne peut m'échapper… Serait-ce sur Terre ? »
Il projeta alors son cosmos sur la planète bleue puis sur le sanctuaire d'Athéna.
« Non… aucun chevalier d'or n'a survécu. Et parmi ceux qui restent vaillants aucun n'a un cosmos suffisant pour m'atteindre.»
Son esprit s'arrêta alors sur le château d'Helstein en Allemagne qu'il n'avait pas exploré depuis trois jours olympiens soit trois mois terrestres. Ce qu'il y vit lui arracha une exclamation de surprise.
« Mais… je ressens plusieurs cosmos très importants ! Voyons il y a quatre spectres parmi lesquels trois très puissants. Je ressens aussi deux cosmos divins… non trois mais le troisième a l'air assez affaibli. Thanatos et Hypnos sont donc vivants ! Comment ai-je pu être assez stupide pour ne pas le ressentir avant ?! Plusieurs de ces cosmos semblent se déplacer à grande vitesse. »
Zeus n'eut aucun mal à repérer la direction prise par ces cosmos en mouvement grâce aux traces d'énergie cosmique que la vitesse de la lumière laissait sur leur passage. Il prit une nouvelle inspiration puis sonda à nouveau la Terre. Les cosmos en mouvement étaient ceux d'Hypnos et de plusieurs juges.
Ils se dirigeaient tous vers Asgard. Là aussi des cosmos s'épanouissaient mais en dehors de celui de la princesse Hilda qui n'était pas vraiment agressif aucun n'atteignait un très haut niveau.
« Que cherche donc Hypnos à Asgard ? Je sens que se trouve là bas une personne dont le cosmos m'est familier… Il me fait penser à celui d'Hadès, qui cela peut-il bien être ? »
***


Asgard

Dans le palais de la princesse Hilda, Hypnos devait faire appel à des trésors de diplomatie pour faire baisser la tension.
Il avait volontairement pris avec lui le juge Minos du Griffon qui était déjà venu à Asgard ainsi que Myu de Féerie qui était sans doute parmi les spectres celui dont l'apparence inspirait le plus la confiance. Malheureusement pour lui, la requête qu'il avait à présenter n'était pas des plus faciles.
La très belle princesse Hilda, habituellement si calme, manifestait ici beaucoup d'énervement.
_N'insistez pas c'est hors de question !
Hypnos était de plus en plus énervé par le simple fait de devoir négocier avec une mortelle.
_Vous n'avez aucun droit de vous y opposer !
La princesse Hilda apprêta sa main pour donner une gifle à Hypnos, elle en fut heureusement empêchée in extremis par Albéric qui évita ainsi la catastrophe. Cela ne fit que renforcer l'énervement d'Hilda.
_Vous n'avez absolument pas le droit de disposer de la vie de cette enfant comme bon vous semble !
_Les instructions de sa majesté Hadès sont claires ! En cas de danger nous devons mettre Pandore en sécurité ! Et le lieu où elle sera la plus en sécurité c'est dans le Meikai où seuls des dieux et des spectres peuvent aller !
_Et où seuls des dieux et des spectres peuvent la protéger !
Hypnos parvint à garder son calme mais Minos intervint.
_Ce n'est pas à vous d'en juger ! On ne vous avait confié Pandore que jusqu'à ce qu'elle aille mieux !
Albéric, cette fois, n'eut pas le temps d'intervenir.
_J'ai reçu des instructions pour la sœur d'Hadès, pas pour son épouse !
_Sa quoi ?!
La nouvelle fit l'effet d'un coup de tonnerre chez Hypnos et les spectres qui étaient en ce moment les représentations vivantes de la surprise.
A ce moment Pandore émergea de l'embrasure de la porte de sa chambre. Bien qu'elle fût habillée pour la journée et debout elle n'avait pas l'air en bonne santé.
Son teint était cireux, ses yeux rouges à la lueur du soleil paraissaient éteints et les gouttes de sueur froide qui coulaient sur sa tempe indiquaient qu'elle avait encore de la fièvre. Une beauté douce et fragile, pas encore celle d'une femme mais plus celle d'une enfant.
En la voyant ainsi Hilda se précipita pour la soutenir. Pandore repoussa doucement Hilda et fit quelques pas dans la pièce pour montrer qu'elle allait mieux.
Son regard se refroidit en apercevant les deux spectres.
_Que faites-vous ici ? leur demanda-t-elle d'un ton sec.
Minos et Myu commencèrent un début de réponse mais Hilda les coupa.
_Peut-être devrais-tu encore garder la couche ?
Les yeux de Pandore s'adoucirent un peu.
_J'ai déjà dormi assez longtemps. Ce sont vos cris qui m'ont réveillé, j'ai craint un malheur.
Elle parut sur le point de céder aux injonctions d'Hilda puis arrêta son mouvement pour se tourner à nouveau vers les hommes d'Hadès.
_Vous ne m'avez pas répondu ! Que faites-vous ici ?
Hypnos s'efforça de prendre un ton ferme en dépit du choc que représentait toujours la déclaration d'Hilda. Au même moment les guerriers divins alertés par le bruit de la dispute arrivaient par petits groupes dans la salle du trône augmentant encore le malaise ambiant.
_Notre Majesté Hadès nous a ordonnés de vous ramener avec nous au château.
Au nom du dieu un éclat nouveau passa dans les yeux de Pandore, elle plaça une main tremblante sur sa poitrine tandis que ses yeux luisaient d'espoir.
_Il… il me veut donc auprès de lui ?
Le dieu aux cheveux et aux yeux couleur d'or se sentait de plus en plus mal à l'aise. Il ne savait toujours pas quelle attitude adopter vis-à-vis d'une personne qui quelques minutes auparavant était pour lui une simple mortelle.
_Oui ce sont bien ses ordres.
Au mot « ordre » le cœur de la jeune fille manqua un battement, Hadès n'avait pas pour habitude de formuler des ordres, encore moins indirectement. Quand il souhaitait avoir quelqu'un auprès de lui il le manifestait par une phrase ambiguë ou il le faisait téléporter directement.
Hilda en profita pour reprendre la main.
_La vérité c'est qu'ils ignorent totalement où il se trouve !
Les mots d'Hilda n'eurent pas l'effet que la jeune princesse escomptait : Pandore lança un regard implorant à Hypnos. Myu, prenant pour la première fois la parole, en profita pour reprendre l'avantage et clore la discussion.
_L'empereur Hadès ne va sans doute pas tarder à revenir et alors je pense que ce serait une grande joie pour lui de vous trouver là où il a souhaité votre présence : au château.
Le sourire de Pandore s'élargit, ses mains tremblaient un peu plus contre sa poitrine. Le regard de Myu se faisait de plus en plus affirmatif.
_Je… je vais me préparer immédiatement pour le départ dans ce cas !
En faisant demi-tour vers sa chambre elle croisa les yeux d'Hilda qui semblait au bord des larmes. Cédant à une impulsion soudaine les deux jeunes filles s'étreignirent avec émotion.
Les mots coulaient de la bouche de Pandore à travers les sanglots.
« Oh Hilda je suis si heureuse si tu savais. Je vais enfin le revoir… tu te rends compte ! »
Hilda se rendait surtout compte qu'elle perdait une amie et cela lui était difficile à accepter.
Pandore semblait incapable de calmer le chagrin de son amie.
« Oh ne pleure pas… ne pleure pas je t'en prie… nous nous reverrons je te le promets… tu as tant fait pour moi… »
Hypnos, un peu las de ces effusions, lui rappela un peu cruellement que le temps n'était pas leur allié.
Les deux jeunes filles s'étreignirent une dernière fois puis s'avisant que Pandore était venue sans autre vêtement que ceux qu'elle portait sur elle, les spectres préconisèrent un départ immédiat.
Les guerriers divins et les spectres se toisèrent avec une certaine défiance, ils étaient si différents, jusqu'à la couleur du monde qu'ils voyaient…
Pandore et son escorte se dirigeaient vers la grande porte du palais quand Hypnos s'arrêta comme pris d'un malaise. Il inclina fortement la tête en avant comme sous l'effet d'un coup puis se retourna vivement vers le lieu laissé libre par les guerriers divins.
« Oh non… cette cosmo énergie… Ce n'est pas possible ! Serait-ce celle de… »
Minos remarqua le manège du dieu et se retourna vers lui.
_Quelque chose ne va pas ?
En posant la main sur le surplis divin du dieu qui commande au sommeil il entendit un bruit de cliquetis métallique.
_Mais… vous tremblez ?!
Hypnos sembla sortir de sa torpeur au contact de Minos. Se retournant vivement il saisit Myu de Féerie par l'épaule.
_Toi ! Prends Pandore dans tes bras et cours sans te retourner jusqu'au château !
_Mais…
_Tout de suite !
Myu eut à peine le temps d'atteindre Pandore qui se trouvait à une trentaine de centimètres de lui qu'un cosmos d'un éclat aveuglant fit son apparition au milieu de la salle !
Hypnos eut à peine le temps de hurler aux assistants de protéger leurs yeux avant qu'une voix ne s'élève au milieu de l'assemblée.
« Eh bien, que voilà une réunion bien intéressante »
L'éclat de la cosmo énergie augmentait de plus en plus aveuglant les assistants, les rares tentures présentes dans le palais commencèrent à prendre feu.
Hypnos était le seul à ne pas se protéger les yeux.
« Ah ! Comment ai-je pu être aussi négligeant ? Il nous écoute sans doute depuis tout à l'heure ! Et ce cosmos ce ne peut être que… »
La lumière se dissipa au fur et à mesure puis apparut une forme humaine entourée d'un halo de lumière éclatant qui noircissait les membres de son détenteur comme le soleil obscurcit notre vision quand nous le regardons de trop près.
Hypnos ne parvenait pas à détacher son regard de cette apparition.
« Oui, cette armure à 6 ailes argentées ! Ces cheveux couleur de ciel et cet immense charisme. Nous sommes en présence de…
ZEUS !! »
Quand le maître des cieux fut enfin visible de tous il arborait un sourire ironique.
_Eh bien pas de prières ? Pas de prosternations ? Un peu de tenue, vous êtes en présence du roi des dieux !
Siegfried, suivi par tous les guerriers divins se trouvait derrière le roi des dieux et avait pris une position de combat.
_Nous guerriers divins ne connaissons d'autre dieu qu'Odin !
Zeus émit un petit rire moqueur.
_Pfff Odin… Que tu es mignon. Mais face à moi le chef des Ases n'est qu'un vermisseau.
_Comment oses-tu ?!
Siegfried se préparait à partir à l'assaut quand l'accent furieux de la voix d'Hilda le retint. Il s'immobilisa comme un chien dont son maître a tiré la laisse trop fort.
Zeus partit d'un nouveau rire moqueur.
_Que voilà une jeune fille bien avisée. C'est bien, bonne attitude, car il va vous falloir apprendre à révérer votre nouveau maître maintenant.
Hilda retint à nouveau les velléités belliqueuses de ses guerriers. Son regard croisa celui d'Hypnos qui commençait à analyser la situation avec un grand calme.
« Myu n'a pas eu le temps d'exécuter mon ordre… maintenant il va nous être difficile de nous échapper… Nous sommes 12 à pouvoir combattre au total en incluant Hilda. Une seconde suffirait à Zeus pour balayer tous les guerriers divins. Mais Minos et moi pouvons résister à sa première attaque si elle n'est pas seulement dirigée contre nous ».
Zeus se tourna vers Hypnos qui ne tremblait plus. Le dieu du sommeil avait retrouvé la fierté et la dignité qui étaient siennes depuis les temps mythiques.
_Tu te demandes s'il existe une possibilité de fuite n'est-ce pas dieu du sommeil ? Mais ne te fais pas d'illusion : Pas plus à douze qu'à mille vous ne pourrez me surprendre et je vais t'en donner la preuve sur-le-champ.
Le sourire de Zeus avait changé, ses lèvres s'étaient déformées en un rictus mauvais qui n'augurait pas d'intentions honorables.
Instinctivement Hypnos concentra son cosmos pour résister au roi du ciel, il sentit alors une sensation étrange : il ne sentait plus le sol sous ses pieds mais plutôt une matière impalpable, comme s'il nageait dans un univers sans gravitation.
Le dieu du sommeil comprit une seconde trop tard ce qui allait se passer.
Avant qu'il ait eu le temps de formuler le moindre avertissement il sentit un cosmos exploser sous ses pieds et autour de lui formant une sphère qui voulait l'englober en entier. Il ne ressentit alors plus rien que l'explosion de son cosmos à l'intérieur de cette bulle.
Les guerriers divins, Myu et Minos n'avaient pas eu la même chance, tous sauf Siegfried se trouvaient enfermés dans des bulles transparentes lévitant à quelques mètres du sol.
Hypnos, lui, était libre : en faisant exploser son cosmos à l'air libre avant d'être submergé il avait réussi à désintégrer la bulle qui menaçait de l'englober.
Zeus semblait s'amuser de la situation.
_Regarde Hypnos : à part la grande prêtresse et son champion il ne reste plus personne de libre de ses mouvements. Grâce à de simples bulles d'énergie j'ai pu enfermer toutes les personnes ici présentes dont le cosmos n'est pas une menace. Hilda y a échappé parce que je ne l'ai pas visée et Siegfried car il était à proximité d'elle. Quant à toi je me doutais bien que tu parviendrais à échapper à l'emprisonnement. Mais que vas-tu faire maintenant ?
Hypnos avait achevé de reprendre sa respiration. Son regard croisa un instant celui de Zeus, même face au dieu suprême le dieu aux cheveux et aux yeux couleur d'or avait belle prestance. Et ce fut avec la même élégance qu'il s'inclina devant le frère de son souverain.
_Seigneur Zeus, il y a longtemps que vous avez disparu de ce monde. Les mortels vous ont peut-être oublié mais pas moi. Je vous accorderai tout ce que sa majesté Hadès serait disposée à accorder.
Zeus se tut quelques secondes pour rendre hommage à l'intelligence et à la finesse du dieu.
_Tu ne perds jamais ton tact n'est-ce pas ? Même dans une situation désespérée. Mais m'accorderais-tu la vie de Pandore si je l'exigeais de toi ?
Hypnos ne déroba pas son regard de celui du dieu des dieux.
_Vous me demandez la seule chose que je ne puisse vous accorder majesté.
_La vie de Pandore est donc si importante que cela ? Serait-elle plus qu'une mortelle ?
_Sa majesté a donné des ordres la concernant et cela suffit pour que je mette ma vie en jeu.
Un silence passa pendant que Zeus semblait réfléchir aux possibilités de la situation. Son visage s'éclaircit de nouveau.
_Hypnos, sais-tu jouer aux échecs ?
_Oui.
_Très bien, tu n'ignores donc pas que quand un joueur expert se mesure à un débutant il est de coutume qu'il lui laisse un coup d'avance.
_…
_Tu veux me soustraire Pandore, c'est bien ce que tu souhaites, non ? Alors à ma façon je vais te donner un coup d'avance : je vais te permettre de choisir une personne et seulement une que je libérerai de mes bulles d'énergie. Choisis avec soin surtout car cette personne peut t'être utile pour lutter contre moi mais elle peut aussi te permettre de fuir. Qui choisis-tu ?
La réponse d'Hypnos ne se fit attendre que quelques secondes, son regard passa sur les guerriers divins prisonniers qui tentaient en vain de se libérer de leurs entraves puis sur Hilda et enfin sur Pandore.
_Je choisis Myu.
Instantanément la bulle qui retenait le spectre de l'étoile de féerie explosa libérant le maître des fairys. Zeus parut une nouvelle fois amusé.
_Si j'avais été toi j'aurais choisi de libérer Pandore, t'aurais-je surestimé maître du sommeil ?
_Le coup n'est pas terminé tant que la pièce n'a pas bougé.
Myu se retourna alors vers Pandore, il intensifia son cosmos au maximum et s'élança alors sur la bulle qui enfermait la jeune fille. Zeus ne sembla pas comprendre ce mouvement.
« Mais il est fou ! S'il touche la bulle de vie avec ses fairys son attaque lui sera automatiquement renvoyée ! »
Il y eut alors un flash lumineux précédé d'un embrasement d'énergie « Par l'envol des fairys ! ». Hypnos ne lâcha qu'un seul mot : « Roque »
Lorsque les assistants purent rouvrir les yeux Pandore ne se trouvait plus dans sa bulle d'énergie, c'était Myu qui avait pris sa place et des milliers de fairys semblaient voler vers la sortie du palais Walhalla. Zeus avait perdu son sourire.
_Evidemment ! Ces papillons ont un pouvoir de téléportation énorme ! En utilisant cette technique contre lui-même Myu s'est téléporté à l'intérieur de la bulle et en a fait sortir Pandore !
_Oui c'est ce qu'on appelle le roque : faire échanger la place de la tour avec celle du roi, quoiqu'en l'occurrence il s'agirait plutôt d'une reine…
_Cela ne change absolument rien ! Tu n'as fait que gagner du temps ! Je vais en finir avec toi et je rattraperai Pandore ensuite !
Le cosmos de Zeus se manifesta par une sorte d'embrasement cosmique de ses yeux. La vague d'énergie déferla sur Hypnos comme une lame de fond. Celui-ci raterrit derrière le dieu du ciel comme un pantin désarticulé.
« Même le dieu du sommeil ne pouvait résister à cela »
Zeus avait pris son élan pour s'engouffrer dans le couloir du palais quand il entendit un bruit métallique qui lui fait tourner les talons. Face à lui comme un lever de soleil, le dieu aux cheveux couleur d'or se relevait et lui faisait à nouveau face. La voix du roi des dieux n'avait plus rien d'ironique.
_Tu as concentré ton aura autour de toi dans l'attente de mon attaque et tu as ainsi pu l'encaisser sans grand dommage.
_Ce n'est qu'une partie de la vérité majesté : une attaque de ce genre m'aurait certainement tué il n'y a pas si longtemps mais il s'est passé tant de choses depuis… Et puis ce surplis a été reforgé par votre divin fils forgeron et il me protégera tant que je me battrai !
Profitant d'un instant de flottement dans la bataille Hilda rejoignit Hypnos et posa ses mains dans les siennes. Le dieu du sommeil sentit une énergie nouvelle le régénérer. Hilda paraissait désolée.
_Seigneur Hypnos… Je vous ai mal jugé et en plus de ça je ne peux que vous rendre de l'énergie, il me faudrait plus de temps pour soigner vos blessures.
_Ce n'est rien princesse je tiendrai le temps qu'il faudra…
La colère passa dans les yeux de Zeus : chaque seconde qui passait éloignait un peu plus Pandore de lui, elle allait sans doute s'envoler pour le Meikaï pour lui échapper !
_Ainsi le dieu du sommeil se convertit en bouclier humain. N'y vois-tu pas une déchéance Hypnos ?
_Je ne vois pas l'intérêt que j'aurais à vous attaquer… Même le souffle d'Elysion qui est ma technique la plus puissante ne fonctionnerait pas alors je préfère consommer mon énergie d'une autre façon.
Le regard de Zeus passa sur Hilda.
_Dans ce cas je vais me débarrasser de cette femme en premier.
Zeus n'avait pas concentré son cosmos comme précédemment : il s'était contenté de lever son doigt en direction de la princesse, un rayon d'énergie cosmique meurtrier s'en échappa, une ombre s'interposa in extremis entre la jeune fille et la mort puis un cri de douleur retentit. Des boucles de cheveux de couleur châtain clair tombèrent sur le visage d'Hilda.
Le grand Siegfried tomba à genoux devant sa princesse stupéfaite.
_Siegfried !!
_Ah princesse ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis immortel vous le savez bien.
Le guerrier divin s'écroula pourtant, gravement blessé au niveau du thorax. Hilda se pencha sur lui et prit sa tête dans ses mains. Hypnos s'adressa doucement à elle.
_Il vivra : son cœur n'a pas été touché. Mais je vous prie de rester en dehors de cela, vous pourriez être blessée et c'est une responsabilité que je ne peux assumer vis-à-vis de votre dieu.
Un sourire ironique reparut alors sur les lèvres du roi des dieux.
_Que voilà de nobles paroles de ta part Hypnos mais j'ai compris pourquoi vous cherchez absolument à gagner du temps. Il ne faut que quelques secondes à la vitesse de la lumière pour atteindre l'Allemagne depuis Asgard. Mais je me rappelle maintenant que l'antique demeure des Ases était protégée par un cosmos qui empêchait les téléportations. Pandore n'est probablement pas très loin d'ici.
Pour toute réponse le dieu du sommeil enflamma son cosmos et se prépara à recevoir le prochain coup.
 
***
En s'enfermant lui-même dans une bulle de vie, Myu avait donné une chance à une jeune fille de s'enfuir mais cette unique possibilité de fuite était bien réduite par rapport aux infinies possibilités dont disposait le roi des dieux.
L'arcane déployé par le spectre de l'étoile terrestre de Féerie avait certes permis de téléporter Pandore hors d'atteinte du roi des dieux mais une fois son effet dissipé la jeune fille était redevenue une humaine et en tant que telle elle ne pouvait plus compter que sur ses jambes pour s'échapper et sauver sa vie.
Pandore courait vers la sortie à la vitesse maximale que lui permettaient ses jambes, ses poumons surchauffés étaient sur le point d'exploser, ses yeux habitués à l'obscurité lui renvoyaient de la sortie du palais une image floue et imprécise, quelques fairys étaient restés accrochés à ses cheveux et à sa robe donnant à sa course un aspect surréaliste.
La sortie n'était plus qu'à quelques mètres à présent, à l'idée d'être sauvée son cœur sauta dans sa poitrine et elle tenta de courir plus vite que ses jambes ne pouvaient le supporter, son pied droit se prit dans son ample robe et la chute survint une seconde plus tard.
Elle tomba en avant, croyant se rompre tous les os, pensant subir une douleur intense mais rien de tout cela ne survint. Deux bras chaleureux l'accueillirent et une voix rassurante sonna à ses oreilles.
« Ne vous inquiétez plus de rien. Vous êtes en sûreté maintenant »
La personne qui avait parlé avait des yeux couleur émeraude et des cheveux couleur de cendres, son armure ressemblait assez à celle des frères de la mort et du sommeil mais en moins évoluée. Pandore leva les yeux vers ce sauveur providentiel mais avant qu'elle n'ait eu le temps de détailler les traits de son visage elle entendit un bruit étrange, comme un tintement, qui lui fit retourner la tête.
« Ceci vous appartient. Je vous l'ai donné pour la première fois il y a 13 années ».
Le visage de Thanatos s'imposa à ses yeux, il lui tendait une sorte de collier fait de perles noires et de dents de loups. Ainsi lui aussi était venu pour la protéger.
Pandore prit instinctivement le bijou et le passa autour de son cou, Thanatos fit un pas en avant.
_Célesta, si tu t'envoles maintenant, penses-tu que tu serais dans le Meikai avant Zeus ?
_Thanatos tu sais très bien que nous ne pouvons nous échapper : ce que le roi des dieux veut, il l'obtient, peu importe l'endroit où l'on se cache.
_Alors l'affrontement est la seule alternative qu'il nous reste. Je vais dire à Hypnos de rompre le combat.
_Je ne pense pas que cela soit nécessaire…
En effet, une fraction de seconde ne s'était pas encore écoulée depuis la fin de la phrase que le roi des dieux apparaissait dans toute sa grandeur aux enfants adoptifs d'Hadès.
Au bout se sa main levée il tenait Hypnos par la gorge, une simple pression de son index lui aurait permis de rompre son nerf carotidien et d'en finir avec lui.
_Après Hypnos et les guerriers divins voilà que toi Thanatos tu viens m'offrir ta vie, le Destin me donne l'occasion de me débarrasser de toute la vermine qui complote contre moi d'un seul coup.
Thanatos et Elysée serraient les poings, maudissant leur impuissance à aider leur frère. Zeus comprit la raison de leur énervement et s'en amusa. D'un geste précis il lança Hypnos vers ses familiers.
_Que vous soyez trois m'importe peu, cela ne fait que rendre le jeu un peu plus intéressant.
Hypnos se releva péniblement en se massant la gorge, sa voix en était rendue rocailleuse et son souffle était court.
_Il… il faut protéger Pandore à tout prix…
Thanatos et Célesta lui adressèrent un signe entendu.
_Oui rassure-toi nous savons cela et nous avons un plan mais pour l'exécuter nous allons avoir besoin de toi.
Hypnos se remit debout aidé par son frère. Le dieu qui commande à la mort prit alors une position de combat suivi par Célesta de l'étoile céleste de la domination.
Avec un temps de retard le dieu qui commande au sommeil prit une inspiration puis concentra à son tour son cosmos. A eux trois ils formaient un cercle autour de Pandore.
_Même si vos armures ont été restaurées par le dieu forgeron vous ne pouvez rien contre moi ! Vous ne ferez que prolonger votre fin !
Un léger sourire passa sur les lèvres de Thanatos.
_Qui a parlé d'utiliser nos surplis pour nous défendre ? C'est elle que nous devons protéger.
Zeus comprit ce qui allait se passer mais trop tard, comme dans un rêve les trois dieux fermèrent les yeux et prononcèrent les mots sacrés :
« Surplis de la Mort !
Surplis du Serpentaire !
Surplis du Sommeil ! 
Moi Thanatos !
Moi Célesta !
Moi Hypnos !
Nous vous ordonnons de nous quitter pour protéger notre bien le plus cher ! »
Les protections des trois guerriers reprirent leurs formes totémiques puis se placèrent d'elles-mêmes en retrait d'un mètre par rapport à leurs détenteurs formant un cercle autour de Pandore.
_Même si nous sommes tués, par delà la mort
_Nos armures la protègeront…
_Et nous aurons rempli notre mission !
Zeus soupira avec ennui.
_Pauvres fous, je leur pardonne : ils ne savent pas ce qu'ils font.
Thanatos, Hypnos et Célesta avaient entouré le roi des dieux et intensifiaient leurs cosmos en vue du plus grand affrontement de leur vie. Celui-ci gardait un calme purement olympien.
_Attaquez d'où vous voulez, enfants d'Hadès, vous allez apprendre que le seul homme que vous ne pourrez jamais vaincre même en y mettant toutes vos forces se tient devant vous.
N'y tenant plus les dieux mineurs passèrent à l'attaque chacun depuis un point différent.
_Elision Breath!!
_Terrible Providence !!
_Death Star Execution!!
Mais ce faisant ils ne virent pas le mouvement des bras du dieu suprême qui tendait sa paume ouverte vers Thanatos et son poing gauche fermé vers Hypnos.
Le temps sembla s'immobiliser pendant une seconde durant laquelle ils eurent l'impression de l'avoir touché mais il n'en était rien : Hypnos fut repoussé par une force offensive énorme tandis que toute l'énergie de l'attaque du dieu qui commande à la mort était comme aspirée dans la main droite du dieu suprême.
L'attaque de Célesta quant à elle semblait parfaitement inefficace.
Quand l'énergie libérée par leur cosmos fut totalement épuisée, le cosmos de Zeus explosa en trois rafales qui partirent dans la direction de chacun des trois assaillants.
Célesta et Hypnos avaient beaucoup de mal à se relever en raison du caractère très récent des derniers combats qu'ils avaient livrés.
Le dieu du sommeil n'en perdait pas pour autant sa lucidité.
_Ah… La garde invincible… on m'en avait parlé mais je ne voulais pas y croire : une position aussi bien offensive que défensive permettant de riposter sur plusieurs fronts en utilisant l'énergie produite par l'offensive adverse. Si… si Zeus maîtrise cette technique, nos chances de gagner son égales à zéro !
Zeus regarda autour de lui puis fit un pas vers Célesta dans l'intention évidente de l'achever. Il leva sa main au-dessus d'elle et l'abattit sur son cou d'un geste sec et précis qui rencontra l'épaule de Thanatos. Celui-ci avait à peine eu le temps de s'interposer et saignait maintenant abondamment.
Un peu à l'écart Pandore s'était mise sur ses pieds et observait d'un air terrifié les évènements autour d'elle. Sa voix n'était plus qu'un murmure mais un murmure audible.
« Arrêtez s'il vous plaît. »
Le maître de l'Olympe saisit rapidement l'avant bras de du dieu aux cheveux d'argent et l'écarta de son passage.
Il eut à peine le temps de se retourner pour parer un coup de poing de Hypnos qui s'était encore une fois relevé.
_Vous ne la toucherez pas !
_Quelle insolence !
Zeus appuya sa main libre sur le ventre d'Hypnos et l'envoya s'encastrer dans une colonne de marbre, ainsi soutenu par le roc lui-même le dieu ne tomba pas.
« Arrêtez je vous en prie. Je ne veux plus de massacres… »
Zeus ne l'écoutait pas : Il avait de nouveau pris l'avantage sur Hypnos et après l'avoir roué de coups, se disposait à en finir avec les deux autres dieux mineurs.
Hypnos saisit sa jambe droite et le roi des dieux lui décocha un violent coup de pied dans la mâchoire.
La voix de Pandore se fit plus forte.
« Arrêtez !!! »
Zeus envoya une rafale cosmique sur Célesta qui tentait de se relever puis il se retourna vers Hypnos qui était à genoux.
Il concentra son cosmos dans sa main droite.
_Quand je pense que c'est à cause de tes derniers mots que j'ai commencé tout ça ! Tout ne sera bientôt que ténèbres et les hommes plus qu'un souvenir ! Réjouis-toi ! Ce sera bientôt chose faite !
« ARRETEZZZZZZZZZ !!!!! »
Le cri de Pandore avait été tellement strident que le monarque laissa son énergie s'évaporer dans son poing droit. Il se tourna vers la jeune fille comme s'il la voyait pour la première fois.
Celle-ci le fixa droit dans les yeux.
_Et que comptes-tu faire pour m'en empêcher ?
Pour toute réponse Pandore coinça le muscle de sa langue entre ses dents. Il faut certes une grande force pour se trancher la langue d'un seul coup mais c'est un risque que beaucoup de suicidaires prennent et une fois la langue tranchée c'est la mort par asphyxie assurée.
Zeus jeta un regard de regret vers ses victimes puis il la regarda à nouveau avec intérêt : il ne pouvait pas franchir le cercle formé par les trois surplis sans déployer un minimum de puissance alors mieux valait user de finesse.
_C'est bon je ne les tuerai pas. Tu es vraiment très jolie et mériterais d'entrer dans la famille des immortelles.
Pour toute réponse Pandore commença à enfoncer ses dents dans sa langue.
_Je comprends pourquoi Hadès tient tant à toi.
Un instant de flottement suivit durant lequel Pandore relâcha sensiblement la pression, au même moment l'affaiblissement des dieux mineurs entraîna celui du champ de protection généré par leurs protections. Vif comme l'éclair le cadet d'Hadès en profita pour pénétrer le cercle et enfoncer deux doigts dans la bouche de la jeune fille l'empêchant ainsi d'exercer toute pression sur sa langue.
_Voilà qui est mieux… Je vais épargner tes compagnons mais tu vas venir avec moi sur l'Olympe !
Zeus prit Pandore dans ses bras et l'endormit avec un sort hypnotique.
Hypnos qui arrivait à nouveau à se tenir debout l'apostropha.
_Que… Que lui voulez-vous à la fin ?
Zeus parut amusé par la question.
_A elle, rien bien sûr. Je veux juste savoir si mon frère Hadès qui prétend qu'il n'existe pas de vie pour lui aura le courage de mettre en jeu la vie de celle qu'il aime !
Il intensifia son cosmos et se dirigea vers l'Olympe avec un otage dans ses bras.
Resté seul Hypnos se dirigea vers la sortie du palais. Il titubait à chaque pas et faillit trébucher plusieurs fois. Finalement le dieu aux cheveux d'or arriva à l'air libre. Il reprit son souffle quelques instants puis intensifia violemment sa cosmo énergie.
Ses cheveux d'or étincelèrent encore plus que d'habitude et l'étoile de son front brilla comme de l'or. Il projeta alors tout le cosmos qui lui restait vers le ciel en criant « Sois maudit !!!! »
La puissance de cet assaut fit que pendant quelques secondes les tours de la cité céleste furent visibles de toute la Terre.
Hypnos s'écroula sur le sol.
« Père pardonne-moi… A cause de mon incompétence ton ennemi dispose maintenant d'un atout maître. »
Au même moment Hadès ouvrait les portes de la cité céleste, blanche et haute dans le ciel.
La vraie bataille venait juste de commencer !
*
* *
 
Rhadamanthe arriva à Asgard accompagné de Eaque pour découvrir un spectacle des plus surprenants : un juge et un spectre étalés à terre, couverts de blessures. Non loin de là Hypnos gisait évanoui, son surplis passablement endommagé tandis que les guerriers divins au grand complet peinaient à se remettre sur leurs jambes.
Eaque regardait autour de lui passablement désorienté.
_Mais qu'est-ce que c'est que cette équipe de bras cassés ? C'était quand même pas bien compliqué d'aller chercher une adolescente et de la ramener en Allemagne !
_Attends, y en a un qui bouge plus que les autres on va lui demander.
Rhadamanthe se pencha sur Myu de l'étoile terrestre de Féerie et le secoua sans ménagement pour lui faire reprendre connaissance.
_Bon réveille-toi, qu'est-ce qui s'est passé ici ?
Myu sentait sa mâchoire endolorie se refuser à bouger, il réussit cependant à articuler.
_… attaqués…
_Vu votre état je me doute bien que vous étiez pas à une garden party ! Qui vous a mis dans cet état ?
Myu reprenait de plus en plus vigueur, il parvint à se tenir dans une position semi assise en s'appuyant sur sa main droite.
_Par Zeus lui-même… nous avons tenté de résister mais…
Un silence passa pendant lequel les deux juges étaient littéralement suspendus aux lèvres de Myu.
_Il… il a enlevé Pandore…
Eaque regarda Rhadamanthe avec appréhension. Celui-ci, affectant un calme serein, plongea une main dans la poche de son pantalon puis en ressortit un paquet de cigarettes. Il en saisit une qu'il alluma rapidement. Il aspira une grande bouffée de tabac puis éloignant légèrement la cigarette de sa bouche, il lâcha d'un ton toujours aussi serein.
« Putain de merde. »
Il replaça alors la cigarette devant sa bouche et aspira une nouvelle bouffée. Autour de lui les guerriers divins et les suivants d'Hadès se relevaient avec difficulté.
_Que fait-on Rhadamanthe ?
_Ca dépend.
_Ca dépend de quoi ?
_Tu t'es éveillé au 9 ème sens entre le château d'Helstein et ici ? Parce que je te rappelle que seuls les dieux peuvent pénétrer en Olympe.
_Euh… non.
_Alors on attend de savoir si le soleil se lèvera demain et tu me laisses fumer ma dernière cigarette en paix.



Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada