Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Edgar, qui était le seul chevalier encore debout, faisait face à Julius, Robert et Walker. Les trois membres encore valides de la Horde Préhistorique étaient bien décidés à en finir une bonne fois pour toutes avec leurs ennemis :


"Je crois qu'il est temps de porter le coup de grâce à ces chevaliers, qu'en dites-vous ?"demanda Julius à ses compagnons.


"Tu as bien parlé, Julius ! Allons-y...!"


"Edgar, déplace-toi sur le côté !"


"Comment ?"


Alors que Walker, qui s'était débarrassé entre-temps des corbeaux qui l'avaient attaqué, s'étonnait de ce cri, Edgar comprit immédiatement l'avertissement d'Omar et s'écarta sur le côté, ce que n'apprécia pas le spectre du Smilodon :


"Espèce de lâche, tu te défiles ! Prends ça ! Prehistoric Tiger Claws..."


Dans un sursaut de survie, le chevalier du Corbeau rassembla sa cosmo-énergie et cria :


"Darkest Flying !!!"


Une boule d'énergie noire partit des mains du disciple de Daniel, engloutit l'attaque de Walker et le percuta durement avant de l'envoyer, tout sanguinolant, contre l'une des parois de la grotte. Edgar se dirigea lentement vers le corps inerte de son ennemi, quand Julius et Robert surgirent devant lui :


"Désolé, chevalier, mais la partie n'est pas encore finie ! On va voir ce que tu pourras faire contre nous deux !..."


"EDGAR !!"


En entendant la voix d'Omar, le chevalier du Corbeau s'écarta sur le côté, ce que ne comprit pas Julius :


"Lâche ! Walker avait raison : tu te défiles ! Robert, prépare-toi, on va lui régler son compte !"


"Avec plaisir !... QUOI ?!"


Une lueur éblouissante venait d'entrer en contact avec les rétines des spectres du Tyrannosaure et du Vélociraptor. Ces derniers commencèrent à balbutier des paroles inintelligibles, mais cela ne dura guère longtemps. Edgar, qui s'était éloigné et détourné de l'étrange lueur, finit par se retourner quand il s'assura que tout danger était écarté. Le spectacle qui s'offrit à lui ne le surprit nullement :


"C'était le Bouclier de Méduse, n'est-ce pas, Omar ?"


Deux statues de pierre aux effigies de Julius et de Robert se trouvaient dans la grotte où avait eu lieu l'affrontement contre la Horde Préhistorique. Le chevalier de Persée hocha la tête, puis dit à son frère d'armes :


"Ignorant quelle était la vraie valeur des Spectres d'Hadès, j'ai jugé préférable de ne pas l'utiliser tout de suite, d'autant que nous étions fort nombreux, et je ne voulais pas prendre le risque de pétrifier certains des nôtres, nous avons besoin de tout le monde en temps de guerre ! Mais les choses n'étaient plus les mêmes désormais..."


"Aaargh !!"


Le disciple de Bosching tourna la tête et vit, à sa grande surprise, Grant du Ptérodactyle, encore vivant, mais mal en point : le spectre n'avait pas tout à fait reçu le regard pétrificateur de Méduse dans les yeux, mais l'avait suffisamment aperçu pour que son bras droit fût changé en pierre. Edgar regarda tout autour de lui, puis sourit :


"Bien... Nous avons gagné ! Désormais, la Horde Préhistorique ne peut plus rien contre nous ! Nous pouvons partir !"


Mais Omar fronça les sourcils et objecta :


"Pas encore... Il reste quelques menus détails à effectuer !"


"Comment ça ?"


Le chevalier de Persée, le regard dur, se dirigea vers Julius et Robert qui avaient été changé en statues de pierre, puis, sans autre forme de procès, les décapita d'un bon coup de poing, ce que ne comprit pas son compagnon :


"Omar !? Qu'est-ce que tu fais ?"


Le disciple de Bosching ne se retourna pas et s'avança vers un Grant apeuré, maintenant que son unique bras était devenu invalide :


"Non !! Pitié... Pitié !!!"gémit-il.


L'espace de quelques secondes, Omar le regarda d'un air presque désinvolte, laissant croire au spectre du Ptérodactyle qu'il lui laissait une chance de survie, mais cette impression fut rapidement effacée : sans crier gare, le poing du chevalier d'argent s'abattit sur le bras pétrifié de Grant et le brisa en plusieurs morceaux. Le hurlement de douleur du spectre fut presque couvert par les cris suppliants d'Edgar :


"Omar, arrête !!"


Mais le chevalier de Persée fit mine d'être sourd : il saisit Grant à la gorge et, d'un seul coup, lui brisa la nuque, avant de le laisser retomber non loin de Walker, qui avait bel et bien rendu l'âme, victime du Darkest Flying. Omar se retourna vers le chevalier du Corbeau et lui dit :


"Maintenant, nous pouvons partir..."


Terrifié par l'attitude qu'avait eue son frère d'armes, Edgar le suivit à reculons, les lèvres presque scellées les unes aux autres. Tous deux marchèrent pendant quelques minutes dans les couloirs de la grotte, puis, quand ils regagnèrent le paysage enneigé de Skygard, le chevalier du Corbeau se décida à interpeller Omar :


"Qu'est-ce qui t'a pris, Omar ? Pourquoi avoir agi avec autant de cruauté ?"


Le chevalier de Persée soupira :


"Tu me déçois, Edgar... Je n'ai fait qu'anéantir des sbires du Dieu du Mal ! Si jamais mon bouclier venait à être détruit plus tard, ils auraient retrouvé leur apparence !"


"Et le spectre du Ptérodactyle ? Il était devenu inoffensif !"


Omar ne se laissa pas démonter et rétorqua :


"Nous ne pouvons permettre aux serviteurs d'Hadès de vivre, même le plus faible d'entre eux !"


"Omar... Tu devrais prendre garde à ce que tu dis ! N'oublie quand même pas que Brundle s'est sacrifié pour toi, tu aurais dû agir plus noblement, ne serait-ce que par respect envers sa mémoire !"


A ces mots, le regard du chevalier de Persée devint plus tendu et ses yeux lancèrent des éclairs à un Edgar qui commençait à prendre peur :


"Sache, Edgar, que c'est un argument des plus stupides ! J'irais même plus loin : Brundle n'avait pas à se mêler de cette affaire ! C'était mon combat, c'était à moi de me débrouiller seul ! De plus, je te rappelle que nous sommes en temps de guerre, le sacrifice n'a pas sa place, nous devons rester en vie le plus longtemps possible contre les 108 Spectres ! Alors, je n'ai que faire de la mémoire d'un homme qui a oublié son devoir de chevalier au profit d'intérêts personnels !"


Ecoeuré par les propos de son frère d'armes, Edgar répliqua en hurlant à moitié :


"Omar... Tu es odieux !! Comment ton armure peut-elle encore accepter de te protéger ?"


Le disciple de Bosching éclata de rire :


"HA ! HA ! HA ! C'est plutôt à toi qu'il faudrait poser cette question, Edgar ! Tu es bien trop angélique ! Tu aurais dû suivre l'enseignement de maître Bosching, qui m'a toujours répété que le Mal devait être anéanti froidement et impitoyablement ! Mon armure me protège encore, car j'ai agi comme un vrai chevalier, j'ai agi comme maître Bosching ! Ha ! Ha ! Ha ! On croirait entendre ce stupide jeune homme, qui a disparu on ne sait où, mais qui ne doit certainement pas être une perte!"


"Omar..."maugréa le chevalier du Corbeau en serrant les dents.


Le chevalier de Persée jeta un regard noir à son frère d'armes, puis lui tourna le dos avec mépris et s'éloigna de lui, à la grande surprise de ce dernier :


"Omar !? Où vas-tu ?"


"Puisque tu ne veux rien comprendre, je préfère partir seul, je préfère moi-même m'occuper des prochains Spectres d'Hadès plutôt que de continuer ma route avec un chevalier naïf qui ne serait qu'une gêne pour moi !"


"Non, Omar ! Attends !!"


Mais il était trop tard : Omar avait augmenté sa vitesse de déplacement et avait tout à fait disparu du champ d'horizon d'Edgar. Ce dernier se laissa tomber à genoux, les larmes aux yeux, pleurant pour ses amis tombés au combat sous le regard méprisant du disciple de Bosching, pleurant pour l'attitude de son compagnon.


Tout à coup, quelqu'un vint poser une main amicale sur l'épaule du disciple de Daniel, qui se retourna vivement et aperçut Calchas de l'Autel, qui demanda à son frère d'armes :


"Edgar, qu'est-il arrivé ?"


"Je vais tout t'expliquer, mais cela risque d'être fort long..."


************


Le royaume du Portugal


Etendu à terre, son armure sérieusement fissurée, Tellos était quelque peu démoralisé. La puissance foudroyante d'Andrew du Colosse lui faisait pressentir une issue funeste pour son combat :


"Il... Il est cent fois plus puissant que son compagnon ! Je... Je crois que même maître Philoctète aurait du mal contre lui !... Que... Que puis-je faire ?"


Une voix familière sortit rapidement le chevalier d'Héraclès de ses songes :


"Eh bien, chevalier, que fais-tu ? Relève-toi ! Si tu veux mourir, c'est ton droit, mais il est hors de question que je tue un homme déjà à terre ! Les Spectres de sa majesté Hadès sont dignes et fiers !"


Légèrement piqué au vif par le ton narquois d'Andrew, Tellos se décida à se relever et à faire face à un homme qui était aussi grand que lui. Satisfait, le spectre du Colosse lui dit d'un ton goguenard :


"Bien... Je vois que tu ne sais plus quoi faire face à ma puissance ! Rassure-toi : ni ton désarroi, ni ta souffrance ne dureront longtemps ! Repose en paix, chevalier d'Athéna !... GREATEST POWERNESS !!"


Mais, alors que la taille d'Andrew venait de tripler pour la troisième fois consécutive, les yeux de Tellos clignèrent à deux reprises, comme si quelque chose d'étrange l'avait frappé dans l'attaque du guerrier d'Hadès. Tout à coup, alors que la masse d'énergie allait bientôt s'abattre sur lui, il bondit sur le côté et esquiva la majeure partie de l'attaque, avant de retomber au sol, car il avait été malgré tout touché à l'épaule gauche. Andrew, bien qu'ayant de nouveau atteint son adversaire, ne semblait plus aussi joyeux qu'auparavant :


"Ce... C'est impossible ! Comment se fait-il que tu ne sois pas mort ?"


Le disciple de Philoctète, tout en se tenant l'épaule gauche, répondit avec un sourire crispé :


"Hé, hé, hé... Je vois que tu es moins jovial, Andrew ! Tu as peut-être réussi à me toucher, mais je suis quand même parvenu, l'espace d'un millième de seconde, à découvrir la faille de ton attaque !"


"Quoi ?!"


"J'ai découvert que ton gigantisme n'était qu'une illusion d'optique ! Ta taille ne triple pas, mais tu joues de cette illusion pour effrayer tes adversaires et faire pleuvoir sur eux une vague déferlante d'énergie pendant qu'ils sont paralysés par la peur ! Technique fort efficace, je le reconnais, mais maintenant que j'ai découvert son point faible, la victoire s'est rapprochée de moi et je vais m'en saisir !"


"Tu mens !! fulmina le spectre du Colosse. Je vais... Je vais écraser ton arrogance sous le poids du Colosse !!!"


Andrew concentra alors sa cosmo-énergie, la rage collée sur son visage, mais Tellos restait serein. Quand le spectre de l'étoile céleste de la robustesse sentit que le moment était venu pour lui d'en finir définitivement avec le chevalier d'Héraclès, il rassembla ses ultimes forces et cria :


"GREATEST POWERNESS !!"


Soudain, alors qu'un Andrew trois fois plus grand venait d'apparaître devant Tellos, ce dernier fonça sur son adversaire. Le spectre du Colosse venait en effet de sauter dans les airs, afin de foudroyer le chevalier d'Héraclès, mais il n'en eut pas l'occasion : Tellos venait de le prendre par la taille et retomba sur la terre ferme avec lui. Un sentiment de terreur venait de faire son apparition sur le visage d'Andrew :


"Non !! C'est impossible !"


"Je t'avais pourtant prévenu, mais tu n'as rien voulu entendre ! Grâce à ma volonté et à l'entraînement de maître Philoctète, je suis parvenu à discerner le moindre de tes mouvements et j'ai pu t'intercepter en plein vol ! Cette fois-ci, Andrew, je vais en finir avec toi, tu vas rejoindre ton ami Raider en enfer !... CORNEPHOROS!!!"


Sans crier gare, Tellos projeta un Andrew terrorisé dans les airs. Le spectre du Colosse se mit à hurler de terreur, tant il ne s'attendait pas à ce retournement de situation... quand une douleur aigüe frappa sa tête et le fit taire : il avait heurté le même rocher que Raider du Gorille et son crâne avait été gravement fracturé. Il agonisa pendant une quinzaine de secondes, puis cracha un violent jet de sang, et sa tête tomba sur le côté ; il avait perdu le combat. Tellos, ravi, mais épuisé par la bataille, déposa un genou à terre, puis regarda le ciel :


"Maître Philoctète... Merci à vous, sans votre entraînement, je n'aurais jamais pu défaire ces deux Spectres ! Je vais... Je vais maintenant poursuivre ma route et continuer à vous faire honneur!"


Sur ce, le géant roux qui portait l'armure d'Héraclès se releva et partit ailleurs, laissant derrière lui les cadavres de Raider et d'Andrew...


************


Les monts de Tolède, dans le royaume d'Espagne


"Vous avez senti ce qui est arrivé ?"


Miles du Petit Renard s'était retourné vers les deux chevaliers d'argent qui l'accompagnaient, Véga de la Lyre et Joseph de l'Aigle. Ce dernier répondit :


"Oui... Je crois avoir senti la disparition de deux des Spectres d'Hadès, non loin d'ici !"


Miles sourit :


"Tant mieux ! Je pensais que cette Guerre sainte allait être plus difficile que ça !"


Mais Véga se chargea de refroidir les ardeurs du jeune chevalier de bronze :


"Ne te laisse pas griser par cette victoire lointaine... Il reste encore beaucoup de Spectres à vaincre... Par ailleurs, j'ai un mauvais pressentiment..."


"Que veux-tu dire, Véga ?"demanda Joseph.


Soudain, plusieurs cosmo-énergies surgirent juste devant les trois chevaliers, qui bondirent en arrière sous l'effet du choc. Véga, Joseph et Miles observèrent attentivement les nouveaux venus et furent surpris par les protections qu'ils portaient : une représentait un insecte ailé semblable à une mouche, une autre, un rapace, la dernière, un géant à trois têtes et trois corps. Le chevalier de la Lyre leur demanda aussitôt:


"Vous êtes des Spectres d'Hadès, n'est-ce pas ?"


"Nos surplis auraient dû t'ôter cette question inutile de la bouche, chevalier ! répondit l'homme au surplis aux trois corps. Je suis Mabius de Géryon, spectre de l'étoile céleste de la terreur !"


"Balzer du Faucon, spectre de l'étoile céleste de la concentration !"


"Solman de la Mouche Tsé-Tsé, spectre de l'étoile terrestre endormie ! Vous êtes trois, nous aussi, mais je crains que le rapport de forces n'en soit pas modifié !"


"Que veux-tu dire ?"demanda le chevalier de l'Aigle.


"Même si vous étiez dix, vous seriez écrasés comme des mouches, chevaliers d'Athéna ! La différence de puissance entre un chevalier sacré et un Spectre est égale à celle entre Dieu et un insecte, comme vous allez rapidement le constater !... Trêve de palabres, passons aux actes !"


Les trois chevaliers d'Athéna se mirent rapidement en position de combat et prirent chacun un adversaire ; Miles contre Solman, Joseph contre Balzer, Véga contre Mabius. Le premier à ouvrir les hostilités fut le chevalier du Petit Renard :


"One Thousand Tails Attack !!!"


Derrière le chevalier de bronze, des centaines de queues surgirent, ce qui intrigua fortement Solman :


"A quoi joues-tu, chevalier ? Tu ne crois tout de même pas que tu vas m'abattre de la sorte ?"


Tout à coup, les centaines de queues se dirigèrent vers le spectre de la Mouche Tsé-Tsé et ce dernier fut brutalement saisi à la gorge par deux d'entre elles :


"Argh ! Non, je... je ne vais quand même pas me laisser avoir comme ça ! Il... Il faut que je me sorte de ce guêpier !"


Solman bougea nerveusement sur les côtés, mais cela ne fournissait guère de résultats, et augmentait même la sensation d'étouffement qu'il ressentait...


 


De son côté, Joseph observait attentivement Balzer, qui semblait ravi de l'avoir comme opposant :


"Ton armure me semble familière, chevalier... Tu es protégé par un rapace comme moi, n'est-ce pas ?"


"En effet, je suis Joseph, chevalier d'argent de l'Aigle !"


"L'Aigle contre le Faucon... Quelle spectacle de qualité ! On va rapidement voir ce dont tu es capable, chevalier !"


"Comme tu voudras !"


Joseph bondit subitement dans les airs, tendit son poing vers le spectre du Faucon et poussa son cri d'attaque :


"Eagle Meteors !!"


Une pluie de météores lumineux partit à mach 5 vers Balzer qui, complètement décontenancé par une telle stratégie, n'eut pas le temps de les esquiver et fut foudroyé à bout portant. Son casque fut rapidement détruit et son surplis perforé à cinq ou six reprises. Quand le Spectre fut finalement envoyé au tapis, le chevalier de l'Aigle retomba sur ses deux pieds et contempla attentivement le corps étendu de son adversaire avec un grand sourire de satisfaction :


"Bon ! Il ne m'a pas l'air bien résistant ! Je pense que mon combat va se terminer plus rapidement que prévu !..."


"Dans tes rêves !!"


"Quoi ?"


Un halo sombre entoura le corps de Balzer et ce dernier se releva brutalement, regardant Joseph avec un oeil noir, bien que moins perçant que le rapace représenté par son surplis :


"Chevalier... Je dois reconnaître que tu te débrouilles mieux que je ne le pensais... Mais ne crois pas pour autant que la victoire va t'être offerte sur un plateau d'argent !"


Le spectre du Faucon étendit les bras, faisant croître le halo obscur qui l'entourait et, alors qu'un faucon menaçant apparaissait derrière lui :


"Goûte-moi ça, chevalier !! Falcon Wild Flying !!"


Balzer croisa les bras et, en une fraction de seconde, une décharge d'énergie fondit sur Joseph et le percuta de plein fouet, sans que le chevalier de l'Aigle n'ait pu réagir ; il fut projeté dans les airs avant de retomber sur le sol rocailleux du lieu de combat, l'armure fissurée et la lèvre supérieure fendue...


Mabius était intrigué par l'attitude de Véga : le chevalier de la Lyre avait pris appui contre un rocher et ses yeux étaient fermés.


"De qui te moques-tu, chevalier ? Moi, Mabius de Géryon, je vais t'apprendre à me mépriser !... Triple Sledgehammer !!"


Mais, au même moment, Véga effleura son instrument et sembla se multiplier à l'infini ; il y avait désormais neuf chevaliers de la Lyre et tous jouaient une mélodie fort envoûtante, en fait, c'était celle que le chevalier d'argent avait jouée au moment de la renaissance d'Hadès. L'attaque du spectre de Géryon, qui consistait à faire s'abattre trois massues sur son adversaire, fut déclenchée et tomba sur trois sosies du chevalier de la Lyre, mais Véga continuait à jouer sa mélodie enchanteresse, ce qui décontenançait pour le moins Mabius :


"Mais enfin, à quoi joues-tu ?"


Un sourire en coin, le chevalier de la Lyre répliqua :


"Je joue de la lyre, comme tu peux le voir, spectre d'Hadès... Et j'ai l'impression que cette stratégie paie mieux que la tienne, qui ne te fonde que sur la force brute, comme le géant que tua Héraclès lors de sa dixième tâche... Cela dit, je n'en suis pas moins actif... Stringer Lights !!"


Véga pinça quelques cordes de son instrument et de ses doigts jaillirent plusieurs rais lumineux qui percutèrent violemment le spectre de Géryon, puis l'envoyèrent contre un rocher qui se brisa sous l'effet du choc. Mabius n'en revenait pas :


"Ce... Ce n'est pas possible !! Ce n'est qu'un vulgaire chevalier d'Athéna, je suis bien plus fort que lui !!"


"Tu as tort de penser ça, Mabius, dit Véga sans cesser de jouer de sa lyre. Les chevaliers d'Athéna peuvent être capables de bien des choses, même contre des sbires du Dieu des Enfers..."


"Tais-toi !! Prends ça ! Triple Sledgehammer !!"


De nouveau, trois massues s'abattirent sur le chevalier de la Lyre et ses sosies, mais après effet, la mélodie ne s'arrêta pas, bien qu'il ne restât que trois chevaliers identiques, ce qui redonna un peu d'espoir au spectre :


"Hé, hé, hé... Tu t'es joué de moi, chevalier, mais tout a une fin ! Ma Triple Sledgehammer  va encore frapper trois fois, et cette fois-ci, elle t'atteindra, car tu es seul avec tes deux sosies !"


Très détendu, le disciple de Philoctète répliqua :


"Permets-moi de te détromper, Mabius..."


Véga fit de nouveau glisser ses doigts sur sa lyre et le double des sosies créés précédemment apparurent autour de lui, juste au moment où l'attaque du spectre de Géryon commençait à faire effet. La Triple Sledghehammer s'abattit sur trois des nombreux sosies du chevalier d'argent, mais la mélodie de ce dernier ne s'arrêta pas, ce qui finit par énerver Mabius :


"Aaah... Arrête cette musique de femmelette, je commence à en avoir assez !"


"Tu n'es donc point un mélomane, Mabius... Quel dommage, soupira Véga. Mais si tel est ton désir, je vais l'exaucer..."


"Comment ?"


Pour toute réponse, le chevalier de la Lyre se mit à jouer un autre air, qui ressemblait fort à une berceuse apaisante, une berceuse qui entra rapidement en contact avec les tympans du spectre de Géryon, qui pensa, tout en tremblant sur ses jambes :


"Que... Quelle est cette mélodie ? Je... J'ai comme envie de dormir, mais je... je ne dois pas..."


Véga prit alors la parole :



"Les dieux ont arrêté leurs bavardages... Les oiseaux ont arrêté de chanter... Les étoiles aussi ont temporairement arrêté de briller... Et tous vont sommeiller dans la beauté et l'ivresse... Et le temps tout entier s'arrête un court instant... Et tout ce qu'il y a sur Terre va s'endormir... s'endormir... s'endormir..."



Les jambes de Mabius se mirent à trembler de plus en plus, puis, comme par magie, il s'écroula au sol, tandis que le chevalier d'argent jouait sa Sérénade de l'Au-delà...



************



Le royaume de Skygard



Alors que Diomède et Ambroise marchaient sans discontinuer depuis plus de deux heures, le chevalier du Scorpion dit à son élève :



"Ambroise, je suppose que tu l'as ressenti, toi aussi ?"



"Oui, maître... Il y a plusieurs cosmo-énergies qui se sont volatilisées... dont quatre qui appartenaient à des chevaliers sacrés... Je ne sais pas où le combat a eu lieu, mais il a dû être terrible..."



"Dix guerriers sont morts dans l'affrontement, précisa Diomède, dont quatre des nôtres... Le bilan humain de cette Guerre sainte s'alourdit au fil du temps..."



Soudain, le gardien de la huitième maison du Zodiaque s'immobilisa brusquement, ce qui n'échappa pas au chevalier du Serpentaire :



"Maître...Qu'avez-vous ?"



"Je... J'ai un mauvais pressentiment... Le paysage de Skygard devient plus obscur depuis peu..."



"Mais, maître, Skygard n'a jamais été éclairé par la lumière du jour, ou si peu !"



"Oui, mais... mais quelque chose semble se tramer... quelque chose qui ne concerne pas seulement Skygard..."



Dans la foulée, Diomède regarda en l'air et sa voix devint tremblante :



"Oh non..."



"Qu'il y a-t-il, maître ?"



"C'est..."



Mais le chevalier du Scorpion n'eut pas le temps d'aller plus loin dans ses explications : une déferlante d'énergie obscure surgit dans la plaine et fondit sur les deux serviteurs d'Athéna, qui l'esquivèrent de justesse. Alors qu'ils commençaient à se demander ce qui venait d'arriver, un rire narquois se fit entendre :



"Ha ! Ha ! Ha ! Eh bien, que vous arrive-t-il, chevaliers d'Athéna ? Sous-estimeriez vous tant que ça les Spectres de sa majesté Hadès, au point de baisser votre garde ? C'est pourtant une attitude que je ne saurais trop vous déconseiller !"



Diomède et Ambroise tournèrent leurs têtes vers l'origine du rire et aperçurent un homme à la peau basanée, qui devait venir des Indes orientales et qui portait un surplis caractérisé par un dos ondulé et un casque en forme de tête de serpent, comme le confirma le sbire du Dieu des Enfers :



"Je me présente, je suis Nag du Cobra, spectre de l'étoile céleste de la morsure ! A qui ai-je l'honneur ?"



"Diomède, chevalier d'or du Scorpion !"



"Ambroise, chevalier d'argent du Serpentaire !"



Nag sourit :



"Un chevalier d'or... Tant mieux, comme ça, cela fera un membre de l'élite de la chevalerie d'Athéna en moins !"



"Tu ferais mieux de ne pas me sous-estimer, Nag ! Tu vas rapidement goûter à la fureur du Scorpion !"



Mais, alors que le chevalier d'or s'avançait vers le spectre du Cobra, son disciple intervint :



"Maître, non ! Gardez vos forces pour plus tard, je vais moi-même m'occuper de ce Spectre !"



"Mais... tu es sûr de ce que tu fais, Ambroise ?"



Le chevalier d'argent insista :



"Maître, souvenez-vous du Juge Eaque, qui dirigeait le comité d'accueil dans le royaume de Skygard  ! Ce personnage me semble bien plus puissant que ce Nag, que nous avons en face ! Il est plus prudent que je le combatte moi-même ! Quant à vous, il vaudrait mieux vous réserver pour l'un des trois Juges des Enfers !"



Diomède regarda vaguement son adversaire pendant quelques secondes, avant de lui donner son aval :



"Très bien... Je t'autorise à combattre Nag... Mais reste prudent..."



Ambroise hocha la tête, puis regarda Nag fermement :



"Nag, moi, Ambroise du Serpentaire, je serai ton adversaire ! Alors, prépare-toi !"



Le chevalier d'argent leva sa main droite en l'air, tandis qu'un cobra pourpre apparaissait derrière lui, et cria :



"Thunder Claws !!"



Une décharge foudroyante se dirigea vers le spectre du Cobra à mach 5 et le percuta rapidement, l'envoyant au tapis. Cependant, à peine cinq secondes plus tard, le guerrier d'Hadès se remit sur ses deux pieds sans difficulté, ce qui étonna grandement Ambroise :



"Quoi ?!"



"C'était une attaque plus puissante que je ne l'imaginais, chevalier... Cependant, elle n'a réussi qu'à provoquer des picotements dans mon corps ! Je crains que tu ne te sois dévoué inutilement pour ton maître !"



A ces mots, Diomède trembla, craignant le pire pour son disciple, qui rétorqua à l'intention de Nag :



"Sache que tous les chevaliers d'Athéna sont prêts à mourir ! Je me battrai contre toi et te vaincrai, même si je dois y laisser la vie !"



Le spectre du Cobra sourit :



"Cela tombe bien... Je suis disposé à en faire autant à ton égard !"



Il s'interrompit un instant, puis reprit :



 "Réveille-toi, étoile céleste de la morsure... Réveille-toi et va... Va servir jusqu'à ton dernier souffle l'Empereur des Ténèbres ! Ce sont les mots que j'ai entendus de la bouche de sa majesté Hadès quand ma nature de Spectre s'est révélée, et j'honorerai mon serment, pour la gloire de mon empereur !!"



"Tu t'en repentiras, Nag ! Prends ça ! Thunder Claws !!"



Mais, à peine Ambroise avait-il déclenché son attaque que Nag bondit dans les airs, esquiva chaque coup porté par le chevalier du Serpentaire, se retrouva en face de ce dernier et, alors qu'un cobra noir apparaissait derrière le spectre de l'étoile céleste de la morsure, ce dernier cria :



"Black Glassed Snake Fang !!"



Nag posa alors sa main sur la cuisse droite d'Ambroise et un simple contact suffit pour faire hurler de douleur le chevalier d'argent, qui s'écroula à terre, gémissant entre ses dents :



"Argh... Quelle... Quelle douleur... Je... J'ai l'impression qu'un poison terrible a pénétré mon corps..."



"Tu as raison, chevalier...C'est le poison du Cobra !"



"Comment ?"



"Oui... Le poison du Cobra, ce serpent venimeux dont je suis sous la protection ! Ce poison va pénétrer dans ton sang et le souiller jusqu'à ce que mort s'ensuive ! Mais, rassure-toi, la première morsure ne te sera pas fatale... Pour cela, il faut un nombre de morsures égale à la multiplication des deux nombres premiers qui donnent le chiffre de 108, le nombre des étoiles maléfiques au service de sa majesté Hadès ! Etant donné que 108 est aussi égal à 27 fois 4, égal à 3 puissance 3 multiplié par 2 puissance 2, il te faudra 6 morsures pour te faire rendre l'âme, chevalier !"



Ambroise et Diomède n'étaient guère attentifs à la rigueur mathématique dont Nag faisait preuve : le premier souffrait trop pour y prêter écoute et le deuxième se préoccupait bien plus du sort que le spectre du Cobra réservait à son disciple. Ce fut alors que Nag reprit la parole :



"Cependant, je pourrais être indulgent, chevalier... Dis-moi que tu capitules et je t'achèverai d'un seul coup, sans que tu souffres !"



"JAMAIS !!"hurla le chevalier du Serpentaire avec violence, malgré la douleur qui rongeait son corps.



Le guerrier d'Hadès fronça les sourcils, puis lança à son adversaire :



"Comme tu voudras... Tu subiras donc les cinq autres morsures que tu mérites !!"



La main droite de Nag se leva, entourée d'une énergie sombre, puis se plaça juste au-dessus de la cuisse gauche de son adversaire...



************



La Toloméa



Assis sur le trône que lui et Moloch se partageaient à tour de rôle, Minos était pensif. Presque une demi-heure auparavant, il avait senti l'extinction de la cosmo-énergie de Rune du Balrog, ce qui n'avait pas été pour l'enchanter :



"Ils ont donc réussi à passer le défi de la vallée noire et à vaincre Rune... Ces chevaliers d'Athéna sont plus étonnants que ceux de la génération précédente, surtout quand on sait que trois d'entre eux ont réussi à venir en vie dans le monde des ténèbres sans l'aide d'Athéna... Après tout, il y a 205 ans, seul un chevalier d'or avait réussi à atteindre l'Arayashiki et c'était...!"



Le Juge des Enfers s'interrompit un bref instant dans ses pensées, avant de s'y replonger en fronçant les sourcils :



"J'enrage encore quand j'y repense... C'était aussi le chevalier qui m'avait défait dans le dixième maleboge... Enfin, il doit être mort depuis, je n'ai donc plus à m'en faire... Par contre, pour les autres chevaliers, si je ne me trompe, ils arriveront bientôt dans la deuxième prison..."



Cette seule pensée fit sourire Minos, qui songea :



"Oui, ils ne vont pas tarder à pénétrer dans la prison réservée aux envieux et aux cupides... Et là, le choc risque d'être rude pour certains d'entre eux... Je leur y ai réservé une petite surprise..."



Le sourire du spectre du Griffon s'élargit encore plus quand il pensa à ce qui attendait les douze rescapés dans la deuxième prison...



************



"John ?"



"Oui, révérend ?"



"Que cachait Minos ? De quelle surprise parlait-il ?"



Le jeune homme soupira, puis répondit simplement :



"Tout cela était en rapport avec l'un des prémices de cette Guerre sainte, révérend, comme vous allez rapidement l'apprendre..."



************



Près de la deuxième prison, dans le Meikai



Cela faisait une demi-heure que le combat contre Rune avait pris fin, et pourtant les douze chevaliers n'étaient pas encore parvenus dans la deuxième prison, ce qui n'était pas pour les réjouir, car le sursis accordé à Eon et aux chevaliers d'argent et de bronze s'écoulait peu à peu. Pour ne rien arranger, depuis dix minutes, une pluie violente s'abattait sur eux, et le fait que les douze rescapés portaient leurs armures n'atténuait en rien la pénibilité de la marche :



"Même dans le monde des ténèbres, nous n'échappons pas aux intempéries ! Quelle déveine !"grogna Bosching.



"Il vaudrait mieux courir plus vite, pour que nous nous soustrayions à l'averse..."suggéra Shion.



"Facile à dire, soupira Socrate... En attendant, le temps passe et repasse, et si nous ne nous hâtons pas, neuf d'entre nous périront avant d'arriver jusqu'à Hadès !"



"Oui, ce seraient de lourdes pertes... Enfin, ça se discute pour deux des principaux intéressés..."fit Bosching d'un air narquois.



Bien qu'elle se trouvât loin derrière avec Emma, qui lui tenait la main, Eon comprit immédiatement que le chevalier des Gémeaux faisait allusion à elles. Ulcérée, le chevalier des Poissons s'apprêta à réprimander son frère d'armes, mais tout à coup, quelque chose se produisit, qui l'en empêcha. Et elle n'était pas la seule à le voir : les onze autres chevaliers voyaient en ce moment une espèce de temple taillé dans la roche, mais dont le style était pour le moins surprenant : de part et d'autre de l'entrée du bâtiment se trouvaient quatre gigantesques statues représentant des souverains de l'Egypte antique, les pharaons. Le fronton était également parsemé d'inscriptions curieuses, composées de dessins qui ne disaient rien aux chevaliers d'Athéna. Ces derniers étaient pour le moins surpris de voir un tel bâtiment :



"Je... Je n'y comprends rien, lâcha Socrate. Le... Le monde des Enfers appartient pourtant à la mythologie grecque !"



Gautama intervint :



"Il appartient à la mythologie grecque, en effet, mais il est universel... Tous les défunts s'y retrouvent et y sont jugés pour leurs péchés... Dans un tel contexte, il n'est point anormal de nous trouver face à une architecture dont la provenance se trouve dans le bassin du Nil..."



Lévi et Pierre, dérangés par ces paroles qui niaient l'existence du paradis ou du royaume de Dieu, voulurent intervenir, mais Thérava les en empêcha :



"Ecoutez, nous ne sommes pas ici pour évoquer la théologie, mais pour retrouver Hadès et sauver Athéna ! Tout porte à croire que ce temple est la deuxième prison que nous cherchions tant !"



"Je le pense aussi, approuva Shion. Il vaudrait donc mieux s'y rendre rapidement..."



Le chevalier de la Vierge sourit à son disciple :



"J'apprécie ta capacité de t'arranger avec tes semblables, mon disciple... Mes enseignements portent leurs fruits, visiblement..."



Le chevalier du Paon rougit légèrement, puis lui et les autres chevaliers montèrent les marches menant au temple et finirent par accéder à la deuxième prison. Ils empruntèrent alors un corridor obscur, où l'on n'y voyait rien, mais où leur odorat fut mis à rude épreuve :



"Quelle puanteur ! lâcha Damien. Quels pièges Hadès nous réserve-t-il ici ?"



"On se croirait dans les écuries d'Augias avant leur purification par Héraclès !"ajouta Socrate.



"Je... Je ne suis pas tranquille, avoua Eon... J'ai l'impression que quelque chose de terrible nous attend ici..."



"Un peu de tenue, Eon ! rétorqua Bosching. Ce n'est pas parce que tu as fait ces... ces choses que tu dois te défiler !"



"Pourrais-tu parler d'Eon avec un peu plus de respect, je te prie ?"intevint Emma.



"Je lui parle avec bien plus de respect qu'elle n'en mérite !"répliqua le chevalier des Gémeaux.



"Pourriez-vous cesser de parler de ce sujet ? Si un spectre d'Hadès se trouve dans les parages, nous serons en mauvaise posture !"fit Shion.



Soudain, un grognement épouvantable résonna dans les oreilles des douze chevaliers, qui s'immobilisèrent aussitôt, Emma serrant plus fermement la main d'Eon. Six lueurs contemplèrent avidement les infortunés serviteurs d'Athéna, puis l'être qui avait émis ce sinistre grognement se dévoila, glaçant d'horreur les chevaliers sacrés. C'était un énorme monstre de quatre ou cinq mètres de haut, qui possédait trois têtes de fauve, aux mâchoires acérées et aux yeux avides, ainsi qu'une queue écaillée. La terrifiante créature grogna à deux ou trois reprises, puis ouvrit l'une de ses trois bouches, faisant sentir aux chevaliers son haleine pestilentielle... et fondit sur eux, les gueules grandes ouvertes...



************



Les Cévennes, dans le royaume de France



"Toujours rien !soupira Tamen. Voilà plusieurs heures que nous tournons en rond et aucun Spectre ne s'est encore montré !"



"C'est étonnant, lâcha Tomas. Pourtant, il y a deux heures, nous avons senti la cosmo-énergie d'Otogo scintiller violemment avant de disparaître... J'espère qu'il ne lui est rien arrivé..."



Ce fut alors qu'un rire glacial résonna aux oreilles des disciples de Véga, qui tournèrent sur eux-mêmes au point d'entrer en collision et de chuter au sol, ce qui eut pour effet de redoubler les rires inconnus :



"Ha ! Ha ! Ha ! Non seulement vous êtes faibles, mais en plus, vous êtes ridicules, chevaliers d'Athéna ! Je crois que le triomphe de sa majesté Hadès sera total !"



"Ne parle pas trop vite ! rétorqua Tamen. Nous allons te trouver et te vaincre, spectre d'Hadès !"



"Je ne voudrais pas vous chagriner, mais vous ne pourrez même pas accomplir la première partie de votre entreprise... Vous n'avez aucune idée de ma localisation dans cette région de ce vieux royaume..."



"Nous ne trouverons, et plus rapidement que tu ne le penses !"insista Tomas.



Les chevaliers de l'Hydre Femelle et de l'Hydre Mâle concentrèrent leurs cosmo-énergies, puis crièrent :



"Par les Griffes de l'Hydre !!"



"Par la Fureur de l'Hydre !!"



Les deux Finlandais (bien que cette région fût à cette époque partie intégrante du royaume de Suède) se jetèrent à corps perdu vers une cible choisie au hasard et finirent par entrer en contact avec quelque chose de solide. Soudain, la voix moqueuse se fit entendre de nouveau :



"Ha ! Ha ! Ha ! Que vous êtes stupides ! Vous venez de signer votre arrêt de mort, chevaliers d'Athéna !!"



"Que dis-tu ?"demanda Tomas.



"Regardez juste au-dessus de vous..."



Sans bien réfléchir, les deux chevaliers de bronze levèrent lentement les yeux au ciel et, lorsqu'ils virent ce que la voix leur avait annoncé, ils poussèrent simultanément un cri démentiel d'horreur :



"AAAAAH !!!"



************



Les monts de Tolède, dans le royaume d'Espagne



La mine qu'affichait Miles était joviale : Solman de la Mouche Tsé-Tsé était à sa merci, il n'allait pas tarder à succomber, étouffé par les queues de renard générées par le chevalier de bronze, qui se disait :



"C'est parfait ! Je vais facilement vaincre ce Spectre d'Hadès, et ensuite je pourrai aider les chevaliers d'argent contre leurs adversaires !..."



"AARGH !!"



Le cri déchirant poussé par Solman surprit le chevalier du Petit Renard, et sa surprise augmenta quand, juste après avoir serré les poings, le spectre de la Mouche Tsé-Tsé se délivra des queues de renard en une fraction de seconde :



"Comment est-ce possible ?"



Solman sourit :



"Tu t'es un peu trop surestimé, chevalier ! Tes queues de renard ont bien failli m'étouffer, mais j'en suis revenu ! Je ne pouvais pas me permettre de succomber à une attaque aussi grotesque, ne serait-ce que par respect pour le seigneur Rhadamanthe, dont je suis sous le commandement ! A mon tour de te montrer ce que je sais faire, chevalier !"



"Je t'en empêcherai ! rétorqua Miles. Je vais en finir avec toi !... One Thousand Tails..."



"Flies  Deadly Sleep !!"



Comme par magie, des mouches minuscules apparurent autour du spectre, puis filèrent à une vitesse prodigieuse vers le chevalier du Petit Renard, qui fut piqué à la cheville droite à plusieurs reprises, ce qui lui donna instantanément une curieuse sensation d'endormissement :



"Que... Mais qu'est-ce qui m'arrive ?"



"La preuve de ma bonté, chevalier d'Athéna ! Tu vas mourir rapidement, mais sans douleur ! Tu vas tomber dans un sommeil éternel, dont tu ne pourras plus jamais  sortir ! Les mouches qui t'ont piqué ne sont pas de vulgaires mouches ; elles sécrètent un poison indolore, mais qui plonge leur victime dans un sommeil fatal ! Dès que tu te seras écroulé au sol, chevalier, ton coeur cessera de battre et tu iras rejoindre au Cocyte tes compagnons vaincus par les guerriers de l'Empereur des Ténèbres !!"



Malgré l'engourdissement qui gagnait son corps, Miles parvint à hurler :



"Non !! Je... Je ne mourrai pas ainsi ! Tu... Tu périras avec moi ! ONE THOUSAND TAILS !!"



Mais, malgré la virulence du cri, ce ne furent pas des centaines, mais à peine dix queues qui apparurent devant Solman. Ce dernier esquissa un sourire rapide, puis bondit dans les airs et esquiva tous les coups que voulait lui administrer le chevalier de bronze, au grand désespoir de ce dernier :



"Oh... Oh non..."



"Eh oui, chevalier ! Le Flies  Deadly Sleep t'a fait perdre la grande majorité de ta puissance !... D'ailleurs, je vois que tu trembles de plus en plus sur tes jambes, tu n'as plus la force de bouger ou de te tenir debout ! Patience, chevalier... Dans quelques secondes, la Mort viendra à toi sans que tu n'aies à souffrir !"



Les lèvres de Miles commencèrent à remuer, mais le chevalier du Petit Renard ne parvint pas à livrer ce qu'il avait sur le coeur : deux secondes plus tard, il chancela, puis s'écroula sur le ventre et ce qu'il restait de sa cosmo-énergie s'éteignit. Alors qu'une fumée noire s'échappait de son corps, le spectre de la Mouche Tsé-Tsé sourit :



"Bien... Un de moins ! Et je crois que les deux autres ne tarderont pas à suivre la même voie !"



"NON !!"



Solman se retourna furtivement et aperçut Joseph de l'Aigle. Le disciple de Daniel, en dépit du fait qu'il était à terre, avait assisté au combat opposant le spectre au chevalier du Petit Renard, et était furieux de voir qu'un autre chevalier avait succombé, aussi s'était-il brusquement relevé :



"Tu... Tu vas payer pour Miles ! Je le jure sur mon honneur de chevalier sacré !"



Balzer intervint :



"Tu oublies une chose, chevalier ; ton adversaire, c'est moi ! Vaincs-moi d'abord, et après tu pourras venger ce misérable chevalier de bronze !"



"Laisse-le moi, Balzer..."demanda Solman.



"Comment ?"



"Que ce soit contre moi ou contre toi, il ne pourra qu'être vaincu ! Dans ces conditions, mieux vaut le tuer sans qu'il ait à souffrir, le froid du Cocyte se chargera de cette tâche..."



Le spectre du Faucon réfléchit un instant, puis répondit à son compagnon :



"Très bien... Je te l'accorde... Après tout, il reste d'autres chevaliers sur le front terrestre !"



"Merci, fit le spectre de la Mouche Tsé-Tsé... Tu n'auras pas à le regretter !!"



Puis, à Joseph :



"Chevalier, je relève ton défi ! Tu vas connaître une mort rapide et indolore !... Flies Deadly Sleep !!"



"Eagle Meteors !!"



Le disciple de Daniel envoya ses météores contre les mouches que venait de créer Solman... et toutes furent réduites en poussières en seulement quelques secondes, ce qui stupéfia l'intéressé :



"Quoi ?!"



"Tu es peut-être rétif à faire souffrir tes adversaires, Solman, mais tu es surtout imprudent ! J'ai déjà vu cette attaque qui a été fatale à Miles ! Elle ne peut plus rien contre moi, j'ai assimilé la manière dont tu procèdes !!"



"Tu ferais mieux de ne pas chercher à me berner, chevalier d'Athéna ! Je vais...!"



Mais soudain, sous les yeux éberlués du spectre de la Mouche Tsé-Tsé, Joseph bondit dans les airs, puis fondit sur lui, tel un aigle sur sa proie, puis cria :



"Adieu !! Eagle Tough Leash !!"



Affolé, Solman voulut sauter dans les airs pour éviter l'attaque, mais il eut subitement l'impression que des serres acérées venaient de traverser son surplis, puis perforaient son corps. Le spectre de la Mouche Tsé-Tsé cracha du sang dans un gémissement de douleur, puis fut expédié contre un rocher, bien mal en point. Il émit un bref râle déchirant, puis ferma les yeux à jamais. Le chevalier de l'Aigle commençait à savourer sa victoire, quand une voix le ramena à la réalité :



"Ne te réjouis pas si vite : je suis encore disposé à t'éliminer, pour la gloire d'Hadès !!"


Véga, les yeux fermés, était face au corps étendu de Mabius de Géryon, qui s'était écroulé après avoir écouté la Sérénade vers l'Au-delà, et murmurait :



"Ma Sérénade, sous ses atours mélodieux, est véritablement dangereuse, car, à son potentiel le plus élevé, elle provoque une mort cérébrale irrémédiable, sans espoir de retour... Adieu, Mabius... Je vais assister au combat de mes compagnons..."



Soudain, une cosmo-énergie explosa depuis l'endroit où se trouvait le spectre de Géryon et percuta brutalement le chevalier de la Lyre qui, dans le feu de l'action, perdit son casque et fut légèrement blessé au front. Alors qu'il commençait à peine à réaliser ce qui venait de lui arriver, un ricanement parvint à ses oreilles :



"Ha ! Ha ! Ha ! Tu es bien naïf, chevalier de la Lyre ! Croyais-tu qu'une niaiserie pareille pouvait venir à bout de moi ?"



Véga se releva lentement, puis avoua :



"Hmm... Il est vrai que tu n'as pas l'oreille musicale, je l'avais remarqué sans pour autant y prendre garde... Dans ces conditions, ma mélodie ne pouvait qu'être inefficace..."



"Je suis enchanté que tu reconnaisses enfin ton infériorité face à moi, chevalier !"lança un Mabius plus jovial que jamais.



Mais le chevalier d'argent rétorqua avec un drôle au sourire :



"Au contraire, Mabius... Nos forces sont relativement équilibrées..."



Le spectre de Géryon fut contrarié par la remarque de son adversaire :



"Comment ?! Attends un peu...Je n'ai pas encore joué ma dernière carte, chevalier !"



"Vraiment ?"fit Véga en ouvrant les yeux.



"En effet !! Regarde bien ceci !!"



Mabius s'appuya contre le sol rocailleux, serra les dents et plia ses bras, alors qu'un halo sombre l'entourait. Il grogna pendant près d'une minute jusqu'à ce que, sous les yeux étonnés du disciple de Philoctète, le spectre de l'étoile céleste de la terreur fût multiplié par trois ! Sur sa droite et sur sa gauche, il y avait un sosie de lui, ce qui ne manqua pas de surprendre Véga :



"Que... Quel est ce prodige ?"



"Ha ! Ha ! Ha ! Je crois que tu t'es rendu enfin compte que la victoire m'appartenait, chevalier ! Avant de t'envoyer dans l'autre monde, je vais te dire ce qui s'est passé : je me suis simplement partagé en trois, un pouvoir que j'ai obtenu quand je me suis révélé à ma vraie nature ! Mais, contrairement à toi, ce n'est en rien une illusion !  Désormais, le rapport de forces a triplé en ma faveur, comme tu vas t'en rendre compte !!"



Le chevalier de la Lyre vit alors les trois Mabius lever leurs six bras, des bras qui furent tous chargés de massues, alors que seul le bras droit du spectre en était pourvu au départ. Désormais, six massues se levaient au-dessus de la tête de Véga, qui entendit son adversaire lui dire :



"Adieu, chevalier d'Athéna !! Ultimate Sledgehammers !!!"



En trois secondes, les six massues plongèrent vers leurs cibles et les trois Mabius éclatèrent de rire :



"Ha ! Ha ! Ha ! Je l'ai écrasé comme une mouche ! Voilà ce qui arrive à ceux qui sous-estiment les guerriers de sa majesté Hadès !!... Quoi ?!"



Le spectre de Géryon avait brièvement tourné la tête sur la gauche et lui et ses doubles virent avec stupeur Véga, appuyé sur un rocher, et qui jouait de son instrument, l'air serein, ce qui fit enrager les trois Spectres :



"Comment oses-tu ?... Et... Et d'abord comment as-tu pu échapper à mon attaque ultime ?"



Pour toute réponse, le chevalier d'argent pinça les cordes de sa lyre, puis attaqua :



"Stringer Lights !!"



Des centaines de rais lumineux vinrent à la rencontre de Mabius et ses sosies et, à leur grande surprise, aucun d'entre eux ne fut assez rapide pour les esquiver, ni assez puissant pour limiter les blessures ; les trois surplis furent sévèrement endommagés et le sang se mit à couler de leurs membres et de leurs tempes. Le spectre de Géryon était abasourdi et furieux à la fois :



"Non !!! C'est impossible !! Ma... Ma stratégie était pourtant infaillible ! J'aurais dû te vaincre ! J'aurais dû en finir avec toi, grâce à cette merveilleuse idée !"



Un sourire moqueur apparut sur les lèvres de Véga, qui répliqua :



"Au contraire, Mabius... Au contraire, c'était une très grosse erreur de ta part que de t'être partagé en trois !!"



"Comment ?!"



Je te l'ai pourtant dit : tu ne comptes que sur la force brute ! Tu t'es multiplié en trois pour augmenter le nombre de tes massues et augmenter les chances de m'écraser ! Mais le revers de la médaille a été que ta puissance, ta vitesse et le potentiel de tous tes sens ont été divisés par trois ! Par conséquent, tu étais beaucoup plus vulnérable !"



Mais Mabius refusa de voir l'évidence :



"Non !! Tu mens !! Tu mens et je vais te le prouver en t'écrasant comme le misérable insecte que tu es...!"



Mais tout à coup, les surplis du spectre de Géryon et de ses sosies se mirent à craqueller et leurs corps s'engourdirent, tandis que le chevalier de la Lyre jouait un étrange morceau qui semblait avoir des répercussions sur son adversaire :



"Quoi ?! Que... Que fais-tu, chevalier ?... Non... Non !!"



Véga poussa alors son nouveau cri de combat :



"Stringer Nocturn !!!"



Mabius et ses sosies furent alors projetés dans les airs au coeur d'un flot de lumière dévastatrice. Le spectre de l'étoile céleste de la terreur hurla de douleur jusqu'à ce qu'il retombât sur le sol avec ses doubles, puis ses lèvres bougèrent pour émettre un son, mais en vain : sa tête retomba sur le côté et ses sosies disparurent aussitôt. Véga était soulagé d'avoir remporté la victoire, mais il ne le montra pas et s'avança de quelques pas, pour assister au combat que Joseph et Balzer allaient mener...



************


Le royaume de Skygard



"AAARGH !!!"



Ambroise gémit de douleur juste à l'instant où la main de Nag se posa sur sa cuisse droite : la seconde morsure du Cobra était entrée dans son corps et le chevalier du Serpentaire commençait peu à peu à perdre conscience, ce à quoi il se refusait :



"Non ! Je... Je ne peux pas mourir maintenant ! Pas... Pas avant de l'avoir vaincu !"



Malgré sa souffrance, Ambroise concentra ce qui lui restait de cosmo-énergie, leva fébrilement sa main droite, puis prononça difficilement son cri d'attaque :



"Thunder Claw !!... AAARGH !!"



Le spectre du Cobra n'avait pas laissé le temps d'attaquer à son adversaire : sa main s'était posée sur le poignet droit d'Ambroise et lui avait porté une troisième morsure.



"Nous en sommes déjà à la moitié du chemin qui t'amènera sous terre, chevalier ! Ne veux-tu pas comprendre que je suis supérieur à toi, et de loin ? Ne veux-tu pas abandonner ?"



"Ja... Jamais !! balbutia douloureusement le disciple de Diomède. Je ne cesserai pas ce combat avant de t'avoir vaincu !"



Nag soupira :



"Tu es pathétique... Très bien, puisque tel est ton choix..."



En une fraction de seconde, le spectre se jeta sur Ambroise et posa sa main sur son bras gauche, le faisant hurler de douleur à nouveau. La souffrance de son disciple donna des sueurs froides à Diomède, qui voyait la mort se rapprocher à grands pas du chevalier du Serpentaire. Nag s'approcha lentement de ce dernier, puis lui dit :



"Chevalier, ton obstination me peine ! Je vais donc te porter les deux derniers coups rapidement, pour abréger ta souffrance ! Adieu...!"



"NON !!!"



Intrigué par ce cri, le spectre du Cobra fit volte-face et se rendit vite compte que c'était Diomède qui l'avait interpellé. Le chevalier du Scorpion adressa un regard foudroyant à Nag et lui dit d'un ton colérique :



"Nag... Il est hors de question que je te laisse prendre la vie d'un de mes disciples ! Je... J'ai senti auparavant la disparition du cosmos de Brundle, et je n'ai nullement l'intention de perdre un autre de mes disciples dans cette guerre !"



"Pff... Tu me navres, chevalier du Scorpion... Aurais-tu oublié que vous êtes tous destinés à périr, selon la volonté de sa majesté Hadès ?"



La question du spectre du Cobra renforça de plus belle la colère de Diomède, qui répliqua :



"Tais-toi !! Je ne te laisserai pas tuer Ambroise de la sorte !"



Le gardien de la huitième maison du Zodiaque tendit l'index de sa main droite vers Nag, qui remarqua rapidement que cet index se recourbait, puis devenait rouge à son extrémité... Comme la queue d'un scorpion.



"Quoi ?!... Qu'est-ce que ?..."



"SCARLET NEEDLE !!!"



"AAARGH !!!"



Le spectre du Cobra fut balayé en arrière, tout en sentant une violente douleur à sa cheville gauche, comme s'il avait été piqué par un scorpion.



"Rassure-toi, lui dit Diomède, la piqûre que tu as reçue n'est pas mortelle... Du moins, pas directement... Ce n'est que le début du chemin qui t'amènera vers l'enfer !"



"Maître Diomède !!"



"Ambroise ?"



Le chevalier du Scorpion se retourna aussitôt et vit son disciple se relever péniblement. En dépit de sa souffrance, plus aigüe que jamais, le chevalier du Serpentaire parvint à s'adresser à son mentor en ces termes :



"Maître... Laissez-moi... Laissez-moi poursuivre ce combat..."



"Ambroise, non ! Tu n'y surviverais pas !!"



"Si... Si je survivais pendant que vous tueriez Nag, je... je ne serais qu'une gêne pour vous par la suite, maître... Je... Je suis sévèrement blessé, je... je vous ralentirais !... Dans... Dans ce contexte, mieux... mieux vaut que je poursuive le combat, que je finisse ce que j'avais commencé, même si... même si je devais y laisser la vie !"



"Ambroise..."



Le silence se fit durant une demi-minute, puis fut rompu par la voix de Nag, qui boitillait :



"Lâche... Tu...Tu es intervenu au beau milieu de ce combat qui ne te concernait pas... Puisque c'est comme ça, je vais en finir avec toi !"



"Non, Nag ! Je ne te laisserai pas toucher à mon maître ! C'est un chevalier d'or, sa vie vaut bien plus que la mienne !"



"Bon... Si tu tiens vraiment à te sacrifier pour lui, je respecterai ta volonté, chevalier !"



Le chevalier du Serpentaire se précipita aussitôt vers son adversaire et cria :



"Prends ça ! Thunder... AARGH !!"



Il n'eut pas le temps d'achever son mouvement ; la douleur était devenue trop insupportable, ce qui fit soupirer le spectre du Cobra de désolation :



"Pff... C'est navrant... Tu ne peux plus bouger... Autant en finir rapidement !!... Double Black Glassed Snake Fang !!"



Les deux mains de Nag se couvrirent d'une aura sombre, puis le spectre fonça sur Ambroise et le toucha simultanément à la gorge et au coeur. Le résultat fut instantané ; le chevalier d'argent vola dans les airs tout en perdant son sang, puis retomba au sol, le corps ensanglanté et l'armure en miettes. Le poison secrété par le Cobra avait fait son oeuvre.



D'abord tétanisé sous l'effet du choc, Diomède se précipita ensuite vers le corps de son disciple en criant son nom :



"AMBROISE !!!"



************



La deuxième prison, dans le Meikai



L'offensive du monstre tricéphale qui vivait dans la deuxième prison obligea les chevaliers d'Athéna à sortir de leur inactivité et à courir au coeur de ce lieu pestilentiel, afin d'échapper à la terrible créature. Mais cette dernière, malgré son gabarit, n'en était pas moins rapide, elle rattrapa peu à peu les douze rescapés et finit par saisir dans sa mâchoire la longue chevelure rouge d'Elvira. Eon, horrifiée, hurla :



"ELVIRA !! NON !!"



Le monstre secoua la jeune fille par ses cheveux à deux ou trois reprises, avant de la jeter violemment à terre. Ayant peur pour sa disciple, le chevalier des Poissons accourut vers elle, mais celle-ci rétorqua avec dégoût :



"Ne me touche pas !!"



Mais Eon n'eut pas le temps de s'affliger du mépris que lui portait le chevalier de la Chevelure de Bérénice ; le monstre tricéphale poussa un grognement terrible et se mit à courir après les deux chevaliers, qui ne demandèrent pas leur reste et tâchèrent de se mettre hors de sa portée en rejoignant leurs compagnons. Toutefois, cela ne découragea pas la bête qui, plus affamée que jamais, reprit sa course, détruisant au passage une ou deux colonnes du temple, alors que les douze chevaliers commençaient à s'épuiser face à l'épreuve que la faim du monstre leur imposait. Finalement, ils découvrirent un corridor assez large pour tous, mais suffisamment étroit pour obliger le monstre à battre en retraite, aussi s'y engouffrèrent-ils à la première occasion. Cependant, cela n'apaisa pas la créature. Bien au contraire, celle-ci se mit à hurler de dépit, puis de colère, puis avança l'une de ses trois effrayantes têtes vers le couloir et hurla à la face des chevaliers, qui durent supporter son haleine exécrable. Les douze protecteurs d'Athéna étaient dans une situation pour le moins inconfortable.



"Mais qui a eu l'idée de placer un monstre pareil dans cet endroit ?"lâcha un Bosching exaspéré par la situation.



"Je ne sais pas, mais la route vers Hadès nous semble barrée pour longtemps..."constata Thérava, l'air navré.



Blottie contre Eon, Emma murmura à celle qu'elle aimait :



"Eon... Il... Il faut faire quelque chose..."



"Calme-toi, Emma... Ce monstre finira bien par se lasser..."



Ce fut alors qu'un rire narquois résonna le long des parois de la deuxième prison, puis des pas se firent entendre, une ombre s'avança, une ombre dont les chevaliers ne purent toutefois apercevoir que la partie inférieure, puis quelques mots se firent entendre :



"Sage... Sage... Tout doux... Reste tranquille, ton appétit sera bientôt satisfait..."



Aussi incompréhensible que cela pût l'être pour les chevaliers sacrés, le monstre émit un grognement plus doux que les précédents, puis recula peu à peu, ce qui laissa une possibilité de sortie pour les protecteurs de la déesse de la Guerre, comme Shion le signala :



"La voie est libre ! Allons-y !"



Mais la voix qui était parvenue à calmer la bête répliqua :



"Ne te fais pas d'illusions, chevalier... Tu ne fais que hâter ta fin, tout comme tes compagnons..."



"Comment... Quoi ?!"



Le chevalier du Bélier venait de sortir du refuge précaire dans lequel il se trouvait avec ses amis, qui le suivaient de près, et avait enfin aperçu celui qui lui avait adressé la parole. C'était un jeune homme à la peau foncée, aux cheveux très courts et très noirs, qui portait un surplis gris et violacé qui se caractérisait notamment par un diadème orné d'un cobra, et son dos était ailé et pourvu d'un étrange instrument. Bosching demanda à l'étrange jeune homme :



"Tu es le gardien de la deuxième prison du Meikai, n'est-ce pas ?"



"Lui-même, chevalier." répondit le jeune homme avec un sourire satisfait.



"C'est étrange, tu... tu évoques plus la mythologie égyptienne que la mythologie grecque !"s'étonna Thérava.



"C'est la preuve que les desseins de sa majesté Hadès sont universels, comme vous l'avez constaté en pénétrant dans cette prison... Sa majesté est bien la divinité qui mérite le nom de Dieu..."



Lévi et Pierre grincèrent des dents, mais le spectre les fit taire en se présentant :



"Quant à moi, je suis Ramsès du Sphinx, spectre de l'étoile céleste de la bête !"



Puis, se tournant vers le monstre tricéphale, qui s'était calmé depuis peu :



"Et pour ce qui est de cette créature affectueuse qui vous a tant effrayés, il s'agit de Cerbère, chien de garde des Enfers..."



L'une des têtes de Cerbère se baissa vers Ramsès, qui la caressa, alors que Socrate lança au spectre du Sphinx :



"Je... Je ne comprends pas...Normalement, Cerbère ne devrait pas se trouver ici !"



Tandis que le chien tricéphale rehaussait sa tête baissée, Ramsès approuva :



"Tu es fort érudit, chevalier... Il est vrai que, dans les temps anciens, Cerbère se trouvait sur l'autre rive de l'Achéron, afin de dissuader par tous les moyens les âmes des défunts de revenir vers le monde des vivants... Mais, après qu'Héraclès fût parvenu à le dresser et à le conduire temporairement vers le roi Eurysthée, sa majesté Hadès prit conscience de sa vulnérabilité et préféra le reléguer dans la deuxième prison, où il se nourrirait des âmes des défunts qui avaient péché par envie de leur vivant..."



Eon s'adressa alors au spectre du Sphinx en ces termes :



"En tout cas, Ramsès, sache que ni toi, ni ton chien, ne nous empêcherez de parvenir jusqu'à ton maître !"



Ramsès se tourna vers la jeune femme et lui dit, avec une grimace de dégoût :



"Ah... C'est donc toi, la dégénérée qui fait partie des chevaliers d'Athéna ?... Le seigneur Minos me l'a dit par télépathie !"



Le chevalier des Poissons serra les dents :



"Je ne te permettrai pas de me traiter de la sorte ! Je suis un être humain, au même titre que mes compagnons !"



"Permets-moi d'en douter..."



La jeune femme, à bout de nerfs, lâcha :



"Pourquoi... Pourquoi me faire subir des outrages pareils alors que Rune du Balrog avait aussi fait ce genre de choses ?"



Le spectre du Sphinx fronça les sourcils :



"Dégénérée et calomniatrice... Tu ne fais rien pour arranger ton cas... Enfin, peu importe, Cerbère sera ravi de s'occuper de toi !"



A ces mots, Eon pâlit, tandis que Ramsès appela le chien de garde des Enfers :



"Cerbère ?"



Le monstre s'avança vers le gardien de la deuxième prison, qui lui dit :



"Les chevaliers d'Athéna sont à ta disposition, mon tout beau... Dévore-les !!"



Cerbère se mit à grogner de plaisir, puis fonça vers les douze chevaliers, à la grande satisfaction de Ramsès :



"D'ordinaire, Cerbère ne mange que des morts... Mais vu le petit nombre de pécheurs débarqués dans la deuxième prison depuis peu, je pense qu'il saura amplement se contenter de vous !"



Dans la panique générale, les chevaliers se mirent à courir dans tous les sens, afin de donner le vertige au monstre tricéphale, mais ce dernier, malgré son imposant gabarit, était bien décidé à leur mener la vie dure. Eon, qui tenait la main d'Emma, lui souffla :



"Emma, dépêche-toi ! Je sens que Cerbère est en train de nous rattraper !"



"Je fais de mon mieux, mais ce n'est pas facile... Aaah !!"



Subitement, le chevalier de la Colombe trébucha et fut envoyée à terre ; elle avait l'impression que quelque chose l'avait brutalement séparée de son amante. Alors qu'elle se relevait avec grand-peine, elle entendit un cri de terreur, qui la fit se retourner et hurler :



"EON !!!"



Le chevalier des Poissons était en mauvaise posture ; Cerbère l'avait agrippée par sa chevelure et ses deux autres têtes grognaient de satisfaction à l'idée d'apaiser leur faim...



************



Les Carpates orientales



Après le défi lancé par Rhadamanthe aux chevaliers engagés sur le front terrestre, Cristobal du Toucan s'était aventuré vers l'est, mais n'avait toujours rien trouvé. Pour autant, les deux heures et demie qu'il avait parcourues n'avaient pas été monotones : à plusieurs reprises, le mentor d'Emma avait senti la disparition de plusieurs cosmo-énergies, équivalant à autant de frères d'armes. Pour ne rien arranger, il avait également eu un mauvais pressentiment au sujet d'Enrique de l'Oiseau du Paradis, son autre disciple :



"Enrique... Je crains qu'il ne lui soit arrivé malheur... Je viens donc de perdre mes deux disciples, Emma ayant certainement péri en voulant rejoindre le monde des ténèbres... Restent mes compagnons d'entraînement et maître Daniel, mais pour l'heure, je me dois de rester sur mes gardes..."



"Eh bien, chevalier, serais-tu dans la lune ?"



"Que...?"



Cristobal leva la tête et vit debout sur un rocher un jeune homme de taille moyenne, aux cheveux roux et balafré, dont le corps était protégé par un surplis sombre évoquant un animal familier pour le chevalier du Toucan :



"Que... Cette apparence... On... On dirait un rat !"



"Je suis un être humain comme toi, chevalier, c'est mon surplis qui incarne l'animal que tu viens d'évoquer ! Je suis Hantan du Rat, spectre de l'étoile terrestre nuisible! Et comment se nomme mon futur adversaire ?"



"Je suis Cristobal, chevalier d'argent de la constellation du Toucan ! Et je ne te laisserai aucun répit, spectre d'Hadès !"



Hantan sourit :



"Pff... Tu n'auras pas l'occasion de me laisser un quelconque répit, puisque tu seras épuisé bien avant cela, chevalier du Toucan !... Mes enfants, attaquez-le !!"



"Comment ?"



Ce fut alors que, depuis les rochers qui entouraient le lieu de combat, apparurent des dizaines de rongeurs au pelage noir et aux yeux rouge sang, qui ne semblaient guère amicaux.



"Ce... Ce sont des rats ?"



"En effet, chevalier... Plus précisément, ce sont mes enfants... Depuis ma plus tendre enfance, j'ai un don pour domestiquer ces charmantes créatures et communiquer avec elles !"



Un rat grimpa sur l'épaule d'Hantan, qui le chatouilla sous la gorge, un geste qui suscita un frisson de répulsion chez Cristobal :



"Sainte Mère de Dieu, pourquoi dois-je affronter un pareil adversaire ?"



Tout à coup, la horde de rongeurs se fit plus menaçante et commença à grimper sur le corps du chevalier du Toucan, qui gigota nerveusement sous les yeux amusés du spectre du Rat :



"Ha ! Ha ! Ha ! Ce n'est pas la peine de résister, chevalier ! Mes rats sont de fins gourmets, ils adorent la viande faisandée ! Et, à en juger par ta carcasse de mulâtre, ils vont sans aucun doute se régaler !"



"COMMENT ?"



La remarque d'Hantan avait rendu Cristobal fou de colère. Le chevalier d'argent était en effet né d'un père colon espagnol et d'une native du continent sud-américain, et ce métissage lui avait valu quelques brimades durant son enfance, avant qu'il ne perde ses parents, puis soit amené au Sanctuaire. Cristobal serra les poings, regarda le spectre du Rat avec une pointe de fureur, puis balbutia :



"Jamais... Jamais plus... Je ne me ferai plus jamais traiter de mulâtre !!!"



Il déploya ses bras et envoya dans les airs tous les rats qui avaient tenté de s'en prendre à lui, et même ceux qui ne faisaient que l'entourer, ainsi que celui qui se trouvait sur l'épaule d'Hantan, fissurant au passage l'épaulette gauche du Spectre, qui hurla :



"Non !! Mes rats !!"



"Je trouve que tu en fais trop pour ces bestioles... Quand je pense que tu sers un dieu qui veut détruire l'humanité..."



Hantan protesta :



"Sa... Sa majesté Hadès ne veut pas détruire l'humanité ! Elle veut faire de la Terre un monde lavé du Mal, où ses habitants jouiraient de l'immortalité !"



"Ta naïveté me peine, Hantan..."soupira Cristobal.



"Bon... Puisque tu ne veux rien entendre, je vais t'anéantir pour de bon ! Tu vas goûter à ce mal que véhiculent certains rats et qui ravagea le tiers de la population européenne dans le bas Moyen-Age !"



"Quoi ?!"



Le spectre du Rat leva les bras et un halo grisâtre émergea derrière lui, ce qui rendait l'horizon nuageux bien plus sombre, puis hurla :



"Adieu !! Pestilence Of Hell !!"



Un nuage de poussière partit des mains de Hantan et s'avança vers le chevalier d'argent, qui ne perdit pas de temps :



"Désolé, Hantan, mais je n'ai pas l'intention de mourir de la peste !... Screaming Toucan !!"



Un hurlement strident surgit mystérieusement, car ce n'était pas Cristobal qui l'avait crié, mais ses effets furent efficaces : il balaya dans les airs la Pestilence Of Hell de Hantan, puis se faufila à l'intérieur des oreilles du spectre, qui ne l'apprécia guère :



"Aaaargh !!! Mes oreilles !! Elles me font souffrir !!... Aaaargh !!"



Le spectre du Rat plaqua ses mains contre ses oreilles, puis tomba à genoux, mais le hurlement ne déserta pas ses tympans, et commença même à se propager ailleurs, comme le confirma le chevalier du Toucan :



"Le Screaming Toucan est fort efficace car, non content de perturber le système auditif, il se propage aussi dans les neurones et les détruit une à une... Je crains que, d'ici à une minute, tu ne sois mort..."



"Non !! C'est impossible !!"



"Rien n'est impossible pour un chevalier d'Athéna, car il combat pour une cause juste... Adieu, Hantan..."



Tout à coup, un grondement étrange survint au coeur des Carpates. Intrigué, Cristobal se retourna, délaissant par la même occasion son attention sur son adversaire, qui cessa instantanément d'être sujet au Screaming Toucan. Le mentor d'Emma murmura :



"Que... Mais que se passe-t-il ?"



La réponse ne tarda pas à lui être livrée : le chevalier du Toucan sentit brièvement le sol trembler sous ses pieds, puis fut projeté dans les airs, avant d'être rattrapé au vol par d'étranges liens noirs qui ressemblaient à des tentacules visqueuses et d'entendre un rire hystérique :



"HA ! HA ! HA ! Le danger ne vient pas toujours d'où l'on croit, chevalier !!"



Quant à Hantan, il avait immédiatement reconnu son sauveur providentiel :



"C'est toi, Rurad ?"



"Tout à fait ! Je vagabondais sous terre depuis quelques instants, à la recherche d'un chevalier d'Athéna à trucider, quand je t'ai entendu hurler à la mort ! J'ai alors compris que tu étais dans un joli pétrin et que si je n'intervenais pas, les troupes du seigneur Rhadamanthe allaient devoir supporter une nouvelle perte ! Aussi, j'ai accru ma vitesse de déplacement et je me suis chargé de te sauver la mise ! Et maintenant, je crois que je vais tuer cet abruti qui aurait mieux fait de regarder sous ses pieds plutôt que devant lui !"expliqua longuement le spectre au teint pâle.



Le spectre du Rat répliqua :



"Ce n'est pas la peine, Rurad... J'étais en train de l'affronter, je me dois de terminer ce combat !"



Le spectre du Ver rétorqua d'un air moqueur :



"Ben voyons !! Si je t'avais laissé faire, tu serais mort depuis peu ! Maintenant que je tiens cet idiot entre mes tentacules, je ne vais plus le lâcher ! Il mourra comme ces trois chevaliers qui pensaient m'avoir vaincu à La Rochelle !"



Joignant les gestes aux mots, Rurad accrut la pression de ses tentacules sur Cristobal, qui se mit à suffoquer...



************



Le royaume de Skygard



"Voilà, maintenant, tu sais tout, Calchas..."



Le chevalier de l'Autel avait écouté attentivement le récit de la bataille contre la Horde Préhistorique, bataille qui s'était terminée par la victoire des chevaliers sacrés, mais au prix de quatre pertes et d'une dispute entre Omar et Edgar, qui dit à son frère d'armes :



"Je... Je ne comprends pas... Pourquoi Omar se comporte-t-il de la sorte ?"



Calchas lâcha :



"Les séquelles de son entraînement, sans doute... Le chevalier des Gémeaux n'est pas réputé pour être un tendre, Omar a sans doute voulu l'imiter pour ne pas le décevoir, d'autant que son mentor est l'un des plus puissants chevaliers d'or..."



"Mais était-il nécessaire d'en arriver là ? De décapiter des ennemis changés en pierre, de s'en prendre à des personnes sans défense, fussent-elles des Spectres d'Hadès ?"



"La réponse, je le pense, était oui... Imagine qu'Omar meure... Dans ce cas, les spectres auraient retrouvé leur apparence... Face au loup, il vaut mieux agir comme un loup... Nous sommes en guerre, Edgar, ne l'oublie pas..."



Le chevalier du Corbeau poussa un profond soupir, puis se résigna à se relever :



"Bon... Dans ce cas, il va nous falloir continuer tous les deux..."



"En effet... Nous allons devoir marcher jusqu'à ce que nous tombions sur un Spectre..."



"Dans ce cas, vous n'aurez pas à avancer longtemps, chevaliers..."



"Quoi ?!"



Les deux chevaliers d'argent avaient entendu cette voix vaguement familière derrière eux, alors qu'ils s'apprêtaient à reprendre la route. Ils se retournèrent rapidement et identifièrent aisément leur futur adversaire :



"Eaque..."murmura Calchas.



************



La deuxième prison, dans le Meikai



"EON !!"



Emma, désespérée, ne pouvait que crier le nom de celle qu'elle aimait et qui était en mauvaise posture, prisonnière des mâchoires de Cerbère. Se retournant vers Elvira, elle lui dit :



"Elvira, je t'en supplie ! Il faut que tu m'aides à sauver Eon, c'est ton maître, après tout !"



"Ce..."



Mais la jeune fille aux cheveux rouges n'eut pas le temps d'aller plus loin dans sa rancoeur ; elle se sentit aggripée par sa longue chevelure, puis entraînée vers le haut. Elle hurla à pleins poumons, mais cela ne fit qu'exciter encore plus Cerbère, dont la deuxième tête la secoua comme si elle n'était qu'un vulgaire sac en toile, une chose qui amusait beaucoup Ramsès :



"Ha ! Ha ! Ha ! Le maître et sa disciple vont se retrouver unis dans l'estomac de Cerbère ! Ha ! Ha ! Ha !"



Puis, s'adressant à la troisième tête :



"Cerbère, mon tout beau, il te reste dix chevaliers... Choisis celui que tu veux, et après, tu pourras être rassasié... Allez !"



Le monstre tricéphale grogna bruyamment, puis ses yeux balayèrent furtivement la troisième prison et tombèrent sur Socrate. La seule tête de la créature qui n'avait pas un chevalier entre ses mâchoires plongea sur le disciple de Bosching, mais les yeux de ce dernier se vidèrent de leurs pupilles, puis devinrent jaunes et brillèrent instantanément, paralysant la tête affamée de Cerbère. Ramsès n'en revenait pas :



"Quoi ?! Comment est-ce possible ?"



Mais le spectre du Sphinx n'était pas au bout de ses surprises : chaque fois que Cerbère tentait d'avancer vers le chevalier de la Boussole, ce dernier le freinait dans ses mouvements, comme si le chien de garde des Enfers était devenu la marionnette de Socrate. Tout à coup, le chevalier d'argent bondit en l'air, sans pour autant relâcher son attention sur Cerbère, et administra un violent coup de pied dans la gueule du monstre, qui gémit bruyamment avant de tomber, évanoui. Ramsès hurla :



"Cerbère !"



Mais les chevaliers d'Athéna n'en avaient pas pour autant fini avec la bête ; Eon et Elvira étaient toujours prisonnières de ses deux têtes valides, qui ne les ménageaient pas. Le chevalier de la Chevelure de Bérénice finit par se lasser de cette situation et cria :



"Je commence à en avoir assez !... Hair Snaps !!"



Sous les yeux ahuris du spectre de l'étoile céleste de la bête, deux mèches de cheveux de la femme chevalier se dégagèrent de l'emprise de Cerbère et, faisant un mouvement de balancier de bas en haut, lui administrèrent cinq à six soufflets qui l'obligèrent à lâcher Elvira, qui retomba au sol, non sans mal. Ramsès était furieux :



"Grr... Très bien... Puisque c'est ainsi, toi, dit-il à Eon, tu vas payer pour les autres ! Cerbère ! Dévore cette débauchée !!"



Obéissant au spectre, le chien de garde des Enfers commença à attirer vers sa gueule le chevalier des Poissons, au grand dam d'Emma :



"NON !!... Je... Je ne te laisserai pas faire !... Wings Of..."



"Par l'Attaque du Million de Mains !!"



"Comment ??"



A la grande surprise de Ramsès et des chevaliers sacrés, Thérava avait surgi et bondi face à la dernière tête consciente de Cerbère, avant de lui administrer un nombre incommensurable de coups de poings, qui firent hurler à la mort l'immense créature et l'obligèrent à relâcher Eon. Le chevalier des Poissons retomba tout près d'Emma, qui la serra aussitôt dans ses bras. Quant au chevalier du Paon, après être revenu sur la terre ferme, il eut un frisson en voyant la dernière tête de Cerbère s'écrouler à ses pieds, ce qui n'amusait nullement le spectre du Sphinx :



"Malédiction !!"



"Ne t'en fais pas, répliqua Thérava, aucun de nous ne lui a porté un coup mortel... Par contre, je pense qu'il ne pourra plus nous nuire avant plusieurs heures..."



Les autres chevaliers s'avancèrent alors vers le protecteur de la deuxième prison, puis ce dernier entendit la voix de Bosching :



"Ramsès, tu le vois, nous sommes douze fois plus nombreux que toi ! Sans compter qu'il y a quatre chevaliers d'or dans ce groupe, qui pourraient t'éliminer en une minute s'ils le voulaient ! Alors laisse-nous passer, ou tu y laisseras ta vie !!"



Mais Ramsès ricana à la face du chevalier des Gémeaux :



"Ha, ha, ha... Pauvre imbécile... Depuis que vous êtes entrés dans cette deuxième prison, je n'étais pas tout seul... Il y avait quelqu'un d'autre, hormis Cerbère !"



"Que dis-tu ?"laissa échapper Shion.



"C'est une surprise du seigneur Minos... Il m'avait demandé de vous la réserver si jamais vous parveniez à mettre Cerbère hors de combat... Puisque vous avez réussi cet exploit, vous méritez votre récompense, hé, hé, hé..."



Des pas résonnèrent dans les couloirs de la deuxième prison, puis une ombre commença à émerger derrière le spectre du Sphinx, dont le sourire s'élargissait de seconde en seconde, jusqu'à ce que la surprise réservée par Minos aux chevaliers sacrés se montrât au grand jour. C'était un homme de grande taille, à la peau bronzée, aux yeux indigo et aux cheveux blonds comme les blés. Il était vêtu d'un surplis étrange, dont les épaulettes ressemblaient fort aux têtes de Cerbère, tout comme son casque. Mais surtout, il avait entre ses deux mains une chaîne sombre, dont les extrémités étaient pourvues de boulets lourds et hérissés de piquants, une chaîne que Socrate identifia rapidement :



"Ce... On dirait la laisse de Cerbère..."



"Peut-être, mais ça ne nous dit pas pour autant qui est cet homme..."murmura Pierre.



Soudain, alors que Gautama fronçait les sourcils, la voix de Néhémie lâcha, entre stupeur et horreur :



"Non !! Ce... Ce visage... Je le reconnais ! C'est celui de Fausto !"



"Fausto ??"répétèrent en choeur les autres chevaliers.



"Mais... Mais qui est ce Fausto ?"demanda Shion.



"Je... J'en avais entendu parler... Je connais cette histoire de maître Christian, qui lui-même la tenait de son maître Kalmar !"



"Kalmar... C'est bien l'ancien chevalier du Verseau, qui avait survécu à la Guerre sainte de 1538 ?"



"Oui... Maître Christian m'avait un jour évoqué ce Fausto... Il l'avait si bien décrit que je ne puis me tromper sur son identité !"



L'étrange spectre sourit.



"Fausto était l'ancien porteur de l'armure d'argent de Cerbère..."poursuivit le chevalier de la Coupe.



"L'armure d'argent qui a disparu il y a deux siècles ?"demanda Damien, dont le trouble et celui des autres chevaliers allait grandissant.



"En effet... Elle a disparu avec son porteur alors qu'il avait essayé de rejoindre le monde des ténèbres, bien qu'il ne se fût pas élevé au huitième sens... Tout le monde l'a alors cru mort, bien qu'il n'y eût pas de preuves effectives..."



Néhémie s'interrompit un moment, puis regarda fixement le spectre qui venait d'apparaître aux côtés de Ramsès, avant de balbutier :



"Mais... Mais je ne comprends pas comment un spectre sosie de Fausto peut se retrouver ici..."



Le spectre prit enfin la parole :



"Tu l'as toi-même dit, chevalier : je suis Fausto !!"



"COMMENT ?!"



Un lourd malaise gagnait peu à peu les chevaliers d'Athéna, en même temps que le sourire de Ramsès s'élargissait. Malgré un lourd poids sur le coeur, le chevalier de la Coupe demanda au dénommé Fausto :



"Je... Je ne comprends pas... Comment... Comment est-ce possible... Tu... Tu étais mort... Et... Et pourquoi portes-tu cette protection que seuls les guerriers d'Hadès portent ?"



Fausto répondit en souriant et d'un air triomphant :



"La réponse est simple, chevalier. Je ne suis pas mort, contrairement aux apparences... Et si je porte ce surplis, c'est parce que j'ai juré fidélité à l'Empereur des Ténèbres, sa majesté Hadès ! Je ne suis plus Fausto, chevalier d'argent de Cerbère ! Je suis désormais Fausto de Cerbère, spectre de l'étoile terrestre tricéphale !!!"


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada