Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : hades glory


Hades Glory

" C'est à son cosmos que se révèle la vraie nature d'un homme. "

Cité céleste, Erichtonion

La garde de Zeus était composée pour sa plus grande partie de jeunes gens récemment éveillés à leur nature angélique et encore peu entraînés. En effet la résurrection de Zeus était toute récente et seule une garde réduite assurait sa sécurité à l'intérieur de la cité céleste depuis les temps anciens de la mythologie de sorte que les nouvelles recrues n'étaient pas encore à la hauteur des protections qu'elles portaient. Fort heureusement pour elles le temps s'écoulait beaucoup moins vite sur Terre qu'en Olympe : un mois terrestre était égal à une journée olympienne, dans la mythologie une journée olympienne équivalait à une année sur Terre mais ce délai avait été depuis ramené à un mois pour éviter de trop grands décalages temporels. Conscient de l'inexpérience de ses troupes Zeus avait donc ordonné que ses gardes se dispersent sur Terre et y apprennent au plus vite à maîtriser leurs cosmos.
Bien sûr cette manœuvre n'était pas innocente et traduisait les arrières pensées du maître des cieux qui voyait bien au delà du procès d'Athéna. Quelques dieux avaient eu vent de cette manœuvre mais aucun ne s'en était alarmé, aucun excepté Arès qui commençait déjà à reconstituer ses légions de Berserkers…

Toujours est-il qu'en l'absence de la plus grande partie de la garde de Zeus, la sécurité dans la cité céleste était assurée par un contingent réduit à trois hommes appelés " les trois seigneurs des archanges ". Ils étaient tous trois des divinités secondaires au service du roi des cieux et veillaient sur son sommeil depuis… bien longtemps.

Le seigneur Némésis, troisième seigneur des archanges, était un personnage singulier. Il ne ressemblait en rien à ses compagnons et s'en démarquait assez nettement. Un grand mystère planait sur ses origines et il ne semblait pas enclin à le dissiper.
Dans la mythologie on lui attribuait le rôle de déesse de la vengeance et quelques tristes exploits comme la punition infligée à Narcisse.
De nombreux récits couraient sur lui sans que leur véracité fût prouvée d'autant plus qu'aucun dieu ne se souvenait l'avoir rencontré dans les temps anciens et on ne lui connaissait aucune affiliation. Jusqu'à ce jour où peu après le legs de la Terre à Athéna il s'était présenté devant Zeus :

Agenouillé devant le roi des dieux, il n'avait pas pour autant cessé de le fixer dans les yeux.

" Majesté, mon nom est Némésis et je viens me mettre à votre service "

Le grand Zeus avait souri ironiquement.

" Hum… Némésis, c'est le nom de la vengeance, devrais-je m'en inquiéter ? "

" Vous seul pouvez répondre à cette question, majesté "

Un silence avait suivi ces dernières paroles.

" Pourquoi devrais-je te prendre à mon service ? "

Némésis avait fixé Zeus droit dans les yeux sans faiblir devant la lumière aveuglante qui entourait le fils de Cronos.

" Parce que je suis un guerrier puissant "

Là s'arrêtait la partie connue de son histoire et il était douteux que nul même Zeus n'en sache plus sur son compte dans toute la cité céleste.
Le seigneur Némésis témoignait à son maître une fidélité sans faille, exécutant sans mot dire le moindre de ses ordres, allant parfois au-delà des désirs de son maître.

Ainsi lorsque Zeus lui avait demandé de s'assurer de la personne d'Athéna il n'avait rien dit pour les chevaliers et Némésis les avait précipités dans les limbes prenant le risque de perdre leurs armures divines avec eux, on ne les avait toujours pas retrouvées d'ailleurs. Lorsqu'on lui demandait la raison d'un tel zèle il répondait toujours qu' " il œuvrait pour Utopia " cette terre chimérique que les dieux se promettaient d'instaurer sur Terre.

Depuis la capture d'Athéna il avait été commis à la garde de la déesse et à ce titre l'accompagnait chaque jour à l'Erichtonion, la colline du jugement qui avait été reconstituée à l'identique de celle qui jouxtait Athènes dans la cité céleste.

Il regardait d'un air détaché et ironique le procès de la déesse mais son regard passait aussi sur Zeus dont il essayait de lire les pensées.
Une imprécation fit vibrer ses tympans.

" Athéna tu t'es rendue coupable d'un crime envers les dieux !! "

C'était encore une fois Héra qui venait d'interpeller la déesse de la sagesse.

" J'ai quitté les dieux parce que leur soif de puissance et de domination m'écœurait. Je n'ai jamais dit que je luttais pour eux alors ne parlez pas de crime pour me reprocher ce qui devait arriver "

Némésis observait le grand Zeus. Malgré tout son pouvoir et l'éclat de sa cosmo énergie il ne parvenait pas à dissimuler les tremblements qui l'agitaient.

Némésis pensait à voix haute :

" Ce n'est sûrement pas la défense d'Athéna qui le préoccupe… l'issue de ce procès ne fait d'ailleurs aucun doute… Non ce qui le préoccupe c'est l'enjeu de cette bataille : Athéna jugée, à qui va-t-il devoir disputer la Terre ? "

Némésis remarqua que le maître des cieux lançait de temps à autre des regards inquiets vers Arès qui était resté étonnamment calme depuis le début du procès.

" Hum penserait-il toujours à cette vielle prophétie ? "

Comme pour lui donner raison Zeus se leva sans mot dire et fit signe que le procès pouvait continuer sans lui. Némésis sourit intérieurement, il avait raison.

En quittant l'Erictonion le roi des cieux entendit deux phrases qui résonnèrent comme des coups de semonce à ses oreilles.

" Quel que soit le mal qu'on lui fait l'humanité finit toujours par se relever et trouver la voie de la lumière. Comme pour les fleurs, elles finissent toujours par renaître, toujours plus belles "

" Hadès est mort et tous tes discours n'y feront rien !! Il est mort !! "

Némésis étouffa un petit rire, ces dieux étaient-ils suffisamment naïfs pour croire à cette fable que le dieu qui domine la mort pouvait mourir ?

Enfers, Giudecca

Célesta se tenait face au mur des Lamentations, elle tournait le dos à ses interlocuteurs qui ne pouvaient voir d'elle que ses magnifiques cheveux blonds et les épaulettes du surplis du Serpentaire.

« Ainsi sa majesté est donc morte ? »

Thanatos et Hypnos hésitèrent à répondre. Ils étaient venus en Enfer car après la mort d'Hadès ils éprouvaient le besoin de se raccrocher à une personne qui leur était chère et avec qui ils avaient tout partagé.
Célesta, l'étoile céleste de la domination mais aussi Elysée leur petite sœur était cette personne.
Thanatos ne répondit pas, ses yeux étaient emplis de larmes et il faisait un effort surhumain pour ne pas les laisser couler devant sa sœur cadette.

Hypnos s'avança d'un pas et avec son stoïcisme habituel s'adressa à sa sœur.

« Oui, c'est une chose certaine. Sa majesté n'a pas pu survivre à la puissance du Big Will qui a déferlé sur les limbes. »

Un léger tremblement parcourut le corps de Célesta. Elle contint pourtant le sentiment qui montait en elle et parvint à articuler.

« Sa majesté Hadès se serait donc suicidée en voulant saisir le Big Will ?
- Oui c'est bien cela…
- Pfff c'est pathétique ! »

Thanatos qui s'était jusqu'à maintenant tenu à l'écart sentit un flot de haine le submerger en entendant les dernières paroles de Célesta.
Il se rua vers elle.

« Comment oses-tu ?
- Qu'y a-t-il Thanatos je dis simplement que c'est pathétique ! Commencerais-tu à considérer la vie et la mort avec moins de légèreté ? »

Après un moment d'hésitation dû à la rage qu'il essayait de contenir Thanatos fit exploser son cosmos et son poing heurta le visage de sa sœur de toute la force de son cosmos ! Célesta fut projetée à plusieurs mètres en arrière, le casque de son surplis roula à terre.
Thanatos pointa sur elle un doigt inquisiteur.

« Toi ! Alors que tu as fait vœu d'allégeance à Hadès comment peux-tu considérer sa mort avec autant de légèreté ? »

Célesta essuya le filet de sang qui coulait à la commissure de ses lèvres sans se départir de son sourire méprisant.

« Parce que je suis moins stupide que vous tout simplement ! »

Thanatos intensifia son cosmos à son paroxysme.

« C'est à cause des traîtres et des lâches que notre maître est mort ! Je les exécuterai tous et je crois que je vais commencer par toi ! Prends ça ! »

L'attaque partit et réduisit en miettes l'endroit où elle se trouvait mais le nuage de poussière en se dissipant révéla l'insuccès de l'attaque : Célesta se tenait en face de Thanatos retenant ses bras vers le haut avec toute la force de ses poignets.

« Thanatos, est-ce là toute la puissance dont tu es capable ? Pourquoi ne pas avoir utilisé la Terrible Providence ? Chercherais-tu à m'épargner ? »

Thanatos tenta de libérer ses bras mais sa sœur les retint avec une force que son angélique beauté ne laissait pas soupçonner.

« Te souviens-tu du goût des crocs du Serpentaire ? Une fois qu'ils ont touché leur victime ils absorbent toute son énergie vitale hors de son corps ! Thanatos qu'ils te frappent maintenant ! Deadliest Bite ! »

L'aura de Célesta prit la forme d'un serpent monstrueux qui se déplia vers Thanatos tandis que Célesta joignait ses mains et en libérait un flux d'énergie d'une puissance phénoménale !

Thanatos fut littéralement emporté par la morsure du serpentaire et sentit tout son corps se déchirer sous l'impact d'un million de coups portés en même temps et qui semblaient drainer son énergie hors de son corps. Il parvint pourtant à éviter la plus grande partie des coups en bondissant en arrière, il se reçut alors sur le sol avec la souplesse d'un félin et fit exploser son cosmos pour neutraliser les effets de l'attaque.

« Pas mal observa Célesta. Tu as assimilé cette attaque depuis que je te l'ai portée pour la première fois. »

Thanatos se releva sans donner l'impression d'avoir besoin de reprendre son souffle.

« Oui maintenant elle n'est plus efficace.
- Mais il en va de même pour ta Terrible Providence ! Je l'ai déjà arrêtée une fois ne l'oublie pas. »

Un sourire passa sur les lèvres de Thanatos, il éprouvait un réel plaisir à se battre contre un adversaire à sa mesure et le fait qu'elle fut sa sœur ne faisait que rajouter de l'intensité à ce combat. Tout à l'heure il n'avait pas utilisé la Terrible Providence car il ne voulait pas vraiment la blesser mais cette fois c'était différent, le coup qu'il allait lui porter révèlerait si oui ou non elle était fidèle à Hadès.

« Célesta cette fois ce n'est pas toi que je vais attaquer mais ce masque d'indifférence que tu portes ! L'issue de cet assaut me dira si oui ou non tu es fidèle à Hadès.
- Tha… Thanatos tu ne vas pas ?
- Si, c'est le seul moyen ! »

Le pentacle tatoué sur le front de Thanatos commença à se colorer d'une couleur mauve inquiétante tandis que son cosmos s'accroissait terriblement, il ouvrit alors les yeux pour porter son attaque mais ce n'étaient plus les yeux argentés du dieu qui commande à la mort, c'étaient les yeux d'Hadès lui-même, ces yeux si bleus qui vous pénétraient jusqu'au fond du cœur.
Célesta n'arrivait plus à bouger, l'aura de son frère grandissait de plus en plus écrasant complètement la sienne.
Thanatos ouvrit les bras pour libérer toute la puissance de son attaque.

« Je ne le fais pas par plaisir mais c'est le seul moyen de savoir ma sœur ! Reçois le Death Star… »

Un flash lumineux suivit les derniers mots de Thanatos, son aura disparut instantanément tandis qu'il tombait au sol, frappé dans le dos par un cosmos au moins égal au sien.
Hypnos apparut alors que son frère s'écroulait, ses yeux étaient fermés et aucune émotion ne transparut quand il s'avança vers Thanatos qui malgré la douleur n'avait pas perdu connaissance.

« P… Pourquoi Hypnos ?
- Tu sais très bien que nous ne pouvons faire appel au pouvoir de l'étoile de la mort que sur ordre de notre maître. Tu devrais me remercier de t'avoir empêché de commettre une telle erreur. De plus… - son regard passa sur Célesta- nul n'est besoin d'une telle arcane pour connaître la vérité. »

Hypnos s'avança vers Célesta, il la dominait de toute sa taille, leurs regards se croisèrent et ils plongèrent chacun dans les yeux de l'autre avec intensité. Yeux dorés d'Hypnos contre yeux d'émeraude de Célesta, dieu contre étoile céleste, sommeil contre domination, frère aîné contre sœur cadette.

« Elysée dis-nous pourquoi la mort d'Hadès ne t'émeut pas plus que cela ! Serais-tu traître à sa cause ? Dit Hypnos sans détacher ses yeux de ceux de sa sœur. »

La gifle partit et laissa une marque rouge sur la joue du dieu qui commande au sommeil.

« Imbécile ! Si je ne m'émeus pas, c'est parce que je sais que sa majesté est vivante.
- Comment ? »

Célesta laissa le temps à ses frères aînés de se remettre de leur surprise.

« Cette situation est assez ironique non ?
- Que veux-tu dire ? »

Célesta désigna la marque étoilée sur son front.

« Ce signe veut dire " yours ever ". Je ne m'en souviens que depuis quelques jours mais je sais qu'il signifie que nous sommes liés à Hadès pour l'éternité. Si Hadès était mort ce signe aurait disparu de nos fronts et nous serions redevenus de simples mortels ! »

Thanatos et Hypnos échangèrent un regard, c'était donc ça : comme les chevaliers étaient liés à leurs constellations, eux étaient liés à Hadès par cette marque étoilée. Si Athéna venait à s'éteindre ses défenseurs perdraient ce qui leur permet d'éveiller leur cosmos : leur foi. De la même façon si Hadès venait à disparaître ses serviteurs perdraient la protection des étoiles maléfiques et eux-mêmes redeviendraient mortels.
Hypnos hocha la tête, incrédule.

« J'ai senti son cosmos s'éteindre. Et pourtant nous sommes vivants… »

Célesta reprit.

« Cela signifie peut-être que sa majesté a changé, que son cosmos n'est plus le même… Peut-être que maintenant Hadès est vraiment lui-même…
- Vraiment lui-même ? »

Un silence passa, Célesta regardait maintenant le ciel des Enfers avec des yeux rêveurs.

« Être soi-même… Aucun homme n'a envie d'en faire souffrir un autre ou de le blesser et pourtant c'est ce qu'il fait tout le temps, nul n'a envie de pécher et pourtant il pèche sans s'en apercevoir, personne ne veut souffrir et pourtant nous souffrons. L'homme sera-t-il toujours ainsi ? Un étranger à lui-même ? Alors qu'est-ce finalement qu'être soi-même ? Et qu'est-ce qu'être soi-même pour un dieu ? »

Célesta se dirigea vers ses frères troublés par son discours et leur prit familièrement le bras, les entraînant vers la Giudecca.

« Venez vous deux j'ai une surprise pour vous ! »

Avant de pousser la porte d'une pièce invisible à l'œil nu elle demanda toutefois à ses frères.

« Qu'est devenue Pandore ?
- Elle est encore faible… Nous l'avons laissée à Asgard.
- C'est peut-être mieux ainsi. »

***

« Mais ? Comment… »

Hypnos et Thanatos étaient littéralement cloués sur place refusant de croire ce que leurs yeux leur disaient.

Devant eux on distinguait trois formes imposantes à la surface métallique et aux reflets argentés. C'étaient des armures, non des surplis !
Il y avait là les trois surplis les plus effrayants parmi les 108 protections des spectres d'Hadès. Ils se ressemblaient assez car ils figuraient tous trois un dragon dans des mythologies différentes.
Le surplis du Griffon ! Celui du Wyvern ! Celui du Garuda ! Les surplis des trois Titans étaient rassemblés dans la Giudecca !

« Comment est-ce possible ? S'exclama Thanatos. Ils ont pourtant tous été détruits ! »

Célesta fit quelques pas dans la pièce puis à la façon d'une petite fille espiègle passa négligemment son doigt sur la tête du Wyern puis mit sa main dans la mâchoire du monstre comme un enfant est tenté de le faire avec un lion au cirque par mépris du danger.
Thanatos commençait à perdre patience.

« Mais enfin vas-tu nous dire ?! »

Célesta sursauta en entendant le cri de son divin frère, ce faisant elle se piqua le doigt contre les mâchoires du Wyern.

« C'est malin, je me suis coupée ! »

Elle mit alors son index dans sa bouche faisant ainsi ressortir ses lèvres pulpeuses puis en aspira le sang.
Thanatos et Hypnos se regardèrent, c'était bien dans la manière de leur sœur Elysée de les faire attendre pendant deux heures avant de répondre à une question… quand elle le faisait…
Et puis cette manie de retourner son doigt dans sa bouche de façon érotique c'était tellement elle, déjà toute petite elle avait réussi à obtenir un baiser du dieu des Enfers !
Ils se regardèrent à nouveau, l'espace d'un instant ils avaient tous les trois retrouvé cette insouciance de l'enfance perdue depuis si longtemps.
Pour éviter le fou rire qui lui montait à la bouche Célesta consentit finalement à répondre.

« Pensez-vous que je n'ai rien fait pendant ces semaines qui ont suivi la destruction d'Elysion ?
- Eh bien… Tu as été rendre visite à Héphaïstos…
- Oui mais il n'a pas fait que me révéler mon passé, il m'a aussi remis ces trois surplis que vous voyez. »

Hypnos ne parut pas étonné outre mesure mais il questionna quand même.

« En avait-il le droit ? Je veux dire… ces surplis sont les plus résistants avant les surplis divins, ils sont aussi résistants que des armures d'or… si les olympiens l'apprennent nous courons de grands risques… »

Un voile de mélancolie passa devant les yeux émeraude de Célesta à la pensée de son " créateur "

« Il ne dira rien… Il l'a fait pour moi parce que tous les deux nous partageons la même solitude, rejetés par nos créateurs…
- En es-tu si sûre ?
- Il ne dira rien te dis-je ! Et puis… qui parmi tous ces puissants dieux songerait à écouter la voix d'un boiteux ? »

Un silence gêné s'installa, Héphaïstos était sans doute le seul dieu dont le corps originel avait subi des dommages graves avant même de s'éveiller au Big Will, ils étaient de ce fait irréversibles mais il compensait ce handicap par d'autres talents.
Le bruit d'un froissement contre le sol de la sphère fit se retourner Célesta.
Un grand nombre de papillons transparents se regroupèrent et le spectre de l'étoile céleste de féerie apparut.

- Alors Myu, sont-ils arrivés ?
- Oui, après être sortis des limbes grâce au pouvoir de l'épée des illusions leurs majestés Rhadamanthe et Eaque sont revenues sur Terre puis ils se sont instinctivement dirigés vers le Meikaï où sa majesté Minos les a rejoints.
- Très bien Myu tes fairys ont admirablement rempli leur mission, d'autres spectres sont-ils annoncés ?
- Nous avons ressenti l'épanouissement de plusieurs cosmos mais il est impossible de dire s'il s'agit de spectres.
- Tiens donc… »

Célesta se retourna vers ses frères puis s'approcha d'eux et après les avoir embrassé sur la joue leur délivra le même message.

" A partir de maintenant quoique je fasse, ne dis rien. Quoiqu'il se passe ne fais rien. Fais-moi confiance. "
 

***


Devant le château d'Helstein

« Ce lieu a bien changé. »

L'homme qui venait de parler avait une apparence hirsute avec ses cheveux blonds en bataille et ses sourcils broussailleux, dans ses yeux verts luisait une lueur sauvage que l'on voit dans le regard d'un animal pris au piège.
Bien qu'il n'eut aucune raison d'être sur la défensive son cosmos irradiait d'agressivité.
Rhadamanthe méritait bien son nom d'étoile céleste de la violence.
Le juge chercha des yeux les fleurs fanées qui indiquaient la présence du périmètre de restriction mais il ne vit que des champs de fleurs et des cygnes majestueux glissant sur l'eau à perte de vue.

« C'est étrange, j'ai affronté ici même plusieurs chevaliers d'or et c'est comme si le temps en avait effacé toute trace. »

Une remarque ironique fusa.

« Pfff Aurais-tu peur des fantômes, Rhadamanthe ? »

L'interlocuteur de Rhadamanthe avait des cheveux noirs très longs, des yeux légèrement bridés marque de ses origines asiatiques, un rictus ironique déformait ses traits, il avait parlé sans se tourner vers le juge et tout laissait deviner chez lui un orgueil démesuré. L'étoile céleste de la supériorité était bien choisie pour protéger Eaque.

Incapable de maîtriser son agressivité Rhadamanthe se jeta sur Eaque.

« Qu'est-ce que tu insinues ?! »

Le juge avait saisi son homologue par le col de sa chemise et pointait vers lui un poing menaçant.
Avec une vivacité étonnante et sans se départir de son sourire ironique Eaque saisit le poignet du juge et le serra jusqu'à ce que celui-ci lâche prise.

« Voudrais-tu te battre avec moi, Rhadamanthe ?
- Hum en temps normal c'est sa majesté Pandore qui maintient la cohésion entre les spectres mais je ne la vois nulle part ici. »

L'aura de Rhadamanthe s'accrut terriblement, Le terrifiant Wyvern aux milliers de crocs apparut derrière lui.
Eaque ne prit pas position de combat mais autour de lui c'était comme si l'univers se tordait sous l'effet des battements d'aile du Garuda.

« Allons finissons-en Eaque !
- Je t'attends Rhadamanthe ! »

Rhadamanthe passa à l'attaque le premier avec une combinaison de coup de pieds et de coups de poing. Eaque ne reculait pas mais il ne tentait pas de bloquer les coups il se contentait de les éviter confiant dans son extraordinaire rapidité : lorsque Rhadamanthe ramenait son poing gauche au niveau de son épaule Eaque se déplaçait vers la droite de façon à se retrouver juste derrière son adversaire et lorsque Rhadamanthe tentait de le surprendre par la droite Eaque anticipait son mouvement et se décalait vers la gauche se retrouvant à nouveau derrière lui.
Il ne fallut pas longtemps au spectre du Wyvern pour se rendre compte que le Garuda l'entraînait dans une danse mortelle.

Rhadamanthe : il anticipe tous mes mouvements et m'empêche de deviner sa position en tournant autour de moi ! Mais il n'attaque pas attendant sans doute que je fasse une erreur, eh bien je vais lui fournir l'occasion qu'il attend !

Rhadamanthe ramena son poing droit au niveau de son torse de façon à prendre de l'élan pour une attaque frontale puis en passant à l'attaque il ramena son poing gauche au niveau de son épaule gauche découvrant ainsi son cœur !
Le mouvement n'échappa pas à Eaque qui cessa alors de tourner autour du juge pour se retrouver à gauche de Rhadamanthe.
Eaque décocha son attaque à la vitesse de la lumière mais au lieu de rencontrer le cœur de Rhadamanthe il n'étreignit que le vide !
Rhadamanthe s'était en effet laissé tomber sur la droite se reprenant opportunément sur sa main droite toujours libre.
Eaque fut incapable d'arrêter son élan de sorte qu'il se retrouva littéralement à l'horizontale par rapport à son adversaire presqu'étendu par terre.
Prenant appui sur sa main droite Rhadamanthe propulsa son poing gauche vers le cœur d'Eaque qui n'était absolument pas protégé.
Sentant le danger Eaque lança sa jambe droite en avant et dans un réflexe désespéré prit appui dessus pour bondir en arrière.
Le poing de Rhadamanthe rencontra la mâchoire de Eaque mais celui-ci parvint à se recevoir sur ses pieds.

Les deux adversaires s'immobilisèrent.
Ce fut au tour de Rhadamanthe de sourire ironiquement.

« Il m'a suffi de laisser une faille dans ma défense pour que tu t'y engouffres. Tu es vraiment trop crédule Eaque ! »

Eaque porta la main à son cou, il l'en retira couverte de sang Rhadamanthe avait réussi à lui entailler le cou. Le juge regarda le liquide rouge avec dédain puis l'essuya d'un revers de main.

« C'est bien tu as fait couler le premier sang. Mais ce n'est qu'une égratignure.
- Oui tu as bien esquivé mon attaque et cela dans un intervalle très court, je t'admire pour ça. »

Les deux juges partirent d'un petit rire ironique, signe de leur ancienne fraternité. Ils échangèrent un regard où luisait l'excitation du combat.

« Hum maintenant que tu as fait couler mon sang je vais devoir laver mon honneur avec le tien.
- Je suis d'accord Eaque ainsi nous saurons lequel de nous deux mérite le plus d'être juge ! Tu vas connaître la force du Wyvern ! Greatest Caution !
- Ne me sous-estime pas ! Galaxian Illusion ! »

Chacun des deux juges avait mis toute sa force dans cet assaut et la violence du choc s'en ressentit : Les crocs terrifiant du Wyvern déchiraient le ciel tandis que le battement d'ailes du Garuda créait le vide dans l'air, assombrissant le ciel allant inexorablement à la rencontre de son adversaire.
Quand il se rencontrèrent ce fut comme si le ciel avait été déchiré : les millions de coups lancés par le Wyvern rencontrèrent le néant crée par le Garuda le traversant de part en part mais l'oiseau de feu tibétain poursuivait son œuvre de mort enveloppant à son tour le dragon dans ses ténèbres impénétrables.
Les silhouettes de Rhadamanthe et Eaque disparurent totalement dans le choc formidable de leurs auras mais contre toute attente il n'y eut pas d'explosion finale, pas d'apothéose à ce duel inutile et passionné.
Lorsque leurs cosmos se dissipèrent les deux juges redevinrent à nouveau visibles, figés dans la position où une attaque les avait surpris.
Le poing de Rhadamanthe se trouvait à quelques centimètres du cœur d'Eaque tandis qu'il aurait suffi à celui-ci d'une chiquenaude pour toucher le front de son adversaire.

« Argh… Qui nous a immobilisés ?
- Oui c'est lui… le troisième juge… »

La psychokinésie qui paralysait les deux juges cessa soudain et tous deux s'écroulèrent à terre incapables de garder leur équilibre. Ils trouvèrent quand même la force de relever leur tête vers celui qui les avait rendus inoffensifs : MINOS !

« Pff vous êtes pathétiques tous les deux ! Que cherchez-vous donc à prouver ? En vous battant entre vous tout ce que vous trouverez sera l'anéantissement mutuel ! »

Rhadamanthe et Eaque se relevèrent péniblement brisés par l'effort qu'ils avaient dû accomplir.

« Co… Comment oses-tu ? Que… Qu'est-ce qui te donne le droit de nous parler ainsi ? »

Minos ne répondit rien mais il utilisa le cosmic marionetton pour aider ses collègues à se mettre debout.

« La même personne qui a mis fin à votre errance dans les limbes et vous a ramené à la vie.
- Que veux-tu dire ?
- Peu importe ! Entrons dans le château car nous y sommes invités ! »

Les deux juges s'étaient maintenant relevés et faisaient face à Minos.

« Que nous veut-on ?
- Je n'en sais rien mais la moindre des choses quand on vous ressuscite c'est de dire merci ! Et maintenant entrons ! »

Les trois juges se relevèrent et s'avancèrent vers la porte celle-ci s'ouvrit d'elle même et une onde cosmique les projeta au loin.
 

***

Olympe, Grotte du Destin

« Alors Ananke, quel est mon destin ? »

La question avait été posée directement mais sans brusquerie.
Dans la grotte du destin on distinguait un couple insolite : le dieu le plus puissant et la maîtresse du Destin.

Le grand Zeus dégageait un cosmos immense et emplissait la grotte de cette aura si lumineuse qui avait jadis tant choqué Cronos.
Bien que déesse son interlocutrice faisait pâle figure en face de lui et son cosmos semblait aussi faible qu'une brindille prête à se tordre sous l'effet d'une bourrasque de vent. Pourtant malgré l'énorme différence de cosmos qui existait entre eux le dieu le plus puissant était agenouillé devant elle et la regardait avec un profond respect.

Ananké était selon certaines légendes la mère des Moires et la personnification de la Nécessité et de la force de la Destinée. C'était la raison de la présence du grand Zeus : le Destin !
Ananke releva sa tête aux cheveux argentés, un sourire plein de malice déforma ses lèvres.

« Grand Zeus combien de fois faudra-t-il te le dire ? Je ne vois pas le destin des hommes ou des dieux, je vois celui de l'univers, je ressens les fluctuations de la Big Will après qu'elles ne se produisent mais bien avant qu'elles n'aient d'effet. Le Destin je ne le vois pas, je le ressens.
- Et que ressens-tu alors Ananke ? Dit Zeus avec une pointe d'énervement.
- Si tu connais la réponse pourquoi poser la question ? »

Zeus comprit que c'était à lui de prendre la parole et que la gardienne du destin se payait le luxe de la faire attendre.

« Soit Ananke ! Puisque tu veux l'entendre par ma bouche voilà ce qui m'obsède : L'univers s'est bâti sur un meurtre ! C'est la mort d'Ouranos qui a libéré le Big Will dans l'univers et l'auteur de ce sacrilège était mon père Cronos. Pour ce crime les Erynies lui annoncèrent qu'il serait puni par son fils ! Et ce fils c'est moi !
- Mais tu n'as pas tué Cronos…
- Non en effet, je pensais qu'en le détrônant je satisferai les divinités de la vengeance et que de cette façon je ne commettrai pas un parricide.
- Et tu penses avoir eu tort. »

Zeus ferma les yeux. Il se revoyait dans la grotte du Destin il y avait tellement longtemps alors que l'univers n'était pas totalement achevé, il avait demandé quel serait son règne et alors…

« Dis-le moi encore une fois Ananke, comment mon règne se terminera-t-il ?
- Cette prophétie vous la connaissez déjà : " le dieu le plus puissant aura un enfant qui mettra fin à son règne. "

Le dieu le plus puissant aura un enfant qui mettra fin à son règne.

Zeus répéta cette phrase sobrement au moins trois fois.

« Hum je me suis méfié de tous les enfants immortels que j'ai eus. Mais jamais… jamais aucun n'est venu me détrôner… Je me méfiais d'Athéna alors je lui ai confié la Terre pour qu'elle y règne et ne s'intéresse pas au ciel. Je me méfie toujours d'Arès mais je préfère le savoir près de moi que loin.
- Et tu t'interroges toujours reprit Ananke.
- Oui… et si je m'étais trompé ! Si aucun de ces deux-là n'était celui qui est destiné à me renverser ! »

Ananke se leva, elle se permit un petit rire.

« Quelle ironie ! Athéna est entre tes mains et incapable de se défendre, Hadès n'est plus, Poséidon ne compte plus désormais et les autres dieux même Arès n'oseraient jamais se lever contre toi. Te voilà parvenu au summum de ta gloire, bientôt l'Olympe reviendra sur Terre et tu viens chercher des réponses dans une grotte obscure. »

Zeus se leva brutalement, son cosmos envahit toute la grotte rendant la chaleur insupportable et réduisant l'obscurité qui y régnait encore à une peau de chagrin.
Ananke se recroquevilla dans un coin de la grotte réalisant subitement qu'elle avait provoqué la colère du dieu le plus puissant.

« Ananke ! Je ne viendrais pas te trouver si je ne pressentais pas quelque chose ! La mort d'Hadès ! Le procès d'Athéna ! La Terre à portée de main ! Dieu a-t-il voulu cela ou n'est-ce encore qu'une farce du destin ?! »

Le cosmos de Zeus se calma tandis qu'Ananke faisait un geste de soumission.

« C'est bon c'est bon je vais encore une fois interroger le Big Will pour savoir ce que le destin réserve à l'univers. »

Ananke s'assit en tailleur à même le sol de la grotte et commença à psalmodier. Son cosmos se déploya dans toute la grotte et des images incohérentes commencèrent à fuser sur les murs.
Zeus regardait fébrilement autour de lui à la recherche d'une image qui lui dise son futur.
Il se souvenait vaguement que la première fois qu'il était venu dans la grotte du destin il avait vu des images d'un jeune garçon affublé d'ailes qui tombait dans la mer, puis ensuite les scènes d'une guerre opposant des héros.
Les images qui fusaient étaient toutes importantes même si la plupart étaient des évènements insignifiants, c'était ça le destin : L'image, la couleur mais pas le son !

Toujours est-il que Zeus tentait de comprendre la signification de ces scènes insolites qui se déroulaient alternativement dans le grand Nord et en Grèce, opposant des chevaliers en armure étincelante à des hommes en armures sombres.

Pendant ce temps Ananke harmonisait son cosmos avec celui de la personne qui allait lui dévoiler quelques uns de ses secrets : celle qui est à l'origine de toute chose, la mère de la création que les anciens croyaient dans la Terre alors qu'elle était dans le Ciel éternel : Gaïa !

La maîtresse du destin faisait tellement d'efforts pour déchiffrer les pensées de la maîtresse de la création que de grosses gouttes de sueur perlaient à son front et qu'elle parlait maintenant pratiquement à voix haute au lieu de psalmodier.

« Je t'en prie ma vieille amie, laisse-moi pénétrer une dernière fois tes pensées, mon avenir en dépend. »

Les images sur les murs de la grotte étaient de plus en plus nets, de plus en plus précis. On voyait maintenant clairement deux formes : celle d'une femme au sourire angélique et compatissant et dans ses bras un bébé !
Une forme sombre semblait s'approcher de ce couple.
Zeus était éberlué.

« Que signifie ? »

Il se retourna vers Ananke et la saisit avec violence.

« Tu te moques de moi ?! Où suis-je dans cette prophétie ? Où est donc celui qui me détrônera ?! »

Ananke sentait son cosmos faiblir, elle lui répondit d'une voix faible en désignant l'image de son index.

« Il… Il est là… L'enfant qui mettra fin au règne du dieu le plus puisant il est là… dans la lumière…
- Comment ?! »

Zeus se retourna vers le mur au moment où l'homme qui s'approchait de la lumière allait retourner la tête, rendant ainsi son visage visible.

Ananke émit un faible cri et tomba à terre, les images s'évanouirent instantanément sans que Zeus ne puisse rien voir !
Celui-ci se retourna vers Ananke et la saisit de nouveau par les épaules.

« Qui est-il ? Qui est cet enfant ? Et qui est cet homme qui s'approchait de lui ?! »

Ananke déclinait à vue d'œil, elle n'avait plus la force de rester debout.

« Arrrh… en échange de cette prophétie Ga… Gaïa prend ma vie…
- NON ! Tu n'as pas le droit de mourir avant de m'avoir révélé ton secret ! Qui est cet homme ? Qui est l'enfant ?!
- L'enfant… ahh… cet homme est…
- Si tu ne peux me dire qui est l'enfant dis-moi au moins qui est cet homme ! »

Ananke fut soulevée par un spasme, elle tomba dans les bras de Zeus et ce fut dans son dernier souffle qu'elle murmura à l'oreille de celui-ci :
" Le dieu suprême. "

Zeus resta stupéfait, il ne fit aucun geste pour retenir le corps d'Ananke qui tomba lourdement sur le sol.

« Le dieu suprême… Mais alors ce… ce n'est pas… Je… je ne suis pas le dieu suprême !! »

Le cosmos de Zeus irradia encore une fois la grotte faisant trembler les murs sur eux-mêmes.
Il se pencha alors vers Ananke, il voulait sans doute lui demander quelque chose mais elle était déjà morte.
Dans un geste d'affection assez rare chez lui il lui ferma les yeux.

« Merci Ananke tout est clair maintenant : je ne suis pas le dieu suprême, ce n'est donc pas mon règne qui prendra fin ! Il ne me reste plus qu'à faire en sorte que le dieu plus puissant que moi et l'enfant s'affrontent ! Lorsqu'ils seront tous deux morts je serai à nouveau le dieu le plus puissant. »

Zeus s'éloigna, il brûla son cosmos pour détruire la grotte sur son passage ensevelissant ainsi sous des tonnes de gravats le seul indice qui lui aurait permis de découvrir l'identité du dieu suprême, c'était un mot que les ongles d'Ananke n'avaient cessé de graver sur le sol rocheux puis en lettres de sang pendant tout le temps qu'avait duré la transe.
Ce mot on pouvait l'obtenir en assemblant quatre lettres :

M... E... I... O

MEIÔ

***

Les blessures des juges n'étaient que superficielles aussi se relevèrent-ils très vite pour faire face à leur agresseur.
Minos fut le premier à apercevoir son visage pourtant caché par l'ombre de la grande porte.
Il ne put retenir un cri de surprise.

« Tu le connais Minos ? interrogea Eaque.
- Oui… je la connais…
- La ? s'étonna Rhadamanthe. »

La personne en question qui les avait empêchés de s'approcher du château fit un pas en avant découvrant ses cheveux blonds cendrés, ses yeux couleur émeraude brillaient comme deux étoiles sur son visage bronzé.
La personne qui se tenait devant les juges était d'une beauté époustouflante mais ce qui surprenait le plus Eaque et Rhadamanthe était l'armure qu'elle portait avec ses reflets bleus sombres et les serpents métalliques qui descendaient en s'enroulant autour des ses bras.

« Quelle est cette armure je n'en ai jamais vu de pareille ! s'étonna Rhadamanthe. »

Un sourire mauvais déforma les lèvres de la jeune femme.

« Ce que vous voyez est le surplis divin du Serpentaire. »

Ce fut au tour d'Eaque d'être surpris.

« Le Serpentaire ? Mais il s'agit d'une constellation. Vous êtes donc au service d'Athéna.
- Toute chose a son contraire dans l'univers, les serpents qui s'enroulaient autour du bâton d'Asclépios lui conféraient un pouvoir guérisseur mais après sa mort les serpents se détachèrent du Caducée et revinrent à leur véritable nature : la mort ! »

Minos ne disait rien trop surpris sans doute, intrigué Eaque scrutait l'étoile sur le front de Célesta en essayant de se rappeler sa signification.

« Qui es-tu donc ?
- Je suis celle qui commande aux étoiles célestes.
- Celle qui commande aux étoiles célestes ? »

Les juges se concertèrent du regard, comment cela se pouvait-il ? N'étaient-ils pas les plus puissants parmi les 108 spectres ? Ne recevaient-ils pas leurs ordres directement d'Hadès ou de Pandore ?
Célesta ne leur laissa pas le temps de réfléchir outre mesure.

« Mon nom est Célesta étoile céleste de la domination et au nom de sa majesté Hadès je vous ordonne de quitter ces lieux sans attendre !
- Comment ?! »

Les trois juges furent atterrés, la nouvelle de la destruction de l'Enfer n'aurait pas eu plus d'effet sur eux.
Rhadamanthe fut le premier à se ressaisir.

« Tu… tu parles au nom de sa majesté ?
- Oui c'est cela même, Hadès m'a ordonné de m'assurer de votre départ. »

Ce fut au tour de Minos de s'avancer.

« Mais ce n'est pas possible ! Il doit y avoir une erreur. Pourquoi sa majesté voudrait-elle se débarrasser de nous après avoir permis notre retour à la vie ? »

Célesta le toisa d'un regard où on ne lisait aucune pitié.

- Un conseil : n'essaye même pas de comprendre ! Un homme ne peut ne serait-ce qu'effleurer la compréhension du divin.

Célesta tourna le dos aux trois juges.

« Je vais compter jusqu'à 5 si à 5 vous n'avez pas quitté ce lieu sans intention d'y revenir je vous considèrerai comme rebelles et vous exécuterai au nom d'Hadès ! »

UNE…

Les trois juges échangèrent un regard angoissé.

« C'est stupide ! Pourquoi Hadès nous aurait-il ramenés à la vie si c'est pour nous renvoyer ?
- Il n'y a qu'un seul moyen de le savoir »

DEUX…

« Rhadamanthe tu ne penses pas à…
- Si nous devons voir Hadès à tout prix ! »

TROIS…

« Mais si nous levons la main sur cette femme qui commande en son nom nous commettrons un acte de trahison et notre honneur de juge sera définitivement terni. »

QUATRE…

Célesta se retourna, elle faisait à nouveau face aux juges. La cinquième seconde leur sembla s'écouler infiniment moins vite que les autres.

« Le devoir d'un spectre d'Hadès est de le servir même contre son gré ! Il n'y a plus à hésiter ! » Hurla Rhadamanthe.

Il se retourna alors vers Célesta et intensifia son cosmos.
Celle-ci interrompit son compte à rebours.

« Tu vas commettre une erreur.
- Le destin d'un spectre est de servir Hadès ! Célesta je serai ton adversaire ! »

Minos et Eaque se levèrent à l'unisson.

« Et nous aussi ! »

Célesta arborait un air grave.

« Vous avez donc tous pris la même décision ? Etes-vous conscient que non seulement vous trahissez sa majesté mais qu'en plus vous creusez votre propre tombe ? »

Pour toute réponse les juges intensifièrent leurs cosmos.

« Je vois vous ne me laissez pas le choix. Très bien je vais débarrasser Hadès de trois rebelles. »

Célesta intensifia son cosmos à son tour, immense, terrifiant. Le pentacle sur son front s'illumina d'une lueur étrange.

« Allons ne perdons pas de temps ! Attaquez-moi tous en même temps ! »

Le cosmos de Célesta s'accrut encore mais elle ne prit pas une position d'attaque préférant attendre l'assaut des juges. Ceux-ci n'avaient jamais senti un cosmos si puissant mais leur honneur les empêchait de reculer.
Eaque fit un pas en avant.

« Tu peux parler, bientôt c'est toi qui plieras sous nos coups ! Galaxian Illusion ! »

Eaque avait utilisé son attaque la plus puissante conscient que ce n'était pas un adversaire ordinaire qu'il devait affronter. Le Garuda fendit les cieux créant le néant dans l'air comme si une dimension de ténèbres s'ouvrait sous le château d'Hadès.
Célesta fronça les sourcils mais ne fit aucun mouvement pour éviter l'attaque et lorsque le Garuda la frappa elle fut soulevée du sol comme une plume et se cogna violemment contre une tour du château.

Eaque sourit, si c'était tout ce qu'on avait à leur proposer la partie était déjà gagnée ! Sa joie fut cependant de courte durée car Célesta reprit conscience avant de toucher le sol et effectua un retourné acrobatique pour se recevoir sur ses deux pieds.
Son surplis n'avait aucun dommage et la fluidité de ces mouvements ne laissait deviner aucune blessure.

« Pathétique ! dit-elle avec un rictus de mépris.
- Co…Comment ?
- Ce n'est pas avec une attaque de cette nature que tu pourras me faire grand mal. Certes sa vitesse est impressionnante mais sa puissance est très inférieure à la mienne et à la capacité d'absorption de mon surplis. »

Minos se plaça immédiatement devant un Eaque désemparé.

« Nous allons voir si tu peux résister à la puissance du Griffon ! »

Comme avec Eaque Célesta ne fit aucun mouvement pour se défendre.

- Subis l'Infinite Execution !

Le cosmos de Minos explosa et l'étoile céleste de la Valeur se démultiplia à l'infini encerclant celle qui commande aux étoiles célestes et chacun de ses coups de poing prit la forme du monstrueux griffon.

Célesta eut un sourire ironique, elle plia les genoux pour prendre son élan et au moment où l'attaque allait l'atteindre s'envola littéralement dans les airs.

« Prépare-toi à encaisser mes coups Minos ! Deadliest Bite ! »

Bien que surpris par l'insuccès de son attaque Minos se ressaisit et ce furent une centaine d'étoiles célestes de la valeur qui se tournèrent vers Célesta pour projeter en même temps l'Infinite Execution.
Célesta fondit sur Minos tandis que les serpents métalliques enroulés autour de ses bras se dépliaient, prêts à mordre !
L'étoile céleste de la domination s'engouffra dans le tourbillon de feu projeté par le légendaire griffon, les deux étoiles célestes se rencontrèrent en un choc aveuglant et quand la lumière se dissipa…

Minos était encore debout comme tous ses doubles, son poing gauche se trouvait au niveau de sa hanche encore fermé comme pour donner un coup tandis que sa main droite pendait stupidement à la hauteur de son ventre.

Derrière lui Célesta était légèrement courbée, figée dans la position où elle avait frappé Minos, son bras encore tendu et son poing fermé recouvert par un serpent métallique.

Minos s'écroula tandis que des gouttes de sang s'écoulaient de son poing droit et ce fut alors comme si tous ses doubles s'écroulaient avec lui pareillement blessés.
Célesta reprit une position normale et laissa ses bras retomber le long de son corps parfait.

- C'est vraiment dommage Minos. Cette attaque a vraiment toutes les qualités : elle est très puissante et portée d'une multitude de points en même temps pour désorienter l'adversaire. Malheureusement pour toi la puissance et la technique ne sont pas tout, la vitesse compte aussi. Je suis étonnée qu'en 13 ans d'entraînement tu n'aies pas songé à créer une attaque qui combine ces deux qualités. Mais maintenant c'est trop tard.

Célesta fit un pas dans la direction de Minos quand elle sentit un cosmos s'épanouir derrière elle. Elle fit alors volte face faisant voler ses magnifiques cheveux blonds cendrés.

« Evidemment les juges sont au nombre de trois. »

L'étoile céleste de la Violence intensifia son cosmos tout en étendant ses bras en forme de croix.

« C'est moi Rhadamanthe qui aurai l'honneur de te vaincre !
- Tu es aussi stupide que les autres on dirait.
- C'est ce qu'on va voir ! GREATEST CAUTION !! »

Rhadamanthe avait hurlé le nom de son attaque à s'en faire exploser les poumons et l'effet fut encore plus impressionnant : L'aura du Wyvern apparut derrière lui et son cosmos explosa libérant la puissance de milliers de coups en décharges successives !
L'aura de Rhadamanthe emporta toute la végétation à une centaine de mètres autour de lui et continua à augmenter jusqu'à englober tout le château d'Hadès mais au moment où son cosmos allait atteindre son paroxysme il déclina brusquement et le champ de bataille devint à nouveau visible.

Célesta était face à Rhadamanthe, elle avait le bras tendu vers lui et sa main ouverte renfermait une sphère d'énergie de couleur sombre.

« Est-ce là toute la puissance dont tu es capable Rhadamanthe ? Si c'est le cas je vois déjà l'issue de ce duel ! »

Célesta referma son poing sur la sphère d'énergie la faisant exploser en un million de particules puis intensifia à son tour son cosmos, l'étoile sur son front se mit à briller plus fort que jamais !

« Découvre mon vrai cosmos Rhadamanthe ! Celui des enfants d'Hadès ! DEATH STAR EXECUTION ! »

La puissance déployée par cette attaque était énorme et Rhadamanthe sentit une sueur froide couler sur son visage pressentant que sa dernière heure était arrivée.
L'étoile de la mort fondait sur lui et il ne pouvait rien faire pour l'arrêter sauf croiser ses bras devant lui. Au moment où il allait fermer les yeux il vit une ombre passer derrière Célesta.

Celle-ci incapable de se défendre tandis qu'elle projetait son attaque la plus puissante fut soulevée du sol par une force irrésistible, tout ce qu'elle put entendre fut : " Garuda Flap ! "

La lumière disparut, Rhadamanthe grâce à cette intervention providentielle n'avait pas subi toute la puissance de l'attaque mais le peu qui l'avait touché l'avait mis en piteux état : de la fumée s'échappait de tout son corps, ses bras étaient couverts de brûlures et ses cheveux encore plus roussis qu'avant. Il tomba en avant la tête la première.

Eaque se précipita pour l'aider et lui passa son bras droit sous l'aisselle gauche pour lui permettre de se relever.

« C'est fini Rhadamanthe.
- E… Eaque… Tu es vraiment sûr de nous avoir débarrassé de ce monstre ?
- Oui ne t'inquiète pas j'ai fait comme elle l'a dit elle-même : j'ai combiné la vitesse et la puissance et j'y ai même ajouté l'effet de surprise. »

Il regarda avec appréhension le sol devant lui.

« C'est étrange elle devrait déjà être redescen… »

Eaque ne put terminer sa phrase car une douleur intense traversa son dos et il s'écroula entraînant son compère dans sa chute.
Célesta essuya une légère égratignure à la commissure de ses lèvres.

« J'avoue que je me suis laissée surprendre, cet assaut avait en effet tout pour réussir : la vitesse, la puissance et même l'effet de surprise. Mais j'ai dû oublier de préciser que dans un combat celui qui porte une armure a toujours l'avantage, avais-je oublié de le préciser ? Quelle étourdie je fais… d'autant plus que mon surplis a des ailes pour m'aider à parer ce genre d'attaques. »

La fille adoptive d'Hadès embrassa l'espace autour d'elle d'un regard circulaire.

« Alors c'était donc ça le dernier combat des trois juges… Hmf comme je le pensais leur force était négligeable. »

Elle fit quelques pas vers le château.

« Sa majesté n'a pas besoin de s'entourer de tels incompétents. Hypnos, Thanatos et moi pouvons suffire à la tâche. C'est quand même dommage, j'aurais voulu voir s'ils pouvaient s'unir au moins une fois. Mais ? »

Une sueur froide coula sur le front de Célesta, il manquait quelque chose ou plutôt quelqu'un sur ce champ de bataille ! Où était-il ? Où était Minos ?
Son regard se posa sur la porte entrouverte du château, la trace d'une main ensanglantée était restée sur le bois de chêne !

« Oh non ! Il est parti retrouver Hadès dans le Meikai ! Mais si il y parvient il saura que sa majesté n'y est pas et alors… Je dois l'en empêcher ! »

Célesta se précipita vers le château mais dut stopper sa course en sentant deux cosmos derrière elle.

« Je vois… Vous n'abandonnez pas facilement… »

A l'intérieur du château Minos, blessé montait péniblement les escaliers en colimaçon qui conduisaient à la salle d'audience.

« Je… je dois trouver sa majesté… il… il faut absolument que je lui parle… »

Le juge titubait trébuchant à chaque marche. Il continuait toutefois son pénible chemin de croix en s'agrippant à la rampe d'une main tandis que de l'autre il tentait de colmater l'hémorragie de son flanc. Un voile passa devant ses yeux et tout devint flou.
Minos cracha du sang puis s'écroula en arrière. Il allait sombrer dans l'inconscience quand il entendit des voix dans sa tête.
" Minos ! Relève-toi ! Qu'as-tu donc fait de la fierté qui faisait de toi un juge ? "
C'était la voix de Rhadamanthe !
" Nous comptons sur toi ! Nous retiendrons cette femme aussi longtemps qu'il le faudra mais je t'en prie n'abandonne pas ! "
C'était la voix de Eaque !
" Sa majesté Hadès a un grand cœur, si un seul de ses spectres venait à être blessé il ne se le pardonnerait jamais. "
La voix de Pandora.

« Oui c'est vrai ! Sa majesté ne nous a jamais méprisés ! Même s'il ne le montrait pas nous savions qu'il tenait à nous ! Il n'a jamais voulu que nous soyons blessés ! Je… Je dois le rejoindre… je dois rejoindre Hadès ! »

Minos se releva et ce faisant il sentit une douce chaleur l'entourer, ses mouvements devenaient plus faciles, moins douloureux comme guidés de l'extérieur, en se concentrant il vit des papillons transparents sur ses bras.

« Myu… Toi aussi tu me viens en aide ? »

Quelques secondes plus tard Minos arrivait dans la salle d'audience où se trouvait encore la harpe de Lady Pandora.

« Allons, un dernier effort. »

Il s'avançait vers le trou qui mène au Meikai quand un bruit de cordes le retint.
Célesta pinça à nouveau une corde de la harpe.

« Hum je ne suis vraiment pas douée pour la musique…
- …
- Quoiqu'il en soit je te félicite d'être parvenu jusqu'ici, je ne pensais pas que la volonté qui t'animait était si forte.
- C'est Hadès… c'est lui qui nous donne cette force…
- Tout cela est bien beau et bien noble mais c'est ici que s'achèvent tes espérances, le dernier fil auquel tient ta volonté je vais le briser maintenant ! »

Célesta intensifia son cosmos et se jeta sur Minos quand un cosmos incroyablement agressif la fit stopper son attaque.

« Il me semble que tu nous oublies un peu vite ! »

Rhadamanthe et Eaque se tenaient debout derrière elle malgré la douleur qui traversait tout leur corps.

« Allons Minos ! Ne reste pas là ! Va rejoindre sa majesté ! Nous la retiendrons le temps qu'il faudra ! »

Célesta se tourna vers Minos pour tenter de l'arrêter puis à nouveau vers Eaque et Rhadamanthe, elle semblait incapable de faire un choix comme dépassée par la tournure des évènements.
Célesta : Se pourrait-il que je me sois trompée ? Que ces hommes recèlent en eux un potentiel que moi-même n'ai pu voir ? Si c'était le cas alors cela voudrait dire que…Non je n'en ai pas le droit… pourtant c'est le seul moyen…

Rhadamanthe s'avança.

« Je serai ton adversaire ! »

Célesta jeta un regard vers Minos, il ne bougeait pas hésitant sans doute à abandonner ses frères d'armes. Parfait cela allait rendre les choses plus faciles.

« Je vais en finir très vite avec toi alors ! »

Célesta disparut alors pour réapparaître à 30 cm du juge, pris par surprise il ne put esquiver la prise de Célesta qui le fit passer par dessus son épaule le projetant à travers la fenêtre de la salle.
Rhadamanthe fut littéralement projeté dans les airs mais il parvint à se retourner et prit appui sur une des tours du château pour s'élancer contre Célesta, les deux adversaires se rencontrèrent et alors que le poing de Rhadamanthe ne rencontra que le vide celui de Célesta rencontra la mâchoire du juge.
Profitant de son avantage la fille adoptive d'Hadès envoya Rhadamanthe contre un mur et l'y encastra au moyen d'une combinaison de coups de poing et de pieds.
Tout en frappant et en esquivant les coups du juge Célesta insultait son adversaire.

« C'est donc cela la force du Wyvern ? Je suis très impressionnée.
- Je… je t'interdis de… te moquer de moi… »

Dans geste rageur Rhadamanthe lança son poing contre Célesta mais celle-ci l'évita sans difficulté et en profita pour lui plaquer son poing contre le ventre et l'envoyer en ligne verticale vers le ciel d'un flux de cosmos.

Le combat tournait de plus en plus au désavantage du juge aussi celui-ci tenta-t-il un assaut désespéré : quand Célesta s'approcha de lui il l'empoigna à bras le corps et rassemblant toute sa force dans ses jambes il la souleva littéralement du sol et se précipita avec elle contre un mur.

« Imbécile qu'espères-tu accomplir ?
- Rien sinon te garder prisonnière le temps de lancer mon attaque.
- Quoi ?! »

Célesta comprit alors le but de Rhadamanthe mais la force physique du juge était énorme et elle ne parvenait pas à se libérer.
Rhadamanthe souriait avec délectation malgré ses nombreuses blessures.

« Tu vas subir la Greatest Caution de plein fouet !
- Imbécile ! Si tu ne me lâches pas tu vas la recevoir avec moi ! »

Rhadamanthe ne répondit pas, ce n'était pas le moment de réfléchir !

« Greatest Caution !! »

L'aura du Wyvern explosa, ce fut comme si un immense dragon s'était élevé vers les cieux puis avait fondu en ligne droite sur sa victime dans l'intention de la déchiqueter de ses crocs.
Quand le nuage de poussière provoqué par l'explosion se fut dissipé Rhadamanthe était encore debout, le poing en avant mais personne ne se trouvait plus devant lui.
Le juge chancela puis s'écrasa lourdement contre le sol pavé du château.
Malgré l'urgence de la situation Eaque ne put s'empêcher de commenter la scène d'un œil de combattant aguerri.

« Rhadamanthe n'a pas reçu lui-même sa propre attaque… D'après ses blessures au poignet je dirais que Célesta a utilisé les serpents de métal qui entourent ses bras pour lui porter une attaque et se libérer in extremis de son étreinte. »

Il se tourna alors vers Minos.

« Ecoute j'ai suffisamment récupéré, je vais prendre le relais, pendant ce temps tu devras t'engouffrer dans le Meikai, c'est encore notre meilleure chance de rencontrer sa majesté. Adieu !
- Nous sommes d'accord Eaque, d'accord sur le fait que c'est hors de question ! »

Célesta réapparut alors, sans se préoccuper des autres juges elle descendit à la hauteur de Rhadamanthe puis se pencha sur lui pour l'achever.

« Tu as bien combattu, tu mérites de mourir en guerrier. Je vais prendre ta tête ! »

Célesta leva le bras au-dessus de Rhadamanthe mais elle arrêta son mouvement une fraction de seconde le temps que l'événement qu'elle attendait se réalise.

« Garuda Flap !! »

Célesta sourit.

« J'ai failli attendre ! »

L'attaque de Eaque avait été portée à une vitesse hallucinante mais le poing du juge n'étreignit que le vide.
Célesta avait sauté en arrière pour éviter l'attaque de quelques centimètres.

« Désolé mais ça ne marche pas avec moi ! Deadliest Bite ! »

Le sang coula sur le sol du château et Eaque apparut couché sur le côté une main sur le cou tentant d'arrêter l'hémorragie.
Célesta observait les fils qui avaient dévié son poing au moment décisif.

« Qui a osé ? »

Eaque en profita pour se relever.

« Moi Minos du Griffon !
- Toi ? Mais je croyais que tu voulais atteindre le Meikaï !
- Et tu croyais que j'allais laisser mes frères d'armes se sacrifier pour cela ? Non ! Si je dois voir sa majesté Hadès ce sera avec eux ! Mais trêve de palabres, ta main droite est prisonnière du cosmic marinetton ! Tu vas maintenant faire tout ce que je te dis ! Allons transperce-toi le cœur ! »

La main droite de Célesta se rapprocha malgré elle du coté gauche de la jeune déesse.
Minos regarda le spectacle avec délectation, c'en était fini de cette gêneuse.

Le sang coula d'un cœur percé par sa propre main mais c'était celui d'un juge non d'une déesse.
Minos tomba à terre.

« Co… Comment ?! »

Célesta n'avait pas une égratignure, d'un geste elle détruisit les fils du cosmic marionetton.

« Ton attaque peut être très efficace mais laisse-moi t'apprendre une chose : lorsque tu lances tes fils magiques tu crées un lien magique avec ton adversaire, ta volonté ne peut s'imposer à son corps que si sa volonté est inférieure à la tienne et malheureusement pour toi je suis une déesse donc parfaitement maîtresse de mon corps et de mon esprit.
- Ce… c'est donc ainsi que tu as retourné mon attaque contre moi ! Bra… Bravo… Tu es vraiment très puissante. »

Célesta détourna un peu la tête et passa une main dans sa chevelure.

« Puissante ? Pour toi peut-être mais sache que pour une enfant d'Hadès, je suis inférieure ! Oui tu as bien entendu je suis moins puissante que Thanatos et Hypnos qui eux sont des dieux alors que moi, bien qu'étant d'essence divine, ne suis que la première des étoiles célestes.

Les trois juges étaient stupéfaits. Quel cosmos immense se dégageait de cette femme et ses frères étaient encore plus puissants ! Peut-être qu'Hadès n'avait pas besoin d'eux après tout ?

« Alors avez-vous enfin compris que vous ne pouvez rien ! Avez-vous compris pourquoi sa majesté ne veut plus de vous ? »

Un rire ironique se fit entendre.
Eaque qui n'avait été que légèrement blessé se relevait en soutenant Rhadamanthe.

« Tu es peut-être puissante mais tu dois être stupide !
- Comment ?
- Tu combats de façon étrange : tout à l'heure tu aurais pu prendre la tête de Rhadamanthe et tu m'as délibérément laissé le temps d'intervenir puis tu n'as pas cherché à tuer Minos en ne faisant pas s'enfoncer sa main jusqu'au bout. Chercherais-tu à nous épargner Célesta ? »

L'espace et le temps se figèrent entre les adversaires.

D'une des fenêtres du château Thanatos observait la scène, sur une question de son frère Hypnos il répondit.

« Hum… je ne m'attendais pas à ce que ces hommes soient si résistants et je sens leur cosmos s'accroître à l'unisson. »

Hypnos ne répondit rien et le dieu qui commande à la mort se crut obligé de reprendre.

« Que crois-tu qu'Elysée cherche au fond ? Au début je croyais qu'elle voulait tuer ces hommes car elle les jugeait indignes de commander aux spectres mais voilà qu'elle semble hésiter à les frapper au moment fatidique. Se pourrait-il que ce ne soit en fait qu'un test organisé pour savoir s'ils sont dignes de revêtir leurs surplis ?
- Non Thanatos, ton attirance pour la violence et la mort t'aveuglent. Ce que cherche Elysée c'est bien plus que de savoir s'ils sont dignes de leur titre.
- Et que cherche-t-elle alors Hypnos ?
- Elysée… notre sœur veut savoir si ces hommes ont reçu le dernier cadeau d'Hadès, le dernier don qu'il nous a faits.
- Et quel est-il mon frère ? »

Les yeux dorés d'Hypnos se figèrent dans les yeux argentés de Thanatos.

« On dit que la seule chose que Dieu ait laissé aux hommes c'est la force d'accomplir un miracle. Et cette force c'est l'amitié. »

Un rictus ironique déforma les lèvres de Thanatos.

« L'amitié ? Pfff quelle drôle d'idée ! Quoiqu'il en soit nous sommes condamnés à observer sans intervenir car nous avons fait une promesse. Quant aux juges…
- Oui si ce sont de vrais spectres reconnus et protégés par leurs étoiles, l'étoile de la mort ne leur fera rien. »

Célesta était perplexe. Comment allait-elle pouvoir se sortir de ce mauvais pas ? Maintenant que Minos se trouvait loin du trou qui mène au Meikai elle se sentait plus libre de ses choix. Tout à l'heure elle avait évité de tuer Rhadamanthe pour vérifier si ce qu'elle avait senti chez les juges était vrai… Mais comment s'en assurer de manière infaillible. De toute façon elle n'avait pas le choix : il faudrait bien en arriver là ! Même si elle devait mettre sa vie en jeu !

« Alors vous pensez que je veux vous épargner ? Très bien alors attaquez-moi tous en même temps cette fois ci et nous verrons bien si vous survivez. »

Les trois juges se regroupèrent devant la cadette de la mort et du sommeil.

« Nous devons combiner nos attaques sinon nous n'avons aucune chance !
- Tu as raison Rhadamanthe nous somme tous blessés mais en unissant nos cosmos nous pourrons lui porter au moins un coup.
- Oui pour la première fois nous allons nous battre côte à côte pour la gloire d'Hadès ! »

Célesta tentait de dissimuler ses émotions mais son regard démentait l'expression de mépris qu'elle tentait de donner à son sourire.

« Pfff le dernier cercle des étoiles célestes… »

Les juges intensifiaient leurs cosmos.

« Tu peux te moquer de nous tant que tu voudras, nous traiter de faibles mais le dernier cadeau d'Hadès nous l'avons déjà reçu. »

Le cosmos de Célesta s'accrut terriblement, le pentacle sur son front se mit à briller et entra en résonance avec celles de ses frères.
Célesta continuait à préparer son attaque mais ce qu'exprimait son regard était l'inverse de la haine.

« C'est magnifique… Je ne retiendrai pas mes coups cette fois car je sais qu'ils sont capables de me défier. Juges préparez-vous ! Je vais utiliser contre vous mon attaque la plus puissante. L'exécution de l'étoile de la mort ! »

Le cosmos des trois Titans s'était accru à son paroxysme, ils avaient tous pris une position d'attaque mais dans leur regard on lisait la froide détermination de celui qui va mourir car sans leurs surplis jamais ils ne pourraient survivre. Rhadamanthe, Minos et Eaque s'entreregardèrent et pour la première fois depuis le début de la bataille peut-être depuis qu'ils se connaissaient ils échangèrent un sourire. Le sourire de la fraternité.

« Une fois, rien qu'une fois que nos vies, nos cosmos ne fassent plus qu'un ! Pour la gloire d'Hadès ! »

Ils lancèrent leurs attaques en même temps libérant leurs cosmos sans garder aucune réserve au nom de leur amitié et du dieu qu'ils servaient.

« Greatest Caution !
- Galaxian Illusion !
- Infinite Execution ! »

Les trois attaques d'une puissance incalculable foncèrent vers Célesta qui n'avait pas encore déclenché la sienne.
Elle paraissait dans un état de quasi extase, littéralement envoûtée par la communion des cosmos des juges, qui une minute avant se détestaient, dans la gloire d'Hadès.

« Ce… c'est merveilleux… je n'aurais jamais cru ça possible… »

Le cri que poussa Thanatos pour l'inciter à se défendre la fit revenir à la réalité.

« Mais quelle que soit votre puissance, l'étoile de la mort révèlera ce que vous êtes au fond ! Death Star Judgement ! »

L'attaque de Célesta prit la forme d'un pentacle qui fut littéralement traversée par les attaques des trois juges sans pour autant arrêter sa course vers les spectres.
Et quand les deux attaques entrèrent en contact ce fut une explosion formidable !

Une colonne de lumière s'éleva à plusieurs milliers de mètres et seuls les cosmos de Thanatos et Hypnos empêchèrent le château de se désagréger.

Quand il eurent complètement retrouvé leurs esprits les dieux de la mort et du sommeil se dirigèrent vers le champ de bataille.
Ils y virent trois hommes allongés sur le ventre à quelques mètres d'intervalle mais… non c'était impossible ! Ils étaient recouverts de leurs surplis !

« C'est magnifique, n'est-ce pas Hypnos ? »

Le dieu du sommeil se retourna. Sa jeune sœur était debout devant lui, elle avait l'air joyeuse à voir l'expression de son sourire presqu'enfantin, comme à l'époque où elle s'appelait Elysée.

« E… Elysée… Tu n'as rien ? »

Célesta avait l'air éberluée, elle avançait vers Hypnos à la façon d'un homme ivre, ses jambes tremblaient et elle semblait incapable de décrire une ligne droite. Lorsqu'elle prit la parole sa respiration était haletante.

« Rien ? Je ne sais pas. Leurs attaques étaient tellement puissantes et leur union tellement belle. »

Hypnos s'approcha de sa sœur, un filet de sang s'écoulait de la commissure de ses lèvres preuve que le poumon avait été atteint.

« Elysée ?
- Tu… Tu as vu Hypnos ? Leurs surplis ils sont venus les recouvrir d'eux-mêmes mais ils étaient trop faibles, ils n'auraient pas survécu à la death star execution.
- Tu… tu veux dire que tu as utilisé le death star judgement dans le seul but de les épargner ? »

Célesta tomba dans les bras de son frère, elle lui murmura à l'oreille.

« Non Hypnos cette attaque a révélé leur vrai visage, maintenant il n'y a plus aucun doute : leurs surplis les ont reconnus, ils sont dignes d'être des juges sinon ils… ils n'auraient pas pu… me vaincre… »

Célesta s'évanouit dans les bras de son frère aîné. Sa tête retomba en arrière et ses magnifiques cheveux blonds cendrés se répandirent jusque sur le sol. Elle avait perdu conscience mais un sourire béat flottait toujours sur ses lèvres.
Hypnos saisit sa main et la porta à sa joue pour en sentir la chaleur.

« Elysée, petite sœur… Je sais pourquoi tu souris toujours alors que ton corps est brisé : après des siècles passés à haïr Hadès tu as finalement retrouvé la voie de l'amour et tu lui en as donné la plus belle preuve qui soit : un sacrifice. »

Hypnos serra la main de sa sœur encore plus fort dans la sienne cherchant à lui communiquer un peu de son énergie.
Une main se posa sur son épaule, c'était Thanatos.

« C'est bon Hypnos, son surplis a amorti le choc, elle vivra.
- Comment peux-tu en être sûr ?
- Je suis le dieu qui commande à la mort ne l'oublie pas… Et puis elle aussi est une enfant d'Hadès. Tant qu'il sera en vie elle n'aura pas le droit de mourir. »

Les deux frères se levèrent, Hypnos tenait sa sœur dans ses bras.

« Oui c'est évident qu'il est vivant. Et il ne tardera pas à revenir, alors nous lui parlerons d'Elysée.
- Oui il reviendra sur cette Terre… à moins qu'il ne se dirige d'abord vers le ciel. »

Les deux frères partagèrent pour la première fois depuis longtemps un sourire en regardant le ciel rougi par le coucher du soleil quand un murmure de leur sœur les ramena à la réalité.

" Père… J'ai mal "

***

Sanctuaire Sacré, Star Hill

« Ainsi c'est ici, le lieu où la Terre communique avec le ciel. Star Hill le mont étoilé. »

L'homme qui venait de parler était assez légèrement vêtu : il ne portait qu'un pantalon de toile blanc, son torse était nu et recouvert de bandages. Une épée aux inscriptions runiques incompréhensibles pendait à son côté.
Derrière lui étaient agenouillées trois femmes dont deux portaient un masque et devaient avoir aux alentours de 20 ans. Une jeune fille plus jeune se tenait à leurs cotés, elle avait l'air moins robuste et cachait pudiquement une partie de sa chevelure sous un voile.

« Oui c'est bien ici. Starhill le lieu où se rendent les grands popes pour lire dans les étoiles. »

La jeune femme semblait hésiter, sa compagne à la chevelure rousse le comprit et exprima sa pensée.

« Nous vous avons conduit ici au mépris de toutes les règles de la chevalerie. Pour ce sacrilège nous risquons le bannissement. »

Un sourire ironique passa sur les lèvres de l'homme.

« Eh bien je présenterai vos excuses à Athéna.
- Comment ?!
- Starhill est beaucoup plus que ce que vous pensez, chevaliers. C'est sur ce mont qu'Athéna a saisi le sceptre de la victoire et le bouclier de la Justice que Zeus lui a prêtés quand il l'a chargée de défendre la Terre. »

Marine et Shaina échangèrent un regard surpris derrière leurs masques.

« Vous… vous voulez dire que ?
- Oui sans le savoir vous autres chevaliers disposiez du seul chemin d'accès possible à l'Olympe.
- Mais je croyais que…
- Que l'Olympe se trouvait en Grèce ? Non le Mont Olympe lui-même n'est qu'une sorte de repère physique dont se servent les dieux lorsqu'ils veulent revenir sur Terre, ses environs sont protégés par le cosmos de Zeus et l'approcher est très dangereux. Ce passage-ci est plus sûr. »

L'homme rejeta son opulente chevelure noire de jais sur le côté et parut s'amuser de la voir soufflée par le vent.

« Je crois que le temps des adieux est arrivé.
- Nous… nous vous avons conduit jusqu'ici… nous révélerez-vous votre identité ?
- Je croyais que vous l'aviez devinée. »

Shaina retint un cri de dépit.

« Ah… vous ne pouvez pas être cette personne… votre cosmos est si différent… »

L'homme se retourna vers la jeune fille au voile. Il fixa sur elle ses yeux verts.

« Toi tu l'as deviné n'est-ce pas ?
- Oui. »

L'homme se baissa un peu, il mit genou à terre puis saisit la main de la jeune fille qu'il attira contre son torse couvert de bandages.

« Je te remercie pour ça. »

Seika rougit tellement que son voile ne suffisait plus à la cacher.

« Ce… ce n'est rien.
- Au contraire, sans toi je serais peut-être mort. »

L'homme relâcha la main de Seika puis se relevant il fit volte-face vers le ciel étoilé.
Il fit appel à son cosmos et une cape sombre vint recouvrir son corps.

« Qu'allez-vous faire ? Je veux dire là haut en Olympe ? Demanda Shaina.
- Je n'en sais rien. Sauver le monde peut-être ? »

L'homme partit d'un léger rire ironique mais il s'interrompit vite.

« Je vais accomplir mon destin je suppose, celui pour lequel Dieu m'a accordé une nouvelle vie. »

Il saisit alors son épée à double tranchant à deux mains puis l'orienta vers le ciel. En l'abattant il hurla.

« Jamais un sacrilège ne fut plus justifié ! »

Le ciel se fendit en deux d'une ligne verticale devant les yeux éberlués des deux derniers chevaliers d'argent, une lumière bleue s'en échappa.

« C'était le premier coup que je frappais à la porte du malheur. Adieu chevaliers d'Athéna. »

Et il s'engouffra dans la brèche béante qui fissurait le ciel.
Après quelques instants la brèche se referma et Marine et Shaina prirent le chemin du sanctuaire.
Seika resta longtemps à genoux à prier devant le ciel étoilé. Lorsqu'elle se leva enfin ce fut pour adresser un dernier adieu à l'homme qu'elle avait soigné.
Par respect elle voulut prononcer son nom en grec mais comme elle ne maîtrisait pas bien cette langue qu'elle avait entendu parler par des paysans illettrés elle opta pour sa langue maternelle, le japonais.

" Adieu… Adieu Meiô "

Elle l'avait appelé de ce nom si court qui en japonais peut se traduire par " l'empereur des ténèbres ", Meiô Hadès.


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada