Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Les deux gardes qui se trouvaient sur les marches du temple d'Athéna étaient pratiquement aussi déboussolés que le Grand Pope. En l'espace d'une nuit, la déesse Athéna avait disparu, et nul ne pouvait savoir où elle était. Le chef des chevaliers sacrés leur dit fébrilement :


"Suivez-moi..."


Obéissant à leur maître, les deux sentinelles le suivirent jusqu'en haut du temple d'Athéna et furent cloués sur place par ce qui se présentait devant eux. Le sol du temple était tâché de sang, un sang au sujet duquel le Grand Pope dit :


"Tout porte à croire que ce sang est celui d'Athéna..."


"Mais, Grand Pope, les entrées du Sanctuaire étaient bien gardées ! Personne n'aurait pu se faufiler jusqu'aux douze maisons du Zodiaque, puis jusqu'au temple d'Athéna !"


"Les sbires d'Hadès, répliqua le vieil homme, sont plus sournois qu'on ne le croit, d'autant plus que leur vitesse de déplacement dépasse celle des simples hommes... Il était vain d'essayer de les apercevoir de votre part..."


Le Grand Pope poussa alors un profond soupir, désespéré à l'idée qu'il ait pu arriver malheur à celle qu'il servait fidèlement depuis plus de deux cents ans. Tout à coup, un garde lâcha :


"Grand Pope ! Il... Il y a aussi quelque chose de troublant !"


"Quoi donc ?"


"C'est... C'est la statue d'Athéna qui se trouvait dans le temple et qui surplombait le Sanctuaire ! Elle... Elle a disparu sans laisser de traces !"


Le représentant terrestre d'Athéna jeta un coup d'oeil à l'endroit où se trouvait l'immense sculpture et s'aperçut que le garde disait vrai. Dans son affolement, il n'avait pas remarqué la disparition de la statue à l'effigie de la déesse de la Guerre. Il passa rapidement de la stupeur à l'effondrement :


"Oh non... Athéna..."


Il regarda de nouveau le sol tâché du sang de la déesse et se mit à trembler en murmurant :


"Athéna... Non... Vous..."


"Qu'il y a-t-il, Grand Pope ?"demanda un garde.


"Ce sont mes affaires." répondit fermement le représentant terrestre d'Athéna.


Puis, pour lui-même :


"Athéna... Que s'est-il passé ?... Pourquoi en êtes-vous arrivée là ?"


Le chef des chevaliers sacrés détourna aussitôt son regard de l'endroit où se trouvait la statue d'Athéna et eut une nouvelle surprise. Le sol et les marches du temple étaient marqués par des traces de pas ensanglantées. Alors que les deux gardes venaient aussi de s'en rendre compte, il leur dit :


"Athéna n'était pas seule... Quelqu'un a vu ce qui s'était passé... Et j'ai tout lieu de croire que cette personne n'est autre que l'un des douze chevaliers d'or !"


"QUOI !?" lâchèrent les gardes.


Il y eut un moment de flottement dans le temple, avant que l'une des deux sentinelles ne se hasardât à répondre :


"Mais... Mais, Grand Pope, avec tout mon respect, c'est... impossible ! Comment un chevalier d'or aurait-il pu attenter à la vie de la déesse Athéna ?"


"Je n'ai jamais dit qu'Athéna avait été assassinée, précisa le Grand Pope. Nous n'avons pas retrouvé son corps, vous l'avez vu... J'ai simplement constaté que quelqu'un a été témoin de la disparition de la déesse et que ce témoin est certainement l'un des gardiens des maisons du Zodiaque !"


Le vieil homme se concentra un moment, afin de déceler des indices révélant l'identité du témoin de la disparition de sa déesse. L'expérience aidant, il ne tarda pas à découvrir de qui il s'agissait :


"Il reste une légère odeur dans le temple... Cette odeur est celle du chevalier d'or du Bélier !"


Alors que les deux sentinelles avaient toujours du mal à réaliser ce qui se passait autour d'eux, le représentant terrestre d'Athéna leur ordonna :


"Ecoutez-moi bien ! Il n'y a plus un instant à perdre ! Vous allez vous rendre à la maison du Bélier et vous m'amènerez son gardien ! Avez-vous compris ?"


"Oui, Grand Pope !"


"Alors, ne perdez plus de temps !"


Les deux gardes descendirent immédiatement les marches du temple d'Athéna, puis se hâtèrent d'atteindre la première maison du Zodiaque. De son côté, le Grand Pope regagnait son palais, mais son inquiétude au sujet d'Athéna ne s'était pas dissipée.


 


Après cent minutes de traversée des maisons du Zodiaque, les sentinelles arrivèrent juste devant la chambre de Shion. Obéissant scurpuleusement aux ordres, les deux hommes de main du Grand Pope réveillèrent brusquement le gardien de la première maison du Zodiaque et lui demandèrent de le suivre. Shion, encore somnolant, ne comprit pas tout de suite, mais quand on lui parla du sang trouvé dans le temple d'Athéna, il se mit à craindre que le Grand Pope ne le soupçonnât d'un crime odieux. Il s'en inquiéta durant toute la traversée des maisons du Zodiaque, maisons dont les gardiens n'étaient pas encore réveillés, hormis Gautama qui méditait. Finalement, le chevalier du Bélier et les deux gardes arrivèrent dans la salle du Grand Pope :


"Grand Pope, dit l'une des sentinelles, conformément à vos ordres, nous vous amenons le chevalier du Bélier !"


Le Grand Pope répliqua sobrement :


"Soit. Retirez-vous, et laissez-moi seul avec ce chevalier d'or."


Sitôt que les deux gardes se furent éclipsés, Shion se hâta de demander au Grand Pope :


"Que... Que puis-je faire pour vous, Grand Pope ?"


Le représentant terrestre d'Athéna rétorqua d'un ton sévère :


"Shion de Jamir, chevalier du Bélier, je me suis rendu compte ce matin que non seulement Athéna, mais aussi la statue à son effigie avaient disparu de son temple sans laisser de traces... sauf sanguinolantes."


Le chevalier du Bélier se mit à trembler nerveusement, tandis que le Grand Pope poursuivait son récit :


"Ayant rapidement deviné que quelqu'un se trouvait là avec Athéna, j'ai fait en sorte d'identifier ces traces et j'ai découvert un cosmos qui était le tien, Shion du Bélier !!"


Mal à l'aise, le gardien de la première maison du Zodiaque répondit, tant bien que mal :


"Grand Pope... Je... Je ne vous comprends pas... Je jure sur mon armure d'or que je n'ai pas tenté de porter atteinte à la vie de la déesse Athéna."


"Loin de moi cette idée, Shion, répliqua le chef des chevaliers sacrés d'un ton un peu moins dur, mais... les faits sont là : la nuit dernière, tu te trouvais avec Athéna dans son temple et tu l'as vue le quitter ! Ton odeur t'a trahi ! Shion, je te l'ordonne, réponds-moi : que s'est-il passé hier soir ?"


Bien que le chevalier du Bélier sût qu'il avait assisté à une scène impliquant une déesse, il savait également que l'on ne pouvait désobéir au Grand Pope, aussi répondit-il, l'air navré :


"Comme vous voudrez... Hier soir, j'ai été sommé par Athéna de la rejoindre dans son temple... Sous mes yeux, elle s'est tranché les veines et a posé ses poignets ensanglantés sur la statue à son effigie qui... qui n'était autre que son armure..."


"Je connais l'existence de l'armure d'Athéna depuis la dernière Guerre Sainte, intervint le Grand Pope. Mais pourquoi Athéna l'a-t-elle prise à l'insu de tous ?"


Shion soupira, puis poursuivit son récit :


"Voyez-vous, Grand Pope... J'ai appris hier soir le motif de la venue au Sanctuaire de ce Spectre d'Hadès, Motta de la Harpie..."


A ces mots, le représentant terrestre d'Athéna tendit plus attentivement l'oreille.


"Il... Il était venu pour dire à Athéna que plusieurs Spectres d'Hadès avaient attaqué un royaume de l'extrême-nord de la Terre, un royaume nommé Skygard !"


Le Grand Pope tressaillit en entendant ce nom, une chose que le chevalier du Bélier remarqua rapidement :


"Grand Pope, qu'avez-vous ?"


"Rien... Continue..."


"Pour je ne sais quelle raison, Hadès a décidé de châtier le royaume de Skygard... à moins qu'Athéna ne vienne dans le monde des morts pour négocier avec le Dieu des Enfers le sort des survivants de ce royaume en sursis..."


De plus en plus mal à l'aise, le Grand Pope pressa nerveusement les poignées de son trône. Shion, bien qu'ayant remarqué le profond désarroi de son supérieur, poursuivit son récit :


"Athéna a fini par décider de se rendre dans le monde des morts, pour sauver Skygard du massacre auquel Hadès l'a promis ! Mais, ne faisant guère confiance à l'Empereur des Ténèbres, elle a également décidé de prendre son armure avec elle, en cas de dernière nécessité... Je... Je me suis proposé de l'accompagner, mais elle a refusé, prétendant que je n'y survivrais pas... Je n'ai pas compris..."


Une boule se forma dans la gorge du chef des chevaliers sacrés, qui se hâta de la déglutir pour demander au chevalier du Bélier :


"Et... Athéna ne t'a-t-elle rien dit d'autre ?"


"Si, Grand Pope... D'après ses dires, les forces de l'Empereur des Ténèbres ont déjà déployé leurs forces... Les troupes menées par le Juge Rhadamanthe se déploieront sur toute la Terre, tandis que celles du Juge Eaque contrôlent Skygard... Sachant que les Spectres affiliés au Juge Minos sont présents dans le royaume des morts, il nous faudra mener la bataille sur trois fronts dans cette Guerre Sainte, Grand Pope..."


Juste après avoir écouté les paroles de Shion, le Grand Pope prit sa tête entre ses mains et marmonna quelques paroles inaudibles. S'enquérant du désarroi de son supérieur, le gardien de la première maison du Zodiaque murmura :


"Grand Pope... Veuillez m'excuser d'avoir agi de la sorte, mais je n'ai fait qu'obéir à la déesse Athéna, comme tout chevalier sacré se doit de le faire..."


Maintenant sa tête entre ses mains, le vieil homme répondit d'une voix abattue :


"Tu n'y es pour rien, Shion... Le seul fautif, c'est moi..."


"Que voulez-vous dire, Grand Pope ?"


"Mieux vaut que tu ne le saches pas immédiatement..."


"Mais, Grand Pope..."


"Cela vaut mieux ainsi..."


Obéissant à son supérieur, Shion se tut et laissa le Grand Pope à ses attermoiements. Ce ne fut que trois minutes plus tard que le représentant terrestre d'Athéna se leva et frappa des mains :


"Gardes !"


Les deux sentinelles qui veillaient sur l'entrée du palais accoururent rapidement et reçurent les ordres suivants :


"Je dois me retirer dans la salle du Conseil pendant une heure... Veillez à ce que personne n'entre... Après ce laps de temps, rendez-vous dans les maisons du Zodiaque et convoquez les chevaliers d'or, pour que je leur fasse part de mes projets !"


"A vos ordres, Grand Pope !"


Shion demanda alors :


"Grand Pope, que suis-je censé faire ?"


"Reste ici en attendant tes frères d'armes, chevalier du Bélier... Ta patience sera récompensée... si j'ose parler de la sorte..." lâcha le vieil homme d'une voix sombre.


Sur ces entrefaites, le Grand Pope partit dans la salle du Conseil, laissant le chevalier d'or seul avec ses doutes. Ce dernier ne put que penser :


"Grand Pope..."


************


La Giudecca


Moloch se dirigeait lentement vers les tentures rouges qui abritaient le trône d'Hadès. Quand il n'en fut plus très loin, elles s'ouvrirent comme par magie et laissèrent apparaître le sombre monarque dans sa toge noire et sous le physique modifié de John Roligny.


"Quelles nouvelles viens-tu m'apporter, Moloch ?"demanda l'Empereur des Ténèbres.


"Le plan de bataille que vous avez décrété se matérialise peu à peu, votre majesté, répondit le vieil homme. Les troupes de Rhadamanthe se sont séparées et éparpillées sur la Terre. Rhadamanthe est par contre resté aux Cévennes avec le Spectre de l'étoile céleste de la lamentation..."


"Et Eaque ?"


"Quand il est revenu dans le royaume de Skygard, il a appris l'exécution de plusieurs survivants dans le palais royal... Ceux qui ont pu lui échapper voient leur sursis diminuer au fil du temps... Skygard sera anéanti bien avant la naissance d'Utopia !"


"Tant mieux, fit Hadès avec un sourire pâle... Et les Spectres de Minos ?"


"Ils sont à leurs postes... Minos, conformément à votre volonté, leur a ordonné de ne pas agir si jamais Athéna acceptait votre proposition..."


"Elle l'acceptera, sois-en certain..."


Le sourire pâle du Dieu des Enfers s'élargit, ce qui intrigua son âme damnée :


"Votre majesté, puis-je savoir ce qui vous amuse ?"


"Je souris en pensant au désarroi qui va s'installer, si ce n'est déjà fait, dans le Sanctuaire..."


************


Deux heures plus tard, dans la maison de la Vierge


Gautama était assis au beau milieu de la sixième maison du Zodiaque, comme il en avait l'habitude. Mais, contrairement aux fois précédentes, le chevalier de la Vierge ne méditait pas, mais tenait dans sa main gauche un long fil perlé et des perles dans sa main droite. Les yeux clos, celui que l'on appelait "l'être le plus proche de Dieu" comptait dans sa tête :


"Quatre vingt dix-huit... Quatre vingt dix-neuf... Cent... Cent un... Cent deux..."


Tout à coup, deux gardes arrivèrent en coup de vent dans la maison de la Vierge. Ils s'arrêtèrent près de Gautama, haletant à plusieurs reprises, épuisés par la course entreprise pour arriver dans la demeure du chevalier de la Vierge. La sérénité de ce dernier contrastait grandement avec l'agitation des deux sentinelles, qui s'adressèrent au chevalier d'or :


"Chevalier de la Vierge ! Le Grand Pope vous attend dans son palais !"


Contre toute attente, Gautama ne leur répondit pas et continua à confectionner son collier de perles, comme s'il dédaignait les deux gardes. Ceux-ci commencèrent à s'énerver, mais n'osèrent pas manifester leur agacement devant le chevalier de la Vierge, dont la réputation les faisait trembler. Soudain, Gautama se leva brusquement, un collier d'une centaine de perles à la main, et se dirigea vers la sortie de sa demeure. Intrigué par l'objet que le gardien de la sixième maison du Zodiaque tenait dans sa main gauche, l'un des gardes lui demanda :


"Chevalier de la Vierge... Excusez-moi, mais... quel est ce collier que vous avez dans la main ?"


Gautama s'arrêta de marcher durant trois secondes, puis reprit sa course, sans accorder le moindre regard aux sentinelles, qui n'en revenaient pas :


"Tu... Tu as vu ça ? Il ne nous a même pas adressé la parole ?!"


"Tu sais, ce chevalier d'or n'est pas ordinaire... Il... Il paraît que c'est non seulement le plus puissant des chevaliers sacrés, mais aussi l'homme le plus proche de Dieu !"


"Quoi ?! Tu plaisantes, j'espère ?"


"Non... Je n'ai pas vérifié sur place, mais ce serait la vérité vraie... Ce qui expliquerait son caractère distant et hautain avec son entourage..."


"Pourriez-vous parler de maître Gautama avec un peu plus de considération, s'il vous plaît ?"


Les deux gardes tournèrent sur eux-mêmes et aperçurent Thérava. Le chevalier du Paon avait entendu les deux subalternes parler de son mentor et n'avait guère apprécié les termes employés. Embarrassées, les sentinelles s'excusèrent mollement :


"Excusez... Excusez-nous, chevalier... Il... Il nous faut prévenir les autres chevaliers d'or !"


Thérava ne broncha pas et laissa les deux gardes se diriger vers la maison du Lion.


************


La salle du Grand Pope, deux heures plus tard


Après avoir quitté la salle du Conseil, le Grand Pope, un parchemin à la main, avait repris place sur son trône et attendait les chevaliers d'or restants. Durant le temps que dura l'attente, Shion remarqua que son supérieur paraissait nerveux et serrait parfois les poings, comme s'il avait pris une décision capitale en privé. Finalement, un à un, les onze autres chevaliers d'or vinrent rejoindre le chevalier du Bélier et le Grand Pope.


"Le sort en est jeté..."songea ce dernier.


Felipe prit la parole au nom de l'élite de la chevalerie d'Athéna :


"Grand Pope, les douze chevaliers d'or sont réunis devant vous selon vos ordres. Que pouvons-nous faire pour votre service ?"


Les gardiens des maisons du Zodiaque durent attendre une dizaine de secondes avant d'entendre la voix du chef des chevaliers sacrés. Une voix qui était plus grave et sombre que d'ordinaire :


"Chevaliers d'or, la Guerre Sainte contre Hadès va commencer dès aujourd'hui..."


Un frisson de surprise traversa l'élite de la chevalerie, tandis que le Grand Pope poursuivit :


"Ce matin, j'ai découvert qu'Athéna avait disparu..."


Les chevaliers d'or, à l'exception de Shion et de Gautama, eurent bien du mal à retenir une exclamation de surprise.


"Notre déesse se dirige vers le royaume des morts, pour y négocier avec l'Empereur des Ténèbres le sort d'un royaume lointain, se situant à l'extrême-nord, du nom de Skygard !"


Ce nom n'échappa pas à Christian du Verseau :


"Skygard... Mon maître, feu Kalmar, m'en avait parlé... Il l'avait traversé durant la dernière Guerre Sainte... J'ai d'ailleurs brièvement évoqué cette contrée à mes disciples..."


"Ce royaume, enchaîna le représentant terrestre d'Athéna, est menacé de destruction par Hadès pour je ne sais quelle raison obscure ! Quoi qu'il en soit, il est hors de question de laisser le Dieu des Enfers accomplir un tel massacre !"


Le Grand Pope marqua une courte pause, puis reprit :


"Par ailleurs, et je l'ai appris récemment, d'autres Spectres d'Hadès ont implanté leurs quartiers sur Terre et vont déployer leurs forces un peu partout sur notre planète ! Sachant également que le dernier tiers des forces du Dieu des Enfers est resté dans le royaume des morts, il nous faudra, chevaliers d'or, mener la lutte sur trois fronts !"


Dix chevaliers sur douze ouvrirent grand la bouche en apprenant la nouvelle apportée par leur supérieur. Gautama resta discret, mais ne put s'empêcher de froncer les sourcils. Ce fut alors que le Grand Pope se leva et montra aux gardiens des maisons du Zodiaque le parchemin qu'il tenait dans sa main jusqu'alors :


"Après avoir appris la situation à laquelle nous sommes confrontés, je me suis retiré dans la salle du Conseil et, après plus d'une heure de réflexion, j'ai constitué les groupes qui lutteraient respectivement sur les fronts des Enfers, de la Terre et de Skygard ! Je vous donne la liste, qui ne peut être remise en question, et je vous laisse en prendre connaissance..."


Le chef des chevaliers sacrés donna sa liste à Felipe, qui la consulta, puis la fit passer à ses frères d'armes. Les réactions étaient nombreuses :


"Je me retrouve aux Enfers avec Panti, mon disciple ! Cela sera pour lui une bonne manière de se former au combat !"


"Sur le front terrestre avec Boniface... J'espère que lui et Hérodote s'en sortiront, avec ou sans moi à leurs côtés !"


"Seul Socrate sera avec moi sur le front des Enfers... On verra ce qu'il en sera... Je fais confiance à mes autres disciples, qui seront sur d'autres fronts !"


"Je resterai sur Terre avec Nessos et Zacharius... Damien devra lutter dans le royaume des morts !"


"Quelle ironie... Moi qui suis protégé par une constellation représentant un animal des pays chauds, je devrai affronter les rigueurs de Skygard !"


"Le front des Enfers... Un front qui ne me fait pas peur, mais..."


"Sun et moi devrons combattre sur Terre... Il est le dernier chevalier à avoir reçu son sacre et je suis le plus jeune chevalier d'or... Pourvu que notre relatif manque d'expérience ne nous porte pas préjudice..."


"Skygard... Une contrée que je ne connais point... Mais je ne devrai pas me laisser déstabiliser, comme lorsque j'étais sur l'île de Milo !"


"Moi, Tellos et Véga serons amenés à lutter sur Terre, tandis que Robin se trouvera sur le front de Skygard... Le grand combat approche et peut-être y laisserons-nous tous la vie..."


"Le front skygardien... Moi, le disciple du plus fidèle serviteur d'Athéna, je devrai affronter l'inconnu... Mais je dois rester digne de celui à qui je dois mon sacre !"


"Le royaume de Skygard... Et dire que j'y pensais récemment... Moi, que l'on appelle le magicien de l'eau et de la glace... Un titre que je devrai honorer sur cet hostile champ de bataille !"


"Les Enfers... Un endroit qui me donne des frissons, mais... mais j'y serai avec mes disciples et surtout... avec Emma, celle que j'aime !"


Après que les douze chevaliers d'or eurent pris connaissance de leurs groupes, le Grand Pope leur dit :


"Vous devrez diriger les chevaliers de bronze et d'argent qui feront partie de vos groupes et vous partirez pour vos fronts respectifs dans quelques heures... Avez-vous des questions ?"


"Une seule, Grand Pope."


En entendant cette voix, le chef des chevaliers sacrés faillit trembler. C'était la voix de Gautama. Le Grand Pope savait qu'il était l'être le plus proche de Dieu et, à ce titre, conversait souvent avec le Créateur, des conversations qui apprenaient beaucoup de choses au gardien de la sixième maison du Zodiaque. Malgré son appréhension, le représentant terrestre d'Athéna lâcha :


"Je t'écoute, chevalier de la Vierge..."


"C'est au sujet du groupe devant se rendre sur le front des Enfers, Grand Pope..."


Le chef des chevaliers sacrés pâlit sous son casque d'or.


"J'ai constaté qu'il y avait non seulement quatre chevaliers d'or, dont votre serviteur, mais aussi quatre chevaliers d'argent et dix-neuf chevaliers de bronze..."


"C'est la même chose pour les autres groupes, chevalier de la Vierge, si ce n'est que le nombre de chevaliers de bronze et d'argent est différent..."


"Certes... Mais le front des Enfers n'est pas un front comme les autres, Grand Pope..."


A ces mots, les autres chevaliers d'or tendirent plus attentivement l'oreille.


"Le front des Enfers possède plusieurs entrées sur cette planète... Mais toutes ont un point commun. Les 108 Spectres, protégés par la volonté d'Hadès, peuvent aller et venir entre le monde des vivants et le monde des morts, mais... pour les autres hommes, dont nous faisons partie, c'est autre chose... Combattre sur le front des Enfers n'est possible que si l'on s'y rend tout en restant en vie... Or, pour cela il faut s'être élevé à l'Arayashiki, ce que l'on appelle plus communément le hutième sens..."


"Le huitième sens ??"firent en choeur les autres chevaliers d'or.


Alors que le Grand Pope se sentait pris au piège, Gautama approuva :


"En effet. Faute de quoi, entrer dans le monde des morts en tant que vivant équivaut à un suicide... En toute modestie, je me suis éveillé il y a quelques années à l'Arayashiki et puis donc me rendre dans les Enfers tout en restant en vie... Pour les chevaliers d'or qui font partie de mon groupe, ils ont cette chance en augmentant leurs cosmos, mais... Mais pour les chevaliers de bronze et d'argent qui ne se sont même pas éveillés au septième sens, c'est une autre histoire... En d'autres termes, Grand Pope, envoyer des chevaliers de bronze et d'argent aux Enfers revient à les condamner à mort."


La révélation du chevalier de la Vierge suscita des cris d'horreur parmi les autres chevaliers d'or, notamment chez Eon des Poissons, qui craignait pour la vie de ses disciples et de son amante. De son côté, le chef des chevaliers sacrés était fort embarrassé, mais il s'efforça de ne pas le montrer et répliqua :


"C'est un mal nécessaire, chevalier de la Vierge. Tu le sais, chacun de vous doit se préparer à périr durant cette Guerre Sainte..."


Eon monta alors sur ses grands chevaux :


"Nécessaire ? Comment pouvez-vous dire une chose pareille, Grand Pope ? Vous qui êtes censé représenter la déesse Athéna ?"


Le Grand Pope cacha son malaise en élevant la voix :


"Chevalier des Poissons, je te conseille de baisser la voix ! Ma décision est prise, il te faudra la respecter !"


La jeune femme répliqua, les larmes aux yeux :


"Une telle décision est-elle aussi respectable ? Vous envoyez à la mort sans scrupules des chevaliers, parmi lesquels se trouvent mes propres disciples !"


"Je l'ai dit, dans cette Guerre Sainte, votre vie ne tiendra qu'à un fil, et c'est la même chose pour tes disciples, chevalier des Poissons ! Il est probable que les chevaliers de bronze et d'argent qui t'accompagnent périront en tentant d'accéder aux Enfers, mais..."


Tout à coup, le chef des chevaliers sacrés se tut, visiblement gêné. Une gêne dont Eon profita, la gorge nouée par les sanglots :


"Mais quoi ? Grand Pope, qu'est-ce que vous voulez dire ? Auriez-vous du mal à justifier votre infamie ?"


Le Grand Pope rétorqua, les poings serrés :


"C'en est trop, Eon ! Ton armure d'or ne te permet nullement une telle insolence à mon égard ! Calme-toi ou..."


"Ou quoi ? Ou vous me bannirez de la chevalerie ? Vous ne pouvez pas vous le permettre dans une situation pareille, Grand Pope (le chevalier des Poissons hoqueta à deux ou trois reprises) !... Vous me dégoûtez ! Vous prétendez combattre un dieu maléfique, mais vous ne valez pas mieux que lui !..."


L'idée de devoir perdre Emma avait intensifié la rage d'Eon, qui finit par hurler en face de son supérieur :


"Grand Pope, vous êtes un monstre !!!"


La jeune femme se leva aussitôt et courut hors du palais en gémissant bruyamment. La plupart des autres chevaliers d'or furent stupéfaits par l'insulte que venait d'adresser le chevalier des Poissons au représentant terrestre d'Athéna, mais en même temps, beaucoup comprenaient, voire partageaient les sentiments de leur supposé frère d'armes. Quant au Grand Pope, outré par une telle insolence, il cria à Eon :


"Eon ! Reviens ici immédiatement, ou..."


Ce fut alors que Bosching intervint :


"Ne vous souciez pas de lui, Grand Pope... Ce n'est pas la première fois qu'il pleurniche de la sorte..."


Le chef des chevaliers sacrés poussa un profond soupir, puis se rassit sur son trône et s'adressa aux chevaliers d'or en ces termes :


"La réunion est finie.. .Vous pouvez rentrer dans vos demeures...Dans trois heures, vous devrez vous réunir dans l'arène et partir chacun de votre côté... En attendant, profitez du court répit que je vous offre..."


Les onze chevaliers d'or hochèrent la tête, mais, à l'exception de l'impassible Gautama, tous avaient le visage marqué par l'incompréhension à l'égard de leur supérieur, tant ils n'arrivaient pas à réaliser que le Grand Pope ait délibérément décidé de condamner à mort des chevaliers sacrés, fussent-ils de bronze ou d'argent. Alors que l'élite de la chevalerie allait quitter le palais, Felipe se fraya un chemin parmi eux et demanda au représentant terrestre d'Athéna :


"Grand Pope, puis-je vous parler en privé ?"


Le Grand Pope hocha la tête pour répondre "oui". Le chevalier du Capricorne s'agenouilla alors devant le rescapé de la Guerre Sainte de 1538 et attendit que ses frères d'armes aient bel et bien quitté le palais. Ces derniers ne mirent guère de temps à s'en aller, mais avaient bien du mal à se défaire de l'effroi qui les avait envahis, à l'exception de Gautama. Le chevalier de la Vierge demeura d'ailleurs un court instant sur le palier du palais, puis étouffa un petit rire nerveux et prit la direction de la sixième maison du Zodiaque. Quand le Grand Pope et Felipe furent seuls, le premier demanda au second :


"Qu'il y a-t-il, Felipe ? Oserais-tu contester ma décision ?"


"Grand Pope... je vous connais depuis quinze ans, je vous ai toujours admiré et respecté pour votre sagesse et votre dévotion envers Athéna, mais cette fois-ci, je ne vous comprends plus... Pourquoi envoyer des chevaliers d'argent et de bronze dans un endroit où ils ne pourront entrer qu'après avoir rendu l'âme? Pourquoi n'avoir procédé autrement en n'envoyant que les chevaliers d'or aux Enfers et deux groupes de chevaliers d'argent et de bronze sur Terre et à Skygard ?"


Le chef des chevaliers sacrés répliqua après avoir émis un bref soupir :


"Si j'avais procédé de la sorte, aucun chevalier ne serait revenu vivant des fronts terrestre et skygardien..."


"Qu'est-ce qui vous fait dire ça, Grand Pope ?"


"Sur chacun de ces fronts, il y aura un Juge des Enfers, Rhadamanthe et Eaque, pour être précis, Minos demeurant aux Enfers. La force de chacun de ces guerriers est inouïe, chaque Juge peut aisément battre un chevalier d'or ! Même si les chevaliers de bronze et d'argent unissaient leurs forces, ils ne pourraient rien contre un Juge des Enfers. Minos, Rhadamanthe et Eaque sont les trois plus puissants Spectres d'Hadès... En tant que survivant de la Guerre Sainte de l'an de grâce 1538, je sais de quoi je parle, Felipe..."


Le chevalier du Capricorne ne sut quoi répondre. Le raisonnement du Grand Pope était des plus sensés. Le représentant terrestre d'Athéna enchaîna dans la foulée :


"Quand j'ai appris qu'Hadès avait déployé ses armées sur trois fronts et que chaque armée serait dirigée par un Juge des Enfers, j'ai été confronté à un douloureux dilemme : ou bien n'envoyer que les chevaliers d'or, les seuls à avoir atteint le septième sens, aux Enfers, tout en sachant qu'il n'y aurait aucun survivant sur les deux autres fronts, ou bien composer des groupes plus hétérogènes, en sachant que peu d'entre eux arriveraient dans le monde des ténèbres en vie, mais conserver une chance d'avoir des survivants sur les deux autres fronts... Entre deux maux, il a fallu choisir le moindre... Je n'avais pas le choix, Felipe..."


Le gardien de la dixième maison du Zodiaque se mit à trembler nerveusement. Ainsi donc, le Grand Pope n'avait pas agi par gaieté de coeur, mais par la contrainte due à la tactique de l'Empereur des Ténèbres. Le chef des chevaliers sacrés inclina légèrement la tête et poussa de nouveau un profond soupir. Il regarda alors fixement Felipe durant une dizaine de secondes et, après que ses lèvres eurent tremblé à maintes reprises, se décida à dire ce qu'il avait dû dissimuler aux autres chevaliers d'or :


"Felipe... je te dois un aveu : j'ai sous-estimé Hadès."


Le chevalier du Capricorne leva des yeux ébahis vers son supérieur, qui continua :


"Malgré les mises en garde d'Athéna, je me suis sûrement trop référé à la dernière Guerre Sainte, où le Sanctuaire avait été attaqué par les sbires du Dieu des Enfers... Le résultat est tout autre : après nous avoir déstabilisés avec l'attaque des soldats-squelettes, les troupes d'Hadès sont désormais sur trois fronts et nous attendent patiemment... le front des Enfers étant une exception, puisqu'à moins d'être mort ou d'avoir atteint le huitième sens comme Gautama, l'on ne peut y accéder... Quand ce Spectre, Motta, est venu porter un message d'Hadès à la déesse Athéna, je croyais que l'Empereur des Ténèbres voulait la piéger... Mais c'était la chevalerie d'Athéna qui était visée en réalité ; Hadès savait qu'Athéna quitterait le Sanctuaire et nous ferait connaître la tactique du Dieu des Enfers, une tactique qui m'obligerait à sacrifier des chevaliers sacrés, faute de pouvoir faire autrement..."


Le Grand Pope marqua une courte pause, qui laissait peu de temps à Felipe pour encaisser un choc douloureux, puis reprit :


"Vois-tu, Felipe, à la guerre, ce n'est ni le nombre de combattants, ni leur force, mais la stratégie utilisée qui fait la différence ! Et la stratégie employée par Hadès est d'une diabolique efficacité, puisque je crains que beaucoup de chevaliers sacrés ne perdent la vie en se rendant aux Enfers... Peut-être même que seul Gautama, l'unique chevalier à s'être élevé au Arayashiki, pourra se rendre dans le monde des ténèbres en vie !"


Une goutte de sueur coula sur le front du chevalier du Capricorne, puis ce dernier demanda à son supérieur :


"Mais, Grand Pope... y'a-t-il quand même un espoir pour que certains chevaliers de bronze ou d'argent arrivent dans le monde des ténèbres en vie ?"


Le Grand Pope répondit d'une voix sombre :


"Pour cela, il faudrait réellement qu'il y ait un miracle..."


Le chef des chevaliers sacrés laissa deux secondes s'écouler, avant de reprendre :


"Et, depuis la Guerre Sainte de 1538, je ne crois plus aux miracles..."


Felipe serra les poings, tant il se sentait impuissant devant la situation dans laquelle la stratégie machiavélique d'Hadès avait plongé la chevalerie d'Athéna. Ce fut alors que le Grand Pope lui dit :


"Retire-toi, Felipe... Laisse-moi seul à présent..."


Le gardien de la dixième maison du Zodiaque hocha la tête, puis quitta le palais sur la pointe des pieds. Il était désormais encore plus mal à l'aise depuis l'aveu du représentant terrestre d'Athéna, qui avait été mis en échec par le sombre monarque. Tandis qu'il apercevait la maison des Poissons, il se mit à penser :


"Peut-être devrais-je expliquer à Eon et Shion les raisons qui ont poussé le Grand Pope à agir de la sorte..."


Mais, quand Felipe entra dans la douzième maison du Zodiaque, il entendit les crises de sanglots du chevalier des Poissons qui se trouvait dans sa chambre. La détresse de son supposé frère d'armes serra douloureusement le coeur du chevalier du Capricorne, qui comprit qu'expliquer à Eon les motivations du chef des chevaliers sacrés reviendrait à donner un coup d'épée dans l'eau. Quand Felipe sortit de la maison des Poissons, les pleurs de son gardien (ou plutôt de sa gardienne) continuaient de se faire entendre.


"Voilà une Guerre Sainte qui démarre sous les meilleurs auspices..."songea le chevalier du Capricorne entre ironie et amertume.


************


John, dont la gorge commençait à s'assécher à force de parler, but une gorgée d'eau, puis contempla un moment la mine du révérend Trevor, qui semblait être glacé d'horreur. Le jeune homme comprit rapidement les circonstances qui avaient plongé le pasteur dans un tel état :


"La stratégie d'Hadès vous horrifie-t-elle, révérend ?"


Trevor hocha mécaniquement la tête.


"A la guerre, ce n'est ni le nombre de combattants, ni leur force, mais la stratégie utilisée qui fait la différence... Ces propos tenus par le Grand Pope à Felipe du Capricorne, mais aussi par Hadès à Moloch étaient véridiques, les guerres qui ont ravagé ou ravagent encore l'Europe le montrent... Mais quand elles concernent des divinités au lieu des hommes, leur impact est bien plus funeste..."dit John en soupirant.


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada