Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Dyvimm


Le Jugement dernier

Maison du Taureau, une aide providentielle


 


            Geki ne savait s’il devait prêter foi ou non aux paroles de son adversaire. Allait-il mourir dans quelques minutes ? Il devait pourtant sauver le Sanctuaire !
            Le Chevalier se reprit vite. Après tout, quelle différence cela faisait-il ? Il lui restait neuf minutes pour venir à bout de son adversaire, ce qui se passerait ensuite, il le découvrirait en temps et en heure.


            « Je n’ai pas une minute à perdre pour venir à bout de toi !
_ Je ne me laisserais pas avoir deux fois par ton piétinement !
_ C’est ce que l’on verra ! PIETINEMENT DE L’OURS !!
_ BILLION RAY OF LIGHT !! »


            Les éclairs jaillissant de chacun de ses doigts stoppèrent net l’attaque de l’ours. Geki ne disposait plus de son armure et chaque rayon de Mintaka traça une profonde brûlure dans sa chair. Déjà meurtri par les coups précédents, le Chevalier ne put en supporter d’avantage. Sa peau était à vif et quand il retoucha le sol, la souffrance fut telle, que son regard se voila, emportant son esprit vers des contrées plus hospitalières.


            Mintaka s’approcha du corps inanimé de son adversaire. Sa peau dégageait une forte odeur de viande grillée nauséabonde. Le Séphire vérifia qu’il n’était pas mort. Son cœur battait encore mais il savait que ce n’était plus qu’une question de minutes. C’était la deuxième personne qu’il laissait derrière lui en piteux état, pourtant, le Séphire ne pouvait se résoudre à achever des hommes à terre. Il se redressa et se dirigea vers le deuxième cadavre à l’étoile. Il en arracha le shuriken. Elles l’intriguaient toujours et il décida d’en emporter une avec lui. Peut-être retrouverait-il celui qui s’en était servi…


            Alors qu’il sortait de la Maison, il sentit un puissant cosmos monter derrière lui. Quand il se retourna, un nouveau Chevalier du Zodiaque lui faisait face. Il était recouvert d’une armure de bronze comme le Chevalier de l’Ours, de teinte mauve avec deux paires de griffes, une à chaque main.
           
            Ichi, le Chevalier de l’Hydre, prit conscience de la situation autour de lui. Il y avait déjà quatre cadavres dans la Maison et il reconnut Geki parmi eux. Il n’avait donc pas réussi à venir à bout de son adversaire.


            « Qui es-tu ? As-tu également réussi à vaincre les Combattants restés pour régler votre compte ? Je suis surpris qu’autant de Chevaliers aussi faibles que vous aient pu s’en sortir ! Bokean et les autres sont pourtant très puissants…
_ Disons que nous avons pu profiter d’une aide inattendue…
_ Je me disais bien que tout cela était pour le moins surprenant ! Tu tiens donc à mourir comme ton camarade.
_ Peut-être, mais je ne serais pas le seul, j’ai pas mal de personnes à venger ! Tu en es déjà à ton quatrième adversaire, je ne ferais pas l’erreur de te sous-estimer ! HYDRE FURIEUSE !! »


            Les griffes d’Ichi furent éjectées de son armure et projetées, pointe en avant, contre Mintaka. Ce dernier n’attendit pas de les recevoir pour contre-attaquer !


            « BILLION RAY OF LIGHT !! »


            Les éclairs du Séphire barrèrent la route des griffes et les détruisirent en vol.


            « Ce n’est pas comme ça… »


            Mais le Séphire ne put terminer sa phrase. Ichi était déjà en vol (Ichi s’élevait au dessus de lui), genou en avant pour le frapper. BILLION RAY OF LIGHT !!!


            Cette fois ce fut le Chevalier du Zodiaque qui fut intercepté et repoussé contre le plafond. Il retomba sur le balcon entourant la salle. Mintaka attendit un peu pour le voir réapparaître, son Armure avait subi quelques dommages. Avant qu’Ichi n’ait pu comprendre ce qui se passait, Mintaka se trouvait à quelques pas de lui. Le Chevalier de l’Hydre vit un éclair sortir de la main de son adversaire avant de ressentir une déchirure dans la cuisse. Une étoile de samouraïs était fichée dans sa chair et aussitôt sa vision se brouilla.
            Avant de tomber à la renverse, son cosmos s’éleva brutalement, devenant presque inquiétant pour le Séphire. Le casque de l’Arcane de Malkuth fut emporté par la violence du coup et retomba quelques mètres derrière lui. Deux griffes étaient enfoncées à l’intérieur. Mintaka n’avait même pas eu la possibilité de voir venir le coup. Sans le savoir, le Chevalier de l’Hydre avait atteint la vitesse de la lumière pendant une fraction de seconde.
            Ichi ferma les yeux, se demandant quel poison était suffisamment puissant pour le terrasser si rapidement, lui qui était habitué à vaincre par cette technique. Ce fut sa dernière pensée avant de sombrer vers l’Hadès pour rejoindre sa déesse.


            Mintaka ramassa son casque aux longues griffes. Par chance, il s’était détaché de son crâne avant qu’elles ne le traversent. Il en retira une pour contempler le trou qu’elle avait créé. Dans cet état il n’était plus d’aucune utilité il décida de ne pas retirer la seconde griffe et de laisser son casque ici le temps de son combat au Sanctuaire. Il le récupérerait après leur victoire et, il l’espérait, trouverait un moyen pour le réparer par la suite. Une vague d’énergie s’éleva en contrebas.
            Encore un ! Mintaka ne pouvait croire que tous les Chevaliers de Bronze aient vaincu les Ishims et Keroubims restés en bas des marches. Il se pencha sur la rambarde, et fut surpris de constater que ce n’était pas un nouvel adversaire. Le Chevalier de l’Ours était debout, son corps toujours en mauvais état, mais son cosmos était puissant, plus que lors de leur dernier échange de coups.


            « Tu n’es donc pas mort !
_ Et toi tu m’as attendu !
_ On peut dire ça comme ça ! Il ne doit pas te rester longtemps à vivre…
_ Suffisamment pour t’emmener dans l’autre monde avec moi ! Je n’ai pas le droit d’échouer, Aldébaran et les autres Chevaliers comptent sur moi ! Ils ont donné leur vie pour vaincre Hadès, je donnerai la mienne pour vaincre Arès !
_ Mars ! Appelle-le Mars et non Arès, c’est ainsi qu’il souhaite se faire nommer. Eh bien puisque tu le souhaites, je descends immédiatement ! »


 


 


L’illusion des frères jumeaux


            Sanosuke, Gaboria et les trois Kéroubims étaient enfin parvenus devant le Chevalier d’Or des Gémeaux. Il se tenait droit devant eux au bout d’un couloir bordé de colonnes massives s’élevant à l’infini. Une aura dorée et pure scintillait autour de son corps. Son attitude était passive, son visage caché derrière un masque double, bon à gauche et mauvais à droite. Sanosuke restait indécis devant son adversaire et le jaugeait. Aucune parole n’avait été échangée entre les opposants.
            Gaboria mit en garde son empereur.


            « Sanosuke, faites attention ! Ce que je ressens n’est pas habituel. Il y a cette forte aura devant moi, mais en même temps, je n’arrive pas à capter les pensées de mon adversaire. Il doit être véritablement puissant pour arriver à ce niveau d’abnégation.
_ Merci Gaboria.
_ Empereur, laissez-moi m’occuper de lui ! Vous pourrez continuer votre chemin. »


            Sanosuke regarda son Combattant, Taran. Il n’osait pas lui dire qu’il n’était pas de taille contre un Chevalier d’Or entraîné et maître en illusion comme l’était celui-là. Il décida malgré tout de le laisser s’en rendre compte par lui-même et d’intervenir au premier dérapage. Il acquiesça sous le regard interrogateur et réprobateur de Gaboria.


            « Chevalier des Gémeaux, je serais ton adversaire, moi Taran, Kéroubim de Damabiah au service du Séphire de Yésod ! LIQUID CURSE !! »


            Une aura turquoise s’éleva dans les airs puis des milliers de gouttes d’eau s’abattirent en une véritable tempête tropicale sur le Chevalier d’Or qui ne bougea pas d’un millimètre. Taran allait déjà fêter sa victoire quand l’aura dorée du Chevalier augmenta brusquement jusqu’à atteindre un niveau fantastique. Taran dut se protéger les yeux de la lumière pour contenir la puissance de sa propre attaque. Les deux bras en avant, il contra les flux d’eau qui arrachèrent sur leur passage la surface des piliers avoisinants. Son attaque cessa enfin et sur son visage se lisait la consternation la plus profonde. A côté de lui, Sanosuke et Gaboria avaient supporté le retour du coup sans sourciller. Les deux autres Kéroubims s’étaient associés pour se protéger des éléments liquides déchaînés.
            Le Chevalier des Gémeaux était toujours devant eux, entouré de son aura. Un nouveau rire retentit. A côté du premier Chevalier d’Or, un deuxième faisait son apparition.


            « Je ne… Il y en a deux ?! Comment as-tu pu me renvoyer ma propre attaque ? C’est impossible ! Nous allons voir si vous pouvez aussi contrer ma plus puissante attaque !…
_ Arrête Taran, ça ne sert à rien. Personne ne peut renvoyer l’attaque d’un adversaire sans l’avoir jamais subi auparavant. Seuls les dieux sont capables de cet exploit, donc soit notre adversaire connaissait déjà ton attaque soit…
_ …Il s’agit d’un dieu…
_ Non, notre adversaire n’en est pas un ! Il est peut-être très fort, mais aucune divinité ne serait intervenue dans un combat loyal entre deux autres autres !
_ Mais personne ne peut connaître mon attaque ! Je l’ai développée pendant des années ! » Gaboria s’avança dans la conversation.
« Il y a quelque chose qui me chiffonne… Nos adversaires sont devant nous, et pourtant, ils ne nous attaquent pas. Ils ne nous parlent pas ni ne nous regardent, j’ai plutôt l’impression qu’ils sont là pour nous ralentir !
_ Pourtant ils nous barrent le passage ! Laissez-moi en finir avec eux, vous passerez pendant que je l’attaquerais !
_ Non, ça ne sert à rien, il y a une autre explication à ce qui nous arrive…
_ Explique-toi Gaboria.
_ Notre adversaire n’est pas devant nous, sa présence n’est qu’une illusion !
_ Mais pourtant nous ressentons tous leurs formidables auras ! Et quand il a renversé mon attaque, sa présence était bien réelle !
_ Non, je crois que j’ai compris pourquoi je n’arrive pas à ressentir ses pensées. Ce qui est devant nous comme tout ce temple n’est qu’une illusion ! Depuis que nous sommes entrés dans cette Maison, nous n’avons pas bougé, mais nous en avons eu l’impression. Je ne sais pas comment notre adversaire en est capable mais ce temple est comme un vaste labyrinthe spatio-temporel dans lequel les lois de la physique ne s’appliquent plus. Les distances n’ont plus aucune valeur, les couloirs qui nous semblent droits sont en fait des cercles qui rebouclent sur eux-mêmes… » L’Empereur réfléchit aux implications de l’idée de Gaboria.
« Cela expliquerait l’attaque de Taran.
_ Tout à fait…
Taran : Comment ça ? Je ne comprends pas…
_ Notre adversaire n’est pas devant nous ! Il s’agit d’une illusion destinée à nous tromper ! Au delà de cette illusion, il y a un passage qui mène au même endroit, juste en face de nous !
_ Vous voulez dire que je me suis envoyé ma propre attaque ?
_ Oui. Ton attaque a fait un tour d’un cercle avant de ressortir face à nous !
_ Mais alors nous sommes bloqués ici ! Si toute cette demeure n’est qu’un cercle, nous n’en sortirons jamais !
_ Faux. Tout comme nous y sommes entrés, il y a forcément une sortie. Mais maintenant que nous connaissons le secret de cette Maison, nous savons où chercher !
_ Oui, si nous nous associons toi et moi, Gaboria, nous pourrons trouver le chemin de la sortie ! » Gaboria acquiesça à son Empereur.


            « Très bien. Nous allons créer un passage vers la sortie de ce labyrinthe. Aussitôt que ce sera fait, vous sortirez d’ici ! Prêt Gaboria ?
_ Prêt !
_ EQUILIBRIUM DARKNESS !!
_ FEATHERS REALITY !! »


 


            L’explosion des deux cosmos engendra une déchirure dans la trame spatio-temporelle de ce monde. Taran était ébloui par la gigantesque énergie que ses deux supérieurs étaient en train de générer, les mains tendues l’un vers l’autre. Entre eux était suspendu un trou noir miniature aspirant tout autour d’eux. Sanosuke et Gaboria avaient les yeux clos, à la recherche d’une sortie. Visiblement Sanosuke permettait l’ouverture du passage alors que l’attaque du Séphire dissipait les illusions barrant le chemin de la sortie. Quand le passage se fut stabilisé, les Kéroubims de Mumiah et de Haiel s’engouffrèrent aussitôt dans l’interstice. Taran n’hésita pas longtemps avant de les suivre, accompagné de son Empereur et de son Séphire.


 


L’esprit d’Aldébaran


 


            D’un bond agile, Mintaka atterrit au centre du temple. Son regard fut attiré une fraction de seconde par une lueur derrière le chevalier de l’Ours. Il affûta sa vision pour remarquer une statue entre deux piliers qui était pour l’instant passée inaperçue. Un Taureau de pierre contemplait la scène, gardien ultime de la Maison et symbole de la puissance qui habitait les lieux.


            « Terminons-en rapidement, je n’ai pas le temps de m’appesantir ici ! BILLION RAY OF LIGHT !! »


            Le Chevalier de l’Ours, malgré son imposante stature, avait décollé du sol avec une agilité surprenante, évitant les éclairs.


            « LA CHARGE DU GRIZZLI !! »


            Tel un animal enragé, le Séphire vit fondre sur lui le Chevalier de Bronze, les bras ouverts. Mintaka hurla : CLOUDS’ DUST !!
            Un épais nuage enveloppa la salle, suivi de projections d’éclats de pierre.


            Geki sortit du cratère qu’il venait de creuser à la recherche de son adversaire. La brume qui l’entourait était tellement dense qu’il ne distinguait pas à un mètre devant lui. Il avait conscience d’avoir encore manqué de vitesse pour être imparable. La force brute ne pourrait rien contre cet adversaire beaucoup plus rapide que lui. La puissance de son maître spirituel ne résidait pas seulement dans celle de son attaque et dans sa résistance, mais dans sa vitesse d’exécution hors norme.
Le cœur du Chevalier de l’Ours battait à tout rompre dans sa poitrine, il sentait que son corps n’était pas dans son état normal et la prédiction du Séphire résonnait encore à ses oreilles : il allait mourir… Malgré les encouragements qu’Aldébaran lui avait faits dans son coma et qui lui avaient permis de se relever, Geki ne voyait pas comment venir à bout de son adversaire. Déjà, il devait le retrouver. Fermant les yeux, il se concentra sur son aura et sur le moindre bruit. Si lui n’y voyait rien, alors l’autre non plus. Il perçut la montée de cosmos sur sa droite suffisamment tôt pour rouler sur le côté et éviter l’éclair qui venait de détruire un des piliers.
Geki eut à peine le temps de se remettre sur pieds qu’un nouveau se dirigeait sur lui, enchaîné par un second, puis un troisième… Il n’arrêtait plus maintenant d’être assené d’éclairs fulgurants et pourtant, il était incapable d’en localiser la source qui se mouvait plus rapidement encore. Un éclair lui percuta la cuisse, puis le torse, l’épaule… Une odeur de chair carbonisée s’élevait autour de lui. Fuir ! Il devait absolument fuir où il y laisserait sa vie et son combat serait inutile. Geki s’élança dans la brume, fendant l’air et élevant son cosmos. Un fracas retentit dans toute la Maison suivi d’un éboulement massif.


            Geki était à terre, entouré de gravas. Les restes de la colonne qu’il avait percutée étaient éparpillés autour de lui, mais au moins les éclairs s’étaient arrêtés. Le Chevalier de l’Ours avait les yeux perdus dans le vide.
            Était-il incapable de vaincre son adversaire ? Le Séphire jouait avec lui depuis le début et il n’était plus parvenu à le toucher. Les enseignements d’Aldébaran étaient inutiles contre un tel homme. Comment le Chevalier du Taureau serait-il venu à bout de lui ? Cette question hantait Geki. Malheureusement la réponse n’était pas à sa portée, il était simplement trop lent… Triste constat d’échec…


            « Ça y est, tu acceptes ta défaite ? »


            Le Séphire se tenait à quelques pas de lui, les bras croisés, en vainqueur, l’air satisfait.


            « Tes attaques sont certes puissantes, mais au détriment de ta rapidité. A ta vitesse, tu es incapable de me toucher et donc de gagner ce combat. Il n’est pas nécessaire que je te porte le dernier coup. Comme je te l’ai déjà dit, tu es un mort sur pieds et dans peu de temps, la mort t’emportera naturellement. Adieu ! »


            Le Séphire lui tourna le dos. La brume se dissipait dans l’air et la sortie obscure du temple était à quelques enjambées.
Geki ne savait que faire. Comment toucher cet homme ? Allait-il le laisser partir ? Il était mort, Mintaka ne lui avait pas menti. Geki sentait au fond de lui sa fin approcher. Il disparaîtrait bientôt de ce monde, laissant sa déesse sans défense. Saori qui avait tant de fois combattu la mort, les autres Chevaliers de Bronze qui avaient su devenir des Chevaliers Divins, tout cela lui était insupportable tant il était loin de ces exploits.


            « Alors tu abandonnes si facilement ! Un simple Guerrier de Mars aura réussi à venir à bout de toi. Tu me déçois Chevalier ! » Le regard d’Aldébaran était sévère.
« Mais il est beaucoup trop rapide pour moi… Tous mes coups sont sans effet sur lui.
_ Es-tu incapable de t’adapter ? Comment crois-tu que les Chevaliers de Bronze aient réussi à traverser ma Maison et à venir à bout de tous les dangers ?
_ Je ne connais pas d’autres techniques… Ma vitesse est trop faible… Je ne pourrais jamais le vaincre.
_ Tu préfères donc mourir sans essayer. J’ai eu tort de croire en toi, tu n’as toujours pas compris où se trouve la véritable valeur d’un Chevalier.
_ Maître… »


            Geki essayait d’étouffer ses larmes entre ses mains, dos au sol. Il entendait encore les pas de Mintaka résonner.
            « Attends… »


            Le Séphire s’arrêta.


            « Je savais que je n’arriverai pas à partir sans devoir te porter le dernier coup. Tu es extrêmement résistant. Beaucoup seraient déjà morts après les coups que je t’ai portés. CLOUDS’ DUST !! »


            L’obscurité s’abattit de nouveau sur Geki, masquant la sortie du temple. BILLION RAY OF LIGHT !!!
            Les éclairs transpercèrent les fines gouttelettes en suspension pour rencontrer… du vide. Geki n’avait pas attendu que son adversaire attaque. Puisque sa vie était terminée, il était décidé à tenter le tout pour le tout. Sans voir, il s’était précipité vers l’endroit où se trouvait Mintaka un instant plus tôt, mais ses bras ne rencontrèrent que du vide.
Comment le trouver ? Les éclairs continuaient en revanche à sillonner la brume dans tous les sens. Geki était obligé de courir à droite et à gauche pour les éviter. Parallèlement, son aura se développait autour de son corps, il devait faire disparaître ce nuage s’il voulait avoir une chance de localiser son homme.
Un cosmos brun s’élevait dans le temple, telle une torche embrasant l’air. Cela faisait de lui une cible d’autant plus nette alors que le Séphire restait introuvable. Il n’avait cependant pas le choix et bientôt, toute la salle fut emplie de son aura, pénétrant l’épais brouillard. Le Séphire n’était nulle part.
            De dépit, le Chevalier de l’Ours embrasa son cosmos alors que des centaines d’éclairs s’abattaient sur son corps bruni. La température de l’air s’éleva immédiatement. L’aura qu’il produisait venait de s’enflammer et toute la salle semblait prendre feu ! Geki faisait son adieu à cette Terre en offrant le plus spectaculaire brasier, espérant par là-même carboniser son adversaire. Les éclairs que le frappaient maintenant en continu alimentait la propre chaleur de son cosmos. Un éclat violent de lumière s’éleva devant lui et Geki put voir une fraction de seconde, la statue du Taureau se briser. La pierre qui composait sa surface se morcelait en fragments et partait en fumée sous l’effet du cosmos du Chevalier, révélant l’éclat jaune de l’or !
            La fraction de seconde fut suffisante à Geki pour distinguer l’ombre portée par la silhouette d’un homme caché derrière le pilier qui jouxtait la statue. Tout son cosmos se concentra et partit dans une attaque fulgurante ! LA CORNE DU TAUREAU !!


            Mintaka n’eut pas le temps de comprendre ce qui se passait. Il attendait que son adversaire finisse de se consumer dans sa stupide libération d’énergie brute alors que ses éclairs transformaient les différentes parties de son corps en charbon noirci et il avait à peine eu le temps de voir la statue du taureau se fragmenter près de lui.
Le brusque changement d’attitude de son adversaire le prit par surprise. Le pilier en face de lui fut pulvérisé alors qu’il tentait de se protéger. Une douleur sans nom lui vrilla le cerveau et son corps s’encastra profondément dans la paroi du temple.


 


Sortie de la Maison des Gémeaux


 


            Raphaël était sur le pas de la sortie, les yeux tournés vers la Maison des Gémeaux où le Malachim de Sealiah venait de disparaître. Son cœur était triste à l’idée d’abandonner ici un de ses combattants, mais leur entreprise ne tolérait ni remords ni regrets et le temps les pressait.
Il s’élança à l’assaut de la Maison suivante quand un appel derrière eux le fit sursauter. Sanosuke et les autres Combattants sortaient également de la Maison des Gémeaux.


            « Raphaël ! Je vois que tu as réussi à déjouer les illusions de ce gardien.
_ Moi oui, mais le Malachim de Sealiah a offert sa vie pour cela…
_ Alors vous avez rencontré le Chevalier des Gémeaux… Il existait bel et bien… Je suis désolé pour Oogatu… mais nous devons poursuivre notre route, il nous reste encore neuf Maisons. » Sanosuke avait l’air décidé à ne pas perdre une minute de plus. Kenzo jeta un coup d’œil sur l’horloge sacrée.
« Regardez, le troisième feu vient de s’éteindre, il ne nous reste plus que neuf heures.
_ Oui, ce gardien nous a beaucoup retardé. »


            Les Combattants s’élancèrent vers l’ascension des marches interminables.


            Suite à leur départ, le calme s’installa autour de la Maison des Gémeaux qui gardait ses secrets. Elle avait réussi sa mission au-delà de tout espoir en retenant les Bersekers de Mars pendant plus d’une heure et en éliminant l’un d’entre eux…


 


Maison du Taureau


            Mintaka ouvrit des paupières poisseuses de sang gluant. Il saignait de son cuir chevelu et de la commissure de ses lèvres. Une douleur sans nom lui broyait le ventre. Il regrettait de ne pas avoir eu son heaume pour se protéger la tête et tomba à genoux pour reprendre son souffle. Devant lui se trouvaient les restes fumant d’un homme carbonisé. Le Séphire eut du mal à reconnaître dans cette masse noircie son adversaire, l’ours.
            Mintaka n’eut pas besoin de vérifier, le Chevalier était bien mort, il s’était littéralement consumé dans sa dernière attaque. Et quelle attaque ! Le Séphire n’avait pas eu le temps de la voir venir. Sans le savoir, le Chevalier de l’Ours avait atteint la vitesse de la lumière.
            Une plaque de marbre se détacha du plafond et s’effondra à quelques mètres devant lui, là où se tenait quelques minutes plus tôt un pilier de plusieurs tonnes. Sans doute le Séphire devait sa vie à ce pilier qui avait amorti l’attaque et à son Arcane. Elle avait pris une étrange teinte brune au niveau de ses abdominaux, mais avait soutenu le choc.
            Mintaka se releva en s’essuyant le front. Il avait sous-évalué cet homme et avait eu beaucoup de chance de s’en sortir. Il n’en revenait pas à quel point les capacités d’un homme pouvaient être décuplées au moment de sa mort. Sa cape blanche était totalement brûlée et il en arracha les derniers restes.


            A côté de lui, les rayons du soleil se reflétaient depuis l’entrée de la Maison sur l’Armure d’Or du Taureau qui était apparue sous la statue. Avait-elle profité du dégagement d’énergie pour se libérer de sa prison de pierre ? Était-ce au contraire cette énergie qui avait transformé la pierre en or et lui avait redonné vie ?
            Mintaka restait indécis devant cette armure resplendissante. C’était la deuxième qu’il rencontrait. Les Armures d’Or des Chevaliers disparus faisaient-elles leur réapparition au cours de cette bataille ? Le Séphire n’avait pas le temps de chercher à comprendre. Il était décidé à abandonner cette Maison qui l’avait finalement beaucoup trop retardé. Il laissait derrière lui corps et cadavres dont un totalement carbonisé et trois légèrement noircis mais protégés de leurs armures brisées.


 


Ne comprenant pas la portée de cet événement, Mintaka constata : après l’Armure du Bélier, l’Armure d’Or du Taureau avait fait sa réapparition dans sa Maison !


 


Un temple maudit…


 


            Sept d’entre eux étaient déjà tombés en affrontant les Chevaliers d’Athéna et le Guerrier Divin venu leur prêter main forte. C’était bien davantage que ce que Sanosuke avait prévu pour ce stade de la bataille lorsqu’il avait mis les pieds sur l’île. Une telle résistance était impressionnante de la part d’une chevalerie en décomposition. L’Empereur restait attentif à l’avancée des combats qu’un rien pouvait bouleverser. Ses guerriers gravissaient toujours ces éternelles marches conduisant de Maison en Maison. Même si la victoire lui semblait toujours aussi sûre, un léger malaise l’étreignait. Pourtant, pas de raison de s’inquiéter : les chevaliers d’Athéna comptaient également des pertes parmi les chevaliers de Bronze et le jeune gardien de la Maison du Bélier. Dana était venue à bout du Guerrier Divin et il disposait toujours de trois Séphiroth. Et Mintaka allait les rejoindre d’un moment à l’autre, c’était bien plus que nécessaire. Sanosuke se demandait s’il aurait à intervenir personnellement. Selon toute vraisemblance oui mais il ne l’aurait jamais cru en partant de Chine.


            Les deux ailes de la Maison du Cancer se profilèrent devant la dizaine de guerriers à avoir traversé la Maison des Gémeaux. Aucune force n’en émanait et le temple paraissait vide. Cependant, après les surprises qui avaient attendu les combattants de Mars, Sanosuke se préparait à toutes les éventualités. A sa droite, Raphaël était serein. Cet européen qui avait rejoint leur rang quelques années auparavant était exceptionnel à plus d’un titre. Il disposait déjà à son arrivée d’une bonne maîtrise de son cosmos qui avait rapidement pris des proportions très importantes.
Sur sa gauche, Gaboria, le dernier Séphire disciple de Borée paraissait plus perturbé. Avait-il compris, comme Sanosuke, que cette bataille qu’ils croyaient facile et rapide serait plus éprouvante que prévue ? Sanosuke ne savait pas grand-chose du Séphire sinon qu’il disposait d’une force exceptionnelle malgré son jeune âge. Encore quelqu’un de très prometteur. Avec quelques années de plus, Sanosuke était sûr qu’il pourrait le remplacer à la tête de l’armée de l’Equilibre.


            La Maison se dressait devant eux, calme. Des débris étaient éparpillés sur son parvis, mais la structure ne souffrait d’aucune destruction majeure. La troupe se mit au pas et en franchit le seuil d’un seul corps. A l’intérieur régnaient une moite fraîcheur et une obscurité des plus sinistres. Le vent s’engouffrant derrière eux jouait entre les piliers pour former un râle continu. Sanosuke se sentait oppressé dans cette Maison dont l’atmosphère était par trop morbide. Ces sons… Il se rendit compte que ce qu’il prenait pour le jeu du vent n’en était pas un ! Il s’agissait bien de pleurs que le combattant entendait, de longs cris de détresse qui ne pouvaient parvenir que de personnes agonisantes. Les autres autour de lui venaient également de percevoir ce changement de tonalité. Dans la pénombre, Sanosuke vit Gaboria qui faisait une grimace. Ils marchaient dans une brume dense et opaque…


            « Merde, qu’est-ce que c’est que ça ! »


            Taran, Kéroubim de Damabiah venait de lâcher cette injure, il était arrêté dans son mouvement, une jambe soulevée et regardait par terre.


            « Mais regardez, il y en a partout ! »


            Sanosuke scruta le sol. Bientôt, malgré la brume, il distingua une vision d’horreur : des visages humains ! Il y en avait des dizaines par terre, hurlants, ceux-là même qui étaient à l’origine de ces sons cadavériques. Plus que des dizaines, Sanosuke remarqua que ces visages tapissaient non seulement le sol, mais également les murs et les piliers. Il devait y en avoir des milliers dans cette antichambre des Enfers !
 
            « Comment peut-on être aussi infecte ? Tapisser sa Maison de telles horreurs, les emprisonner dans de telles souffrances, ça ne peut être que l’acte d’un malade !
_ Calme-toi Taran, ton ennemi se trouve quelque part près de nous. Je ressens son aura qui nous entoure.
_ Les Chevaliers d’Athéna sont vraiment des monstres, je me charge de nous débarrasser de celui-ci. Laissez-le moi !
_ Comme tu voudras. »


            Mais aucun Chevalier ne se présentait face aux combattants de Mars, la pièce restait vide, résonnant simplement des plaintes des mourants.


            « Regardez, il y a même des femmes et des enfants parmi ces visages ! Où es-tu Chevalier ! Je suis Taran, Kéroubim de Damabiah, au service de Séphire de Yésod, c’est moi qui vais te faire disparaître ! Montre-toi !
_ Mais je suis là Combattant, juste devant toi… »


            Effectivement, une ombre se dessina en face du Kéroubim dont la main s’élança brusquement. Des gerbes de lumière en sortirent et lui percutèrent le bas-ventre, heureusement protégé par son Arcane, le projetant contre une colonne où il écrasa quelques visages avant de retomber face contre terre.


            Sanosuke n’en revenait pas de la puissance de leur ennemi. Ce dernier venait de terrasser d’un seul coup un des plus puissants Kéroubims. Et ils avaient été incapables de détecter sa présence alors qu’il se tenait en face d’eux depuis le début.
Sanosuke se mit sur ses gardes, prêt à attaquer tandis que Taran se relevait péniblement, du sang coulant de ses lèvres. Devant eux se trouvait une personne drapée dans une cape aussi sombre que sa maison et dont on ne voyait que les yeux d’un vert profond, brillant dans la pénombre.


            « Bienvenue dans ma demeure, combattants d’Arès ! Alors comme ça vous ne la trouvez pas à votre goût ? Elle est pourtant tapissée de toutes les personnes qui ont eu l’honneur de croiser mon chemin ! Bientôt vos visages viendront rejoindre ma collection.
_ Serais-tu véritablement fou ? Comment peux-tu croire une seule seconde que tu as la moindre chance contre nous ! Tu m’as eu par surprise, une attaque bien peu digne d’un chevalier. Dis-moi ton nom que je sache qui je vais tuer ! 
_ S’il y a quelqu’un à punir ici, c’est bien vous qui venez semer la terreur à l’intérieur de ce pacifique sanctuaire ! Je vous laisse une chance de repartir d’où vous venez et de dire à votre dieu de ne plus convoiter la Terre…
_ Chevalier, tu es un déshonneur pour la garde d’Athéna. Dis-nous qui tu es !
_ Puisque vous tenez tant que cela à connaître mon nom, je vous laisse apprécier mon corps ! »


            Le chevalier drapé tira la cape qui le recouvrait d’un grand geste théâtral. Sanosuke eut un mouvement de recul en voyant celui qui se dissimulait. Il arborait une magnifique armure étincelante, toute d’or, il s’agissait donc de l’un des plus puissants défenseurs d’Athéna, un chevalier d’Or, un vrai cette fois ! Pourtant son maître lui avait bien dit qu’ils avaient tous péri contre Hadès, quelques uns s’en seraient-ils sortis ? Dans cette maison, il ne pouvait s’agir que du Chevalier d’Or du Cancer !


            « C’est exact ! Je suis Masque de Mort, Chevalier d’Or du Cancer ! Croit-on vraiment que l’on peut se débarrasser d’un Chevalier d’Or aussi facilement ? Maintenant que vous savez qui je suis, passons à l’attaque ! VISIONS D’OUTRE-TOMBE !! »


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada