Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Chrysoss


Il etait une fois au Sanctuaire

Première partie : Reminiscences dorées


         Le nouvel arrivant était ce que l’on aurait appelé un véritable stéréotype, mais d’un genre inhabituel en cette partie de la Chine. De stature respectable, il arborait une chevelure et une barbe couleur de miel. Au chapitre de l’ordre, ses cheveux abondants n’avaient rien à envier à ceux de Dohko, hormis quelques fines tresses d’ornements. Mais c’était sur l’habilement que l’inconnu détonnait le plus. En effet, il portait rien de moins qu’un kilt ( !?) aux motifs vermeil et safran. Couleurs qui se retrouvaient sur l’étoffe qui lui scindait la poitrine. Outre ce détail majeur, il était vêtu également d’une large chemise blanche, d’une lourde ceinture de cuir et de deux gantelets renforcés assortis à ses courtes botes de chasse.


         - Splendide, splendide, clama-t-il. Si l’on m’avait dit que j’assisterai à un aussi beau spectacle, je n’aurais pas autant traîné des pieds pour venir dans cette région reculée !


         Sa voix, sembla-t-il à Dohko avait, tout comme l’expression de son visage, une connotation de douce malice. Mais il préféra rester prudent et déclara froidement :


         - Qui es-tu ?


         - Thermidor est mon nom ! Ecossais, bretteur et gentilhomme, enfin autant que faire se peut ! Tu te nommes Dohko, n’est-ce pas ? Félicitations, avec la technique d’Alberich, j’aurais misé tous les paris sur lui. Mais tu as magnifiquement renversé la situation, bravo !


         - Trèves de compliments, que me veux-tu ? Es-tu un ami de cet Alberich ?


         - Non, je ne le connaissais que de réputation. J’ai d’ailleurs été très étonné de le rencontrer ici et encore plus de le voir se faire battre. Quant à mes intentions, je désire la même chose que lui, l’armure du Dragon !


         - Ah oui !? Et que comptes-tu en faire ?


         - Personnellement, rien du tout ! Mais j’ai reçu l’ordre de ramener toutes les armures de bronze que je parviendrai à localiser. Une tâche bien ingrate, si tu veux mon avis !


         - Alors tu serais…


         - Un membre du mystérieux groupuscule, compléta Thermidor, reprenant l’expression d’Alberich le treizième. Comme tu l’as dit, cette armure appartient à Athéna. Cela ne me plaît pas tellement de jouer les voleurs, mais une mission est une mission !


         - Si tu étais à proximité lors de mon combat, tu sais déjà que pour avoir l’armure, il te faudra au préalable me vaincre !


         - Cette perspective m’enchante ! Mais tu es épuisé, je ne ferais qu’une bouchée de toi ! Voilà ce que je te propose, je reviendrai demain à cette heure précise. Cela te laissera le temps de recouvrer tes forces. Si tu y tiens toujours, nous nous battrons et le vainqueur disposera de l’armure. Je te crois assez loyal pour ne pas essayer de t’enfuir. Qu’en dis–tu ? C’est un marché honnête !


         Dohko n’eut pas l’occasion de répondre. Son regard, ainsi que celui de Thermidor, venait d’être attiré par deux formes humaines qui paraissaient glissées le long de la cascade. Se déplaçant à la verticale de l’onde, elles se posèrent prestement sur le même pic que notre héros.


         - Oh misère, soupira l’homme aux cheveux de miel. Pas encore eux !


         Les nouveaux venus, deux jeunes gens à peine sortis de l’adolescente, ne prirent pas la peine de se présenter à Dohko. Mieux, ils l’ignorent et se mirent immédiatement en garde face à Thermidor. Chacun d’eux portait une armure « Sanctuarienne » option argent. Celle du plus élancé, qui était aussi certainement le plus âgé, était d’un ton violacé. Son heaume était décoré d’un motif en forme de losange couleur rouge vif. L’autre Saint, lui, était équipé d’une armure couleur cendrée. Il avait le regard vif et alerte et son visage enfantin était ponctué de discrètes taches de rousseur. Tout comme son compagnon qui partageait également avec lui la même couleur de cheveux, blond platiné.


         - Vous êtes pires que des sangsues, commenta Thermidor. Comment avez-vous fait pour me retrouver ?


         - Simple question de logique, rétorqua le Saint le plus âgé. Il était facile de supposer que tu voudrais aussi t’emparer de l’armure du Dragon !


         - Aussi, remarqua Dohko. Cela signifie que tu n’en es pas ton coup d’essai !


         L’écossais haussa mollement les épaules.


         - Je plaide coupable, concéda-t-il. Il y a quelques heures, j’ai pris possession de l’armure du Lynx, qui se trouvait dans la province du Sichuan. J’ai été pris en flagrant délit par ces deux jeunots. N’étant pas d’un naturel belliqueux, j’ai préféré évité le conflit en les ensevelissant sous quelques tonnes de gravât. Mais visiblement, ces messieurs ne l’entendent pas de cette oreille !


         - C’est le moins que l’on puisse dire, répliqua le plus jeune. Cette fois, il n’y aura pas de dérobade ! Nous allons régler nos comptes, ici et maintenant ! Défends-toi !


         Les deux Saints, sans crier gare, fondirent sur leur ennemi. Révélant une souplesse insoupçonnée, ils exécutèrent une chorégraphie martiale aussi aérienne qu’efficace. Thermidor, stoïque, encaissa les coups quasiment « les mains dans les poche ». Ses adversaires, excédés par son attitude, finirent par l’envoyer valdinguer dans le décor d’un magnifique uppercut couplé.


         - Quelle osmose, s’émerveilla Thermidor, toujours admiratif. Vous avez dû vous entraîner des années ensemble afin d’atteindre un tel synchronisme ! Dites-moi, comment vous nommez-vous ?


         - Vassili, Saint d’argent du Grand chien, répondit le plus vieux.


         - Et moi, je suis Fiodor de la Meute !


         - Eh bien Fiodor, Vassili, je reconnais ne pas vous avoir pris au sérieux tout à l’heure. Veuillez m’en excuser ! Vous venez de me prouver que vous êtes dignes de vous présenter sur un champ de bataille !


         - Cela veut-il dire que tu acceptes enfin de nous affronter, lança le Saint du grand chien.


         - Malheureusement pour vous oui, rétorqua l’écossais en faisant craquer les phalanges de ses doigts. En garde !


         Avant que les serviteurs d’Athéna n’aient eut le temps de comprendre la signification profonde de ses paroles, Thermidor, vif comme l’éclair, était déjà à leur hauteur. D’un direct à l’abdomen, il souleva Fiodor du sol. Ce qui lui permit, dans le même mouvement, de laisser l’énergie s’accumuler dans son autre main. Energie qu’il libéra sur son vis-à-vis, provoquant une détonation étouffée. Vassili, volant au secours de son camarade, eut droit à un traitement de faveur sensiblement identique. Thermidor, après avoir esquivé les quelques charges du Saint, lui fit découvrir son répertoire. Dohko, de son côté, ne perdait pas une miette de ces escarmouches.


         - Ahurissant, songea-t-il. Sa vitesse d’exécution est telle que le son de ses coups me parvient avec un temps de décalage ! Ces pauvres bougres n’ont pas la moindre chance !


         Les Saints justement, loin de s’avouer vaincus, étaient repartis à l’assaut. Conjuguant leurs efforts, ils essayèrent de déborder Thermidor. En vain. Malgré la précision quasi-millimétrique de ses coups, le duo ne fit que brasser de l’air. L’homme à la chevelure de miel n’eut plus qu’à les repousser d’une pichenette énergétique.


         - Autant vous rendre tout de suite à l’évidence, dit-il presque à mi-voix. Je suis plus fort que vous ! Restons-en là ou tout ceci finira dans un bain de sang !


         - Tu as probablement raison, répondit Vassili. Notre sang finira sûrement mêler à l’eau éternelle de cette cascade ! Mais nous ne reculerons jamais ! Tu es prêt petit frère ?


         Fiodor se contenta pour toute réponse d’un hochement de tête. Pratiquement au même instant, leurs cosmos, portés à leur apogée, entrèrent en résonance. Leurs auras finirent même par se confondre complètement. Quoi qu’il se prépare, cela n’affola pas Thermidor qui se détendait paresseusement les cervicales. Ce ne fut que lorsque ses adversaires entamèrent une suite de mouvements ésotériques, qu’il s’intéressa à la scène.


         - C’est parti, hurlèrent ensemble les deux Saints d’argent. DOUBLE HOUND ASSAULT !!!


         Une sphère d’énergie tourbillonnante partit comme un boulet de canon en direction de Thermidor. Celui-ci, gardant la tête froide, tenta de bloquer l’attaque d’une seule main. Ce qu’il fit apparemment avec succès. Mais il ne put que freiner légèrement la course de la sphère qui l’entraîna avec elle. Elle l’accula bientôt à la falaise, comme Dohko précédemment.


         - Maintenant, vociféra Vassili.


          Les deux frères, dans un dernier effort, envoyèrent un regain d’énergie à la sphère. Cette dernière doubla d’intensité et de violence, enfonçant pour de bon Thermidor dans la pierre.

 

         - Nous l’avons eu, se congratula Fiodor, à bout de souffle. Mais… !


         Sans raison, la sphère était en train de rebrousser chemin. Thermidor, dont la tignasse semblait secouer de légers soubresauts, fit son apparition derrière elle.


         - Très ingénieux, dit-il. Contrairement à ce que laisser croire votre petite comédie, vous n’avez pas combiner vos auras mais mis en opposition ! Le choc crée alors un tourbillon dont la puissance destructrice est bien supérieur à leur simple addition !


         Les deux Saints restèrent bouche bée. Sans doute étaient-ils effondrés que  l’on perce aussi facilement leur secret.


         - Vous n’avez pas à avoir honte de vous ! Vous vous êtes battus vaillamment, mais nous ne jouons pas dans la même catégorie ! Et selon l’adage œil pour œil, dent pour dent, je vous renvoie votre création ! Adieu !!


         Thermidor arma son bras et catapulta la sphère sur les deux frères, trop épuisés ou dépités pour tenter la moindre riposte. C’est alors que l’impensable se produisit. Dohko, discret depuis trop longtemps, se rua sur la sphère avant qu’elle n’atteigne ses géniteurs. D’un mouvement ascendant, il la bloqua à sa base. L’irradiant de son cosmos, il parvint à séparer les deux forces. Lesquelles se repoussèrent aussitôt, comme deux charges magnétiques opposées. Epargnant ainsi, mais de justesse, les Saints.


         - Tu es décidément plein de ressources, admira Thermidor. Mais pourquoi prendre le risque de sauver ces deux chiots ?


         - Personne ne mourra aujourd’hui ! Ou en tout cas, pas ici ! Si vous y tenez, allez vous entretuer ailleurs !


         En parlant, Dohko avait jeté à terre les lambeaux de sa tunique, déchiré dans l’action. Ce faisant, il fit découvrir à ses hôtes le tatouage de tigre, trônant dans son dos musclé. L’écossais, intrigué, finit par prendre une sage résolution.


         - Tu as raison ! Après tout, cette armure ne vaut pas la peine que j’organise un massacre en bonne et due forme ! Je vous la laisse, vous n’avez qu’à vous arranger entre vous !


         Sur ces belles paroles, il vit volte-face. Fiodor et Vassili ne cherchèrent pas à retenir leur ennemi, qui eut quant même le mot de la fin.


         - Dohko, si le destin veut que nos routes se recroisent, j’aimerais beaucoup que nous nous affrontions ! Quant à vous deux, continuez sur cette voie ! Vous avez ce qu’il faut pour devenir l’élite de votre caste !


Thermidor s’évapora comme un mirage. Le futur vieux maître chercha du regard l’armure du Dragon, mais sa vue se brouilla. Il comprit instantanément qu’il avait atteint les limites de son endurance. Sans un bruit, il s’écroula. Pour lui, tout était devenu noir…


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada