Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


La Confession

Un endroit sombre et isolé


La pièce était éclairée par quelques bougies qui l'empêchaient de sombrer dans le noir. Elle n'était composée que de quatre murs de pierre et d'un banc du même matériau. Il n'y avait personne, hormis une jeune fille de seize ou dix-sept ans, qui avait de longs cheveux roux et portait une robe de nuit blanche. Elle dormait sur le ventre, les bras ballants. Son omoplate droite semblait avoir été poignardée par derrière, mais la plaie avait probablement été cautérisée par un remarquable médecin, car il n'y avait plus qu'une légère cicatrice. Malgré le peu de confort que procurait le banc, l'adolescente dormait à poings fermés depuis quelque temps. Ce fut alors qu'elle laissa échapper quelques mots dans son sommeil :


"Maman... ça fait mal... Mon dos... Le feu, le sang... Les flammes m'entourent... Maman, pardonne-moi... Je ne voulais pas, j'avais peur...Maman... Où... Où est ma maman ?"


Elle commença à ouvrir lentement les yeux, il y avait un voile blanc dans son regard. Elle murmura :


"Je... Je ne vois que du blanc... Un blanc éclatant... Suis-je morte ? Suis-je... Suis-je arrivée au paradis ? Pourtant, je... je ne devrais pas, après tout ce que j'ai fait..."


Ses yeux finirent par s'ouvrir tout à fait... mais à peine une seconde après, elle poussa un cri de terreur et se recroquevilla sur son banc. En face de l'adolescente, il y avait une silhouette toute de noir vêtue, dont on ne pouvait distinguer que la bouche ridée et souriant à pleines dents. Par ailleurs, la jeune fille avait aussi réalisé qu'elle se trouvait dans une pièce aussi sombre que la tenue de son vis-à-vis et que seules quatre bougies éclairaient. Le mystérieux individu resta impassible, mais cela n'apaisa pas les craintes de l'adolescente :


"C'est... C'est lui ! C'est l'homme en noir ! C'est le démon ! Il... Il vient pour me torturer, me faire souffrir, me faire payer mes péchés !!  Je... Je ne veux pas !!"


Elle se replia de plus belle, cachant son visage de ses mains, elle sentait aussi qu'elle avait envie de pleurer. Et sa peur ne s'arrangea pas quand l'inconnu fit quelques pas vers elle et fit mine de se dévoiler ; craignant de faire face à un démon hideux, la jeune fille trembla de plus belle, mais ne songea pas pour autant à dévisager son vis-à-vis, bien que celui-ci ôtât lentement sa capuche qui le masquait à moitié.


"Non... Pitié... Ne me faites pas de mal..."balbutia-t-elle tandis qu'il se dévoilait peu à peu.


Finalement, elle aperçut enfin le visage de son visiteur et ouvrit grand la bouche. Il ne s'agissait pas du diable ou d'un démon repoussant, mais d'un être humain, certes fort âgé à en juger par ses rides et ses cheveux blancs, mais c'était bien un homme. Pour autant, elle ne savait toujours rien de lui et quand le vieil homme tendit son bras vers elle, elle tâcha de reculer, mais le peu d'espace sur lequel elle se trouvait ne lui en laissait guère l'opportunité. Tout à coup, la voix de l'homme en noir se fit entendre :


"Je ne te veux aucun mal, jeune Carrie..."


Parallèlement, il avait déposé une main chaleureuse sur l'épaule de la jeune fille, qui semblait avoir complètement perdu l'usage de la parole, surprise par cet événement inattendu. Encore hésitante, elle tourna la tête vers le vieil homme qui avait esquissé un sourire, avant de lâcher d'une petite voix :


"Vous... Vous connaissez mon nom ?"


"Il est difficile de ne pas connaître le nom d'une personne appelée à de grandes destinées..."


Incrédule, l'adolescente du nom de Carrie avoua :


"Je... Je ne comprends pas..."


"Tu ne tarderas pas à avoir toutes les réponses que tu désires, rassure-toi..."


"Mais... qui êtes-vous ?"


"Tout ce que je peux te dire pour le moment est mon nom : je m'appelle Moloch !"


Carrie eut un frisson en écoutant le vieil homme se présenter ; ce nom lui semblait macabre et sinistre.


"Hum, remarqua Moloch... J'ai l'impression que mon nom ne te laisse pas une impression flatteuse... Peu importe. Tu as dormi pendant plus de quinze heures, il est temps pour toi de te lever !"


Son ton était devenu un peu plus impétueux vers la fin. L'adolescente, d'une voix un peu hésistante, demanda :


"Et... où m'emmenez-vous ?"


"Je t'emmène vers ton destin, ce n'est pas bien loin... Suis-moi..."


Carrie semblait un peu réticente à l'idée de suivre un inconnu, mais Moloch ne la brusqua pas et la prit par la main en lui souriant. La jeune fille, qui semblait toujours aussi triste, avança à petits pas derrière le vieil homme, mais de temps à autre, elle sursautait sur le sol car elle était pieds nus et sa robe de nuit ne la protégeait guère de la température ambiante. Durant les quelques minutes que dura son trajet, elle frissonna à plusieurs reprises, car l'environnement était particulièrement sombre. L'espace d'un instant, elle eut un mauvais pressentiment :


"Oh non... Pourvu... Pourvu que je ne sois pas..."


Quand elle finit par arriver là où Moloch voulait la conduire depuis le début, ses craintes ne firent qu'augmenter ; elle était en face de deux immenses tentures rouge sang devant lesquelles se trouvait un petit escalier de pierre et, de chaque côté, deux grandes statues monstrueuses semblaient scruter avidement l'adolescente, qui plongeait peu à peu dans le désarroi. Moloch, qui ne s'était pas retourné pour voir les états d'âme de Carrie, prit la parole en face des tentures :


"Votre majesté, celle que vous attendiez depuis si longtemps est enfin devant vous !"


"Je te remercie, Moloch. Fais-la avancer..."


Le ton de cette voix était des plus graves et des plus sombres, ce qui n'arrangeait pas les appréhensions de Carrie. Pourtant, derrière cet aperçu peu engageant, il y avait aussi dans cette voix une certaine lassitude, voire de la mélancolie, qui nuança un peu la première impression de l'adolescente, à qui Moloch dit :


"Fais quelques pas en avant... Personne ne te fera du mal."


Tandis que le vieil homme se dirigeait vers l'une des deux statues, Carrie s'avança fébrilement en avant, ses yeux bleus rivés sur les tentures écarlates qui semblaient cacher celui qui l'attendait et dont elle ignorait jusqu'à l'identité. Alors qu'elle n'était plus qu'à deux mètres de l'accès aux tentures, la voix s'adressa directement à elle :


"Arrête-toi là."


Interloquée, la jeune fille s'immobilisa, son attention toujours portée sur les rideaux rouges qu'elle observa attentivement durant quelques secondes, avant de lâcher, la voix tremblante :


"Pourrais-je... Pourrais-je vous voir en face ?"


La voix répondit :


"Il m'est impossible de me montrer devant toi. Bien que je t'aie accordé des faveurs particulières depuis ta naissance, je ne puis me permettre une telle familiarité : l'exemple de Psyché, qui avait voulu voir le visage de son amant Eros, justifie à lui seul le fait que tu ne puisses me voir !"


Visiblement, les noms du fils d'Aphrodite et de son amante mortelle étaient inconnus à Carrie, car elle lâcha timidement :


"Je... Je ne vois pas de quoi vous voulez parler..."


Il y eut un court silence, puis la voix répliqua :


"Quelque part, cela ne m'étonne point, quand je pense à tes antécédents familiaux..."


L'adolescente fut perturbée par cette remarque : ses poings se crispèrent aussitôt et des larmes se mirent à couler le long de ses joues :


"Oh non... Non... Maman..."balbutia-t-elle.


"Pourquoi pleures-tu ?"demanda la voix d'un ton plus doux.


"Maman... Ma maman... Je... Je ne voulais pas, mais... mais je l'ai tuée..."


"Tu n'as pas besoin de t'en soucier, Carrie..."


Elle cessa aussitôt de pleurer, la surprise étant la plus forte :


"Vous aussi connaissez mon nom ?"


"Evidemment."


La réponse brève surprit la jeune fille, qui était désireuse d'en savoir plus :


"Mais... Mais où suis-je ? Et... Et qui êtes-vous ?"


"Carrie, tu te trouves en ce moment dans la Giudecca, la quatrième sphère des Enfers ! Et moi, je suis le maître de ce monde ! Je suis le fils aîné de Cronos, ancien roi des dieux de l'Olympe ! Je suis Hadès, l'Empereur des Ténèbres !!!"


La réponse du sombre monarque fut presque semblable à un coup de poignard pour Carrie, dont les traits se figèrent avant qu'elle ne reculât précipitamment, prête à s'enfuir. Mais Moloch ne l'entendait pas de cette oreille :


"Reste ici !!"


"Moloch, intervint aussitôt Hadès, tais-toi... Il ne sert à rien d'effrayer notre invitée, mieux vaut tout lui expliquer..."


Le ton apaisé employé par l'Empereur des Ténèbres, qui contrastait avec l'emportement de son âme damnée, incita Carrie à cesser de marcher, mais ne fit pas pour autant disparaître sa peur :


"Non... Pas ça... Je suis donc ici pour être punie..."


"Qu'est-ce qui te fait croire ça, Carrie ?"demanda Hadès.


L'adolescente, dont les jambes tremblaient de plus belle, déglutit, puis confia en baissant les yeux :


"J'ai péché..."


"Tu te trompes, Carrie, répliqua aussitôt Hadès. Tu ne peux que te fier à la parole de Dieu !"


Interloquée, la jeune fille mit une dizaine de secondes avant de protester :


"C'est impossible... Vous n'êtes pas Dieu, c'est le Seigneur qui est Dieu, ma maman me l'a toujours dit..."


Outré, Moloch voulut réprimander celle qu'il avait pourtant accueillie poliment, mais le Dieu des Enfers, qui avait anticipé la réaction de son subalterne, fut plus rapide :


"Ne dis plus un mot, Moloch... Carrie, si tu te trouves ici, c'est pour que tu apprennes des choses que ta mère t'a cachées depuis toujours !"


"Quoi ?!"


"Elle-même ne le savait pas... En fait, elle avait une vision faussée de la réalité..."


Hadès marqua une pause, temps qui était insuffisant pour permettre à la jeune fille de réaliser ce qui lui arrivait, puis reprit :


"Je peux lire dans tes yeux, Carrie, je sais que tu as souffert, tant tu as été brimée par ta mère... Elle te battait, te frappait parfois, n'est-ce pas ?"


"Oui... Mais... Mais c'était pour mon bien, maman était quelqu'un de bon, sans reproche... Elle avait vaincu le démon au cours d'une longue lutte..."


"Non, Carrie... Ta mère a péché, tu l'as toi-même dit un jour (l'adolescente pâlit)... Ta mère a mal agi à ton égard, il était donc logique qu'elle paie ses fautes..."


"Ce n'est pas vrai !!"


"Je savais que la réalité ne serait pas facile à entendre pour toi, Carrie..."


"Comment... Comment pourrais-je vous croire ? Vous... Vous n'êtes qu'une idole de la mythologie grecque !!"


A ces mots, Moloch se renfrogna, mais, craignant le courroux de l'Empereur des Ténèbres, il n'osa faire part de son mécontentement. Quant au sombre monarque, il ne s'offusqua pas des propos tenus par la jeune fille et répondit :


"C'est ce que ta mère t'a raconté... Tels sont les effets néfastes du culte fondamentaliste auquel elle s'adonnait... Plus généralement, ce sont là les séquelles perverses de ces stupides monothéismes (la voix d'Hadès s'était légèrement élevée) ! Quelqu'ils soient, ils évoquent le péché, la culpabilité, et surtout, l'idée d'un paradis pour les justes et d'un enfer pour les pécheurs ! Mais là n'est pas la réalité, Carrie... Les paradis du judaïsme, du christianisme ou de l'islam ne sont que des chimères... Les hommes, depuis que la boîte de Pandore a été ouverte, sont voués au Mal ! Les Enfers sont leur seule destination après la mort, il n'y a pas d'autre alternative !"


Carrie, qui était de plus en plus perturbée, demanda d'une voix tremblante :


"Ce... C'est donc pour ça que je suis ici ?"


"Non (le ton d'Hadès s'était radouci)... Tu es ici pour de grandes oeuvres, Carrie... Mais avant... Ta mère t'a-t-elle déjà parlé en termes désobligeants ?"


"Oui, reconnut l'adolescente... Elle m'a dit que j'étais une sorcière... Parce que... Parce que j'avais le don de déplacer les objets à distance... J'avais le don de télékinésie, je l'avais lu dans un livre..."


"Tu as raison, Carrie... Et sais-tu pourquoi tu as un tel don ?"


Carrie secoua la tête :


"Non... Maman me disait que c'était parce que j'étais une sorcière, mais je ne le pensais pas..."


"Là encore, tu as vu juste, Carrie... Mais dis-moi, ce n'est pas le seul don que tu as, n'est-ce pas ?"


La jeune fille déglutit aussitôt, puis, les yeux baissés :


"Non... Lors... Lors d'une fête, je... j'ai manipulé des gens par la seule force de ma pensée, ils... ils étaient à ma merci... Et j'ai aussi déclenché un feu terrible dans la ville d'où je viens... Je... Je n'étais plus moi-même !"


"Cette fois-ci, tu te trompes, Carrie... C'est là ta vraie nature... Mais tu as agi justement..."


"Je... Je ne comprends pas... Mais surtout, je ne comprends pas comment je peux détenir de tels pouvoirs !"dit-elle d'une voix larmoyante vers la fin.


"Ne te tracasse pas... Je connais l'origine de tes pouvoirs..."


"Vraiment ? Comment est-ce possible ?"


L'Empereur des Ténèbres se tut de nouveau pendant quelques secondes, puis avoua :


"Tout simplement parce que l'origine de tes pouvoirs se trouve en face de toi, derrière ces tentures !"


L'adolescente ne saisit pas le sens de ces mots durant un court instant, puis, quand elle finit par comprendre, elle prit sa tête dans ses mains en gémissant :


"Non... Non... Alors, c'était vrai... Je suis une sorcière, je tiens mes pouvoirs du démon !!"


Alors que Moloch serrait les poings d'indignation, Hadès répondit d'une voix apaisante :


"Point du tout, Carrie, c'est même le contraire... Tu tiens tes pouvoirs de Dieu !"


"Quoi ?!"


"Bien sûr. Oublie la folie de ta défunte mère un instant et pense par toi-même... Pense de nouveau à cette fête où tu as été humiliée en public... Pense à ce que tu as fait subir à ceux qui se sont moqués de toi... Ils ont péché et ont été punis... Tu as purifié Chamberlain par l'eau et par le feu, tu as rayé cette engeance pourrie de la surface de la Terre... N'est-ce pas là le signe que tes pouvoirs t'ont été donnés par Dieu ?"


Carrie réfléchit un moment, puis pensa à ce qu'elle avait vécu, enduré durant le moment fatidique qu'Hadès lui avait remémoré. Elle se souvint rapidement de l'humiliation publique qu'elle avait subie, de sa rage et de sa haine qui s'étaient déchaînées contre ceux qui l'avaient ridiculisée et malmenée, mais ce qui s'était passé après lui fit dire :


"Non... Non, c'est impossible... J'ai commis moi-même de terribles choses juste après... J'ai mis Chamberlain à feu et à sang, j'ai tué de sang-froid des gens qui accouraient vers moi et qui voulaient certainement m'aider... Je ne savais plus ce que je faisais, j'étais comme possédée... Non, en fait, j'étais consciente que je tuais des innocents, et je ne me suis pas arrêtée, c'est le signe que j'étais sous l'emprise d'un démon !"


Quelques secondes de silence passèrent, puis l'Empereur des Ténèbres répliqua :


"Tous ces gens, de leur vivant, avaient commis au moins un péché. Tu n'as fait qu'exécuter la sentence divine."


La jeune fille se tut de nouveau, tant les propos d'Hadès semblaient cohérents. Elle se mit à réfléchir de nouveau, pensa à tout ce qu'elle avait commis depuis son humiliation publique, mais son dernier acte lui resta en travers de la gorge :


"Mais... Mais ma maman..."


"N'oublie pas qu'elle a voulu porter atteinte à ta vie... sans compter qu'elle a prétendu le faire au nom de Dieu ! Tranquilise-toi, Carrie, c'était elle, la pécheresse, pas toi ! Toi... tu es un ange !"


"Un ange ?!"


L'adolescente avait élevé remarquablement la voix, stupéfaite par la révélation du Dieu des Enfers, qui l'avait appelée "ange" alors que sa propre mère l'avait souvent traitée de "pécheresse" ou de "sorcière". Faisant peu de cas de la stupeur de son invitée, Hadès reprit :


"Oui, tu es bien un ange. Un ange particulier, certes, mais bien un ange... L'Ange de la Mort !"


"L'Ange de la Mort ?!"


"Oui... L'Ange de la Mort, l'ange au service de Dieu pour ôter la vie des pécheurs... Contrairement aux balivernes des croyances monothéistes, l'Ange de la Mort n'est pas au service d'une entité imaginaire, mais me sert, moi, Hadès ! Tous les deux cents ou trois cents ans, l'Ange de la Mort renaît quand son étoile protectrice, l'étoile céleste de la haine, se réveille !... Mais cette fois-ci, il semblerait que tu aies fait usage de tes pouvoirs plus tôt que d'accoutumée... Mais c'était pour la bonne cause !"


Carrie se prit la tête entre ses mains, tant elle était perturbée par les propos d'Hadès ; elle ne savait plus où elle en était. Remarquant son désarroi, le sombre monarque poursuivit :


"Aie confiance en moi, Carrie. Si j'étais vraiment un dieu maléfique, comme le prétendent stupidement les religions révélées, t'aurais-je sauvée de la mort ?"


La jeune fille lâcha, ébahie :


"Quoi ?! C'est vous qui...?"


"Oui, Carrie, alors que tu allais périr dans les flammes, j'ai fait usage de mon pouvoir divin pour te transporter dans le royaume des ténèbres... Dieu ne peut abandonner ses élus !"


Paraissant un peu plus persuadée de la véracité des dires du Dieu des Enfers, Carrie ébaucha un sourire timide tout en regardant les tentures derrière lesquelles se trouvait Hadès. Ce dernier ajouta :


"Lorsque tu as découvert tes pouvoirs de télékinésie, tu as décidé de les assumer, estimant qu'il était peu important qu'ils te viennent d'un dieu lumineux ou d'un prince des ténèbres... En fin de compte, le compromis a été trouvé dans le bon sens : tes pouvoirs de télékinésie, mais aussi de pyrokinésie et de psychokinésie, te viennent d'un dieu ténébreux, certes, mais ils sont bien divins et destinés à oeuvrer pour la justice !"


"La justice ? Qu'entendez-vous par là ?"demanda timidement l'adolescente.


L'Empereur des Ténèbres laissa de nouveau s'écouler quelques secondes silencieuses, puis reprit :


"Ecoute-moi bien, Carrie. Tu as déjà oeuvré pour la justice en châtiant ceux qui t'avaient humiliée en public, ainsi que ta mère, qui avait voulu t'assassiner... Mais la vraie mission du Spectre de l'étoile céleste de la haine, l'Ange de la Mort que tu es, est d'une bien plus grande envergure ! Il y a de cela deux siècles, j'ai été vaincu par mon ennemie jurée ; Athéna, ma propre nièce, déesse de la Guerre et de la Sagesse !... Mais elle n'est déesse de la Sagesse que de nom, car dans sa grande bêtise, elle a pris le parti de cette engeance pécheresse qu'est la race humaine, qui est châtiée en permanence ici même, quand chaque humain rend l'âme ! Cependant, cette défaite n'est que provisoire, car dans quelques instants, le sceau d'Athéna fixé sur la tour des Cinq Pics, où se trouvent enfermées les 108 étoiles maléfiques, les âmes de mes guerriers, les Spectres, va perdre toute sa puissance ! Les 108 Spectres reviendront alors à la vie et ils lutteront contre les combattants d'Athéna, les chevaliers sacrés ! Si nous l'emportons, la Terre deviendra Utopia, une Terre purifiée du Mal et du péché ! Et ta destinée, Carrie, est de te battre à nos côtés, pour éradiquer Athéna et ses chevaliers de la surface de la Terre et instaurer Utopia !"


Hadès se tut de nouveau, le temps de laisser Carrie assimiler l'ensemble de ses paroles, puis, d'une voix apaisée :


"Carrie, joins-toi à nous. Certes, ton destin est d'être l'Ange de la Mort, mais tu trouveras un autre avantage à me servir..."


La jeune fille, qui était quelque peu abasourdie par tout ce qu'elle venait d'apprendre, leva les yeux et demanda :


"Et quel est cet avantage ?"


"En échange de tes services, tu obtiendras réellement ce que le culte de ta mère te promettait, mais ne t'aurait jamais accordé... Tu obtiendras... la vie éternelle !!"


La bouche de Carrie forma aussitôt un "o" bien rond, mais aucun son ne sortit de sa gorge ; la stupeur avait été la plus forte, ce que ne comprit pas Moloch :


"Qu'y a-t-il de si surprenant ? Oserais-tu douter des paroles de sa majesté ?..."


"Moloch, tais-toi !!!"


La voix d'Hadès, plus forte que d'accoutumée, fit vriller les tympans de son âme damnée, qui se résolut à se taire. Quant à Carrie, elle regarda de nouveau les tentures rouges qui dissimulaient l'âme de l'Empereur des Ténèbres (cette dernière ne s'étant pas encore incarnée en John Roligny) et répéta fébrilement :


"La vie éternelle ?"


"Bien sûr. Tous ceux qui me serviront pour m'aider à anéantir Athéna et ses chevaliers et à instaurer Utopia sur Terre recevront la vie éternelle en récompense de leur dévouement ! Dieu n'est pas un ingrat ; il fait don de la vie éternelle à ceux et celles qui lui jurent fidélité, même s'ils trépassent contre l'ennemi ! Voilà le destin qui t'attend, Carrie !"


L'adolescente resta ébahie par les paroles d'Hadès durant un certain temps, puis se mit à réfléchir. Tout ce qu'elle avait entendu depuis son enfance par la bouche de sa mère avait été rapidement démonté par le Dieu des Enfers. Elle y réfléchit brièvement, puis toutes les paroles de l'Empereur des Ténèbres envahirent sa tête. Contrairement à ce que lui avait soutenu sa mère, elle n'était pas une pécheresse ou une sorcière, mais le bras armé de la Justice. Elle se souvint de nouveau de cette fête qui avait tourné au cauchemar et où tous ceux qui s'étaient moqués d'elle avaient payé leur audace de leurs vies, de tous ces gens exécutés au nom de Dieu d'après les propos d'Hadès lui-même, de l'instant où sa maison avait brûlé et où elle aurait péri si l'intervention de l'Empereur des Ténèbres ne l'avait pas arrachée de ce péril pour la transporter dans son monde. Elle pensa de nouveau aux pouvoirs que le fils aîné de Cronos lui avait cédés depuis son enfance, à sa bonté, son ton apaisant et réconfortant, les destinées grandioses auxquelles elle était promise, la vie éternelle qu'elle obtiendrait pour avoir contribué à faire de la Terre un paradis... Elle pensa aussi à ce qu'elle avait toujours vécu aux côtés de sa mère et réalisa soudainement que les principes inculqués par sa génitrice étaient erronés. Non, ce n'était pas un Dieu de colère et d'aigreur qui se tenait devant elle, mais un Dieu de justice, qui l'avait choisie pour faire partie de son armée et, par-dessus tout, l'avait élue pour être l'Ange de la Mort, celui qui terrasse le Mal !


Carrie pensait à tout cela et, au fur et à mesure, un sourire large apparut sur son visage qui avait toujours été marqué par la tristesse. Cette fois-ci, elle avait pris sa décision. Souriant de bon coeur, elle fit quelques pas vers les tentures sous le regard attentif de Moloch, qui s'était tenu en retrait après la réprimande du sombre monarque, puis posa un genou à terre, baissa les yeux vers le sol et, d'une voix décidée :


"Majesté Hadès, j'accepte votre proposition. Je me battrai pour vous jusqu'à la mort, pour qu'Utopia naisse ! Désormais, votre majesté, ma vie vous appartient."


Durant une dizaine de secondes, il ne se passa rien dans la Giudecca, excepté le fait que Moloch se remît à sourire devant la décision de la jeune fille, qui n'avait pas bougé. Ce fut alors qu'Hadès reprit la parole :


"Relève-toi, Carrie."


Elle obtempéra rapidement puis, juste après s'être relevée, son regard bleu devint subitement atone, un regard au travers duquel une lueur rouge sang passa brièvement, puis la voix grave du Dieu des Enfers retentit dans son cerveau :


"Réveille-toi, étoile céleste de la haine... Réveille-toi et va... Va servir jusqu'à ton dernier souffle l'Empereur des Ténèbres !"


Moloch, qui n'avait pas entendu les paroles de son maître, fut étonné par ce qui arrivait à Carrie. Mais le vieil homme fut encore plus surpris quand un coup de tonnerre retentit dans la Giudecca, bruit auquel la voix du sombre monarque succéda :


"L'heure est venue pour les 108 Spectres de me rejoindre..."


Un halo rouge sang illumina Carrie, qui demeurait impassible depuis qu'elle avait entendu la voix d'Hadès dans sa tête, puis un nuage noir se forma peu à peu devant elle, puis prit la forme d'une femme ensanglantée, ou plutôt d'une armure noire à l'apparence féminine, mais tâchée partiellement d'un rouge sang.


"Voici ton surplis, Carrie... Le surplis de la Reine Ecarlate !"dit solennellement l'Empereur des Ténèbres.


Avant que l'âme damnée de l'Empereur des Ténèbres n'ait pu dire un mot, toutes les parties du surplis se détachèrent et vinrent recouvrir l'adolescente, qui ne bougeait toujours pas. Soudain, elle étendit les bras et Moloch, bien qu'assez éloigné, put contempler l'étendue de son pouvoir :


"C'est... C'est incroyable ! Cette jeune fille dégage une si grande puissance que les murs de la Giudecca en tremblent ! Si c'est là le pouvoir des Spectres d'Hadès, alors Athéna et ses chevaliers ne pourront rien contre eux !"


Le vieil homme s'était mis à sourire en pensant à la défaite prochaine de l'ennemie jurée de son maître. Il sourit encore en voyant le pouvoir de Carrie, y compris quand elle cessa de le manifester et qu'Hadès s'adressa à elle en ces termes :


"A présent, Carrie, retire-toi et attends près de la Toloméa. Tu recevras en temps voulu mes instructions..."


Sans dire un mot, l'adolescente désormais vêtue du surplis de la Reine Ecarlate se retourna et, d'un pas lent, partit vers la Toloméa, où elle avait dormi longtemps avant que Moloch ne vienne lui rendre visite. Ce dernier, une fois Carrie partie, vint se prosterner devant les tentures rouges, d'où l'on pouvait entendre la voix d'Hadès :


"Moloch..."


"Votre majesté ?"


"Tu sembles plus gai depuis que Carrie a accepté mon offre... Pourtant, avant cela, tu ne semblais guère obligeant avec elle... Je ne suis pas très satisfait de ton comportement..."


Baissant les yeux, l'âme damnée de l'Empereur des Ténèbres répondit, confus :


"Votre majesté, elle semblait si peu crédule en écoutant vos dires, qui n'étaient pourtant que la vérité divine..."


"Il lui fallait le temps d'assimiler cette vérité après tant d'années passées auprès d'une mère fanatique qui ne tardera pas à payer ses péchés ; Rune du Balrog y veillera..."


Relevant légèrement la tête, Moloch lâcha :


"Votre majesté, pour en revenir à Carrie, j'avais mes raisons d'être contrarié par elle... si elle avait refusé de voir la vérité en face et de vous servir, que se serait-il passé ?"


La réponse du Dieu des Enfers fut instantanée :


"Dès le départ, je savais qu'elle ne pourrait qu'accepter mon offre !"


"Pourquoi donc, majesté ?"


D'un ton aussi assuré que la fois précédente, Hadès répondit :


"Nul n'échappe à son destin, surtout s'il est décidé par Dieu lui-même !"


Moloch resta stoïque durant un court instant, puis, tout en baissant la tête :


"J'ai compris votre comportement, votre majesté, veuillez me pardonner d'avoir douté de l'issue de cet entretien avec le spectre de l'étoile céleste de la haine..."


"Je serai clément, Moloch, car j'ai grand besoin de toi pour la suite des événements à venir... A présent, va, retourne dans la Toloméa et reviens me voir quand les 108 Spectres se seront tous rendus aux Enfers !"


"Oui, votre majesté."


Le vieil homme salua le fils aîné de Cronos d'un signe de la tête, puis s'en fut dans la Toloméa. Durant le temps qu'il marcha, il ne laissa transparaître aucune émotion sur son visage, comme s'il avait déjà oublié les remarques de son maître. Finalement, au bout de cinq minutes, il revint dans la Toloméa, qui était normalement le lieu habituel de résidence du juge Minos, et s'assit sur le trône se trouvant au milieu de la pièce principale. Un sourire large apparut sur sa figure ridée et il songea :


"Le pouvoir de Carrie est prodigieux, il dépasse tout ce que je pouvais imaginer depuis ma première rencontre avec sa majesté Hadès ! Si le potentiel de combat des 108 Spectres est de cet acabit, alors nous vaincrons Athéna et ses chevaliers... et je pourrai enfin assouvir toutes mes ambitions !!"


L'âme damnée de l'Empereur des Ténèbres éclata alors d'un rire bruyant, tant il était grisé par la perspective de la victoire d'Hadès dans la Guerre sainte qui ne tarderait pas à éclater...

           


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2018 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada