Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : hades glory


Hades Glory

Eurydice


Je me suis souvent demandé si la mort, la vraie cette fois, m’apparaîtrait comme une délivrance…
Je l’ai longtemps cru en tout cas. A vivre ainsi à moitié enfermée dans ce cercueil de glace auquel une ruse de Pharaon m’avait condamnée, visitée tous les jours par un Orphée dévoué mais malheureux et torturé dans son âme de servir un ennemi d’Athéna.
Pourtant maintenant que la mort m’apparaissait en face je dois bien dire qu’elle me paraissait beaucoup moins belle que je ne l’aurais cru : je voyais le néant se rapprocher inexorablement de la deuxième prison des enfers, pourtant je n’avais pas à me plaindre car le tapis de fleurs qu’Orphée avait étalé à mes pieds me rappelait un peu sa présence auprès de moi teintant ma fin d’une note de romantisme.
Ce n’était absolument pas le cas pour les pauvres pêcheurs des autres prisons dont la vie après la mort n’avait été que souffrance, j’entendais leurs cris qui s’élevaient dans les ténèbres des Enfers rompant pour une fois le silence de ces lieux, je devinais plus que je ne voyais la destruction des prisons.
On entendait les gémissements plaintifs des pêcheurs de la deuxième prison qui tentaient de fuir ce lieu depuis qu’ils avaient été libérés des crocs de Cerbère, je voyais les pêcheurs du septième malebolge tenter d’échapper aux serpents qui les harcelaient continuellement, il y avait aussi d’autres pêcheurs comme les semeurs de discorde, les meurtriers, les comploteurs, les flatteurs et tous ceux dont Hadès avait jugé qu’ils étaient dignes de souffrir pour l’éternité.
Pourtant aujourd’hui une donnée avait changé : les bourreaux n’étaient plus de ce monde, en effet tous les spectres ayant été défaits dans cette bataille les tourmenteurs s’en étaient allés avec eux. On voyait ainsi les démons déserter la cinquième malebolge (celle où les corrompus purgeaient leurs peines), les bougies de la troisième malebolge s’éteindre, même la glace de l’enfer du Cocyte commençait à fondre sous l’effet de l’affaiblissement du cosmos d’Hadès…
Cette conjonction de facteurs favorables aurait pu générer un nouvel espoir : comme l’avait dit l’empereur des ténèbres lui-même, pour qu’une résurrection s’accomplisse il suffisait de traverser les portes de l’enfer dans l’autre sens.
Seulement voilà le miracle que j’attendais ne s’est pas accompli, bien au contraire !!
Au lieu de s’entraider les morts et les suppliciés d’hier faisaient preuve d’un égoïsme écoeurant : aucun d’entre eux ne songeait à autre chose qu’à sauver sa propre peau et leur fuite éperdue vers les portes de l’enfer se transformait en une curée abominable.
Pas un des pêcheurs qui traversèrent la 5ème prison (celle où les pêcheurs qui n’ont pas écouté les paroles de Dieu souffrent éternellement dans des tombes en feu) ne s’arrêta pour aider un de ses compagnons d’infortune à s’extraire de ces tombes sinistres.
Et si ce n’avait été que çà, j’ai vu de mes yeux les pécheurs qui essayaient de franchir l’Achéron se faire entraîner vers le fond par les morts qui y croupissaient, et cela par pure méchanceté puisque le fleuve ayant perdu ses pouvoirs magiques tout être vivant, enfin vivant…, pouvait s’en extraire ou en faire la traversée sans risque et ceux qui tentaient de s’accrocher à la barque de Charon en étaient empêchés par ceux qui les y avaient précédés de sorte que ce jour qui était celui de la disparition de l’enfer il n’y eut aucune résurrection et cela par la faute des morts eux-mêmes.
Tandis que je commençais à sombrer dans les affres du désespoir je ne pouvais m’empêcher de penser « Mon Dieu, est-ce donc pour en arriver là que nous avons tant souffert ? L’humanité n’est-elle donc faite que pour s’entretuer, est-ce pour ce résultat que les saints d’or ont donné leurs vies devant le Mur des Lamentations ? »
Je regardai alors autour de moi et n’y trouvai que des personnes hostiles : des vendeurs de femme échappés de la 1ère malebolge me scrutaient avec attention.


« Qu’est-ce que t’en penses çà vaut l’coup d’l’emmener avec nous ?



  1. J’pense ben qu’oui, si les mœurs ont pas trop changé sur Terre depuis l’temps une fille comme çà on pourrait en tirer un bon prix… »


Ils éclatèrent alors d’un rire gras qui me souleva le cœur, je détournai le regard pour ne pas vomir et remarquai alors la présence du cadavre d’un spectre, celui de Pharaon de la Bête, curieusement le fait d’apercevoir un visage familier m’apporta du réconfort.
Plus loin les deux autres continuaient leur conversation :


« Dis-nous la belle pourquoi tu t’es retrouvée ici ?



  1. Par la faute d’un serpent qui m’a mordu puis par celle de la fourberie d’un spectre.

  2. Tu n’as donc rien fait de mal ?

  3. Non rien, si ce n’est aimer Orphée.

  4. C’est bizarre, tu aurais dû être envoyée dans la Prairie des Asphodèles. 

  5. La prairie des Asphodèles ?

  6. Oui, c’est un lieu intermédiaire où vont la plupart des morts qui n’ont pas commis de crimes graves mais qui n’ont rien fait non plus d’extraordinaire.

  7. Mais tu n’as plus besoin de savoir tout çà puisque tu vas revenir sur Terre avec nous, dit-il en me prenant le menton.

  8. Oui comme notre esclave, renchérit l’autre. »


J’allais m’évanouir pourtant au moment où ils entreprirent de briser la glace (de mon cercueil évidemment) un flux d’énergie vint frapper l’un d’eux, il porta la main à son dos puis l’en retira, ensanglantée. Il contempla un moment sa main d’un air incrédule puis il s’écroula mort.
Son comparse se releva vivement, assez vite pour éviter une nouvelle décharge d’énergie .
Je vis alors un cosmos se matérialiser, sa puissance était extraordinaire mais son cosmos ne semblait ni bienveillant ni malveillant, il était neutre.
L’ex vendeur de femmes le scruta de ses yeux écarquillés de terreur, il parvint toutefois à articuler :


      « Qui es-tu bon Dieu ? »


Un moment passa avant que l’autre consentît à lui répondre.


« Je suis sans doute beaucoup de choses mais ici et maintenant je suis un dieu, et il ajouta avec une nuance de malice dans la voix, et tu viens de me manquer de respect. »


Il leva sa main droite soudain entourée d’un cosmos intense, l’approcha lentement du front de sa victime et articula très lentement :


      « Hadès avait tort de vouloir accorder une seconde chance aux méchants, une pourriture reste une pourriture. »


Il libéra alors son cosmos, terrible, effrayant, quand je pus rouvrir les yeux il ne restait plus rien de celui qui avait prétendu être mon tortionnaire.
Il se tourna alors vers moi et d’un geste sec et précis enfonça la main dans le cercueil de glace qui m’enserrait depuis si longtemps il m’en tira avec une facilité étonnante.
Il ajouta à mon intention


« Maintenant que le cosmos d’Hadès n’agit plus sur l’Enfer il m’est facile de briser l’enchantement qui vous liait à ce cercueil. »


Puis plus gravement :


« Nymphe Eurydice j’ai été chargé par le conseil des dieux de vous emmener sur le Mont Olympe, où vous comparaîtrez comme témoin au procès où Athéna devra répondre de ses actes. »


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada