Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : hades glory


Hades Glory

Suis-je vivant ? Suis-je mort ? J’ai vu mon corps être emporté dans l’obscurité de l’espace alors pourquoi suis-je toujours ?
Quelle est cette force qui brûle en moi ?
Est-ce Dieu ? Est-ce le Big Will qui assure l’immortalité à mon âme ?


Ainsi tout s’éclairait enfin : si les hommes étaient encore encombrés par leur enveloppe charnelle après leur mort c’était parce qu’ils n’avaient pas été touchés par ce courant créateur qui m’animait en ce moment. Ce qui faisait la différence entre les hommes et les dieux n’était donc pas cet Ichor qui, n’en déplaise à Thanatos, n’était que du sang mais le Big Will qui en y réfléchissant bien n’était pas si différent du cosmos.
 Voilà donc pourquoi je n’avais pas pu vaincre les chevaliers : alors que je comptais sur la résistance de mon corps et de mon surplis pour me protéger, les chevaliers intensifiaient toujours plus leur cosmos au mépris de leurs corps. Si le corps peut être détruit le cosmos, lui est immortel, j’en avais maintenant la preuve flagrante.
Un cri me fit sortir de mes réflexions : une elfe venait de heurter le corps de Thanatos et le suppliait de lui venir en aide. Cette ferveur me toucha, je n’avais pas le droit de laisser mourir tous ces gens qui m’avaient été dévoués depuis les temps mythologiques et avec lesquels j’avais tout partagé : la honte de la défaite face à Athéna, la griserie des victoires éphémères et surtout le désenchantement qui avait été le mien quand je m’étais vu attribué le monde souterrain comme part de l’univers. Je devais bien me l’avouer : autant j’éprouvais un froid mépris pour mes spectres qui n’étaient après tout que des êtres humains avec leurs défauts et leurs qualités, autant j’affectionnais vraiment ces êtres au teint couleur de jais qui m’accueillaient toujours de leurs sourires et de leurs chants.
En d’autres temps ils étaient des nymphes vivant en osmose avec la nature dont ils tiraient leur vie, en ces temps lointains, les dieux habitaient encore sur Terre et ne dédaignaient pas les hommes qui nous accueillaient avec amabilité…
Mais les temps avaient changé : à force de les soustraire aux sanctions qu’ils avaient mérité, Athéna ou Prométhée en avaient fait des êtres arrogants qui s’étaient persuadés que si les dieux ne les punissaient plus c’était parce qu’ils avaient admis leur infériorité. A partir de là ils ne respectèrent plus rien, en venant même à se persuader que les dieux n’étaient plus nécessaires. En fait je crois vraiment avoir eu un trait de génie en transformant l’enfer en une sorte de purgatoire : que serait-il advenu des hommes s’ils s’étaient persuadés que même dans l’au-delà ils n’auraient pas de compte à rendre ?
NON et milles fois non je ne pouvais admettre que les hommes se comportent ainsi, ils ne méritaient pas d’être sauvés. Dans le nouveau monde que je prévoyais de créer la Terre aurait été repeuplée par les héros et les elfes qui auraient appris à leurs enfants à vivre en harmonie avec les dieux et la nature. Pourquoi diable Athéna s’obstinait-elle à ne pas comprendre le bien-fondé de ma cause, pourquoi m’avait-elle envoyé ces massacreurs qu’on appelait les saints de bronze plutôt que de se rallier à moi ? Tant de questions restaient sans réponse en ce moment tragique mais pour l’heure je devais d’abord songer à la survie des miens. 
Une idée me vint à l’esprit : j’allais utiliser les armures divines qui se trouvaient maintenant à Elysion pour permettre à mes gens de traverser le vortex. Joignant le geste à la pensée, j’enflammai le faible cosmos qui me restait pour ordonner aux kamuis qui avaient quitté les saints après leur absorption par le néant de venir recouvrir mes serviteurs.
 Après réflexion je décidai de les amener sur Terre où ils ne courraient plus de danger, une fois qu’ils étaient arrivés de l’autre côté je rappelais les armures pour qu’elles viennent secourir d’autres malheureux. Ainsi, en usant de ce stratagème je parvins à sauver un petit nombre d’elfes et de héros tels que Castor ou Dédale, toutefois comme je n’ai jamais aimé les menteurs je m’abstins de sauver Ulysse.
Cela fait il me resta très peu de temps pour songer à ma propre survie. J’examinai les options qui se présentaient à moi : je pouvais tenter ma chance dans le vortex mais réduit à ma seule cosmo-énergie j’aurais bien du mal à retrouver le chemin de la Terre, je pouvais également tenter d’endiguer l’effondrement d’Elysion mais étant donné ma faiblesse actuelle c’eût été du suicide.
Non, la seule solution qui me restait était de me réincarner ici et maintenant de façon à pouvoir stabiliser mon cosmos. Mais qui parmi tous ces êtres qui fuyaient Elysion serait assez fort pour recevoir le Big Will sans y avoir été destiné dès sa naissance ? Qui ?
Je ne pouvais quand même pas finir comme çà, aspiré par le néant au milieu des ruines de mon empire. J‘étais au comble du désespoir quand j’entendis un craquement derrière moi, puis un murmure puis une voix anormalement puissante, celle des généraux qui hurlent leurs ordres à leurs troupes dans le tumulte de la bataille.
Je finis par saisir ce qu’il me dit : « Hadès, s’il te faut un corps pour te réincarner prends le mien ».   


« Mais c’est impossible, répondis-je, seul un dieu ou un mortel doté de cosmos peut recevoir le Big Will sans risque.



  1. N’aie crainte, je supporterai et ma vie deviendra le socle d’une nouvelle ère. »


Je distinguai alors une lueur malicieuse dans son œil unique.


« Qui es-tu ? lui demandai-je par télépathie



  1. Tu n’as plus le temps de t’en soucier, le néant approche. »


Je pouvais effectivement entendre le vrombissement sinistre de cette puissance obscure qui avait fait sortir le monde du Chaos et qui allait maintenant l’y replonger.
Cependant, dans un ultime élan d’orgueil ou d’inconscience, je ne sais, je parvins à répondre.


« Dussé-je être emporté par le néant je ne céderai pas ! Hadès ne se donnera pas à un homme dont il ne connaît pas même le nom ! »


Cette fois, ce que je vis briller dans son œil ressemblait à s’y méprendre à de l’estime.


« Eh! bien soit ! Si tu veux mon nom, je vais te le dire mais sache avant tout que c’est un honneur pour moi que de recevoir ton âme. »


Son nom il me le communiqua par télépathie et pour la première fois de ma vie je sentis que je pouvais faire confiance en quelqu’un.


« J’ai confiance en toi, frère, dis-je avec affection, ensemble nous ouvrirons une nouvelle ère. Prépare-toi à recevoir le Big Will !! »


Ce qui se passa ensuite n’est pas descriptible mais quand je rouvris les yeux je me trouvais dans le corps du seigneur qui accueille les guerriers morts au combat. 


Commencer







Recopier le nombre avant d'envoyer votre formulaire.




© 2002-2017 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada