Bienvenue sur Saint Seiya Animecdz
  




Cette fiche vous est proposée par : Johnny


Myth Cloth : Shura du Capricorne (Surplis)

L'année 2009 en matière de Myth Cloths est étrennée par le second renégat du Junikyû-Hen, Shura du Capricorne, qui sort dans le commerce un an et demi après Shion du Bélier. Au-delà de l'effet de surprise, on peut dire que le résultat est très satisfaisant.

Le visage de Shura est une bonne surprise dans la mesure où il s'avère plus ressemblant que celui proposé à l'époque pour la Myth Cloth du chevalier d'Or. Il est à noter que les cheveux ne sont pas noirs, mais vert foncé, semblables au graphisme adopté pour l'ensemble du chapitre Hadès.

En ce qui concerne le surplis du Capricorne, il se démarque de la Myth Cloth version « or » dans la mesure où seul le diadème est proposé en guise de couvre-chef (ce qui s'explique par le respect du design du manga dans la version animée du Junikyû-Hen). Le montage de l'armure ne pose pas de problème particulier, pour peu qu'on soit expérimenté en la matière. A noter toutefois une fragilité de la partie gauche de la ceinture, à manier avec précaution.

En ce qui concerne les bonus, on pourra noter quatre paires de mains (dont deux pour prendre la pose de l'Excalibur), mais surtout, ce qui est plus surprenant, deux cous, l'un pour la version « or » de Shura, l'autre pour rehausser la tête sur la Myth Cloth, ajouts originaux, mais dont l'utilité demeure discutable.

En définitive, bien que Shura soit un renégat moins marquant que Saga ou Shion dans le Junkyû-Hen, sa version Myth Cloth est loin d'être décevante et peut même parfois plaire plus que sa version initiale.




• Contenu de la boîte :

- un personnage (plastique et métal, 17 cm)
- un socle en plastique (2 pièces)
- 20 pièces d'armure (11 en métal, 9 en plastique)
- 4 paires de mains
- 2 types de chevelures
- 2 cous

Sortie : janvier 2009 (Japon)
Prix : 5250 Yens
Distributeur : Bandai
Production : Tamashii




Galerie :

© 2002-2019 Animecdz. Tous droits réservés. Saint Seiya © Toei Animation, Bandai et Masami Kurumada